Promenade dans l'après-midi

339Report
Promenade dans l'après-midi

Ils se levèrent à un glorieux matin de juillet. La mer était comme un miroir, déjà il y avait des reflets de chaleur qui montaient des galets de la plage. Il enfila un short de plage alors qu'elle enfilait un bas de bikini. Ils sont sortis par la porte arrière sur la plage et jusqu'à la mer pour un plongeon rafraîchissant. Il était légèrement à la traîne et a pu voir ses fesses parfaites se tortiller dans son slip de bikini. Il n'a jamais cessé de s'émerveiller devant sa belle silhouette. Il se précipita dans l'eau pour cacher le début d'une érection. Elle lui faisait toujours le même effet. Elle le savait et ne s'en lassait pas, taquinant souvent au moment opportun pour augmenter sa croissance et puis s'amusant à le regarder essayer de le cacher. La mer était encore froide même en juillet, ce qui a entraîné une réduction rapide de la taille de son pénis en pleine croissance. Cela produisit bien sûr l'effet tout à fait inverse sur ses petits seins fermes dont les mamelons dépassaient très vite aussi loin qu'ils l'avaient été la veille au plus fort de leurs ébats amoureux. Après une baignade, ils retournèrent à la maison pour prendre une douche et s'habiller. Ils ont décidé de se promener à travers les collines locales jusqu'à un village et de déjeuner à l'auberge, puis de revenir dans l'après-midi. La journée allait être chaude, alors après sa douche, elle a choisi de porter un haut à licou en coton qui se noue à l'arrière du cou et dans le bas du dos. jupe ligne. Elle tira sur l'un de ses strings sol et sortit de la chambre mais pensa alors que comme il faisait chaud et qu'elle allait marcher, elle n'avait pas de soutien-gorge alors pourquoi s'embêter avec un string sol. Elle l'enleva, se sentant légèrement coquine d'être si légèrement vêtue et sentit également une certaine anticipation monter à propos de ce qu'il serait en marchant avec un matériau aussi fragile le séparant du corps qu'il aimait tant ressentir. Elle a terminé avec une paire de sandales plates à lanières. Pour lui, s'habiller était simple, plus un short de plage et une chemise légère avec des sandales. Il descendit les escaliers et la vit appliquer paresseusement de l'huile solaire sur ses bras et ses jambes. Elle avait l'air fantastique, sa peau naturellement foncée luisant légèrement au soleil. Il était évident qu'elle ne portait pas de soutien-gorge, mais il n'avait même jamais pensé qu'elle pouvait faire la promenade dos nu. Il la prit dans ses bras et lui dit à quel point elle était belle et l'embrassa profondément, elle répondit en poussant doucement sa langue dans sa bouche puis en l'enroulant autour de la sienne, l'incitant à suivre sa langue avec la sienne, ce qu'il fit entrer dans sa bouche. Elle pouvait sentir son érection grandissante commencer à pousser contre elle. Elle le serra plus fort et commença à chatouiller les joues de ses fesses du bout des doigts. Il répondit en sentant ses fesses coquines d'une main et apporta son autre main entre eux pour masser doucement l'un de ses mamelons. Elle pouvait sentir qu'il était maintenant assez rigide et si doucement s'est détaché et a dit " Allez, allons-y, je veux discuter avec quelques personnes du village en chemin ". Il gémit et s'empressa de la rattraper elle ouvrit le chemin tout droit dans le petit défilé de boutiques de leur village. Son érection était encore visible à travers le fin tissu de son short de plage. Heureusement pour lui, sa chemise était assez longue pour la cacher suffisamment pour ne pas être trop visible lorsqu'il marchait. À ce moment-là, elle a vu la présidente du conseil paroissial une dame avec un rinçage bleu qui critiquait toujours la façon dont les autres vivaient leur vie. Elle entama la conversation avec elle et sans avertissement il l'entendit dire : " Oui, son short a une fermeture inhabituelle " et la sentit avec horreur soulever sa chemise pour la montrer à la vieille dame. Elle a regardé et a dit " Oh, il n'a pas cette paire mais je suis sûr que vous voyez ce que je veux dire ". Elle laissa tomber la chemise sur son renflement qui rétrécissait maintenant rapidement. La présidente ne l'a même pas reconnu, elle a juste dit qu'elle devait partir et s'est éloignée. Son partenaire riait de façon incontrôlable. Ils continuèrent et furent bientôt sur les collines. Ils ralentirent leur rythme et il passa un bras autour pour que sa main puisse doucement taquiner et chatouiller ses fesses pendant qu'ils se promenaient. Elle a continué à rire au sujet de la présidente. Elle se pencha et demanda ce qui était arrivé à son érection. La combinaison de sa main sur son cul et de sa main sur son bouton flasque était suffisante pour s'assurer qu'il ne restait pas flasque très longtemps. Il vit un petit bosquet juste à côté du chemin principal et la guida doucement derrière pour découvrir qu'il s'agissait en réalité d'un croissant d'arbres offrant une intimité à ceux qui marchaient le long du chemin. Il la prit dans ses bras et l'embrassa profondément en sondant sa bouche avec sa langue. Il traça doucement de petits cercles sur les orbes de ses fesses, lui faisant remuer les joues et le serrant plus fort. Il pouvait sentir son érection grandir avec l'odeur, le goût et la sensation de sa bien-aimée dans ses bras. Il ne connaissait pas de goût plus doux que celui de ses baisers et peu importe le parfum qu'elle portait ou ne portait pas, elle semblait toujours sentir si doux. Elle répondit à ses attentions, ses fesses étaient si sensibles à ses doigts qu'elle pouvait sentir l'humidité commencer entre ses jambes alors que son corps lui répondait. Elle le tenait fermement en maudissant les sensations qu'il provoquait qui faisaient continuellement se contracter et serrer ses fesses, un acte qui en soi faisait sortir plus de son jus de ses lèvres fanny. Elle était reconnaissante maintenant de ne pas avoir porté de culotte car elle atteignait rapidement un point où elle voudrait juste sentir la force de son érection au plus profond d'elle. Elle fit danser sa langue autour de la sienne et réussit à faire passer une main entre eux, elle massa sa queue rigide, qui tremblait et palpitait avec l'attention qu'elle lui portait. Elle pouvait sentir à partir de la zone humide de plus en plus grande sur son short qu'il était aussi excité qu'elle. Il fit progressivement remonter le tissu fragile de sa jupe sur sa croupe et passa une main entre les joues de ses fesses. Ce n'est que lorsqu'il a passé son doigt sur ses fesses serrées et plissées qu'il a réalisé qu'elle n'avait pas de culotte du tout. Sa queue donna une secousse involontaire, ce qui lui fit savoir qu'il avait fait la découverte. Il gémit et fit courir son doigt plus loin vers son pot de miel, qu'il sentit immédiatement être trempé. Il poussa soigneusement un doigt en elle, la faisant gémir doucement et se tenant contre lui. Il a retiré son doigt et a doucement massé le jus dans l'entrée de son petit derrière serré, la faisant se tortiller et pousser ses fesses sur son doigt qu'il s'est éloigné et a travaillé de nouveau dans son fanny humide, utilisant un autre doigt pour courir le long de la rainure vers elle clito. Elle était tellement excitée qu'il savait qu'elle devait être proche de l'orgasme. Il enfonça ses hanches contre les siennes pour qu'elle puisse sentir à quel point sa bite était rigide et gonflée. Il savait qu'il ne lui faudrait pas grand-chose avant de lancer sa semence, peu importe où se trouvait sa queue. Elle était tellement excitée qu'elle ne savait pas vraiment pourquoi mais savait qu'elle devait avoir sa belle et épaisse queue rigide au fond d'elle rapidement ou elle deviendrait folle. Elle s'éloigna de lui et se dirigea vers l'arbre le plus proche, s'y accrochant et dit "Pour l'amour de la merde, fourre ta bite en moi et baise-moi pourri". Il s'approcha d'elle, souleva sa jupe et put voir des gouttelettes de son jus scintiller au soleil autour de la belle entrée de son fessier qu'elle poussait juste au bon angle pour qu'il plonge jusqu'à la garde. Il était désespéré d'entrer en elle, mais utilisant chaque once de sa volonté, il pensait qu'il se vengerait de la présidente plus tôt. Il lui donna une tape espiègle sur les fesses et tourna les talons en disant: "Allez, ils auront fini de servir le déjeuner si nous n'y allons pas maintenant". Au début, elle resta à tenir l'arbre incapable de croire qu'il pensait ce qu'il avait dit, mais quand elle ne le sentit pas se déplacer derrière elle et l'envahir, elle réalisa qu'il avait continué à marcher. Elle avait tellement besoin de lui qu'il ne pouvait plus s'arrêter maintenant qu'elle était si proche. Elle a crié après lui " Viens la baiser, j'ai besoin de te sentir en moi " il n'est pas revenu alors elle a crié à nouveau " Pour l'amour de Dieu, j'ai besoin de toi s'il te plaît viens et enfonce cette foutue érection profondément en moi espèce de bâtard " Puis elle a entendu lui disant " Matin " à quelqu'un. En rougissant, elle baissa sa jupe et jeta un coup d'œil au bord du bosquet pour le voir parler à un vieux promeneur de chiens. Mettant son plus doux sourire, elle s'avança et se tint à côté de lui. Puis elle réalisa ce qu'il avait clairement oublié. Le devant de son short était trempé de son propre jus. De toute évidence, il avait été aussi excité qu'elle l'avait été et bien qu'il ait réussi à déplacer sa queue rigide pour qu'elle pointe à l'intérieur de sa chemise, la tache sombre était trop évidente pour que quiconque puisse la manquer. Le promeneur de chiens âgé s'est éloigné et ils ont été laissés en paix pour continuer leur promenade jusqu'au pub. Pendant qu'ils marchaient, elle chatouillait ses fesses, le gardant assez excité pour continuer à laisser couler le jus du bout de son pénis, gardant ainsi son short noirci sur le devant. Elle lui dit alors qu'ils marchaient quel bâtard il était et comment il regretterait de l'avoir laissée si frustrée alors qu'il savait qu'elle n'aimait rien de mieux que d'être prise par derrière tout en se préparant à tout ce qui était disponible. (normalement le plan de travail de la cuisine !). Le soleil était maintenant haut dans le ciel et la chaleur assez intense. Il ôta sa chemise en oubliant ou en ne se souciant pas de la tache humide de son short. Au moment où ils atteignirent le pub, il s'était calmé et son short avait séché. Elle aussi avait retrouvé son calme et ils commandèrent donc chacun un verre et un déjeuner léger. Ils s'assirent sur l'une des tables de pique-nique assises sur des bancs dans le jardin du pub. Il n'y avait pas beaucoup de monde en milieu de semaine. Il y avait cependant un groupe de cinq ou six adolescents qui étaient plus intéressés par la bière que par la nourriture. Après avoir mangé, ils se sont assis pour bavarder et boire. Après avoir pris les boissons, elle enfourcha la banquette pour pouvoir lui faire face pendant qu'ils bavardaient. Il distraitement plaça ses mains sur ses genoux nus et les caressa doucement et les massa. Peu à peu, il fit remonter ses mains sur ses jambes, se concentrant sur l'intérieur de ses cuisses pour ne pas relever sa jupe, ce qui le rendait évident. Il n'a pas fallu longtemps avant qu'il ne chatouille son buisson à l'entrée de sa chatte, qui avait commencé à couler avec ses massages et ses caresses. Il passa doucement un doigt le long de son sillon, elle se pencha un peu en arrière pour lui permettre un accès plus facile. Elle se sentait tellement soyeuse, douce et humide. Il glissa progressivement un doigt en elle et découvrit qu'elle était déjà tellement tournée qu'elle s'était déjà ouverte lui permettant de glisser un deuxième doigt facilement. Il massa doucement ses parois internes. Elle pouvait sentir le doux contact de ses doigts en elle. Elle pouvait sentir que sa frustration de tout à l'heure ne l'avait manifestement pas quittée car elle était mouillée si rapidement et savait que cette fois elle devrait venir ou crier. La conversation s'était arrêtée et maintenant un gémissement étouffé occasionnel était tout ce qui s'échappait de ses lèvres. Ses yeux fermèrent légèrement la tête en arrière, il aurait été évident pour quiconque y prêterait la moindre attention qu'elle appréciait béatement ses attentions. Il pouvait sentir son jus d'amour couler sur ses doigts. Il ne se souvenait pas qu'elle ait jamais été aussi excitée auparavant. Il regarda autour de lui pour s'assurer que personne ne leur prêtait trop d'attention, puis devint un peu moins prudent dans ses mouvements. En déplaçant légèrement son bras, il a pu atteindre avec ses doigts son point le plus sensible à l'intérieur de sa chatte. Dès qu'il a frotté ses doigts dessus la première fois, elle n'a pas pu s'empêcher de pousser un gémissement plus aigu. Elle appréciait ses doigts en elle. Tout d'un coup, il atteignit l'endroit qu'elle ne pensait pas pouvoir atteindre sous cet angle, immédiatement elle sentit un choc électrique traverser son corps la faisant se tendre momentanément et gémir plus fort qu'elle ne l'avait été. Il sourit et s'arrêta juste au cas où quelqu'un aurait regardé autour de lui. Il a ensuite continué à lui faire plaisir. C'était ce qu'il aimait le plus faire en voyant le plaisir sur son visage qu'il pouvait lui apporter. Alors qu'il massait aussi profondément qu'il pouvait l'atteindre, elle tremblait à chaque fois qu'il se frottait à son endroit. Il a utilisé son autre main pour danser avec ses doigts autour de la périphérie de son clitoris engorgé qui sortait de son linceul avec sa propre érection. Après un moment, il a frotté son endroit en elle et en même temps a frotté son clitoris. C'était trop pour elle et il la vit serrer ses dents sur sa lèvre alors que tout son corps se convulsait d'étranges sons émanant de sa gorge où elle essayait si fort de ne pas faire de bruit et d'essayer de contrôler son corps en même temps . Il retira ses mains et la serra dans ses bras pour soutenir son corps flasque. Peu de temps après, elle a retrouvé son calme. Ils s'embrassèrent légèrement, elle lui souriant largement. Elle n'avait pas besoin de dire merci, il était évident qu'elle avait apprécié ce qui s'était passé. Elle lui a dit qu'elle devait aller aux toilettes pour femmes et s'est levée en passant devant le groupe d'adolescents. Comme elle l'a fait, l'un d'eux a dit " Excusez-moi madame mais je pense que vous vous êtes assis dans quelque chose le dos de vos jupes tout mouillé ", elle a passé sa main sur ses fesses et a senti où son jus avait coulé sur le tissu léger de sa jupe. Elle se sentit tout de suite rougir et dit « merci » au jeune avant de se dépêcher. Dans les toilettes pour femmes, elle a été consternée de voir qu'ils utilisaient des serviettes et non des séchoirs à air chaud. Il n'y avait rien qu'elle puisse faire, elle devrait attendre que sa jupe sèche au soleil pendant qu'ils marchaient. Elle retourna à table. Alors qu'elle passait devant les jeunes, l'un d'eux qui faisait face à leur table, a attendu qu'elle soit passée devant lui pour qu'il puisse voir ses fesses et a dit à ses copains " Je ne pense pas qu'elle s'asseyait dans quoi que ce soit. Je pensais que son amie était faire quelque chose de la façon dont son bras bougeait. Je pense que je sais quoi maintenant. " Elle fit semblant de l'ignorer et se précipita vers la table où son partenaire l'attendait en riant de lui-même. Alors qu'elle s'asseyait, il a dit : " Eh bien, au moins, il en a tiré un frisson bon marché aussi ". Elle n'avait pas autant rougi depuis des années. Ils se levèrent pour partir et elle vit immédiatement que lui aussi avait apprécié ce qu'ils faisaient car le devant de son short était à nouveau saturé. Déterminée à se venger, elle a dit qu'au lieu de simplement partir, elle voulait aller dire au revoir au propriétaire. Elle a ouvert la voie devant les garçons. Celui qui faisait face à leur table a visiblement vu l'état de son short alors qu'il lorgnait « Avez-vous eu une belle boîte à lunch, je veux dire mon pote ». Il ne savait pas trop comment répondre, alors il la fit entrer dans le pub. Dans le pub, il faisait plus sombre et sa situation n'avait pas été remarquée à sa grande déception. Ils ont fait leurs adieux et ont ensuite commencé le chemin du retour. Ils étaient tous les deux encore très excités et alors qu'ils marchaient, ils se touchaient et se chatouillaient intimement. Quelques fois, ils s'arrêtèrent de s'embrasser et de s'embrasser profondément, chacun dansant sa langue dans la bouche de l'autre. Les deux avaient grand besoin l'un de l'autre. Quand ils arrivèrent au bosquet, il la ramena là où ils étaient auparavant. Elle était toujours excitée de tout à l'heure et de leurs caresses pendant la promenade, mais alors qu'il la conduisait hors du chemin, ses vannes d'inondation s'ouvrirent juste avec l'anticipation de ce qui allait arriver. Elle posa sa main et fut ravie de sentir qu'il était complètement érigé et aussi mouillé qu'elle. Il alla l'allonger mais elle s'écarta doucement et dit « Non ». Il avait l'air mystifié et un peu perdu pendant un moment. Elle s'approcha de l'arbre. A tendu ses fesses vers lui, a agrippé l'arbre à deux mains et a dit en regardant vers le bas : "Pas de jeu sans toucher, je veux juste te sentir enfoncer cette putain de bite directement et je veux sentir cet arbre trembler avec ta force de le faire". Il n'avait pas besoin de le dire deux fois. Il faillit trébucher sur son short dans sa hâte de l'enlever et de s'approcher d'elle en même temps. Sa queue était si raide qu'elle lui faisait très mal. Il était plus que capable de se tenir debout tout seul. Il n'avait même pas besoin de le guider, car il était capable de le mettre juste contre l'entrée de son fessier puis de faire un pas en avant s'enfonçant en elle jusqu'à la garde, ses fesses s'écrasant contre son aine. Pour elle, c'était ça, elle sentit la force alors que la tête épaisse de son gland se frayait un chemin entre les lèvres de sa chatte puis courut fort jusqu'au sommet de son tube, étirant son fanny bien lubrifié au fur et à mesure. Elle a été poussée en avant avec la force qu'il a poussée par derrière. Que ce soit le pouvoir ou juste être tellement excitée, elle ne le savait pas mais elle commença un orgasme dès qu'il commença à s'enfoncer contre elle. Elle s'accrochait à l'arbre alors qu'il la faisait entrer et sortir par derrière. Ils avaient souvent eu des relations sexuelles dans cette position auparavant, mais jamais auparavant il n'avait été aussi énergique. Elle pouvait sentir la pression que son gland rigide provoquait en elle à chaque mouvement vers l'avant. Frappant souvent si profondément si fort que l'air serait chassé d'elle. En commençant par la voir en maillot de bain ce matin-là jusqu'à maintenant, son corps l'avait tourmenté toute la journée. C'était devenu trop et il avait perdu le contrôle qu'il gardait normalement pour s'assurer de lui donner du plaisir. Il a percuté aussi fort et vite qu'il le pouvait. Elle était si mouillée qu'il n'y avait aucune résistance autre que la pression de son tube d'amour serré agrippant sa tige solide. Il lui agrippa les hanches et continua de s'enfoncer en elle. Il tira pratiquement jusqu'au bout, de sorte que chaque fois que la tête large de sa queue devait écarter ses lèvres. Il était conscient qu'elle était venue quand il était entré en elle. Elle avait suivi avec un certain nombre d'orgasmes moins intenses. Il savait qu'il ne pourrait pas tenir longtemps comme ça mais savait aussi que c'était ce qu'elle voulait. Elle sentit sa hampe commencer à gonfler encore plus et cela exerça une pression sur tout son sexe mais surtout son bouton le plus sensible qui était maintenant frotté sans pitié par le morceau de chair rigide entrant et sortant violemment d'elle. Les décharges électriques devenaient insupportables et avec les orgasmes qui secouaient son corps, c'était tout ce qu'elle pouvait faire pour garder la main sur l'arbre. Elle sentit son sexe commencer à gonfler rapidement et le sentit pousser en elle encore plus fort qu'avant et le maintenir là, plus profondément en elle qu'elle n'aurait jamais pensé possible. Elle a commencé un orgasme si intense qu'elle ne pouvait plus respirer, les étoiles ont nagé devant elle alors qu'elle sentait la première de sa semence sortir de son sexe poussé si fort contre la chair au bout de son tunnel. Il n'arrivait pas à croire le sentiment de l'enfoncer si fort. Il sentit ses couilles se resserrer puis sa queue commença à se dilater et il sentit l'ébullition du sperme déferler le long de sa bite. Il se pencha en arrière et lança ses hanches en avant une dernière fois, devenant plus profondément et plus fort qu'avant, agrippant ses hanches, il s'enfonça plus profondément à l'intérieur et s'y tint. Il fit éclater au fond d'elle la pression du premier coup si intense. Elle ne sentit pas le reste de sa venue car elle était inconsciente de quoi que ce soit d'autre que son propre plaisir. Elle se sentit tomber mais ne pouvait rien comprendre alors qu'elle luttait pour respirer alors que les chocs et le plaisir secouaient chaque muscle et terminaison nerveuse de son corps continuaient. Il était conscient que quelque chose lui arrivait, mais alors qu'il se sentait tir après tir de sperme jaillissant de lui au plus profond d'elle, il n'était pas conscient de son propre orgasme. Finalement, après s'être maintenu au fond d'elle pendant un certain temps après que ses derniers coups de jouissance se soient calmés, il a relâché sa prise sur ses hanches et elle est tombée au sol. Elle prit conscience de sa voix qui appelait d'un endroit lointain se rapprochant rapidement et de plus en plus fort. Elle ouvrit les yeux et lui sourit, son visage rouge et en sueur avec un air inquiet qui s'estompa avec son sourire. Elle pouvait sentir ses propres cheveux mouillés de sueur sur son visage. Son petit cul était encore humide mais maintenant elle savait que c'était une combinaison de son jus et de sa semence. Elle leva les bras et le prit par le cou, tirant sa bouche vers la sienne et l'embrassa passionnément. Doucement, ils se caressèrent, presque distraitement, alors qu'ils étaient allongés à l'ombre de l'arbre en train de se remettre de leurs épuisants climax. Au bout d'un moment, il se leva et trouva son short, jeté là où il l'avait si désespérément retiré plus tôt. Il l'aida à se relever, la serra contre lui et l'embrassa profondément. Elle savait qu'il disait merci, même si elle ne pouvait pas comprendre, car elle sentait que cela n'aurait pas pu être aussi bien pour lui que cela l'avait été pour elle. Il se sentit à nouveau remuer, mais savait qu'ils pousseraient leur chance pour rester et continuer, car de plus en plus de gens étaient maintenant sortis pour des promenades l'après-midi. Ils commencèrent à rentrer chez eux à pied, se touchant maintenant avec amour plutôt que de manière taquine comme ils l'avaient fait plus tôt. Les deux étaient encore très excités. Ils remarquèrent que les autres promeneurs leur donnaient une large naissance et des regards très étranges. Ils y pensaient peu. Il n'a pas fallu longtemps pour rentrer à pied. Lorsqu'ils arrivèrent, ils comprirent pourquoi ils avaient eu les regards qu'ils avaient été. Tous les deux avaient les cheveux sauvages qui avaient séché. Elle avait de l'herbe et des brindilles partout sur ses vêtements. Son short portait encore les traces de ses taquineries précédentes. En regardant les deux ensemble, on aurait dit qu'ils rentraient chez eux d'une orgie. En raison des effets de l'alcool, du soleil et des efforts, les deux étaient en fait assez fatigués. Ils ont rempli le jacuzzi et se sont installés dans la chaleur relaxante de l'eau. Il s'allongea et sombra dans un rêve en pensant à l'incroyable baise qu'il avait eue. Ce n'était qu'une question de minutes avant qu'il ne se rende compte de sa piqûre lancinante douloureuse de désir alors qu'il rêvait les yeux fermés. Elle aussi s'allongea en profitant des sensations de l'un des jets poussant de l'eau sur ses lèvres tendres et chatouillant son clitoris. Il ne fallut pas longtemps avant qu'elle aussi ne soit enflammée de désir rien que par les sensations de l'eau et ses pensées sur la force incroyable avec laquelle elle avait été prise. Elle se toucha paresseusement ajoutant à la sensation du jet. Elle ouvrit un œil et vit sa bite se dresser rigide hors de l'eau. Tellement engorgé qu'il bougeait à peine avec les jets d'eau qui le frappaient. Elle vit qu'il avait les yeux fermés et était clairement totalement immergé dans ses pensées de tout à l'heure. Elle s'est déplacée avec précaution et s'est doucement positionnée sur son membre rampant puis s'est lentement abaissée dessus. Ses petites lèvres s'entrouvrirent pour permettre à la large tête de son casque violet de pénétrer dans ses profondeurs les plus intimes. Alors qu'il était inconscient de quoi que ce soit d'autre que ses pensées de tout à l'heure, il rêva qu'il sentait sa queue douloureuse être enfermée dans un tube soyeux chaud, lisse et humide. Il ouvrit un œil et vit un de ses seins parfaits toucher presque son visage. Elle se sentait incroyable avec sa bite palpitante tenue en elle. Il sortit sa langue et toucha le bout de son mamelon coquin. Elle sursauta au toucher et baissa les yeux pour le voir lever les yeux avec un large sourire sur le visage. Elle resta agenouillée avec sa bite au plus profond d'elle. Elle n'a pas bougé. Elle appréciait simplement le sentiment de plénitude qu'il créait en elle. La seule autre stimulation était celle d'un jet d'eau qui jouait directement sur l'anneau serré de son sphincter, le faisant se contracter involontairement d'une manière agréable. Il a pris son mamelon dans sa bouche, il l'a soigneusement léché et mordillé en le taquinant, le rendant encore plus fier. Elle poussa sa poitrine vers lui, profitant des sensations que sa bouche créait. Des sensations qu'elle pouvait ressentir dans son ventre comme des papillons nerveux. Il déplaça son attention vers son autre sein et continua de sucer et de mordre doucement ses seins sensibles. Sa queue était enfouie au plus profond d'elle. Même si aucun d'eux ne bougeait, il se sentait plus grand qu'il ne l'avait jamais été auparavant. La pulsation de son gland était synchronisée avec son rythme cardiaque accéléré. C'était si bon d'être si profondément à l'intérieur de la femme avec qui il voulait tant être. Alors que sa bouche jouait avec ses seins, ses mains se déplaçaient pour chatouiller les parfaits orbes de ses fesses. Ses fesses étaient toujours très excitantes pour lui et il pouvait passer des heures à chatouiller et masser ses joues inférieures. De temps en temps, ses doigts effleuraient son anneau crépu, provoquant un gémissement involontaire qui lui échappait. Elle sentit ses mains se déplacer vers ses fesses auxquelles il savait qu'il ne pourrait pas résister. Elle était surprise de la sensibilité qu'elle ressentait à son toucher. Chaque contact entre lui et elle semblait le picoter. La pulsation de sa queue si solide en elle, elle se sentit complètement détendue et ne faisant qu'un avec lui. Elle pouvait sentir l'excitation sexuelle monter en elle, mais elle était dans ce qui semblait être un état catatonique qui ne bougeait pas, se faisant juste dorloter par l'homme qu'elle aimait sentir en elle. Elle a été choquée quand, sans avertissement, elle a été frappée par un orgasme si intense pour sa puissance qu'il avait semblé venir de nulle part. Sa respiration était assez irrégulière et rauque. Il fut pris par surprise quand, alors qu'il mordait un peu plus fort le bout de son mamelon et en même temps son doigt sondait doucement ses fesses serrées, il sentit d'abord sa chatte se serrer fermement autour de sa hampe. Puis il la sentit se tendre, se cambrant et gémissant alors que son corps était secoué par un orgasme intense. Alors que sa chatte était convulsée, c'était tout ce qu'il fallait pour envoyer sa semence jaillir de la racine de son gland turgescent profondément dans son beau corps. Son corps se tendit alors que chaque muscle semblait aider à forcer son sperme hors de ses couilles jusqu'à sa longue tige et profondément dans son ventre. Alors qu'elle retrouvait la sensation de son orgasme, elle sentit son sexe palpiter plus qu'avant, c'était comme si le bout de sa queue avait explosé. La force avec laquelle sa crème a giclé était si grande qu'elle pouvait vraiment la sentir frapper le haut de son tube vaginal même dans son état étiré. Alors que le dernier de son foutre le quittait, il se détendit, il la serra contre lui. Il se sentait tellement avec elle et savait que c'était la femme avec qui il voulait être pour le reste de sa vie. Ils restèrent dans le jacuzzi avec elle sur lui. Il continua à apaiser et chatouiller son beau cul. Presque distraitement, il a progressivement travaillé ses fesses froissées jusqu'à ce qu'il puisse lui masturber le cul avec ses doigts. Elle avait pris conscience de ses attentions et aussi que sa bite flasque était maintenant une fois de plus engorgée en elle. Elle adorait quand il jouait avec son cul. Alors qu'il commençait à masser ses doigts à travers son sphincter, elle sentit le jus suinter dans sa chatte autour de sa queue en pleine croissance. Alors qu'il massait son troisième doigt dans son ouverture serrée, elle sursauta alors que le jet d'eau qui avait chatouillé son anneau fermé auparavant avait maintenant accès en elle. La sensation était assez étrange, contrairement à tout ce qu'elle avait connu auparavant. Elle commença à apprécier la sensation et commença à bouger sur ses doigts, presque imperceptiblement au début. Il ne lui fallut pas longtemps pour que l'envie prenne le contrôle et elle tourna bientôt sur ses doigts lubrifiés par l'eau et les huiles essentielles du jacuzzi. Elle s'est décollée de son membre palpitant maintenant rigide, il était mouillé avec le jus de sa chatte. Elle se tourna et alla se rasseoir en se tenant les bras derrière elle sur le côté du jacuzzi. Elle s'abaissa lentement jusqu'à ce qu'elle sente le bout de son gland contre son anneau serré. Elle a continué à baisser son poids sur lui. Au début, son sphincter lui a refusé l'entrée et elle a commencé à s'inquiéter au cas où elle mettrait trop de poids sur lui et le blesserait. Juste au moment où elle allait se relever, elle sentit son anneau s'ouvrir et le bout de son casque commencer à glisser au-delà de l'anneau. Comme d'habitude, elle ressentit le léger malaise qu'elle aimait tant ressentir alors que son corps s'étirait pour permettre à sa grosse tête d'entrer. Il pouvait sentir sa queue palpiter dans son derrière, elle se sentait humide avec une combinaison de ses jus naturels et de la graine qu'il avait injectée en elle quelques minutes plus tôt, tout se combinant pour faire l'huile la plus soyeuse que vous puissiez obtenir. Alors qu'il lui massait le cul et était capable d'enfoncer un troisième doigt en elle, il la sentit s'ennuyer sur sa main. Il a continué à jouer en traitant ses fesses comme une fanny. Il fut déçu quand elle se leva soudainement de lui laissant sa bite palpiter dans les airs. Puis elle s'est retournée et il a vu son cul incroyable redescendre directement sur sa bite. Il est presque venu là-bas et puis. Il sentit son anneau sur le bout de son gland et sentit son poids alors qu'elle s'abaissait sur lui. De plus en plus de pression était appliquée sur le bout de son bouton. Puis l'incroyable sensation alors que son sphincter cédait et que la tête de sa bite était aspirée à l'intérieur, l'anneau de muscle serrant fermement sa hampe juste derrière le large casque. Elle s'arrêta pour permettre à son corps de s'adapter à la taille de l'objet extraterrestre envahissant son ouverture la plus étroite. Puis elle s'abaissa lentement en sentant toute la longueur de sa tige solide bouger au plus profond d'elle. Il sentit les joues de ses fesses s'installer dans son aine et savait qu'il était aussi profondément en elle qu'il ne le serait jamais. Plutôt que de pomper sa bite dans et hors d'elle, elle s'est déplacée d'avant en arrière, faisant bouger le haut de sa queue profondément en elle. Cela l'a amené à feuilleter une partie inconnue de son anatomie. Elle se fichait de ce que c'était, tout ce qui l'intéressait c'était les sensations incroyables que cela produisait. Comme un point G au plus profond d'elle. Mais ces sensations étaient, oh si différentes, de toutes celles qu'elle pouvait ressentir avec son petit cul. Elle était si heureuse qu'il ait réussi à la persuader d'essayer cela peu de temps après leur rencontre. Elle se sentait tellement désolée pour toutes ces femmes qui ont tourné le nez à l'idée. Ils n'avaient aucune idée du plaisir qu'ils pourraient recevoir. Il sentit son membre palpiter saisi sur toute sa longueur par son tube le plus serré. Alors qu'elle se balançait, il sentit le bout de son casque effleurer un morceau de chair ferme au plus profond d'elle. Il ne savait pas et ne se souciait pas de ce que c'était, il savait que cela lui faisait un grand plaisir. Il savait aussi qu'avec sa queue si étroitement fermée sur toute sa longueur, il ne durerait pas plus longtemps. Elle sentit sa passion grandir profondément dans le creux de son estomac, alors qu'elle grandissait et semblait remplir tout son corps, elle était consciente de son solide pôle de chair qui grandissait et l'étirait encore plus. C'était si serré qu'elle pouvait sentir chaque petit pouls et secousse que faisait son membre turgescent. Elle savait qu'il ne pourrait pas tenir plus longtemps mais elle s'en fichait car des vagues de plaisir traversaient son corps. Elle appuya fortement sur sa queue, la voulant aussi profondément que possible en elle. Alors qu'elle le faisait, elle le sentit gonfler à la racine de sa bite, le gonflement remonta jusqu'à sa hampe, puis alors qu'il s'agitait au plus profond d'elle, elle sentit la chaleur de son sperme jaillir sans entrave de l'extrémité de son sexe. Il savait qu'elle était proche des sons gutturaux venant du plus profond de sa gorge. Son corps se tendit et il la sentit s'asseoir encore plus fort sur ses genoux, forçant son bâton à s'enfoncer encore plus en elle. Il ne pouvait plus s'accrocher, les sensations sur sa queue étaient trop grandes. Il sentit ses couilles exploser, puis la tension alors que le sperme était piégé à la base de son sexe par l'emprise de son sphincter. Comme s'il était dans une boule, il a forcé son passage et a bondi dans sa hampe, faisant mal là où il semblait être dans une boule tirant à travers son tube, atteignant finalement la liberté alors qu'il s'échappait de l'extrémité de son bouton comme un coup de feu laissant un canon profondément en elle. corps. Il ne pouvait pas y avoir plus d'acte intime ou joyeux entre un couple que celui qu'ils venaient d'accomplir. Ils étaient à moitié allongés à moitié assis dans le jacuzzi jusqu'à ce que son membre totalement épuisé glisse de l'intérieur d'elle. Elle se retourna et ils passèrent un long moment dans les bras l'un de l'autre à se câliner. Tous les deux si heureux d'être ensemble.

Articles similaires

Une femme violée en Afrique du Sud

Ma femme Elaine et moi avons pris des vacances en Afrique du Sud l'année dernière et avons décidé d'essayer de voir autant de pays que possible. Nous avons atterri à Johannesburg et avons passé quelques jours à regarder autour de nous. Nous avons eu beaucoup d'avertissements sur les dangers de la ville, en tant que capitale mondiale du meurtre et nous avons pris des taxis partout. Les townships ont été un véritable choc culturel mais avec un guide et en restant dans les transports, nous n'avons eu aucun problème. Nous sommes allés à Port Elizabeth et avons loué un bungalow, c'était...

415 Des vues

Likes 0

Une fille nommée Areola Partie 06

Une fille appelée Areola et sa sœur appelée Castor par Vanessa Evans Comme d'habitude, il est préférable de lire les parties précédentes avant celle-ci. Partie 06 Soirée pyjama chez Jade Nous n'avions aucune idée de ce que nous ferions pendant que nous étions là-bas, ou de ce que nous devions porter, nous avons donc jeté une variété de vêtements et d'autres choses dans une petite valise et les avons mis dans la voiture. Ensuite, nous avons passé une heure dans la salle de bain à nous mettre en valeur et à soulager un peu d'excitation en chacun de nous. Nous avons...

328 Des vues

Likes 0

La femme de Frank, partie 5

La femme de Frank, partie 5 Le voyage de Jim Retour au Sex Shop histoire de: SindyxSin Jim ramène Kathy au sex-shop. NOTE DE L'AUTEUR: Ceci est une histoire sexuelle continue. Il peut avoir des relations sexuelles brutales et ne doit pas être lu par des personnes qui ne sont pas dans ce type de sexe. Ce n'est pas pour tout le monde, la douleur, l'humiliation et d'autres actes sexuels utilisés pour dégrader une personne, ce n'est pas pour tout le monde. Si cela vous excite, je suis heureux, mais s'il vous plaît, n'essayez rien de tout cela sur des partenaires...

328 Des vues

Likes 0

La Vierge violée par Ward Fulton Chapitre 1

Pas le mien... Chapitre 1 Le centre commercial était bondé d'étudiants, tous désireux de profiter de la soleil et la douce brise printanière qui soufflait doucement de la rivière. Chaque banc était occupé, et même les larges bordures de béton qui bordés les parterres de fleurs étaient encombrés d'adolescents bavardant, leurs le moral remonté par le départ définitif de l'hiver et la vue de des milliers de jonquilles qui annonçaient la saison qui approchait. L'horloge de Old Main indiquait onze heures trente, et Suzanne leva les yeux impatiemment alors qu'elle se frayait un chemin à travers la foule. Yvonne avait dit...

389 Des vues

Likes 0

The Futa Fairy - Futa Doctor's Hot Wish Chapter 1: Futa Desire du Dr Rita

La fée Futa - Le souhait chaud du docteur Futa Chapitre un : Le désir futa du Dr Rita Par mypenname3000 Droit d'auteur 2017 Un mois s'était écoulé depuis ce matin fatidique où j'avais appris quelque chose d'impossible. Quelque chose d'étonnant. Quelque chose qui me mouillait la chatte presque tous les matins quand je m'endormais toute la journée. Oui, le jour. J'ai travaillé l'équipe de nuit de l'hôpital St. Claire. Il y a un mois, j'avais été arrêté par le futa-flic, l'officier Cindy. Le simple fait de penser à ce futa dominatrice rendait ma chatte si humide. Je frissonnai dans ma...

165 Des vues

Likes 0

Ma petite soeur Lily, Chapitre 2 : Le premier amant de Lily_(0)

Le soleil est entré dans la chambre et je me suis réveillé et me suis frotté les yeux. J'ai regardé à côté de moi et il y avait ma petite sœur. J'ai pris mon téléphone et nous avons commandé le petit-déjeuner, puis je l'ai prise dans mes bras. Elle s'est réveillée juste un peu et a frotté ma poitrine alors qu'elle était allongée là. Sa main ralentit alors qu'elle se rendormait et je jouais avec ses longs cheveux bruns aux pointes bleu gris. Bientôt, la sonnette retentit et je glissai lentement hors du lit. Quand je suis revenu, elle était assise...

154 Des vues

Likes 0

La fille derrière le mur

J'étais en deuxième année de fac quand je l'ai rencontrée. Kacey vivait dans le dortoir à côté de moi, mais je ne l'avais jamais vue. Je ne la connaissais que par le nom sur la porte et ce que j'ai entendu cette première nuit. Je me suis assis dans mon lit en me préparant à aller dormir. Par lit a été poussé contre le mur, et c'est alors que je l'ai entendu; un petit gémissement doux et sexy de l'autre côté du mur. J'ai balayé le premier son mais en entendant le second, un peu plus fort et plus long, j'ai...

79 Des vues

Likes 0

Escapade aux sources chaudes

Introduction: Ma femme, Lucy, vend du matériel de bureau haut de gamme pour une grande entreprise nationale. Il s'agit de sa quatrième année couronnée de succès dans la vente sur le terrain. Lucy a été nommée « VENDEUR DE L'ANNÉE » au cours des trois dernières années. Je m'appelle Jim 42 ans et le nom de ma femme est Lucy 40 ans. Nous sommes mariés depuis 15 ans. Nous sommes autant amoureux maintenant que nous l'étions le jour de notre mariage. Lucy est une femme incroyablement belle et elle le sait. Elle aime le sexe et elle aime me taquiner et me faire...

450 Des vues

Likes 0

Un week-end pas si ennuyeux

Juste pour Holly ! :-p C'était comme tous les autres vendredis qui s'étaient écoulés cette année. L'école durait 48 heures et la répétition qui était devenue son week-end s'installait. La plupart des gens considéraient leur week-end comme un moment pour sortir et s'amuser, Naomi les considérait en revanche comme trop long et ennuyeux. Elle n'avait pas beaucoup d'amis dans cette nouvelle ville et ne conduisait pas, elle ne pouvait donc pas s'échapper à la plage. Les week-ends n'avaient rien en réserve pour elle. Naomi réfléchit à ce qu'elle pourrait faire pour se divertir ce week-end alors qu'elle déverrouillait sa porte et...

385 Des vues

Likes 0

Voisins coquins_(1)

Je me suis réveillé le lendemain matin avec le soleil éclatant du matin de juillet qui passait par la fenêtre. avec un sourire sur mon visage mais toujours un léger sentiment de culpabilité dans mon estomac de la veille. Je me suis retourné pour vérifier l'heure et j'ai remarqué que Tony dormait toujours. Il était 8h50 au compteur. Je suis sorti du lit et j'ai sauté directement dans la douche. Une fois dehors, avec une serviette, je descendis les escaliers pour me préparer une tasse de café. Debout dans la cuisine, un café à la main, alors qu'Andy revenait d'une de...

356 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.