La sorcellerie

522Report
La sorcellerie

Ayant des pouvoirs surnaturels, Ann a complètement dominé son mari Albert.
Avec sa femme comme patron, Albert devait faire tous les travaux de la maison. Anne, sur le
d'autre part, n'a rien fait de tel. En rentrant du travail tous les jours,
elle disait toujours à Albert de préparer le dîner. De plus, après avoir dîné,
et Albert fit faire la vaisselle, Ann lui ordonna de se lever en lui disant de
embrasser et adorer ses orteils. Aussi, chaque fois que cela lui plaisait, elle se tenait debout
vers le haut et baissez sa jupe et sa culotte, tournez-vous et dites enfin : « Embrasse
mon cul. Étant un âne dans l'âme, il adorait assez bien ses fesses.

Dans l'ensemble, la vie d'Ann et d'Albert était très structurée, ayant tout
suivre leur commande obéir à la structure du pouvoir. En général, elle était la sadique
et lui le masochiste.

Un jour le matin d'un week-end, Ann a décidé d'aller faire les courses au centre commercial
et emmène Albert avec elle. Après s'être habillés, tous deux ont quitté la maison et
descendit l'allée vers la voiture. Cependant, malgré son général
subordination dans leur relation, Albert a tout d'un coup eu l'idée
qu'il pouvait s'affirmer.

Montant le premier dans la voiture, il se plaça derrière le volant. Voyant
cela, sa femme se fâcha en disant : « Sortez et entrez de l'autre côté,
Je conduis!"

Refusant d'obéir, Albert a répondu: "Non, je veux conduire aujourd'hui."

Furieuse de son défi, elle a eu recours à la sorcellerie, la claquant
doigts, et donnant à l'homme un sourire diabolique.

Quelques instants plus tard, Albert a commencé à rétrécir ! Devenant de plus en plus petit,
il a continué à rétrécir alors qu'il était assis derrière le volant. Le processus de rétrécissement
a duré environ quatre-vingt-dix secondes. Finalement, ça s'est arrêté avec Albert impuissant
réduit à trois pouces de hauteur !

Se rapprochant un peu plus de la fenêtre ouverte de la voiture, Ann regarda l'homme avec
un sourire malicieux, en disant: "Eh bien, qu'avons-nous ici?" Continuant, dit-elle,
« On dirait que vous ne conduisez nulle part ; tu es si petit, tu ne peux pas
même atteindre la roue.

Réalisant son erreur, il a commencé à implorer la miséricorde, "S'il vous plaît, rendez-moi grand
encore une fois, je t'en prie, je ne te désobéirai plus jamais !

"Je te ramènerai comme avant quand il me plaira, car maintenant tu resteras
petit. », a répondu Ann.

Ensuite, elle ordonna : « Déplacez-vous vers le siège passager, maintenant ; bougeons-le !

En regardant dans ses yeux perçants, la peur saturait tout son être.
Rapidement, la petite créature a rampé, car maintenant elle est apparue comme une géante
avec toute la puissance du monde !

Après s'être repositionné, Ann est montée dans la voiture. S'asseoir,
elle a placé son beau cul tout en courbes juste à côté de lui.

Vêtue d'un pantalon de couleur claire, elle avait fière allure avec sa tenue
présentant la forme complète de son corps attrayant.

Alors qu'elle était assise à côté d'Albert, il ne put s'empêcher de lever les yeux et d'admirer le
côté élégant de son postérieur. Le regardant, il se souvint de la nuit précédente
alors qu'il l'embrassait par derrière. Regardant ailleurs, il se demandait maintenant si elle l'aurait
faites de même dans son état réduit !

Démarrant la voiture, elle a ensuite reculé hors de l'allée, se dirigeant vers le
galerie marchande. Quand elle est arrivée, Ann s'est tournée pour regarder son mari en disant: «
Je suppose que tu vas rester dans la voiture pendant que je vais faire les courses ; je serai de retour dans environ
vingt minutes; inutile de faire du lèche-vitrines ; puisque tu n'es pas avec moi, ça
le voyage va être assez rapide. Après avoir dit ces mots, elle sortit du
voiture, emportant son sac à main avec elle. Peu de temps après, Ann retourna au
voiture, a ouvert la porte et est entrée dans le véhicule, plaçant à nouveau sa magnifique
cul à côté du petit mâle. Démarrant la voiture, elle dit à Albert : « Allons-y
à la maison maintenant, je viens d'acheter quelque chose que j'aimerais essayer. Passer à
vitesse, elle est partie et est rentrée chez elle.

Après s'être garée dans l'allée, elle a coupé le moteur, ouvert la voiture
porte, et est sortie, emportant son sac à main et un paquet avec elle. Atteignant plus de
pour Albert, elle le souleva par un petit bras, le laissa tomber dans son sac à main,
et referma la portière de la voiture. Ann est allée à la maison avec désinvolture et a déverrouillé
l'entrée principale. En entrant, elle ferma la porte derrière elle. Debout
au milieu du salon, la femme sexy a vidé le contenu de
son sac à main par terre. Tout est tombé, y compris le petit impuissant
Albert.

Juste debout là comme un imbécile, il a regardé autour de lui et a vu des toilettes pour femmes
articles beaucoup trop gros pour qu'il puisse les soulever. Autour de lui se dressaient les images de
la féminité, le rouge à lèvres, un tampon, un miroir et tout ce que les femmes ont d'habitude
transporter dans leur sac à main. Comme des êtres géants à part entière, les objets
se moqua de lui alors qu'il se tenait incompétent, se sentant plus petit que jamais.

Ensuite, accroupie, Ann prit tout sauf Albert, plaçant le
articles dans son sac à main, et enfin jetant l'objet en cuir sur le
solfège. Regardant le petit homme, elle dit : « Tu es si mignon, je
pourrait juste te manger vivant !

Alors qu'elle se penchait, tendant la main vers Albert, il leva les mains et cria: «
Non, non, s'il te plaît, ne le fais pas !

Tenant l'homme dans ses bras, elle arracha tous ses vêtements en disant : « Tu dois
bon goût. Ann a ensuite commencé à le lécher partout sur son corps nu et minuscule
corps. Léchant loin, elle l'a tout mouillé de la tête aux pieds. Satisfait, le
dame le reposa sur le sol. Se sentant humilié, il réalisa la
insignifiance complète de son être par rapport à la grandeur totale d'Ann.

Regardant Albert, Ann demande: "Tu veux voir ce que j'ai acheté au magasin?"
Se dirigeant vers le solfa du salon, elle ramassa un petit paquet qui
elle s'est déjà laissée tomber sur le canapé après être entrée dans la maison. Ouvrir le
paquet, elle en présenta le contenu à Albert en lui demandant : « Regarde, tu aimes
leur?"

"Oui", a-t-il simplement répondu.

L'emballage ouvert contenait un soutien-gorge noir ainsi qu'une paire de
culotte.

"Je pense que je vais les essayer.", a déclaré Ann.

Juste avant que la crainte ne frappe le petit Albert, elle a commencé à se déshabiller
elle-même, enlevant tout, et finalement debout nue devant lui.

Sans maîtrise de soi, il ne put s'empêcher de la regarder, belle et
corps magnifique. Se transperçant sur ses seins et son cul, il a dit: "
Tu es la plus grande chose au monde !" Être impuissant à résister au pouvoir
de son apparence, il se tenait rabaissé devant la plus grande gloire de la
physique féminin supérieur.

Prenant les nouveaux sous-vêtements, elle les enfila. Ensuite, elle retourna en elle
chaussures à talons hauts en cuir noir sexy. Avec les chaussures, le noir
la lingerie a généré l'image complète du contrôle sur son esprit.

Se rapprochant de sa propriété, elle le regarda d'une main
reposant sur sa hanche, en disant: "Tu ne penses pas que je suis sexy?"

"Oui.", répondit Albert.

"Montre-moi que tu penses que je suis attirante et commence à te branler."

Obéissant, Albert a commencé à jouer avec sa petite queue, se masturbant jusqu'à ce que son
maîtresse dominante lui a dit d'arrêter. Accroupie, elle leva son jouet
à nouveau par l'un de ses bras, se redressant aussitôt après. Le soulever droit
devant son visage, elle a dit: «Mon cul et ma chatte ont besoin d'adoration, pourquoi
ne commence pas à les adorer pour moi.

En la regardant ouvrir le dos de sa culotte, il a crié: «Ann, qu'est-ce que c'est?
tu fais; allez, s'il te plait !"

"Vous remettre à votre place où vous appartenez", a-t-elle répondu.

Le déplaçant vers ses fesses, elle le laissa tomber. Glissant le long de son cul
craquer, il s'est finalement posé au fond de sa culotte entre elle
trou du cul et chatte. Albert a commencé à bouger un peu, ce qui l'a amenée à
éprouver du plaisir, la faire mouiller. Alors qu'il sentait la chaleur de ses parties génitales
zone, il a entendu de loin au-dessus, "Oui, oui, continue d'avancer, oh oui, ça se sent
si bon!" Albert continua à se déplacer, plus dans un effort pour ramper jusqu'au
haut de sa ligne de taille, aspirant à l'air frais. Montant lentement vers le haut, il
frottait constamment son corps contre sa chatte. Être vraiment ravi et
stimulée, la sorcière continua à s'exclamer : " Oh oui, oh oui, je te veux
à l'intérieur de moi, oui je le fais!

Après avoir grimpé pendant un moment, Albert a finalement atteint le haut de sa culotte.
Baissant les yeux, elle a vu son petit corps et a dit: "Oh non, tu ne le fais pas, tu es
retourner là où tu appartiens, petit ver ! Sur ce, sorcière

a ramassé sa victime, et avec son autre main, a baissé sa culotte pour
ses cuisses. Tenant fermement Albert, elle le poussa dans
sa chatte ! Lorsqu'il a emménagé, elle n'a pas pu s'empêcher de dire: «Oui, oui, c'est
le sentiment auquel j'ai toujours aspiré; continue de te tortiller petit morceau
de la merde !" Elle a continué à le pousser jusqu'au fond de sa chatte. Ensuite, comme elle
l'a fait entrer et sortir, la sensation de son petit corps était spectaculaire, rien
elle a connu avant pourrait égaler sa sensualité. Vraiment, elle était dans
paradis, un paradis fait uniquement pour les femmes qui aiment dominer les hommes. Pas seulement
était-elle submergée par le pur plaisir sexuel, la femme fut frappée d'un
surtension, passant par tous les coins de son être. Pour elle, puissance et
le sexe étaient la même chose, la domination des femmes sur les hommes, et une
expression de la supériorité féminine.

Après avoir utilisé Albert comme gode pendant longtemps, elle a finalement été
satisfait, atteignant plusieurs orgasmes. Ann l'a sorti et l'a replacé
sur le sol, demandant: "N'était-ce pas génial?" " Je pense qu'il va falloir
faites-le plus souvent.

"S'il te plait Ann, ne le faisons plus, ça fait mal quand tu me recules et
en avant.

"Cure de merde petit gars, c'est ma façon ou rien.", a-t-elle retenti.

Regardant le petit mâle impuissant, Ann a ensuite dit: "Vous savez, j'ai
vraiment de la merde !"

Albert s'est juste tenu là et a regardé avec terreur et étonnement, suppliant: «
Non, s'il te plait Ann, non !

Ignorant ses mots, elle prit Albert et se dirigea vers la salle de bain.
Après avoir soulevé le couvercle des toilettes, Ann a tiré sa culotte jusqu'en bas et
posa son âne sur le bol. Avec Albert dans sa main, elle a chié !
Entendant le bruit de ses déchets frapper l'eau, il a ensuite senti sa merde comme
elle a fait son affaire.

Une fois terminé, elle s'est levée du luminaire et a placé Albert sur les toilettes
siège, en disant: "Regarde ma merde, petit rien, regarde-la, c'est
plus grand que vous êtes; oui, il y a plus dans ma merde que dans ton ensemble
existence."

Tout en parlant, elle s'est mise à quatre pattes, attrapant du papier toilette
Dans le processus. En lui tendant le papier, elle a dit après avoir poussé son cul
directement devant lui, "Tiens, essuie-moi le cul, petit esclave."

Hésitant, il a supplié : « Ann, s'il te plaît, ne me fais pas ça !

« J'ai dit de m'essuyer le cul ou je te pousse par-dessus bord et je te jette à terre ! »

N'ayant pas le choix en la matière, il lui a essuyé le cul, prenant dix bonnes
minutes en raison de sa petite taille. Néanmoins, l'humble tâche était accomplie.

Après qu'il ait eu fini, elle a dit : « Jetez le papier par-dessus bord.

Avec le papier dans l'eau, elle se leva, se retourna et tira la chasse d'eau.
toilettes. Debout sur le siège des toilettes, Albert regardait le papier et la merde
tourbillonner jusqu'à leurs extrémités.

Baissant les yeux vers lui, elle dit : « C'est ce qui t'arrivera si tu
façon de me croiser ou de me mettre en colère.

Effrayé, Albert a répondu: "Oui Ann."

Ann a remonté sa culotte puis a soulevé le petit homme par l'un de ses
bras. De retour dans le salon, elle le plaça sur le sol,
en disant: "Cette maison a besoin d'être nettoyée, je pense que vous feriez mieux de commencer par
ramasser toutes les peluches du tapis; Je veux que cet endroit soit complètement propre
ou tu peux rejoindre ma merde dans les tuyaux, espèce de petite racaille.

Regardant vers le haut, il cria de désespoir : « À ma taille, ça prendra une éternité,
s'il te plaît, fais-moi grandir pour que ce ne soit pas si difficile !

En riant, elle s'est exclamée: "Fuckyou, c'est toute l'idée, te faire
souffrir me soule !

Il s'est tenu là et a supplié davantage: "Ann, allez, s'il te plaît!"

Levant le pied, elle a ramené la semelle de sa chaussure à talon de quelques centimètres
au-dessus de son petit corps, en disant: "Si tu ne travailles pas maintenant, j'aurai quelques
travailler pour enlever une tache de ce tapis.

Avec le dessous de sa magnifique pompe se déplaçant lentement vers le bas au-dessus de son
tête, il a crié: "Ok, ok, je vais m'occuper, s'il te plaît, ne me tue pas!"

Souriante, elle écarta son pied.

Albert a commencé son travail. Son labeur est devenu une tâche majeure, car elle a insisté pour que
il fait tous les travaux de la maison sans tenir compte de sa petite taille. Plus loin, elle
lui a fait nettoyer la salle de bain avec une brosse à dents. De plus, elle a même fait
lui faire la lessive. Il devait nettoyer tous les vêtements à la main. Le travail prenant
heures, il n'avait pas de temps pour lui. Maintes et maintes fois, il l'a suppliée : «
S'il te plaît, rends-moi normal à nouveau !"

Cependant, elle a seulement ri et a dit: "Je te l'ai déjà dit, tu reviendras à
normal quand ça me plait, et je peux t'assurer que ça va prendre pas mal de temps
à partir de maintenant."

Albert n'avait rien à espérer, sauf l'esclavage de tous les jours
existence. Jour après jour, il travaillait et travaillait. Elle, d'autre part,
ne ferait rien, seulement s'asseoir devant la télévision ou lire un livre. En outre,
elle se moquait constamment de lui; il n'était pour elle qu'une propriété.

En fin de compte, elle ne l'a jamais ramené à la normale. Il est resté insignifiant
trois pouces de hauteur pour le reste de sa vie !

La fin

Articles similaires

La femme de Rick partie 5 sur 6

L'histoire de mon ami La femme de Rick 5 (5 sur 6) La scène : Les yeux bandés, j'étais à genoux dans le salon sol, genoux écartés, aine serrée contre le dos de Linda, mon femme, qui était également agenouillée et assise sur ses talons. Linda, en tour, était agenouillé entre les jambes tendues de William, qui assis sur notre causeuse. Maintenant, imaginez ceci : Moi, M. Hétérosexuel, j'étais penché en avant avec mes bras autour de ma femme. Ma main gauche était placée sur celle de Linda main gauche qui pressait et massait les testicules de William. Mon droit main...

555 Des vues

Likes 0

Délice de cisaillement

Frank essuya la sueur de son front avec le dos de son gant et continua à tailler les roses Seymour. Il était 12 h 45, et comme sur des roulettes, il entendit Dee et son amie Tanya déambuler dans le jardin à l'arrière. Il jeta un coup d'œil derrière les fleurs et les vit marcher pieds nus jusqu'au belvédère avec un pique-nique. Dee portait sa robe légère à fleurs habituelle. Son sourire éclatant et ses cheveux de soie de maïs dorés lui ont donné une déesse comme la beauté. Sa robe moulait ses hanches et mettait en valeur ses mésanges gaies...

613 Des vues

Likes 0

La suite 5

Jim faisait les cent pas depuis une heure maintenant, après avoir détruit leur flotte d'invasion, ils étaient partis après le seul navire restant de la flotte Krang. Mary et Amber l'avaient regardé presque tout le temps Jim si tu ne le fais pas assieds-toi, je vais te casser la gueule, je ne peux pas supporter beaucoup plus ton rythme », a presque grondé Mary. Jim s'est rapidement assis dans le fauteuil de commandement en essayant de ne pas regarder Mary, désolé Mary, je déteste cette attente, j'ai rien sur le robinet pour faire rien sur quoi travailler, vous savez que je...

504 Des vues

Likes 0

Ma petite soeur Lily, Chapitre 2 : Le premier amant de Lily_(0)

Le soleil est entré dans la chambre et je me suis réveillé et me suis frotté les yeux. J'ai regardé à côté de moi et il y avait ma petite sœur. J'ai pris mon téléphone et nous avons commandé le petit-déjeuner, puis je l'ai prise dans mes bras. Elle s'est réveillée juste un peu et a frotté ma poitrine alors qu'elle était allongée là. Sa main ralentit alors qu'elle se rendormait et je jouais avec ses longs cheveux bruns aux pointes bleu gris. Bientôt, la sonnette retentit et je glissai lentement hors du lit. Quand je suis revenu, elle était assise...

624 Des vues

Likes 0

En bas à la ferme_(3)

Il y a très peu de sexe dans cette histoire. L'histoire parle de sexe mais elle n'entre pas dans les détails que beaucoup d'entre vous veulent. Plus de 17 000 mots ; 34 pages. Je ne suis pas un agriculteur et je n'ai jamais passé une seule journée à travailler dans une ferme. S'il vous plaît, ne prenez pas les détails de cette histoire et dites-moi, ce n'est pas comme ça que ça se passe dans une ferme. En bas dans la ferme Edward Johnson se tenait sur le porche de la maison de ferme à deux étages de sa famille...

424 Des vues

Likes 0

Défendez-vous

Il était trois heures du matin quand le téléphone se mit à sonner. Bonjour? dit John à moitié endormi. John? C'est moi Marie ! Mary était la petite amie de John à l'époque. Quoi de neuf? Savez-vous quelle heure il est? La voix de Mary commença à trembler un peu. C'est Alex. Quelque chose est arrivé. Bien sûr, quand il s'agit d'Alex la reine du drame, il se passe toujours quelque chose. Alex, soit dit en passant, est l'ami proche de Mary, un ami transsexuel. Mary a toujours fréquenté des personnes étranges, mais si vous vivez en Californie, tout le monde...

133 Des vues

Likes 0

Moi et Gavin

C'est l'histoire de mon ami et de sa mère qui habitent à côté. J'avais 24 ans, j'avais obtenu mon diplôme d'études secondaires plus tôt, puis j'avais obtenu mon diplôme universitaire plus tôt. J'ai décroché un excellent travail dans une grande entreprise avec une prime à la signature importante que j'ai appliquée à un acompte sur une maison. J'y habitais depuis 6 mois et j'avais appris à très bien connaître mes voisins. Janice, une infirmière travaillait à l'hôpital local. Elle était divorcée depuis plusieurs années et travaillait dur pour subvenir aux besoins de son fils de 12 ans, Gavin. Gavin était un...

740 Des vues

Likes 0

Apprendre le style de vie Pt 4 - Activations de tatouage

Ils ont changé la literie et Michael s'est douché puis s'est habillé. Ensuite, Michael fit tremper les draps sales dans la machine, puis ils se mirent en route. À ce moment-là, Silk mourait de faim. Michael a pris les clés et Silk l'a naturellement laissé conduire. Il l'a emmenée à son appartement pour obtenir une autre chemise à porter car il manquait quelques boutons à son autre. Elle a changé de tenue et l'a retrouvé à la voiture. Il les a emmenés dans un camion-restaurant et a regardé son visage. Il fut heureux de constater qu'elle semblait parfaitement à l'aise. Certaines...

690 Des vues

Likes 0

Professeur Gumbert

La salle de conférence était pleine d'étudiants oisifs gribouillant dans leurs cahiers pendant que le professeur Gumbert parlait des aspects techniques des bases psychologiques et de la façon dont les pères de la psychologie ont ouvert la voie à la meilleure communauté de cette génération. Gumbert portait des lunettes à monture épaisse qui semblaient s'attacher à son nez bulbeux, ses grandes mains jointes sous son derrière alors qu'il arpentait la pièce. Ses yeux gris tombèrent sur les étudiants avec un faible intérêt alors qu'il spéculait sur ceux qui abandonneraient d'ici la fin du prochain semestre. Beaucoup de filles avaient une quantité...

941 Des vues

Likes 0

Mission érotique d'Abby

J'étais à mon collège depuis plusieurs années et j'avais la réputation de défier intellectuellement mes élèves, en particulier dans le domaine de la littérature dramatique. De nombreux élèves sont allés dans une école secondaire de la ville qui était exceptionnelle. . . même remarquable à l'échelle nationale. Un de ces étudiants. . . Abby était de loin ma préférée. Elle avait en fait passé ses années élémentaires au Canada et l'éducation qu'elle avait reçue était exceptionnelle. Bien que la situation que je m'apprête à décrire. . . a eu lieu alors qu'elle avait 14 ans, j'ai eu le plaisir de l'avoir...

499 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.