La fille de maman

80Report
La fille de maman

Vivre dans les projets de Chicago, c'est exactement comme ça que ça sonne. Un cauchemar. Pour aggraver les choses, ma mère est généralement foutue sur n'importe quelle drogue qu'elle peut trouver la moitié du temps, faisant des choses peu recommandables afin de maintenir sa dose.

Nous avons tous dû faire des choses dont nous ne sommes pas fiers pour survivre dans cet enfer, moi y compris. Être un petit garçon blanc "poule mouillée" à la peau pâle dans un endroit comme celui-ci a fait de moi une cible facile. Surtout sans papa pour me protéger, il est parti il ​​y a longtemps.

C'est déjà assez grave que je sois constamment confus pour une fille, mais être le fils d'une pute n'arrange pas les choses. Ne vous méprenez pas, j'aime ma mère, mais elle est difficile à vivre. Me dégradant constamment et toujours foutu. Ramener à la maison des connards qui nous traitent comme de la merde.

Certains d'entre eux auraient facilement eu leur chemin avec moi s'il n'y avait pas eu l'accord que j'ai conclu avec Nekeisha. Je sais que beaucoup d'entre eux se seraient imposés à moi. Nekeisha n'est pas quelqu'un avec qui vous voulez jouer. Elle dirige tout ici.

Drogues, armes à feu, prostituées, vous le voulez, elle a le branchement. Elle peut même faire tuer quelqu'un pour le juste prix. Tout le monde la craint. Peut-être que le fait qu'elle ait une plus grosse bite que la plupart des hommes pourrait aussi avoir quelque chose à voir avec ça.

Tout ce que je sais, c'est que je suis sous sa protection tant que je respecte ma part du marché.

Cela peut être un peu dégradant de faire les choses qu'elle veut que je fasse, mais cela me protège des autres.

Comme je mets la culotte en coton blanc qu'elle aime tant, ce n'est pas vraiment difficile de le rationaliser. Qu'est-ce que quelques actes dégradants si c'est ce qui m'éloigne des autres animaux qui feraient bien pire.

De plus, Nekeisha est assez redoutable et impitoyable la plupart du temps. J'ai vécu ma juste part d'elle pour savoir à quel point elle peut être cruelle. J'avais tellement peur d'elle.

J'enfile les bas blancs sur mes jambes fraîchement rasées et j'enfile la jupe courte qu'elle m'a donnée. Après avoir mis un soutien-gorge d'entraînement et boutonné la chemise blanche, laissant le ventre nu, je commence à me maquiller.

Après avoir appliqué le brillant à lèvres, le fard à joues et un peu de fard à paupières, je reconnais à peine la belle fille dans le miroir. Ses cheveux blonds dorés sont attachés en queue de cheval avec des yeux bleus pleins de désespoir.

« Tu vas encore te prostituer ? » demande ma mère alors que je sors de la salle de bain en talons. "Tu es pathétique, putain de poule mouillée."

Ses mots piquent, mais je m'y suis habitué.

Je ne lui donne même pas de réponse alors que je prends mon sac et que je pars. Je monte au dernier étage, attirant le mauvais type d'attention de tous les gars que je croise. J'entends une flopée de sifflements, de sollicitations et je supporte quelques tentatives de tâtonnements.

Finalement, j'arrive à la chambre 1612, la chambre de Nekeisha. Il y a deux grands hommes noirs à l'extérieur qui gardent son appartement.

L'un d'eux frappe à la porte. Un homme noir géant avec des bras plus gros que mon corps y répond et me jette un coup d'œil. "Nekeisha, ta putain est là."

"Eh bien, laisse-la entrer. J'ai besoin que ma bite soit aspirée."

Il s'écarte et me laisse passer. Nekeisha est assise sur le canapé avec un joint dans les mains. Ses cheveux sont coiffés en tresses. Elle a un regard méchant sur son visage. Même si son visage est toujours renfrogné, elle est toujours très belle, d'une manière robuste. Elle me fait signe de me mettre à genoux devant elle alors qu'elle tire une bouffée. Je peux dire que l'air est chargé de tension.

Docilement, je fais ce qu'on me dit, marchant vers elle et tombant à genoux. Sans un mot de plus, je pêche sa grosse bite noire flasque de 8 pouces et lui donne un baiser. "C'est ça salope, mets-toi au travail."

Je glisse sa tête épaisse entre mes lèvres, elle est presque trop grosse pour tenir. Je dois forcer ma mâchoire ouverte pour le faire entrer.

Elle pousse ma tête vers le bas, forçant plus de sa bite dans ma bouche. « Avale-le, salope. Je veux ma bite dans ta gorge.

Je prends une grande gorgée et sa hampe s'enfonce dans ma gorge, obstruant ma trachée. Elle commence à pousser, me donnant une bonne baise au visage. Je peux sentir tout le monde me regarder alors qu'elle enfonce son gros anaconda tout le long de ma gorge. Mon nez rencontre son pubis. L'odeur musquée de son entrejambe en sueur emplit mes narines.

"Cette salope est une suceuse de bite naturelle", dit l'un des gars assis à la table de l'autre côté de la pièce.

"Quel est le mot sur cette cargaison d'AK ?" Nekeisha demande alors qu'elle attrape ma queue de cheval et commence à pomper ma tête de haut en bas sur sa bite.

"Nous les remettrons à l'acheteur et récupérerons notre argent avant la fin de la nuit", dit rapidement un autre homme assis à la table.

« Putain, tu vas mieux ! Si je ne reçois pas mon argent, quelqu'un va mourir.

"Ne t'inquiète pas, Nekeisha, nous allons chercher ce papier", dit Jérôme.

« Et qu'en est-il du coca ? Avons-nous vendu nos stocks restants ? » elle demande.

"Il nous en reste un peu, mais nous allons sortir le reste."

"Il vaut mieux le remplacer par du papier d'ici la fin de la nuit", grogne-t-elle.

"Ce sera", dit le gars à la table.

"Alors, quand allons-nous faire un tour sur le cul de bulle de cette poule mouillée?" il demande. Je lève rapidement les yeux vers Nekeisha, implorant mes yeux. S'il vous plaît, ne les laissez pas me toucher.

"Touchez ma chienne et je peindrai mes murs avec votre cerveau. Maintenant, tout le monde dehors. Je vais baiser son cul serré et frapper les draps. Ça a été une putain de longue journée… »

Tout le monde part sauf Jérôme, c'est le bras droit de Nekeisha. Elle sort sa bite de ma bouche. "Allez bébé. Allons dans mon lit et continuons là où nous nous sommes arrêtés.

Elle attrape ma main et me conduit dans sa chambre. Une fois que nous sommes à huis clos, elle m'attire dans un profond baiser passionné. Sa langue explore ma bouche alors que sa main passe sous ma jupe et attrape une poignée de mes fesses. Quand nous sommes en privé, elle me montre son côté plus doux. Un côté dont je veux désespérément plus.

« Aucun de ces enfoirés ne t'a fait de mal, n'est-ce pas ? » demande-t-elle en posant sa main sur ma joue, la caressant avec son pouce tout en me regardant profondément dans les yeux. "Je jure que si quelqu'un met le doigt sur toi, je le tuerai."

Je lui souris. "Non... personne ne m'a fait de mal."

Une fois de plus ses lèvres sont sur les miennes. Elle baisse ma jupe et déplace sa main jusqu'à ma chemise, la déboutonnant lentement pendant que sa langue se débat avec la mienne. Après avoir enlevé ma chemise, elle enlève sa propre chemise, révélant un ensemble de seins en forme de pamplemousses géants avec un ensemble d'abdos durs en dessous. Son bras droit est couvert de tatouages. Elle baisse son jean ample en lambeaux. Puis elle retire son slip en spandex. Son monstre de python pend librement entre ses jambes.

J'ai à peine eu assez de temps pour l'embrasser complètement avant qu'elle ne me soulève et ne m'allonge sur le lit, à plat ventre.

Très lentement, elle baisse ma culotte, laissant mon cul nu. Elle lui donne une claque dure, avant de plonger dedans. La sensation de sa langue envoie un frisson le long de ma colonne vertébrale.

Alors qu'elle écarte mes joues, elle lèche de haut en bas la fissure de mon cul avant de dépasser mon sphincter. Je gémis à cause de la sensation causée par sa langue.

"Très bien chérie. Maman arrive.

Elle se redresse et chevauche mes cuisses. Je peux sentir la tête de sa bite pousser entre mes fesses alors qu'elle se penche et attrape la bouteille de lubrifiant sur la table de chevet.

Elle en gicle une grosse goutte et l'étale partout sur mon petit trou du cul serré, puis elle savonne sa bite avec.

Avant que je ne m'en rende compte, son monstre de bite frappe à ma porte arrière. Je fais de mon mieux pour me détendre alors qu'elle met la tête dans mon rectum. Ça fait mal car ça ouvre grand mon trou de baise, mais pas autant qu'avant.

Elle enfonce lentement sa bite plus profondément en moi. Je saisis les draps et mords dans l'oreiller, n'importe quoi pour soulager la douleur. « Respire, bébé. Respirer." Elle se penche et embrasse mon épaule en enroulant son bras autour de mon cou, forçant mon visage contre le sien. "Détendez-vous et laissez entrer maman."

J'essaie de remplir mes poumons d'air, mais la bite qui se loge dans mon cul me fait serrer les dents.

Elle se retire juste un peu avant de repousser plus profondément. Petit à petit, elle enfonce sa bite plus profondément dans mon cul. Petit à petit, poussant de plus en plus sa bûche en moi. Elle fait tourner ses hanches, écartant encore plus mes fesses alors qu'elle dépose des baisers sur ma joue. Sa main parcourt mon bras et mon poing fermé rempli de draps. Je libère le tissu alors qu'elle enferme ses doigts dans les miens.

Sa grosse bite se frotte contre ce point sensible à l'intérieur de mon cul, forçant un gémissement à s'échapper de mes lèvres. Elle l'appelle mon point G. "C'est bébé. Gémissez pour moi.

Elle continue à enfoncer sa bite en moi jusqu'à ce que je puisse sentir ses couilles reposer contre les miennes. « Voilà, le pire est passé, bébé. Je suis des couilles au fond de ton cul.

Elle laisse mon cul s'adapter à sa grosse bite noire avant de commencer progressivement à entrer et sortir.

« Urgh… Uuuuh. Awww!” Chaque coup de sa bite envoie des ondulations de douleur se mêler au plaisir à travers mon corps alors que je gémis, gémis et grogne à chaque poussée.

"Ça y est, prends juste la bite de maman. Tu es en sécurité ici avec moi, je te protégerai. Tant que tu es à moi », murmure-t-elle à mon oreille alors qu'elle me baise lentement, me remplissant de sa grosse bite noire.

« Oooh, putain… Je serai toujours à toi, maman… » Je halète alors qu'elle pousse tout le chemin à l'intérieur de moi. Ma propre petite bite est dure. Chaque poussée de ses hanches pousse ma petite bite contre les draps.

Son rythme s'accélère alors qu'elle commence à vraiment me baiser. La façon dont elle claque sa bite en moi fait trembler tout mon corps.

Son connard me remplit à chaque coup. C'est comme avoir un tronc d'arbre enfoncé dans mon cul. Mais la douleur a pratiquement disparu et je suis submergé par le plaisir de cette grosse bite alors qu'elle me pilonne le point G.

« Euh, s'il te plait maman ! Fait moi tiens! Prends mon cul », je gémis, complètement perdu dans ses bras alors qu'elle me bat le cul, plongeant sa bite au plus profond de moi.

"C'est ça, bébé, abandonne-toi à moi." Sa vitesse augmente alors qu'elle commence à me donner une vraie bonne bite. Mon esprit devient vide à cause de la surcharge sensorielle alors qu'elle me baise bien. Cette bite me fait gémir comme une chienne à chaque fois qu'elle frappe mon point G. Je suis sa chienne.

Mon propre petit pénis laisse échapper du sperme alors que le plaisir éclate en moi. Soudain, elle s'élance jusqu'en moi. Un liquide chaud et torride jaillit de sa bite, me remplissant. Ça fait tellement de bien. Lentement, elle commence à tourner ses hanches, essayant de déposer toute sa semence en moi.

Je repousse mon cul en elle. Je veux tout son sperme en moi. Je veux désespérément être sa gentille fille.

"Merde! C'était… putain d'incroyable », gémit-elle en se retirant de mon cul avec un pop et en se retournant sur le dos. "Viens ici et nettoie ma bite, bébé."

J'ai du mal à me mettre à genoux, je suis toujours faible après avoir été baisé par sa bite monstrueuse. Allongé, je glisse ma jambe sur la sienne alors que je commence à lécher sa bite couverte de sperme sale. Je peux encore sentir la puanteur de mon propre cul sur son poteau, mais j'aime son sperme épais et crémeux. Je ferais n'importe quoi pour elle.

Il n'en a pas toujours été ainsi. La première fois qu'elle m'a fait monter dans sa chambre, elle m'a dégradé et humilié. M'a forcé à devenir sa salope de poule mouillée. Mais j'ai appris qu'elle devait faire front dur. Pour maintenir son pouvoir, elle doit faire en sorte que les gens la craignent. Elle joue donc le rôle d'un tueur impitoyable.

Mais je ne me suis jamais senti aussi en sécurité quand je suis avec elle. Je lève les yeux vers ses yeux marron foncé alors que ma langue travaille de haut en bas sur sa bite, léchant jusqu'au dernier morceau de son sperme.

"Maman?"

"Ouais, bébé?"

« Puis-je rester avec vous ? Je ne veux pas rentrer chez moi. L'idée de retourner chez ma mère violente toute droguée et labourée par un connard me donne envie de pleurer.

Sa main attrape mon menton et me tire vers elle. "Bébé, tu peux faire de ce lit ta maison, mais tu connais mes règles. Si tu restes avec moi, je te veux toute jolie. Je veux que tu abandonnes toute idée d'être un garçon. Tu dois être ma copine à partir de maintenant. Est-ce que c'est ce que tu veux?"

"Maman je t'aime. Si être jolie et devenir ta copine est tout ce que j'ai à faire pour être avec toi, alors je ne serai plus jamais un garçon. Je veux juste rester dans tes bras.

Elle m'amène pour un baiser profondément intime. Je ne savais pas que je pourrais jamais ressentir ça, mais être avec elle me fait du bien. J'ai eu peur au début. Elle peut être tellement intimidante avec les autres. Et elle était si agressive au début. Et la première fois qu'on a fait l'amour, ça faisait mal… Beaucoup, mais ça faisait aussi du bien. Et elle ne pouvait pas en avoir assez. Mais nous nous sommes liés. Aucun de nous ne s'y attendait, mais c'est arrivé. Maintenant, il n'y a aucun endroit où je préférerais être que enveloppé dans ses bras.

Elle pose ma tête contre ses seins alors qu'elle passe sa main dans mes cheveux, défaisant ma queue de cheval.

"Je n'aurais jamais imaginé que je tomberais amoureuse d'une petite poule mouillée, mais je suis avec toi, Sarah", murmure-t-elle. Sarah est le nom qu'elle m'a donné quand elle a commencé à me forcer à porter des vêtements de fille. Avant, ça me faisait tellement honte, mais maintenant… j'adore ça. Le nom que j'avais avant, Jeff... Ce n'est plus le mien.

Je suis la fille de maman et je m'appelle Sarah.

Vous avez aimé mon histoire ? S'il vous plaît laissez-moi savoir dans la section des commentaires! Et donnez-lui votre note honnête. Consultez mon profil et suivez-moi. Il y a aussi un lien vers ma newsletter où vous pouvez vous inscrire. Comme toujours, cette histoire est liée à toutes les autres, alors s'il vous plaît, lisez-les toutes !

L'amour,

Phénix

Articles similaires

Nicole, l'amie de ma soeur

C'est une histoire entièrement vraie et je vais essayer de la raconter aussi précisément que possible. J'espère que vous apprécierez et faites-moi savoir si vous voulez la deuxième partie. Je m'appelle Kevin et c'est l'histoire de mon été avant l'université. C'était l'été après avoir obtenu mon diplôme d'études secondaires et j'étais heureux d'avoir l'été pour me détendre avant de commencer l'université. J'avais une sœur, Caitlin, d'un an mon aînée qui avait terminé sa première année d'université. J'avais aussi un petit frère au collège. Maintenant un petit retour sur moi. Je ne suis pas particulièrement maigre ou gros, je suis juste moyen...

1.1K Des vues

Likes 0

Ma petite soeur Lily, Chapitre 2 : Le premier amant de Lily_(0)

Le soleil est entré dans la chambre et je me suis réveillé et me suis frotté les yeux. J'ai regardé à côté de moi et il y avait ma petite sœur. J'ai pris mon téléphone et nous avons commandé le petit-déjeuner, puis je l'ai prise dans mes bras. Elle s'est réveillée juste un peu et a frotté ma poitrine alors qu'elle était allongée là. Sa main ralentit alors qu'elle se rendormait et je jouais avec ses longs cheveux bruns aux pointes bleu gris. Bientôt, la sonnette retentit et je glissai lentement hors du lit. Quand je suis revenu, elle était assise...

887 Des vues

Likes 0

Ma belle-fille me rend fou (partie 9)

Une semaine s'est écoulée. Je suis toujours incrédule face à ce qui s'est passé entre ma belle-fille Nadine et moi jeudi soir dernier. Ai-je vraiment joui dans son cul? A-t-elle alors vraiment poussé mon sperme hors de son cul et l'a-t-elle enduit sur tout mon corps? Après, a-t-elle vraiment pissé sur ma bite sous la douche pendant que je jouis ? Est-ce que j'ai vraiment mis ma bite dans son cul et fait pipi dans son cul pendant qu'elle jouissait ? Tout cela semble si sauvage. Tellement incroyable. Mais je sais que c'est arrivé. C'est juste difficile à traiter. Je fantasme...

666 Des vues

Likes 1

Date de nuit à retenir

Alors que je te serrais fort, l'eau chaude tombait en cascade sur nos corps, nous gardant au chaud pendant notre étreinte passionnée. C'était notre rendez-vous hebdomadaire, et nous avons décidé de le terminer aussi intimement que possible. Nous avons décidé de prendre une douche sombre et chaude ensemble pendant que des chansons d'amour jouaient de notre haut-parleur. C'était absolument parfait. Te sentir dans mes bras dans l'obscurité absolue, a ajouté ce sentiment de proximité que je n'avais pas ressenti depuis un moment. Je n'ai pas pu m'empêcher de t'embrasser. Doucement au début, mais avec le temps, j'ai eu de plus en...

248 Des vues

Likes 0

Le greffier

C'est vendredi soir ! Techniquement, c'est lundi. Mais mon horaire de travail me laisse libre les lundis et mardis, donc ce sont les soirs où je sors et m'amuse. Cependant, mon idée du plaisir diffère de la plupart... Je ne passe pas mes nuits chez moi ; diable, je ne les passe même pas dans ma ville natale. Je vais parcourir trente, quarante miles pour m'amuser. Je ne vais pas dans les clubs ou les bars. Je ne sors pas et je n'organise pas de soirées, ou je ne me saoule pas et je me prostitue au premier gars qui me...

278 Des vues

Likes 0

Cours de servitude

Bienvenue classe, à la première leçon de... le jeune enseignant se dirige vers le tableau noir, ramasse la craie et l'écrit en grosses lettres BONDAGE 101 Un rugissement de rires et de rires éclate parmi les étudiants, une participation relativement faible de seulement 10 personnes environ, 9 d'entre eux étant des hommes et une femme qui n'avait pas du tout l'air d'y appartenir. Vêtu d'une longue jupe avec des nattes et des classes. Légères taches de rousseur pour aller avec sa peau pâle. Ses yeux baissés dans un livre, ne prêtant pas beaucoup d'attention au professeur ou aux autres élèves d'ailleurs...

216 Des vues

Likes 0

Destin comme un vampire

Je suis donc définitivement un écrivain amateur, mais ce fantasme me préoccupe ces derniers temps. Je pensais que la meilleure façon de s'y adonner était de le mettre sur papier, pour ainsi dire. Gardez à l'esprit que j'écrivais ceci plus pour moi-même qu'autre chose, mais je sentais que je devais le partager, au cas où quelqu'un d'autre l'apprécierait. Ce n'est que la deuxième histoire érotique que j'écris, alors s'il vous plaît, soyez indulgent avec moi. J'aimerais des critiques ou des commentaires constructifs, et si je reçois des commentaires positifs, j'envisagerai une suite, ou une série, ou tout ce qui flotte mon...

94 Des vues

Likes 0

La Vierge violée par Ward Fulton Chapitre 1

Pas le mien... Chapitre 1 Le centre commercial était bondé d'étudiants, tous désireux de profiter de la soleil et la douce brise printanière qui soufflait doucement de la rivière. Chaque banc était occupé, et même les larges bordures de béton qui bordés les parterres de fleurs étaient encombrés d'adolescents bavardant, leurs le moral remonté par le départ définitif de l'hiver et la vue de des milliers de jonquilles qui annonçaient la saison qui approchait. L'horloge de Old Main indiquait onze heures trente, et Suzanne leva les yeux impatiemment alors qu'elle se frayait un chemin à travers la foule. Yvonne avait dit...

989 Des vues

Likes 0

Moi et Gavin

C'est l'histoire de mon ami et de sa mère qui habitent à côté. J'avais 24 ans, j'avais obtenu mon diplôme d'études secondaires plus tôt, puis j'avais obtenu mon diplôme universitaire plus tôt. J'ai décroché un excellent travail dans une grande entreprise avec une prime à la signature importante que j'ai appliquée à un acompte sur une maison. J'y habitais depuis 6 mois et j'avais appris à très bien connaître mes voisins. Janice, une infirmière travaillait à l'hôpital local. Elle était divorcée depuis plusieurs années et travaillait dur pour subvenir aux besoins de son fils de 12 ans, Gavin. Gavin était un...

1K Des vues

Likes 0

De l'épicerie à f

J'ai regardé l'incroyable séductrice par derrière en pensant à toutes les choses sales que je lui ferais si j'en avais l'occasion, ce qui était exactement ce que je voulais. Je l'ai suivie à distance et j'ai continué à faire du shopping, ou à faire semblant à ce moment-là. J'étais tellement perdu dans le corps de l'adolescente en face de moi que faire du shopping pour ce pour quoi je suis venu n'allait tout simplement pas se produire à cause de mon imagination hyperactive. Cela n'a pas aidé que ma bite soit dure comme de la pierre, surtout dans le jean serré...

1.1K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.