Island Royale : le rapport (chapitre sept)

631Report
Island Royale : le rapport (chapitre sept)

Chapitre sept
____________________________



Cynthia m'avait encouragé à retourner à la crèche et à aider au « tutorat » d'un groupe particulier de jeunes filles qui venaient tout juste de s'occuper des organes génitaux masculins pour la première fois. À sa suggestion, j'ai sauté le petit-déjeuner le lendemain matin, soucieux de ne pas être trop tard pour m'inscrire à une opportunité matinale de visiter ce cours, et je suis passé directement de ma suite à la réception au niveau principal.

L'opportunité de participer à la formation de certains des plus jeunes étudiants esclaves sexuels d'Island Royale semblait avoir été encore plus populaire parmi les invités que lors de ma précédente visite, car bien que je sois arrivé assez tôt, un certain nombre d'hommes, chacun vêtu de sa lumière. robes bleues ou blanches, s'étaient déjà rassemblés dans le hall pour donner de leur temps à la scolarité des jeunes protégés de Cynthia. J'ai attendu avec les autres jusqu'à ce qu'un jeune homme, armé d'un presse-papiers, confirme que tous les volontaires étaient arrivés et pouvaient être escortés à travers l'hôtel et à l'arrière. Nous sommes montés à bord du train de poussettes ouvertes en attente pour le court trajet à travers le terrain de jeu et nous nous sommes bientôt retrouvés devant une porte ouverte menant à la crèche.

J'ai découvert que tout notre entourage n'était pas destiné à rendre visite à ces très jeunes filles et, à notre arrivée, nous avons été répartis en trois groupes. Un assistant administratif a conduit mon groupe devant la salle de classe que j'avais visitée plus tôt et nous sommes entrés dans une autre pièce meublée de la même manière. Quatorze petites filles asiatiques nues et riantes étaient assises à leur bureau pendant que nous entrions et prenions nos places, et un homme à l'air sévère les regardait silencieusement derrière son bureau, devant la pièce. Une fois installés, il a encouragé ses élèves à exprimer leur gratitude pour notre aide dans leur cours, puis a demandé aux filles de prendre la position requise devant nous.

Une petite fille japonaise timide nommée Hiroko s'est dirigée timidement vers moi en serrant une petite serviette blanche contre sa poitrine. L'enfant n'était pas particulièrement attirante, mais ses doux yeux sombres et ses cheveux noirs courts, associés à son teint pâle et à son attitude timide, lui donnaient une apparence fragile et attachante alors qu'elle se tenait devant moi, balançant timidement ses yeux entre mon visage et mon aine. .

Au signal de l’instructeur, la petite fille s’est agenouillée devant moi, a soigneusement placé la serviette à ses côtés, puis a commencé à séparer ma robe. J'ai été charmé par sa maladresse à dégager mon pénis du vêtement et je l'ai aidée à m'exposer. Ma bite était flasque mais remuait au contact de ses petits doigts, et alors qu'elle caressait délicatement le bout de ma bite, je pouvais me sentir sensiblement commencer à gonfler et à durcir. Bientôt, ses douces caresses sur mon manche m'ont mis complètement en érection et j'avais envie d'action.

À l'exception d'un baiser occasionnel sur le bout de mon bouton, la petite fille n'a fait aucun effort pour me servir oralement mais a plutôt utilisé sa main droite pour me caresser méthodiquement la bite. J'ai souri de plaisir alors qu'elle massait mon organe, sa langue sortant de sa bouche avec une concentration concentrée, apparemment inconsciente de tout sauf de la tâche qui l'attendait. À un moment donné, son pompage est devenu un peu intense et je me suis penché, je l'ai prise doucement par le poignet et j'ai ralenti son action. Elle m'a regardé, le visage rempli d'inquiétude, mais j'ai souri en retour et, soulagée, elle est retournée à son travail manuel.

J'étais sur la bonne voie vers un point culminant lorsque la petite fille accéléra à nouveau le rythme de ses caresses. Elle a relâché mes testicules et a essuyé le bout de mon sexe avec sa paume, me rapprochant encore plus de l'orgasme.

Maintenant, elle caressait mon membre avec les deux mains, et quand elle embrassait le dessous de ma bite, je savais que je ne pouvais plus me retenir. J'ai explosé, tirant une épaisse explosion de sperme dans l'air qui s'est formée en arc de cercle et s'est déposée sur la tête de la petite fille. Hiroko a rapidement incliné ma bite vers elle et mes prochains coups ont éclaboussé son menton et sa poitrine nue alors qu'elle regardait avec fascination ma virilité gonflée et en éruption.

Mon dernier jet a à peine échappé à ma bite et s'est accumulé dans une mousse tandis que la petite fille, ses petites mains maintenant glissantes de sperme, continuait à me masturber. J'ai commencé à perdre mon érection mais la fille a continué à masser mon membre jusqu'à ce que je glisse ma main vers le bas et que je la prenne à nouveau doucement par le poignet, lui faisant signe de me relâcher. Elle m'a nettoyé l'aine avec sa serviette humide, maintenant légèrement froide au toucher, avant de l'utiliser pour essuyer le sperme de son visage, de sa poitrine et de sa tête. Elle a ensuite embrassé à nouveau le bout de mon sexe et, croisant les jambes, s'est assise par terre à mes pieds. Son petit ornement rouge traînait sous elle alors qu'elle s'installait, et elle jouait avec désinvolture tout en regardant mon pénis semi-flasque.

De chaque côté, je pouvais voir quelques-unes des autres petites filles toujours occupées à masturber leurs visiteurs tandis que le reste des élèves, comme Hiroko, étaient assis tranquillement devant leurs « professeurs », attendant patiemment de nouveaux ordres. En quelques minutes, les invités restants avaient atteint leur apogée et l'instructeur a dit aux enfants qu'ils pouvaient s'asseoir.

"Maintenant, les filles", entonna-t-il alors qu'elles se levaient, "n'oublions pas de remercier nos invités pour leur aide." À l'unisson, les petits ont répondu « Merci, Maître ! »



* * * * * * * *


C'était en milieu de matinée quand je revenais de la crèche. Le petit-déjeuner était toujours à ma disposition dans la salle à manger, mais malgré le fait que je n'avais pas mangé depuis la veille au soir, je n'avais toujours pas exceptionnellement faim.

Je ne me sentais pas non plus excitée. Le petit Hiroko y avait veillé.

Je me suis donc retrouvé à errer sans but dans la vaste étendue du complexe d'Island Royale et à me sentir… ennuyé ! Je suis resté un moment pendant que des invités vêtus de shorts de jogging jouaient au volley-ball dans le sable avec un certain nombre d'esclaves sexuelles aux seins nus, mais je me suis vite lassé de regarder les seins des filles s'agiter sauvagement alors qu'elles se manœuvraient sous le ballon. Une semaine plus tôt, je n'aurais pas cru possible pour moi – pour n'importe quel homme normal, d'ailleurs – d'être entouré de belles femmes nues, chacune vouée à procurer un plaisir suprême, et qui pourtant manquent toujours d'intérêt pour le sexe.

Incroyable.

Je me suis rappelé que, même si Island Royale était avant tout un palais du sexe, la direction fournissait également d'autres services communément associés à des lieux de villégiature plus « traditionnels », et je me suis rendu compte que pendant mon séjour je n'avais pas profité de beaucoup de ces autres services. Agréments. J'ai donc décidé d'aller au spa pour prendre un verre ou deux et un massage.

Toujours vêtu de ma robe blanche ample jusqu'aux chevilles, je me suis aventuré autour de la limite sud de l'hôtel et sur le chemin en béton incurvé menant au Clubhouse. En entrant dans le bâtiment, j'ai remarqué que la plupart des clients dispersés dans le salon étaient habillés de la même manière, et j'ai commandé avec désinvolture un Bloody Mary à l'un des préposés aux seins nus avant de m'asseoir au bar.

L'endroit n'était pas du tout bondé, mais alors que j'étais assis, deux hommes d'âge moyen portant des raquettes de tennis, chacun vêtu de shorts et de chemises à manches courtes, sont entrés par le côté et sont tombés sur des tabourets de bar immédiatement à ma gauche. Tous deux parlaient en français, mais avec le temps, je me suis joint à la conversation et ils sont passés obligeamment à un anglais impeccable pour mon bénéfice. Nous avons échangé quelques plaisanteries inoffensives et quelques anecdotes sur nos récentes conquêtes sexuelles, et avec le temps nous nous sommes attelés à une table où, à mesure que l'alcool coulait, nos discussions sont devenues beaucoup plus ouvertes et franches.

Ces messieurs, ai-je appris, étaient tous deux des industriels européens extrêmement riches – l’un français, l’autre belge – et s’étaient rencontrés plusieurs années plus tôt lors d’une précédente visite dans la station. Bien qu'ils aient maintenu des contacts minimes les uns avec les autres « chez eux », en raison de l'amitié qu'ils avaient développée au complexe, ils avaient depuis lors programmé mutuellement leurs visites périodiques à Island Royale. Ils m'ont demandé ce que je faisais dans la vie ; Je ne pouvais bien sûr pas leur dire que j’étais un journaliste enquêtant sur le commerce de l’esclavage blanc et je leur laissais simplement l’impression indéfinie que j’étais d’une manière ou d’une autre associé au « secteur des communications ».

Les deux hommes étaient arrivés avec la navette du mercredi après-midi et j'ai commenté en plaisantant qu'ils semblaient être devenus un peu «blasés» par le complexe, car ils avaient déjà ignoré certaines des attractions les plus charmantes à leur disposition sur l'île et avaient déjà pris la navette. a plutôt choisi de jouer au tennis. Ils en rirent tous deux de bon cœur et Maurice se renversa dans son fauteuil. "C'est évidemment votre première visite ici", répondit-il. « Au bout d'un moment, vous apprendrez que vous devez suivre votre rythme. Sinon, vous vous épuiserez ! J'ai ri et secoué la tête, mais j'ai réalisé en privé qu'il avait probablement raison.

Le Français Pierre avait été invité à la station à deux reprises avant la première visite de Maurice. Suite à la réussite d'un projet de construction de plusieurs milliards de dollars – il restait assez vague tant sur la nature du projet que sur la localisation précise du chantier au Moyen-Orient – ​​Pierre avait été discrètement informé par son hôte local de l'existence d'Island Royale. . Il m'a avoué qu'il avait initialement rejeté la description de la station en la considérant comme une simple histoire tirée par les cheveux, mais quelques semaines après son retour à son bureau à Paris, il a appris que la direction avait été contactée et que le Français avait été nommé pour rejoindre le complexe. le « cercle spécial » des clients de l’Island Royale. Ne sachant toujours pas quoi penser de cette offre très inhabituelle, il a contacté son associé commercial du Moyen-Orient et, à sa demande, a accepté de l'accompagner au complexe. Depuis, Pierre est devenu un visiteur régulier.

Maurice avait connu la station tout autrement. Il se souvient avec un sourire du jour où l'étranger, petit, trapu et avec un fort accent russe, s'était rendu dans son bureau près de Bruxelles, s'obstinant à s'entretenir en privé avec l'industriel malgré son refus catégorique de révéler à l'avance à la secrétaire aux nominations la nature de ses affaires. Maurice a déclaré qu'il avait d'abord cherché à renvoyer l'homme au pardessus sale, mais comme il était clair que le Russe ne serait pas repoussé, il lui a accordé un peu de temps en fin d'après-midi. Une fois dans le bureau privé de Maurice, le Russe non identifié – peut-être Alexis, que j’avais rencontré plus tôt, me suis-je demandé – « a tissé une histoire des plus extraordinaires », comme l’a dit le Belge. Amusé, mais néanmoins plutôt intrigué par la description de la station par l'étranger, Maurice m'a dit qu'il avait poliment accepté l'invitation du Russe à visiter l'île Royale, qu'il avait escorté le visiteur depuis son bureau et qu'il était rentré chez lui. Il n'avait guère pensé davantage à cette rencontre, dit-il, jusqu'à ce que quelques jours plus tard, un courrier privé lui remette une enveloppe scellée contenant une lettre fournissant des instructions supplémentaires et le nom d'un associé de confiance. Maurice fut encouragé à appeler pour confirmer la légitimité de l'invitation. Maurice a déclaré qu'il avait immédiatement passé cet appel et : « Eh bien, le reste appartient à l'histoire », a-t-il conclu avec un sourire robuste.

Ces messieurs m'invitèrent alors à leur raconter comment j'avais pris connaissance de l'existence de la station. Naturellement, je ne pouvais pas leur dire la vérité, alors j'ai simplement indiqué que j'avais reçu une visite assez similaire à celle décrite par Maurice, même si – pour rendre mon histoire un peu plus plausible – je me suis souvenu de mon récent visiteur au Caire et j'ai identifié le messager comme britannique plutôt que russe. Les deux hommes semblaient impatients de savoir si j’avais trouvé Island Royale tout ce que j’avais imaginé, et tous deux semblaient tirer une grande satisfaction de mes assurances selon lesquelles j’avais effectivement été très satisfait de ma « découverte » de la station. Rétrospectivement, je pense que les deux Européens cherchaient peut-être à être rassurés avec tact sur le fait que la nature clandestine de la station sexuelle resterait pour moi un secret bien gardé, mais à l'époque, j'attribuais nos discussions à de doux souvenirs de compagnons de vacances. .

Nous avons passé tous les trois quelques heures très agréables autour du déjeuner avant que Pierre n'annonce qu'il s'était réservé à 16 heures dans l'une des suites « à thème » et qu'il repartirait « vers le Far West » après une douche. Maurice se leva également, indiquant vaguement qu'il retournerait lui aussi dans ses quartiers pour un bain chaud et « un divertissement de jeune femme », et nous nous séparâmes. Le club-house commençait à se remplir d'invités terminant leurs parties de golf et je me suis dirigé vers le spa pour recevoir davantage d'attention de la masseuse argentine aux seins nus qui attendait près de la porte. Je pensais que j'allais m'asseoir un moment dans le hammam, puis me faire masser et peut-être me faire une branlette avant de retourner dans ma chambre pour une sieste. Après tout, je devais retourner à la Graduate School à 22h45 ce soir-là et baiser à nouveau Alyssa, donc je voulais être complètement reposé pour sa « leçon ».

Cette fois, j'ai pensé que je devrais essayer de la monter en levrette et je me suis souri d'anticipation.



* * * * * * * *


Le samedi matin était arrivé bien trop tôt à mon avis.

Je me suis réveillé pour trouver ma jolie compagne norvégienne de quinze ans endormie à mes côtés et mon petit jouet sexuel de huit ans, nu également bien sûr, recroquevillé près de mes pieds. J'ai décollé le drap de manière ludique, révélant les jeunes seins fermes de la blonde, avant de me lever pour aller aux toilettes. Au moment où je suis revenu, Nicole s'était déjà réveillée et était assise dans son lit, ses tétons roses et coquins dépassant de sous ses longs cheveux scandinaves en lin. Elle souriait, m'offrant son corps avec impatience, tandis que Jennifer restait profondément endormie au pied du lit et inconsciente du monde.

J'avais acquis la charmante Nicole tard la veille au soir après ma « leçon » avec Alyssa et j'avais décidé de la garder toute la nuit pour mon amusement. Je l'avais d'abord repérée alors qu'elle était allongée sur le côté dans l'herbe près de la piscine, suçant méthodiquement la bite d'un énorme européen poilu, mais je l'avais perdue de vue sous son immense robe quand il la poussa brusquement au sol et roula dessus. pour la monter. Je me souviens m'être demandé brièvement si elle pourrait être écrasée sous le poids de cet homme incroyablement grand, et mes pensées s'étaient davantage tournées vers la pitié pour la jeune femme alors que j'imaginais à quel point elle avait dû être coincée sous lui pendant qu'il la baisait.

Heureusement, Elephant Man n’est pas resté sur elle très longtemps. Avec quelques grognements, il atteignit son apogée et s'éloigna, laissant la jeune fille à bout de souffle à ses côtés. Elle resta très immobile, avec ses jambes écartées et sa chatte humide parfaitement lisse scintillant dans la douce lumière du bord de la piscine, tandis que son Maître éphémère s'étendait sur l'herbe.

Plusieurs minutes s'écoulèrent encore avant que le vulgaire Néandertal ne bouge à nouveau. Glissant brutalement sa patte épaisse sur son ventre, il remonta et commença à serrer les petits seins de la jeune femme, les pétrissant comme de la pâte à pain, tordant et tirant sur ses tétons alors que la pauvre fille grimaçait d'inconfort silencieux. Mais il s'est vite lassé de cette activité et, marmonnant quelque chose à la fille que je ne pouvais pas comprendre, elle a hoché la tête et s'est levée, a frotté sa chatte gonflée, puis s'est dirigée vers le Boudoir en prenant ses tendres seins dans ses mains.

J'ai suivi et nous avons atteint simultanément l'entrée du Boudoir. « Je suis désolée, Maître, » dit-elle poliment, « mais je suis toujours en séance. S'il vous plaît, permettez-moi de vous servir plus tard. "J'attendrai", répondis-je et elle sourit.

J'ai suivi Nicole dans le Boudoir et me suis assis en face de sa cabine de douche pour étudier son corps pendant qu'elle se nettoyait. C'était une fille charmante et attirante, avec de longs cheveux blonds flottants et des yeux bleus pétillants. Ses hanches étaient assez fines et elle affichait un petit cul rond merveilleusement serré. Mesurant seulement environ 5'6'', ses jambes et ses cuisses fines présentaient un ensemble des plus délicieux.

Nicole était consciente que je la regardais et elle se tourna pour me permettre de mieux voir son visage et son corps nu. Nous étions seuls dans la pièce et je voulais retirer ma toge et entrer sous la douche avec elle, mais je me suis rappelé qu'elle était techniquement toujours « en séance » et qu'elle ne serait pas disponible pour moi tant qu'elle n'aurait pas terminé ses préparatifs.

Elle a attrapé une longueur de tuyau suspendue au mur et, pour mon bénéfice, s'est tenue face à moi pour que je puisse la regarder se laver la chatte. Elle écarta les jambes et s'accroupit un peu en insérant légèrement la tête de la buse dans son vagin, et l'eau jaillit de sa petite chatte chauve et serrée et coula entre ses jambes. Nicole a retiré la buse de sa chatte, un jet d'eau jaillissant toujours de la pointe, et l'a tenue pendant qu'elle passait ses mains à plusieurs reprises sur les lèvres de sa vulve. Séparant ses lèvres avec ses doigts, elle s'accroupit à nouveau légèrement et replongea la tête de la buse dans sa chatte, et de nouveau de l'eau coula de sa féminité. Elle répéta ce processus plusieurs fois, s'amusant visiblement lorsque l'eau coulait sur son clitoris et profondément dans son vagin, avant de finalement conclure sa douche.

Je lui ai tendu une serviette ; elle l'accepta avec un sourire et nous marchâmes ensemble silencieusement dans la pièce voisine. De l'autre côté, la rousse aux gros seins tachetés de rousseur que j'avais vue passer devant moi dans l'enceinte l'après-midi précédent était assise calmement en train de se brosser les cheveux sous un énorme sèche-linge en forme de dôme, mais la femme nue a rapidement terminé et est partie peu après que Nicole se soit installée sur une chaise en dessous. un autre sèche-cheveux, et encore une fois la fille et moi étions seuls. La charmante jeune blonde était assise en train de se brosser les cheveux pendant que la machine rugissait, me regardant pendant que je la regardais. Nicole devait savoir que j'étais excitée et a ouvert ses cuisses pour me permettre une vue dégagée sur sa belle chatte chauve.

Après son passage sous le sèche-cheveux, Nicole se leva et se tourna vers le mur en miroir pour appliquer du mascara et du rouge à lèvres frais. Alors qu'elle se penchait sur le comptoir, je regardais son petit cul rond et serré et les lèvres fines de son sexe exposé, et lorsque nous avons migré vers le vestiaire, je me suis retrouvé à caresser à plusieurs reprises le devant de ma robe. Nous étions tous les deux toujours seuls – même pas un employé « chargé des vêtements » n'était de service à cette heure – et c'était très calme. Nicole a jeté sa serviette dans un panier, s'est dirigée vers l'endroit où j'étais assis et a placé son bras sur mon épaule, sa chatte chauve et lisse mais à quelques centimètres de mon visage. J'ai glissé deux doigts dans les recoins doux et humides de sa féminité et je l'ai baisée avec les doigts ; elle ferma les yeux et ronronna doucement. Nicole était maintenant prête pour sa prochaine séance et ensemble nous sommes retournés silencieusement vers ma chambre pour la nuit. La brise de minuit était fraîche et pendant que nous marchions, Nicole croisait les bras pour réchauffer son corps nu. J'ai également placé mon bras autour d'elle et j'ai joué avec ses tétons mûrs qui avaient délicieusement durci dans l'air froid de la nuit.

J'étais bien conscient que je quitterais Island Royale le lendemain matin et j'avais donc décidé de faire de ma dernière nuit au complexe un moment inoubliable. Alors que nous passions par l'entrée principale, j'ai remarqué une adorable jeune fille de race blanche aux cheveux châtain clair, âgée de huit ans à peine, profondément endormie, allongée sur l'un des nombreux grands canapés qui parsèment le hall de l'hôtel. La petite fille portait une robe d'été rose à froufrous, mais pendant qu'elle dormait, son vêtement était remonté jusqu'à sa taille, exposant sa petite fente douce et glabre et l'ornement cerise rouge vif reposant confortablement sur le haut de sa cuisse. Sur un coup de tête, j'ai guidé la jeune femme vers cette ravissante petite créature et alors que Nicole se tenait à mes côtés j'ai réveillé la charmante petite belle endormie prépubère.

L'enfant se réveilla en sursaut et se frotta les yeux. Elle me semblait sincèrement reconnaissante de l'opportunité d'abandonner son canapé au profit d'un vrai lit pour la nuit, et Nicole sourit avec approbation de ma décision d'inclure la jeune femme dans notre rendez-vous imminent. Ensemble, nous avons traversé le hall désert et sommes entrés dans un ascenseur. Tandis que la cabine montait, la petite fille glissa silencieusement sa petite main sous ma robe et commença à caresser doucement mon pénis, mais elle abandonna son contact lorsque nous atteignîmes le cinquième étage. Bientôt, je guidais notre ménage à trois dans la suite 516.

Nicole, qui bien sûr était déjà nue, s'est installée directement dans mon lit pendant que j'aidais la plus jeune fille à retirer son modeste vêtement. Alors qu'elle se tenait devant moi, la tête à peine plus haute que mon entrejambe, j'ai lu le nom affiché sur son amulette.

"Eh bien, Jennifer," dis-je doucement, "bienvenue dans ma chambre." L'enfant rayonnait de joie. "Merci, Maître", répondit-elle en repliant soigneusement sa robe sur le dossier d'une chaise. D'après sa voix, je la considérais comme américaine – ou du moins canadienne – car elle n'avait pas l'accent européen distinctif que j'attendais des jeunes esclaves sexuelles caucasiennes d'Island Royale. Je me demandais comment elle était arrivée à la station. Kidnappé? Vendu par un « ami de confiance de la famille » peut-être ? Je m'en fichais. Tout ce qui comptait, c'était qu'elle soit là, avec Nicole, pour m'offrir une dernière nuit de plaisir charnel suprême.

La petite Jennifer a rampé sur mon lit et s'est assise les jambes croisées à la gauche de Nicole, attendant mes instructions. À ce moment-là, Nicole s'était glissée sous les draps et était appuyée contre la tête de lit, ses jeunes seins fermes entièrement exposés à la vue. Mes yeux allaient et venaient entre les glorieux globes jumeaux de Nicole et la douce innocence de la petite chatte chauve de Jennifer alors que les deux femelles me regardaient attentivement, cherchant des conseils sur la façon dont je souhaitais qu'elles me fassent plaisir.

J'ai ouvert ma robe avec désinvolture, révélant aux deux filles nues mon pénis en pleine érection. Jetant mes vêtements par terre, je me glissai dans mon lit et me positionnai sur le dos, coincé entre mes deux partenaires sexuels invités, curieux de savoir laquelle des charmantes jeunes femmes tenterait le premier assaut sur ma virilité.

La petite Jennifer a fait le premier pas, rampant pour prendre mon manche dans sa main alors qu'elle commençait à me lécher soigneusement les testicules. Nicole s'est jointe à moi peu de temps après, m'embrassant sur le visage et les épaules, faisant glisser ses seins sur ma poitrine alors qu'elle descendait méthodiquement le long de mon abdomen. Elle s'est arrêtée pour lécher mes tétons pendant qu'elle sortait ses jambes de sous les doux draps blancs, et je restais allongé là, absorbant le plaisir de sa caresse pendant que Jennifer continuait à masser mes couilles avec ses lèvres et sa langue.

Avec le temps, Nicole a atteint mon aine et elle et Jennifer se sont engagées dans une brève bataille rangée pour le contrôle de ma bite. Finalement, Jennifer l'a emporté et Nicole s'est retirée pour chevaucher ma poitrine, se penchant en avant pour me permettre de caresser ses petits seins lisses et ses mamelons roses et durs, tandis que Jennifer restait en dessous pour taquiner davantage avec sa langue mon pénis déjà engorgé.

Le désir de plonger ma bite profondément dans une chatte serrée et humide était à ce moment-là devenu écrasant. J'ai déplacé Nicole vers la droite et me suis positionné sur elle, ne laissant rien à la pauvre petite Jennifer dans sa bouche. Nicole écarta les cuisses par anticipation et Jennifer, pour ne pas être exclue, saisit ma tige et la guida soigneusement vers la douce chatte humide de Nicole pour ma pénétration initiale. La petite fille a continué à masser doucement mes testicules avec ses doigts alors même que je commençais à marteler la chair douce de mon esclave sexuelle adolescente.

Je me sentais approcher de l'orgasme, mais je voulais prolonger encore plus mon plaisir. En m'arrêtant au-dessus de Nicole, je me tournai et pris Jennifer par son épaule, la guidant vers le haut pour nous rejoindre. Tout en continuant à empaler la jeune femme, j'ai demandé à la petite fille d'écarter les jambes et de chevaucher la tête de Nicole et, plaçant mes mains sous les petites fesses fermes de Jennifer, j'ai commencé à lécher intensément les contours soyeux et lisses de ses lèvres de chatte prépubère tout en reprenant mon s'enfonce dans sa sœur esclave.

Jennifer a crié de joie alors que je passais à plusieurs reprises ma langue sur sa vulve, tirant doucement sur la fine chaîne en or émergeant de son sexe, m'aventurant très légèrement dans les doux plis intérieurs des lèvres inférieures chauves de l'enfant. Ma langue a trouvé son minuscule clitoris et je l'ai torturé sans pitié, et bientôt j'ai goûté un liquide odorant suintant de la chatte de l'enfant alors qu'elle remuait ses cuisses lors de contractions orgasmiques rapides.

Jennifer étant ainsi satisfaite pour le moment, je reportai mon attention sur Nicole, qui restait toujours perdue dans une transe de plaisir sexuel sous moi. Je l'ai pilonnée encore plus fort, envoyant les seins de la jeune femme danser sur sa poitrine, et après plusieurs minutes supplémentaires, j'ai explosé dans une série massive d'éjaculations, inondant l'intérieur de sa féminité de ma semence. J'étais épuisé et effondré, à bout de souffle à ses côtés tandis que Jennifer, toujours à cheval sur la tête de Nicole, me souriait d'en haut.

J'étais épuisé mais Jennifer cherchait à me procurer encore plus de plaisir. Elle a agilement balancé sa jambe sur le côté, a rampé à genoux jusqu'à mon aine et a commencé à lécher lentement mon pénis. Ma bite s'est encore durcie et la petite fille a pris mon manche dans sa bouche tandis que Nicole s'allongeait tranquillement à mes côtés. J'ai bientôt éjaculé à nouveau et, complètement épuisé maintenant, je me suis endormi alors même que la petite fille avalait habilement mon sperme et reprenait son doux massage de langue de mon organe.



* * * * * * * *


La vue de la charmante Nicole au soleil du petit matin, m'appelant avec ses jeunes seins fermes pour une nouvelle série de jeux sexuels, était en effet assez tentante, mais juste au moment où j'atteignais le lit, le téléphone sonna pour me le rappeler d'une voix enregistrée. que « l’heure de départ » était à 9 heures et que le court trajet en bus pour retourner à la piste d’atterrissage devait partir à dix heures. Notre vol de retour, a souligné la Voice, partirait immédiatement une heure plus tard.

Bien sûr, j'avais très peu de choses à emporter puisque la plupart de mes bagages étaient restés en sécurité dans le petit aéroport du Costa Rica. J'ai jeté un coup d'œil à l'horloge et j'ai pensé que j'avais le temps de faire une pipe supplémentaire avant de devoir rassembler mes notes et mes cassettes audio pour le long voyage de retour. Ma petite compagne de huit ans, Jennifer, avait commencé à s'agiter au son du téléphone et, même si la belle nubile blonde était plutôt séduisante, j'ai plutôt choisi de me faire sucer une toute dernière fois par l'enfant à Island Royale. . Avec un baiser, j'ai renvoyé Nicole, la renvoyant au complexe où je savais qu'elle sortirait du boudoir pour être sans aucun doute réclamée par un autre invité dans quelques minutes, et j'ai complètement réveillé Jennifer de son sommeil.

La petite fille s'est assise dans son lit, encore à moitié endormie, mais en me voyant caresser mon pénis flasque à quelques centimètres de son visage, elle s'est instinctivement penchée en avant et a commencé à faire une fellation. Je l'ai regardée, regardant sa tête bouger d'avant en arrière sur mon corps durci, et au milieu des splendides sentiments d'excitation sexuelle, j'ai réfléchi à la facilité avec laquelle j'avais exigé de cette enfant qu'elle se réveille pour me faire une pipe - et à quel point bien entraînée comme esclave sexuelle, la femelle prépubère devait me fournir ce service sans la moindre trace de réserve ou de protestation. Et pourtant, je me tenais là, les mains sur les hanches, regardant la vaste étendue de l'océan Pacifique par un glorieux samedi matin, tandis que cette petite fille nue était accroupie devant moi, me suçant avidement la bite.

Des vagues de plaisir émanaient de mon aine. J'avais envie de replonger ma bite dans une petite chatte serrée et je regrettais d'avoir renvoyé Nicole plus tôt. J'ai de nouveau vérifié l'horloge, mais j'ai conclu que je n'avais pas le temps d'appeler une autre femme dans mes quartiers avant de devoir me présenter à la réception. Je suis donc revenu pour regarder la jeune fille de haut alors qu'elle passait sa langue de manière experte sur la pointe. de mon pénis.

La petite Jennifer était devenue mal à l'aise en suçant ma bite dans sa position initiale inconfortable et s'est retirée pour s'adapter à une position à genoux devant moi. Elle a rapidement recommencé à me baiser avec sa bouche, bougeant sa tête en rythme tout en travaillant simultanément sa langue sur tout mon corps. Sa bouche semblait beaucoup trop petite pour accueillir toute la longueur de mon membre, mais d'une manière ou d'une autre, la jeune femme a réussi à accepter l'intégralité de ma bite engorgée sans haut-le-cœur, enfouissant à plusieurs reprises son nez dans l'épaisse forêt bouclée de mes poils pubiens à chaque poussée impressionnante de sa tête.

La petite fille a intensifié ses efforts en détectant le goût salé de mon pré-éjaculation. Je baissai les yeux pour la voir se masturber, frottant sa petite main sur les courbes douces de son vagin, écartant ses lèvres inférieures et glissant ses doigts fins dans l'intérieur doux et humide de son sexe. Elle taquinait son clitoris de manière ludique en utilisant la fine chaîne dorée dans sa fente, et son ornement de cerise rouge flottait fébrilement entre ses jambes alors qu'elle faisait entrer et sortir ses doigts à plusieurs reprises de sa petite chatte chauve et serrée.

La vue de la jeune enfant en train de s'occuper d'elle-même m'a propulsé encore plus près de mon propre point culminant, mais j'étais déterminé à me retenir le plus longtemps possible face à l'assaut oral incessant de Jennifer contre ma virilité. Cependant, je sentais sa langue glisser à nouveau sur le bout de mon pénis et je ne pouvais plus me contrôler. Jennifer a déplacé sa main pour saisir ma tige palpitante et avec une poussée de mon bassin, j'ai éclaté, remplissant la bouche de la jeune fille de sperme. Jennifer était bien préparée pour cela et avait stabilisé sa tête pour recevoir mon éjaculat alors même qu'elle continuait à me caresser la hampe. Elle n'a fait aucun effort pour avaler et a accepté mon sperme avec impatience alors que je déchargeais dans une série de spasmes orgasmiques.

J'étais épuisé mais j'avais toujours une érection complète, et la petite fille s'agenouilla calmement devant moi, le bouton de ma bite toujours logé dans sa bouche alors qu'elle caressait doucement mon manche. Lorsqu'elle fut sûre que j'avais complètement éjaculé, elle se retira et, tout en tenant mon pénis dans sa main, pencha la tête en arrière, la bouche ouverte remplie d'un liquide mousseux d'un blanc laiteux, pour me montrer fièrement le volume de mon orgasme. Je me suis penché et j'ai effleuré tendrement sa joue ; Jennifer a accepté mon doux contact alors qu'elle avalait.

La petite fille restait agenouillée devant moi, caressant mon pénis désormais semi-érigé pendant que je passais mes doigts dans ses doux cheveux châtain clair. J'ai soupiré, sachant que je quitterais bientôt Island Royale pour retourner dans un monde dans lequel avoir des relations sexuelles avec une jeune fille serait strictement interdit. Mais pourtant, devant cette petite fille nue de huit ans accroupie sur le bord du lit alors qu'elle massait patiemment ma bite, tout semblait si juste – si naturel – que les femmes de tous âges effectuaient volontiers des services sexuels sur demande.

J'ai regardé à nouveau mon petit jouet. Jennifer semblait certainement très heureuse de son existence d'esclave sexuelle. Sans aucun doute, quelques minutes après mon départ, elle serait de retour au Complexe, attendant ardemment sa prochaine occasion de donner la tête à un autre du flot incessant de Maîtres masculins qui visiteraient la station dans les mois et les années à venir. Et sans aucun doute aussi l'enfant aspirait au jour où elle aussi serait assez grande pour enfin écarter les jambes et utiliser pleinement sa chatte pour faire plaisir aux hommes.

Elle passerait la majeure partie de sa vie dans ce magnifique cadre du Pacifique Sud, pensai-je, offrant joyeusement son corps à l'usage et au plaisir de milliers et de milliers de clients de la station, ignorant parfaitement l'existence d'un monde au-delà d'Island Royale. Greg had indeed been right after all: Little Jennifer did not perceive herself as a “sexually abused” child; rather, she fully embraced her existence as but a plaything devoted exclusively to providing to men the unique pleasures of her gender.

Articles similaires

Les Aventures de Jessica 4 !

Les aventures de Jessica 4 Notes de l'auteur : Salut les gens, c'est ma 4e histoire de la série, et j'ai hâte d'avoir des commentaires. J'adore écrire ces histoires, mais je suis très occupé maintenant, donc il peut s'écouler un certain temps entre les histoires. J'aime tous mes fans et je déteste mes non fans, lol, eh bien, je ne te déteste pas vraiment, je me demande juste pourquoi tu n'aimes pas mes histoires. Il y aura de l'inceste dans cette histoire, et si vous détestez l'inceste, ne la lisez pas. C'est la 4e aventure de Jessica dans la série, et à...

2.2K Des vues

Likes 3

Voisins coquins_(1)

Je me suis réveillé le lendemain matin avec le soleil éclatant du matin de juillet qui passait par la fenêtre. avec un sourire sur mon visage mais toujours un léger sentiment de culpabilité dans mon estomac de la veille. Je me suis retourné pour vérifier l'heure et j'ai remarqué que Tony dormait toujours. Il était 8h50 au compteur. Je suis sorti du lit et j'ai sauté directement dans la douche. Une fois dehors, avec une serviette, je descendis les escaliers pour me préparer une tasse de café. Debout dans la cuisine, un café à la main, alors qu'Andy revenait d'une de...

2K Des vues

Likes 0

Une femme violée en Afrique du Sud

Ma femme Elaine et moi avons pris des vacances en Afrique du Sud l'année dernière et avons décidé d'essayer de voir autant de pays que possible. Nous avons atterri à Johannesburg et avons passé quelques jours à regarder autour de nous. Nous avons eu beaucoup d'avertissements sur les dangers de la ville, en tant que capitale mondiale du meurtre et nous avons pris des taxis partout. Les townships ont été un véritable choc culturel mais avec un guide et en restant dans les transports, nous n'avons eu aucun problème. Nous sommes allés à Port Elizabeth et avons loué un bungalow, c'était...

3.5K Des vues

Likes 0

Moi et Gavin

C'est l'histoire de mon ami et de sa mère qui habitent à côté. J'avais 24 ans, j'avais obtenu mon diplôme d'études secondaires plus tôt, puis j'avais obtenu mon diplôme universitaire plus tôt. J'ai décroché un excellent travail dans une grande entreprise avec une prime à la signature importante que j'ai appliquée à un acompte sur une maison. J'y habitais depuis 6 mois et j'avais appris à très bien connaître mes voisins. Janice, une infirmière travaillait à l'hôpital local. Elle était divorcée depuis plusieurs années et travaillait dur pour subvenir aux besoins de son fils de 12 ans, Gavin. Gavin était un...

2K Des vues

Likes 0

Moi et mes soeurs Friend Partie 2 (Mes soeurs une salope)

Suite directement de la partie 1 J'ai plongé ma bite directement dans la chatte de Melissa Et j'étais encore plus contente de gémir de plaisir, elle a commencé à en redemander et a mis son doigt dans son cul en criant FUCK YES JESUS ​​CHRIST I FUCKING LOVE COCK !! J'allais vers elle très vite, ma bite devenait de plus en plus dure de seconde en seconde et les cris de Melissa devenaient de plus en plus forts ! BAISE-MOI JUSTE DANS CETTE CHATTE OH BAISE OUI! Je l'ai sentie jouir et j'ai senti son jus, je pouvais le supporter et...

2.4K Des vues

Likes 0

La femme de Frank, partie 5

La femme de Frank, partie 5 Le voyage de Jim Retour au Sex Shop histoire de: SindyxSin Jim ramène Kathy au sex-shop. NOTE DE L'AUTEUR: Ceci est une histoire sexuelle continue. Il peut avoir des relations sexuelles brutales et ne doit pas être lu par des personnes qui ne sont pas dans ce type de sexe. Ce n'est pas pour tout le monde, la douleur, l'humiliation et d'autres actes sexuels utilisés pour dégrader une personne, ce n'est pas pour tout le monde. Si cela vous excite, je suis heureux, mais s'il vous plaît, n'essayez rien de tout cela sur des partenaires...

1.8K Des vues

Likes 0

Les filles contrôlées par l'esprit de papa Chapitre 6: La meilleure consultation mère-fille de papa

Les filles contrôlées par l'esprit de papa Chapitre Six : La consultation mère-fille du meilleur papa Une histoire de contrôle mental avec boucle de ceinture Par mypenname3000 Droits d'auteur 2021 Remarques : Merci à WRC264 pour la lecture bêta ! « Le médecin est un peu en retard », a déclaré l'infirmière alors que nous étions assis dans la salle d'attente du bureau du Dr Sharma. Elle était l'OB/GYN de ma fille. Comme elles étaient toutes enceintes, elles devaient toutes aller la voir. Mais jamais le même jour, bien sûr. Le Dr Sharma était trop occupé pour les faire tous entrer le même jour...

1.9K Des vues

Likes 0

La libération d'un enseignant

** Ceci est une œuvre de pure fiction et une nouvelle histoire pour moi. Ne fait partie d'aucune autre série. J'espère que tu aimes. Désolé d'avoir été absent pendant quelques mois et merci à tous ceux qui m'ont envoyé des MP me demandant de recommencer à écrire. Je vous assure qu'il y aura plus de All for Mr. Redman and Yukio's Adventures. Remerciements particuliers à (Pas dans un ordre particulier): Spread1, Shotgun82, Clitpleaser12, rdwyier, Feazko, kakatz, JetiJah, travailleur, stillagood1, guilz87, tête épaisse, TT, Ghostrider939, BadInAGoodWay, Ed W et doug1953, penseur créatif, charlie33851, Matillie97, EL TORO, Shadowreaper267, Bldg436, deeppenetrator, perverted1, Dr Goodsex...

2.5K Des vues

Likes 0

Nicole, l'amie de ma soeur

C'est une histoire entièrement vraie et je vais essayer de la raconter aussi précisément que possible. J'espère que vous apprécierez et faites-moi savoir si vous voulez la deuxième partie. Je m'appelle Kevin et c'est l'histoire de mon été avant l'université. C'était l'été après avoir obtenu mon diplôme d'études secondaires et j'étais heureux d'avoir l'été pour me détendre avant de commencer l'université. J'avais une sœur, Caitlin, d'un an mon aînée qui avait terminé sa première année d'université. J'avais aussi un petit frère au collège. Maintenant un petit retour sur moi. Je ne suis pas particulièrement maigre ou gros, je suis juste moyen...

2.5K Des vues

Likes 0

Belles sœurs

En tant qu'adolescente, j'étais très excitée, mais je restais seule. Quand j'avais 16 ans, ma sœur en avait 13 et quand nous étions ensemble, nous nous entendions très bien. Ma sœur Christina et moi nous ressemblions beaucoup. En fait, lorsque ma sœur a dépassé la puberté, nous pouvions passer pour des jumelles, même si nous avions trois ans d'écart. Nous vivions tous les deux chez nos parents, qui étaient également proches l'un de l'autre. Nous vivions tranquillement, et par là, je veux dire que nous étions proches de nous-mêmes avec nos vies sexuelles. Une fois que tout le monde dans ma...

2.6K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.