Femme méchamment sauvage

791Report
Femme méchamment sauvage

C'était juste un autre mardi, un mardi comme les autres, Barbara s'habillait pour aller travailler, et son mari John se réveillait déjà. Ils sont mariés depuis plus de cinq ans et leur relation les a satisfaits tous les deux. Tous deux ont convenu qu'ils ne voudraient pas se partager avec quelqu'un d'autre, étant simplement une famille mariée traditionnelle et normale. Barbara aimait énormément John. Il a continué à lui montrer qu'il s'occupait d'elle comme il l'était quand ils se sont mariés. Il l'embrassait, la serrait dans ses bras, lui offrait des cadeaux, lui parlait de mots doux, pratiquement tout. Elle était convaincue que son mari était heureux, ce qui la rendait heureuse en retour.

Barbara avait trente et un ans et les années qu'elle a passées à faire de l'exercice, combinées à son régime alimentaire modéré, ont fait d'elle une belle femme à cet âge. Elle a réussi à ne pas trop grossir et en était fière. Elle n'était pas maigre, en fait elle avait des hanches galbées et un ventre, mais grâce à des muscles développés, elle avait l'air très bien. Elle mesurait 5 pieds 7 pouces et ses cheveux roux blonds étaient courts mais volumineux.

L'horloge indiquait 7 h 45 et elle devait être à son travail à l'Université à huit heures. Donnant à John un baiser d'adieu, elle ferma la porte derrière elle, monta dans sa voiture et partit travailler. C'était une journée très chaude et, alors qu'elle donnait un cours, elle pouvait voir que ses étudiants étaient épuisés par toute la chaleur. Elle transpirait elle-même. Ce serait tellement agréable de prendre une douche fraîche à la maison, pensa-t-elle. Pour éviter d'être considérée comme une garce totale, elle a dit à sa classe que la conférence aurait lieu plus d'une heure plus tôt car tout le monde était fatigué. Après une salve d'applaudissements des étudiants, Barbara a couru à la maison. Alors qu'elle conduisait sa voiture, elle a commencé à imaginer comment elle pourrait surprendre son mari quand il rentrerait de son travail aujourd'hui. Comment elle l'aimait.

En passant devant les arbres d'un vert éclatant près de leur maison, Barbara s'est arrêtée pour les regarder une seconde, quelle merveilleuse et chaude journée c'est. Elle était exceptionnellement joyeuse pour une raison qui lui était inconnue. Tout allait bien, tout était comme elle le voulait. À la maison, elle prit une douche rapide, enfila son peignoir et alluma son ordinateur. Elle devait consulter régulièrement ses courriels car ses élèves avaient toujours des questions et cela faisait partie de son travail de les aider. Lorsque toutes les fenêtres se sont chargées, Barbara a ouvert son e-mail et a vu qu'il n'y avait pas d'e-mails pour elle. Comme il n'était que onze heures du matin, elle avait toute la journée devant elle et ne voyait rien de mal à passer quelques heures sur Internet, à parcourir des sites d'actualités, à faire du shopping ou à jouer à des jeux.

Après avoir lu toutes les nouvelles qui l'intéressaient, elle a décidé de revenir en arrière et de relire un article de presse sur le régime Atkins sur lequel elle était tombée par hasard. Lorsque la longue liste des sites visités s'est ouverte dans une colonne sur le côté gauche de son navigateur, elle a commencé à rechercher ce site. Rien n'aurait pu la préparer à ce qu'elle vit ensuite. Il était très facile de voir que le dossier d'historique contenait l'historique d'un certain nombre de sites Web ouverts avant qu'elle n'allume l'ordinateur. La date indiquait que c'était le même jour, mais c'était quand elle enseignait à l'école. Les sites Web visités étaient tous des sites de pornographie hardcore. Elle n'avait aucun scrupule à les ouvrir pour voir exactement ce que son mari devait regarder, elle n'était pas prude. La première photo qu'elle ouvrit montrait un homme musclé insérant sa queue dans le buisson poilu d'une jolie femme, visiblement plus jeune que Barbara, qui avait les cheveux noirs foncés et les yeux bleus. Une autre série de photographies représentait une situation de travail où un homme en costume d'affaires baisait ce qui semblait être son collègue, peut-être une secrétaire. Une fois de plus, c'était une belle femme aux cheveux noirs, qui était plus jeune que Barbara, et qui avait l'expression la plus diabolique sur son visage alors que la salive coulait de son menton et qu'un énorme membre de son patron était poussé dans sa bouche.

Barbara était assise là dans le salon, en état de choc total, incapable de mettre ses pensées au clair. Son mari regardait du porno !? Cela l'a blessée émotionnellement à tel point qu'elle a senti qu'elle était en ébullition, elle a senti l'adrénaline monter dans son sang et elle avait envie de donner des coups de pied et de lancer des choses. C'était inexcusable. Elle a tout donné à son mari. Elle n'a jamais regardé d'autres hommes, n'a jamais regardé de porno, il était tout ce qui comptait pour elle, et maintenant, il la remboursait en regardant de la pornographie. Les pensées de Barbara commencèrent à se déchaîner. Et si l'infidélité de son mari ne se limitait pas au porno hardcore qu'il regarde sur l'ordinateur ? Et s'il la trompe aussi au travail. Après tout, la plupart des photos qu'elle a vues après son départ montraient une sorte de situation de travail, où une secrétaire baisait son patron. Et John travaillait au bureau de conseil financier, il avait une secrétaire.

Barbara n'y avait jamais pensé, mais maintenant elle s'en souvenait. Cette secrétaire, cette jeune fille, elle l'a vue une fois. Elle avait l'air si innocente et jolie, et à l'époque Barbara ne se serait douté de rien. Elle s'est mise à pleurer et ses yeux étaient tout rouges. Elle était vraiment folle. Il est vrai qu'elle n'a aucune preuve que son mari la trompe physiquement, mais qui sait ? S'il ne trouve rien de mal à regarder de la pornographie hardcore pendant que sa femme est au travail, il fait peut-être autre chose à côté. Pour Barbara, son mari regardant du porno était un succès assez important. Elle ne lui pardonnerait jamais. Oui, elle-même avait des pensées sur les autres hommes. Après tout, elle n'est qu'humaine, mais elle n'a jamais cédé à ses désirs. Elle n'a jamais cherché intentionnellement des hommes à regarder, elle a supprimé ces pensées. Si elle pouvait le faire, alors John devrait le faire aussi. Merde, s'il voulait vraiment regarder du porno, il n'aurait au moins pas dû garder mon secret. Nous aurions pu le regarder ensemble et être honnêtes l'un envers l'autre. Ce bâtard.

Après que la rage initiale incontrôlable à l'intérieur du cœur de Barbara se soit calmée, elle a commencé à penser de sa manière rationnelle habituelle, ou du moins c'est ce qu'elle pensait. Elle ne pardonnerait jamais ce qui s'est passé aujourd'hui. Des pensées de vengeance ont commencé à grandir en elle. Réflexions sur la façon dont elle peut compenser l'infidélité de John. Que pouvait-elle faire ? Les pensées folles qu'elle bloquait habituellement recommencèrent à faire surface. Des pensées d'hommes, de sexe et de luxure lui hurlaient dessus alors que la folie de la vengeance dissolvait toutes les inhibitions. Il méritait d'être récompensé, et Barbara était déterminée à s'assurer que cette récompense se produirait d'une manière ou d'une autre. S'il pense qu'il peut me tromper comme ça, je lui montrerai ce que tricher signifie vraiment, marmonna-t-elle pour elle-même. Ses jambes étaient couvertes de bas noirs sexy alors qu'elle enfilait sa jupe en cuir brunâtre et un chemisier blanc. Alors qu'elle se rendait au centre-ville, elle était encore plus déterminée à faire ce qu'elle avait prévu. Il n'y avait aucun doute dans son esprit qu'elle allait s'en sortir. Elle essaiera de choisir un inconnu au hasard et de le baiser, le tout pour se venger de son mari.

Une station de radio rock classique jouait en arrière-plan alors que Barbara était assise à la table du bar où elle et John avaient l'habitude d'aller souvent. C'était un bar relativement propre, où il y avait toujours quelqu'un qui buvait, regardait le match ou se détendait simplement avec ses amis. Alors qu'elle était assise à table, sirotant une margarita qu'elle avait achetée, elle repensait à ce qui s'était passé plus tôt. Au début, elle bloquait ses inhibitions avec sa conscience. Peut-être que je ne devrais pas tomber à son niveau, pensa-t-elle. Je ne devrais pas juste baiser quelqu'un juste parce qu'il regarde du porno et qu'il se fout probablement de sa secrétaire ? Mais une autre envie s'éveillait en elle. C'était un sentiment qui le faisait se sentir tout vilain et sale à l'intérieur. Elle se sentait comme une salope, mais pas de manière honteuse. Elle pouvait sentir une vague déferler entre ses jambes.

« Puis-je vous rejoindre ? demanda un grand homme aux cheveux noirs à Barbara en s'approchant de la table ? Il mesurait environ un mètre quatre-vingt, des cheveux noirs foncés avec des cheveux gris dedans, pas gros. Il portait une chemise bleue et un pantalon jaune kaki. Il avait l'air plus jeune que John. Peut-être vingt-cinq.

"Pourquoi, bien sûr, je cherchais en fait de la compagnie. Assieds-toi !" Barbara a répondu aussi gentiment qu'elle le pouvait. Peut-être que je ne devrais pas être aussi franc à ce sujet, commença-t-elle à s'inquiéter.

« Oh vraiment ? Alors tu fais juste une pause après le travail ? L'homme a demandé.

"Eh bien, en quelque sorte. Au fait, je m'appelle Barbara" dit-elle en tendant la main pour une poignée de main.

"Oh ! Je suis tellement désolé, j'ai oublié de me présenter. Je m'appelle Steve. Ravi de vous rencontrer Barbara. Puis-je vous offrir un verre ?" il a gentiment offert.

« Hmm… j'en avais déjà une. Mais ça ne ferait pas de mal. Peux-tu m'offrir une Heineken ? Barbara a répondu suivi d'un "bien sûr" de sa nouvelle connaissance.

Les deux corps étaient assis dans le bar faiblement éclairé, apprenant à se connaître pendant environ quarante minutes. Il s'est avéré que Steve était également marié et travaillait comme gérant d'un magasin de détail non loin du bar. Il avait une personnalité plutôt agréable, avait remarqué Barbara. Il souriait juste au bon moment et utilisait habilement ses expressions faciales. Elle était impatiente de finir son plan. Elle devait l'inviter chez elle pour que sa vengeance contre John réussisse. Plus elle et Steve parlaient, plus elle essayait d'être suggestive. Elle s'efforcerait de cacher ses véritables intentions. Ils étaient maintenant assis l'un à côté de l'autre et leurs jambes se touchaient. Une sensation de picotement envoyait des impulsions entre ses cuisses. Barbara pouvait sentir l'humidité s'accumuler dans sa culotte en coton blanc alors qu'elle imaginait comment la bite d'un autre homme s'insérerait dans sa chatte. Ce n'était pas l'apparence de Steve, ce n'était même pas sa personnalité. Ce qui a de plus en plus excité et excité Barbara, c'est la réalisation de ce qu'elle allait faire. Elle tromperait son mari avec un autre homme, un homme qu'elle connaît à peine et ses actions seraient justifiées à ses yeux. Elle pouvait sentir les hormones se précipiter dans son sang par vagues, la faisant se sentir mal et salope, et elle aimait ça. À sa grande surprise, elle se trouva même doublement excitée en sachant qu'elle allait baiser un homme marié. Elle n'a jamais fait cela auparavant, n'a lu que de telles escapades dans des romans d'amour bon marché.

« Alors, j'ai l'impression que tu es mécontent de quelque chose ? Qu'est-ce qui ne va pas Barbara ? demanda Steve.

Barbara le regarda avec un sourire félin. Comprenez ce que je veux dire. En fait, je pense que vous seriez la personne idéale pour résoudre ces problèmes. Vous ne pensez pas ?"

Steve était un causeur passionné et comprenait ce que Barbara voulait dire. Elle voulait du sexe, et elle le voulait maintenant. "Je serais très heureux de vous aider. Avez-vous une idée de quand, où ?"

Barbara n'en pouvait plus : "Écoute Stevie, allons dehors. Ma voiture est une BMW noire, suis-moi. On va aller chez moi. Hein ? D'accord ?"

Ils se levèrent tous les deux de table, laissant derrière eux l'obscurité du bar, ainsi que les verres vides qu'ils tenaient récemment.

Pendant que Barbara conduisait, elle pouvait voir la voiture de Steve derrière elle. C'est une Toyota blanche qui a tenu le cap comme une fusée déterminée. Barbara ne pouvait pas contenir son excitation. En partie, elle avait très peur. Elle avait peur que John rentre du travail plus tôt que d'habitude. Elle savait que cela n'était jamais arrivé, il n'était que 15h30 et il n'était jamais rentré avant sept heures. Elle savait que cela fonctionnerait et elle était fière de la facilité avec laquelle elle avait pu concevoir un tel rendez-vous. Pas plus tard qu'hier, elle n'aurait pas pensé à faire quoi que ce soit qui ressemble de loin à ce qu'elle faisait maintenant, amener un autre homme chez elle et chez son mari... pour le baiser. L'incident du matin avec la pornographie dans leur ordinateur a été le déclencheur. Au moment où Barbara a peut-être commencé à se rendre compte qu'elle avait tout exagéré, peut-être que ce n'était pas si grave que John ait regardé du porno. Peut-être qu'elle n'était qu'une salope excitée, pensa Barbara. Mais dans les deux cas, ce que John a fait justifiait ses actions auprès d'elle.

Quand elle et Steve ont garé leurs voitures dans l'allée, Barbara est sortie et a fait signe à Steve de la suivre. Il se tenait près d'elle alors qu'elle déverrouillait la porte. Lorsqu'ils entrèrent dans la maison, Steve embrassa la rouquine qui venait de l'amener chez elle, lui donnant un profond baiser, poussant sa langue contre la sienne. Alors que leurs bouches s'amusaient avec extase, Steve attrapa la fesse de Barbara et l'agrippa de toutes ses forces pour la modeler et jouer avec. Alors qu'il baissait ses lèvres pour lécher le cou de son amant, il souleva sa jupe derrière et envoya sa main lubrique à la recherche de la zone sacrée que chaque homme recherche. Déplaçant sa culotte blanche sur le côté, Steve a atteint le trou du cul serré de Barbara. Barbara qui était déjà très excitée et mouillée par les circonstances de cette aventure, roula des yeux de plaisir alors que cet homme suçait son cou, tout en insérant simultanément son doigt dans son trou du cul. Le majeur de Steve glissa dans l'ouverture moite alors que les cheveux de Barbara frôlaient son doigt.

"Arrête, euh...st...arrête ça" dit-elle. "Allons dans ma chambre bébé. Allons dans ma chambre et celle de mon mari, pour que tu puisses me baiser juste là."

Elle a conduit son amant dans sa chambre avec un sourire maléfique sur le visage. Cela lui montrera. Juste dans notre lit ! Oh mon Dieu. Steve et Barbara entrèrent dans la chambre brillamment éclairée par le soleil de l'après-midi qui illuminait le lit avec des rayons de soleil également espacés à travers des stores positionnés horizontalement. Le lit king size était recouvert d'une couverture beige au-dessus de draps blancs propres. Sa jupe assortie au lit, Barbara s'assit sur le lit, devant Steve alors qu'il s'approchait d'elle. Elle sourit et dézippa la braguette de son kaki jaune pour libérer le membre qu'elle allait recevoir. Alors qu'elle baissait son slip, un énorme pénis en érection apparut droit sur son visage. Steve souriait alors qu'il regardait dans les yeux de Barbara lorsqu'elle commença à embrasser sa bite du bout de la tête enflée et le long de la tige de sorte que ses poils pubiens touchaient son visage. Avoir cette brosse à cheveux sur son visage rendait Barbara encore plus excitée. Ce fut au tour de Steve de faire preuve d'initiative lorsqu'il prit sa bite d'une main, et tint le menton de la femme avec son autre main. Il l'a déplacé sur tout son visage, touchant et sentant son visage avec le bout de sa bite, giflant légèrement la femme d'un autre homme avec sa virilité.

"oh Barbie, oh yeeaaah. Tu es tellement belle chérie, oh mon Dieu"

Barbara prenait sa bite dans sa bouche aussi profondément que possible, touchant sa gorge et la faisant presque bâillonner. Ils y sont restés environ quatre minutes. La salive coulait de la bouche de Barbara, expulsée par la pression de la bite de Steve alors qu'il lui baisait le visage.

Barbara s'allongea sur le dos et écarta ses jambes couvertes de bas. Steve enleva sa chemise bleue aussi vite qu'il put et la jeta par terre sans regarder. Il se pencha au-dessus de Barbara et déboutonna son chemisier blanc pour révéler ses gros seins matures qui étaient maintenus en place par son soutien-gorge. Il a déclipsé le soutien-gorge sur le dos de Barbara et l'a retiré avec ses dents pour révéler ses gros seins devant son visage. Barbara le regarda et sourit comme si elle était au 7ème ciel.

"Oh ouais, Stevie, suce ces seins. Ils sont à toi, fais-moi me sentir mal... s'il te plaît"

Steve, tenant et massant le sein droit de Barbara avec sa grande main aspirée sur le gauche. Il a essayé de le sucer dans sa bouche mais il était trop gros. La sueur salée de sa peau le rendait encore plus excité. Les beaux mamelons roses brunâtres de Barbara étaient couverts de la salive de son amant et elle aimait ça.

Elle se sentait si mal, si méchante, si bizarre. Elle voulait juste être baisée. Sa chatte excitée n'en pouvait plus, rendant sa culotte trempée d'humidité. Elle prit doucement la tête de Steve et la poussa plus bas, loin de ses seins vers sa taille. Il souleva sa jupe pour lui révéler sa culotte humide. Il les a violemment tirés vers le bas pour libérer sa chatte chaude pour lui. L'instant d'après, sa langue avide était partout dans cette ouverture de la femme d'un autre homme. Barbara ne se rasait pas très souvent et sa chatte était accompagnée d'une belle touffe de poils brunâtres. Alors que Steve léchait son clitoris, goûtant la cyprine de la femme, il bougeait sa langue autour de sa fente en sentant les poils autour. Il utiliserait ses doigts pour l'aider à ouvrir la chatte excitée de Barbara pour sa langue. C'était si bon.

Barbara n'a jamais connu un tel plaisir de sa vie. Elle a eu assez de relations sexuelles avec son mari. Une ou deux fois par semaine en moyenne, et, même si cela satisfaisait ses envies, cela ne l'amenait jamais à une telle excitation qu'elle en avait l'habitude quand elle était en première année à l'université. Le fait que Steve lui plaisait maintenant lui rappelait de vieux souvenirs. Plus rien d'autre ne comptait pour elle maintenant.

Elle a pris les cheveux de Steve et a déplacé sa tête et ses lèvres ont sucé son vagin humide. « Oh mon Dieu, oui, oh mon Dieu. Baise-moi ! Baise cette chatte ! » Steve a changé sa position afin qu'il soit perpendiculaire au corps couché de Barbara alors qu'il tenait ses pieds dans ses mains, bougeant ses jambes pour les écarter davantage.

« Prêt à être baisé, bébé ? Tu veux que je parle sale ? » demanda Steve avec espièglerie.

"Oui, parlez-moi salement ! Appelez-moi une salope ! Appelez-moi une sale salope et baisez-moi !!" Barbara rugit à travers ses dents serrées. Son visage montrait une combinaison de plaisir et de douleur, presque une expression masochiste, de quelqu'un qui savait qu'il était mauvais et qui aimait ça.

Steve a pris son énorme bite dressée dans sa main droite et a commencé à la déplacer de haut en bas le long de la chatte poilue humide de Barbara, taquinant les plis de sa peau avec sa tête enflée.

"Ooh, tu aimes baiser des inconnus dans ta chambre ? Hein ? Espèce de sale pute ?!" Steve a dit, "réponds à ma question ! Salope !" Il lui cria dessus avec un énorme sourire sur son visage.

Ses cheveux blonds en désordre autour d'elle, elle, d'une manière moqueuse de colère, répondit "Oui, je suis une putain de salope et je veux remplir ta grosse bite remplir mon putain de trou. Baise-moi putain de merde! Mets cette bite dedans!"

Alors que la bite dure de Steve était encore à l'extérieur, Barbara a commencé à faire des mouvements avec ses hanches se rapprochant, essayant d'attraper ce pénis en érection, quand il l'a enfoncé d'une grosse poussée. Barbara a crié de ce plaisir soudain et a continué à remplir la chambre de gémissements de plaisir alors que Steve commençait à déplacer sa tige chaude d'avant en arrière dans sa chatte. Ses jambes en l'air, elle pouvait voir comment ses seins commençaient à bouger comme de la gelée au rythme des poussées passionnées de son amant.

Elle pouvait sentir les boules de Steve frapper son cul en faisant des bruits de claquement. Son sexe était plus jeune et évidemment plus gros que celui de son mari. Sa chatte était étirée comme jamais auparavant à cause de la poussée sauvage qu'elle recevait. D'une de ses mains, elle attrapa le drap pour garder le contrôle. Steve se pencha vers son visage et commença à embrasser ses lèvres, tout en continuant à baiser son vagin. Alors que la sensation vibrante se répandait dans tout son corps, Barbara pouvait sentir qu'elle avait un orgasme.

"Oh... oh... oh... bébé... oh je coOoOming. Oh mon Dieu !" hurla-t-elle lorsqu'une énorme vague de plaisir traversa ses muscles.

Steve a rapidement retiré sa bite rouge palpitante de la chatte de Barbara pour libérer sa charge. Il rapprocha rapidement sa taille de son visage...

"oui, bébé éjacule sur mon visage, éjacule sur mon putain de visage" Barbara rugit lorsque Steve poussa un gémissement animal et lui envoya sa charge de sperme chaud dans le visage. La bouche et les joues de Barbara étaient couvertes du sperme de Steve. Elle le ramassa rapidement avec sa main et le mit dans sa bouche

"ooh..baby, ton sperme a si bon goût. Merci beaucoup d'être venu ici" à quoi Steve, qui était maintenant allongé sur le ventre près d'elle, a répondu

"non, non, merci Barbie. Tu es une femme incroyable."

Ils restèrent allongés dans le lit pendant peut-être quinze minutes. Barbara ne pouvait pas croire ce qu'elle a fait. Elle a baisé un autre homme dans le lit de son mari et elle et elle se sentait bien. Je suis une telle salope, pensa-t-elle. Quelle horrible pensée, je n'aurais même jamais imaginé faire ça, mais ici je trompe mon mari avec un homme marié. La lumière du soleil traversant les stores a rendu l'expérience encore plus érotique pour Barbara. Elle se sentait si bien. Il était encore long avant que John ne rentre du travail, et elle n'allait pas perdre une seule minute avec Steve. Alors qu'il faisait la sieste près d'elle, elle commença à masser sa douce bite, dans l'espoir de lui donner une autre vie. Pendant qu'elle massait son pénis, il l'embrassa. D'abord sur la joue, puis sur ses lèvres. Une fois de plus, la sienne et sa langue se touchèrent, mélangeant leur salive dans le baiser érotique. Il a commencé à jouer avec sa poitrine.

"Baise-moi encore, avant que tu partes. S'il te plait." Barbara a demandé à Steve alors qu'il lui souriait.

"Je vais te baiser, sale femme." répondit-il en faisant signe à Barbara de se mettre à quatre pattes et de mettre son cul en l'air, alors qu'il passait derrière elle. Il a giflé son cul avec sa main pour la faire gémir.

"Tu es sale, sale, fille." Il rit alors qu'il lui giflait un peu plus les fesses pour les rendre rouges. En réponse, elle rit comme une idiote d'écolière.

"Allez, je veux sentir à nouveau ta bite dure à l'intérieur de moi" dit-elle d'une voix à demi basse.

La bite de Steve était à nouveau dure et prête à baiser le cul de cette femme. Il l'a lentement rapproché de son trou du cul, qu'il a doigté plus tôt en glissant lentement sa tête en elle. Le trou du cul de Barbara n'était pas habitué au sexe anal, il était donc serré et ne voulait pas laisser entrer l'organe de Steve.

Barbara a poussé un gémissement de douleur alors que son cul était étiré pour permettre à la tige chaude de Steve d'entrer.

"OOOhhh mon Dieu !!! Jésus ! Qu'est-ce que tu fais ?! Oh mon Dieu ça fait du bien !!!".

"Avez-vous déjà eu une si grosse bite dans le cul Barbara?" demanda-t-il lorsqu'il commença à faire des mouvements réguliers avec sa queue à plus de la moitié à l'intérieur.

Barbara n'arrivait pas à y croire. C'était douloureux et agréable à la fois. Alors que l'énorme morceau de viande la frappait par derrière, elle a atteint avec une de ses mains sa chatte pour faire plaisir à son clitoris, gémissant, gémissant, gémissant et presque pleurant de plaisir. Les mouvements de Steve devenaient plus intenses et plus violents alors qu'il baisait son cul, la giflant de temps en temps avec sa main. Les seins de Barbara bougeaient d'avant en arrière sous elle avec la croix sur son cou, dans un rythme unifié alors que son cul était violé comme jamais auparavant. La pièce était remplie de gémissements passionnés et pécheurs de la part des deux, alors que les deux personnes presque nues trompaient leurs familles. Le visage de Barbara rouge de passion, elle a demandé

« Qu'est-ce que ça fait de baiser une autre femme et de tromper votre femme ? ! Suis-je meilleur que votre femme ? Aimez-vous plus baiser mon cul ? » grogna-t-elle à Steve à travers ses dents étroitement liées par la pression.

"Oh mon Dieu, putain ouais, j'adore baiser ton cul. Oohh mon Dieu" répondit-il.

Ils étaient tous les deux sur le point de venir pour la dernière fois aujourd'hui. Barbara sentit la vague de plaisir parcourir son corps lui donnant la chair de poule et lui donnant l'impression que sa vie était terminée lorsqu'elle cria comme un animal dans la chambre ensoleillée. Steve a rapidement sorti sa bite de son cul et a tiré une énorme charge de sperme en trois jets sur le cul et le vagin poilu de Barbara, qu'il a baisé il y a encore vingt minutes.

"Bon, oui, oui, oui merde !! C'est génial !!!" Il a crié en battant sa bite satisfaite sur le cul de Barbara.

Elle se retourna rapidement, se rapprochant à nouveau de sa bite, et la prit dans sa bouche pour la nettoyer de la cyprine de Steve. Elle le regarda et sourit. C'était fini pour aujourd'hui. Il approchait six heures et elle ferait mieux de changer ces draps sales avant que son John ne rentre à la maison.

"Penses-tu que nous pouvons t'arranger pour venir m'aider encore une fois bébé ?" Barbara a imploré de manière ludique Steve qui la regardait alors qu'il jouait avec ses cheveux,

"Euh... je pense que nous pouvons arranger ça." Il a répondu en essayant de paraître sérieux. "nous verrons ce que ma femme en pense. Hehe"

Ils rirent tous les deux. Plus tard, Barbara est sortie sur le porche de sa maison pour voir Steve partir. Quelle journée, pensa-t-elle. J'ai découvert que mon mari regardait du porno et je l'ai remboursé en baisant un mec sexy que j'ai trouvé au bar du centre-ville. Elle s'est sentie un peu coupable parce que Barbara s'est rendu compte que ce qu'elle avait fait était beaucoup plus important par rapport à du porno, mais elle était folle et cela ne ressemblait à aucun autre plaisir au monde.

Articles similaires

Délice de cisaillement

Frank essuya la sueur de son front avec le dos de son gant et continua à tailler les roses Seymour. Il était 12 h 45, et comme sur des roulettes, il entendit Dee et son amie Tanya déambuler dans le jardin à l'arrière. Il jeta un coup d'œil derrière les fleurs et les vit marcher pieds nus jusqu'au belvédère avec un pique-nique. Dee portait sa robe légère à fleurs habituelle. Son sourire éclatant et ses cheveux de soie de maïs dorés lui ont donné une déesse comme la beauté. Sa robe moulait ses hanches et mettait en valeur ses mésanges gaies...

607 Des vues

Likes 0

Quel magnétoscope ?_(1)

J'ai un œil sur Eric depuis qu'il a commencé à s'occuper du bar du restaurant où je travaillais. Nous avions eu quelques conversations informelles, mais rien qui semblait mener nulle part. C'était frustrant comme l'enfer. Je le voulais vraiment, et j'étais déterminé à l'avoir. Jeudi était une nuit tôt pour nous deux. J'ai travaillé l'équipe du déjeuner pour que je sorte de là vers 6 heures et Eric est descendu à 10 heures. Je lui ai demandé s'il savait quelque chose sur les magnétoscopes car j'avais tellement de mal à faire fonctionner le mien correctement. Je lui ai dit que la...

663 Des vues

Likes 0

Chroniques de Craigslist Ch. 03 : Mandrin

Chroniques de Craigslist : Chuck Cela fait quelques jours depuis ma dernière rencontre, comme vous pouvez probablement vous en rendre compte, j'ai été sacrément excitée. Alex est occupé toute la semaine mais sera libre la semaine prochaine pour quelques jours. (Ce sera mon week-end, donc je suis sacrément excité à ce sujet). Mais, revenons à l'ici et maintenant... Que puis-je dire, l'envie frappe fort aujourd'hui. Pendant mon heure de déjeuner, j'ai filtré les centaines d'annonces, à la recherche d'un autre mec cool avec qui sortir. J'ai envoyé quelques messages et j'ai attendu mes réponses. Rien, car mon quart de travail touchait à...

482 Des vues

Likes 0

Adolescents nageant nus au lycée avec des hard-ons

J'étais un étudiant de première année dans un lycée d'une grande ville dans les années 70 et je n'ai pas été surpris quand, au cours de mon premier semestre, j'ai fait de la natation et que pour des «raisons de santé publique», tous les garçons le faisaient nus. J'avais été prévenu par mes frères aînés et venant d'une famille de neuf enfants, dont des sœurs et une mère qui allaitait continuellement, je n'étais pas timide, ni étrangère au corps nu. Le premier jour, on nous a dit que si nous entendions trois brefs coups de sifflet, nous devions sortir rapidement de...

336 Des vues

Likes 0

Apprendre le style de vie Pt 4 - Activations de tatouage

Ils ont changé la literie et Michael s'est douché puis s'est habillé. Ensuite, Michael fit tremper les draps sales dans la machine, puis ils se mirent en route. À ce moment-là, Silk mourait de faim. Michael a pris les clés et Silk l'a naturellement laissé conduire. Il l'a emmenée à son appartement pour obtenir une autre chemise à porter car il manquait quelques boutons à son autre. Elle a changé de tenue et l'a retrouvé à la voiture. Il les a emmenés dans un camion-restaurant et a regardé son visage. Il fut heureux de constater qu'elle semblait parfaitement à l'aise. Certaines...

684 Des vues

Likes 0

La libération d'un enseignant

** Ceci est une œuvre de pure fiction et une nouvelle histoire pour moi. Ne fait partie d'aucune autre série. J'espère que tu aimes. Désolé d'avoir été absent pendant quelques mois et merci à tous ceux qui m'ont envoyé des MP me demandant de recommencer à écrire. Je vous assure qu'il y aura plus de All for Mr. Redman and Yukio's Adventures. Remerciements particuliers à (Pas dans un ordre particulier): Spread1, Shotgun82, Clitpleaser12, rdwyier, Feazko, kakatz, JetiJah, travailleur, stillagood1, guilz87, tête épaisse, TT, Ghostrider939, BadInAGoodWay, Ed W et doug1953, penseur créatif, charlie33851, Matillie97, EL TORO, Shadowreaper267, Bldg436, deeppenetrator, perverted1, Dr Goodsex...

1.1K Des vues

Likes 0

La femme de Rick partie 5 sur 6

L'histoire de mon ami La femme de Rick 5 (5 sur 6) La scène : Les yeux bandés, j'étais à genoux dans le salon sol, genoux écartés, aine serrée contre le dos de Linda, mon femme, qui était également agenouillée et assise sur ses talons. Linda, en tour, était agenouillé entre les jambes tendues de William, qui assis sur notre causeuse. Maintenant, imaginez ceci : Moi, M. Hétérosexuel, j'étais penché en avant avec mes bras autour de ma femme. Ma main gauche était placée sur celle de Linda main gauche qui pressait et massait les testicules de William. Mon droit main...

553 Des vues

Likes 0

La Réunion Anniversaire - CH 2

Je suis retourné dans le couloir et suis allé chercher une autre bière. Après ce que je venais de vivre, j'en avais besoin. Ma tête nageait de confusion. Je venais d'être victime de chantage pour baiser tante Edna. Et même si c'était certainement agréable, j'ai trouvé que tout était un peu bizarre et pervers. Puis ça m'a frappé... Et Heather ? Mon esprit s'est empressé de me demander si je devais lui dire ce qui venait de se passer. Que dirais-je quand elle irait chercher sa culotte ? Comment pourrais-je expliquer ce qui s'est passé ? que je m'étais fait prendre par...

628 Des vues

Likes 0

La suite 5

Jim faisait les cent pas depuis une heure maintenant, après avoir détruit leur flotte d'invasion, ils étaient partis après le seul navire restant de la flotte Krang. Mary et Amber l'avaient regardé presque tout le temps Jim si tu ne le fais pas assieds-toi, je vais te casser la gueule, je ne peux pas supporter beaucoup plus ton rythme », a presque grondé Mary. Jim s'est rapidement assis dans le fauteuil de commandement en essayant de ne pas regarder Mary, désolé Mary, je déteste cette attente, j'ai rien sur le robinet pour faire rien sur quoi travailler, vous savez que je...

499 Des vues

Likes 0

Le week-end (partie 2)

Deuxième partie de ma première histoire. C'est mon premier essai, alors pardonnez toute erreur ou mésaventure. Ce chapitre, les choses deviennent intéressantes ! Si l'inceste n'est pas votre truc, ne lisez pas la suite. Chapitre 2 : Mauvaise conduite. Je montai à l'étage, mes parents venant de partir. Eh bien, si je suis coincé ici, je vais juste devoir me défoncer. pensai-je en souriant alors que je faisais deux pas à la fois. Alors que j'arrivais en haut des escaliers, Danielle sortait de sa chambre. Elle était habillée pour sortir. Je n'ai pas pu m'empêcher de penser Merde. Elle portait une...

464 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.