Ancien Entrepôt Abandonné

1.3KReport
Ancien Entrepôt Abandonné

J'ai appelé Marci en lui donnant l'adresse d'un vieil entrepôt abandonné que je possédais dans le Queens New York, je lui ai demandé de me rencontrer là-bas. Le claquement de ses talons de bottes résonnant sur les murs de béton est le seul son alors qu'elle entre dans l'entrepôt et parcourt le long bâtiment à ma recherche. Elle s'est arrêté. Les lumières fluorescentes vert jaunâtre dérangent ses yeux. Le sol est humide - mouillé par endroits avec des flaques d'eau noire - et les murs de béton qui s'écaillent s'effondrent par endroits. Cet entrepôt est un dépotoir, décrépit et déprimant et désorientant aussi. Ça pue les vapeurs d'essence et de diesel, le ciment mouillé et la moisissure, et dans sa belle jupe de laine grise, son chemisier blanc, son manteau de cuir noir et ses gants, elle ne se sent pas à sa place. Ses bonnes bottes sont déjà boueuses. Où
est Jean ? Elle se demande.

Un moteur de voiture démarre quelque part au loin mais avec les échos dans l'endroit caverneux, il est impossible de dire où. L'entrepôt a duré une éternité. Elle ne sait pas où se trouve la sortie maintenant, alors elle marche jusqu'à ce qu'elle trouve un passage et tourne à droite, le rythme de ses pas s'accélérant. Aucune voiture ne la dépasse. L'endroit est désert, bien qu'elle puisse entendre un coup ou un claquement occasionnel au loin.

Enfin, un mur et une passerelle. Elle saute dessus et se dirige vers une autre zone de l'entrepôt. Elle retourne sur le trottoir en arrivant à un autre mur vide avec une porte dedans. Il indiquait "Section 20-A à 22-D" et avait une flèche pointant vers le bas. Ceci est absurde. Elle s'arrête maintenant et regarde autour d'elle avec confusion. Elle enfile son gant droit et l'enlève pour pouvoir prendre son téléphone portable. Est-ce que ça marcherait ici ? Elle m'appellerait.

Elle ressent de la peur, puis de la colère. Se dirigeant à nouveau vers le col, elle aperçoit une lumière clignotante, une lumière jaune, balayant les murs de béton - une dépanneuse ou un véhicule de sécurité, peut-être une de ces voiturettes de golf dans lesquelles le personnel de sécurité est monté. Elle a couru pour l'intercepter, son sac à main se cogner contre elle. C'est un grand fourgon à marchepied, du genre habituellement utilisé pour les livraisons, peint en bleu officiel de la ville, avec un plafonnier jaune clignotant sur son toit, à peine assez bas pour dégager les linteaux en béton des supports en béton de l'entrepôt.

" Dieu merci!" souffle-t-elle en agitant le bras pour le signaler. La camionnette s'arrête en face d'elle et elle regarde à l'intérieur. La porte passager a été retirée et remplacée par une armoire à outils orientée vers l'extérieur. Elle regarde par-dessus le chauffeur, même si mon visage est dans l'ombre. « Écoute, peux-tu m'aider ? Je suis perdu ! Peux-tu juste me conduire jusqu'à la sortie.

Pendant un moment, je n'ai rien dit et elle regarde ma grosse main sur le volant, les muscles de mon avant-bras où ma manche est retroussée, une tache de graisse sur mon poignet. "Je ne peux pas," dis-je. " Contre les règles." Je passe une vitesse et le camion démarre. Elle s'agrippe à la porte. " S'il te plaît!" Le désespoir dans sa voix la surprend. « Personne ne le saura. Je te paierai. Je suis vraiment perdu !

Encore le silence. Elle baisse légèrement la tête, essayant de voir mon visage dans l'ombre. « Ok. Tu devras te mettre à l'arrière cependant, et rester hors de vue.
« Merci ! Oui, bien sûr ! Elle a couru à l'arrière du camion en ouvrant la porte, monte à l'intérieur et la referme derrière elle. L'intérieur est tendu de couvertures mobiles matelassées et de cordons élastiques suspendus au plafond. Il y a des boîtes à outils derrière le siège avant et des pots de peinture et d'autres équipements d'entretien.

Marci se pencha et marcha derrière moi. Le moteur est en plein centre du camion, faisant une grosse bosse à côté de mon siège, elle se penche dessus, regardant par le pare-brise pendant que je conduis. " J'apprécie beaucoup cela." Elle dit. La camionnette roule lentement et elle remarque que les numéros de section semblent n'avoir aucun sens. 13-D, 14-C, 13-E, 14-F. Ensuite, je fais tourner le camion sur plusieurs tours puis tue la lumière jaune, descends une rampe en spirale et entre dans un niveau inférieur plus sombre et plus désert.

"Je pense vraiment que la sortie est à l'autre niveau", a-t-elle déclaré. Je n'ai rien dit. Je conduis à travers un labyrinthe de couloirs déserts et de vastes pièces vides éclairées par des ampoules fluorescentes faibles et vacillantes, certaines pas éclairées du tout. Cela semble être une partie totalement différente de l'entrepôt, probablement un raccourci ou un chemin vers un bureau central, puis je tire le camion dans un coin sombre et éloigné contre une impasse et le mets en marche, elle suppose que j'avais pris un mauvais virage et allait reculer et faire demi-tour.

Je me retourne sur mon siège comme pour voir par les portes arrières et elle se retourne aussi, puis je l'attrape par le manteau et me lève soudainement en la tirant brutalement vers le carter du moteur, la prenant totalement par surprise. " Ce que vous êtes-?"
Je la pousse sur le dos en la tenant là alors que je marche rapidement autour d'elle et à l'arrière du camion pour que je me penche sur elle, en contrôle total, ses mains agrippant le devant de son manteau. La peur déferlant en elle, se battant avec une totale incrédulité. Elle sent la force dans mes mains et mes bras et sent la chaleur de mon corps. Elle ne peut pas tout à fait accepter ce qui se passe. La seule lumière dans la camionnette est la lumière fine et aqueuse qui s'infiltre par le pare-brise, de sorte que mon visage est toujours dans l'ombre, même si maintenant elle voit mon tee-shirt blanc et les poils sur ma poitrine jeter un coup d'œil à travers ma combinaison.

"Je vous suggère fortement de vous taire," dis-je, ma voix est un murmure profond et bas. "Je ne veux pas que tu sois blessé." Elle ressent un frisson d'excitation et de peur, elle essaie de me repousser, je tire rapidement le haut de son manteau à mi-chemin le long de ses bras, la piégeant efficacement dans son propre vêtement. La force et l'expertise de mes mouvements lui ont instinctivement dit qu'elle avait affaire à un professionnel, quelqu'un qui a déjà fait ça.

" Attendre attendre!" elle pleure. "Voulez-vous de l'argent? Je vais vous donner de l'argent! Il y a de l'argent dans ma bourse!" Cela semble me faire réfléchir et elle a pris cela comme un signe encourageant. Elle se figea, ne bougeant pas. « Vraiment. Prends-le. Prends ce que tu veux. Si ce n'est pas assez, je peux t'en avoir plus. Un autre bref silence, puis j'ai dit. « Je ne veux pas d'argent. Quel genre d'homme pensez-vous que je suis ?

Ma réponse la panique, et elle essaie à nouveau de tendre la main et au moins de me griffer, j'ai mis ma main sous elle et j'ai tiré son manteau par derrière, en faisant un garrot qui serrait ses bras contre ses côtés et la rendait impuissante. Elle est profondément sous terre, à des centaines de mètres de quiconque, et quand ma main est allée à sa gorge, elle a su qu'elle n'avait pas d'autre choix que de rester immobile, bien consciente que j'avais assez de force dans une main pour l'étouffer juste là.

Elle regarde ma main se diriger vers les boutons de son chemisier pour les ouvrir, et elle sent le tissu céder et s'effondrer sur sa peau comme quelque chose de vaincu. Il y a une pause, j'ouvre lentement la soie délicate de son chemisier comme pour dévoiler un repas, exposant sa poitrine et son soutien-gorge. Toute ma tête est encore dans l'ombre, elle sent mes yeux sur elle, la prenant, puis ma main réapparaît, serrant ses seins, l'un d'abord, puis l'autre. Elle sent la force de mes doigts, la tension alors que je combats l'envie de les écraser dans mes mains, une douceur perverse, et cela la rend audacieuse.

Elle rassemble toutes ses forces et essaie à nouveau de libérer ses bras, je la tiens maintenant avec une facilité embarrassante, alors que je continue à tâtonner ses seins et à peine conscient de ses luttes. Je suis un homme grand, fort et concentré, et elle sent à travers mon toucher que mon intention n'est pas de la blesser. Je suis presque adorateur. Ma main quitte ses seins et remonte jusqu'à sa gorge et je pousse doucement son visage vers le haut et sur le côté comme pour l'examiner. Je caresse tendrement sa joue, mon toucher la faisant paniquer alors qu'elle réalise la gravité de sa situation, allongée sur le dos dans un entrepôt désert, les bras coincés et le chemisier ouvert, se faisant tripoter.

Elle ne peut pas contrôler sa respiration et ses seins commencent à se soulever alors qu'elle commence à haleter et à hyperventiler et il n'y a rien qu'elle puisse faire à ce sujet.
« Chut, » je murmure, mes lèvres juste à côté de son oreille. "Rien à craindre."
Je place ma main légèrement sur sa bouche, pas assez fermement pour qu'elle ne puisse pas respirer, elle se calme immédiatement. Je retire ma main, mes doigts glissant sur sa poitrine jusqu'à ses seins. Je trace le bord de son soutien-gorge sur ses monticules et elle reste immobile, son attention attirée par le doux contact de mes doigts sur sa peau. Je répète le mouvement, cette fois en glissant mon doigt à l'intérieur des bonnets, m'insérant entre et dans l'espace chaud et humide entre sa chair et le soutien-gorge.

Elle ferme les yeux dans le déni. Ses seins sont extrêmement sensibles et érotiquement chargés, et elle trouve cela agréable. Elle se détend et le laisse se sentir bien. Je plonge mon doigt plus profondément dans son soutien-gorge comme un amant visitant les profondeurs, et alors que je progresse lentement, mon ongle effleure la circonférence de son aréole, et elle est surprise par la soudaine éclaboussure d'intérêt qu'ils ressentent.

Je saisis le bord supérieur de la tasse et la glissai lentement sur sa poitrine comme si j'éjectais un morceau de fruit de sa peau, savourant sa lente exposition. Elle essaie de se contrôler alors que le tissu traîne sur son mamelon, c'est affolant. J'ai contrecarré ses efforts avec une facilité humiliante, resserrant son manteau pour lui coincer les bras et écartant ses jambes. Toute mon attention est sur son corps maintenant, et c'est si elle-même n'est rien de plus qu'une irritation mineure, facilement éliminée.

Marci gémit de colère et de peur impuissantes. Elle lève la tête comme un témoin de son propre viol et me regarde baisser l'autre bonnet pour que les deux seins soient libres, puis ferme les yeux lorsque ma tête descend et que ma langue touche son mamelon.

Mon souffle est sur sa chair, ma langue fait le tour de son mamelon en cercles lents et humides, et malgré elle, Marci ressent une bouffée de plaisir salace entre ses jambes. Mes lèvres forment un anneau autour de son aréole et aspire, elle sent le souffle de mes narines sur sa peau. C'est crasseux et dégoûtant, elle laisse tomber sa tête en arrière sur le capot moteur comme si elle pouvait nier le plaisir qu'elle ressent. Elle ne peut pas se permettre de ressentir cela, elle ne peut pas non plus le nier, et d'ailleurs, quel choix avait-elle ? Ses bras sont piégés dans son manteau et elle est penchée en arrière sur le carter du moteur alors que je suis penché sur elle comme un vampire avec ma victime, me gorgeant lentement de la chaleur et de la tendresse de ses seins.

Elle ne savait pas quoi ressentir. C'est une agression – un viol – mais son choc et sa désorientation sont trop grands, et ma force physique et mon désir sont écrasants, comme une force physique ou une vague qui la retient. J'avais un sens étrange de l'endroit et de la manière de la toucher, comme si je pouvais lire dans ses pensées ou connaître tous ses secrets - une étrange sorte d'intimité physique qui parlait directement à son corps et ne se souciait pas de ce que son esprit pensait. La façon dont je m'attardais sur ses seins – sucer, lécher, taquiner, attraper ses mamelons entre mes dents – était bien plus qu'il n'était nécessaire si j'allais simplement la violer. J'avais l'impression de savoir exactement ce qu'elle aimait, comment elle fonctionnait. Je semblais savoir instinctivement à quel point ses seins étaient chargés d'érotisme et exactement comment elle aimait qu'ils soient traités, comment presser, où toucher.

Je savais juste quand ponctuer la douceur écoeurante d'une langue taquinant son mamelon avec le pincement aigu de mes dents. Un mamelon puis l'autre - les cercles lents, la langue flottant, les longs coups de langue sinistres, et enfin sucer son sein dans ma bouche le mordant et le suçant, mes sons de plaisir urgents et animaux, ma main urgente et pétrissant. Je libère sa gorge en taquinant un sein avec ma bouche, je pince et roule l'autre mamelon avec ma main, enduisant de ma salive l'aréole, faisant glisser mes ongles sur le dôme charnu jusqu'à ce qu'elle soit couverte de chair de poule et frémissante de besoin. Quand elle a pensé qu'elle ne pouvait plus supporter la stimulation de ses mamelons, j'ai commencé à embrasser et à lécher ses seins de l'aisselle au sternum, en plantant des morsures douces sur le dessous ou en frottant mon visage rugueux et mal rasé sur les pentes supérieures, tenant ses bras en arrière et lui faisant lutter contre l'envie de se presser plus fort dans ma bouche, se vautrant dans la douceur de ses seins jusqu'à ce qu'elle ait totalement oublié sa promesse de ne rien ressentir.

« Ah ! Ah ! Elle lève la tête. La stimulation de ses seins devient plus qu'elle ne peut supporter. Ses mamelons sont raides et douloureux, et ses seins sont pleins et gonflés. Elle me regarde pour essayer de déterminer mes attentions, mais tout ce qu'elle peut voir, c'est le haut de ma tête et mes mains fortes tenant ses bras, des bras qui avaient cessé de se débattre. Elle ne peut pas se rendre comme ça, alors elle essaie de se tordre et de se tordre sur le capot du moteur, essayant instinctivement d'échapper au léchage et à la succion exaspérants de ses seins nus, mais tout ce qu'elle peut bouger, ce sont ses jambes, et tout ce qu'elle a réussi à faire fait glisser sa jupe sur ses cuisses. Je m'en aperçois et lâche l'un de ses bras en glissant ma main sous sa jupe, glissant jusqu'à l'intérieur de sa cuisse, comme pour lui montrer qu'il existe de nombreuses façons d'aborder ses défenses.

Cet assaut sur sa chatte est trop, prenant le tout à un autre niveau, et elle commence à se battre, c'est une lutte étrangement tendue et silencieuse - son halètement laborieux et sa lutte pour respirer et des gémissements occasionnels de résistances ; le léger craquement et bruissement de son manteau de cuir ; la succion obscène de ma bouche sur sa chair ou mon grondement animal chaud de luxure qui lui donne un frisson obscène, comme si elle se regardait se faire dévorer.

La lutte ne l'a menée nulle part, tout à coup je m'arrête et me redresse. Je suis à genoux près du carter du moteur où ses jambes ne peuvent pas m'atteindre, une main tenant toujours le dos de son manteau, mais légèrement maintenant, et alors que je me redresse, mon visage a de nouveau disparu dans l'ombre. Elle pensait que j'allais peut-être arrêter maintenant, que je l'avais peut-être emmenée assez loin pour l'exciter et lui briser le moral, et que c'était ce que je voulais. Peut-être que maintenant je m'arrêterais et me dirais que je lui avais donné une leçon et l'avais humiliée, lui disais de s'habiller et de la conduire à sa voiture, je ne montrais aucun signe de la laisser partir.

Elle était allongée nerveusement, confuse et honteuse de son soudain sentiment d'anticlimax. Ses vêtements sont en désordre, son chemisier ouvert et son soutien-gorge baissé, ses seins rouges et écorchés par ma barbe et ses mamelons douloureusement dressés, sa jupe relevée autour de ses cuisses. Elle réalise cependant que je n'avais pas l'intention d'arrêter. Je m'arrêtais pour l'admirer, pour lui faire sentir sa propre impuissance. Ma main se tend vers sa cuisse sous sa jupe touchant la peau douce près de sa chatte et elle crie avec un sentiment d'indignation soudain et renouvelé. Quand je me suis redressé, elle a réussi à libérer son bras droit et elle a essayé de me repousser avec mais j'ai reposé mon poids sur elle en tendant la main derrière sa tête avec ma main gauche, j'ai attrapé son poignet droit et je l'ai tenu facilement, laissant elle sans défense.

J'avais une main libre pour piller son corps et ma bouche revient sur ses seins nus comme si mon travail n'était pas terminé.
"Détendez-vous maintenant," dis-je. « Détendez-vous... » Avec mon poids sur elle, elle ne peut plus éviter de sentir la tige dure de ma bite poignarder sa hanche comme un ciseau à froid, et elle ne savait pas pourquoi elle était si surprise. Marci a vraiment peur.

" Non non!" crie-t-elle, elle essaie à nouveau de s'éloigner de moi, mais je l'ai si bien immobilisée avec mon bras que je retire mon autre main de sous sa jupe et finis nonchalamment de déboutonner son chemisier jusqu'à sa taille, prenant mon temps, confiant que elle n'a absolument aucun moyen de m'arrêter ou de s'enfuir. Malgré ses luttes, je commence à caresser sensuellement son ventre nu, faisant glisser mes doigts sur la chair sensible et faisant contracter les muscles. Je glissai mes mains sur ses hanches, puis trouvai le bouton sur le côté de sa jupe, l'ouvris et tirai la fermeture éclair vers le bas. J'ouvre la jupe puis la pousse et la glisse jusqu'à ce qu'elle soit sous sa culotte, puis ma main commence à effleurer de manière taquine la peau nue de ses cuisses et son monticule couvert de culotte, la caressant, la chatouillant, l'amenant à l'excitation, comme si j'avais tout le temps du monde.

La sensation de mes doigts sur son monticule, la facilité avec laquelle je la touche et la façon désinvolte dont ma main joue à la jonction entre le tissu et la chair la font palpiter de désir physique. Elle pousse, soulève et martèle ses hanches, je suis comme un morceau de fer - trop fort, trop lourd - et elle se rend compte que ses girations sont sexuelles et très suggestives. Ils ne font que la rendre plus impatiente et plus affamée. Finalement, elle s'arrête, abandonne. Elle garde ses forces pour quand elle en a vraiment besoin, pour quand j'essaie d'enfoncer ma bite en elle. Peut-être qu'alors elle pourra lever ses genoux pour me repousser, ou mettre un genou dans mes couilles. Pendant ce temps, mes baisers et ma succion de ses seins n'ont jamais cessé, mais le centre de leurs deux attentions s'est déplacé vers sa chatte où elle a encore plus faim et plus besoin et les sentiments sont plus profonds et plus difficiles à contrôler.

Elle palpite d'un besoin douloureux. Je ne suis pas pressé de la baiser cependant. Je joue avec son ventre et ses hanches, glissant mes doigts sous la taille de sa culotte descendant, la taquinant, jouant autour de son pubis bien rasé, la taquinant jusqu'à ce que sa chatte ait besoin de mon toucher, jusqu'à ce qu'elle veuille sentir ma main contre elle vide faim. Elle ferme les yeux de frustration et de colère puis finalement, ma main laisse glisser sa culotte sous sa jupe touchant sa chatte douloureuse par en dessous.
Mes doigts pressent l'entrejambe humide de sa culotte contre sa chair sensible et Marci se mord la lèvre pour étouffer un cri de satisfaction. Son corps se cambre et tremble en réponse, elle le combat, essayant de ne pas bouger, essayant de ne pas me donner la satisfaction de voir l'effet que j'ai sur elle, mes doigts si curieux, si fascinés par elle, et les endroits que je touche sont si justes, la pression, le coup si parfait.

Pour toute la passion furieuse de ma bouche sur ses seins, mes doigts sur sa chatte sont comme ceux d'un amant expérimenté, amant adorateur de la féminité, et qui sait quels points la font réagir avec une secousse rapide de ses hanches ou un petit gémissement, une forte inspiration ou un frisson subtil - un doux massage de ses lèvres, un doigt taquin glissant le long de sa fente ou sondant à l'intérieur d'elle, glissant en cercles sur son clitoris ou appuyant fermement et rythmiquement contre lui, ou la prenant occasionnellement chatte entière dans ma main serrant dans un acte de possession masculine qui touche quelque chose de profond et primitif en elle et lui donne envie de s'accrocher à moi. Je suis intelligente, perspicace, magistrale, patiente, et bientôt elle sent la peur aiguë et tintante imbibée d'adrénaline quitter ses muscles et être remplacée par la douleur profonde et profonde de la tension sexuelle pure, un délicieux resserrement sexuel qui à la fois la détend et fait son plus dur et solide.

Mes mains connaissaient intimement sa chatte maintenant, aussi bien qu'elle la connaissait elle-même, et elle renonce à lutter contre moi, abandonne entièrement. Il a dit des choses sales contre sa chatte. « Tu vas me laisser te baiser ? Hmm ? Tu vas me laisser te bourrer avec ma grosse bite dure ? La pression ardente monte et monte jusqu'à ce que soudain l'extase brûlante jaillisse de sa chatte à travers tous les nerfs de son corps. Elle est brisée une fois, deux fois, trois fois jusqu'à ce qu'elle soit reconstituée avec mes lèvres embrassant son corps.

Je me suis levé en sortant de mon pantalon à un moment donné et elle sent ma bite dure et glissante courir le long de sa cuisse. "Je vais te baiser si fort et si profondément que tu ne pourras jamais jouir sans penser à moi." Ma bite pousse contre sa chatte pendant que je mordille son mamelon. Mes dents la mordent un peu et elle frissonne. Je souris en enroulant un bras sous ses fesses, la hissant entre mon corps et le capot du moteur. " Ça va être bien."

J'enfonce ma bite en elle d'un long et lent glissement. Ses yeux s'écarquillèrent à chaque centimètre que je poussais avec force. Marci haletait lourdement au moment où je touche le fond, et mes yeux verts sont cagoulés et remplis d'un plaisir tranquille. Je suis silencieux alors que j'entre et sort d'elle. Envoyant des vagues de plaisir à travers elle contre le capot du moteur. Je poussai contre elle en coups lents, constants et approfondis. Elle ferme les yeux, elle ne supporte pas mon regard intense et déterminé.

Puis elle sent ma bouche se refermer sur son sein, suçant à nouveau son mamelon endolori. Ses yeux s'ouvrirent d'un coup, " OMG..Putain, John." Je continue à la baiser sans dire un mot. Ma main parcourant son corps, agrippant ses fesses, poussant contre son ventre, la positionnant par son épaule.
« S'il vous plaît, John », supplie Marci après un moment. Elle est si près de revenir.
Je me suis levé en soulevant son corps plus haut contre le capot du moteur. Ses jambes se croisent automatiquement sur mes fesses, me serrant plus fort. J'attrape son sein endolori qui claque plus fort et plus profondément en elle. Les poussées sont rudes et constantes, presque insupportables.

Mon visage se crispe alors que je la regarde revenir. Je gémis quand sa chatte serre fort ma bite comme un étau, m'attirant plus profondément. Marci ferme les yeux, incapable de gérer l'expression de désir nu et d'intention barbare sur mon visage.
Ma main se dirigea vers ses cheveux, les tirant fermement pour qu'elle garde ses yeux sur moi. Marci sait maintenant que cela a toujours été censé être comme ça. Elle était destinée à être baisée par moi depuis que nous avons posé les yeux l'un sur l'autre.

Un grognement monte de ma poitrine et dans ma gorge. Mes poussées frénétiques et mes grognements primaires, il est évident que je suis proche. Sa chatte trempée lui donne un autre choc de plaisir qu'elle savait que je ressens. Elle est certaine qu'elle mourrait en venant. Mes lèvres vinrent vers elle dans un baiser torride. Une parmi tant d'autres alors elle s'est rendu compte. Ma langue luttant contre la sienne dans une violence féroce et humide qui fait monter en flèche son pouls.

Finalement, je sursaute en retirant ma bouche pour enfouir mon visage dans son cou. Je gémis passionnément, tenant son cul avec les doigts écartés. Mon corps la couvrit alors que ma bite se relâchait, poussant des rafales de sperme au fond d'elle à chaque secousse. Je soupire en m'éloignant d'elle. Ma bite est tombée, laissant une traînée de crème. Je repousse ses cheveux de son front en sueur en lui donnant un autre baiser. C'est tellement dévorant qu'elle a presque l'impression qu'elle peut à nouveau avoir un orgasme.

Je m'éloigne d'elle en remontant mon pantalon au passage. Ses doigts lâchèrent son manteau. Elle est allongée nue sur le capot du moteur et sa chatte ravagée dégouline de mon sperme. Le bruit intime de ma braguette qui se referme la fait rougir, ce qui est ridicule compte tenu de tout ce que nous venons de faire.

Je suis venu vers elle une fois que je suis présentable en saisissant son menton. « Habille-toi Marci, je vais t'emmener à l'entrée. Ensuite je te verrai chez toi pour qu'on puisse continuer notre temps ensemble », haletai-je, essoufflée par notre baise. Marci
se dirigea vers sa voiture, son corps ravagé par le plaisir et complètement confus.

Articles similaires

De l'épicerie à f

J'ai regardé l'incroyable séductrice par derrière en pensant à toutes les choses sales que je lui ferais si j'en avais l'occasion, ce qui était exactement ce que je voulais. Je l'ai suivie à distance et j'ai continué à faire du shopping, ou à faire semblant à ce moment-là. J'étais tellement perdu dans le corps de l'adolescente en face de moi que faire du shopping pour ce pour quoi je suis venu n'allait tout simplement pas se produire à cause de mon imagination hyperactive. Cela n'a pas aidé que ma bite soit dure comme de la pierre, surtout dans le jean serré...

2.1K Des vues

Likes 0

La femme de Frank, partie 5

La femme de Frank, partie 5 Le voyage de Jim Retour au Sex Shop histoire de: SindyxSin Jim ramène Kathy au sex-shop. NOTE DE L'AUTEUR: Ceci est une histoire sexuelle continue. Il peut avoir des relations sexuelles brutales et ne doit pas être lu par des personnes qui ne sont pas dans ce type de sexe. Ce n'est pas pour tout le monde, la douleur, l'humiliation et d'autres actes sexuels utilisés pour dégrader une personne, ce n'est pas pour tout le monde. Si cela vous excite, je suis heureux, mais s'il vous plaît, n'essayez rien de tout cela sur des partenaires...

1.9K Des vues

Likes 0

Mon frère Turner et moi

J'étais assis à la table du petit déjeuner essayant de décider quoi faire. Ce soir, c'était le réveillon du Nouvel An et mon frère m'avait demandé d'aller à une fête du Nouvel An avec lui. Je venais d'avoir 44 ans en novembre. Mon mari est décédé il y a trois ans et je vivais seule. Le nom de mon frère est Turner et il a quinze ans de moins que moi. Ma mère m'a eu quand elle n'avait que 16 ans et ils n'ont pas eu d'autre enfant avant qu'elle n'ait 31 ans. Depuis la mort de mon mari, Turner a...

2.9K Des vues

Likes 0

Jilly

J'ai séduit, contraint ou forcé une jeune fille mineure. Appelez ça comme vous voulez, mais c'est arrivé, j'ai honte, après la première fois, mais j'ai continué à profiter de ce que j'avais conspiré pour qu'il se produise, encore et encore. Une histoire vraie qui heureusement a bien marché, ça aurait pu aller dans l'autre sens ! Pourquoi est-ce arrivé? Je suis un mec, marié depuis 15 ans et pour être honnête, j'en ai marre de baiser ma femme, qui était passée du plaisir sexuel à le supporter. J'avais besoin d'un peu de piquant, quelque chose pour me faire savoir que je...

2.6K Des vues

Likes 1

La suite 5

Jim faisait les cent pas depuis une heure maintenant, après avoir détruit leur flotte d'invasion, ils étaient partis après le seul navire restant de la flotte Krang. Mary et Amber l'avaient regardé presque tout le temps Jim si tu ne le fais pas assieds-toi, je vais te casser la gueule, je ne peux pas supporter beaucoup plus ton rythme », a presque grondé Mary. Jim s'est rapidement assis dans le fauteuil de commandement en essayant de ne pas regarder Mary, désolé Mary, je déteste cette attente, j'ai rien sur le robinet pour faire rien sur quoi travailler, vous savez que je...

1.9K Des vues

Likes 0

Mission érotique d'Abby

J'étais à mon collège depuis plusieurs années et j'avais la réputation de défier intellectuellement mes élèves, en particulier dans le domaine de la littérature dramatique. De nombreux élèves sont allés dans une école secondaire de la ville qui était exceptionnelle. . . même remarquable à l'échelle nationale. Un de ces étudiants. . . Abby était de loin ma préférée. Elle avait en fait passé ses années élémentaires au Canada et l'éducation qu'elle avait reçue était exceptionnelle. Bien que la situation que je m'apprête à décrire. . . a eu lieu alors qu'elle avait 14 ans, j'ai eu le plaisir de l'avoir...

1.8K Des vues

Likes 0

La fille derrière le mur

J'étais en deuxième année de fac quand je l'ai rencontrée. Kacey vivait dans le dortoir à côté de moi, mais je ne l'avais jamais vue. Je ne la connaissais que par le nom sur la porte et ce que j'ai entendu cette première nuit. Je me suis assis dans mon lit en me préparant à aller dormir. Par lit a été poussé contre le mur, et c'est alors que je l'ai entendu; un petit gémissement doux et sexy de l'autre côté du mur. J'ai balayé le premier son mais en entendant le second, un peu plus fort et plus long, j'ai...

1.9K Des vues

Likes 0

Sœur amusante (Pt1)_(0)

Sortir en boîte en ville n'est pas si mal, vous dites à vos amis quand ils ne cessent de vous demander pourquoi vous le faites : Pourquoi je le fais ?, vous vous demandez pour la dixième fois alors que vous et votre sœur vous tenez sur la plate-forme bondée en attendant le tube à la maison. Toutes les deux vêtues de jupes presque trop courtes pour la décence et de hauts moulants, votre sœur s'est toujours plainte que vous ne portiez jamais de soutien-gorge, vos seins fermes et tombant presque de la ligne inférieure du cou. 23h et vous n'arrivez...

1.5K Des vues

Likes 0

Bug Chasing - Croisière pour le SIDA

C'était difficile pour moi, au début, de comprendre pourquoi je me sentais comme ça. J'ai adoré la façon dont j'avais envie de bite nue dans mon trou du cul pédé, j'ai adoré à quel point je voulais que chaque bite qui baisait ma chatte gay se vide de charge sur charge de sperme chaud, gluant et fondu au fond de ma chatte d'homme palpitante et douloureuse. Mais attendez, ce n'était pas ce que j'avais du mal à comprendre. Ce qui s'est passé, c'est que lorsque j'ai commencé ma carrière de cock-riding à l'âge de 14 ans, c'était au début des années...

1.3K Des vues

Likes 0

MÈRE ENSEIGNE FILLE_(0)

Où est ton père, a demandé Alicia Mead à sa fille Nancy, je commence à en avoir marre d'essayer de garder une trace de cet homme !?! La dernière fois que je l'ai vu, c'était dans la salle de bain, répondit Nancy en se versant un verre de jus d'orange, il récurait le sol autour des toilettes !!! Il aurait dû en finir avec ça depuis longtemps, dit Alicia avec irritation, si je découvre qu'il a déconné, je lui ferai souhaiter qu'il ne l'ait pas fait !!! Aw, vas-y doucement avec lui, maman, dit Nancy entre deux gorgées de jus, il...

1.7K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.