Mon anniversaire spécial

140Report
Mon anniversaire spécial

C'était mon dix-huitième anniversaire la semaine dernière, et quel anniversaire c'était.
Ne vous méprenez pas, ça a commencé de façon merdique comme mes trois derniers anniversaires, mais cela s'est terminé d'une manière que je n'aurais jamais pu imaginer.

Je m'appelle Stéphanie et, comme je l'ai déjà mentionné, j'ai dix-huit ans.
J'ai de longs cheveux noirs et raides, ne me traitez pas de brune parce que ça m'énerve, ils sont noirs, pas bruns, avec des yeux bleus brillants.
Les gens se moquent généralement de ma taille, quand on ne mesure que cinq pieds deux pouces, ça arrive forcément, je suppose, et je pèse un maigre cent dix livres et le jour de mon anniversaire, j'étais... eh bien... j'étais toujours une vierge.
Que puis-je dire ?
J’étais traditionaliste, j’attendais monsieur, c’est vrai.
Mais quelque chose d'inattendu s'est produit le jour de mon anniversaire et a changé mon point de vue sur... enfin... sur beaucoup de choses.

Je vis toujours avec mes parents, eh bien, ma mère et son connard de petit ami, vraiment, je n'ai jamais aimé ce mec, il est sexy et tout, et plus proche de mon âge que celui de ma mère mais il est juste là pour la baiser et vivre de son putain d'argent. et ne lèvera pas le petit doigt dans la maison.
Je suppose que ma mère voulait un "jouet pour garçon" ou quelque chose comme ça, parce qu'il ne vaut rien !
Mais assez parlé de lui, il n'est pas important, et c'est de moi dont je veux parler de toute façon.

Donc, j'attendais mon anniversaire toute l'année, c'est-à-dire en juillet dernier, toute l'année.
Je voulais voir ce que ma mère me réservait, je veux dire, soyons réalistes, on n'a dix-huit ans qu'une fois, n'est-ce pas ?
Je devenais enfin une adulte, une femme, et j'étais sûr qu'elle me réservait la plus grosse surprise...
Venue la veille de mon anniversaire, ma mère me dit qu'elle avait des projets pour le lendemain avec David (le jouet de ma mère) et que je devrai me débrouiller toute seule le jour de mon anniversaire.
J'ai essayé de discuter avec elle et de lui faire comprendre que j'essayais de passer du temps avec elle le jour de mon anniversaire et que j'avais tellement hâte d'y être, mais elle l'a simplement rejeté et a promis qu'elle se rattraperait...
Je peux vous dire tout de suite que cette nuit-là, j'ai pleuré pour m'endormir.

Le lendemain matin, je me suis levé et ils étaient déjà partis, sur le frigo il y avait une note qui disait...
"Je suis désolé bébé, je sais que tu es en colère en ce moment mais je serai de retour plus tard ce soir, vers minuit, si tu es encore debout on fera la fête ou ce que tu veux, il y a une pizza surgelée dans le frigo, passe une bonne journée et encore je suis désolé, MAMAN"

Alors, quand j'ai fini de lire ceci, les larmes ont commencé à couler sur mes joues...
C'est à ce moment-là que le téléphone a sonné, c'était Jessica, ma meilleure amie, et j'ai donc répondu.

"Bonjour"
Dis-je en essayant de ne pas m'étouffer.

"Joyeux anniversaire fou !"
Mon amie a répondu et, comme toute bonne meilleure amie, elle pouvait dire que quelque chose n'allait pas.
"Ça va bébé ?"
» demanda-t-elle avec une réelle inquiétude dans la voix.

"Ma mère est partie avec ce connard de David"
Et oui, j’ai gardé tous les gros mots à l’intérieur, croyez-moi.

"Eh bien, cette salope !"
Et non, elle n'a jamais rien gardé pour elle, c'est peut-être pour ça que je l'aimais tant, si elle avait quelque chose à dire, elle le dirait, quoi qu'il arrive.
"Eh bien, je ne peux pas laisser mon amie folle passer tout son dix-huitième anniversaire seule.
Alors pourquoi je ne viendrais pas te chercher et nous passerons un anniversaire décent... Qu'en dis-tu Steph ?"

Au début, je ne voulais pas, je savais que Michael serait là.
Michael est le petit ami de Jessi, il est gentil et tout, mais il continue de me regarder d'une manière qui me met très mal à l'aise.
Mais qu’aurais-je pu faire d’autre en ce jour spécial de toute façon ?

Après avoir poussé un petit soupir, j'ai finalement répondu.
"Oui, pourquoi pas?"

"Bien"
Répondit-elle en criant presque.
« Emballez votre merde, gamin, et préparez-vous à faire du rock ! »
Encore une fois, avec presque des cris, au moins elle était enthousiaste.

J'ai donc changé pour avoir une tenue un peu plus présentable, car je ne savais pas combien de personnes se présenteraient, si elle avait l'intention d'appeler quelqu'un d'autre.

Habituellement, il lui faut une dizaine de minutes pour venir me chercher mais cette fois, cela lui a pris deux fois plus de temps, je me demandais si elle avait eu un accident de voiture, cela aurait été le point d'exclamation d'une très mauvaise journée, mais elle a finalement est arrivée dans sa petite Saturn bleue 2008, klaxonnant avec ferveur pour que je sorte.
Et c’est ce que j’ai fait, verrouillant la porte derrière moi.

Je suis monté dans la voiture et j'ai serré mon amie aussi fort que possible, je l'ai même entendue émettre un son "oomph" quand je l'ai fait, je suppose que je l'ai prise par surprise.

"OK ma fille, Mike attend à la maison, il a hâte de te voir, dit-il."

"Je parie", ai-je voulu dire mais je l'ai gardé à l'intérieur.
"Qu'est-ce qui t'a pris autant de temps?"
J'ai finalement demandé.

"Oh, j'ai dû faire un détour... Ma fille d'anniversaire ne peut pas fêter son anniversaire sans un putain de gâteau d'anniversaire, dis-je... Oh et Mike prépare aussi quelque chose de spécial juste pour toi à la maison."

Je dois le dire à Michael, il était un sacré cuisinier, vous savez, pour un gars.

Ainsi, dix minutes plus tard, nous nous arrêtions dans l'allée de la maison de Jessi.
Pas une grande maison mais assez pour qu'ils puissent vivre tous les deux, plus une chambre libre, elle était plus petite que la mienne mais attention, ma mère a hérité de l'argent de mon père quand il est décédé quand j'avais sept ans...
Et il avait beaucoup d'argent.
Et si vous pensez que les filles riches sont populaires au lycée, vous vous trompez, Dieu merci, c'est fini.

Quand nous sommes entrés dans la maison, j'ai éclaté de rire, Michael portait un tablier qui disait "Suce le cuisinier" avec des gants de cuisine, et le voir comme ça m'a juste fait rire, c'était peut-être le déclic dont j'avais besoin pour évacuer le stress que j'avais. eu ces derniers temps et m'a fait me détendre, je ne savais pas que plus tard dans la nuit, quelque chose d'autre m'a fait me détendre beaucoup plus.

Michael a posé un plateau de, enfin, je n'ai su ce que c'était que bien plus tard, sur le comptoir et est venu me serrer dans ses bras, un peu trop fort à mon avis mais au moins il n'essayait pas de supporter une sensation.

"Mes condoléances."
Il a dit.

"Hein?"
C’était à peu près la seule chose que mon cerveau pouvait penser après avoir entendu quelque chose d’aussi absurde.

"Eh bien, j'ai entendu dire que tu avais perdu ta mère à cause d'un connard."

Encore une fois avec les rires, il a arrêté de me serrer dans ses bras à ce moment-là mais je l'ai tout de suite serré dans mes bras, riant et pleurant en même temps... Soyons honnêtes ici, je savais qu'il me voulait, et je savais qu'il était l'homme de mon meilleur ami mais ...
Parfois, je ne pouvais pas m'empêcher de l'aimer, c'était un gars tellement gentil et il savait toujours quoi dire pour changer ton humeur pour le mieux.

Pendant ce temps, Jessica mettait le gâteau, que je n'avais jamais vu jusqu'à ce que nous le mangions d'ailleurs, dans le réfrigérateur et me souriait, comme le ferait un véritable ami, même si vous serrez dans vos bras le petit ami de cet ami.

Il était midi maintenant et nous jouions à des jeux vidéo, nous jouions à un groupe de rock et j'étais le guitariste, Jessi était le bassiste et Mike était le chanteur, si vous vouliez appeler ça "chanter", cela ressemblait plus à un loup hurlant mais bon, ça c'était quand même amusant.
Nous avons joué pendant des heures, puis regardé quelques films d'horreur, nous étions tous les trois de grands passionnés d'horreur, puis est venu le dîner.

Nous avons mangé des lasagnes, mes préférées, ce qui était d'ailleurs une coïncidence, il y en avait pour le dîner, et puis nous avons mangé du gâteau avec mes amis qui me chantaient joyeux anniversaire, j'étais rassasié, et je veux dire rassasié !
Mais c'est à ce moment-là que Michael a sorti sa recette "spéciale" qu'il cuisinait uniquement lui-même...
C'était des brownies.

J'étais rassasié mais quand j'ai vu ça, j'en ai voulu, mais j'ai décidé d'attendre un peu.

Alors on a traîné et Jessi a sorti quelques bières du frigo, maintenant je dois dire, je ne fume pas, je ne me drogue pas et je ne bois pas d'ailleurs, mais je me suis dit "Tu sais quoi Stéphanie ? Tu as dix-huit ans, prends-en un, non, bon sang, prends-en deux !"
Et c'est ce que j'ai fait, et j'ai ressenti un petit buzz à cause des deux bières que j'ai bu, mais j'ai essayé de le leur cacher parce que j'avais peur qu'ils se moquent de moi...
Eux, en revanche, en buvaient bien plus que deux, ils en buvaient cinq chacun.
Fin du pack de douze...
Il se faisait tard, il était déjà onze heures et je devais y aller, car ma mère rentrait à minuit et elle paniquerait si elle voyait que je n'étais pas à la maison.
Alors je me suis levé et j'ai dit...

"Eh bien, je dois y aller, ma mère s'attendra à ce que je sois à la maison à minuit."

Jessica m'a pris le bras et m'a ramené sur le canapé du salon où nous étions assis.

"Non hein, tu n'iras nulle part mademoiselle, tu n'as toujours pas essayé les muffins de Mike."
Elle a commencé à rire.
"Pas des muffins, je, je, je veux dire des brownies"
Elle ricana un peu.

Mike s'est levé et est revenu avec un récipient en plastique contenant les brownies.

"OK je vais en prendre un et puis je pars, tu devras conduire..."
J'ai regardé à quel point elle était ivre.

Avant que j'aie eu le temps de reprendre ma phrase, Mike m'a tendu un brownie et je l'ai donc mangé lentement.

"Ça a le goût..."

Mike et Jessie m'ont regardé drôlement, avec un grand sourire sur leurs visages.

Jessie en a pris un autre et me l'a tendu, puis en a pris un et l'a donné à Mike et en a pris un pour elle.

"Celui qui a mangé son brownie le plus rapidement gagne."
S'exclama Mike.

"Gagne quoi ?"
J'ai demandé.

"Putain si je sais."
Nous avons tous commencé à rire.

Nous avons tous compté jusqu'à trois et englouti nos brownies.
C'est à ce moment-là que j'ai commencé à rire et à me sentir drôle.
Ils m'ont tous les deux regardé en riant un peu et avec un grand sourire aux lèvres.

"Qu'est ce qu'il y a de si drôle?"
Ai-je demandé avec inquiétude.

"Devinez quel est l'ingrédient secret de mon bébé."
» demanda Jessica.

Je restais là, commençant à avoir le vertige, mais le bon genre, je commençais à me sentir vraiment bien.

Avant que je puisse répondre, même si je n'en avais pas, Jessica s'est exclamée, sortie de nulle part, qu'elle devait aller prendre une douche, ce qui m'a un peu énervé parce que j'étais là, de plus en plus fatiguée de minute en minute, légèrement ivre. et à dix minutes en voiture de chez moi quand il est environ onze heures quinze et que ma mère serait bientôt là.
Et puis je me suis souvenu que je n'avais pas laissé de message avant de partir, ce que je faisais toujours si je devais aller quelque part, pour une femme riche, elle était trop bête pour avoir un téléphone portable.
Et Michael n'en avait pas non plus et il n'y avait pas de téléphone dans la maison, le seul téléphone accessible était le portable de Jessi mais elle était déjà en train de prendre une douche.

Comme j'étais perdu dans mes pensées, je n'avais pas réalisé que Mike était maintenant assis à côté de moi, presque collé sur moi comme de la colle, avec sa main droite sur ma cuisse gauche.
Il m'a regardé dans les yeux, sans parler.
Alors j'ai parlé.

"Donc..."
Je devenais nerveux, je dois dire, quand tu as dix-huit ans et que tu es toujours vierge et que tous les amis que tu as perdus il y a de nombreuses années, et puis il y avait ce mec sexy sur lequel tu fantasmais plusieurs fois, qui était tabou depuis c'était le petit ami de ton meilleur ami et tu étais seule avec lui et tu étais un peu ivre...
Inutile de vous dire que mon petit minou ronronnait à ce moment-là.

Il resta silencieux, bougeant toujours sa main sur ma jambe, se rapprochant à chaque coup de l'endroit où ils se rencontraient.

"Quoi... Quel était l'ingrédient spécial ?"

Il sourit pendant un moment, puis parla enfin.

"Tu vas te mettre en colère."

"pourquoi?"

"C'était de l'herbe."

Je suis resté assis là, comme si mon cerveau n'avait pas enregistré ce qu'il venait de dire.
Et puis ça m'a frappé comme une tonne de brique, pas seulement le fait que je savais que je venais de prendre de la drogue pour la première fois, mais le fait que je devais rentrer à la maison ivre et défoncé.
C'est à ce moment-là que j'ai eu une sensation d'enfoncement en moi, et croyez-le ou non, je pense que j'ai un peu joui dans ma culotte.
J'étais connue sous le nom de Miss Goody-Two-Shoes et le fait d'enfreindre les règles comme ça, le jour de mon dix-huitième anniversaire, m'a rendu plus excitée que jamais, alors j'ai souri, j'ai attrapé un autre brownie et j'ai tout mangé en dix secondes environ. .

Cela a fait sourire Mike et il s'est penché et m'a embrassé, léchant le chocolat de mes lèvres, puis il a fait quelque chose auquel je ne m'attendais pas, il a ouvert son pantalon et a laissé sortir sa queue.
Bon sang, il était déjà dur.
Et, plus grand que prévu, je dirais sept bons pouces.
Il a commencé à le caresser, me regardant avec le même regard et le même sourire.
Je me mordais les lèvres, utilisant toute la force dont j'avais pour ne pas atteindre et manger ce brownie !
Je me sens défoncé comme de la merde, j'ai dit...

"Mike, c'est tout simplement faux.
Tu es le petit ami de mon meilleur ami."

"Allez Steph, tu sais que je te veux, et je sais que tu me veux tout autant.
Dépêchez-vous avant qu'elle ne sorte de la douche.

Encore une fois, je suis resté assis là pendant ce qui m'a semblé une éternité, jusqu'à ce que je sente ma main l'atteindre et puis...

Ma montre a bipé.
Il était déjà minuit et j'étais en retard et j'ai baisé, mais pas comme Mike le voulait.
Au même moment on entendit la douche s'arrêter dans la salle de bain, alors Mike, tout en poussant un soupir, remit sa queue encore dure dans son pantalon, me regardant avec colère, inquiétude, déception.
Avec un signe évident « Je suis vraiment désolé » sur son visage.

Jessica est sortie de la salle de bain avec juste un peignoir autour de la taille, que faisait-elle en peignoir ?
Elle devait me reconduire à la maison.
C'est à ce moment-là que j'ai compris que je devais rentrer chez moi à pied, ce qui m'a énervé, mais bon, au moins, elle m'a fait un bon anniversaire et elle était ma meilleure amie, alors je me suis levé et lui ai dit au revoir, en serrant Jessi et Michael dans mes bras, qui était toujours dur, je le sentais, ce qui me faisait encore mouiller, et je partais.


Je marchais dans la rue, un peu énervé et très excité, voulant rentrer à la maison, me faire crier dessus par ma mère et juste aller jouer avec moi-même et dormir et oublier ce jour qui s'est passé quand j'ai vu des phares apparaître derrière moi, et puis, le pire cauchemar des bons-deux-chaussures, les sirènes.

Je me suis retourné et n'ai rien vu, juste des lumières vives, puis j'ai entendu une voix.

"Etes-vous par hasard Stephanie Peterson ?"
Dit la voix de l'homme.

Au début, je ne voulais pas répondre, alors je me dirigeai lentement mais maladroitement vers son côté de la voiture.

C'était une voiture de police comme je le pensais, l'homme assis sur le siège conducteur était un homme d'une quarantaine d'années avec des cheveux bruns courts. C'est tout ce que j'ai pu dire à ce moment-là.

Je me suis penché et j'ai demandé ce qui n'allait pas, c'était une mauvaise idée, il pouvait sentir l'alcool dans mon haleine.

"Avez-vous bu aujourd'hui, mademoiselle Peterson ?"
» demanda-t-il d'une voix ferme et professionnelle.

"Peut-être que je l'ai fait, qu'en est-il ?"
J'ai répondu.
Pour un étudiant hétéro A... Je peux être stupide parfois.
"Et comment connaissez-vous mon nom, de toute façon, officier..."

"Stone, et parce que ta mère nous a appelé, elle est arrivée plus tôt que prévu et a trouvé la maison vide, j'étais déjà en patrouille et j'ai dit que j'y jetterais un œil, apparemment sa petite fille a continué et a fait la fête toute la nuit, hein ?"
Dit-il en riant un peu.

encore une fois, mon idiot a répondu...

"Eh bien, ce que je fais ne te regarde pas."

Son sourire a disparu aussi vite qu'il est venu et m'a demandé de m'éloigner de la porte et de sortir et putain de merde, le gars devait mesurer six pieds cinq pouces, et il était grand, et je veux dire énorme.
Près de trois cents livres de muscles purs.
Le gars était effrayant, laissez-moi vous le dire, et quand vous ne mesurez que cinq pieds deux et cent dix livres, mademoiselle goody-two-shoes qui est défoncée et ivre et qui n'a jamais eu d'ennuis, eh bien, laissez-moi vous dire que j'ai failli chier dedans. mon pantalon.
Mais il y avait autre chose, cela ne m'était jamais venu à l'esprit auparavant, mais le voir debout devant moi comme ça m'a rendu plus mouillé que jamais auparavant.
Était-ce parce qu'il était si viril ou à cause de l'uniforme ou simplement parce qu'il savait prendre le contrôle ?
Je ne sais pas, mais bon sang, cet homme m'excitait.

"Madame, je vais vous demander de monter dans la voiture s'il vous plaît, et je vous reconduirai chez votre mère, elle est malade d'inquiétude."

J'étais sur le point de dire quelque chose mais à la seconde où j'ai ouvert la bouche, il m'a arrêté en disant...

"Pas de problème, sinon je vais chercher mes menottes, petite dame."

J'ai chuchoté...
"quel connard."
Eh bien, je pense que j'ai chuchoté, je n'en suis plus sûr parce qu'après avoir dit cela, il a répondu.

"OK c'est assez."

Il m'a retourné, a retiré ses menottes et m'a menotté.
Je n'ai rien fait parce qu'au moins j'avais la présence d'esprit de ne pas aggraver encore une mauvaise situation, et bien je pense que c'est pour ça que je l'ai laissé faire.

Alors il m'a mis sur le siège arrière et a commencé à partir quand il a dit...

"Ecoute, je fais ce travail depuis treize ans maintenant, et je sais quand un enfant s'éloigne pour se saouler et se défoncer, alors s'il te plaît, sois calme et tu seras avec ta maman dans quelques minutes."

"Je ne suis pas un putain d'enfant."
J'ai répondu, offensé.

"Eh bien, quel âge as-tu alors ?"

"J'ai dix-huit ans, je viens juste d'en avoir dix-huit aujourd'hui en fait, quelle belle journée ça a été."

Je l'ai vu me regarder à travers le miroir et il a dit...

"Oh, je pensais que tu étais plus jeune, tu es une si petite fille, alors... tu es une adulte, hein ?"

"Oui, je le suis, et j'en ai marre que les gens pensent que je suis plus jeune, je te le prouverais mais je ne peux pas atteindre mon portefeuille avec ces menottes."

"Je te crois."

Et puis, j'en suis sûr, il a tiré sur son aine et même si je ne pouvais pas le voir, je suis sûr qu'il avait le sourire aux lèvres en faisant cela.
Et nous avons passé peut-être trois minutes de silence, puis il a finalement rompu en disant...

"Si ça ne te dérange pas, je dois faire un petit détour chez moi, ça ne devrait pas prendre trop de temps."

"Peu importe."
C'était à peu près la seule chose que j'avais en tête alors que je m'endormais là-bas.

Alors il a roulé pendant une bonne vingtaine de minutes jusqu'à ce que nous arrivions chez lui, un petit endroit sympa et confortable dans les bois, heureusement qu'il était flic sinon j'aurais eu une peur bleue.
Il est sorti puis a ouvert ma porte, je l'ai juste regardé sans comprendre le sens du geste.
Et puis il m'a parlé...

"Eh bien, tu penses que je vais te laisser tout seul dans cette voiture de patrouille ?
Je ne vous connais pas et il y a beaucoup d'équipement coûteux là-dedans.
Alors viens petite dame."

Il m'a aidé à sortir de la voiture.
Il a d'abord posé une main sur mon épaule, et devant la porte d'entrée de sa maison, elle était maintenant juste au-dessus de mes fesses.

Il a déverrouillé la porte et nous sommes entrés.

C'était un endroit agréable, très bien rangé, sans un grain de poussière nulle part, avec des tonnes de photos de famille, ce que je présumais, sur les murs du couloir d'entrée.

Il a déverrouillé une autre porte à l'intérieur de la maison, j'ai jeté un coup d'œil et j'ai vu un escalier qui menait à la cave.

"Allez ma fille, ne sois pas timide."
Dit-il en me souriant.

J'avais toujours mes menottes et j'ai commencé à paniquer, je veux dire, merde, être flic ne serait-il pas la meilleure couverture pour un tueur en série ?

Nous sommes donc descendus, la chatte étant désormais aussi sèche que du papier de verre, dans une pièce sombre.
Il a allumé les lumières et j'ai vu des cordes et quelque chose qui ressemblait à une table de massage, mais sans le trou, mais avec des choses pour mettre les pieds comme à l'hôpital.

Cela ressemblait à un donjon.

Il est entré par derrière moi et m'a attrapé les fesses, j'ai crié en me retournant.
Il avait sa ceinture à la main, puis la jeta par terre.

"Quoi, qu'est-ce que tu fais ? Tu vas me faire du mal ?"
Dis-je d'une voix tremblante.

Il m'a regardé, je devrais dire, et a juste souri, il a ouvert son pantalon de flic et a laissé sortir sa bite, c'était bizarre d'avoir deux mecs me faire ça en une nuit alors que personne n'avait jamais fait ça avant mon vie entière...
et oh mon Dieu, sa queue était molle, mais toujours plus grosse que celle de Michael.

"Tu vas te mettre à genoux petite fille et sucer cette bite !"

Je n'y croyais pas, je veux dire, c'est un flic, putain, c'est là que j'ai compris que ce n'était pas un tueur en série, mais un violeur en série.

Il a posé une main, une grosse main sur mon épaule et m'a forcé à me mettre à genoux sans transpirer.
Il a attrapé son énorme bite, qui, je dirais, mesurait au moins un pied de long et aussi épaisse que mon poignet, et l'a fourrée dans ma bouche. Cela m'a pris par surprise et je me suis étouffé puis j'ai toussé.
C'était tout simplement trop surréaliste pour moi.

"Allez salope, suce-la, prends-la comme une femme."
Il a dit, essoufflé, qu'il était excité à l'idée de profiter d'une petite femme sans défense, c'était évident.

Il a alors commencé à me baiser la bouche, tout comme il le ferait avec ma chatte, me faisant m'étouffer et saliver partout sur son monstre de bite.
Il m'attrapait par l'arrière de la tête en faisant ça et il m'a ébouriffé tous les cheveux.

pendant qu'il me frappait au fond de la gorge, j'ai aperçu sa ceinture, avec le pistolet toujours dans son étui, mais pour une raison quelconque, je l'ai vite oublié et j'ai senti ma culotte devenir encore plus humide quand j'ai finalement décidé de regarder. vers lui pendant que j'avais sa bite dans ma bouche.

Je pouvais le sentir s'épaissir dans ma bouche alors qu'il continuait à le baiser, la moitié de moi voulait qu'il jouisse et qu'il en finisse.
Je me suis souvenu, pendant ma partie à moitié étourdie de notre voyage ici, qu'il m'avait annoncé par radio qu'il m'avait trouvé et qu'il me ramenait...
Donc il ne me fera pas de mal, n'est-ce pas ?
Cela n'aurait pas beaucoup de sens, il va probablement jouir et...

C'est à ce moment-là qu'il m'a soulevé, mettant ses grandes mains sous mes aisselles et me soulevant comme si j'étais un bébé.
Il avait sa chemise de flic ouverte et je ne l'ai même pas remarqué.
Et oh mon Dieu, cet homme avait le corps le plus gros et le plus déchiré que j'aie jamais vu.

Il m'a retourné et s'est mis à genoux.
Il m'a enlevé mon pantalon, mes chaussures, mes chaussettes et ma culotte.
J'essayais de lui faire savoir que j'étais vierge et que je pouvais vivre avec juste une pipe mais rien ne sortait de ma bouche, ma voix avait l'impression de s'endormir alors que j'étais encore dans la voiture et rien ne pourrait jamais la réveiller. à nouveau.

Je regardais droit devant moi et j'ai vu quatre cordes qui pendaient du plafond, je n'ai même pas eu le temps de penser à ce que ça pouvait être quand il a parlé...

"Tu aimes cette petite fille ?"
» dit-il d'une voix bourrue.

Putain de merde, il me mangeait les fesses, je ne m'en étais même pas rendu compte jusque-là.
Une main couvrait toute une joue, et il les serrait fort, les suçait et les mordait aussi.

Il m'a attrapé et m'a mis sur cette table dont j'ai parlé plus tôt, m'a mis sur le dos, ou devrais-je dire, sur mes mains puisqu'il n'a toujours pas enlevé ces putains de menottes, et, même si je suis maigre, le poids de mon corps enfonçait les menottes dans mon poignet et ça me faisait un mal de diable.

Au début, la douleur était atroce, et j'ai senti un liquide chaud couler jusqu'à la paume de ma main, j'avais envie de pleurer jusqu'à...
Jusqu'à ce que je le sente mettre un doigt en moi.

"Mmm la petite pute est mouillée je vois."

Oh mon Dieu, un de ses doigts était aussi gros que deux des miens réunis.

"Putain de fille, tu es si serrée là-dedans, on pourrait penser que tu es une putain de vierge."

Oh, je n'allais pas lui dire ça.

J'essayais de bouger pour me sentir à l'aise...

"Oh."
J'ai gémi.
Mon clitoris était maintenant dans sa bouche et il le suçait fort, c'était tellement incroyable que je jouis sur ses lèvres.

Il gémit à ce moment-là, me regarda et sourit, un sourire qui m'effraya.
Il m'a soulevé et m'a placé au milieu de ces cordes, et il a finalement enlevé les menottes.

"Merci..."
Avant même que j'aie eu le temps de finir ma phrase, et alors que je me frottais le poignet, grimaçant de douleur, il attrapa une de mes mains et la mit dans le trou de la corde et fit la même chose avec l'autre.
J'étais à nouveau lié.
Il a ensuite levé ma jambe droite et a fait la même chose.
J’étais dans une position impossible et je savais ce qui allait arriver et je m’y préparais.
Il a soulevé mon autre jambe et l'a attachée dans le trou de cette corde spéciale, elles ressemblaient à des cordes élastiques, grosses et épaisses.
J'étais là, ouvert et en l'air, incapable de bouger, et il m'a attrapé fort.

"Mmm, maintenant tu vas l'avoir, petite fille."

Il m'a giflé les fesses, ce qui m'a fait rebondir un peu, puis j'ai senti ses mains quitter mes fesses et je l'ai entendu s'éloigner.
J'attendais le pire.
Une vingtaine de secondes plus tard, je l'ai entendu revenir et j'ai senti quelque chose de froid sur ma chatte, je savais ce que c'était et ce que cela signifiait.
C'était du lubrifiant.

J'ai senti sa bite géante sur ma chatte et je l'ai senti pousser aussi fort qu'il pouvait jusqu'à ce que la tête de sa bite soit à l'intérieur.

Les larmes ont recommencé à couler sur mes joues tandis que je serrais les dents.
Il m'a poussé au-delà de ce que je pensais être possible.
Cela faisait un mal de diable, et je savais aussi que je saignais, mais je savais que je ne pouvais rien faire, et est-ce que je voulais le combattre ?
Une partie de moi ne l'a certainement pas fait.

Il a plongé ses doigts comme des saucisses dans mes côtes et a poussé plus fort, allant aussi profondément qu'il pouvait et revenant, puis encore profondément, la douleur était à peine supportable mais rien que de penser que j'étais défoncé, ivre et que je me faisais baiser par le plus gros homme du monde. J'ai déjà vu qu'être flic, attaché à Dieu sait ce que c'est censé être dans le sous-sol de sa propre maison, était vraiment excitant. C'est à ce moment-là que j'ai réalisé que j'étais un soumis de bout en bout...
Et je voulais qu'il me prenne pour sa pute.

Ma chatte est devenue de plus en plus mouillée à la seconde près, ce qui a permis à sa bite de glisser plus facilement, c'était encore un peu douloureux mais le plaisir était sûrement de rentrer, de bien rentrer.

J'ai légèrement commencé à gémir, et il a légèrement commencé à me baiser de plus en plus vite.
Plus il me baisait vite, plus ça devenait douloureux, plus ça devenait douloureux, plus je recevais de plaisir.

"Mmm putain"
J'ai gémi.
Tout ce que je pouvais entendre de lui, c'était sa respiration de plus en plus forte.

Il ne lui a pas fallu longtemps pour commencer à me baiser aussi fort qu'il le pouvait.
S'il ne me tenait pas si fort, je me serais cogné la tête contre le mur du fond de son sous-sol en étant attachée par ces cordes parce qu'il me baisait si fort.

Je pouvais sentir ma petite chatte serrée s'étirer, je me sentais saigner partout sur sa bite et je m'en fichais, je le voulais et il savait.

Je suis revenu, cette fois en éjaculant sur sa queue.
À la seconde où il l'a senti, ou l'a entendu depuis que j'ai crié à pleins poumons, il s'est retiré et m'a détaché les pieds, est allé devant moi et m'a également détaché les bras.
Je ne sentais même plus la douleur dans mes poignets et je me suis simplement mis à genoux et je l'ai sucé fort, sans me soucier de savoir si j'avalais du sang entre-temps.

Je suçais son énorme bite épaisse, longue et courbée, avec passion, comme si j'en avais besoin pour vivre, comme si c'était l'oxygène que je respirais ou l'eau que je buvais.
Je me suis goûté à lui et j'ai adoré, et croyez-le ou non, car à ce stade, c'était une chose difficile à faire mais je suis devenu encore plus mouillé.

Quand il a fini de le sucer, il m'a attrapé à nouveau, m'a soulevé dans ses bras, m'a retourné et a mangé ma chatte pendant que je le suçais, avec ma tête à l'envers, j'ai commencé à me sentir un peu étourdi, mais je ne l'ai pas fait. attention, je ne voulais pas lâcher sa queue.

Je ne me suis pas rendu compte beaucoup plus tard qu'il avait peut-être léché du sang autant que du sperme lorsqu'il me mangeait.
Tout ce que je sais, c'est que je suis revenu encore une fois, et j'ai dû jouir beaucoup parce qu'il m'a retourné et m'a poussé sur la table et a commencé à avoir des haut-le-cœur.
J'ai souri en jouant avec ma chatte.
J'ai vu les choses dans lesquelles mettre mes pieds et j'y ai docilement mis mes jambes, attendant qu'il les ferme sur moi et il l'a fait, me piégeant dans ce piège de lien.

Il m'a encore touché, s'arrêtant périodiquement pour goûter ses doigts.
Je me frottais le clitoris pendant qu'il le faisait et nous nous sommes arrêtés juste avant d'atteindre à nouveau l'orgasme, c'est à ce moment-là que j'ai enfin pu voir à quoi ressemblait une grosse bite comme celle-là en entrant dans ma grotte vierge et humide.

Il a craché sur sa queue et a frotté sa salive sur la tête, il a ensuite craché sur ma chatte et l'a frottée avec le bout de sa queue, puis m'a regardé.
Nous nous sommes tous les deux souri alors qu'il entrait dans son monstre en moi.

C'était comme si un anaconda s'était introduit en moi, pas le vrai, remarquez, celui des films.

J'ai attrapé le haut de ma tête et je l'ai laissé glisser en moi jusqu'aux couilles.
Et il a recommencé à me baiser, enfonçant sa grosse bite en moi, me prenant comme la pute évidente que j'étais.

"Tu es tellement serré bébé"
Il gémit.

"C'est parce que..."
J'ai hésité.
"...Parce que je suis vierge"
Dis-je finalement.

Il s'est arrêté un moment, l'air un peu choqué, puis a souri, ce même sourire pervers qu'il m'avait fait plus tôt.

"Alors je suppose que je dois t'offrir une nuit inoubliable."

Et c'est à ce moment-là que j'ai failli m'évanouir.
Il m'a regardé en train de me baiser plus fort que jamais, et moi qui pensais qu'il ne pouvait pas, j'étais allé plus vite qu'avant.
J'ai crié de douleur quand j'ai senti toute sa queue aller et venir, jusqu'au bout de la tête jusqu'aux couilles.
Il me baisait si fort que les grosses veines sortaient de son cou aussi grosses que mes bras, semblait-il.

Je pouvais voir la sueur sortir de son front sous forme de grosses perles aqueuses.
Ses énormes muscles sortaient de ses gros bras comme des montagnes dans une plaine.
Voir les lèvres de ma chatte disparaître à chaque poussée.

J'ai attrapé le banc sur lequel j'étais, fort, c'était comme du caoutchouc ou quelque chose comme ça, et je me suis tenu fermement.

"Prends ça, petite salope, petite fêtarde !"
Dit-il avec juste assez de souffle.

Il n'arrêtait pas de m'enfoncer la chatte fort, vite et profondément.
Me prenant comme son jouet sexuel personnel.
Juste un autre outil de son sous-sol pour enlever ses pierres et ça m'a plu.

Il a alors commencé à me pincer fort les tétons et j'ai encore commencé à avoir des spasmes de manière incontrôlable et j'ai joui sur sa bite, je suppose que c'était trop pour lui à ce moment-là et il s'est retiré et a joui sur tout mon corps, tirant jusqu'en haut. à ma bouche, quand j'ai joyeusement tiré la langue et avalé autant de sperme que possible.

Il a continué à se branler pendant un moment puis a lâché son serpent.

Il m'a détaché et m'a relevé, avec moins de facilité cette fois, je suppose qu'il commençait à se fatiguer, et m'a remis sur pied.
Heureusement que c'est un homme fort parce que toute la force de mes jambes avait disparu et je suis tombé en avant dans ses grands bras forts.

"Eh bien, tu dois monter avec moi et prendre une douche maintenant, tu ne peux pas rentrer chez ta maman en sentant la sueur et le sperme, tu sens le sexe, petite fille."

Avec le peu de force qu'il me restait, je lui ai murmuré...
"Appelle-moi putain."

"Qu'as-tu dit petite fille ?"
» Demanda-t-il avec un sourire affaibli sur le visage.

"Appelle-moi ta pute."
Répétai-je avec un peu plus de puissance dans ma voix, pas assez pour me forcer mais suffisamment pour qu'il m'entende.

Il gémit puis s'exclama...
"Tout ce que tu veux, même si je pensais qu'il était évident que tu l'étais, tu n'étais pas obligé de me le dire.
Alors monte ton cul et prends une douche avec moi avant que ma femme ne revienne du travail."

Je suis resté là, à moitié choqué, hébété, puis j'ai regardé sa main gauche, je n'ai même pas réalisé qu'il y avait une bague là-bas.

Nous sommes donc montés les escaliers, avec lui m'aidant à marcher.
Nous avons pris une douche et nous sommes baignés, le problème c'est que j'ai eu l'idée de le savonner.
Toucher son corps dur comme la pierre m'a rendu encore plus excité, surtout quand je savonnais son énorme bite.
Il me suffisait de le rincer à l'eau puis de finir de le nettoyer avec la bouche.

J'ai sucé fort et vite, masturbant ma petite chatte plus vite que je ne l'ai jamais fait de toute ma vie, jouissant dans la baignoire et lui jouissant directement dans ma bouche.

Nous nous sommes séchés, nous nous sommes habillés, sommes sortis de la salle de bain, de la maison et sommes montés dans la voiture de patrouille.

"Qu'est-ce que tu vas dire à ma mère ?"
Dis-je, récupérant maintenant un peu de mon esprit naturel de « moi ».

"Oh, je n'y ai pas pensé."
Il fit une pause.
"Eh bien, je vais lui dire que tu es allé chez tes amis et qu'il se trouve que c'est ma nièce, ma nièce que je n'ai pas vue depuis longtemps, oh et euh, prends ça, tu veux ?"

Il m'a tendu un chewing-gum, c'était bien réfléchi.

J'ai commencé à mâcher mon chewing-gum et, pour une raison quelconque, je fredonnais...
Et ronronner.

Nous nous sommes garés dans l'allée et ma mère est sortie instantanément.

"Chérie, que s'est-il passé ? Tu vas bien ? Tu es blessé ?"

Elle courait vers la voiture, je suis sorti avant l'agent Stone, il est resté dans la voiture pendant un moment.
Au début, je pensais qu'il me laisserait me débrouiller seul.

"Merde, une question à la fois maman."
Heureusement que je pouvais me lever maintenant, parce que j'étais pratiquement mort intérieurement d'épuisement.

Elle m'a serré dans ses bras et a commencé à pleurer un peu.
L'agent Stone, qui était maintenant hors de la voiture, s'est approché de nous et j'ai senti quelque chose sur mes fesses.

L'agent Stone a ensuite raconté à ma mère sa fausse histoire et elle l'a avalée sans poser de questions, tout comme je l'ai fait avec son sperme.

L'agent Stone est retourné à sa voiture, a regardé ma mère et a dit...
"Vous n'avez pas à vous inquiéter pour votre fille, madame, c'est une sacrée fille."
» Dit-il en tournant son regard vers moi et en souriant, et bien sûr j'ai souri en retour, mais cette fois j'ai senti le même sourire pervers se former sur mon propre visage.
Et puis il est monté dans sa voiture et est parti.

Je me suis retourné et suis entré dans la maison avec ma mère me serrant fort comme nous l'avons fait.

"Je suis juste heureuse que tu sois saine et sauve, chérie."
Et elle m'a embrassé sur la joue, heureusement que ce n'était pas sur la bouche parce que j'ai une culture de différentes odeurs désagréables là-dedans, dont ma mère serait toutes énervée et peut-être même s'évanouirait.

"Eh bien, je vais me coucher maintenant chérie, et demain nous ferons la fête comme s'il était 1990."
Dit-elle.
Cela ne signifiait pas grand-chose pour moi mais je suis sûr que cela signifiait quelque chose pour elle.
"J'espère que ça va pour toi, je suis battu, surtout avec tout le stress que tu m'as fait subir."

"C'est bon maman, va dormir et je ferai la même chose."
J'ai dit et elle m'a encore serré dans ses bras et est partie dans sa chambre.
J'attendais que David suive, surtout quand elle l'a appelé, mais il a juste répondu qu'il serait là dans une minute et m'a juste regardé, avec un sourire ...
Est-il possible?..
Est-il possible qu'il le sache?

Eh bien, je suis allé dans ma chambre en train de trembler de peur, puis j'ai pensé ...
"Eh bien, s'il sait que je vais devoir lui donner une bonne raison de garder la bouche fermée, j'ai une idée ou deux en tête."

Oh et ce que je ressentais sur mon cul debout devant ma maison?

C'est un morceau de papier, avec les jours et les heures que l'officier Stone est seul chez lui.

LA FIN!

Articles similaires

Sale petite belle-fille (partie 2)

Tout en préparant du café pour moi et ma femme, je sens des bras glisser autour de moi par derrière. Julie s'était glissée derrière moi et voulait un câlin; Je regarde les bras et reconnais qu'ils sont les siens. Elle n'avait pas de manches sur la robe de nuit violette à manches longues avec le logo Bratz dessus. Une sensation de nervosité m'envahit ! Julie, va dans ta chambre et mets des putains de vêtements, a crié Brenda ! J'ai gelé en remuant dans ma tasse de café. « Fais ce que ta mère t'a dit, petite fille, et ne refais plus ça »...

1.3K Des vues

Likes 0

Une histoire d'amour au lycée pt 3

C'était lundi, mais heureusement, les vacances de printemps battaient leur plein. Je me suis réveillé après un autre rêve, cette fois sur Hailey et Abbey en même temps. Abbey chevauchait ma bite tout en s'embrassant avec Hailey. Je n'ai pas éjaculé dans mon pantalon cette fois, mais je me suis quand même réveillé en plantant une grande tente. La première chose que j'ai faite a été de vérifier mon téléphone quand je suis revenu à moi. Anna-beth m'a envoyé un texto me demandant si je voulais venir chez elle. J'ai accepté mais je n'ai pas pu venir avant midi. J'ai quitté...

965 Des vues

Likes 0

Eloise se fait passer pour une putain de gloryhole

Eloïse était assise là, les hanches repliées, les genoux à côté de ses joues, les pieds pendants devant elle, et écoutait la conversation qui se déroulait de l'autre côté de son lieu impromptu pour un « soulagement du stress » qui impliquait de plonger un silicone de 8 pouces. bite dans son arraché dégoulinant. Il y a quelques instants, elle ajustait son mamelon d'une main et frottait furieusement son clitoris sensible avec une paire de doigts de l'autre. Des gémissements coulaient de sa bouche dans une cascade sans fin de lubricité obscène. Elle avait les yeux fermés, et elle faisait de...

864 Des vues

Likes 0

Séance photo lesbienne

Je suis arrivé à l'hôtel avec mes amis. Nous étions tous en voyage de classe à Washington D.C. pendant trois jours. Notre école le fait tous les deux ans avec les élèves de septième et de huitième année. Chaque année, tout le collège va camper ensemble, donc je sais déjà ce que c'est que de passer quelques jours avec ces filles. Je devrais probablement vous donner quelques informations. Nous étions quatre dans cette pièce. Il y avait moi, Sayre, Mylène, Alana. Nous allons tous Alana dans la même école privée. Sayre est le plus loin de la puberté de nous tous...

877 Des vues

Likes 0

Mon frère Turner et moi

J'étais assis à la table du petit déjeuner essayant de décider quoi faire. Ce soir, c'était le réveillon du Nouvel An et mon frère m'avait demandé d'aller à une fête du Nouvel An avec lui. Je venais d'avoir 44 ans en novembre. Mon mari est décédé il y a trois ans et je vivais seule. Le nom de mon frère est Turner et il a quinze ans de moins que moi. Ma mère m'a eu quand elle n'avait que 16 ans et ils n'ont pas eu d'autre enfant avant qu'elle n'ait 31 ans. Depuis la mort de mon mari, Turner a...

2.6K Des vues

Likes 0

La libération d'un enseignant

** Ceci est une œuvre de pure fiction et une nouvelle histoire pour moi. Ne fait partie d'aucune autre série. J'espère que tu aimes. Désolé d'avoir été absent pendant quelques mois et merci à tous ceux qui m'ont envoyé des MP me demandant de recommencer à écrire. Je vous assure qu'il y aura plus de All for Mr. Redman and Yukio's Adventures. Remerciements particuliers à (Pas dans un ordre particulier): Spread1, Shotgun82, Clitpleaser12, rdwyier, Feazko, kakatz, JetiJah, travailleur, stillagood1, guilz87, tête épaisse, TT, Ghostrider939, BadInAGoodWay, Ed W et doug1953, penseur créatif, charlie33851, Matillie97, EL TORO, Shadowreaper267, Bldg436, deeppenetrator, perverted1, Dr Goodsex...

2.4K Des vues

Likes 0

Quel magnétoscope ?_(1)

J'ai un œil sur Eric depuis qu'il a commencé à s'occuper du bar du restaurant où je travaillais. Nous avions eu quelques conversations informelles, mais rien qui semblait mener nulle part. C'était frustrant comme l'enfer. Je le voulais vraiment, et j'étais déterminé à l'avoir. Jeudi était une nuit tôt pour nous deux. J'ai travaillé l'équipe du déjeuner pour que je sorte de là vers 6 heures et Eric est descendu à 10 heures. Je lui ai demandé s'il savait quelque chose sur les magnétoscopes car j'avais tellement de mal à faire fonctionner le mien correctement. Je lui ai dit que la...

1.7K Des vues

Likes 0

Les garçons riches aiment 24

Quand je suis entré dans la maison de havreys, nous nous sommes assis et avons marché sur des choses que harvey faisait croire que nous n'allions pas durer beaucoup plus longtemps, puis il m'a demandé combien de temps pensez-vous que nous allons durer j'étais tellement choqué et bouleversé par la question qu'il vient de me demander, je suis sorti de chez lui et je suis rentré chez moi. sur le chemin du retour, harvey a dû appeler mon portable au moins 5 fois, mais j'ai gardé les yeux sur la route et j'ai laissé mon téléphone aller sur la messagerie vocale...

1.5K Des vues

Likes 0

Le week-end (partie 2)

Deuxième partie de ma première histoire. C'est mon premier essai, alors pardonnez toute erreur ou mésaventure. Ce chapitre, les choses deviennent intéressantes ! Si l'inceste n'est pas votre truc, ne lisez pas la suite. Chapitre 2 : Mauvaise conduite. Je montai à l'étage, mes parents venant de partir. Eh bien, si je suis coincé ici, je vais juste devoir me défoncer. pensai-je en souriant alors que je faisais deux pas à la fois. Alors que j'arrivais en haut des escaliers, Danielle sortait de sa chambre. Elle était habillée pour sortir. Je n'ai pas pu m'empêcher de penser Merde. Elle portait une...

1.6K Des vues

Likes 0

Tendre amour II

Introduction : Pour bien comprendre et apprécier cette histoire, veuillez lire la partie I de Tender Love. Désolé, il a fallu si longtemps pour la partie 2, mon père est décédé et j'ai été distrait. La jeune femme latino était allongée sur ma forme nue avec ma bite dure comme du roc toujours coincée entre les lèvres de sa chatte, comme si j'étais un gode humain pour son plaisir. Je pouvais sentir son jus d'amour chaud commencer à refroidir alors qu'il coulait des côtés de mes cuisses. Elle s'est reposée du puissant orgasme qu'elle venait de vivre en frottant son clitoris...

1.6K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.