Changement de vie_(0)

1KReport
Changement de vie_(0)

Miranda Parkes a chanté avec l'autoradio alors qu'elle faisait un
tourner à droite sur Jefferson Avenue, puis un rapide à gauche pour
Madison Street. La chanson avait été populaire dans son lycée
jours et a rappelé de bons souvenirs à l'homme de quarante-huit ans.
Là encore, elle n'avait vraiment besoin de rien pour se sentir bien en ce moment,
pas après avoir quitté le cabinet du médecin et son examen médical annuel
heure avant avec un bon bilan de santé. Dans son état heureux et
avec l'heure du déjeuner si proche, Miranda a décidé de s'arrêter chez son aîné
chez ma sœur et voir si elle aimerait sortir pour le déjeuner.

Ce n'était pas souvent qu'ils devaient faire ça tous les deux
plus. Du moins pas depuis que Miranda avait repris le travail quelques
années en arrière pour aider avec les frais de scolarité des enfants. Maintenant, avec ses deux
fils et fille seuls, les cheveux poivre et sel
femme a trouvé qu'elle aimait trop ça pour arrêter. Travailler à la
Office Barn n'était peut-être pas le travail de ses rêves, mais cela valait mieux que d'être assis
à la maison dans une maison maintenant vide et regardant les feuilletons.

Le travail n'était pas quelque chose que sa sœur, Alice, n'avait jamais eu
se préoccuper de. Alors que le mari de Miranda, Ralph, était
assez réussi en tant que directeur d'un magasin d'électronique local,
Peter Moore, qu'Alice avait épousé dès la sortie de l'université, possédait une
chaîne de magasins de nettoyage à sec qui les a beaucoup rendus tous les deux
plus que confortable. Que Peter avait douze ans de plus
qu'Alice ou que leur mariage avait été sans enfant n'avait pas semblé
à la matière.

Un dernier virage vers Washington Place amena Miranda à
La maison d'Alice, une jolie coloniale au bout de la rue. Comme elle
tirée devant, Miranda fut déçue de voir qu'aucun des deux
leurs voitures étaient dans l'allée. Elle se souvint alors d'Alice
dire quelque chose à propos de l'intention de faire réparer sa voiture
semaine et il semblait que c'était le jour. Autant sortir pour
déjeuner.

"Eh bien, peut-être un autre jour", se dit Miranda alors qu'elle
ajusta ses lunettes et jeta un coup d'œil par-dessus son épaule pour vérifier
circulation avant de sortir.

Elle venait de mettre la voiture en marche et était sur le point de lâcher
le frein quand elle s'est souvenue qu'elle transportait encore
des papiers de l'avocat de la famille dans son sac à main qu'Alice avait demandé
qu'elle ramasse pour elle. Elle les portait depuis deux semaines,
en oubliant de les lui donner deux fois.

"Peut-être que je vais les laisser ici avant de les oublier un
troisième fois », pensa-t-elle en remettant la voiture en place et
éteint le moteur.

Marchant jusqu'à la porte d'entrée, Miranda a décidé de ne pas partir
l'enveloppe dans la boîte aux lettres puisque, après tout, l'information était
personnel et non quelque chose qu'Alice pourrait vouloir de quelqu'un d'autre
en lisant. En fouillant dans son sac une fois de plus, elle est rapidement venue
avec les clés d'urgence que les deux sœurs portaient.

Après être entrée par la porte de la cuisine, Miranda
posa l'enveloppe sur le comptoir où Alice était sûre de la voir et
griffonné une courte note dessus. Juste assez pour dire qu'elle a arrêté
par et était désolé qu'elle l'ait manquée.

Miranda était sur le point de partir quand elle crut entendre un bruit
du salon. Au début, elle était sûre que c'était son imagination,
mais après l'avoir entendu une deuxième fois, elle était presque sûre que
quelqu'un d'autre était dans la maison. Ne voulant pas paniquer, bien que faisant partie
d'elle voulait faire exactement cela, la femme aux cheveux courts a décidé de
prenez un moment pour jeter un coup d'œil dans le salon à travers la persienne
portes au-dessus du comptoir.

Si Miranda avait vu une bande de voleurs s'enfuir
tout ce que sa sœur possédait, ça ne l'aurait pas autant effrayée
comme l'image qui apparut lorsqu'elle ouvrit la petite porte
demi-pouce. Malgré l'absence de voitures dans l'allée, son
sœur était bien à la maison. Le problème était qu'elle n'était pas seule.

Aussi difficile que cela ait été pour Miranda de croire, son cher aîné
sœur était à moitié nue et à genoux devant le canapé. Son
gros seins, dont Miranda avait toujours été envieuse, maintenant
pendu librement alors que sa robe était baissée autour de sa taille et que son soutien-gorge était
bien visible sur la moquette. Les cinquante-deux ans
l'apparence n'était pas à moitié aussi choquante que le fait qu'elle était
pratiquer le sexe oral sur un homme certainement pas son mari.

Le jeune homme assis sur le canapé, les yeux fermés alors qu'il
pencha la tête en arrière et profita des attentions d'Alice, n'aurait pas pu
été plus de vingt et un au plus. Torse nu lui-même, avec son
jeans tirés à mi-chemin sur ses jambes, le jeune aux cheveux noirs avait un
physique assez impressionnant. Avec une poitrine bien définie et
bras, Miranda a également remarqué un tatouage assez grand d'une panthère sur
son biceps gauche.

La moralité et tout le reste de côté pour un moment, Miranda
trouvé incroyable qu'un jeune homme aussi sexy ait même l'air
deux fois à sa sœur, encore moins s'engager dans des actes sexuels avec elle.
Après tout, l'honnête vérité, c'est que quand on s'y est mis, Alice
Moore ressemblait à ce qu'elle était - une femme d'âge moyen. Oh
elle était toujours attirante pour son âge, d'autant plus que contrairement à "petite
sœur », Alice a refusé de laisser ses propres cheveux courts montrer même le
moindres traces de gris, mais elle avait à peine le genre de corps qui
les hommes convoités.

Miranda n'a pas eu beaucoup de temps pour réfléchir à la question car le
la rencontre dont elle était témoin devint soudain encore plus intense.
Alice a soulevé sa tête de la bite du jeune homme, dont même de
Miranda pouvait voir que son point de vue limité était assez impressionnant,
et se tenait tout en haut. Puis, après avoir tiré sa robe jusqu'au bout
suivie de sa culotte, Alice grimpa sur lui, s'emparant de
sa queue et la guidant en elle.

"Oh ouais, bébé," Miranda entendit Alice crier quelques
quelques instants plus tard alors qu'elle commençait à chevaucher sa virilité avec un jamais
fureur croissante, « donne-moi ce beau sexe, remplis-moi avec !
Baise-moi fort et fais venir maman !"

Finalement, tout est devenu trop pour Miranda et elle a réalisé
qu'elle devait sortir de là. Fermeture de la porte battante comme
silencieusement comme elle le pouvait, Miranda traversa rapidement la cuisine et s'enfuit
par la porte latérale, la verrouillant derrière elle. Ce n'est que lorsqu'elle a été
en toute sécurité dans sa voiture qu'elle s'est rendu compte que dans son tableau de bord, elle avait
conservait encore assez de clarté d'esprit pour avoir récupéré l'enveloppe
en sortant.

"Merci Dieu pour cela", se dit Miranda avec reconnaissance alors que
elle a tiré la voiture aussi vite qu'elle a pu. La dernière chose qu'elle
voulait maintenant qu'Alice sache qu'elle s'était déjà arrêtée
ce matin et j'ai vu ce qui s'était passé dans son salon.
Pas jusqu'à ce qu'elle puisse décider quoi, le cas échéant, elle devrait dire à propos de
toute l'affaire.

-=-=-=-

C'était une question qui occupait son esprit pour le reste de
la semaine. Celui qui lui a fait éviter deux des appels de sa sœur,
disant à Ralph qu'elle la rappellerait plus tard, ce qu'elle n'a jamais
a fait. Comment aurait-elle pu le faire alors qu'elle ne savait toujours pas quoi dire ?

En fin de matinée samedi, l'affaire a finalement atteint son paroxysme.
Ralph avait annoncé que Peter venait d'appeler et lui avait demandé s'il
voulait aller au match de baseball avec lui. De toute évidence, l'un de ses
des amis qui devaient initialement y aller avaient annulé au dernier
minute. Vu que Peter avait des abonnements juste derrière le premier
ligne de base, Ralph allait à peine dire non.

"Pourquoi je ne vais pas avec toi ?" suggéra Miranda.

"Au jeu?" Ralph a demandé, pensant que Miranda n'avait pas
réaliser que les autres sièges étaient déjà réservés.

"Non, juste pour voir ma sœur", a-t-elle précisé, "je vais conduire moi-même
à la maison et Peter pourra vous déposer après le match.

"Eh bien, d'accord", a déclaré Ralph, ne voulant pas vraiment abandonner le
voiture mais ne voulant pas commencer un désaccord qui pourrait ruiner son
aller au match non plus. "Mais je dois partir maintenant si nous voulons
aller au stade pour regarder l'entraînement au bâton.

"Pas de problème", sourit Miranda, sachant très bien qu'il était
en espérant qu'elle dise qu'elle avait besoin de temps pour changer
avant de partir, puis changer d'avis. "Laissez-moi juste prendre le
les papiers qu'Alice voulait que je dépose et je serai prêt à partir.

Prenant la nouvelle enveloppe dans laquelle elle avait transféré les papiers
du buffet de la salle à manger, Miranda l'a laissé tomber sur elle
sac à main et a rencontré son mari à la porte. Apporter les papiers
serait une bonne excuse pour sa visite inattendue, d'autant plus que
elle ne savait toujours pas quoi faire de ce qu'elle avait vu.

-=-=-=-

"Je suis tellement contente que vous ayez décidé de passer", disait Alice alors qu'elle
a versé une tasse de thé à sa sœur cadette alors qu'elles étaient assises dans son salon
chambre. "Je commençais presque à penser que tu m'évitais depuis
une raison quelconque, que j'ai peut-être fait quelque chose pour te rendre fou.

"Non, j'ai juste été occupée ces derniers jours," mentit Miranda,
en espérant que pour une fois, Alice n'ait pas vu clair dans sa tromperie.

« Vraiment, avec quoi ? demanda Alice en se versant une tasse
avant de s'asseoir sur le canapé.

Miranda laissa échapper un souffle doux, pensant qu'Alice était
assis à peu près au même endroit où ce jeune homme avait été
l'autre matin. Un souvenir qui lui rappelait l'enveloppe dans
son sac à main.

"Oh, j'ai ces papiers que vous m'avez demandé de prendre à la
bureau d'avocat », a déclaré Miranda, pensant que changer de sujet
serait une bonne idée.

"Je t'ai demandé de les récupérer il y a presque un mois," Alice
commenta-t-elle en prenant une gorgée de thé.

"Eh bien, je l'ai fait, j'ai juste oublié de te les donner,"
Miranda a répondu, sa nature défensive où sa sœur était
concerné s'enclenche automatiquement.

"Eh bien, je suis content qu'ils ne soient pas quelque chose d'important", Alice
a répliqué, "pas la façon dont vous oubliez les choses."

Tombant dans un schéma qui avait duré toute une vie, Miranda a obtenu
encore plus sur la défensive et avant qu'elle ne sache ce qu'elle disait,
le chat proverbial hors du sac.

"Je vous ferai savoir que je suis venu l'autre jour pour les déposer
mais… » commença-t-elle à dire puis s'arrêta au milieu de sa phrase, trop tard pour
réparer les dégâts.

"Mais quoi?" demanda Alice.

"Mais tu étais occupé."

« Je ne comprends pas », répondit Alice.

"Est-ce que je dois le dire ?" a demandé Miranda.

"Si tu veux que je sache de quoi tu parles,
pourrait être utile », sourit Alice.

"Tu faisais l'amour sur ce même canapé avec un garçon à moitié ton
âge », a lâché Miranda, devant presque forcer les mots à sortir de
sa bouche.

« Un garçon qui a la moitié de mon âge ? demanda Alice, comme si elle ne savait pas quoi
dont parlait sa sœur.

"Cheveux foncés, très beau corps, grand tatouage d'une panthère sur son
bras, continua Miranda, je suis sûre que tu dois te souvenir de lui.

"Oh, tu parles de Carl," dit finalement Alice, son ton
ne montrant pas la moindre gêne d'avoir été pris.
"Un si gentil jeune homme, son père est propriétaire du Martin's Garage où nous
faire faire nos voitures. Il a eu la gentillesse de me reconduire chez moi après
déposé le Beemer. Donc tu parles de mercredi
matin."

Miranda s'est soudainement retrouvée à se demander si elle était venue
mardi ou jeudi, aurait-elle trouvé quelqu'un d'autre sur
ce canapé avec Alice. D'après ce que disait sa sœur, Miranda
eu l'impression qu'elle pourrait bien avoir.

« Avec combien d'hommes êtes-vous impliqué ? Miranda a trouvé
demande elle-même.

"Eh bien, je ne suis pas vraiment sûr que vous puissiez appeler cela impliqué," Alice
dit, glissant toujours son thé comme s'ils discutaient de la possibilité de
pluie demain.

« Comment l'appelleriez-vous, exactement ? » demanda une Miranda stupéfaite.

"Hmmm," Alice réfléchit pendant quelques secondes alors qu'elle
considéré la question. "Putain, je suppose, juste avoir un bon
temps."

"Quoi?"

« N'aie pas l'air si choquée, petite sœur, » dit calmement Alice alors que
elle posa sa tasse sur la table basse. "Ce n'est pas comme si c'était le
première fois que je le fais."

"Combien de..." commença à dire Miranda, maintenant incapable de sortir
les mots. "Combien de temps..."

"Je devrais probablement dire au moins six ans", a déclaré Alice,
choisir de répondre d'abord à la deuxième question. « En ce qui concerne un réel
nombre, je n'ai vraiment jamais compté.

« Je ne peux pas y croire ! » s'exclama Miranda. « Vous avez été
marié à Peter depuis plus de trente ans et ...”

"... et nous n'avons pas couché ensemble depuis la dernière
quinze d'entre eux », Alice a complété la phrase.

"Sait-il?" Miranda a continué.

"Je ne lui ai jamais demandé," répondit Alice, "et pour être honnête, je
doute vraiment qu'il s'en soucie.

"Comment peux-tu dire ça?"

"C'est lui qui a arrêté de vouloir faire l'amour, pas moi"
dit Alice.

« Est-ce qu'il a déjà dit pourquoi ?

"Non." dit simplement Alice.

"Je ne peux pas imaginer ce que ça doit être d'avoir votre mari
perdre tout intérêt pour le sexe", a déclaré Miranda.

"Tu ne peux pas ?" demanda Alice.

"Que veux-tu dire?"

"N'est-ce pas il y a quelques mois seulement que tu m'as dit qu'il
avait semblé être une éternité depuis que vous et Ralph l'aviez fait", a déclaré Alice.
« Est-ce que ça a changé depuis ?

"Non mais ..."

"Mais rien," interrompit Alice, "à quand remonte la dernière fois
toi et lui avez eu chaud et en sueur?"

La question a donné une pause à Miranda alors qu'elle prenait quelques très longues
moments pour réfléchir à la question. Le quarante-huit ans
a commencé à compter à rebours et a ressenti un frisson lorsque les semaines ont rapidement
s'est transformé en mois puis en presque deux ans. Et le temps
avant cela n'avait même pas été proche non plus.

"Exactement." dit Alice alors que le regard silencieux sur son jeune
Le visage de la sœur a confirmé sa croyance.

"Ralph est un homme très occupé, avec le magasin et tout et..."
Miranda a essayé d'expliquer, mais s'est rendu compte qu'elle n'était même pas
se convaincre.

"Il a une façon de se faufiler sur vous, n'est-ce pas ?"

"Je crois que oui." Miranda a admis.

Miranda resta silencieuse pendant quelques longs instants, pas exactement sûre
que dire ensuite. Elle ne pouvait pas croire à quel point Alice était désinvolte
tout cela, comme si c'était la chose la plus naturelle du monde.

"Puis-je vous poser une question, Alice," dit Miranda lorsqu'elle
a retrouvé son calme. "C'est un peu personnel."

"Bien sûr pourquoi pas," répondit Alice.

"Mettez de côté le bien ou le mal de ce que vous faites,"
Miranda a formulé sa question, "est-ce que tous les hommes avec qui tu es aiment
Karl ? Je veux dire, sont-ils tous..."

"Jeune et pendu ?" Alice l'interrompit.

"Eh bien, ce n'est pas exactement comme ça que j'allais le dire, mais je
signifie qu'il était si jeune et beau, et..."

"... et je suis une vieille dame qui pourrait facilement être sa mère, sinon
sa grand-mère." dit Alice, achevant à nouveau la pensée de sa sœur.

"Je ne voulais pas dire ça comme ça."

"Oh oui tu l'as fait," sourit Alice, "et je suis d'accord avec toi. Je serai
le premier à le dire. Mais ce que tu dois réaliser, c'est que je suis
n'essayez pas de sortir avec eux, jouez juste un peu avec eux. Mettez-vous
à leur place. Etant donné la chance qu'une femme, même assez âgée
être leur mère, c'est leur offrir une pipe ou une baise rapide,
sans aucune condition, combien de jeunes hommes excités vont
laissez passer ça. Oh, ils pourraient ne jamais admettre à personne qu'ils
baisé un vieux large, mais ils l'ont certainement apprécié pendant qu'ils
y étaient. En fait, même moi j'ai été surpris de voir combien d'entre eux
J'ai vraiment apprécié le fait que j'étais tellement plus vieux."

C'était une sorte de façon étrange, Alice avait du sens. Même Miranda
dû l'admettre.

"A quoi ça ressemble?" Miranda s'est surprise en demandant, le
inflexion de sa voix ne laissant aucun doute sur le sens de
"c'était.

« Excitant », Alice sourit largement, le seul mot porteur d'un
monde de sens.

-=-=-=-

Tout le reste de la journée, et pendant une nuit à demi blanche,
La conversation de Miranda avec sa sœur se répétait dans sa tête.
Jamais elle n'aurait imaginé qu'Alice serait l'une de ces
femmes qui prenaient des amants de côté, ou qu'elle pouvait être si
sans vergogne à propos de tout cela. Avant la fin du thé de l'après-midi, Alice
avait même mentionné les noms d'une demi-douzaine de jeunes hommes qui
avec qui elle avait couché. Le plus choquant avait été Doug
Maguire, dont Miranda se souvenait comme étant allé au lycée
avec son fils.

"Ne laissez pas le fait que Doug puisse se permettre de perdre vingt ou
alors les livres vous trompent », avait dit Alice en référence au corpulent
commis de dépanneur, "ce garçon a une langue en or".

Egalement très présente dans l'esprit de Miranda alors qu'elle saluait les premiers
soleil du matin, était la réalisation du vide de sa propre vie sexuelle
devenir sans même qu'elle s'en rende compte. Ça au moins, dit-elle
elle-même, elle pouvait faire quelque chose, et le plus tôt serait le mieux.

Se réveiller une demi-heure avant qu'elle et Ralph ne se lèvent normalement
un dimanche matin, Miranda a mis son plan à exécution. Soigneusement.
elle s'est glissée hors du lit en s'assurant de ne pas la réveiller
mari. S'éloignant du lit, elle glissa de son
chemise de nuit et la simple culotte blanche qu'elle portait en dessous.

Prenant un moment pour se regarder dans le miroir coulissant
portes du placard intégré de leur chambre, Miranda a décidé qu'elle
n'était pas du tout mécontent du corps de la femme qui regardait
retour vers elle.

C'est vrai, elle était à peu près cinquante ans, et définitivement
n'avait pas le même physique qu'elle avait quand elle s'était mariée,
mais dans l'ensemble, celui qu'elle avait n'était pas si mal. elle avait réussi
pour éviter la forte prise de poids que tant de ses contemporains
avait été victime, ne pesant actuellement qu'une douzaine de livres de plus
qu'elle ne le faisait dans la vingtaine. Même ses seins avaient bien résisté
bien, malgré les années et deux grossesses. Bien sûr, il y avait un
quelques lignes sur son visage, mais juste assez pour lui donner le caractère d'elle
disait ma mère.

Se retournant vers le lit, Miranda souleva le drap léger qui
avait couvert elle et Ralph et grimpé dessous. Fabriquer une tente
avec son corps, elle s'est frayé un chemin vers le côté où son mari dormait
et a pris un moment pour regarder son corps.

Ça aurait été bien de pouvoir dire que Ralph
avait à peine changé aussi, mais ce n'aurait pas été la vérité.
Trop de week-ends à regarder le match devant la télé
le seul exercice étant de marcher jusqu'à la cuisine pour obtenir
une autre bière avait fait des ravages. Pourtant, elle ne l'avait pas épousé
uniquement pour son apparence.

Comme c'était son habitude, remontant même aux jours avant qu'ils ne
été marié, Ralph portait des shorts de jockey au lit et rien d'autre.
De la façon dont les plis de ses sous-vêtements reposaient, Miranda pouvait voir
le contour de son sexe. C'était une chose qui n'avait pas changé
sur toutes les années. L'homme avait encore un morceau impressionnant de
équipement. Tendant la main avec son index, elle traça doucement
le contour de sa virilité.

À l'époque où ils s'étaient mariés pour la première fois, avant que les enfants et
toutes les responsabilités, leur vie sexuelle s'apparentait à celle d'un
couple de lapins. Il n'y avait pas une pièce dans la maison où ils
n'avait pas vissé, à tout moment de la journée. Sentir sa bite remuer
réponse à son toucher, Miranda s'est souvenue de l'un des jeux
ils jouaient.

Au début de leur relation, ils avaient établi un
sorte de tradition dans laquelle Miranda le réveillerait le dimanche
en lui faisant une fellation. Ralph avait l'habitude de dire qu'il adorait ça
encore plus que les rapports sexuels. Une chose conduirait inévitablement à
un autre et il faudrait quelques heures avant qu'ils n'arrivent
hors du lit. Miranda avait décidé qu'il était temps de faire revivre ce
tradition.

Atteignant son short, Miranda ferma les doigts
autour de son sexe et le souleva délicatement. Ce n'était pas à moitié aussi amusant,
elle se souvenait, si Ralph s'était réveillé trop tôt. Donnez-lui doucement quelques
pompes lentes pour lui redonner une partie de sa fermeté, Miranda se pencha
et a glissé la tête de sa bite dans sa bouche.

Le goût de sa virilité me rappelait d'agréables souvenirs,
la faisant se demander pourquoi ils ont jamais cessé de faire des choses comme
ce. Sentant son corps répondre à l'étreinte humide de sa bouche,
elle fit courir sa langue de haut en bas sur sa longueur. Mis à part le plus souvent
poils gris qui l'entouraient maintenant, le sexe de Ralph avait peu changé
au cours des années. Autant dire qu'il n'en a pas fallu beaucoup pour l'obtenir
assez difficile.

Sa tête montait et descendait alors qu'elle commençait à le sucer
sérieux. Une main berçait ses couilles, les massant pendant que l'autre
le pompa dans sa bouche. Elle avait continué pendant quelques minutes quand
elle sentit que Ralph commençait à s'agiter. Si elle avait de la chance, pensa-t-elle en
redoublait d'efforts, elle pourrait le faire jouir tout aussi
il se réveillait. Il a toujours adoré quand elle faisait ça.

"Mmmmmm," Miranda entendit Ralph gémir dans son sommeil alors qu'elle
continué à le sucer avec enthousiasme.

Avec une main toujours enroulée sur la base du sexe de Ralph,
Miranda a descendu son autre entre ses jambes et
a commencé à se masser. Des doigts habiles se sont rapidement dirigés vers
un endroit familier et Miranda a commencé à partager les plaisirs qu'elle
amenait son mari.

"Ce ne sera plus long maintenant", pensa Miranda en écoutant
une autre série de gémissements plus forts de Ralph et a reconnu à la fois le
des signes d'éveil et un orgasme qui approche. Elle s'interrogeait sur
en même temps s'il pouvait le relever une seconde fois
qu'ils pourraient avoir une baise tôt le matin.

Puis, juste au moment où il était sur le point de jouir dans sa bouche, Ralph
réveillé. Ses yeux s'ouvrirent sur une réaction qui, bien qu'explosive, fut
à peine celle à laquelle Miranda s'était attendue.

"Qu'est-ce que tu crois que tu fais ?" cria-t-il en
retira le drap d'eux deux et baissa les yeux sur son
épouse. Sa voix contenait plus qu'une pointe de colère.

"Si vous ne savez pas, je dois mal le faire", Miranda
rit alors qu'elle levait la tête de sa bite juste assez longtemps pour
répondre. Il lui était incompréhensible qu'il soit en fait
sérieux dans sa colère.

« Tu ne penses pas que nous sommes un peu vieux pour ces bêtises ? Ralph
demanda alors qu'il soulevait son corps et s'éloignait d'elle.

"Absurdité?" répéta Miranda, réalisant qu'il ne pourrait pas
plaisanter comme elle l'a d'abord pensé. "Tu plaisante, n'Est-ce pas?"

"Ce n'est certainement pas le cas", a déclaré Ralph en sortant de
le lit et attrapa son peignoir.

"Ne penses-tu pas que ce pourrait être amusant de passer la matinée au lit
comme avant?" demanda Miranda. "Après tout, les enfants sont tous grands
et nous avons la maison pour nous seuls. Ne manquez-vous pas ceux
jours?"

"Non, en fait, je ne le fais pas", a déclaré Ralph en resserrant la ceinture.
sur sa robe. "Oh, je serai le premier à dire qu'ils étaient très amusants
et je suis content que nous les ayons eus », a-t-il poursuivi, « mais il doit y avoir un
point où tu grandis enfin."

"Grandir?" Miranda a demandé, incapable de croire qu'il se sentait réellement
de cette façon.

"Oui, grandis", dit une fois de plus Ralph en enfilant son
pantoufles, "après tout, nous sommes pratiquement des grands-parents pour Pete
pour l'amour." a-t-il ajouté en faisant allusion à la récente
grossesse.

« Et les grands-parents ne baisent pas ? Miranda a pensé mais n'a pas fait
dire. Au lieu de cela, elle a demandé : " Ne serait-il pas amusant de passer la matinée
au lit et câliner comme avant ?"

"Pas quand j'ai beaucoup trop à faire," répondit Ralph. "JE
Je veux être au magasin à neuf heures."

"Mais c'est dimanche," contra Miranda.

« Nous organisons une grande vente demain », expliqua Ralph, « je
veulent tout revoir et s'assurer que les enfants qu'ils ont embauchés
étiqueté tout comme il faut."

Miranda a commencé à dire quelque chose de plus, puis a pensé
mieux ça. Aucune discussion n'allait changer les choses.
Leur vie ensemble avait subi une transition et elle n'avait même pas
remarqué que cela se produisait. Cette pensée envoya un sentiment de tristesse en elle.

"Ne penses-tu pas que tu devrais mettre des vêtements avant
quelqu'un te voit par la fenêtre?" dit Ralph, faisant sa seule
référence à sa nudité. "Les rues déjà pleines d'enfants qui jouent
balle."

"Au moins l'un d'entre eux pourrait être intéressé à regarder,"
pensa Miranda alors que Ralph sortait par la porte et qu'elle
atteint pour sa propre robe.

-=-=-=-

Les événements de ce dimanche matin pesèrent lourdement sur
l'esprit de Miranda toute la semaine suivante. Elle ne les a pas mentionnés
encore une fois à Ralph, et il était assez évident qu'il considérait le
affaire réglée. Elle n'a pas non plus abordé le sujet avec sa sœur,
Alice, à la fois par réticence à lui admettre qu'elle avait été
à droite, et la peur qu'elle pourrait avoir à écouter plus d'elle
exploits. Ou pire, revenez sur l'un d'eux.

Non, se dit-elle à plusieurs reprises, elle devait accepter le fait
que sa vie sexuelle appartenait désormais au passé. C'était étrange, elle
réfléchit, qu'une telle pensée la dérangeait autant qu'elle l'était.
Après tout, ce n'était pas comme si elle et Ralph avaient brûlé les draps
ces dernières années. En fait, comme elle l'avait dit à Alice la semaine
avant, ils n'avaient pas fait l'amour plus de trois fois au cours de la dernière
trois ans. Pourtant, d'une manière ou d'une autre, la perspective qu'ils pourraient se replier
dans l'habitude à tout moment avait fait que ça allait. Maintenant, avec ça
possibilité disparue, elle sentait qu'elle avait perdu quelque chose de très précieux.

A part ça, la semaine est passée assez vite, car elle
a passé la majeure partie de ses journées à travailler à Office Barn. Comme
elle a dit plusieurs fois auparavant, ce n'était peut-être pas le meilleur des
emplois, mais les gens avec qui elle travaillait étaient de premier ordre.

"Showtime, les filles", a déclaré Mandy Clark à ses deux collègues
alors qu'ils profitaient de leur pause-café en fin d'après-midi. "On dirait
Josh se prépare à nouveau à tomber.

Les trois paires d'yeux, ceux de Mandy, Lois Parker et
Miranda se tourna pour regarder Josh Allen s'approcher de Jennifer Forrest.
Josh était un enfant mignon, la plupart diraient, cinq sept et environ un
cent trente-cinq livres. Il avait les cheveux courts couleur sable et le
une sorte de construction moyenne qui était si moyenne que vous n'avez jamais vraiment
en a pris connaissance. Son seul véritable inconvénient, la plupart seraient d'accord, était un
visage de bébé qui donnait l'impression que le jeune de dix-neuf ans était encore un
étudiant de première année du secondaire.

Jennifer, d'autre part, a toujours semblé plus âgée qu'elle
dix-huit ans, en partie parce qu'il s'est développé physiquement à un
jeune âge et toujours s'habiller pour lui montrer ses atouts
avantage. De longs cheveux bruns coulaient dans son dos, drapés sur un
corps parfait dont le seul défaut était que ses seins étaient juste un peu
trop grand pour sa carrure. Peu d'hommes, cependant, étaient sur le point de
s'en plaindre.

Les deux adolescents échangèrent quelques mots trop bas pour être
entendu. Puis, fidèle à son habitude, Josh s'éloigna quelques secondes
plus tard, une expression d'abattement sur son visage.

« Kerplunk ! » Lois rit doucement.

"Ce garçon ne se lasse-t-il jamais d'être rejeté?" Loïs
dit en levant sa tasse pour vider le reste de son café.

"Évidemment pas", a ri Mandy.

"On pourrait penser qu'il se rendrait compte maintenant que Jennifer était sortie
de sa ligue », a ajouté Lois.

« Tu penserais, n'est-ce pas ? » Mandy a répondu

"En fait, je suis désolé pour lui", a proposé Miranda. "Il a vraiment
est un gentil jeune homme.

"Je n'ai jamais dit qu'il ne l'était pas," acquiesça Lois, "j'ai juste dit que s'il
n'avait aucun sens, il arrêterait de perdre son temps et abandonnerait
chasse."

"Peut-être qu'il pensait qu'elle pourrait se sentir coupable de le laisser
prendre la chute pour elle quand elle a foiré cette dernière commande de fournitures
mois et a finalement dit oui quand il l'a invitée à dîner »,
suggéra Miranda. "Après tout, Josh s'est fait virer d'un jour de salaire pour
ce."

"Vous pensez qu'elle se soucierait vraiment qu'il soit si stupide de se tenir debout
pour elle ? demanda Mandy.

"Ouais, comme s'il y avait une chance que Bob Carpenter
blâmez Jennifer pour tout ce qu'elle fait de mal », a ajouté Lois.

"Est-ce que j'ai râté quelque chose?" a demandé Miranda.

« Tu veux dire que tu ne sais pas ? demanda Mandy en la baissant
voix.

Le regard sur le visage de Miranda disait qu'elle n'avait aucune idée de ce
ils parlaient.

"Jennifer baise Bob Carpenter", a chuchoté Mandy.

"Pas question", a répondu Miranda.

"D'accord, alors elle se penche et écarte les jambes
pendant qu'il enfonce sa bite entre eux, " Lois sourit dans un bas
voix.

"Merde," dit Miranda en laissant échapper un long soupir.

"Eh bien, il est temps de se remettre au travail", a déclaré Mandy en regardant
regarda sa montre et jeta son gobelet en papier à la poubelle.

Miranda se tint derrière quelques instants de plus, regardant à travers
le magasin de Josh. C'était vraiment dommage qu'il ait eu un tel béguin pour une
salope sans cœur comme Jennifer. Imaginez le laisser prendre le rap pour
elle quand elle savait que Bob ne dirait même pas un mauvais mot à son sujet
erreur.

L'image du gérant du magasin met une image encore plus déprimante
pensé dans la tête de Miranda. Bob Carpenter était à peu près celui de Ralph
âge et évidemment, il n'avait aucun problème avec sa libido. Était-ce
possible que Ralph ait sa propre "Jennifer" dans son magasin ? Ou était-il
dire la vérité quand il a dit qu'il avait perdu tout intérêt pour le sexe ?
La seule chose dont elle était certaine était que, de toute façon, il n'avait
plus d'intérêt pour elle.

-=-=-=-

Le reste de la journée passa rapidement et avant qu'ils ne s'en rendent compte,
le temps d'arrêter était presque là. Mandy, Lois et Miranda étaient
fermant leurs registres, ils s'y retrouvaient généralement à la
fin de journée, quand ils ont entendu Bob Carpenter appeler Josh pour
le service client derrière eux.

"Je vais avoir besoin que vous restiez tard le week-end prochain pour aider
avec l'inventaire », a déclaré Bob à l'associé junior. "J'ai juste pensé
Je vous ferais savoir maintenant au cas où vous auriez fait des plans.

"Mais j'ai fait l'inventaire le mois dernier, M. Carpenter," le
dit un garçon de dix-neuf ans aux cheveux blonds, sa voix montrant du respect pour
son patron mélangé avec une mesure de déception. "Selon
l'horaire, c'est censé être le tour de Jennifer.

"J'ai un projet spécial sur lequel je veux que Jennifer travaille",
dit le gérant du magasin en guise d'explication. "Quelque chose que
elle est particulièrement adaptée pour. Vous n'aurez donc qu'à prendre son tour comme
Bien. Ce ne sera pas un problème, n'est-ce pas ?

"Non monsieur," dit Josh.

"Bon garçon, je savais que je pouvais compter sur toi." l'homme plus âgé
sourit en se retournant et s'éloigna.

"Un travail spécial pour lequel elle est parfaitement adaptée", Mandy
répété après le départ de Josh. "Je peux imaginer ce que
implique.

"Peut-être qu'elle devrait s'arrêter à côté à la quincaillerie et
prenez une paire de genouillères », suggéra Lois. "Je parie qu'elle pourrait
facturez-le comme une dépense liée au travail.

Les deux femmes ont ri de la blague, mais Miranda était toujours
se sentir désolé pour Josh. Au moins cette fois, il n'a pas automatiquement
laisser Jennifer lui marcher dessus, au moins au sens figuré. Peut-être était-il
enfin s'en remettre.

« Toujours désolé pour Josh ? » Demanda Lois, interrompant
Les réflexions de Miranda.

"Un peu", a admis Miranda.

"Eh bien, tu ferais mieux de garder un peu de ça pour toi-même,"
Mandy a conseillé.

"Excuse-moi?" a demandé Miranda.

"Au cas où vous n'auriez pas consulté le tableau des horaires récemment,
devinez qui d'autre est censé s'occuper de l'inventaire ce
mois?" Mandy sourit.

"Oh merde, j'ai tout oublié." Miranda a répondu

"Ouais, je parie," sourit Lois. « Et ne pense même pas à demander
l'un ou l'autre de nous le fera pour vous, Mandy et moi avons des billets à voir
'Grease' au collège communautaire et nous n'avons pas l'intention de
manquez-le.

"Je n'aurais même pas pensé à demander," mentit Miranda,
en pensant à quel point elle détestait l'inventaire.

Sur ce, l'horloge murale sonna six heures et leur
journée de travail était terminée.

-=-=-=-

La principale préoccupation de Miranda d'avoir à travailler tard au cours de la
week-end était comment Ralph réagirait. Il n'était pas si content que ça
elle avait gardé son emploi après que les enfants aient terminé leurs études au premier
endroit, et est pratiquement devenue balistique la dernière fois qu'elle avait travaillé
faire l'inventaire en retard. Il s'est avéré que c'était le même week-end que
était son tour d'accueillir le jeu de poker tournant.

Heureusement, tout ce qu'elle a obtenu de Ralph était un grognement inintelligible
après qu'elle lui ait dit. Plutôt que de jouer au poker à la maison le week-end prochain,
lui et ses copains se dirigeaient vers le lac Armstrong pour pêcher et
jouer aux cartes. C'était, Miranda le savait, une chance pour eux aussi d'obtenir
très ivre et ne pas avoir à l'expliquer aux épouses le lendemain
matin.

Alors tôt samedi matin, Miranda s'est levée et a aidé Ralph
emballer la voiture avec son matériel de pêche et ses provisions pour la nuit
voyage. Fournitures comprenant une caisse de bière, dont un pack de six
était déjà froid dans la glacière. Elle lui souhaita bonne chance, sachant que
s'il prévoyait de ramener à la maison du poisson de son excursion du week-end,
ils viendraient de la poissonnerie de Peterson sur la route 8. Dans
all the years he had been making these fishing trips, Ralph had yet
to bring home enough to cook as a meal. Of course there were
always the stories of the big one that got away.

Knowing that her work day didn't begin until noon and would
run until the early evening because of inventory, Miranda decided
to go back to bed and get a few more hours sleep. When she got
up again a little after nine, she was glad she did. The three extra
hours had made a lot of difference.

Office Barn closed at noon on Saturdays, so there was no
reason to dress as she would if she was expected to deal with the
public. So instead of a nice blouse and skirt combo, Miranda laid
out sneakers, a pair of jeans and a comfortable red sweatshirt
before heading for the shower.

The cold water helped her shake off the last vestiges of
sleep. After drying off, she put on the clothes she had selected
and was ready to face the day. Walking into the kitchen, Miranda
opened the refrigerator door to get some eggs for breakfast, then
remembered that she'd forgotten to pick any up when she went
shopping the other day.

"I could just have cereal," she thought as she closed the
door, "but why not treat myself." It had been a while since anyone
had treated her to anything.

Picking up her purse and transferring her essentials to the
fanny pack she then strapped around her waist, Miranda headed
out to the car. Cara's Breakfast Nook ran a weekend special until
eleven and her French toast was a delight to behold. Since it was
only two blocks from Office Barn, she had plenty of time to enjoy
breakfast and still get to work with time to spare.

-=-=-=-

"Can I get you another refill on that coffee?" Ruth Hasset,
one of the waitress' at the Breakfast Nook asked as she looked
down at the empty cup in front of Miranda.

Miranda glanced down as well, both at the empty cup and the
small remnants of what had been a truly enjoyable breakfast. She
then checked her watch and decided that she still had plenty of
time.

"Just a half a cup," she said to Ruth who dutifully poured
just that amount, then wished her a good day and went on to
another of her tables.

Miranda brought the cup to her lips and was enjoying the
rich mix when a male voice from behind her also wished her a good
morning. It was a voice quite familiar but nevertheless
unexpected.

"Jim," she said in surprise, almost spilling her coffee as she
looked up at the white haired man standing next to the table.

"Something wrong?" the fifty year old asked as he saw that
he had startled her.

"No, I just didn't expect to see you, that's all," Miranda
smiled.

"I don't know why not," Jim smiled in return. "Gary and I
have been having breakfast here every Saturday for the last
twenty years. You know that."

The mention of the second man's name drew Miranda's
attention past Jim's shoulder where she saw another man about
the same age standing at the register and paying their bill. Maintenant
she was even more confused. Jim Collins and Gary Paris were half
of Ralph's poker playing circle, and had been for over a decade. Si
they were here, who had her husband gone fishing with? Or were
they planning a late start to just take part in the game tonight?

"I guess I just forgot for a moment," she said, the puzzled
look on her face helping her explanation.

"Yeah, we're all getting to that age," Jim laughed as Gary
caught up to the two of them and handed the other man his part of
the change.

Gary said hello as well, asking her how she was doing and
remarking that he hadn't seen her sister around lately. Quelque chose
that was unusual since he lived just down the block from her.

"What did she do, pick up a new hobby?" he grinned.

"Something like that," Miranda replied, thinking that her
neighbor would be shocked to know what that hobby was.

"Well you tell her I was asking about her," Gary said.

"I will," Miranda replied as the two of them turned to leave
her to finish her coffee.

They had only gone a step or two further, when Miranda
asked them a question she was almost afraid to get the answer to.

"Are the two of you going up to the lake this weekend?"

"Up to the cabin?" Jim asked in turn, to which she nodded
her head in acknowledgment.

"The lake's been put off limits for fishing until next month
at least," Gary said, answering for his friend. "They had some kind
of spill there over the winter and they want to make sure it's
totally clear before they let anyone fish again. Not that we ever
really catch anything."

"Oh, I didn't know," Miranda said.

"Well we'd better get going," Jim now chimed in. "Say hello
to Ralph for us as well. Tell him the next time he decides to skip
our game to go on a business trip, he could at least just send the
money he usually loses." he added with a laugh. "That way he
won't be missed as much."

With that, both men were gone, leaving behind a now quite
concerned Miranda.

The rest of the coffee grew cold in her cup as she silently
sat there. Her first impulse was to call Ralph on his cell phone,
then decided against it. She wasn't sure that she wanted to know
where he really was at this moment, or with whom.

Leaving Ruth a tip, she picked up her check and headed to
the register herself. She was so dazed at the moment, she didn't
hear Ruth say goodbye as she walked past her, or notice anyone
around her as she walked to last two blocks to work.

-=-=-=-

The question weighed heavily on her mind the next few hours
as she, Josh and two other employee's did the store's inventory.
Distracted as she was, Miranda knew she wasn't really doing her
share, but Josh seemed more than willing to pick up the slack.
Miranda promised herself she would make it up to him another
time.

"Tony and Karen are going over to TJ's to grab a pizza,"
Josh said to Miranda as he found the aisle where she was working.
"Want to come along?"

The question made Miranda look at the large clock on the
wall. She hadn't realized it was already after six. The last few
hours had just raced by.

"No thanks, Josh," she smiled at the sandy haired young
man, "but could you do me a favor?"

"Sure, what do you need?"

"Can I borrow your car for a little while?" she asked. "I
took the bus to work and I really need to run a little errand."

"Do you want me to drive you?" he offered.

"No, you don't have to," she replied, "and I won't be long, I
promise. I just have to run over to my husband's store and pick
something up."

"No problem," Josh said as he handed her the keys.

-=-=-=-

As she pulled out of the parking lot and quickly covered the
twelve blocks to Crazy Al's, Miranda had to admit that she had no
idea what she was doing. Or what she expected to find.

The store was still open, as was the norm for a Saturday,
and no sooner had she entered when Artie Davis, the assistant
manager, met her. The forty-one year old had a smile on his face,
but behind it he had a feeling of concern.

"What brings you here this time of night, Miranda," he
asked. "don't tell me that after all these years that Ralph doesn't
trust me to run the place when he's gone and sent you over to
make sure everything is okay?"

The question had been said with humor, but Miranda knew
that there was some truth in it as well. She knew that Ralph
worried about Artie, but not for the reason the younger man
thought. He was constantly worried that the owners might realize
that the assistant manager was better at the job than his boss and
that they might decide to do something about it.

"No, I'm not here to check up on you, Artie," Miranda
smiled reassuringly. "I just wanted to check Ralph's desk and see
if he left some papers that he was supposed to sign. I can't find
them at home and thought that he might have left them here."

"Well you know where his office is," Artie replied as he
stepped out of her way, only half believing her explanation.

Miranda took a few minutes to check the drawers of Ralph's
desk, at least the ones that he didn't lock. She really didn't
expect to find anything, but at least looking was something.

"Find what you were looking for?" Artie asked when he saw
her come out of the office.

"No, maybe he still has them with him," Miranda mused,
hoping that would satisfy his curiosity. "Do me a favor, don't tell
him I came by, okay. You know how he can be about people going
through his stuff, even his wife."

"I understand," Artie said with an knowing grin, "you were
never here."

"Looks like you're having a pretty good night," Miranda said
as she changed the subject to the large number of customers in
the store.

"Yes we are," the blond haired man agreed, "I just wish we
weren't short handed as well."

"Someone not come in?" Miranda asked, hoping it didn't
sound like more than idle curiosity.

"Peggy Elliot," Artie said, the touch of annoyance in his
voice saying a lot of what he thought of the sales associate. "She
calls in late last night and says she'll be out all weekend. Why your
husband puts up with all her crap I'll never know. She has the
lowest sales record of anyone in the store and she's constantly
late or calling in sick. If it was up to me, she'd have been out on
her ass a long time ago."

The assistant store manager realized that he might have
gone over the line in questioning his boss's judgment, especially to
his wife. He quickly apologized and asked her not to repeat what
he had just said.

"How could I repeat anything that I wasn't here to hear in
the first place?" Miranda smiled as she bid him a good night,
thinking that she had taken too long on her break as well.

-=-=-=-

Retracing the streets back to the Office Barn, Miranda
conjured up the image of Peggy Elliot in her mind. A long haired
brunette in her early thirties, Miranda had gotten the impression
from their few brief meetings in the store that her intelligence
was greatly overshadowed by her bust size. Quelque chose que
seemed to be an asset when dealing with some customers, but not
enough to satisfy Artie Davis evidently. The thought made
Miranda wonder how she managed to satisfy Ralph's own strict
standards.

Finally, after parking Josh's car back in the employee
section of the parking lot, Miranda decided that she now had to
know. Pulling her cell phone from her pack, she dialed the number
for Ralph's cell.

"Hi honey," she heard him say after recognizing her voice,
"what's up? Nothings wrong is it?"

"No, everything's fine," she lied, "I just wanted to see how
you were doing, that's all. Catch any fish?"

"Actually, I did pretty good," she heard him say, "caught
two beautiful trout but we fried them up for dinner. Désolé je
couldn't save you some"

"That's okay," Miranda said, "as long as you enjoyed them."

"We did."

"Well I have to go," she said, thinking that now she was very
en retard. "Don't let Jim and Gary take all of your money this time."
she said in closing.

"Not a chance," Ralph laughed, "both of them are playing
like shit. This time, I'm going to be winning the big pots."

The connection broke as she heard him hit the call end
bouton. Miranda sat there for a few more minutes, just staring at
the phone and thinking about the conversation that she'd just had.

"Fucking lying bastard!" she finally said as she tossed it
back into her bag.

-=-=-=-

Seeking out Josh to return his keys and again thank him,
Miranda was surprised to discover that not only wasn't he angry
about her being late, he had worked through his own break and had
nearly completed both of their tasks. Feeling a little guilty, the
older woman suggested that maybe Josh take off early and she
would stay and finish up whatever was left. Without even
considering it, he said he'd rather stay and wait until they were
both done. Miranda promised herself to at least carry her own
weight the rest of the evening, despite her problems.

Ninety minutes later, the last box had been counted and
they could call it a night. As the senior employee, it was Miranda's
responsibility to make sure that everything was locked up tight, so
she was the last to leave.

Checking the side door from which she'd exited one last
time, Miranda turned around to find Josh waiting in the parking
lot. She was sure he had left with the others ten minutes before.

"I remember you saying you came in on the bus," Josh said
in way of explanation, "so I figured you might need a ride home."

"You didn't have to do that," Miranda replied, "but I do
really appreciate it. As long as it's not out of your way that is."

"It's not," Josh answered, even though it was in the
opposite direction.

-=-=-=-

It didn't take more then ten minutes for them to reach
Miranda's house, even with the heavy Saturday night traffic. Josh
pulled right into the empty driveway and waited until his co-worker
reached the front door. Keys in hand, Miranda paused at the door
for a second, then walked back to the driver's side of the car.

"Josh, could you do me another favor?" she asked as she
leaned forward against the open window. "I know I've already
probably used up my quota for the month. My husband is away for
the weekend and even though the timers turned the lights on, I
really feel funny walking into an empty house and ..."

"Sure, no problem," the nineteen year old said as he opened
the car and stepped out. "My mom feels the same way."

The analogy made Miranda suddenly feel her age. For all she
knew, she was possibly even older than Josh's mother.

Taking the keys from her hand, he opened the door and
stepped inside the semi-lit house. It only took a few minutes for
him to check out the two floors and the basement, declaring them
to be empty. When he came back into the living room where
Miranda had waited, she asked him if he would like something to
drink.

"After the day I've had, I really need a drink," Miranda
said, "would you like to join me? I have soda too if you'd like
something softer?"

"A drink would be fine," Josh replied, hiding the fact that
his experience with alcohol was extremely limited.

Miranda led him into the kitchen were she took a fifth of
Johnny Walker Blue Label from the back of one of the cabinets,
then two tumblers from another. The bottle belonged to Ralph and
was usually saved for only the most special of occasions. That she
was going to share it with this kid who wouldn’t know good scotch
from lemonade would surely send her husband into a rage. Ce
was the least of her concerns right now.

Filling both glasses a quarter of the way, she handed one to
Josh. He looked at the amber liquid for a moment, then brought it
up to his lips. Miranda was about to warn him to take it easy when
in one quick motion he downed the contents.

The results were predictable, especially with someone who,
it quickly became obvious, had never tasted scotch in his life. Josh
gagged on the liquid and his face turned a bright shade of red.

“Are you okay?” Miranda asked, her concern hiding the
amusement she felt at the same time.

“I’m fine,” Josh replied after taking a deep breath, looking
at the empty glass in his hand.

“This is pretty strong stuff,” Miranda smiled as she brought
her own glass up, “it helps if you just sip it, at least at first.”

“I’ll remember that next time,” Josh answered as he put
the empty glass down on the counter.

Picking up the bottle, Miranda refilled both glasses and
watched with interest as the young man picked it up and again
brought it to his mouth. This time, he was a little more cautious
and only took a little taste.

“That’s better,” she said as she watched him bring the glass
back down, and then took a longer sample of her own.

Josh tried the drink again, this time he handled it even
better. “It’s pretty good,” he offered.

“For what it costs a bottle it had better be,” Miranda
thought as she again refilled both glasses.

With the bottle still in her hand, Miranda led Josh to the
kitchen table and directed him to an empty seat. After he had sat
down, she took the other one next to him.

“So what’s the deal between you and Jennifer?” Miranda
asked after they had again drained their glasses, only to see them
fill up once more.

“I don’t understand,” Josh replied.

“Why do you waste your time with a tramp like that?” le
salt and pepper haired woman expanded as she remembered the
gossip Mandy and Lois had shared with her. “A nice looking boy like
you could do a lot better.”

“It’s kind of complicated,” he answered, hiding what he
considered an embarrassing secret.

“Things are only complicated if you let them be,” Miranda
commented. “Whatever it is, I wouldn’t hold it against you.”

“She and I, what I mean she once ...” he started to say, his
tongue loosened by the alcohol.

“The two of you went out?” Miranda asked.

“Well, not really went out.”

“Then, what did ...” she started to ask, then realized what
he was talking about. Or at least she thought she did. “Did the
two of you sleep together?”

“Not exactly.”

“She blew you?” Miranda asked, her own tongue also
loosened a bit.

“She used her hand,” Josh finally admitted.

“She gave you a hand-job,” she blurted out, trying hard not
to laugh.

Josh went on to explain that one night last month, Jennifer
had cornered him in the break room one night and asked him to
cover for her after she made a mistake on a major supply order.
She had read the stock numbers wrong and undercharged the
client almost a thousand dollars. She was afraid that if the
manager found out it was her, especially after a few other
mistakes, he would have to get rid of her.

What she didn’t tell him, Miranda supposed, was that she
was already doing a lot more for Bob Carpenter than just jerking
him off. It was that she wasn’t yet sure enough of her ability to
get him to overlook such a costly mistake. Once Josh had taken
the fall, and she no longer worried about being fired, she’d rather
forget the incident in the break room had ever happened.

“Was Jennifer the only girl you’ve ever been with?” Miranda
asked, surprised at how personal this conversation was becoming.

“I’ve dated other girls,” Josh admitted, “but I’ve never ...
gone all the way.”

“And you figure that Jennifer would be the one who would
want to go all the way.”

The look on his face said that Miranda had hit the truth
right on the mark. It was a look of confirmation, mixed with
discomfort at having been revealed as a horny teenager just
looking to get laid.

“That’s nothing to be ashamed about,” Miranda smiled as
she reached across the table and laid her hand on top of his. “I
would think that almost every boy your age thinks pretty much the
same way at one time or another.”

"Vraiment?" Josh said.

“You should meet my sister,” Miranda laughed, thinking that
this was probably exactly the kind of young man she specialized in.

“Your sister?” Josh asked in confusion.

“Forget it, my mind was wandering,” she replied as she put
the cap back on the bottle, realizing that she’d had enough. As it
was, her mind was further drifting in a much more dangerous
direction.

If Alice were here in her place, Miranda was certain, the
young man sitting across the table from her would never have to
wonder again what it was like to be with a woman. In fact, he’d
probably have lost his virginity not long after stepping over the
threshold.

But of course she wasn’t Alice, or so she’d reminded herself
many times over the last two weeks. She couldn’t imagine cheating
on her husband, or at least she couldn’t until today.

“Miranda?” Josh asked, then repeated when he got no
response. “Miranda?”

“What?”

“You looked like you zoned out for a minute,” he said with
concern. “Are you all right?”

“I’m fine,” she smiled as her thoughts shifted to a
different, yet adjacent track.

“Maybe I should be going,” Josh suggested as he looked at
the clock on the wall, noting that it was almost half past nine.

“Do you have to?” Miranda asked. “It’s still pretty early.”

Josh seemed to hesitate on the answer.

“Of course if I’m boring you, or you have someplace more
important to go, I understand,” Miranda said.

“No, I don’t have anyplace to go.”

“Then why not stay a little longer then,” Miranda replied,
“at least until you let some of the scotch work its way out of your
system. We wouldn’t want you to get stopped at one of those
checkpoints they put up on weekends.”

The comment reminded Josh that he really wasn’t old enough
to legally drink, even though his father let him have a beer or two
at family functions. If the police, however unlikely, stopped him, it
could cost him his drivers license. They were pretty strict about
DWI around here, especially with teenagers.

“Okay, I’ll stay a while longer.”

“Excellent,” Miranda smiled, “because I am so enjoying our
little talk.”

“I guess I am too,” Josh replied, realizing that he really
didn’t want to leave after all.

“Why Jennifer?” Miranda asked as she went on, “I mean
aside from her obvious looks and the fact that she groped you.
Why not take a chance on one of the other girls in the store, say
Tina Maxwell? She’s pretty too and I know she likes you enough as
a co-worker. Why not ask her or one of the other girls out?”

“Tina is really nice,” Josh answered, “and if I was going to
be staying in town I would want to date her. But since I’m not, I
doubt a relationship would go very far. I don’t think any of the
girls are going to want to sleep with a guy who's leaving in two
months.”

“You’re leaving?”

“My family can’t afford college, and my grades aren’t enough
for a scholarship, so I’m going in the Air Force,” he explained.
“It’s a delayed enlistment, so I don’t leave for another six weeks.”

“And you didn’t want to go in the military a virgin.” Miranda
said, again hitting the nail right on the head. “Well I can
understand that.”

“I know it’s stupid but ...”

“It’s not stupid,” Miranda interrupted him. “At least not all
of it. I think the only stupid part of it all would be for you to
spend your first time with Jennifer. For all she cares about you, it
might as well as be with a prostitute, and that wouldn’t be a very
happy memory I’m sure.”

“Well I didn’t see myself as having many other options.

Articles similaires

Décadent

Droit d'auteur 2003 Publications FK « Mmmmm..., oui, Lisa... oui... continue comme ça... oui..., lèche..., lèche-moi ! » Slurp! Slurp! Slurp! Ses cheveux courts et noirs, Lisa lécha la chatte de son amie blonde, deux filles de vingt et un ans toutes nues et seules dans la chambre du motel, s'amusant, se caressant l'une l'autre. Oh Lisa..., oh, oh, ouiiii!, s'écria Sue aux cheveux longs et aux yeux bleus alors que la langue de Lisa s'enfonçait profondément dans la chatte de la blonde, sans arrêt pendant les trois minutes suivantes ! Finalement, Sue a explosé, Ouisss..., oui... je vais jouir... je vais jouir ! Cinq...

759 Des vues

Likes 0

Monter dans le Cumpany

Une sorte de première chose, j'ai décidé d'essayer l'écriture. C'est probablement horriblement et certainement une combustion lente, donc désolé d'avance si vous choisissez de continuer à lire. ----------------------------------------------------------------------------------------------------------- MONTER DANS LA CAMPAGNE Entre deux emplois, John acceptait tout travail disponible. Étant un jeune de 18 ans calme, il savait qu'il ne s'intégrerait jamais vraiment dans un centre d'appels, mais il a quand même accepté le poste en sachant qu'il devait gagner de l'argent pour continuer à payer les factures. Des factures comme les voyages qu'il a dû faire pour que sa relation à distance fonctionne réellement. C'était dur, mais le week-end...

824 Des vues

Likes 0

Sœur amusante (Pt1)_(0)

Sortir en boîte en ville n'est pas si mal, vous dites à vos amis quand ils ne cessent de vous demander pourquoi vous le faites : Pourquoi je le fais ?, vous vous demandez pour la dixième fois alors que vous et votre sœur vous tenez sur la plate-forme bondée en attendant le tube à la maison. Toutes les deux vêtues de jupes presque trop courtes pour la décence et de hauts moulants, votre sœur s'est toujours plainte que vous ne portiez jamais de soutien-gorge, vos seins fermes et tombant presque de la ligne inférieure du cou. 23h et vous n'arrivez...

1.6K Des vues

Likes 0

Le prendre

Ken n'aurait jamais pensé que cela lui arriverait. C'était un petit homme timide et encore très vierge. Il savait qu'il était gay depuis le début mais ne savait tout simplement pas comment s'exprimer. Et puis le nouveau club a ouvert juste en bas de la rue de chez lui. La première fois a été très dure. Il a quitté sa maison 4 fois pour revenir peu de temps après son départ, indécis. C'était tout ce qui se passait si ça l'avait fait entrer. Et si personne ne l'aimait ? Et si personne ne lui parlait ? Et s'ils riaient ? On...

723 Des vues

Likes 0

Une histoire d'amour au lycée pt 3

C'était lundi, mais heureusement, les vacances de printemps battaient leur plein. Je me suis réveillé après un autre rêve, cette fois sur Hailey et Abbey en même temps. Abbey chevauchait ma bite tout en s'embrassant avec Hailey. Je n'ai pas éjaculé dans mon pantalon cette fois, mais je me suis quand même réveillé en plantant une grande tente. La première chose que j'ai faite a été de vérifier mon téléphone quand je suis revenu à moi. Anna-beth m'a envoyé un texto me demandant si je voulais venir chez elle. J'ai accepté mais je n'ai pas pu venir avant midi. J'ai quitté...

1.2K Des vues

Likes 0

La nièce, la femme et leurs besoins Pt3

PARTIE 3 C'est jeudi et Ed et Sheila n'ont toujours pas appelé alors je vais sur le site échangiste et leur envoie un message quand je vois qu'ils sont en ligne. Je demande s'ils ont décidé de ne pas nous rencontrer car ils n'ont pas appelé. Elle ne répond pas pendant environ cinq minutes et mon cœur se serre. Juste à ce moment-là, ma ligne fixe sonne et, alors que je réponds, je vois Sheila Thompson s'afficher sur l'identification de l'appelant. J'aurais juré que je leur ai donné mon numéro de portable, je pense que je dis, bonjour. Salut Rick, c'est...

1.4K Des vues

Likes 0

Traiter avec un diable en chaleur - Une histoire d'Halloween

ATTENTION! Cet avertissement n'est peut-être pas nécessaire pour cette histoire particulière, mais je l'inclus car il est nécessaire pour la plupart de mes histoires. Si vous décidez de lire d'autres de mes histoires, assurez-vous de lire les révélations et les avertissements au début de chaque histoire. Tous mes écrits sont destinés UNIQUEMENT aux adultes de plus de 18 ans. Les histoires peuvent contenir un contenu sexuel fort ou même extrême. Toutes les personnes et tous les événements représentés sont fictifs et toute ressemblance avec des personnes vivantes ou décédées est purement fortuite. Les actions, les situations et les réponses sont UNIQUEMENT...

1.2K Des vues

Likes 0

Ancien Entrepôt Abandonné

J'ai appelé Marci en lui donnant l'adresse d'un vieil entrepôt abandonné que je possédais dans le Queens New York, je lui ai demandé de me rencontrer là-bas. Le claquement de ses talons de bottes résonnant sur les murs de béton est le seul son alors qu'elle entre dans l'entrepôt et parcourt le long bâtiment à ma recherche. Elle s'est arrêté. Les lumières fluorescentes vert jaunâtre dérangent ses yeux. Le sol est humide - mouillé par endroits avec des flaques d'eau noire - et les murs de béton qui s'écaillent s'effondrent par endroits. Cet entrepôt est un dépotoir, décrépit et déprimant et...

1.3K Des vues

Likes 0

BRISER L'HABITUDE

Si ce n'était pas pour la taupe sur la bite d'Aaron Denton, je serais beaucoup plus heureux, je vous garantir. Cette taupe me dérange depuis la troisième année, quand je l'ai vu pisser dans les bois. Quoi? dit-il d'un air absent, regardant autour de nous nos regards horrifiés, pas réalisant qu'il faisait quelque chose de complètement anormal. Le reste d'entre nous ne faisait que traîner, pissant régulièrement dans notre les fermetures éclair aiment les gens sensés, mais pas Aaron. Merde. Sans même donner Après réflexion, Aaron a dézippé son jean, baissé son pantalon, jusqu'aux genoux - (aaack !) - et a commencé...

1.3K Des vues

Likes 0

Milk-shake

Milk-shake Jenna était une petite fille de probablement 18 ans dans un camp d'été (heureux xnxx ??). Elle aimait les activités telles que la natation, le tir à l'arc, les minibikes et l'équitation. Tout allait bien, sauf qu'elle avait toujours faim tard le soir. Le dîner était à 6 heures, mais elle avait du mal à dormir, et à minuit, elle cherchait désespérément une collation. À environ 18 ans, ses hormones s'activaient et s'intéressaient à tout ce qui était sexuel. Jenna : Si seulement il y avait une grosse charge de sperme, je pourrais avaler, ça ferait mouche… (pensa Jenna) Elle...

875 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.