Sous son bureau

971Report
Sous son bureau

Il m'a engagé il y a trois semaines. Un travail pour lequel je suis reconnaissant mais totalement non qualifié. Mais alors je suis jeune et asiatique, et il est plus âgé et blanc, et dans le cadre de mes fonctions (et oui, aussi au cours de mon espionnage), j'ai découvert la métrique-tonne de porno sur son disque- lecteur mettant en vedette de jeunes femmes asiatiques.

Je suis loin d'être rebuté par ça. Je veux dire, ne vous méprenez pas, je n'ai aucune envie de me frayer un chemin jusqu'au sommet, et je suis aussi douloureusement conscient de l'ensemble du cliché de la dynamique du pouvoir des hommes blancs et des filles asiatiques. Mais en retirant tout ça de l'équation, à la fin de la journée, est-ce que je le baiserais ? Pas seulement ouais mais bon sang ouais.

S'il était vraiment venu et avait dit "Écoute Rachel, le sexe va faire partie de cette description de poste", j'aurais été comme "Matt, tu le promets?"

Mais il n'a pas demandé. Je reçois des regards et des pauses gênantes, mais pas d'invitations. Non "Veux-tu prendre une bière plus tard". Je l'ai vu avec des femmes et il n'est pas timide. Il sait ce qu'il fait. Il sait à quoi il ressemble, à quel point il est cool. Il ne voit personne sérieusement. Il me veut. Je suis ici. Alors qu'est-ce qui donne ?

J'en ai marre d'attendre.

Alors je suis assis sous son bureau. Il h. Je sais. Complètement différent de moi, mais merde. Je veux le sucer. Il veut que je le suce. Mettons ce spectacle sur la route amIrite?

L'attente est déjà atroce. Il sera là dans 30 secondes comme la machine qu'il est. Et les voilà, le bruit des clés dans la porte extérieure. Mon cœur bat dans mes tempes alors que les talons de ses chaussures chères résonnent sur le sol vide et caverneux du studio. Je commence à frissonner lorsque la porte du bureau s'ouvre, son ordinateur portable se pose sur la table au-dessus de moi. Sa liste de lecture pandora hip-hop en streaming sur les haut-parleurs. Pas de retour en arrière maintenant. Il remplit sa bouilloire, allume le moulin à café. Le grincement de sa vieille chaise en cuir ridiculement nostalgique OMFG je vais m'évanouir.

La vue de son blue-jean alors qu'il s'assoit. Ma main gratte son cou-de-pied alors qu'il avance. Il s'arrête, incline la tête vers le bas, sourcil levé. Je le regarde, mes lèvres s'entrouvrent mais aucun mot ne sort. Il sourit amusé, reculant nonchalamment.

D'accord. Nous sommes sur.

Les garçons Beastie crient alors que je glisse mes mains jusqu'à sa ceinture. Retirant le cuir de la griffe, le bouton du trou, la fermeture éclair du haut. Je pêche ce que je veux, en lui donnant un coup. Son ordinateur portable s'ouvre sur son bureau, il est TELLEMENT cool.

Je me redresse, mes seins sur ses genoux, mes cheveux tombant sur ses genoux alors que je penche la tête pour l'avaler. Sa main descend, me repoussant avec désinvolture. Je m'arrête, confus, et me redresse, cette fois allant jusqu'à embrasser le fond de sa belle érection.

Il m'effleure le nez. Aïe ! Son doigt se dirigea vers le col de mon chemisier. Il le tapote légèrement. Je souris, poussant ma poitrine contre son genou alors que je déboutonne mon chemisier en soie pour lui. Mon soutien-gorge contre son tibia. Il me fait signe d'avancer, un autre baiser sur sa bite, et il m'arrête à nouveau. Tapoter mon soutien-gorge. Je l'ouvre pour lui, embrassant également son doigt et reviens à ce que je recherche.

Encore un coup sur le nez ! Aïe. Je m'arrête. Sa main tendue. Paume vers le haut dans l'expectative. Je m'arrête un instant, puis, comprenant, j'enlève mon chemisier et le lui tend. Un tiroir s'ouvre et il disparaît. Je l'embrasse à nouveau, sa paume à nouveau. Mon soutien-gorge suit mon chemisier dans le tiroir de son bureau, la luxure monte dans mon ventre alors qu'il le prend. Je suis coincé ici jusqu'à ce qu'il me rende mes vêtements. Tellement chaud.

Je me redresse encore une fois, mes seins nus glissent contre son jean rugueux et rencontrent son doigt sur mes lèvres. Je l'embrasse. Elle se retourne et se déplie, cette paume exigeante à nouveau. Je reste là, mes lèvres à sa main, décompressant ma jupe et glissant hors de mes sous-vêtements. Je les remets un par un. Nu sous son bureau. Son jouet. Le tiroir se ferme, le petit clic qu'il fait lorsqu'il le ferme lui semble dangereux. La finalité de ma reddition dans ce clic.

Je reste là, mon con de plus en plus humide alors que je regarde sa érection. Je suis ici parce que j'en avais marre d'attendre, mais maintenant j'attends. Les choses ont changé. Je suis à lui maintenant. J'attendrai son invitation.

Son pouce se déplace pensivement sur mes lèvres, puis il fait un mouvement tourbillonnant avec son index. Il veut que je me retourne. J'obéis, tournant lentement, nue dans l'espace confiné, je m'assieds sur les talons lui faisant face, incapable d'imaginer où cela va.

Momentanément, je sens l'orteil de son Salvatore Farragamo contre l'arrière de ma tête, poussant ma joue au sol. Le tibia de son autre jambe frottant entre mes fesses tandis que je lève mes hanches pour lui. Ma chatte détrempée à son genou maintenant, et mon visage surpris et vigoureux entre la semelle de sa chaussure et le tapis. Jésus. Je me fiche de savoir à quel point c'est cliché. Baise-moi Matt. Prends ce que tu veux.

Il me guide entre ses jambes et je sens sa grosse bite reposer contre mon trou du cul alors que ses doigts vont travailler sur moi. Une main d'en haut, et l'autre, enroulée autour de ma jambe d'en bas. Il attaque habilement mes lèvres et mon clitoris et je jouis immédiatement comme une écolière, grognant lourdement sur le tapis. Haletant dans l'odeur de cuir de sa chaussure et de la saleté errante qui a réussi à s'échapper de l'aspirateur de l'équipe de nettoyage. Je m'en fous même d'une petite baise.

Sa chaussure sous mon menton alors qu'il me soulève. Je me tourne vers lui et ses doigts trouvent mes lèvres. Je me goûte sur lui pendant que je le suce goulûment, et il m'invite enfin à prendre ce que je voulais en premier lieu. Je le fais, l'avalant avidement jusqu'à la garde. Il n'est pas le seul à savoir ce qu'il fait. Il me tapote le menton et je me mets au travail en faisant courir mes lèvres de haut en bas, m'arrêtant de temps en temps pour donner à la tête de sa bite l'attention qu'elle mérite.

Et puis je l'entends, des gémissements indubitables de son ordinateur portable. Il regarde du porno alors que je m'agenouille nue sous son bureau, en train de lui sucer la bite. J'ai en interne toutes les réactions que vous attendez de moi, de l'indignation (comment oses-tu détourner ton attention de moi) à la jalousie (la salope asiatique qu'il regarde se faire baiser sur son ordinateur portable est-elle plus jolie que MOI ?!) et je me rends compte - - sa bite toujours logée dans ma joue - que si je repousse et me lève indigné, je devrai lui demander mes vêtements. Il le sait. Il l'a prévu ! Il veut que je me lève nue et impuissante dans son bureau et mendie mes vêtements.

Si je le fais et qu'il refuse, que faire alors ? Dois-je quitter mon super nouvel emploi et courir nu vers ma voiture, en espérant que l'équipe de grip ne se soit pas encore présentée ? Si je me lève et qu'il me rend mes vêtements, et alors ? Dois-je faire du café et revoir le programme d'aujourd'hui avec lui comme si de rien n'était ? Si je reste ici, nu sous son bureau, et avale son foutre comme une bonne petite garce, me lâche-t-il alors ? ou est-ce qu'il me garde à genoux ici toute la journée, se faisant dur sur du porno et puis utilise ma bouche comme un jouet à baiser quand il veut ?

Avant que je fasse mon choix, il commence à jouir dans ma bouche. J'essaie de m'éloigner mais sa prise sur mes cheveux est impitoyable et il me suce profondément à la place. C'est en fait exactement ce que j'imaginais quand je me suis masturbé la nuit dernière en pensant à ce moment. Comment il me tenait fermement en place, sa bite s'est logée profondément dans ma gorge alors qu'il pompait sa charge dans mon estomac. Dans mon imagination, j'avalais avidement pour suivre, mais en ce moment, dans la vraie vie, je n'ai même pas besoin d'avaler. Il est si profondément enfoncé dans mon œsophage qu'il n'y a rien d'autre à faire que de s'agenouiller ici, impuissant, mes yeux se larmoyant sous sa poigne piquante et arrachant les cheveux alors que son sperme chauffé à blanc s'infiltre chaleureusement en moi. Je suis son cocksleeve. Ce que je suis en ce moment, un sac de viande nu, agenouillé, passif dans lequel il peut jouir. C'est ce que le mot cocksleeve a été inventé pour exprimer.

J'ai un hoquet audible alors qu'il me retire de lui, et je m'arrête, essuyant une larme sur ma joue, me sentant stupide, timide et petit, ne sachant pas quoi faire ensuite. Je recule alors qu'il avance, me laissant à peine la place de m'agenouiller, et par réflexe je pose une main sur son genou, comme pour lui rappeler que je suis là.

Un coup sur mon nez. Aïe. Les gémissements obscènes et scandaleux des salopes asiatiques continuent au-dessus de moi sans relâche. Je suppose que je reste ici un moment.

Articles similaires

Une histoire d'amour au lycée pt 3

C'était lundi, mais heureusement, les vacances de printemps battaient leur plein. Je me suis réveillé après un autre rêve, cette fois sur Hailey et Abbey en même temps. Abbey chevauchait ma bite tout en s'embrassant avec Hailey. Je n'ai pas éjaculé dans mon pantalon cette fois, mais je me suis quand même réveillé en plantant une grande tente. La première chose que j'ai faite a été de vérifier mon téléphone quand je suis revenu à moi. Anna-beth m'a envoyé un texto me demandant si je voulais venir chez elle. J'ai accepté mais je n'ai pas pu venir avant midi. J'ai quitté...

202 Des vues

Likes 0

La femme de Rick partie 5 sur 6

L'histoire de mon ami La femme de Rick 5 (5 sur 6) La scène : Les yeux bandés, j'étais à genoux dans le salon sol, genoux écartés, aine serrée contre le dos de Linda, mon femme, qui était également agenouillée et assise sur ses talons. Linda, en tour, était agenouillé entre les jambes tendues de William, qui assis sur notre causeuse. Maintenant, imaginez ceci : Moi, M. Hétérosexuel, j'étais penché en avant avec mes bras autour de ma femme. Ma main gauche était placée sur celle de Linda main gauche qui pressait et massait les testicules de William. Mon droit main...

803 Des vues

Likes 0

Ma petite soeur Lily, Chapitre 2 : Le premier amant de Lily_(0)

Le soleil est entré dans la chambre et je me suis réveillé et me suis frotté les yeux. J'ai regardé à côté de moi et il y avait ma petite sœur. J'ai pris mon téléphone et nous avons commandé le petit-déjeuner, puis je l'ai prise dans mes bras. Elle s'est réveillée juste un peu et a frotté ma poitrine alors qu'elle était allongée là. Sa main ralentit alors qu'elle se rendormait et je jouais avec ses longs cheveux bruns aux pointes bleu gris. Bientôt, la sonnette retentit et je glissai lentement hors du lit. Quand je suis revenu, elle était assise...

874 Des vues

Likes 0

Acte de foi

En passant vos années de formation à San Francisco, vous vous développez différemment, surtout en ce qui concerne le sexe. Je n'ai jamais eu de copines à proprement parler, et je n'ai même pas porté de short de jockey, mais je me suis masturbé assez fréquemment. C'est-à-dire que j'avais d'autres intérêts. Alors, quand j'avais quinze ans, je me suis demandé dans le quartier de Castro, même si je ne pouvais pas boire, j'ai pensé que j'irais faire un tour. Les gens étaient vraiment sympathiques... Un joli garçon adolescent curieux... heh... allez comprendre. Il y avait un bar particulier, avec un café...

186 Des vues

Likes 0

Femme de chambre au lait crémeux

Femme de chambre au lait crémeux Kelsey Diaz avait toujours eu des garçons après elle, même à l'école primaire. Il y avait juste quelque chose en elle qui semblait les attirer. Elle ne le comprenait pas vraiment quand elle était enfant, mais c'était devenu au moins un peu plus évident quand elle était entrée au lycée. Kelsey était un joli mélange de latino et d'amérindien, environ un quart d'amérindien pour autant qu'elle le sache. Mais ce que cela signifiait physiquement pour elle, c'était qu'elle était ce que les garçons appelaient une « bombasse totale ». Elle soupçonnait secrètement que parfois ils...

177 Des vues

Likes 0

La Réunion Anniversaire - CH 2

Je suis retourné dans le couloir et suis allé chercher une autre bière. Après ce que je venais de vivre, j'en avais besoin. Ma tête nageait de confusion. Je venais d'être victime de chantage pour baiser tante Edna. Et même si c'était certainement agréable, j'ai trouvé que tout était un peu bizarre et pervers. Puis ça m'a frappé... Et Heather ? Mon esprit s'est empressé de me demander si je devais lui dire ce qui venait de se passer. Que dirais-je quand elle irait chercher sa culotte ? Comment pourrais-je expliquer ce qui s'est passé ? que je m'étais fait prendre par...

910 Des vues

Likes 0

Le week-end (partie 2)

Deuxième partie de ma première histoire. C'est mon premier essai, alors pardonnez toute erreur ou mésaventure. Ce chapitre, les choses deviennent intéressantes ! Si l'inceste n'est pas votre truc, ne lisez pas la suite. Chapitre 2 : Mauvaise conduite. Je montai à l'étage, mes parents venant de partir. Eh bien, si je suis coincé ici, je vais juste devoir me défoncer. pensai-je en souriant alors que je faisais deux pas à la fois. Alors que j'arrivais en haut des escaliers, Danielle sortait de sa chambre. Elle était habillée pour sortir. Je n'ai pas pu m'empêcher de penser Merde. Elle portait une...

738 Des vues

Likes 0

Affaires collégiales

Affaires collégiales par Droid447 L'entraînement de cheerleading était terminé. Janet et Bianca ont attendu dans les vestiaires jusqu'à ce que tout le monde soit parti. Ils avaient flirté l'un avec l'autre au cours des dernières semaines, hésitant à faire le premier pas. Quand ils l'ont fait, rien ne les a arrêtés. Janet regarda par la porte, s'assurant qu'ils étaient seuls... Je pensais qu'ils ne partiraient jamais, a déclaré Janet. Bianca regarda son amie avec des yeux aimants, pensant, Elle est si jolie. Comme d'habitude, Janet était plus ouverte, marchant vers Bianca et l'embrassant. Bianca hésita une seconde, toujours pas habituée à...

352 Des vues

Likes 0

La fabrication d'une salope - partie 4

« Normalement », dit le Dr Field. J'aurais une infirmière présente et elle resterait pendant l'examen, mais ton beau-père me dit que ce ne sera pas nécessaire. En fait, il sera présent à la place lorsque je l'appellerai. Il dit également qu'il n'est pas nécessaire de vous donner une robe ou de quitter la pièce pendant que vous vous déshabillez. Il m'a souri, mais pas d'une manière vraiment amicale. Alors, vas-y, enlève ta robe. Papa m'avait dit de porter une robe en coton et pas de soutien-gorge ni de culotte, alors je l'ai enlevée par-dessus ma tête et je suis restée...

313 Des vues

Likes 0

Date de nuit à retenir

Alors que je te serrais fort, l'eau chaude tombait en cascade sur nos corps, nous gardant au chaud pendant notre étreinte passionnée. C'était notre rendez-vous hebdomadaire, et nous avons décidé de le terminer aussi intimement que possible. Nous avons décidé de prendre une douche sombre et chaude ensemble pendant que des chansons d'amour jouaient de notre haut-parleur. C'était absolument parfait. Te sentir dans mes bras dans l'obscurité absolue, a ajouté ce sentiment de proximité que je n'avais pas ressenti depuis un moment. Je n'ai pas pu m'empêcher de t'embrasser. Doucement au début, mais avec le temps, j'ai eu de plus en...

241 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.