L'histoire de Jeannie

553Report
L'histoire de Jeannie

Il y a de nombreuses années, quand j'avais 15 ans, j'ai découvert la réserve de magazines porno de mon père. À ce moment-là, j'aurais été heureuse de voir simplement une photo d'un sein nu. Cependant, les goûts de mon père étaient un peu plus tordus que le porno Playboy typique. Sa réserve comprenait des magazines de bondage, des romans graphiques et plusieurs exemplaires du magazine Variations. Je suppose que c'est cette découverte et les innombrables heures que j'ai passées avec ces magazines qui m'ont conduit à l'histoire que je dois vous raconter aujourd'hui.
J'ai lu chaque couverture de magazine et de livre pour couvrir toutes les occasions que j'ai eues. J'ai appris tant de problèmes et de fétiches différents. L'une des premières histoires de cocu que j'ai lues impliquait un mari défiant sa femme d'ouvrir la porte pour le livreur de pizza tout en ne portant qu'une serviette. Bien sûr, la femme a relevé le défi pendant que le mari se cachait dans le placard pour regarder ce qui se passait. La jeune femme a ouvert la porte au livreur de pizza, a fait semblant de chercher de l'argent et a laissé tomber la serviette. Dans un moment de luxure incontrôlée, elle a fini par baiser le pizzaiolo chanceux pendant que le pauvre mari regardait depuis le placard. Une fois la baise terminée, le livreur de pizza est parti et la femme a chevauché le visage de son mari et lui a fait lécher sa chatte fraîchement remplie. J'étais accro. Je n'avais pas encore appris le mot "cocu", mais je savais que je voulais en savoir plus.
Au fil des années, j'ai continué à lire. Une fois qu'Internet est devenu facilement accessible, j'ai découvert de nombreux autres fétiches, mais si je voulais jouir rapidement, mon esprit revenait toujours à la même chose. Je me suis finalement marié et j'ai eu des enfants. J'ai essayé de partager mes fantasmes avec ma femme, mais elle n'était pas intéressée. Elle ne pouvait pas croire que j'étais un tel pervers. Je me suis résigné au fait que je ne pourrais jamais vivre mon fantasme d'avoir ma femme cocu. Je ne pensais pas vraiment qu'elle serait prête à baiser un autre mec, mais j'avais espéré que nous serions capables de partager le fantasme.
Après 12 ans de mariage, nous nous sommes séparés et avons divorcé. Même si j'avais depuis longtemps abandonné l'idée de vivre mes fantasmes, je les appréciais toujours et j'espérais pouvoir trouver quelqu'un qui, au moins, accepterait que j'aie des fantasmes et ne me jugerait pas pour cela. J'ai rencontré quelques femmes en ligne et j'ai eu une ou deux relations décentes, mais rien de spécial. Puis j'ai rencontré Jeannie. Nous nous sommes immédiatement entendus et avons fini par parler toute la nuit. Nous avons commencé à sortir ensemble et avons commencé à tout apprendre l'un sur l'autre. Elle avait une forte libido, ce qui était génial, et nous ne pouvions pas garder nos mains l'une sur l'autre. Finalement, nous sommes arrivés au sujet des fantasmes. Elle m'a dit nerveusement qu'elle voulait toujours être avec plus d'un mec à la fois et qu'elle aimait être dominante dans la chambre. Cela a rendu certains de ses anciens petits amis mal à l'aise, alors elle n'était pas sûre de la façon dont je réagirais. J'étais dur instantanément. Elle pouvait voir que j'étais excité et un grand sourire diabolique se dessina sur son visage. Je lui ai dit que j'avais toujours voulu que ma femme ou ma copine baise un autre mec devant moi et me fasse ensuite lécher sa chatte propre. Dire les mots à voix haute nous a excités tous les deux. Nos confessions ont immédiatement changé notre vie sexuelle. Nous avons joué et discuté de différents scénarios. Elle est devenue de plus en plus dominante et m'a expliqué en détail comment elle allait me faire asseoir et regarder une grosse bite épaisse glisser dans et hors de sa chatte serrée. Plus elle était dominante, plus je devenais soumis. Je n'arrêtais pas de me dire "Jackpot !" J'ai trouvé le compagnon de jeu idéal.
Une nuit, Jeannie me faisait une pipe très longue et lente. Elle est incroyable! Elle me prend profondément dans sa gorge et me lèche de haut en bas. J'ai passé 12 ans avec une femme qui pensait que les fellations étaient dégoûtantes, alors j'aime vraiment tout le monde que Jeannie me donne. Cette soirée était pourtant spéciale. Elle m'a habilement amené au bord de l'éjaculation et s'est arrêté. Elle m'a fait edge au moins 3 fois. La dernière fois, elle m'a regardé avec un sourire malicieux. Elle a dit: "Chérie, j'ai entendu parler d'un gars avec qui j'avais l'habitude d'avoir des relations sexuelles aujourd'hui. Il n'a jamais été un petit ami … juste quelqu'un qui venait me baiser fort quand j'en avais besoin."
Ma bite était prête à exploser et elle a continué à me caresser légèrement pendant qu'elle parlait.
"Il voulait me rencontrer aujourd'hui. Je lui ai dit non, bien sûr. Cependant, j'ai fini par discuter avec lui pendant un moment. Je lui ai parlé de toi et de nos jeux. Il était vraiment intéressé."
Mon esprit s'emballait. Tout mon corps était empli de jalousie mêlée de désir. J'avais depuis longtemps abandonné l'idée de faire de mon fantasme une réalité. Je ne savais pas vraiment ce que j'en ressentais, mais les mots suivants de Jeannie et ma réaction ont scellé mon destin.
"Il serait parfait pour nous. Il a une bite beaucoup plus grosse que toi et adorerait te faire regarder pendant qu'il me baise."
J'ai explosé. Cum tiré de ma bite comme un canon. Jeannie couvrit rapidement la tête avec ses lèvres alors que mon corps convulsait tout en pompant sa bouche pleine de mon liquide collant blanc. Quand mon orgasme s'est finalement calmé, elle a rampé à côté de moi et m'a embrassé. Je pouvais goûter mon sperme sur ses lèvres. Elle m'a regardé dans les yeux et m'a dit : "Je suis contente que tu approuves... Je vais m'arranger."
Elle a fait une réservation et un hôtel local. Elle est vraiment entrée dans tout le scénario et m'a taquiné et humilié aussi souvent qu'elle le pouvait pendant les 2 semaines qui ont précédé notre rencontre. Elle a utilisé ma carte de crédit pour la réservation en me disant qu'il était juste que je paie puisque ma petite bite était incapable de la satisfaire correctement. Elle a dit que je n'avais pas le droit de jouir tant que sa chatte n'était pas remplie par la grosse bite de son étalon. Je l'aime et je me suis dit que je me soumettrais à toutes ses demandes. Bien sûr, elle ne s'imposait pas les mêmes contraintes et me faisait lécher la chatte presque tous les soirs pendant qu'elle me racontait tout ce qu'elle allait me faire faire. Presque tout ce dont elle parlait correspondait exactement à mon fantasme. Elle voulait que je regarde et elle voulait que je lui lèche la chatte avant et après. Elle voulait que je leur serve à boire et que j'obéisse à leurs ordres. C'était exactement comme nous en avions discuté et ça m'excitait de l'entendre si excitée à ce sujet. Cependant, je n'étais pas tout à fait préparé à ce qu'elle a dit ensuite. "Bon sang, je pourrais même te faire sucer sa bite pour le préparer pour moi."
Elle avait ce même sourire méchant et avait serré ma bite quand elle l'avait dit. Elle me regarda en essayant de jauger ma réaction. Je ne suis ni gay ni même bisexuel, mais j'ai su en lisant que bi forcé et cuckolding allaient souvent de pair dans de nombreuses histoires. Elle vit rapidement l'hésitation sur mon visage et se mit à rire. Elle a également noté que je n'avais pas immédiatement dit non. Elle a attrapé mes cheveux et m'a enfoncé la tête dans sa chatte. Elle a commencé à se frotter contre mon visage. Sa chatte dégoulinait de mouille et bientôt son corps a commencé à trembler de façon incontrôlable alors qu'elle jouissait sur ma langue et mon visage. Elle est venue encore et encore au cours des prochaines minutes. Nous avons tous les deux perdu la trace du nombre de fois. Finalement, elle m'a détourné la tête, m'a regardé et a dit : « J'ai hâte d'être à samedi !
Le reste de la semaine s'est traîné, mais samedi est enfin arrivé. J'étais nerveux, mais aussi très excité. Je n'avais pas été autorisé à jouir pendant près de 2 semaines et j'étais tellement prêt à exploser. Jeannie m'a demandé de la rencontrer plus tôt. Je suis arrivé chez elle. Elle m'a fait monter aux toilettes avec elle. Elle voulait que je l'aide à se préparer pour son étalon. Je l'ai baignée et je lui ai lavé les cheveux. Elle m'a fait regarder alors qu'elle se rasait complètement la chatte. Je pouvais dire qu'elle devenait vraiment excitée quand j'ai vu les lèvres de sa chatte se gonfler. Elle m'a demandé de l'aider à mettre un joli ensemble culotte et soutien-gorge en dentelle. Je lui ai dit à quel point elle avait l'air sexy et j'ai fait remarquer que je n'avais jamais vu cet ensemble particulier auparavant. Elle a dit: "Oh, c'est le préféré de l'étalon. Je le porte toujours pour lui."
J'ai ressenti les premiers affres de la jalousie, mais j'étais aussi incroyablement excité. Ma bite commençait déjà à durcir. Je ne pouvais pas croire que je me laissais aller à ça.
J'ai fini de l'aider à se préparer et nous nous sommes dirigés vers l'hôtel. Pendant tout le trajet, j'ai continué à penser à toutes les possibilités et à savoir si c'était vraiment ce que je voulais ou non. Enfin nous sommes arrivés. Je suis entré et j'ai payé la chambre. Je suis sorti et j'ai rencontré Jeannie sur le parking. Elle souriait d'une oreille à l'autre et m'a dit que son étalon était arrivé. Elle m'a pris en charge et m'a présenté à lui comme son esclave. Il avait quelques années de moins que moi, en meilleure forme et un peu plus grand. Considérant que Jeannie m'avait déjà décrit sa bite, je me suis dit qu'elle avait choisi le mec parfait pour réaliser ce fantasme.
J'ouvris la porte de la chambre et laissai Jeannie et son étalon entrer dans la chambre. Nous 3 sommes restés un moment dans un silence gêné. Je me suis finalement excusé et je suis allé aux toilettes. Quand je suis sorti, Jeannie était dans les bras de son étalon et ils s'embrassaient profondément. Je suis resté un moment et j'ai juste regardé. Les émotions qui parcouraient mon corps étaient intenses. La luxure a gagné et je me suis dirigé vers les 2 d'entre eux. Jeannie recula, me regarda avec son sourire méchant et me dit de la déshabiller. Je l'ai aidée à enlever sa chemise et son jean. Son étalon a rapidement enlevé sa chemise montrant son torse musclé recouvert de tatouage. Les mains de Jeannie allèrent droit sur sa poitrine et ils recommencèrent à s'embrasser. Pendant qu'ils exploraient le corps de l'autre où leurs mains j'ai dégrafé son soutien-gorge. Elle recula et j'enlevai complètement son soutien-gorge, exposant les beaux seins de ma copine au regard lubrique d'un autre homme. Ses doigts ont rapidement trouvé leur chemin vers sa poitrine et ont commencé à masser ses seins et à pincer légèrement ses mamelons. Jeannie gémit et me regarda. Elle a pointé sa culotte et j'ai su instantanément ce qu'elle voulait. Je me suis mis à genoux et j'ai fait glisser sa culotte le long de son cul et je l'ai complètement exposée. Elle m'a alors dit de me déshabiller jusqu'à mes sous-vêtements. Pendant que je faisais cela, son étalon a rapidement enlevé le reste de ses vêtements. J'ai eu mon premier regard sur sa queue. Jeannie n'avait pas exagéré. Il était facilement 3 à 4 pouces plus grand que moi et il n'était pas encore complètement dur. Jeannie tendit la main et le prit dans sa main et commença à le caresser. Elle s'est alors tournée vers moi et a commencé à m'embrasser. Elle passa ses bras autour de mon cou et m'attira à elle. Après m'avoir embrassé, elle m'a chuchoté à l'oreille "mmmm... sa grosse bite est pressée contre mon cul".
J'ai failli exploser rien qu'en entendant les mots. Elle lui prit la main et l'attira vers le lit. Elle regarda la chaise à côté du lit. Elle m'a alors regardé et m'a ordonné : "Assieds-toi salope !"
Cela m'a surpris qu'elle soit devenue aussi agressive, mais j'ai obéi. Elle se mit sur lui et l'embrassa à nouveau. Elle a ensuite embrassé sa poitrine et sur ses abdominaux. Elle enroula ses doigts autour de sa grosse bite. Elle m'a regardé pour s'assurer que je regardais, puis a commencé à lécher le bout de sa queue. Ma propre bite était maintenant dure comme de la pierre, mais elle m'avait prévenu que je n'avais pas le droit de me toucher jusqu'à ce qu'ils aient fini. Elle baissa alors sa bouche sur sa hampe. Je me suis assis, stupéfait, en regardant ma belle petite amie avaler complètement cette bite monstrueuse jusqu'à ses couilles. Son étalon laissa échapper un gémissement alors qu'elle commençait à glisser de haut en bas sur cette bite, le baisant avec sa gorge. Elle a réussi à s'arrêter assez longtemps pour me dire de prendre l'appareil photo. Encore une fois, j'ai fait ce qu'on m'avait dit et j'ai eu des gros plans d'elle en train de lui donner la tête. Ils ont changé de position et il a commencé à lui lécher la chatte. C'était la première fois que je remarquais que sa langue était percée et qu'il utilisait son piercing pour effleurer son clitoris. J'ai entendu le son familier de ma petite amie gémir, mais je regardais un autre homme la faire gémir. J'ai continué à prendre des photos pendant qu'il la poussait au bord. Elle l'a arrêté avant de venir. Elle se mit à genoux et recommença à l'embrasser. Je vis sa main le caresser à nouveau. Elle s'est ensuite retournée rapidement pour me regarder et m'a ordonné "Viens ici, salope !"
Je montai sur le lit avec eux. Jeannie a attrapé mes cheveux et m'a embrassé fort. Elle a alors poussé ma tête vers le bas et m'a dit : "C'est ton tour, suce-la salope !"
J'ai pensé à en finir là-bas, mais elle m'a poussé à l'arrière de la tête et je me suis retrouvé à obéir à contrecœur. Je fermai les yeux et ouvris la bouche. Soudain ma bouche fut envahie par la bite de son étalon. Jeannie a attrapé mes cheveux et a commencé à le baiser avec ma bouche. J'ai failli bâillonner quelques fois, mais j'ai réussi à tenir le coup. J'ai levé les yeux pour voir ma copine l'embrasser. Il a commencé à gémir et je savais qu'il était proche. Il a attrapé mes cheveux et m'a tiré de lui. Il retourna Jeannie et la poussa sur ses mains et ses genoux. Je l'ai regardé aligner sa bite, lubrifiée par la succion que je venais de lui faire, avec la chatte chaude et humide de ma copine. Elle laissa échapper un grognement aigu alors qu'il s'enfonçait rapidement au plus profond d'elle. Je l'ai regardé entrer et sortir encore et encore. Il lui a tiré les cheveux et a traité ma belle copine comme sa salope. Ses gémissements sont devenus plus forts et sa respiration plus rapide et je savais qu'elle était sur le point de jouir sur son énorme bite, quelque chose qui n'est jamais arrivé sur ma petite bite. Son étalon m'a fait tenir ses hanches pour qu'il puisse marteler profondément et rapidement. J'ai entendu Jeannie commencer un long gémissement régulier et j'ai su qu'elle était sur le point de jouir. Son étalon a claqué profondément à l'intérieur et ils ont tous deux convulsé et se sont réunis! J'ai juste regardé pendant qu'il la remplissait de son sperme. Dès qu'ils ont fini, Jeannie s'est roulée sur le dos et m'a presque crié : « Lèche-le !
Je suis monté sur le lit et j'ai vu sa queue recouverte de son propre sperme mélangé au jus de chatte de Jeannie. Il s'est retourné pour que je puisse avoir accès. Je mets sa queue dans ma bouche. J'ai fait de mon mieux pour le nettoyer. Jeannie a dit, "putain, tu fais une bonne chienne... nettoie cette bite !"
Après que j'en ai eu fini avec lui, Jeannie a dit : "Maintenant, c'est mon tour !"
Elle écarta les jambes en me montrant sa chatte gonflée dégoulinant du sperme de son étalon. J'ai poussé ma langue et j'ai goûté son sperme. Elle m'a attrapé la tête et a forcé ma langue. Je n'avais pas d'autre choix que de lécher et d'avaler son sperme mélangé à la chatte de ma copine. Ils m'ont tous les deux regardé puis se sont embrassés pendant que je travaillais. J'ai continué à lécher et effleurer son clitoris jusqu'à ce qu'elle revienne sur mon visage. Alors que sa chatte tremblait d'orgasme, ma bouche était inondée d'encore plus de son sperme du plus profond de l'intérieur. Quand son orgasme s'est finalement calmé, elle m'a fait allonger à côté d'elle. Elle regarda tour à tour les 2 hommes de chaque côté d'elle et elle fit irruption dans son sourire diabolique.
J'ai hâte de voir ce que ma belle et coquine petite amie pense pour la prochaine fois.

Articles similaires

Apprendre le style de vie Pt 4 - Activations de tatouage

Ils ont changé la literie et Michael s'est douché puis s'est habillé. Ensuite, Michael fit tremper les draps sales dans la machine, puis ils se mirent en route. À ce moment-là, Silk mourait de faim. Michael a pris les clés et Silk l'a naturellement laissé conduire. Il l'a emmenée à son appartement pour obtenir une autre chemise à porter car il manquait quelques boutons à son autre. Elle a changé de tenue et l'a retrouvé à la voiture. Il les a emmenés dans un camion-restaurant et a regardé son visage. Il fut heureux de constater qu'elle semblait parfaitement à l'aise. Certaines...

681 Des vues

Likes 0

Quel magnétoscope ?_(1)

J'ai un œil sur Eric depuis qu'il a commencé à s'occuper du bar du restaurant où je travaillais. Nous avions eu quelques conversations informelles, mais rien qui semblait mener nulle part. C'était frustrant comme l'enfer. Je le voulais vraiment, et j'étais déterminé à l'avoir. Jeudi était une nuit tôt pour nous deux. J'ai travaillé l'équipe du déjeuner pour que je sorte de là vers 6 heures et Eric est descendu à 10 heures. Je lui ai demandé s'il savait quelque chose sur les magnétoscopes car j'avais tellement de mal à faire fonctionner le mien correctement. Je lui ai dit que la...

661 Des vues

Likes 0

Chroniques de Craigslist Ch. 03 : Mandrin

Chroniques de Craigslist : Chuck Cela fait quelques jours depuis ma dernière rencontre, comme vous pouvez probablement vous en rendre compte, j'ai été sacrément excitée. Alex est occupé toute la semaine mais sera libre la semaine prochaine pour quelques jours. (Ce sera mon week-end, donc je suis sacrément excité à ce sujet). Mais, revenons à l'ici et maintenant... Que puis-je dire, l'envie frappe fort aujourd'hui. Pendant mon heure de déjeuner, j'ai filtré les centaines d'annonces, à la recherche d'un autre mec cool avec qui sortir. J'ai envoyé quelques messages et j'ai attendu mes réponses. Rien, car mon quart de travail touchait à...

480 Des vues

Likes 0

Délice de cisaillement

Frank essuya la sueur de son front avec le dos de son gant et continua à tailler les roses Seymour. Il était 12 h 45, et comme sur des roulettes, il entendit Dee et son amie Tanya déambuler dans le jardin à l'arrière. Il jeta un coup d'œil derrière les fleurs et les vit marcher pieds nus jusqu'au belvédère avec un pique-nique. Dee portait sa robe légère à fleurs habituelle. Son sourire éclatant et ses cheveux de soie de maïs dorés lui ont donné une déesse comme la beauté. Sa robe moulait ses hanches et mettait en valeur ses mésanges gaies...

606 Des vues

Likes 0

En bas à la ferme_(3)

Il y a très peu de sexe dans cette histoire. L'histoire parle de sexe mais elle n'entre pas dans les détails que beaucoup d'entre vous veulent. Plus de 17 000 mots ; 34 pages. Je ne suis pas un agriculteur et je n'ai jamais passé une seule journée à travailler dans une ferme. S'il vous plaît, ne prenez pas les détails de cette histoire et dites-moi, ce n'est pas comme ça que ça se passe dans une ferme. En bas dans la ferme Edward Johnson se tenait sur le porche de la maison de ferme à deux étages de sa famille...

417 Des vues

Likes 0

Un week-end pas si ennuyeux

Juste pour Holly ! :-p C'était comme tous les autres vendredis qui s'étaient écoulés cette année. L'école durait 48 heures et la répétition qui était devenue son week-end s'installait. La plupart des gens considéraient leur week-end comme un moment pour sortir et s'amuser, Naomi les considérait en revanche comme trop long et ennuyeux. Elle n'avait pas beaucoup d'amis dans cette nouvelle ville et ne conduisait pas, elle ne pouvait donc pas s'échapper à la plage. Les week-ends n'avaient rien en réserve pour elle. Naomi réfléchit à ce qu'elle pourrait faire pour se divertir ce week-end alors qu'elle déverrouillait sa porte et...

738 Des vues

Likes 0

La femme de Rick partie 5 sur 6

L'histoire de mon ami La femme de Rick 5 (5 sur 6) La scène : Les yeux bandés, j'étais à genoux dans le salon sol, genoux écartés, aine serrée contre le dos de Linda, mon femme, qui était également agenouillée et assise sur ses talons. Linda, en tour, était agenouillé entre les jambes tendues de William, qui assis sur notre causeuse. Maintenant, imaginez ceci : Moi, M. Hétérosexuel, j'étais penché en avant avec mes bras autour de ma femme. Ma main gauche était placée sur celle de Linda main gauche qui pressait et massait les testicules de William. Mon droit main...

552 Des vues

Likes 0

La Réunion Anniversaire - CH 2

Je suis retourné dans le couloir et suis allé chercher une autre bière. Après ce que je venais de vivre, j'en avais besoin. Ma tête nageait de confusion. Je venais d'être victime de chantage pour baiser tante Edna. Et même si c'était certainement agréable, j'ai trouvé que tout était un peu bizarre et pervers. Puis ça m'a frappé... Et Heather ? Mon esprit s'est empressé de me demander si je devais lui dire ce qui venait de se passer. Que dirais-je quand elle irait chercher sa culotte ? Comment pourrais-je expliquer ce qui s'est passé ? que je m'étais fait prendre par...

627 Des vues

Likes 0

La suite 5

Jim faisait les cent pas depuis une heure maintenant, après avoir détruit leur flotte d'invasion, ils étaient partis après le seul navire restant de la flotte Krang. Mary et Amber l'avaient regardé presque tout le temps Jim si tu ne le fais pas assieds-toi, je vais te casser la gueule, je ne peux pas supporter beaucoup plus ton rythme », a presque grondé Mary. Jim s'est rapidement assis dans le fauteuil de commandement en essayant de ne pas regarder Mary, désolé Mary, je déteste cette attente, j'ai rien sur le robinet pour faire rien sur quoi travailler, vous savez que je...

498 Des vues

Likes 0

Adolescents nageant nus au lycée avec des hard-ons

J'étais un étudiant de première année dans un lycée d'une grande ville dans les années 70 et je n'ai pas été surpris quand, au cours de mon premier semestre, j'ai fait de la natation et que pour des «raisons de santé publique», tous les garçons le faisaient nus. J'avais été prévenu par mes frères aînés et venant d'une famille de neuf enfants, dont des sœurs et une mère qui allaitait continuellement, je n'étais pas timide, ni étrangère au corps nu. Le premier jour, on nous a dit que si nous entendions trois brefs coups de sifflet, nous devions sortir rapidement de...

336 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.