Salut ch. 13 nouvelles recrues

905Report
Salut ch. 13 nouvelles recrues

Molly était très fière de son nouveau rôle en tant que membre de Miss Marchant
recrues et avait été autorisée à se débarrasser de son uniforme de marin pour un
costume en cuir, confectionné avec amour par la couturière.

Alice s'était souvenue de la façon dont Molly avait géré la domination du jeune Martin
et a décidé de lui donner plus de pouvoir et d'encourager son côté sadique
nature.

Maintenant, un autre garçon la précédait, sa tête tournant continuellement pour regarder
elle, un renflement dans son short à cause du costume de cuir révélateur qu'elle portait.
Molly aimait voir sa douleur, comme elle aimait penser à ce qui était
prévu pour lui et cela la fit frissonner d'excitation.

Dans la chambre de sa maîtresse, ils s'arrêtèrent et Molly fit entrer le garçon, souriant à
lui alors qu'il regardait autour de lui, ses yeux s'égarant invariablement vers le grand
lit imposant. Un lit à baldaquin, les montants étaient de gros poteaux d'où
anneaux et sangles métalliques accrochés. Le bois a été taché et mis au rebut, bien sûr
signes de leur utilisation constante.

"Viens ici," dit Molly en se dirigeant vers le lit et en abaissant les sangles pour
qu'elle lui lierait les poignets.

Le garçon lécha ses lèvres et hésita, sa tête commençant à trembler de
Côte à côte. Molly était sur lui avant qu'il ne puisse faire quoi que ce soit.

Bien que le garçon soit aussi grand et beaucoup plus lourd qu'elle, elle a fouetté
avec le dos de sa main, en le suivant avec son genou, puis enfin
lui donnant des coups de pied alors qu'il tombait.

« Ne me refuse jamais mon garçon ! Tu comprends ? demanda-t-elle férocement, se tenant debout
lui avec un pied prêt à appuyer sur ses couilles. Les yeux écarquillés le garçon
leva les yeux et hocha la tête, sa joue gauche fleurie de la couleur de sa main
frapper.

"Maintenant va au lit avant que j'appelle le personnel pour qu'il vienne te tabasser !"
lui dit-elle, le sang coulant maintenant dans ses veines.

Avec un regard inquiet, le garçon se leva et se précipita vers l'endroit où les sangles
pendu, tenant ses poignets ensemble au-dessus de sa tête pour que Molly puisse grimper sur
le pied du lit et attacher plus confortablement ses poignets ensemble.

Une fois fait, elle retomba sur le lit et regarda le garçon tout en
inhalant le parfum de sa maîtresse.

Molly a ri.

Elle aimait taquiner les garçons presque autant qu'elle aimait baiser les filles avec le
harnais Miss Marchant la laissait souvent porter.

« Savez-vous pourquoi vous êtes ici ? elle lui a demandé. Elle s'est assise et a rampé
vers lui, tendant la main pour commencer à défaire sa chemise.

"Que fais-tu?"

"Elle te veut nu," expliqua Molly.

Molly se lécha les lèvres, soudainement essoufflée en se souvenant de sa maîtresse
la serrant contre lui et lui chuchotant ses instructions, son parfum, son
souffle, ses mains la tenant fermement.

Molly a écarté la chemise pour découvrir un torse maigre, sa cage thoracique rendue austère par
ses bras levés. D'un coup, elle déchira les bras de la chemise, puis laissa
il tomba alors qu'elle se levait du lit pour marcher derrière lui.

Elle aurait aimé jouer davantage avec lui.

Elle avait vu Lady Jessica et son père jouer avec les filles,
les taquinant en leur faisant croire qu'ils seraient adoptés, on leur donnerait de beaux
des vêtements, une chambre à eux seuls, des soirées où aller, des bals auxquels assister.

La femme tisse une toile de fantasme autour de l'enfant qu'elle a choisi, alors même que
ils ont lentement déshabillé la fille. Et puis leur torture était exquise,
appliqué avec amour et délicatement livré, construisant lentement, horriblement,
à la sauvagerie consommée.

Même leur baise a été sauvagement livrée, souvent à cheval sur son père, sa
le visage tordu dans un masque d'effort alors qu'elle martelait son corps de haut en bas
la bite de son père.

Le garçon sortit avec hésitation de son short, haletant en regardant Molly
examinez sa queue et ses couilles. Elle fit glisser ses doigts sur son ventre,
aimer la sensation de la chair où ses poils pubiens avaient été arrachés,
un cheveu à la fois.

Il y avait une façon d'arracher chaque cheveu qui ferait sursauter le propriétaire
vers le haut. Là encore, il y avait un moyen de tirer lentement les cheveux du
vulve de manière à tirer une lèvre de l'autre et à découvrir la richesse vibrante
chair entre eux.

Elle tendit la main derrière lui pour écarter les joues de ses fesses avec elle
pouces, sachant qu'elle trouverait son anus pincé de la même façon. Il gémit et
trembla, mordant ses lèvres pendant qu'elle l'examinait.

"Pourquoi?" Il a demandé.

"Pourquoi ici, ou pourquoi nu?" répliqua Molly.

Elle lâcha sa chair et se dirigea vers l'armoire spéciale,
faisant glisser ses doigts d'un dessin à l'autre alors qu'elle se demandait par où commencer.

Et pourtant, il n'y avait vraiment pas le choix ; un si petit cul serré, maigre
la taille et le dos féminin nécessitaient un fouet avec des lanières de cuir souple comme
point de départ. Elle l'a retiré et a inhalé les parfums mélangés sur le
poignée en cuir.

Il avait été coincé dans sa chatte et on ne sait pas combien d'autres. Toujours
nettoyé par la suite, il restait encore un musc que Molly trouvait très
excitant.

"Qu'est-ce que c'est?" demanda nerveusement le garçon.

Molly n'a pas répondu, mais s'est concentrée pour se tenir dans la bonne position,
fléchissant son bras et desserrant son épaule.

"S'il vous plait mademoiselle. S'il vous plait ne faites pas ça," supplia-t-il.

Molly inspira, adorant sa mendicité futile.

Ce n'était pas souvent qu'elle était autorisée à punir les autres, mais quand elle l'était, elle
les a fait la supplier d'abord, juste pour les entendre. Elle lui caressa le dos avec le
brins de cuir, aimant le noir contre la peau pâle, la flexion de
ses omoplates et le halètement de son souffle.

Puis son bras revint, le coude haut, son autre main tenant les nombreux
brins de cuir des pointes de fouet. Une traction, un relâchement et le fouet s'est enclenché
une arche serrée qui se terminait sur son dos.

Le garçon s'arqua et haleta, ses yeux écarquillés et son nez évasé.

Molly a encore frappé, déplaçant son objectif vers une nouvelle chair, décorant son dos avec
la frappe des bandes de cuir avant de descendre jusqu'aux fesses et aux cuisses,
s'agenouillant quand elle le devait, juste pour s'assurer qu'elle ne manquait de rien.

Les grèves n'étaient pas dures; Molly n'était pas une fille grande ou puissante, mais la
nombre de coups s'additionnent et apportent bientôt couleur et tendresse à son
dos, fesses et cuisses.

Ses halètements s'étaient maintenant transformés en cris, ses supplications en gémissements et en sanglots, mais
Molly a continué à fouetter, cherchant des zones de sa peau pas encore aussi
rouge comme le reste.

Quand son dos était assez rouge, elle a rampé sur le lit et lui a souri
alors qu'elle commençait à fouetter sa poitrine. Elle aimait le regard sur son visage alors qu'il
essayé de ne pas pleurer. Elle a lentement déplacé ses frappes vers le bas, puis finalement
fouetta sa bite et ses couilles, apportant un nouveau désespoir sur son visage.

Ses pleurs étaient comme ceux d'un bébé, pleins et incontrôlés. Ses cris étaient
comme celle d'une fille, aiguë et tranchante. Molly les aimait, le sentant partir
à travers elle.

Abandonnant le fouet, elle a obtenu une récolte du tirage au sort. Il faisait léger et
souple, celui qui avait été spécialement conçu pour Mlle Marchant. Molly savait
d'après sa propre expérience amère, comment cela pourrait causer une douleur lancinante immédiate,
puis une zébrure qui resterait pendant des heures après.

Si la pointe était utilisée, seuls les brins à trois cordons atterrissaient, puis le
une douleur aiguë lançait profondément en laissant la plus fine des lignes rouges. Alice était
très expérimenté dans son utilisation, notamment sur les organes génitaux sensibles.

Molly se tenait à côté du garçon en pleurs, plutôt que derrière lui et
a ramené la récolte en tranches sur son dos. Ses cris étaient magiques pour
Molly et elle serrèrent fermement le manche de la cravache contre elle-même,
aimer la douleur qu'il a apporté.

Le costume en cuir moulant qu'elle portait lui a permis cette liberté et elle
s'en délectait. Puis son corps l'appela pour plus et avec de nouvelles
vitalité, elle brandit à nouveau la cravache sur son dos.

La récolte a apporté des lignes rouges féroces sur sa chair, de belles zébrures elle
aurait aimé s'arrêter et tracer, mais elle avait un travail à faire, et un qui
devait être terminé au moment où sa maîtresse revenait.

Alors elle a continué à fouetter la récolte sur son corps, décorant son
fond avec des lignes rouges vives avant de passer à préparer son front.

"Non, s'il te plait, ne le fais pas," pleura le garçon en voyant ce qu'elle voulait dire.

Molly inspira, l'écoutant sangloter et supplier avant d'apporter le
se recroquevilla sur sa poitrine, tremblant alors qu'il criait, puis sanglotait
à coeur ouvert. Un coup sur ses mamelons lui a valu un nouveau cri
et un nouveau flot de larmes de ses yeux.

Déjà excitée, un nouveau bourdonnement la traversa alors qu'elle se concentrait sur
baissant ses frappes, chacun se rapprochant de plus en plus de son flasque
coq.

En gémissant et en pleurant, le garçon l'a suppliée de ne pas en faire autant. se mouillant avec
l'excitation, Molly a poussé une main entre ses jambes et a donné une chiquenaude au bout de
la récolte sur sa bite, souriant alors que, malgré lui, la sensation
l'a fait commencer à gonfler et à se soulever.

« Espèce de sale garçon ! cracha-t-elle, donnant à sa bite remuant un autre coup de
culture. Il sursauta et cria. Elle l'a effleuré à nouveau, puis à nouveau, le
force croissante à chaque fois, sa main libre travaillant sur son entrejambe vêtu de cuir
tandis que sa bite gonflait et se raidissait, sa récolte apportant des lignes rouges le long
son arbre.

Voyant le contraste, Molly visait à rapprocher les bandes rouges les unes des autres
autre, se léchant les lèvres en remarquant que ses coups provoquaient également
sa chair à gonfler donnant à sa bite un tout nouveau profil. Une fois satisfait
avec cela, elle s'est ensuite concentrée pour faire briller la pointe.

Si ses secousses lui faisaient rater, elle s'en prenait à lui en balançant le
se faufiler sauvagement sur les fesses, puis, quand son corps fut projeté en avant,
rapidement vers le bas sur la base de sa queue.

La porte s'ouvrit et Molly recula, son visage rayonnant de l'effort
elle avait mis dans la création du misérable gémissant qui pendait mollement à son
poignets entre les montants du lit.

Miss Marchant s'installa, grande et calme, ses yeux scrutant les deux
eux; le garçon dont le corps était rose et endolori du cou aux genoux,
puis recouvert de multiples zébrures de la récolte, la fille dont le visage
luisait et dont le corps était indécemment exposé par le cuir serré
body qu'elle portait.

Son attention revint sur le garçon et elle s'approcha de lui pour lui courir
doigts le long de son corps, ses ongles laissant de longues lignes traînantes tandis qu'il
sanglota de nouveau. Néanmoins, sa bite s'éleva à mesure que sa main s'en approchait,
s'il demande de l'attention.

"Tu as bien fait Molly." fit remarquer Alice.

C'était dit avec désinvolture, mais Molly rayonnait de fierté.

"Bandez-lui les yeux," demanda-t-elle, et tandis que Molly obéissait promptement, Alice
s'éloigna pour enlever sa robe, puis son corset serré. Alice était maintenant
nue, caressant ses seins pleins et fiers, pinçant ses mamelons pendant qu'elle
envisagé ses alternatives.

"Très bien alors, déshabille-toi et amène-le-moi." elle
dit l'enfant impatient.

Molly a crié d'excitation et a rapidement déchiré son costume serré,
sachant que les coutures se sépareraient si elles étaient suffisamment tirées. Puis, dégoulinant de
excitée, elle mit un collier autour du cou du garçon et le détacha.

Alice les attendait devant une natte qu'elle avait déroulée. La base
du tapis avait été recouvert d'un caoutchouc qui avait été moulé dans un
série de pointes et de crêtes qui le rendraient inconfortable pour n'importe qui
s'allonger dessus, sans jamais casser la peau.

Les yeux bandés, le garçon ignorait le nouveau tourment auquel il était confronté, et pourtant,
sanglotant encore de la douleur qui montait de son corps attendri, il se débattait
faiblement dans les mains de sa maîtresse alors qu'ils le retournaient avant de le coucher.

Une fois étendu, le tapis à pointes le faisait crier et écorcher et les dames avaient
leur travail coupé, saisissant les bras et les jambes avant de pouvoir
sauter à califourchon sur lui. Cela faisait partie de l'excitation et les préparait pour le
plaisirs à venir.

Alice a choisi son visage et, une fois à califourchon sur son corps, a poussé son entrejambe
sur son nez et sa bouche, se tortillant de joie alors qu'il criait et
pleura dans son sexe. Pendant ce temps, juste devant elle, treize ans
Molly tirait sur sa bite flasque, lui redonnant vie tout en
elle attendait à califourchon sur ses cuisses, sa chatte montrant chaque signe d'elle
excitation.

Dès qu'il fut assez dur, Molly se leva pour placer sa chatte au-dessus de la sienne.
bite, puis enfoncée pour s'empaler sur lui, sa chatte bien dressée
les lèvres s'ouvrent pour le laisser entrer, puis se referment pour le capturer dans son sexe serré
poignée. Elle chantonna avec délice et commença à bouger sur lui tandis qu'Alice le faisait
de même, la vieille dame haletant alors qu'elle poussait sa chatte fort dans son
bouche.

Alice le sentit essayer de respirer et saisit ses mamelons torturés pour
serrez-les et tirez-les, ravi quand son corps a résisté. elle s'est assise
plus lourdement sur lui, s'assurant qu'il ne pouvait pas respirer, et regarda peu
Molly rebondit sur sa belle bite.

Ses pieds martelèrent le sol lors de sa dernière tentative pour reprendre son souffle, puis
il s'est effondré. Molly et Alice l'ont senti ensemble et sont venues, leurs corps
s'effondrant l'un contre l'autre alors que leurs orgasmes les traversaient. Seul
puis Alice s'écarta et laissa le garçon inconscient respirer à nouveau, son
visage luisant du résidu de son orgasme.

Molly s'allongea sur lui et lui lécha le visage, riant quand il gémit parce que
son poids supplémentaire l'a poussé plus fermement dans le tapis à pointes qu'il a étendu
sur.

"Laisse-le," lui dit Alice.

Elle attachait son harnais préféré en place, le gode en cuir
qui sortait d'elle de huit pouces de long.

« Penche-toi sur le lit, » ordonna Alice à Molly.

Encore tendre de son récent orgasme, Molly sentit le cuir froid de la
gode entrer en elle et gémit. Les mains de sa maîtresse étaient autour de sa taille,
la tenant immobile pendant que la chose continuait à pousser vers l'intérieur, encore et encore,
plus longtemps qu'un homme, jusqu'à ce que la pointe soit poussée contre son col de l'utérus et poussée
vers l'intérieur.

Elle couina et agrippa les draps, haletant chaudement alors que le long gode
se mit à aller et venir, un long toboggan qu'Alice aimait tant.

Elle aimait regarder la longueur de cuir rembourré tirée d'un jeune
chatte de la fille, puis repoussée sous la base des fesses de l'enfant.
Elle aimait l'alimenter avec ses reins, comme le ferait un homme mais avec plus
conscience de ce que l'enfant ressentirait. Par conséquent, elle est allée lentement avec Molly,
mais pas trop lentement.

Elle a suivi le rythme de l'excitation de Molly, la gardant à la limite de
devenant douloureux, le gardant pour qu'elle perde bientôt tous ses sens mais
ceux qui sortent de son con.

La fille avait l'air absorbée par cela, ses yeux écarquillés et craintifs, mais sa peau
rouge d'excitation. Ses mains avaient rassemblé quelques-uns des draps du lit pour
son visage, inhalant l'odeur de Miss Marchant alors que le gode en cuir s'enfonçait avec
toujours plus de vitesse et de puissance dans les profondeurs du jeune corps de la fille.

Molly couina et trembla à chaque poussée dans son ventre, mais la douleur était
un élixir et le long toboggan presque hors de sa chatte avant d'être alimenté
de retour, était un pur plaisir chaud, la faisant fondre de plus en plus à chaque
poussée successive.

Puis son anus s'ouvrit, le pouce d'Alice l'approchant puis
la tirant. Elle a crié son plaisir, venant deux fois comme sa maîtresse
a continué à pousser en elle et hors d'elle, jusqu'à ce qu'elle soit enfin elle-même
satisfait.

Le garçon s'était réveillé et avait rampé hors du tapis. Il avait l'air hébété et
inconscient de son environnement alors qu'Alice s'approchait de lui, portant toujours le
godemiché; le coq en cuir noir brillant maintenant avec les jus que Molly avait
renversé dessus.

"Prêt pour plus je vois," gloussa Alice.

Elle avança le pied droit, l'extrémité moulée en coq, le
sculpture recouverte d'une couche de caoutchouc pour le rendre un peu plus
flexible.

Il se tenait à peu près à la hauteur d'une table et était souvent utilisé par Alice comme un bâillon, se pliant
la fille ou le garçon et le poussant dans leur bouche avant de boucler un
contrainte au-dessus de leur tête. Maintenant cependant, elle a tiré le garçon sur ses pieds
et sans préliminaires, a incliné le support pour appuyer son extrémité contre
les fondements du garçon.

Tandis que le garçon se débattait, pleurait et demandait pardon, Molly s'empressa de
se leva pour aider. Elle a saisi sa bite et ses couilles et a serré, puis a avalé
sa bouche ouverte couine avec un baiser, enroulant son autre bras autour de lui comme
elle le sentit se raidir sous l'empalement du sexe moulé.

Encore quelques instants et la tribune se redressa à nouveau, le garçon sur
ses orteils, douloureusement droits, la perche profondément enfoncée dans ses fesses. Alice a donné
Molly un martinet et a pris une grande longueur de cuir pour elle-même, presque
le brandissant immédiatement sur le ventre du garçon pour l'entendre crier et
regardez-le sursauter de douleur.

Prenant place en face de sa maîtresse, Molly brandit le
martinet sur son dos, et les deux femmes commencèrent à marcher lentement
lui, fustigant à chaque quart, l'un immédiatement après l'autre tandis que
tout ce que le garçon pouvait faire était de trembler sur la perche enfoncée profondément dans ses fesses.

Au moment où Alice s'est arrêtée, sa peau était livide avec des marques de score,
trépointes surélevées et la lueur brunie de plusieurs frappes des deux
fouets. Ensemble, Molly et sa maîtresse ont soulagé le garçon sanglotant de la
debout et dans un mouvement fluide, l'avait penché sur le tréteau pour son
prise définitive.

Le gode, séché maintenant avec le jus renversé de Molly, a été retenu pour l'arrêter
se penchant alors qu'Alice commençait à le pousser dans ses entrailles. Beaucoup plus épais et
plus long que le support, il a provoqué un nouveau gémissement du garçon, un qui
a grandi dans un pantalon essoufflé de nervosité alors qu'il menaçait de le déchirer
deux.

Pourtant, le docteur Stevens l'avait examiné et l'avait jugé apte, donc Alice
était sûre de l'utiliser comme elle le souhaitait. Comme elle l'avait fait avec Molly plus tôt, elle
tenait le garçon autour de sa taille et regardait avec un vif plaisir le
gode qu'elle brandissait avec ses reins glissés dans et hors de son anus étiré,
tirant et poussant le sphincter serré d'avant en arrière dans un plus
manière agréable.

Molly se tenait à califourchon sur son dos et tenait les sphères serrées de ses fesses
à part, pour mieux admirer la façon dont le cuir noir glissait
lui. Alors que sa maîtresse commençait à haleter avec le début d'un nouvel orgasme,
Molly pressa sa propre petite chatte contre le dos battu du garçon, riant comme
elle a pissé dessus.

Jeremy Worthington tremblait et haletait, les nerfs et l'excitation se disputant
l'autre alors qu'il attendait dans une petite pièce juste à côté du palier du premier
sol. Alice Marchant avait écouté avec intérêt ses explications, ou
essayé, son désir le plus profond.

Toujours désireuse de plaire à un mécène, Mlle Marchant s'était arrangée pour que Mlle
Greta Foulds pour recruter un enfant convenable pour son divertissement.

Maintenant, il attendait, le froid de la pièce faisant rétrécir sa queue. La porte
ouvert et sa vieille gouvernante est entrée. Eh bien, pas exactement la sienne. Son
ses parents l'avaient embauchée pour son frère et sa sœur cadets, mais elle avait
l'a rapidement mis au pas.

Jeremy se leva, ses mains découvrant automatiquement ses parties intimes dans le chemin
elle avait toujours exigé. Miss Foulds sourit et s'écarta
laisser une petite fille, peut-être aussi jeune que neuf ans, passer devant elle dans le
chambre.

Jeremy gémit, luttant contre lui-même alors que la fille regardait calmement son
coq et les poils pubiens noirs et raides qui poussaient autour de la base, si sombres dans
contraste avec sa chair pâle et maladive.

"Monsieur Worthington, quel plaisir de vous voir," dit Greta.

Jeremy s'était montré si malléable. Ce fut un plaisir de prendre le
adolescent à la main, demandez-lui de flatter ses pieds et de l'aider à éduquer
son frère beaucoup plus jeune et ses sœurs jumelles.

Cela avait souvent été une telle joie pour Miss Foulds, de voir Jeremy agir comme un
chien, rampant dans la salle de jeux et faisant crier ses sœurs en mettant
sa tête sous leurs robes à froufrous, pour flairer leurs jolies petites
cons.

"Mademoiselle," il déglutit.

Malgré sa nervosité, la vue de l'enfant faisait son sexe
durcir. Elle a continué à le regarder, le regardant se dresser et grimper
verticalement vers le haut.

"C'est Pétale," lui dit Mlle Foulds en caressant les cheveux de la fille.

C'était long et doux, lui rappelant ses sœurs jumelles Joanna et
Victoria. Son souffle se raccourcit en pensant à ses sœurs telles qu'elles étaient,
avant qu'ils ne deviennent si méchants et vengeurs.

« Est-ce qu'elle est là ? Je peux ? Je veux dire, est-ce qu'elle est là pour me laisser faire ? haleta-t-il.

« Eh bien, bien sûr, monsieur Worthington. Les clients peuvent tout faire, n'est-ce pas ?
Pétale ? » Greta gloussa.

La jeune fille hocha la tête et regarda à nouveau sa grosse bite, léchant ses lèvres alors que
elle a pensé à le monter, à le faire glisser dans son petit ventre
où ça ferait ressortir son nombril.

"Allez vous mettre debout sur la chaise Petal, pour qu'on puisse vous regarder correctement," Miss
Foulds pressé.

Elle l'a fait, enlevant d'abord ses petites pantoufles, puis se tournant vers
eux, ses mains éloignées d'elle pour que sa robe à froufrous se démarque comme
cela devrait.

Comme un garçon voyant son rêve se réaliser, Jeremy se glissa pour se tenir devant elle,
se léchant les lèvres alors qu'il la sentait maintenant aussi, ce beau mélange de savon, de talc
et l'eau de lilas. Sa bite palpitait avec une nouvelle urgence, et sa nouvelle dureté
le fit gémir, ses yeux menaçant de sortir de sa tête alors que Miss
Foulds retroussa calmement le devant de la robe de l'enfant.

« Tu aimes les jupons à froufrous, n'est-ce pas Jeremy ? taquina Greta.

Les soulevant un à la fois avec son bras pour les tenir en place. Ce fut alors un
levage lent, celui qui dénudait ses jambes en premier, ses jeunes cuisses enveloppées
joliment en bas de laine douce, ruban rose tissé à travers leur ourlet
pour aider à les tenir debout.

"Pousse Pétale en avant," exhorta doucement Greta.

Pétale sourit et poussa son bassin vers l'avant, regardant le jeune homme alors qu'il
fixa son entrejambe. Elle était fière de son entrejambe et de la fente profonde
entre. Les hommes avaient adoré la regarder écarter les jambes si profondément
fente s'ouvrirait. Elle pourrait cacher tout son majeur dans sa fente et
pour un sou, elle laisserait les autres le faire aussi.

"Voulez-vous voir le reste d'elle?" Greta a demandé avec un arc
sourcil.

La bite de Jeremy a donné une secousse, puis sa tête a hoché la tête, sa langue s'élançant
se lécher les lèvres, se souvenant sans doute de ses jeux d'enfance. Le léchage
à ses sœurs soldats, l'enfouissement de sa langue dans leurs fesses,
écoutant leurs rires alors que leur gouvernante était assise sur son visage jusqu'à ce qu'il
senti qu'il mourrait d'avoir besoin de respirer.

Pétale se tourna et se pencha en avant, repoussant ses fesses comme elle l'avait été
enseigné mais rougissant toujours alors que ses jupons étaient jetés et un savoir
la main caressait ses joues inférieures et caressait sa petite chatte.

"Elle va être serrée", a prévenu Greta, n'ayant guère besoin d'écarter le jeune
petit cul serré de la fille pour lui laisser voir le petit anneau sombre de son anus.

« L'a-t-elle été ? Je veux dire, l'est-elle toujours ? Jérémy haletait.

"Touché est tout Jeremy, juste joué avec, rien de plus. Tu seras le
d'abord là-haut, murmura Greta.

Son doigt frappa sur le nœud et il se serra puis s'ouvrit, le quotidien
routines de lavement lui ayant appris à se détendre inconsciemment
dès que le point sensible a été touché.

Jeremy regarda le bout du doigt de Greta plonger dans le petit anus de l'enfant
et gémissait avec les souvenirs qui revenaient inonder; les fois où il avait
été forcé de se regarder, de ne pas se toucher, de bouger ou de parler pendant que ses sœurs
ont été obligés de jouer sur le grand lit alors qu'ils étaient entraînés par Miss
Foulards.

Les fois où ils s'étaient assis tour à tour sur son visage, l'étouffant avec
leurs jeunes chattes aux lèvres fermes avant qu'il ne soit autorisé à pousser son
langue dans leurs jolis petits culs.

"Elle aura besoin de préparer Jeremy. Elle aura besoin d'être humidifiée, à l'intérieur comme à l'extérieur."
Greta lui dit, son sourire lui disant qu'elle aussi se souvenait de ces bons vieux
jours.

"Agenouillez-vous sur la chaise Petal, avec vos fesses bien sorties s'il vous plaît," Greta
exhorté.

Mlle Foulds a aidé Petal à se positionner, sa chatte aux lèvres lisses sortant
si amoureusement entre ses cuisses, tandis que dans les airs son joli bas
s'était séparée et le bouton de rose plissé de son trou du fond attendait Jeremy
pour le préparer.

Avec un sanglot qui évoquait les années qu'il avait attendu, Jeremy appuya sur son
bouche entre ses joues inférieures et pressa ses lèvres autour du petit
anus. Il leva les yeux, tombant dans les habitudes que Miss Fould lui avait apprises
et gémit dans l'anus de Petal en voyant Greta sourire ses encouragements.
Sa langue chercha son ouverture et se tortilla à l'intérieur, sa bite vacillant alors que
il l'entendit gémir et repousser ses fesses vers lui.

La fille ressemblait tellement à l'une de ses sœurs qu'il pouvait presque s'imaginer
à l'époque, les enfants riaient des choses coquines que Miss Foulds faisait
eux le font. L'anus de la petite fille se desserra et il y enfonça sa langue, un
rugissant dans ses oreilles alors qu'il léchait sa goulotte anale, l'humidifiait avec de la salive
et cracha dedans alors qu'il s'évanouissait.

"Ça suffit maintenant Jeremy. Jetons un coup d'œil à toi." Greta a appelé,
tapant sa tête.

Le jeune homme se leva, léchant ses lèvres et haletant. Sa bite était toujours debout
hors de lui, dansant avec son pouls excité alors que, regardant vers le bas, il vit le
l'anus de l'enfant l'attend.

Greta a pris sa bite autour de la base et a tiré dessus, entraînant Jeremy
en avant comme elle l'avait souvent fait dans sa jeunesse. Aujourd'hui, il est venu sans
dispute ou des bruits idiots, juste haletant avec son excitation croissante alors qu'elle
l'attira plus près du fond d'attente de Pétale.

« Elle ressemble à Victoria, n'est-ce pas ? taquina Greta. Elle a frotté son
bite le long de la courte fente anale de l'enfant et l'attira vers elle
sphincter, en le logeant contre son creux et en l'y maintenant.

"Pousse Jeremy," murmura-t-elle avec urgence.

Avec un long gémissement, Jeremy fit ce qu'on lui ordonnait, les yeux écarquillés sur le
la forme courbée de l'enfant alors que, lentement, la tête rubis de sa bite poussait son anus
anneau vers l'intérieur et à l'écart.

« Ne bougez pas ! cracha Greta en frappant les cuisses de Petal.

Figée par la voix de sa maîtresse, Pétale couina à la place, tremblant comme un
feuille alors que quelque chose de chaud et dur l'écartait douloureusement, beaucoup, beaucoup
plus loin que les buses qui servaient à ses lavements quotidiens.

Avec un halètement, Jeremy a traversé, un pouce de bite au-delà de l'anneau serré de
le petit cul serré des neuf ans. Une pression ferme et il s'enfonça plus profondément,
le sanglot de l'enfant ne faisait que lui donner envie de recommencer.

"Attends," lui dit Greta.

Elle enroula ses doigts plus fermement autour de la base de sa bite et
regardé comme la contrainte a forcé sa bite à commencer à gonfler. Le pétale pourrait
le sentir aussi et gémit, embroché si joliment sur son grand manche de
virilité.

"Maintenant!" elle lui a dit.

Jeremy connaissait cette commande et serra les dents pour appuyer à fond sur le
bas de la fille. Il agrippa ses hanches alors qu'elle essayait de lui échapper,
criant maniaquement alors qu'il s'enfonçait profondément dans son côlon.

Elle n'était plus une enfant inconnue qu'on lui apportait juste pour cet acte.

C'était sa petite sœur, celle qui avait grandi pour devenir une telle garce.
Elle avait à nouveau neuf ans, se soumettant cette fois totalement à lui, lui donnant
lui la seule chose qu'elle lui avait toujours refusée.

Il l'entendit pleurer et bougea plus fort d'avant en arrière dans son derrière moite.
Il a regardé sa bite entrer et sortir, l'air énorme à côté de la petitesse
de ses fesses et de ses cuisses. Il poussa de tout son corps, haletant et
secouant avec l'effort et la poussée exceptionnellement fort, exceptionnellement
profond, alors qu'il se sentait éclater.

Pétale tremblait et gémissait, ses yeux écarquillés et fixant aveuglément alors qu'elle se sentait
la chose lancinante brûlante lance ses fesses, secouant profondément son ventre tout en
son anus piquait d'où elle avait été déchirée.

Consciente de l'importance du soutien public, Alice Marchant avait invité
personnes partageant les mêmes idées pour former une ligue d'amis, dans le but de
collecter des fonds et élever le statut public de l'orphelinat.

A sa grande joie, Alice avait réussi à persuader le docteur Samuel Croft et
le juge John Blackstone, deux personnalités éminentes à se joindre à eux et à donner
crédibilité au comité.

Le docteur Samuel Croft, propriétaire d'une maison de retraite à Gilspur Street,
spécialisé dans la correction sadique des habitudes de masturbation des
enfants de familles aisées. Le juge John Blackstone a tenu des assises
dans les comtés d'origine pour les mineurs où il les trouvait souvent
coupables des crimes les plus mineurs, les condamnant à des peines publiques sévères
châtiments corporels, abus privés et tortures.

Se réunissant une fois par mois, ils ont été rejoints par les gouverneurs, les patrons et le personnel
pour discuter et planifier des événements futurs. Une grande partie du capital nécessaire pour financer St
Saviour's est né de ces événements et l'influence de ces deux
suffisaient à persuader les autorités de fermer les yeux sur
toute l'activité clandestine.

Au cours des derniers mois, tant d'enfants ont été cruellement maltraités et
torturés qu'il était devenu nécessaire d'expédier la plupart d'entre eux
loin des villes et des cités. Alice n'éprouvait aucune pitié pour ces enfants et
s'est empressé d'acheter de nouveaux stocks pour les remplacer par un autre
établissement privé.

La voiture de Lord Holmes a voyagé lentement, se balançant d'un côté à l'autre et vers le haut
et descendre le long de la route défoncée qui menait à sa destination Birchwood
Grange, tandis qu'à l'intérieur les trois voyageurs fatigués tenaient leur propre conseil.

De temps en temps, l'un offrait un petit flacon aux deux autres et malgré
l'un d'eux étant une dame, ils prenaient tous une gorgée de la liqueur chaude
directement du flacon. Dehors, le mauvais temps avait tourné pour le
pire et des averses de neige avaient recommencé à tomber.

« Est-ce qu'on doit vraiment faire ça ? Le docteur Stevens a encore demandé, un
mouchoir à la main alors qu'il se préparait une fois de plus à éternuer.

"Tu connais la réponse à ça," lui dit Alice, ses mains couvertes par un renard
cache-nez en fourrure. Il y en avait une autre autour de ses pieds mais elle ne pouvait plus
sentir sa présence.

"Cela ne prendra pas longtemps, Docteur Stevens." Lord Holmes l'a assuré.

"Alice et moi ferons l'entretien initial, puis vous vous assurerez que le
les enfants sont tous en forme avant que nous payions pour eux », a expliqué Richard.

"Pouvons-nous au moins rester pour un repas chaud," supplia Jeremy.

"On ne nous en proposera pas un," lui dit Alice d'une voix sombre.

"Est-ce que c'est ça?" demanda Lord Holmes en jetant un coup d'œil hors de la voiture vers un
grand gothique comme bâtiment apparaissant à travers les rafales de neige.

Alice y jeta un coup d'œil et hocha la tête.

"Maintenant, rappelez-vous, ne montrez aucune compassion et ne choisissez que les enfants qui sont
capable de supporter des peines sévères. Je veux pouvoir les abuser dans le
la plus dure des manières !"

"Bienvenue à Birchwood Grange", dit un domestique costaud qui attendait
eux à l'entrée.

Ils ont été conduits à travers un intérieur austère qui n'était que légèrement plus chaud
qu'à l'extérieur puis à l'étage dans un dortoir qui contenait dix lits en bois,
les matelas fins et usés, et les draps un peu mieux. Avant chaque
lit se tenait un enfant, les garçons d'un côté et les filles de l'autre.

La matrone se retourna et sourit sans humour à Miss Marchant.

"Comme tu l'as demandé," lui dit-elle, une pointe de fierté dans ses manières.

Alice hocha la tête et commença à marcher le long des deux rangées de garçons et de filles, avec
Richard suivait pendant que Jeremy attendait, tenant sa trousse médicale devant
de lui. Tandis qu'Alice transmettait les lignes d'enfants, elle regarda leurs
stature, la qualité de leur peau et pour tout signe de leur physique
développement.

De temps en temps, elle s'arrêtait pour retourner brutalement un enfant et le mettre à nu
leurs fesses, à la recherche des cicatrices de toute punition récente. Au loin
À la fin, elle s'arrêta brusquement et se tourna pour faire face aux enfants.

« Toi et toi », dit-elle en désignant deux des plus jeunes filles dont
les seins n'avaient pas encore commencé à se développer.

"Vous pouvez partir tous les deux," leur dit-elle.

Les enfants sortirent en traînant les pieds, un air de profonde déception sur le visage,
ni l'un ni l'autre n'étaient conscients de ce qu'ils avaient raté. Huit enfants sont restés
et elle jeta à nouveau un coup d'œil à chacun d'eux, jaugeant leur humeur et leur
désir d'échapper aux confins de cet endroit abyssal.

« Est-ce que les garçons et les filles dorment dans le même dortoir ici ? Jérémy doucement
demanda la matrone alors qu'Alice terminait son inspection.

"Bien sûr que non!" La matrone cracha en le regardant comme s'il était un
imbécile. "Mlle Marchant a insisté pour qu'ils soient tous inspectés dans le
même pièce, sinon je ne les aurais jamais autorisés dans la même pièce que leur
dortoirs », a-t-elle lancé.

« Elle a toujours été maladroite, celle-là », ajouta-t-elle dans un murmure.

Le docteur Stevens sourit et hocha la tête.

"J'ai quelques outils qui pourraient vous intéresser", a-t-il suggéré.

Il ouvrit sa trousse médicale pour en montrer une, une ceinture de retenue pour les garçons qui
avait été affiné avec de petits morceaux de métal pointus pour arrêter tout
masturbation non autorisée. Tandis que Jeremy tentait d'intéresser la matrone à
acheter ses marchandises, Alice se retourna pour s'adresser aux enfants restants.

"Vous n'avez tous qu'une chance de partir d'ici avec moi", leur dit-elle en
regardé de l'un à l'autre.

"That chance relies upon you doing exactly as I ask," she said.

"I'll ask you to do something and I'll only ask you once. The last one to
obey will remain here," she warned.

Alice waited a few moments before giving her first instruction.
"Girls lift your petticoats, boys lower your breeches," she ordered.

For a moment no one moved. For a moment more, child looked to child,
friend to friend as they tried working out whether to obey.

Then a boy more eager to escape the matron than the others unbuckled his
breeches and all of a sudden, they were all removing their clothes, eager
to beat at least one other, then to stand and try and ignore their public
nakedness.

"Too slow," she told a boy, the last one to straighten and reveal his
nakedness. He hung his head and pulled his breeches up before running off
to cry. Seven children remained and Alice walked slowly down the lines
again, Lord Richard now joining her at her side.

The boys shook and, as much as they tried not to, their eyes were drawn
to the naked loins of the girls, their cocks rising despite all the
discipline they'd received to stop such a thing happening. Avec le
tingling feel of rising pleasure, they whimpered and glanced nervously
towards their disapproving matron.

The matron's face glowered as she stared at them, her expression
promising them all sorts of elixirs that would create stomach cramps and
diarrhoea, poultices that would sting and burn their genitals and the
insertion of long thick enema nozzles into their bottoms that would hurt
and take away all thoughts of their illicit pleasures.

"Not you, or you," Alice told two of the boys, one who's erection failed
to materialise, another whose erection was small and slender, not at all
what she wanted.

Five children remained two boys and three girls. She told the boys to go
over to over Doctor Stevens, while the three girls faced her, as she
stood with her hands on her hips.

"Lift your petticoats higher!" she ordered them.

Faces burning, the three girls lifted their garments higher, their
blushes turning crimson as Lord Holmes chuckled and stepped forward.

"Legs much further apart!" Alice demanded curtly.

Remembering what had happened to the boy who was too slow, they all
quickly shuffled their feet apart, none the less shaking as Richard
stepped right up to them in turn, a smile for each of them as his fingers
wandered between their legs to feel each of their pudendum.

Soft folds, plump labia offering momentary resistance before parting to
his fingers, then warm and moist interiors and the firm bulb of their
clitoris at its head. He probed and tested, smelt and tasted while they
looked on, struggling, gasping and shaking, squirming and blushing.

"Not this one," he told Alice, pointing to the girl whose cunt had been
dry.

She nodded and pointed to the door. To the last two, she pointed to where
Doctor Stevens was still busy with the last boy, his finger still lodged
deep inside his anus, his other hand roughly fondling the boy's handsome
cock and balls.

"Aren't you done yet?" Miss Marchant complained.

Jeremy blushed and moved hurriedly on.

"You'll find them all poor sport", the matron told Alice with a cold
smile. "My strict regime has all but whipped out of them any desire to
masturbate".

In some ways she was glad of Miss Marchant's visit. It helped rout out
those children who had an urge to masturbate regardless of the severe
punishments it brought them and she did so like them to defy her.

"So how much do you want for them?" Alice asked.

"They're all fit and healthy," the matron argued.

"How much," Alice insisted.

The matron's composure cracked and she licked her lips as she gazed at
Lord Holmes and his rich clothes.

"Three guineas each."

Miss Marchant chuckled and shook her head.

"One guinea," she offered.

"Oh, come on Miss Marchant! I've paid more than that to house, feed and
clothe them!"

"I doubt that, but six guineas for all five children," Alice offered.

"Eight guineas," matron quickly retorted.

"Seven and you're invited to come and watch them perform," Alice rounded.

"Done!" the burley matron said and both women spat into their hands
before slapping them together in a handshake that sealed the deal.

Alice was pleased with the deal she had made and arranged for the new
recruits to be transported to St Saviour's the very next day.

Articles similaires

De l'épicerie à f

J'ai regardé l'incroyable séductrice par derrière en pensant à toutes les choses sales que je lui ferais si j'en avais l'occasion, ce qui était exactement ce que je voulais. Je l'ai suivie à distance et j'ai continué à faire du shopping, ou à faire semblant à ce moment-là. J'étais tellement perdu dans le corps de l'adolescente en face de moi que faire du shopping pour ce pour quoi je suis venu n'allait tout simplement pas se produire à cause de mon imagination hyperactive. Cela n'a pas aidé que ma bite soit dure comme de la pierre, surtout dans le jean serré...

2.1K Des vues

Likes 0

La femme de Frank, partie 5

La femme de Frank, partie 5 Le voyage de Jim Retour au Sex Shop histoire de: SindyxSin Jim ramène Kathy au sex-shop. NOTE DE L'AUTEUR: Ceci est une histoire sexuelle continue. Il peut avoir des relations sexuelles brutales et ne doit pas être lu par des personnes qui ne sont pas dans ce type de sexe. Ce n'est pas pour tout le monde, la douleur, l'humiliation et d'autres actes sexuels utilisés pour dégrader une personne, ce n'est pas pour tout le monde. Si cela vous excite, je suis heureux, mais s'il vous plaît, n'essayez rien de tout cela sur des partenaires...

1.9K Des vues

Likes 0

Mon frère Turner et moi

J'étais assis à la table du petit déjeuner essayant de décider quoi faire. Ce soir, c'était le réveillon du Nouvel An et mon frère m'avait demandé d'aller à une fête du Nouvel An avec lui. Je venais d'avoir 44 ans en novembre. Mon mari est décédé il y a trois ans et je vivais seule. Le nom de mon frère est Turner et il a quinze ans de moins que moi. Ma mère m'a eu quand elle n'avait que 16 ans et ils n'ont pas eu d'autre enfant avant qu'elle n'ait 31 ans. Depuis la mort de mon mari, Turner a...

2.9K Des vues

Likes 0

Jilly

J'ai séduit, contraint ou forcé une jeune fille mineure. Appelez ça comme vous voulez, mais c'est arrivé, j'ai honte, après la première fois, mais j'ai continué à profiter de ce que j'avais conspiré pour qu'il se produise, encore et encore. Une histoire vraie qui heureusement a bien marché, ça aurait pu aller dans l'autre sens ! Pourquoi est-ce arrivé? Je suis un mec, marié depuis 15 ans et pour être honnête, j'en ai marre de baiser ma femme, qui était passée du plaisir sexuel à le supporter. J'avais besoin d'un peu de piquant, quelque chose pour me faire savoir que je...

2.6K Des vues

Likes 1

La suite 5

Jim faisait les cent pas depuis une heure maintenant, après avoir détruit leur flotte d'invasion, ils étaient partis après le seul navire restant de la flotte Krang. Mary et Amber l'avaient regardé presque tout le temps Jim si tu ne le fais pas assieds-toi, je vais te casser la gueule, je ne peux pas supporter beaucoup plus ton rythme », a presque grondé Mary. Jim s'est rapidement assis dans le fauteuil de commandement en essayant de ne pas regarder Mary, désolé Mary, je déteste cette attente, j'ai rien sur le robinet pour faire rien sur quoi travailler, vous savez que je...

1.9K Des vues

Likes 0

Mission érotique d'Abby

J'étais à mon collège depuis plusieurs années et j'avais la réputation de défier intellectuellement mes élèves, en particulier dans le domaine de la littérature dramatique. De nombreux élèves sont allés dans une école secondaire de la ville qui était exceptionnelle. . . même remarquable à l'échelle nationale. Un de ces étudiants. . . Abby était de loin ma préférée. Elle avait en fait passé ses années élémentaires au Canada et l'éducation qu'elle avait reçue était exceptionnelle. Bien que la situation que je m'apprête à décrire. . . a eu lieu alors qu'elle avait 14 ans, j'ai eu le plaisir de l'avoir...

1.8K Des vues

Likes 0

La fille derrière le mur

J'étais en deuxième année de fac quand je l'ai rencontrée. Kacey vivait dans le dortoir à côté de moi, mais je ne l'avais jamais vue. Je ne la connaissais que par le nom sur la porte et ce que j'ai entendu cette première nuit. Je me suis assis dans mon lit en me préparant à aller dormir. Par lit a été poussé contre le mur, et c'est alors que je l'ai entendu; un petit gémissement doux et sexy de l'autre côté du mur. J'ai balayé le premier son mais en entendant le second, un peu plus fort et plus long, j'ai...

1.9K Des vues

Likes 0

Sœur amusante (Pt1)_(0)

Sortir en boîte en ville n'est pas si mal, vous dites à vos amis quand ils ne cessent de vous demander pourquoi vous le faites : Pourquoi je le fais ?, vous vous demandez pour la dixième fois alors que vous et votre sœur vous tenez sur la plate-forme bondée en attendant le tube à la maison. Toutes les deux vêtues de jupes presque trop courtes pour la décence et de hauts moulants, votre sœur s'est toujours plainte que vous ne portiez jamais de soutien-gorge, vos seins fermes et tombant presque de la ligne inférieure du cou. 23h et vous n'arrivez...

1.5K Des vues

Likes 0

Bug Chasing - Croisière pour le SIDA

C'était difficile pour moi, au début, de comprendre pourquoi je me sentais comme ça. J'ai adoré la façon dont j'avais envie de bite nue dans mon trou du cul pédé, j'ai adoré à quel point je voulais que chaque bite qui baisait ma chatte gay se vide de charge sur charge de sperme chaud, gluant et fondu au fond de ma chatte d'homme palpitante et douloureuse. Mais attendez, ce n'était pas ce que j'avais du mal à comprendre. Ce qui s'est passé, c'est que lorsque j'ai commencé ma carrière de cock-riding à l'âge de 14 ans, c'était au début des années...

1.3K Des vues

Likes 0

MÈRE ENSEIGNE FILLE_(0)

Où est ton père, a demandé Alicia Mead à sa fille Nancy, je commence à en avoir marre d'essayer de garder une trace de cet homme !?! La dernière fois que je l'ai vu, c'était dans la salle de bain, répondit Nancy en se versant un verre de jus d'orange, il récurait le sol autour des toilettes !!! Il aurait dû en finir avec ça depuis longtemps, dit Alicia avec irritation, si je découvre qu'il a déconné, je lui ferai souhaiter qu'il ne l'ait pas fait !!! Aw, vas-y doucement avec lui, maman, dit Nancy entre deux gorgées de jus, il...

1.7K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.