Bug Chasing - Croisière pour le SIDA

329Report
Bug Chasing - Croisière pour le SIDA

C'était difficile pour moi, au début, de comprendre pourquoi je me sentais comme ça. J'ai adoré la façon dont j'avais envie de bite nue dans mon trou du cul pédé, j'ai adoré à quel point je voulais que chaque bite qui baisait ma chatte gay se vide de charge sur charge de sperme chaud, gluant et fondu au fond de ma chatte d'homme palpitante et douloureuse. Mais attendez, ce n'était pas ce que j'avais du mal à comprendre.

Ce qui s'est passé, c'est que lorsque j'ai commencé ma carrière de cock-riding à l'âge de 14 ans, c'était au début des années 70, encore un peu de cet amour gratuit, de la drogue, du sexe et de tout ce qui flottait encore dans l'air de temps en temps.

La dernière chose que nous ayons faite a été de nous soucier de notre protection. J'avais une liste assez exclusive de mecs que je laissais me baiser à cet âge. Le gars qui m'a baisé en premier, Wayne, puis Art et Danny, et un gars qui s'appelait Robert, ce qui était un peu bizarre parce que c'est le nom de mon père. C'était à peu près tout jusqu'à ce que j'entre au lycée. Donc, nous avons tous barebacked ensemble et n'avons jamais utilisé de préservatifs.

Puis, quand le SIDA et le VIH sont arrivés, cela a en quelque sorte mis un frein à l'amour et au sexe gratuits, pour beaucoup de gens, mais pas pour tous. Vous voyez, même au milieu / à la fin des années 80, alors que cela visait si fortement les gays, j'étais toujours bareback! Je n'avais pas utilisé de préservatif et je ne voulais pas commencer non plus. Si je voulais du latex en moi, j'utiliserais mon gode !

Cela a aidé que j'étais un garçon très mignon à côté de moi et que cela a excité les gars sans fin! Même à 18 et 19 ans, j'avais l'air d'avoir 14 ou 15 ans, des mecs comme les jeunes mais légaux pour baiser des minets comme moi. J'aime avoir la poitrine plate, pas de vrais muscles sur mes pectoraux mais j'ai l'impression d'avoir des seins quand je suis à quatre pattes en train de se faire baiser, mes petits fous pédés se balançant dans les airs. Les mecs voulaient juste me baiser et certains mecs voulaient que je baise certains de leurs amis, c'est là que je me sentais vraiment chez moi… un groupe de mecs, des bites dures, du sexe anonyme, tous à cru, tous pleins de charges au fond de mon trou du cul ! C'est ce que je fais, je monterai n'importe quelle bite qui veut me baiser, et je veux dire, N'IMPORTE QUELLE bite.

J'ai baisé des mecs hétéros, bi, gays (quand je dis baise, je veux dire me faire baiser), de toutes les races, j'adore la bite noire! (et ils sont l'un des facteurs de risque les plus élevés d'avoir le SIDA), j'aime le sperme en moi et la sensation de tirer d'une bite et de couilles qui se contractent et vident leur charge utile au fond de mon trou de chatte.

J'ai navigué pour la bite et le sperme partout! Certains des endroits les plus réussis que j'ai trouvés au fil des ans sont les aires de repos habituelles, les relais routiers sont de bons endroits pour trouver de la bite, les librairies pour adultes, avec des arcades / peep shows. J'aime servir des trous de gloire, pour du vrai sexe bareback anonyme. J'adore sentir ces bites remplies de sperme palpiter et se contracter alors qu'elles vident leur sperme, et qui sait quoi d'autre, au plus profond de mon trou du cul.

J'adore le rapide, derrière le camion, il suffit de déboutonner mon pantalon, de le faire glisser juste assez pour exposer mon bouton de rose à l'entrée et de prendre une bite jusqu'à ce qu'ils déchargent ce genre de scénarios. J'aime ça cru, j'aime ça sec, enfoncer cette bite dans mon trou à sec, peut-être un peu de broche si la bite est super grosse, mais j'aime l'imprévu, je vais à sec que ça plaise ou non. De plus, cela étire davantage la peau autour de mon trou du cul. Avec du lubrifiant, tout se glisse facilement et facilement ; mais sèche, cette peau de sphincter s'étire très rapidement et elle se déchire généralement un peu et saigne peut-être un peu. C'est bien parce que lorsque sa bite se videra dans mon trou, son ADN m'infectera directement dans le sang, séroconversion plus rapide.

Bien sûr, j'ai pensé au SIDA, je veux dire, je sais comment tu l'attrapes, je ne suis pas ignorant, je veux dire, bon sang, j'ai un QI de 166 et j'aime le risque de rapports sexuels non protégés et la possibilité d'attraper SIDA!

C'était un processus graduel pour moi. Le sexe naturel à cru était génial, la plupart des gars ne veulent honnêtement pas utiliser de préservatifs, et de manière réaliste, la majorité des risques sont assumés par le bas, celui qui reçoit le sperme. Il est beaucoup plus difficile pour un fond poz d'infecter un sommet négatif que l'inverse.

Donc je prenais tous les risques, celui qui prenait tout le sperme chaud et délicieux dans mon trou du cul. J'avais probablement 30 ans quand j'ai commencé à chercher sérieusement à attraper des maladies, et le gros POZ ! C'était toujours un risque, vous aviez une chance de 50/50, qu'ils l'aient eu ou non, mais c'était un risque tellement énorme que c'est devenu une excitation, sans savoir. Et le fait que j'étais dans le sexe anonyme rendait la mention d'avoir une MST presque dénuée de sens. Tout le monde dit qu'ils sont propres, mais qui sait? Tu prends une bite poz dans ton trou du cul et tu dis que tu testes dans un mois ou deux, tu pourrais encore revenir négatif, il y a tellement de variables, tellement de façons dont tu aurais pu être infecté et tu dis parce que tu as eu un test négatif que tu es propre. Vous pourriez tester la séropositivité dans quelques mois ou n'importe quand et propager déjà le VIH/SIDA ! Donc, tous les ennemis qui racontent à quel point les gens comme moi sont malades, au moins je suis franc à ce sujet et je ne contourne pas le problème !

Maintenant je vais te le dire. Sans être trop audacieux, j'ai un beau cul et tout le monde veut le baiser, et je me rends compte maintenant qu'à l'époque où je chassais activement les insectes et que je cherchais le SIDA et que les gars venaient me voir lors de soirées ou de sex clubs quand Je leur ai demandé s'ils étaient séropositifs, ils savaient que je poursuivais et ont bien sûr dit oui pour qu'ils puissent me baiser. Si toutes les charges que j'ai prises qui étaient censées être poz étaient vraiment poz, je serais mort il y a des années ! Tant de mecs mentent en disant qu'ils ont le SIDA juste pour pouvoir te baiser. Je veux dire, je dois les baiser, juste au cas où ils auraient le SIDA, ils m'infecteront. Mais je n'ai jamais testé la séropositivité après toute la bite et le sperme rempli d'ADN qui ont été injectés dans mon trou de pédé, c'est bizarre, si je n'avais pas poursuivi, j'aurais probablement attrapé le SIDA tout de suite; maintenant que j'ai poursuivi toutes ces années et que je n'ai eu que des résultats négatifs, il semble que personne ne sème ou ne donne.

Le pourquoi ??? Eh bien, qui ne demanderait pas cela. Et pour la plupart, c'est simple. Je n'utiliserai jamais de préservatifs, je me fiche de la maladie qui existe !!! Simple et clair, je suis un barebacker à vie, aussi longtemps que cela puisse être. Chaque bite qui perce mon trou du cul jouit en moi, si possible, et je travaille dur mon cul de pédé pour traire chaque goutte de sperme de la bite de mon amant. Il y a de fortes chances qu'une de ces belles bites ait le SIDA et, selon ma règle du bareback, m'infecte tôt ou tard avec le SIDA. Alors pourquoi ne pas en profiter ? Cherchez-le, dirigez-vous vers lui et voyez ce qui se passe ?

J'ai tellement de fantasmes sur la façon dont j'attrape le SIDA. Du simple un coq furtif, ils me baisent brutalement et éjaculent en moi et alors qu'ils s'habillent et partent, moi allongé dans une flaque de sperme, ils me disent qu'ils ont le SIDA alors qu'ils franchissent la porte, c'est un bon tour de base pour moi.

Ensuite, j'ai le fantasme de viol. Je veux marcher dans une ruelle sombre, tard le soir, sale, humide, malodorant, sans-abri, et une bande de voyous noirs qui me violent le cul et (désolé, ce n'est en aucun cas censé être raciste, juste mon fantasme de malade) mais je veux que tous les mecs noirs aient le SIDA vraiment toxique et qu'ils me violent tous à tour de rôle encore et encore, déversant chaque goutte de leur sperme infecté par le SIDA au plus profond de mon trou de pédé avide.

J'en ai aussi un où je chevauche la plus grosse bite de tous les temps, comme un pied de long, épais et gros, plein de sperme. Je me fais baiser de six façons jusqu'à dimanche, partout, en levrette, en missionnaire, moi au-dessus, à nos côtés, me prenant et me baisant tout en me tenant, juste tout ce que tu peux faire, et dur, rugueux et méchant . J'aime être dégradé et traité de noms !

Alors il m'a baisé de haut en bas et 20 secondes avant de tirer sa charge, il est derrière moi en levrette, tenant mes hanches et me tirant fort sur sa bite, il dit qu'il se prépare à tirer et je lui dis de vider sa charge au fond de moi . Il me pompe encore quelques fois et dit : "Oh, j'ai oublié de te dire... j'ai le SIDA !" et je suis tout dans le groove, prenant ses énormes boules de bite au fond, du précum suintant tout autour de mon trou, et il me dit qu'il a le SIDA au milieu d'une si bonne baise.

Que fais-tu? Sauter de? Je veux dire, son sperme devait pénétrer un peu à l'intérieur, alors qu'est-ce que c'est que ce bordel ? Abandonner une énorme bite et toujours attraper le SIDA ? Fonce! Je replonge sur sa bite plus fort qu'avant alors que je sens sa bite se contracter et il gémit : « Aah ! Ouais, va jouir! Je vais te remplir de pédé du SIDA ! et je claque juste de plus en plus fort sur sa bite et quand sa charge toxique de SIDA éclate enfin au fond de moi, je peux le sentir pulvériser mes entrailles, et ça me fait trembler et je repousse fort pour l'emmener jusqu'au bout comme il vide son sperme au fond de moi.

J'en ai un autre où je vais aux bains, le méga-plex de Providence, Rhode Island, un sex club gay. C'est ma première fois et je rentre, prends une chambre, il est tôt, je jette mes clés et merde dans un casier et je me prépare à me faire baiser !

Les bains sont un lieu de reproduction et d'ensemencement notoire pour la transmission, la conversion ou la séroconversion du SIDA, comme vous voulez le dire. Je suis abonné à des sites Web poz pour les gars qui veulent propager le sida et les gars qui veulent l'attraper, et ils ont des publicités où les gars disent qu'ils ont le sida et vont aux bains à telle ou telle heure. Alors j'ai lu là-bas où quatre gars allaient poz tous les trous négatifs qui voulaient le SIDA. J'ai décidé que c'était ma nuit. J'étais dans ma chambre, gardée dans le noir, anonyme. Je voulais être prêt pour les quatre coqs poz s'ils se présentaient tous.

Pour l'apéritif, quelques mecs entrent dans ma chambre, me demandent ce que je veux et quand je dis n'importe quoi, ils montent, pompent mon trou, éjaculent au fond de moi et sortent de ma chambre ! À quel point est-ce parfait ? !

Le premier des quatre coqs poz arrive dans ma chambre, nous sommes seuls, il enfonce quelques doigts dans mon trou du cul, c'est lâche, c'est mouillé de sperme et prêt pour plus. Il gémit, caresse sa bite, "Tu veux une charge chargée?" il demande. C'est une question à peine voilée de demander si vous voulez le SIDA. Je dis oui, il pousse la tête de son énorme bite contre mon trou, pas de lubrifiant, pas de crachat, juste le sperme de tout à l'heure, et claque dans ma chatte pédée douloureuse. Une partie de moi veut savoir comment je serais pendant une séance de baise en sachant d'emblée que le coq a le SIDA, pas juste avant qu'il souffle, tu sais ? Je pense que ça pourrait être une énorme ruée, surtout si j'étais défoncé, ce que je suis presque toujours, sachant que chaque poussée vient d'une bite poz qui va m'infecter du SIDA, wow ! Putain quelle excitation ! Merde, j'ai du mal à rester assis ici à taper ça !

Je ne peux tout simplement pas concevoir l'idée de ne pas avoir contracté le SIDA à 45 ans ! Je pensais que j'aurais certainement attrapé le virus maintenant… autant de bites et de charges qui ont été pompées dans mon trou, bon sang, je n'ai eu qu'une poignée de choses, l'herpès, le clap, la syphilis et quelques autres conneries, mais jamais été légitimement pozzé. Nous allons voir ce qui se passe…

Articles similaires

Destin comme un vampire

Je suis donc définitivement un écrivain amateur, mais ce fantasme me préoccupe ces derniers temps. Je pensais que la meilleure façon de s'y adonner était de le mettre sur papier, pour ainsi dire. Gardez à l'esprit que j'écrivais ceci plus pour moi-même qu'autre chose, mais je sentais que je devais le partager, au cas où quelqu'un d'autre l'apprécierait. Ce n'est que la deuxième histoire érotique que j'écris, alors s'il vous plaît, soyez indulgent avec moi. J'aimerais des critiques ou des commentaires constructifs, et si je reçois des commentaires positifs, j'envisagerai une suite, ou une série, ou tout ce qui flotte mon...

93 Des vues

Likes 0

Nicole, l'amie de ma soeur

C'est une histoire entièrement vraie et je vais essayer de la raconter aussi précisément que possible. J'espère que vous apprécierez et faites-moi savoir si vous voulez la deuxième partie. Je m'appelle Kevin et c'est l'histoire de mon été avant l'université. C'était l'été après avoir obtenu mon diplôme d'études secondaires et j'étais heureux d'avoir l'été pour me détendre avant de commencer l'université. J'avais une sœur, Caitlin, d'un an mon aînée qui avait terminé sa première année d'université. J'avais aussi un petit frère au collège. Maintenant un petit retour sur moi. Je ne suis pas particulièrement maigre ou gros, je suis juste moyen...

1.1K Des vues

Likes 0

Ma petite soeur Lily, Chapitre 2 : Le premier amant de Lily_(0)

Le soleil est entré dans la chambre et je me suis réveillé et me suis frotté les yeux. J'ai regardé à côté de moi et il y avait ma petite sœur. J'ai pris mon téléphone et nous avons commandé le petit-déjeuner, puis je l'ai prise dans mes bras. Elle s'est réveillée juste un peu et a frotté ma poitrine alors qu'elle était allongée là. Sa main ralentit alors qu'elle se rendormait et je jouais avec ses longs cheveux bruns aux pointes bleu gris. Bientôt, la sonnette retentit et je glissai lentement hors du lit. Quand je suis revenu, elle était assise...

887 Des vues

Likes 0

Ma belle-fille me rend fou (partie 9)

Une semaine s'est écoulée. Je suis toujours incrédule face à ce qui s'est passé entre ma belle-fille Nadine et moi jeudi soir dernier. Ai-je vraiment joui dans son cul? A-t-elle alors vraiment poussé mon sperme hors de son cul et l'a-t-elle enduit sur tout mon corps? Après, a-t-elle vraiment pissé sur ma bite sous la douche pendant que je jouis ? Est-ce que j'ai vraiment mis ma bite dans son cul et fait pipi dans son cul pendant qu'elle jouissait ? Tout cela semble si sauvage. Tellement incroyable. Mais je sais que c'est arrivé. C'est juste difficile à traiter. Je fantasme...

666 Des vues

Likes 1

Date de nuit à retenir

Alors que je te serrais fort, l'eau chaude tombait en cascade sur nos corps, nous gardant au chaud pendant notre étreinte passionnée. C'était notre rendez-vous hebdomadaire, et nous avons décidé de le terminer aussi intimement que possible. Nous avons décidé de prendre une douche sombre et chaude ensemble pendant que des chansons d'amour jouaient de notre haut-parleur. C'était absolument parfait. Te sentir dans mes bras dans l'obscurité absolue, a ajouté ce sentiment de proximité que je n'avais pas ressenti depuis un moment. Je n'ai pas pu m'empêcher de t'embrasser. Doucement au début, mais avec le temps, j'ai eu de plus en...

248 Des vues

Likes 0

Le greffier

C'est vendredi soir ! Techniquement, c'est lundi. Mais mon horaire de travail me laisse libre les lundis et mardis, donc ce sont les soirs où je sors et m'amuse. Cependant, mon idée du plaisir diffère de la plupart... Je ne passe pas mes nuits chez moi ; diable, je ne les passe même pas dans ma ville natale. Je vais parcourir trente, quarante miles pour m'amuser. Je ne vais pas dans les clubs ou les bars. Je ne sors pas et je n'organise pas de soirées, ou je ne me saoule pas et je me prostitue au premier gars qui me...

278 Des vues

Likes 0

Cours de servitude

Bienvenue classe, à la première leçon de... le jeune enseignant se dirige vers le tableau noir, ramasse la craie et l'écrit en grosses lettres BONDAGE 101 Un rugissement de rires et de rires éclate parmi les étudiants, une participation relativement faible de seulement 10 personnes environ, 9 d'entre eux étant des hommes et une femme qui n'avait pas du tout l'air d'y appartenir. Vêtu d'une longue jupe avec des nattes et des classes. Légères taches de rousseur pour aller avec sa peau pâle. Ses yeux baissés dans un livre, ne prêtant pas beaucoup d'attention au professeur ou aux autres élèves d'ailleurs...

216 Des vues

Likes 0

Femme de chambre au lait crémeux

Femme de chambre au lait crémeux Kelsey Diaz avait toujours eu des garçons après elle, même à l'école primaire. Il y avait juste quelque chose en elle qui semblait les attirer. Elle ne le comprenait pas vraiment quand elle était enfant, mais c'était devenu au moins un peu plus évident quand elle était entrée au lycée. Kelsey était un joli mélange de latino et d'amérindien, environ un quart d'amérindien pour autant qu'elle le sache. Mais ce que cela signifiait physiquement pour elle, c'était qu'elle était ce que les garçons appelaient une « bombasse totale ». Elle soupçonnait secrètement que parfois ils...

194 Des vues

Likes 0

La Vierge violée par Ward Fulton Chapitre 1

Pas le mien... Chapitre 1 Le centre commercial était bondé d'étudiants, tous désireux de profiter de la soleil et la douce brise printanière qui soufflait doucement de la rivière. Chaque banc était occupé, et même les larges bordures de béton qui bordés les parterres de fleurs étaient encombrés d'adolescents bavardant, leurs le moral remonté par le départ définitif de l'hiver et la vue de des milliers de jonquilles qui annonçaient la saison qui approchait. L'horloge de Old Main indiquait onze heures trente, et Suzanne leva les yeux impatiemment alors qu'elle se frayait un chemin à travers la foule. Yvonne avait dit...

989 Des vues

Likes 0

Moi et Gavin

C'est l'histoire de mon ami et de sa mère qui habitent à côté. J'avais 24 ans, j'avais obtenu mon diplôme d'études secondaires plus tôt, puis j'avais obtenu mon diplôme universitaire plus tôt. J'ai décroché un excellent travail dans une grande entreprise avec une prime à la signature importante que j'ai appliquée à un acompte sur une maison. J'y habitais depuis 6 mois et j'avais appris à très bien connaître mes voisins. Janice, une infirmière travaillait à l'hôpital local. Elle était divorcée depuis plusieurs années et travaillait dur pour subvenir aux besoins de son fils de 12 ans, Gavin. Gavin était un...

1K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.