Jilly

1KReport
Jilly

J'ai séduit, contraint ou forcé une jeune fille mineure. Appelez ça comme vous voulez, mais c'est arrivé, j'ai honte, après la première fois, mais j'ai continué à profiter de ce que j'avais conspiré pour qu'il se produise, encore et encore. Une histoire vraie qui heureusement a bien marché, ça aurait pu aller dans l'autre sens ! Pourquoi est-ce arrivé? Je suis un mec, marié depuis 15 ans et pour être honnête, j'en ai marre de baiser ma femme, qui était passée du plaisir sexuel à le supporter. J'avais besoin d'un peu de piquant, quelque chose pour me faire savoir que je pouvais encore "tirer", quelque chose pour booster mon ego. C'est mes excuses !

Je possédais un bout de terre, à l'arrière de ma maison, n'en ayant pas l'utilité moi-même, je l'ai loué à une femme du coin et à une de ses filles pour garder leur poney. Sarah était une petite femme, large dans le faisceau, ce que vous pourriez décrire comme une "fille de la campagne". Jilly, sa plus jeune fille ne ressemblait en rien à sa mère. Bien qu'elle ait l'air assez simple, elle était une blonde à queue de cheval, très mince, âgée de 15 ans mais avait un rack de seins bien trop gros pour sa petite silhouette, il semblait être apparu du jour au lendemain ! J'ai souvent flirté avec Sarah avec des doubles sens et des suggestions qui pouvaient être prises dans les deux sens. Rien de nocif et rien n'en est jamais sorti. Jilly était, qui, je croyais, trop jeune et naïve pour comprendre les plaisanteries, se contenterait de sourire pendant que sa mère et moi jouions verbalement.

Un week-end, selon les circonstances, ma femme partait pour un long week-end, je ne pouvais pas à cause d'engagements de travail et Sarah et son mari et sa fille aînée partaient également. Jilly a dû rester à la maison et s'occuper du poney. Sarah m'a demandé si je garderais un œil sur Jilly et m'assurerais qu'elle était en sécurité après avoir roulé seule, ce qu'elle n'a jamais fait. J'ai accepté et j'ai même proposé de préparer du thé pour la jeune Jilly.

Vendredi soir, j'ai dit au revoir à ma femme, j'ai reparlé à Sarah, devant Jilly, pour que nous sachions tous ce qui se passait pendant le week-end. Jilly était comme d'habitude timide et toujours souriante alors que Sarah expliquait qu'elle devait faire ce que je lui avais dit, ne pas répondre ou remettre en question mes instructions. Sarah avait toujours été stricte, Jilly toujours prompte à exécuter toutes les instructions, ce qui allait rendre mon week-end intéressant. Je planifiais déjà ce que j'allais faire, mon esprit s'emballant et le sang coulant dans des régions évidentes de mon corps, alors que Sarah parlait à Jilly, cela devait être évident lorsque j'ai attrapé Jilly, regardant d'abord le sol alors qu'elle recevait ses ordres puis elle a semblé regarder mon entrejambe, ses yeux s'écarquillèrent alors qu'elle levait légèrement son regard du sol.

Le samedi matin, je travaillais et terminais à l'heure du déjeuner. Jilly est descendue pour nettoyer son poney et est rentrée chez elle. Elle est revenue vers 15 heures, a pris son poney et est allée faire un tour. J'ai gardé un œil sur son retour, 2 heures plus tard. Je me suis assuré d'être là quand elle est revenue. Elle monta à son écurie et mit pied à terre. Je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer l'énorme tache humide sur ses jodhpurs, elle avait évidemment apprécié sa sortie. "Quand tu auras fini de nettoyer ton poney, j'aurai de la pizza pour le thé", lui ai-je dit.
"O.k, je serai là dans un moment" répondit-elle.

Environ une demi-heure plus tard, elle est apparue à la porte, a frappé et a attendu que je la laisse entrer. "Tu ferais mieux de sauter dans la douche", lui ai-je dit en la dirigeant vers la salle de douche du rez-de-chaussée. "Je, euh, euh" balbutia-t-elle. Si mon plan était de marcher, je devais la faire entrer dans la douche. « Allez, dépêche-toi, le thé va refroidir », ai-je ordonné en la poussant plus ou moins dans la salle de douche. J'ai attendu devant la porte, écoutant le début de la douche. C'était une douche à jets puissants, beaucoup d'eau et beaucoup de bruit. Dès que je l'ai entendu commencer, j'ai déverrouillé la porte de la salle de douche, de l'extérieur, facilement avec le type de serrure utilisée, je me suis discrètement glissée à l'intérieur et j'ai enlevé les vêtements de Jilly. Je les ai rapidement mis dans la machine à laver et je l'ai allumée. J'avais volontairement mis une serviette spéciale dans la salle de douche, elle ressemblait à une grande "peau de chamois" utilisée pour nettoyer les voitures. Ils étaient utiles car ils vous séchaient rapidement et se séchaient rapidement, idéaux pour le trekking ou le camping car ils étaient fins et légers. J'ai reverrouillé la porte de l'extérieur.

La douche s'est arrêtée, j'ai entendu la porte s'ouvrir. Jilly chantonnait pour elle-même alors que je supposais qu'elle se séchait, puis je l'ai entendue se dire: "Où sont mes vêtements?" J'ai frappé à la porte, « Tu es déjà prêt ? » Je lui ai demandé. "Euh, où sont mes vêtements?" cria-t-elle à travers la porte. "Je les ai mis au lavage, tu n'en as pas apporté des propres ?" Je savais très bien qu'elle ne l'avait pas fait. "Je, euh, je n'en ai pas apporté", a-t-elle balbutié. «Eh bien, enroulez la serviette autour de vous jusqu'à ce qu'ils soient prêts», lui ai-je dit.
Jilly est apparue de la salle de douche, la serviette était humide et semi-transparente là où elle collait à son corps. Elle la couvrait à peu près, de juste au-dessus de ses seins jusqu'en haut de ses jambes, la serviette était juste assez large pour s'enrouler autour d'elle et elle l'avait glissée sous son bras pour l'attacher à elle. Elle m'a suivi très discrètement jusqu'à la cuisine.

"Asseyez-vous s'il vous plaît" je l'ai introduite. Alors qu'elle était assise, la serviette coincée sur le siège de la chaise, le type de matériel l'a rendue collante et alors qu'elle reculait ses fesses, elle a collé au siège, en ouvrant la serviette, elle est tombée, juste assez longtemps pour exposer ces seins coquins mais trop gros . J'ai eu un bref aperçu de ses mamelons roses avant qu'elle ne réussisse à l'attraper et à l'enrouler à nouveau autour d'elle. Jilly rougit d'un rouge vif. "Est-ce que c'est ma récompense pour laver vos vêtements?" ai-je demandé avec humour. "Alors, qu'est-ce que je reçois pour vous servir du thé?" lui ai-je demandé en plaisantant. De nouveau, Jilly regarda le sol et rougit. J'avais donné à Jilly un grand verre de vin rouge pour accompagner son repas, moi par contre j'avais du jus d'orange. Elle but une grande gorgée de vin, manifestement pas habituée à siroter de l'alcool ; elle l'a bu comme si c'était de la boisson gazeuse.
Je remplissais rapidement son verre chaque fois qu'elle le vidait presque. Nous avons mangé du thé plus ou moins en silence, comme je l'ai dit, elle était assez timide. Son décolleté était exposé et je suis sûr qu'elle m'a vu la regarder, pas la reluquer.
Nous avons fini de manger et j'avais rempli son verre deux fois de plus, je pouvais voir par l'expression à moitié vitreuse sur son visage que la boisson faisait effet. Ses épaules étaient descendues et elle semblait beaucoup plus détendue.

"Tu sais quoi, jeune Jilly, si j'avais été ton petit ami et que j'avais vu ta chatte toute mouillée, quand tu es revenue de l'équitation, j'aurais plongé entre tes jambes et léché ta chatte" lui dis-je soudain. (J'ai pensé que je pourrais aussi bien sauter dedans).
Jilly fronça les sourcils et me regarda, "Qu'est-ce que tu veux dire?" demanda-t-elle déconcertée. J'ai souri et j'ai répondu "Eh bien, tu t'es évidemment allumé quand tu es allé à cheval, ta chatte avait mouillé ton jodhpur pour que tout le monde le voie". Une fois de plus, elle rougit abondamment. "Ne sois pas gêné" ai-je dit "La plupart des filles sont excitées quand elles vont à cheval, c'est un peu comme se masturber sur un cheval, n'est-ce pas ?" Jilly me regarda à nouveau d'un air interrogateur "Masterbating?" elle répondit. « Ne me dis pas que tu ne t'es jamais masturbé ? J'ai dit "Tout le monde le fait, il n'y a pas de quoi être timide". Jilly est restée très silencieuse pendant un moment, puis a dit très doucement "Je me suis touchée, vous savez, là-bas". J'ai souri pour tenter de la détendre davantage, la boisson faisait un peu, j'ai pensé que j'allais juste l'aider.
"Et est-ce que tu aimes que ton petit ami te lèche aussi là-bas ?" dis-je en poussant le sujet. Jilly semblait très détendue maintenant que la glace était brisée. "Je n'ai jamais eu de petit ami et pourquoi me lècherait-il, tu sais, là-bas?" elle a demandé. J'ai caressé mon menton, comme si je réfléchissais profondément, au moins elle suivait mon exemple. "Avez-vous entendu parler d'une fellation?" J'ai demandé. "Les filles à l'école disent qu'elles en donnent un à leurs copains mais je ne sais pas ce qu'elles veulent vraiment dire" répondit-elle en riant maintenant, la boisson faisait son effet ! Mon était-elle naïf! "Cela signifie qu'ils mettent la bite de leur petit ami dans leur bouche et les sucent jusqu'à ce qu'ils jouissent", je l'ai éduquée, "Quand un mec le rend à sa copine, lécher sa chatte, cela signifie qu'il rend la même faveur à eux », poursuivis-je. Jilly a souri, maintenant pas gênée de parler du sujet, "Je n'ai jamais entendu dire qu'elles se faisaient faire par leur petit ami", a-t-elle dit presque interrogative. J'ai ri, "Regarde si tu vas sucer ton petit ami, le moins qu'il puisse faire est de te rendre la pareille" ai-je répliqué. « Eh bien, pourquoi me lècheraient-ils ? » elle a demandé "Vous savez, là-bas", a-t-elle poursuivi en pointant vers son entrejambe.

« Allez, allons-y et asseyons-nous dans le salon et je vais vous renseigner, si vous le souhaitez. De cette façon, vous aurez une longueur d'avance sur vos copines. Nous nous levâmes tous les deux et nous dirigeâmes vers le canapé. Je pense que Jilly pensait que tout ce que je voulais dire était de parler, mais j'avais d'autres plans. Elle s'assit avec précaution en s'assurant que la serviette ne se détachait pas pendant qu'elle était assise, bien qu'elle se soit un peu allongée. Ses jambes s'étaient un peu écartées mais comme j'étais assis à côté d'elle, je ne pouvais rien voir. Elle s'est assise en attendant que je parle. "Tu sais quand tu te masturbes que tu as un orgasme, en utilisant tes doigts ?" Je lui ai à moitié demandé, à moitié dit. Elle souriait et rougissait en même temps.
"Imaginez que ce toucher soit remplacé par la langue d'un mec", ai-je poursuivi. Je pouvais voir les rouages ​​s'agiter dans sa tête. "Est-ce que les gars aiment le faire?" elle a demandé.
"Eh bien, je le fais certainement!" J'ai répondu.
"Je sais, supposons que je suis ton petit ami et que tu te sens excitée", ai-je poursuivi.
"D'abord je t'embrasserais". Je m'avançai vers elle et lui fis un bisou sur les lèvres. Au début, elle garda la bouche fermée mais comme je persévérais, elle détendit sa bouche et nous nous embrassâmes délicatement. Je pouvais la sentir se réchauffer et mettre mon bras autour d'elle, abaissant l'autre pour placer ma main sur sa poitrine. Nous nous sommes tous les deux regardés dans les yeux alors que ma main prenait son sein en coupe, à l'extérieur de la serviette. Elle a posé sa main sur le dos de la mienne, j'ai d'abord pensé qu'elle allait la retirer mais elle ne l'a pas fait, elle a plus ou moins guidé ma main jusqu'à ce que je sente son mamelon se raidir.
« Comme ça, nous ? » J'ai demandé. Jilly a juste souri et poussé un grand soupir alors que je faisais glisser la serviette pour révéler ses seins. Elle n'a pas sourcillé lorsque la serviette a glissé jusqu'à sa taille. Je me suis alors penchée et j'ai pris un mamelon dans ma bouche. Jilly pencha la tête en arrière et se détendit. Je pense que la boisson rendait somnolent ici. Encore une fois, elle gémit alors que je léchais et pinçais ses mamelons, passant d'un sein à l'autre, non seulement ils étaient gros mais ils étaient très fermes, à mon plus grand plaisir.

Bravant, j'ai glissé ma main, de son sein, vers le bas sur son ventre et sous la serviette. Mes doigts ont trouvé une douce couverture de fourrure au sommet de sa chatte. Jilly a émis un doux ronronnement lorsque j'ai trouvé son clitoris du bout de mon doigt.
"Maintenant, vous devez comparer cela à une langue qui le touche" dis-je en chatouillant un peu plus son clitoris avec mon doigt. Je suis dûment descendu, déballant la serviette, avec aisance, d'elle. Jilly était maintenant si détendue que je pense que je pourrais lui faire n'importe quoi ? J'écartai ses genoux et posai les yeux sur mon prix, là qui me regardait en face se trouvait sa chatte vierge, des plis roses de chair légèrement couverts de poils pubiens blonds et duveteux. J'ai léché mes lèvres, Jilly a ri de moi, les yeux écarquillés et bavant devant elle. Alors que je rapprochais mon visage de son "minge" pubère, elle commença à haleter d'anticipation. La salive coulait de ma langue, ma bouche s'apprêtait à recevoir le doux jus de chatte virginal. J'ai placé le bout de ma langue à la base de la fente de sa chatte et j'ai donné un long et lent coup de langue vers le haut. Jilly se raidit, serrant ses cuisses autour de ma tête.
"Oh mon Dieu!" s'exclama-t-elle alors que je roulais ma langue autour de son clitoris gonflé. Quelques coups de langue supplémentaires de haut en bas et elle est venue. C'était si rapide que ça nous a pris tous les deux par surprise. À bout de souffle, elle sourit d'une oreille à l'autre "C'était incroyable!" s'exclama-t-elle à travers des bouffées.
"Eh bien la deuxième fois sera encore mieux" lui dis-je.
"Tu vas refaire ça ?" demanda-t-elle, à moitié suppliée. "Tu sais quoi" dis-je "Voulez-vous essayer quelque chose que même vos copines les plus expérimentées n'ont jamais fait?" Je lui ai demandé.
« Quoi, tu veux dire… putain ? » demanda-t-elle, maintenant pas du tout timide ou réservée. « Peut-être plus tard », ai-je répondu, « D'abord, je veux que vous fassiez l'expérience de quelque chose que peu de mecs feront à une fille et je suis sûr que vous l'apprécierez ».
Excitée, Jilly hocha la tête, ses yeux bleu vif brillant de joie. J'avais évidemment abordé un sujet auquel elle tenait à participer, d'être la fille la moins expérimentée de sa classe à faire quelque chose dont elle pouvait se vanter, qu'ils n'avaient pas fait.

Je lui ai fait signe d'aller vers la table basse, y posant la serviette, je lui ai demandé de s'agenouiller devant et de se pencher. C'était juste à la bonne hauteur pour qu'elle repose son ventre alors qu'elle était allongée dessus. Je lui ai passé un coussin pour reposer sa tête, étant le gars attentionné que je suis. J'ai pris ma position derrière elle, Jilly tremblait d'anticipation, qu'allais-je lui faire ? J'écartai ses genoux pour être accueilli avec une vue d'elle, sa chatte toujours dégoulinante, et son anus rose/brun. Je posai les deux mains sur ses fesses presque enfantines et les écartai, me penchai en avant et tirai la langue. Je l'ai léchée du clitoris à l'anus et vice-versa. Les hanches de Jilly m'ont tiré dessus. « ÇA A CHAQUILLÉ ! me cria-t-elle. "Eh bien, je vais encore te chatouiller", lui ai-je dit en répétant le processus. "Ooooh" cria-t-elle et commença à rire.
J'ai forcé ma langue dans son canal anal, ce qui a provoqué un autre "Ooooh" de Jilly, cette fois sans rire, elle a recommencé à haleter. J'ai commencé à insérer mon doigt dans sa chatte, en le faisant rouler du mieux que je pouvais tout en le poussant aussi loin que je pouvais en elle. Toujours en forçant ma langue dans et hors de ses fesses, j'ai glissé un deuxième doigt dans sa chatte. Jilly ne pouvait pas garder son arrière-train immobile, ses mains se sont glissées sous son ventre et elle a commencé à jouer avec son propre clitoris. « Mmmm…..mmmmm » sortit de sa bouche alors qu'elle se tortillait sur la table. Son muscle du sphincter s'est serré sur ma langue et sa chatte a jailli, son jus criant dans mon cou et ma poitrine.

J'ai réussi à retirer ma langue et mes doigts et je me suis assis sur mes hanches pendant que Jilly sursautait et se tortillait alors qu'elle se calmait après son orgasme. "Eh bien, tu semblais apprécier ça, je t'avais promis que tu le ferais" lui dis-je. "C'était épique" répondit-elle en se retournant sur la table et en s'asseyant. "Maintenant, que diriez-vous d'apprendre à sucer des bites?" lui ai-je demandé, j'espère. Jilly a souri, s'est penchée en avant et a défait mon jean, m'a ouvert la fermeture éclair et a poussé mon jean et mon boxer le long de mes cuisses. Ses yeux s'illuminèrent lorsqu'elle vit une bite en érection pour la première fois. « Pouvons-nous baiser… après ? » demanda-t-elle avec un grand sourire sur le visage. "Veux-tu que je baise ta chatte ou tes fesses d'abord?" lui demandai-je en lui souriant. Jilly fronça les sourcils, "Est-ce que les filles se font baiser les fesses aussi?" elle a demandé. "Seulement les très bons" ai-je répondu "Allez-vous être très bon?"
Prenant ma bite dans sa main, comme une experte, elle a répondu "Je vais être très, très bonne, maintenant qu'est-ce que je fais avec ça?" dit-elle en agitant ma bite.

J'ai appris à Jilly l'art de faire une pipe. Oui, elle était maladroite, non, elle n'était pas géniale mais elle était enthousiaste, sa langue a dansé le long de ma bite et elle a bâillonné plusieurs fois, probablement à cause de la boisson. Elle n'arrêtait pas de s'excuser ! Au bout d'un moment, je pense qu'elle a abandonné, sa mâchoire lui faisait mal et je pense que sa chatte démangeait d'être baisée.

"Laisse-moi m'allonger sur le sol, tu me chevauches et ensuite tu peux t'abaisser sur moi" Instruit Jilly. "Tout d'abord, je pense que nous aurons peut-être besoin de lubrifiant, juste pour aider".

Il se trouve que j'avais un pot de lubrifiant prêt, qui a dit que je n'avais pas prévu ça ? J'ai enduit deux doigts de lubrifiant et lorsque Jilly s'est agenouillée, j'en ai inséré un dans sa chatte et un dans ses fesses (j'espérais lui baiser le cul aussi pendant que j'en avais l'occasion). Jilly a balancé ses hanches d'avant en arrière, atteignant presque un orgasme alors que je la doigtais.
Je me suis allongé sur le dos et j'ai fait signe à Jilly de s'accroupir au-dessus de moi. J'ai tenu ma bite à l'entrée de sa chatte, j'ai dû lui écarter les lèvres alors qu'elle commençait à s'abaisser. Jilly grimaça alors que ma bite la pénétrait. « Prends ton temps » lui ai-je lancé. "Je le veux en moi MAINTENANT!" a-t-elle crié en se poussant vers le bas, prenant les ¾ de ma bite en elle. "Oooh ça brûle!" s'exclama-t-elle en essayant d'avoir encore plus de bite en elle. Elle avait raison, même avec le lubrifiant, elle était si serrée ! J'ai senti ma bite atteindre les profondeurs de sa chatte virginale, heureusement qu'il n'y avait pas de sang. Jilly avait ses mains appuyées sur ma poitrine, pour me soutenir. "Maintenant, soulevez-vous lentement", lui ai-je demandé. J'ai senti les parois de sa chatte s'accrocher à ma bite alors qu'elle se soulevait de moi. "Maintenant, redescends lentement" lui dis-je. Jilly a commencé à avoir l'idée, bientôt elle m'a baisé à son propre rythme, ma bite a glissé plus facilement en elle. Jilly s'est relevée et j'ai vu ses beaux seins pointant vers le plafond, j'ai levé la main et j'en ai pris un dans chaque main. Les mains de Jilly se sont serrées sur les miennes alors que nous massions tous les deux ses seins. Elle me baisait maintenant vigoureusement, ma bite s'enfonçant dans son utérus.

La mâchoire de Jilly est tombée, de la bave a glissé du côté de sa bouche alors que je sentais sa chatte inonder mes poils pubiens de son jus de sperme. Elle se gargarise alors qu'elle se pousse sur moi. "Mmm… oooh..c'était tellement bon, bien mieux que ce que je pensais" m'a-t-elle informé, "Pouvons-nous faire mes fesses maintenant?" Qui étais-je pour refuser une demande aussi polie, « Aide-toi » lui dis-je. Jilly s'avança petit à petit et se plia presque en deux alors qu'elle alignait ma bite avec son trou de cul, elle essuya ma tête de bite avec le lubrifiant sur son anus et appuya vers le bas. Ma bite s'est presque pliée en deux. "Ça ne rentre pas !" dit-elle presque en larmes "Ça n'entrera pas!"
« Calme-toi et détends-toi », ai-je dit en attrapant ma bite, avant qu'elle ne la casse ! "Tu joues avec tes seins et je m'en occupe" lui ai-je dit. Jilly était maladroitement en équilibre sur moi mais j'ai réussi à pousser ma tête de bite en elle. "Aïe !" cria-t-elle alors que ma bite étirait son anneau anal. Trop tard, elle a perdu l'équilibre et ma bite lui a sauté dessus. « Owowowow » cria-t-elle. J'étais maintenant au plus profond d'elle.

J'ai un peu réussi à la soulever, elle était après tout petite, à part ses seins, et j'ai réussi à la reposer sur la table basse, avec ma bite toujours en elle. C'était maintenant à mon tour de prendre le contrôle ! J'ai levé ses jambes haut et je pouvais maintenant voir ma bite, à moitié dans et à moitié hors de son passage arrière. Attrapant ses chevilles, j'ai commencé à lui baiser les fesses. Jilly a lâché ses seins et s'est penchée pour jouer avec sa chatte, elle a enfoui deux doigts en elle pendant qu'elle se doigtait. J'ai honte de dire que je l'ai bien battue. Je n'aurai peut-être plus jamais la chance de refaire ça, ma femme a refusé de faire de l'anal alors j'allais profiter de ce qui pourrait être ma seule et unique fois. Un rapide que j'ai baisé ses fesses, elle se doigta. J'ai commencé à sentir mes couilles se serrer et le sperme jaillissant de ma veine de bite épaisse. J'ai explosé en elle, je n'avais pas joui si fort et si longtemps depuis des lustres. Mes actions ont également poussé Jilly à l'orgasme alors qu'elle enfonçait ses doigts au plus profond d'elle-même, mon sperme chaud et collant lubrifiant encore plus ma bite alors que je donnais quelques poussées finales supplémentaires. Nous étions tous les deux haletants.

Nous avons roulé sur le sol dans une étreinte. "Bon?" J'ai demandé. "En quelque sorte" répondit-elle. "Peut-être que la prochaine fois ce sera plus facile" lui dis-je. « Puis-je rester ce soir ? Jilly a demandé "Je ne pense pas que je pourrai rentrer à la maison à pied", a-t-elle ri. "Alors peut-être qu'on pourrait en baiser un peu plus ?" J'ai demandé. Jilly a bâillé "Tout ce que je veux faire maintenant, c'est dormir" m'a-t-elle informé.
Je l'ai portée jusqu'au lit, je l'ai allongée nue sur le matelas et je l'ai recouverte. Elle s'endormit en un instant. La boisson et la baise l'avaient finalement épuisée.

Maintenant, je devrais être gêné d'admettre avoir baisé Jilly dans son sommeil, mais ce n'est pas le cas! J'ai baisé sa chatte, son cul et même sa bouche (certes pas très bien sa bouche) pendant qu'elle dormait. Elle s'est réveillée le matin avec un grand sourire sur son visage et évidemment rafraîchie. "J'ai mal… mais je veux encore baiser" m'a-t-elle informé "Il ne nous reste qu'aujourd'hui"

Heureusement, ça ne s'est pas arrêté là ! Jilly « devait » raconter ce que nous avions fait, à qui et ce qui s'est passé ensuite peut être révélé ?

Articles similaires

La femme de Rick partie 5 sur 6

L'histoire de mon ami La femme de Rick 5 (5 sur 6) La scène : Les yeux bandés, j'étais à genoux dans le salon sol, genoux écartés, aine serrée contre le dos de Linda, mon femme, qui était également agenouillée et assise sur ses talons. Linda, en tour, était agenouillé entre les jambes tendues de William, qui assis sur notre causeuse. Maintenant, imaginez ceci : Moi, M. Hétérosexuel, j'étais penché en avant avec mes bras autour de ma femme. Ma main gauche était placée sur celle de Linda main gauche qui pressait et massait les testicules de William. Mon droit main...

555 Des vues

Likes 0

Délice de cisaillement

Frank essuya la sueur de son front avec le dos de son gant et continua à tailler les roses Seymour. Il était 12 h 45, et comme sur des roulettes, il entendit Dee et son amie Tanya déambuler dans le jardin à l'arrière. Il jeta un coup d'œil derrière les fleurs et les vit marcher pieds nus jusqu'au belvédère avec un pique-nique. Dee portait sa robe légère à fleurs habituelle. Son sourire éclatant et ses cheveux de soie de maïs dorés lui ont donné une déesse comme la beauté. Sa robe moulait ses hanches et mettait en valeur ses mésanges gaies...

613 Des vues

Likes 0

La sorcellerie

Ayant des pouvoirs surnaturels, Ann a complètement dominé son mari Albert. Avec sa femme comme patron, Albert devait faire tous les travaux de la maison. Anne, sur le d'autre part, n'a rien fait de tel. En rentrant du travail tous les jours, elle disait toujours à Albert de préparer le dîner. De plus, après avoir dîné, et Albert fit faire la vaisselle, Ann lui ordonna de se lever en lui disant de embrasser et adorer ses orteils. Aussi, chaque fois que cela lui plaisait, elle se tenait debout vers le haut et baissez sa jupe et sa culotte, tournez-vous et dites...

522 Des vues

Likes 0

La suite 5

Jim faisait les cent pas depuis une heure maintenant, après avoir détruit leur flotte d'invasion, ils étaient partis après le seul navire restant de la flotte Krang. Mary et Amber l'avaient regardé presque tout le temps Jim si tu ne le fais pas assieds-toi, je vais te casser la gueule, je ne peux pas supporter beaucoup plus ton rythme », a presque grondé Mary. Jim s'est rapidement assis dans le fauteuil de commandement en essayant de ne pas regarder Mary, désolé Mary, je déteste cette attente, j'ai rien sur le robinet pour faire rien sur quoi travailler, vous savez que je...

504 Des vues

Likes 0

Ma petite soeur Lily, Chapitre 2 : Le premier amant de Lily_(0)

Le soleil est entré dans la chambre et je me suis réveillé et me suis frotté les yeux. J'ai regardé à côté de moi et il y avait ma petite sœur. J'ai pris mon téléphone et nous avons commandé le petit-déjeuner, puis je l'ai prise dans mes bras. Elle s'est réveillée juste un peu et a frotté ma poitrine alors qu'elle était allongée là. Sa main ralentit alors qu'elle se rendormait et je jouais avec ses longs cheveux bruns aux pointes bleu gris. Bientôt, la sonnette retentit et je glissai lentement hors du lit. Quand je suis revenu, elle était assise...

624 Des vues

Likes 0

En bas à la ferme_(3)

Il y a très peu de sexe dans cette histoire. L'histoire parle de sexe mais elle n'entre pas dans les détails que beaucoup d'entre vous veulent. Plus de 17 000 mots ; 34 pages. Je ne suis pas un agriculteur et je n'ai jamais passé une seule journée à travailler dans une ferme. S'il vous plaît, ne prenez pas les détails de cette histoire et dites-moi, ce n'est pas comme ça que ça se passe dans une ferme. En bas dans la ferme Edward Johnson se tenait sur le porche de la maison de ferme à deux étages de sa famille...

424 Des vues

Likes 0

Défendez-vous

Il était trois heures du matin quand le téléphone se mit à sonner. Bonjour? dit John à moitié endormi. John? C'est moi Marie ! Mary était la petite amie de John à l'époque. Quoi de neuf? Savez-vous quelle heure il est? La voix de Mary commença à trembler un peu. C'est Alex. Quelque chose est arrivé. Bien sûr, quand il s'agit d'Alex la reine du drame, il se passe toujours quelque chose. Alex, soit dit en passant, est l'ami proche de Mary, un ami transsexuel. Mary a toujours fréquenté des personnes étranges, mais si vous vivez en Californie, tout le monde...

133 Des vues

Likes 0

Moi et Gavin

C'est l'histoire de mon ami et de sa mère qui habitent à côté. J'avais 24 ans, j'avais obtenu mon diplôme d'études secondaires plus tôt, puis j'avais obtenu mon diplôme universitaire plus tôt. J'ai décroché un excellent travail dans une grande entreprise avec une prime à la signature importante que j'ai appliquée à un acompte sur une maison. J'y habitais depuis 6 mois et j'avais appris à très bien connaître mes voisins. Janice, une infirmière travaillait à l'hôpital local. Elle était divorcée depuis plusieurs années et travaillait dur pour subvenir aux besoins de son fils de 12 ans, Gavin. Gavin était un...

740 Des vues

Likes 0

Apprendre le style de vie Pt 4 - Activations de tatouage

Ils ont changé la literie et Michael s'est douché puis s'est habillé. Ensuite, Michael fit tremper les draps sales dans la machine, puis ils se mirent en route. À ce moment-là, Silk mourait de faim. Michael a pris les clés et Silk l'a naturellement laissé conduire. Il l'a emmenée à son appartement pour obtenir une autre chemise à porter car il manquait quelques boutons à son autre. Elle a changé de tenue et l'a retrouvé à la voiture. Il les a emmenés dans un camion-restaurant et a regardé son visage. Il fut heureux de constater qu'elle semblait parfaitement à l'aise. Certaines...

690 Des vues

Likes 0

Professeur Gumbert

La salle de conférence était pleine d'étudiants oisifs gribouillant dans leurs cahiers pendant que le professeur Gumbert parlait des aspects techniques des bases psychologiques et de la façon dont les pères de la psychologie ont ouvert la voie à la meilleure communauté de cette génération. Gumbert portait des lunettes à monture épaisse qui semblaient s'attacher à son nez bulbeux, ses grandes mains jointes sous son derrière alors qu'il arpentait la pièce. Ses yeux gris tombèrent sur les étudiants avec un faible intérêt alors qu'il spéculait sur ceux qui abandonneraient d'ici la fin du prochain semestre. Beaucoup de filles avaient une quantité...

941 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.