La Vierge violée par Ward Fulton Chapitre 1

728Report
La Vierge violée par Ward Fulton Chapitre 1

Pas le mien...


Chapitre 1


Le centre commercial était bondé d'étudiants, tous désireux de profiter de la
soleil et la douce brise printanière qui soufflait doucement de la rivière.
Chaque banc était occupé, et même les larges bordures de béton qui
bordés les parterres de fleurs étaient encombrés d'adolescents bavardant, leurs
le moral remonté par le départ définitif de l'hiver et la vue de
des milliers de jonquilles qui annonçaient la saison qui approchait.

L'horloge de Old Main indiquait onze heures trente, et Suzanne leva les yeux
impatiemment alors qu'elle se frayait un chemin à travers la foule. Yvonne avait dit
onze heures quinze. Où était-elle? Nerveusement, Suzanne se retourna et heurta
en un grand jeune homme blond, qui lui adressa un sourire impudent. "Qu'est-ce que
pressé?" dit-il d'une voix traînante paresseuse, ses yeux la scrutant rapidement
chiffre approbateur.

"Désolé," marmonna-t-elle, reculant, puis reprenant. ses oreilles
brûlé en entendant un léger sifflement d'appréciation avant qu'il ne devienne
perdu dans la foule. Elle se sourit à elle-même ; il avait été plutôt gentil-
en regardant. Mais pas aussi beau que Sam. Personne n'était aussi beau que Sam. Oh,
pourquoi n'aurait-elle pas pu l'accompagner en Europe ? Presque subliminalement, elle
entendit la voix de sa mère : « Aller en Europe avec ce jeune homme ? Suzanne,
vous devez être fou. Que diraient les voisins ? Bien sûr,
si tu te mariais d'abord..."

Marié. qui voudrait se marier à dix-neuf ans ? Peut-être des enfants
l'ont fait, mais généralement parce qu'ils le devaient. Et Suzanne avait décidé quand
elle avait quinze ans qu'elle allait attendre, au moins jusqu'à ce qu'elle soit sortie
du collège. Bien sûr, après avoir rencontré Sam, elle avait été fortement tentée.
Sam était un prétendant très persistant ; il lui avait fallu toute sa volonté non
de lui céder, non seulement à sa proposition, mais à ses propositions comme
bien.

Elle sentit un picotement dans ses reins au souvenir de son visage fort au-dessus
la sienne, ses mains caressant doucement son corps, et le renflement suggestif de
ses pantalons. Ce renflement. Oh, combien de fois n'avait-elle pas voulu atteindre
sortir et le sentir, comme ses doigts sentiraient ses seins. Mais chaque
temps, la voix de sa mère résonnait dans ses oreilles, et ses désirs croissants
se tournerait soudainement vers la culpabilité et l'auto-récrimination, et Sam
rentrer à la maison, frustré et déçu. Pas étonnant qu'il soit allé à
L'Europe ; il couchait probablement avec toutes les filles disponibles qu'il rencontrait. À
c'est du moins ce que lui avait dit Yvonne. Yvonne... où était-elle ?

Suzanne jeta à nouveau un coup d'œil à l'horloge. Onze heures quarante. Elle détestait les gens
qui n'étaient pas ponctuels, et Yvonne devrait mieux le savoir.

« Te voilà, chérie !

Le salut rauque pénétra au-dessus de la clameur bruyante, et Suzanne
se retourna avec un sourire de soulagement.

« Yvonne, où étais-tu ? »

Le visage anguleux rayonnait vers elle. "Juste ici. Depuis onze heures quinze. Je
Je suppose que j'étais trop occupé à vérifier les nouveaux talents. Christ, je pense
ces enfants deviennent plus sexy chaque semestre."

Les yeux trop grands et trop maquillés d'Yvonne suivaient deux jeunes hommes comme
ils sont passés devant. Elle a donné un sifflement doux.

« Tu as vu le panier sur celui-là ?

Suzanne lui a attrapé le bras et a commencé à la guider à travers la foule
vers l'avenue Woodward.

"Yvonne, tu es trop. Tu ne peux pas penser à autre chose ?"

Yvonne éclata de rire, un mugissement tonitruant qu'on avait autrefois comparé au
explosion des remorqueurs sur le fleuve.

« Autre chose, chérie ? Oh, lâche-moi ça, ma petite vestale vierge. Une fois
tu écartes les jambes pour un homme, tu verras qu'il n'y a pas grand chose d'autre qui vaut la peine
penser."

Suzanne se mordit la lèvre et resta silencieuse. Même si elle était plutôt fière
de sa virginité, elle a dû admettre les nombreux moments où elle avait presque
l'a donné à Sam. Oh, Sam, où diable es-tu en ce moment ?

"Crois-moi, Suzanne, j'espère que tu vas baiser bientôt. C'est bon pour
la digestion, entre autres. Où veux-tu manger? celui de Verne ?"

Ils descendirent le trottoir et passèrent devant l'édifice Maccabees.
Suzanne garda le silence, les paroles de son amie résonnaient dans sa tête.
Peut-être qu'elle baiserait après tout. Non non Non. La petite voix s'est élevée
encore une fois, comme toujours ; garde-le pour Sam. Il est le seul. Il aime
tu. Et tu l'aimes. Que son arbre soit le premier à percer
dans ta caverne palpitante. Oh, Sam... Sam...

Elle cligna des yeux alors qu'ils quittaient le trottoir ensoleillé et entraient dans le
intérieur sombre du bar. Yvonne a ouvert la voie à une table d'angle
et s'est effondré sur une chaise. Suzanne s'assit en face et sourit.

"Ravi de vous voir," dit-elle sincèrement, la regardant de l'autre côté de la table
amie, pensant à nouveau qu'elle avait vraiment de la chance d'avoir une personne plus âgée
femme pour la guider à travers les premières semaines mouvementées de cours à Wayne.
Non qu'elle soit impuissante ; mais après avoir été diplômé d'un lycée
classe de soixante-deux, elle se sentait plus que maîtrisée par la taille de
le corps étudiant. Elle se souvenait avoir entendu dire que le nombre total d'inscriptions à
Wayne State avait plus de vingt-cinq mille. Plus de touches personnelles
de l'enseignant ; elle ne serait qu'un petit rouage insignifiant dans le
machine éducative,

"Que vas-tu prendre?"

La fille mince et pâle s'était approchée de la table, crayon et bloc
posé. Yvonne leva les yeux et lui souffla de la fumée au visage, sans le vouloir.

« Je prends un hamburger, ma chérie », a-t-elle dit. « D'accord pour toi, Suzanne ? »

Suzanne hocha la tête. « Oui, s'il vous plaît. Et un grand Coca. »

"Je vais prendre une vodka et sept", dit Yvonne, "j'ai besoin d'un petit quelque chose
ce matin. La nuit dernière m'a presque épuisé."

Elle serra fermement sa cigarette et Suzanne remarqua les ridules
autour de ses lèvres, correspondant à celles au coin de ses yeux. Suzanne avait
n'a jamais demandé à Yvonne son âge, mais elle soupçonnait qu'il était d'environ trente ans.
Yvonne fréquentait Wayne depuis plus de six ans. elle en plaisantant
se considérait comme une étudiante professionnelle.

"Alors, tu es excité ?"

Suzanne hocha la tête.

"Bien sûr que je le suis. J'attends cela avec impatience depuis des années. De
Bien sûr, ma mère n'est pas très contente que j'obtienne l'appartement."

Le rire rauque d'Yvonne résonna dans le bar. "Bien sûr qu'elle ne le ferait pas
être. Elle a peur que tu commences à attirer tous les hommes
Campus. Mais alors..." Les yeux d'Yvonne pétillaient. "Je suppose qu'il n'y a pas grand-chose
chance de cela tant que vous portez cette torche pour Sam, hein ? »

Suzanne hocha la tête. "Aucune chance."

"Eh bien, tu peux toujours monter et passer ces soirées solitaires avec moi
et Carole."

« Merci, mais j'ai l'intention de faire beaucoup d'études. Je vais aussi commencer une
petit projet personnel, enquêter sur les familles pauvres de la
quartier. C'est l'une des raisons pour lesquelles j'emménage dans votre immeuble.
C'est assez proche de cette section sur West Forest. je veux vraiment
découvrez comment vivent ces gens et quels sont leurs problèmes. »

Yvonne renifla. "Regardez-vous simplement. Vous pourrez peut-être descendre
les rues de Grosse Pointe la nuit sans se faire violer, mais pas dans
ce quartier. Alors soyez juste prudent."

"Je le ferai."

"Et..." gloussa Yvonne. « Si vous vous retrouvez dans une situation qui ressemble à
problème, n'oubliez pas d'aller pour l'aine. Un coup de pied rapide dans les balles
arrête à peu près n'importe qui."

— Je m'en souviendrai, dit Suzanne en rougissant légèrement. Elle s'est penchée en arrière comme
la serveuse a apporté leurs boissons. Yvonne leva son verre.

"Eh bien, c'est parti," dit-elle, "Et qu'il soit chaud, excité et beau,
qui qu'il soit."

— Yvonne, tu es trop, dit Suzanne.

"Jamais", fut la réponse brutale, "Et prends-le-moi, ma fille, une fois
tu as eu une bonne bite bien dure dans ta petite chatte innocente, tu le sauras
ce qu'est la vie."

— Yvonne, ne parle pas comme ça, dit Suzanne, le visage devenu écarlate.
"Ce n'est pas bien."

"Tu ressembles à ta mère", dit cyniquement Yvonne. "Pas étonnant que tu sois
un enfant unique. Elle a probablement laissé entrer ton vieux une fois, et c'était
cette. Ne fais pas la même erreur. Il n'y a rien comme une bonne baise
pour garder une fille en forme."

La serveuse revint avec leur nourriture, et Suzanne poussa un soupir de
soulagement. Elle aimait beaucoup Yvonne, mais sa préoccupation incessante
avec le sexe met Suzanne mal à l'aise. Elle savait que ce qu'Yvonne disait était
probablement vrai, mais c'était un domaine de vérité qu'elle n'avait pas encore appris à
visage sans gêne. Son esprit s'enfuit vers la dernière nuit où elle
avait passé avec Sam avant de s'envoler pour l'Europe. Ils avaient assisté à une danse
au Detroit Yacht Club, puis Sam s'est rendu dans un endroit isolé
sur Belle Isle, et ils étaient assis à regarder les lumières des navires sur le
rivière et l'horizon lointain de Windsor, et Suzanne avait eu envie de pleurer
ses yeux écarquillés à l'idée d'être sans Sam pendant trois mois. Il
avait mis ses bras autour d'elle, et leurs baisers étaient profonds et prolongés.
Elle sentit ses reins remuer de désir, et les doigts de Sam caresser
ses seins ne faisaient rien pour apaiser ses passions montantes.

Finalement, Sam avait pris sa main et l'avait doucement placée sur son entrejambe.
Avant de l'éloigner, elle était consciente de la douleur lancinante
renflement là. « S'il vous plaît, s'il vous plaît », l'avait-il suppliée, mais elle s'était retournée
loin, son visage brûlant de colère, pas contre lui, mais avec elle-même et elle
incapacité de faire ce qu'elle voulait vraiment; mais au fond de son esprit, elle
la voix de la mère résonnait toujours de façon impérieuse. "Je vais être parti un peu
temps," dit Sam, "Donnez-moi quelque chose dont je me souviens." Elle secoua la tête
et détourna le regard. Elle était consciente que Sam bougeait et elle entendit le
bruissement de tissu. Quand elle eut fait demi-tour, elle vit dans la pénombre,
le contour blanc de son sexe dépassant de sa braguette. Sa main était
autour d'elle, et il la massait doucement, de haut en bas.

« Sam ! » Sa voix était teintée de terreur.

« Détendez-vous », avait-il dit, « Ça ne vous mordra pas. » Et il lui avait pris la main
à nouveau, et cette fois ses doigts ont senti la chair nue de son pénis,
ferme et épais et long.

Presque d'un seul mouvement, elle s'écarta, ouvrit la portière de la voiture et
trébucha sur l'herbe, sa robe se déchirant sur la branche d'un arbre.
Elle s'arrêta au bord de la plage et resta là, regardant
de l'autre côté de la rivière, son esprit tourbillonnant, ses seins se soulevant, et
dans ses reins l'incroyable sensation de stimulation sexuelle comme
elle n'avait jamais connu auparavant. Elle voulait y retourner, sentir sa hampe,
fermer ses lèvres autour de lui, le sentir glisser en elle. elle le voulait,
oh, comme elle le voulait ; mais elle se tenait là, seule, les larmes coulant
ses joues.

Au bout d'un moment, elle entendit un pas léger et se tourna pour voir Sam
debout derrière elle. "Je suis désolé," dit-il en lui touchant le bras, "mais j'avais
faire quelque chose à ce sujet. Je ne pouvais plus le supporter." Quelque chose
lui dit, sans qu'elle le lui demande, ce qu'il avait fait. Et en elle
cœur, elle ne le blâmait pas. Elle se masturbait parfois à la maison.
« Viens, je te ramène à la maison », avait-il dit, et sans un mot, elle laissa
elle-même être ramenée à la voiture. Ils se sont embrassés bonne nuit, et le lendemain
jour où Sam est parti pour l'Europe.

Oh, comme elle aurait aimé avoir cédé à ses désirs cette nuit-là. Si seulement
elle ne ressentait pas ce qu'elle ressentait à propos du sexe. Si seulement elle pouvait être comme
ses autres petites amies qui ont admis librement qu'elles couchaient avec des garçons.
Elle voulait; Dieu sait qu'elle le voulait. Mais elle n'avait pas encore chassé le
spectre écrasant de culpabilité et de châtiment dans son esprit, la
sentant que si elle le faisait, elle serait coupable du plus grand
transgression. "C'est un péché la façon dont certains jeunes continuent", a-t-elle
mère l'avait dit tant de fois. "Je suis content que Suzanne soit une bonne fille." Si
elle était une si bonne fille, pourquoi est-ce que ça la faisait se sentir si mal ?

* * *

Suzanne suivit Yvonne jusqu'à l'escalier noirci et usé par le temps
immeuble sur Hancock Street. A quelques rues du campus,
le bâtiment serait le plus pratique, non seulement pour l'école, mais pour elle
des recherches prévues dans le bidonville à l'ouest, peuplé de blancs et
familles noires qui formaient une grande partie de la population économique de Détroit
population démunie.

Yvonne poussa la porte, et l'odeur des odeurs de cuisson rassis
salué leurs narines. Une femme à l'air négligé essuyait le carrelage
lobby. Elle leva les yeux et sourit.

"Salut, Yvonne," dit-elle, puis ses yeux brillants se fixèrent sur Suzanne.
« Ce doit être ton amie, Suzanne ?

Yvonne la présenta comme Mme Sansome, et Suzanne lui serra la main,
consciente de l'humidité des doigts qui entouraient les siens. Elle
voulait mettre la main dans son sac à main pour un Kleenex pour essuyer le collant,
mais elle a décidé d'attendre.

"Vous louerez 8B", a poursuivi Mme Sansome. « C'est le troisième
étage, juste au-dessus d'Yvonne et Carole. C'est un endroit agréable, et il a un
belle vue depuis le balcon. » Elle poussa un gloussement bruyant et Yvonne renifla
avec dépréciation.

"Vue?" Elle a perdu la tête. « Vous appelez Hancock une vue ? »

"C'est mieux que de regarder dans la ruelle", rétorqua Mme Sansome avec quelques
esprit. « Viens, Suzanne. Je vais te montrer.

Ils montèrent les escaliers, leurs pas résonnant en creux à travers le
imeuble. Mme Sansome respirait fortement au moment où ils ont atteint
Le troisième étage. Ses épaules voûtées criaient des années de corvée
et sa silhouette émaciée semblait pouvoir s'envoler. Suzanne a fait un
note mentale pour parler à sa logeuse de ses antécédents ; visiblement elle
était l'une des nombreuses personnes les plus pauvres qui complétaient leurs revenus en prenant
entretien des appartements. Oui, ce serait un autre aspect de ses études :
l'exploitation des pauvres par les riches magnats de l'immobilier. Détroit était
notoire pour les propriétaires de taudis, et bien que ce bâtiment n'était pas exactement un
bidonville, il n'avait manifestement pas été bien entretenu au fil des ans.

"Eh bien, c'est ici", a déclaré Mme Sansome. "Ce n'est pas élégant mais c'est
nettoyer."

Ils entrèrent dans le salon, meublé avec parcimonie d'un
canapé et chaises, un petit bureau et deux lampes. Par un couloir Suzanne
aperçu la cuisine et la salle de bain, et à une extrémité du salon
était une petite alcôve avec un lit double.

— Pareil que le nôtre, dit Yvonne. "Seulement plus propre, peut-être."

"Bien sûr", a cassé Mme Sansome. « La vôtre était propre lorsque vous avez emménagé. »

Yvonne renifla. « C'était il y a cinq ans, dit-elle. « Il n'a même pas
été peint depuis lors."

"Non, et je me demande s'il a déjà été nettoyé", rétorqua Mme Sansome.

Yvonne haussa les sourcils et lança un regard noir. "Une autre fissure comme ça et
Je vous dénoncerai au Conseil de santé, dit-elle d'un ton glacial. Elle se tourna vers
Suzanne. « Ne faites pas attention à nous, ma chère. Mme Sansome et moi avons été amicaux
ennemis pendant des années. Elle est juste jalouse parce que j'ai plus de petits amis
passer la nuit qu'elle ne le fait."

Suzanne entra dans la cuisine et regarda autour d'elle. La chambre était petite,
et le poêle très vieux, mais il y avait un air de chaleur qui
fait appel à elle. Elle pensa une seconde à la belle de son père
maison à Grosse Pointe, avec le somptueux étalage d'électroménagers encastrés,
des comptoirs en formica, des armoires frottées à la main et un tout nouveau lave-vaisselle
et l'élimination des déchets. Mais c'était sa maison. Cet appartement allait
être à elle ; au moins pour un moment. Elle se tourna vers Mme Sansome avec un sourire.

"Ça a l'air bien," dit-elle. "Je vais commencer à emménager tout de suite. J'ai
certaines choses dans ma voiture à l'extérieur."

Yvonne se dirigea vers la porte. « A plus tard, chérie. Je dois me préparer.
J'ai un rendez-vous. 'Et maintenant, au revoir."

Mme Sansome sourit et se tourna vers Suzanne. "C'est une carte", elle
dit d'une voix rauque, "mais je l'aime bien. Oh, le loyer est payable en
avance. Quatre-vingt-cinq par mois."

Suzanne fouilla dans son sac à main et sortit son chéquier, fit un chèque
rapidement et l'a remis.

"Là."

Mme Sansome a remis deux clés et est descendue avec Suzanne.
Dans le hall, elle s'arrêta et sourit. « Vous connaissez Yvonne depuis longtemps ? elle
demanda curieusement.

Suzanne hocha la tête. « Environ un an », a-t-elle répondu. « Nous nous sommes rencontrés socialement. Pourquoi ? »

La vieille femme haussa les épaules. "Rien. Tu as juste l'air d'être un type de fille plus gentille
qu'elle est, c'est tout. Rien contre elle, bien sûr, vous
comprendre. Mais je peux dire que vous venez d'une belle famille."

Suzanne sourit. "Merci. Mais je pense qu'Yvonne est assez gentille aussi, même
si elle est parfois un peu rude."

Mme Sansome hocha la tête. « La plupart des digues le sont », a-t-elle déclaré. "Mais alors il faut tout
les types. A bientôt, Suzanne."

Elle se dandinait dans le couloir, son corps se balançant sous le poids de
le seau et la vadrouille qu'elle portait. Suzanne la fixa en fronçant les sourcils.
Les digues. Que voulait-elle dire par là ? Elle n'avait jamais entendu ce mot auparavant.
Peut-être que cela faisait référence à la partie de la ville où Yvonne était née.
Comme Hamtramack, où vivaient les Polonais.

Effaçant cette pensée de son esprit, Suzanne sortit du bâtiment
et descendre les marches jusqu'à sa MG garée sur le trottoir. Elle a débloqué le
malle et a commencé à décharger les cartons d'objets qu'elle avait apportés. Elle
était occupée à les empiler sur le trottoir lorsqu'elle entendit une voix.

« Salut. Vous emménagez dans le quartier ? »

Elle se retourna pour voir un jeune homme debout derrière elle. Il avait l'air très
jeune, peut-être pas plus de seize ans, imagina-t-elle, avec un choc de
cheveux blonds bouclés et un sourire engageant sur son visage. Il était vêtu de
un jean bleu et un T-shirt déchiré, et n'avait pas de chaussures.

"Oui, je le suis," répondit-elle.

« Tiens, laisse-moi t'aider. »

Il s'avança et commença à soulever l'une des boîtes. Suzanne
hésita, puis sourit.

"Merci, c'est très gentil. Mais c'est long. J'en suis au troisième
sol."

"C'est bon," dit le jeune homme. "Je suis habitué aux escaliers. Nous vivons sur le
cinquième étage."

« Dans ce bâtiment ?

Il rit. "Oh, non, rien d'aussi bien que ça. Nous sommes loin sur Forest,
l'autre côté de Third. Hé, comment tu t'appelles? Le mien est Donald."

"Je suis Suzanne," répondit-elle.

En silence ils montèrent à l'appartement et déposèrent leurs charges
à l'étage du salon. Donald regarda autour de lui, puis recula,
regardant Suzanne avec des yeux appréciateurs.

"C'est sûr que c'est bien," dit-il avec envie. "Je souhaite que nous ayons un bel endroit
comme ça."

« Vous vivez avec vos parents ? » demanda Suzanne.

"Uh-huh. Ma mère et mon frère aîné Ted. Dis, je nettoie les appartements
vraiment pas cher. Tu veux que je t'aide ici ?"

Suzanne éclata de rire. « Eh bien, laissez-moi y réfléchir, d'accord ? Peut-être que quand j'aurai
réglé, j'aurai quelques corvées que vous pouvez aider. Que facturez-vous ?"

Il rit. "Oh, pas grand-chose. Peut-être un dollar ou deux. Je fais aussi des courses,
comme au magasin. Je ne facture que cinquante centimes pour aller au magasin."

"Oh." Suzanne s'est rendu compte qu'elle aurait besoin de lait, de café et
du sucre. "Donald, que diriez-vous de ramasser certaines choses pour moi maintenant pendant que je
terminer le déballage ?"

"D'accord. Je ne vous facturerai pas cette fois. Une sorte de bonus pour un nouveau
client."

Ils rirent tous les deux et Suzanne le dévisagea. Il était vraiment un
garçon attrayant, avec une qualité fraîche et innocente sur son visage. Et il
semblait courtoise et respectueuse, sans aucune trace de la rudesse qu'elle
imaginé caractériserait un garçon qui grandit dans ce quartier.

Elle a dressé une liste, lui a donné un billet de cinq dollars et il a couru le long du
escaliers, sifflement. Suzanne se dirigea vers le balcon de son appartement et
baissa les yeux sur sa silhouette, courant rapidement dans Hancock Street et
disparaître de la vue. Elle se retourna à l'intérieur, chantonnant pour elle-même.
Seulement une demi-heure dans sa nouvelle maison, et déjà elle avait rencontré quelqu'un de
le quartier, quelqu'un qu'elle connaissait pourrait fournir des recherches précieuses
pour ses études sociales. Oui, elle devrait certainement devenir meilleure
connaissance de Donald et de sa famille. Ils pourraient être son premier cas
l'histoire.

Avec un soupir, elle se laissa tomber sur une chaise et inspecta son nouvel appartement.
Elle sentait qu'elle allait être très heureuse ici. Pour la première fois en elle
vie, elle aurait une place qui lui appartiendrait entièrement. Pour une scission
Deuxièmement, elle aurait souhaité que Sam soit là avec elle, et le signe sur la porte
lire "M. et Mme." au lieu de simplement "Suzanne Delacorte". Elle a fait un
note mentale d'écrire à Sam ce soir-là et de lui faire part de son déménagement.


À suivre...

Articles similaires

La femme de Rick partie 5 sur 6

L'histoire de mon ami La femme de Rick 5 (5 sur 6) La scène : Les yeux bandés, j'étais à genoux dans le salon sol, genoux écartés, aine serrée contre le dos de Linda, mon femme, qui était également agenouillée et assise sur ses talons. Linda, en tour, était agenouillé entre les jambes tendues de William, qui assis sur notre causeuse. Maintenant, imaginez ceci : Moi, M. Hétérosexuel, j'étais penché en avant avec mes bras autour de ma femme. Ma main gauche était placée sur celle de Linda main gauche qui pressait et massait les testicules de William. Mon droit main...

555 Des vues

Likes 0

Délice de cisaillement

Frank essuya la sueur de son front avec le dos de son gant et continua à tailler les roses Seymour. Il était 12 h 45, et comme sur des roulettes, il entendit Dee et son amie Tanya déambuler dans le jardin à l'arrière. Il jeta un coup d'œil derrière les fleurs et les vit marcher pieds nus jusqu'au belvédère avec un pique-nique. Dee portait sa robe légère à fleurs habituelle. Son sourire éclatant et ses cheveux de soie de maïs dorés lui ont donné une déesse comme la beauté. Sa robe moulait ses hanches et mettait en valeur ses mésanges gaies...

612 Des vues

Likes 0

La suite 5

Jim faisait les cent pas depuis une heure maintenant, après avoir détruit leur flotte d'invasion, ils étaient partis après le seul navire restant de la flotte Krang. Mary et Amber l'avaient regardé presque tout le temps Jim si tu ne le fais pas assieds-toi, je vais te casser la gueule, je ne peux pas supporter beaucoup plus ton rythme », a presque grondé Mary. Jim s'est rapidement assis dans le fauteuil de commandement en essayant de ne pas regarder Mary, désolé Mary, je déteste cette attente, j'ai rien sur le robinet pour faire rien sur quoi travailler, vous savez que je...

503 Des vues

Likes 0

Apprendre le style de vie Pt 4 - Activations de tatouage

Ils ont changé la literie et Michael s'est douché puis s'est habillé. Ensuite, Michael fit tremper les draps sales dans la machine, puis ils se mirent en route. À ce moment-là, Silk mourait de faim. Michael a pris les clés et Silk l'a naturellement laissé conduire. Il l'a emmenée à son appartement pour obtenir une autre chemise à porter car il manquait quelques boutons à son autre. Elle a changé de tenue et l'a retrouvé à la voiture. Il les a emmenés dans un camion-restaurant et a regardé son visage. Il fut heureux de constater qu'elle semblait parfaitement à l'aise. Certaines...

689 Des vues

Likes 0

La sorcellerie

Ayant des pouvoirs surnaturels, Ann a complètement dominé son mari Albert. Avec sa femme comme patron, Albert devait faire tous les travaux de la maison. Anne, sur le d'autre part, n'a rien fait de tel. En rentrant du travail tous les jours, elle disait toujours à Albert de préparer le dîner. De plus, après avoir dîné, et Albert fit faire la vaisselle, Ann lui ordonna de se lever en lui disant de embrasser et adorer ses orteils. Aussi, chaque fois que cela lui plaisait, elle se tenait debout vers le haut et baissez sa jupe et sa culotte, tournez-vous et dites...

522 Des vues

Likes 0

Ma petite soeur Lily, Chapitre 2 : Le premier amant de Lily_(0)

Le soleil est entré dans la chambre et je me suis réveillé et me suis frotté les yeux. J'ai regardé à côté de moi et il y avait ma petite sœur. J'ai pris mon téléphone et nous avons commandé le petit-déjeuner, puis je l'ai prise dans mes bras. Elle s'est réveillée juste un peu et a frotté ma poitrine alors qu'elle était allongée là. Sa main ralentit alors qu'elle se rendormait et je jouais avec ses longs cheveux bruns aux pointes bleu gris. Bientôt, la sonnette retentit et je glissai lentement hors du lit. Quand je suis revenu, elle était assise...

624 Des vues

Likes 0

En bas à la ferme_(3)

Il y a très peu de sexe dans cette histoire. L'histoire parle de sexe mais elle n'entre pas dans les détails que beaucoup d'entre vous veulent. Plus de 17 000 mots ; 34 pages. Je ne suis pas un agriculteur et je n'ai jamais passé une seule journée à travailler dans une ferme. S'il vous plaît, ne prenez pas les détails de cette histoire et dites-moi, ce n'est pas comme ça que ça se passe dans une ferme. En bas dans la ferme Edward Johnson se tenait sur le porche de la maison de ferme à deux étages de sa famille...

424 Des vues

Likes 0

Perdu dans le désert

Fbailey histoire numéro 334 Perdu dans le désert J'étais assez stupide pour m'inscrire à un cours de survie en milieu sauvage un été. En tant que professeur des écoles, je reçois tout l'été chaque année et j'essaie d'élargir mes expériences chaque année. J'ai fait des choses stupides dans le passé, mais c'est peut-être la plus stupide. J'ai eu une semaine de formation intensive dans un environnement de classe ainsi qu'une expérience pratique à l'extérieur, mais pas assez pour le monde réel. J'ai appris à faire du feu avec du silex et de l'acier, j'ai appris à attraper du poisson, à piéger...

390 Des vues

Likes 0

Défendez-vous

Il était trois heures du matin quand le téléphone se mit à sonner. Bonjour? dit John à moitié endormi. John? C'est moi Marie ! Mary était la petite amie de John à l'époque. Quoi de neuf? Savez-vous quelle heure il est? La voix de Mary commença à trembler un peu. C'est Alex. Quelque chose est arrivé. Bien sûr, quand il s'agit d'Alex la reine du drame, il se passe toujours quelque chose. Alex, soit dit en passant, est l'ami proche de Mary, un ami transsexuel. Mary a toujours fréquenté des personnes étranges, mais si vous vivez en Californie, tout le monde...

133 Des vues

Likes 0

Moi et Gavin

C'est l'histoire de mon ami et de sa mère qui habitent à côté. J'avais 24 ans, j'avais obtenu mon diplôme d'études secondaires plus tôt, puis j'avais obtenu mon diplôme universitaire plus tôt. J'ai décroché un excellent travail dans une grande entreprise avec une prime à la signature importante que j'ai appliquée à un acompte sur une maison. J'y habitais depuis 6 mois et j'avais appris à très bien connaître mes voisins. Janice, une infirmière travaillait à l'hôpital local. Elle était divorcée depuis plusieurs années et travaillait dur pour subvenir aux besoins de son fils de 12 ans, Gavin. Gavin était un...

740 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.