RASER MES JAMBES PLATES

914Report
RASER MES JAMBES PLATES

RASER LES JAMBES ET LA CHATTE DE MES COLOCACTEURS

C'est purement fictif mais basé sur un incident qui s'est réellement produit mais le personnage est réel et une ancienne petite amie en Thaïlande.
J'espère que vous apprécierez l'histoire.
.................................................. .................................................. ..........

En rentrant à la maison un jour, j'ai trouvé mon colocataire Tan en train de fouiller dans mon armoire de salle de bain. C'est l'histoire qui a suivi.
Tan a 34 ans et j'avais quatre ans de plus et c'est pourquoi nous nous entendions si bien, nous nous occupions l'un de l'autre, elle paradait souvent en sous-vêtements, sauf quand son petit ami arrivait.

« Merde Barry, tu m'as fait peur ! Désolé, je n'ai plus de rasoirs et je dois me raser les jambes pour sortir ce soir avec mon copain. En avez-vous un de rechange que je pourrais avoir, s'il vous plaît ? »

"Il y a un nouveau paquet sous l'évier." Je lui ai dit.

"Merci. Je déteste faire ça, c'est avec l'arrière de mes jambes que j'ai toujours des problèmes.

« Eh bien, vous savez que je suis infirmière. Je vois des corps de femmes toute la journée ; si jamais tu as besoin d'un coup de main dis le moi. Je peux le faire plus vite que toi et probablement mieux. dis-je en souriant.

"Ouai, bien sur." dit-elle en marchant dans sa chambre pour se déshabiller. "J'aurai besoin de la salle de bain dans 5", a-t-elle appelé. "Tu prends une douche rapide et ensuite j'entrerai."

"D'accord pas de problème."

Soit ma douche a pris plus de cinq minutes, soit elle a été BEAUCOUP plus rapide car j'étais encore sous la douche quand elle est entrée. "Désolé, je dois faire pipi!" elle s'est juste jetée sur les toilettes et a commencé à faire pipi, elle ne l'avait fait que deux fois auparavant et c'était quand elle était ivre. Je pouvais la voir clairement à travers la porte vitrée de la douche et je devais lui tourner le dos au cas où je commencerais à bander, ce qui était le cas.

« Euh Tan ? J'ai besoin de ma serviette pouvez-vous me la passer ? C'est derrière la porte. »

"Désolé, je ne peux pas. Toujours en train de pisser, vous devrez vous en procurer vous-même. elle m'a dit.

Merde ma bite commençait à grossir et j'avais besoin de ma serviette. Alors, ouvrant la porte, je suis sorti et elle se tenait là, essuyant sa chatte avec du papier, "Oups désolé, Tan."

"Qu'est-ce qui vous inquiète? Je parie que vous voyez des femmes faire pipi toute la journée, je parie que vous en avez même baigné au lit. N'est-ce pas ? » dit-elle en plaisantant.

"Eh bien, en fait, j'ai épongé de nombreuses femmes qui sont trop malades pour s'en soucier le moins du monde."

« Mmmm… alors ça veut dire que tu te laves PARTOUT ?

«Oui Tan, partout. Je ne peux pas laisser des parties d'eux sentir mauvais, n'est-ce pas ? »

Laissant sa serviette retomber sur elle-même, elle m'a regardé essayer de couvrir mon érection grandissante, "Avons-nous des problèmes, n'est-ce pas?"

"NON. Juste l'eau chaude a parfois cet effet sur moi.

"Dommage, j'ai pensé que c'était peut-être moi qui avais cet effet." Je me suis senti devenir rouge de betterave au visage, "C'ÉTAIT moi, n'est-ce pas ? Est-ce que ça t'a excité de me voir faire pipi ou le fait que je sois à moitié nu ? »

« Tan, laisse tomber, veux-tu ? Ce n'est pas juste. Je ne te taquine jamais, alors laisse-moi tranquille s'il te plaît.

"Owwww….touchy sommes-nous?" elle a essayé de retirer ma serviette.

"Écoutez, rasez ces jambes pour pouvoir sortir avec vous."

« Ce n'est pas possible parce qu'il doit travailler tard, alors je vais juste prendre mon temps à moins que tu ne veuilles m'aider ? » elle a demandé.

"Oui, c'est vrai, comme si tu me demandais de t'aider."

« Mmmm… ça veut dire que tu ne m'aideras PAS ? demanda-t-elle timidement. « Sommes-nous timides ? »

« Non, ne sois pas stupide. Je ne suis pas timide. Je ne pense pas que tu veuilles que je le fasse.

Elle s'est assise sur les toilettes et m'a tendu le rasoir et la mousse, "Allez-y, infirmière."

Suggérant qu'elle se tienne la première pour que je puisse me raser le dos, puis qu'elle puisse s'asseoir pour le reste, elle se leva et se pencha au-dessus de l'évier: «Attendez, laissez-moi d'abord réparer ma serviette. Sinon, il pourrait tomber sur vous. elle a ri.

Le dévissant pour ajuster la hauteur, elle le souleva loin de son corps en tirant la serviette et renoua le nœud. Le problème était qu'elle se tenait devant le miroir et que je voyais tout son corps nu. Elle m'a juste regardé droit dans les yeux et n'a pas cligné des yeux.

"OK, mouillons-les d'abord." J'ai mouillé une débarbouillette et j'ai commencé à tremper le bas de ses jambes, en les frottant lentement et sensuellement, puis j'ai appliqué la mousse en la frottant autour de la partie inférieure d'une jambe d'abord lentement et doucement. Après avoir terminé les deux jambes inférieures à l'arrière, je lui ai suggéré de s'asseoir et je commencerais l'avant de ses jambes inférieures.

Tan était assise sur les toilettes avec sa main entre ses jambes, tenant la serviette en place ; m'empêchant de regarder entre ses cuisses. Passant le rasoir sur son chaume, elle a commenté: "C'est tellement différent quand quelqu'un d'autre le fait."

"Comment? Comment peut-il en être autrement ? C'est toujours un rasoir et on te rase la jambe.

"Oui, mais tu y vas plus doucement que moi."

"Est-ce une mauvaise chose?" J'ai demandé.

"Eh bien, euh non, c'est tout le contraire en fait."

"Je ne comprends pas." dis-je en l'interrogeant davantage.

"Eh bien c'est tu sais..."

"NON. Que veux-tu dire, Tan ?

"Eh bien, c'est assez érotique de te voir là-bas en train de me raser et d'être si doux." elle répondit.

"Oh, euh, ce n'est pas intentionnel. Tu veux que je sois plus dur et que je mette plus de pression ?

"NON. C'est bien comme ça merci. Elle a répondu et j'ai continué jusqu'à ce que j'aie nettoyé le bas de sa jambe.

« Comment ça ? » J'ai demandé. Debout, levant sa serviette pour jeter un œil, elle la souleva un peu loin en me dévoilant ses fesses en me faisant rougir à nouveau, mais cette fois elle ne me dit rien.

"Maintenant, l'autre jambe s'il vous plaît, mon rasoir de jambes personnel." dit-elle en plaisantant.

« Il n'y a pas que les jambes que je rase au travail, vous savez. Les gens doivent être rasés partout pour certaines opérations.

« Est-ce que tu rases aussi les femmes, Barry ?

"Bien sûr idiot, il n'y a pas toujours une infirmière dans les parages et ces femmes veulent juste se faire opérer et aller mieux. Donc me laisser les voir nus est une chose mineure pour eux.

En m'installant sur l'autre jambe, j'ai d'abord rasé l'extérieur, puis j'ai essuyé la mousse et ensuite j'ai trempé l'intérieur en frottant la débarbouillette de haut en bas sur son mollet. Contrairement à la première jambe qu'elle gardait rigide et me faisait plier pour la raser, cette fois sa jambe s'ouvrait très légèrement vers l'extérieur en les écartant très légèrement, me permettant de passer plus facilement entre elles. Toujours avec ses mains toujours entre ses cuisses mais sa tête contre le mur maintenant, je continuais à regarder en l'air en espérant un flash mais cela n'allait pas arriver avec ces mains sur ses genoux. Arrivant au sommet de ses jambes et la séchant, j'ai annoncé: "Voilà, tout est fait." J'étais sur le point de laver le rasoir.

"Euh, je fais normalement mes cuisses aussi jusqu'en haut, mais ce n'est pas grave, je le ferai si tu es trop gêné."

« Ne sois pas stupide. Je peux le faire et ce sera plus rapide que si je le faisais. Ensuite, vous pouvez aller regarder un film ou quelque chose comme ça.

Assise là, je me suis demandé comment cela allait se passer, puis elle a dit: «Commencez par les genoux et montez lentement. "

"OK, pas de problème." Sans demander, je poussai sa serviette à mi-hauteur de ses cuisses, la resserrant sur ses jambes et recommençant à l'extérieur. Je lui ai dit que je me raserais le dos après avoir fait l'intérieur. Rasant l'extérieur, je l'ai nettoyé et séché puis rasé l'autre extérieur également.

Maintenant, pour l'intérieur, ses jambes étaient étroitement fermées et saisissant le tissu humide, je le serrai entre ses genoux; ils étaient si serrés. Forçant mes mains entre ses cuisses, elle m'a regardé et son visage était rouge mais je devais le faire et c'était le seul moyen.

Appliquant la mousse sur mes mains, je forçai à nouveau mes mains entre ses cuisses, frottant lentement de haut en bas l'intérieur de ses cuisses sur sa peau, me préparant pour le rasoir. Rasoir à la main, je l'ai regardée et elle était presque pâle maintenant. Sans rien dire, j'attrapai son genou avec mon autre main qui la regardait toujours et les ouvris lentement et doucement jusqu'à ce qu'ils soient à environ 4 pouces l'un de l'autre.

Prenant le rasoir, j'ai commencé à me raser mais j'avais du mal à me frotter contre son autre cuisse avec mes jointures mais j'ai persisté. Soudain, j'ai senti ses jambes s'ouvrir un peu plus alors que sa tête était maintenant appuyée contre le mur, j'ai continué à raser la moitié de l'intérieur de sa cuisse puis j'ai séché cette jambe.

En humidifiant l'autre jambe qui était maintenant ouverte d'environ 6 pouces, j'ai recommencé à me raser et à frotter l'excès de mousse au fur et à mesure; Pendant que je me rasais, je n'arrêtais pas de frotter mes mains sur l'intérieur des cuisses pour m'assurer que j'avais tous les poils.

Il était temps pour plus de mousse et ses jambes n'étaient toujours qu'à environ 6 pouces l'une de l'autre. Je savais que cela allait être à la fois difficile et dangereux, car j'allais plus haut avec la possibilité réelle que je la coupe avec le rasoir dans une si petite zone avec laquelle travailler. La main écumée, j'ai passé mes mains à l'intérieur de ses cuisses à plus de la moitié, probablement plus que nécessaire à ce stade, mais je devenais excitée et ma serviette ne se comportait pas d'elle-même.

Prenant le rasoir dans ma main, j'entendis un petit gémissement se former sur ses lèvres. Alors que je m'approchais de sa cuisse, elle s'ouvrit lentement me permettant de glisser ma main avec le rasoir à l'intérieur. Alors que je commençais à me raser assez bas toujours près du genou, j'avançai plus haut et cette fois ses jambes s'ouvrirent au fur et à mesure que je montais.

Ce qui s'est passé ensuite m'a surpris alors que sa serviette commençait à se séparer lentement, m'exposant davantage sa cuisse, je continuais d'aller plus haut. Je n'en avais pas besoin car je n'avais pas encore fini là où j'étais, mais je l'ai fait. Plus de mousse sur mes mains et à genoux, la regardant directement en face, j'ai glissé ma main vers le haut. S'arrêter juste avant sa chatte et frotter la mousse dans sa chair lentement, doucement et érotiquement.

Me regardant en face, elle écarta les jambes en écartant sa serviette sur le côté, exposant sa chatte poilue devant moi. À genoux, j'ai passé le rasoir de haut en bas sur sa cuisse en le rasant au fur et à mesure.

Ensuite, l'autre intérieur de la cuisse et alors que je la frottais près du haut, ses jambes s'ouvrirent encore plus largement, sa tête contre le mur, les mains sur les hanches et de petits bruits provenant de ses lèvres. "Merde, il fait chaud ici." elle a commenté, mais je n'ai pas répondu. J'ai juste continué à frotter de haut en bas ses cuisses

"Je vais les essuyer et vérifier que j'ai tous les poils." Je lui ai dit. Prenant une serviette, je passai mes mains à l'intérieur de la première cuisse en la frottant lentement, la regardant alors que je m'avançais haut. Sa respiration avait augmenté, son visage était rouge et elle tenait le siège des toilettes à deux mains. Passant de l'autre côté, j'ai administré le même traitement à ses jambes.

"Ok tout est fait. Je dois juste m'assurer que j'ai tous les poils, sinon ce sera assez inconfortable si j'ai laissé du chaume là-dedans. Elle n'a rien dit et s'est simplement allongée, la tête contre le mur, les jambes écartées, sa chatte à moins de deux pieds directement devant mon visage.

Passant ma main à l'intérieur de ses cuisses, je frottai doucement en vérifiant qu'il n'y avait pas de chaume, plus près du haut de l'une de ses cuisses, j'attrapai un peu de peau et pétris la chair dans mes mains. "Mmmm, PUTAIN, il fait plus chaud." dit-elle en s'éventant le visage avec sa main.

Ma bite était complètement dressée et pointait maintenant le devant de ma serviette alors que mes mains continuaient à pétrir et à masser.

"Après m'être rasé, je mets toujours un peu de crème hydratante car la peau sèche rapidement. C'est sous l'évier." Tan me l'a dit.

Maintenant, cela allait être intéressant avec ma bite qui se détachait telle quelle. Je me tenais juste devant elle, ma bite sortant de sous la serviette à moins de deux pieds de son visage, et elle l'a juste regardé sans faire de commentaires, juste un scintillement de sa langue sur ses lèvres.

Attrapant la crème hydratante, je l'ai appliquée sur les deux mains et la regardant directement, nous nous sommes verrouillés dans les yeux.

Plaçant mes mains des deux côtés d'une cuisse, j'ai commencé mes mouvements lents en frottant la crème en cercles. Bas d'abord juste au-dessus du genou, puis rapidement j'ai tiré les deux mains presque jusqu'au haut de ses jambes, ce qui lui a fait émettre à nouveau des sons doux de sa bouche.

Passant à l'autre cuisse, à nouveau les mains des deux côtés, je les ai frottées lentement de la même manière qu'avant ; ma respiration profonde et lourde, car je voulais continuer le jeu. Agenouillé et plaçant ma bite dure contre son genou, je saisis le même genou et l'ouvrant doucement encore plus loin, je passai mon autre main le long de l'intérieur de la cuisse, cette fois en pétrissant plus fort la chair.

Me déplaçant jusqu'au sommet, faisant tourner mes mains en cercles, je n'étais plus qu'à un pouce de sa chatte maintenant. Enlevant ses mains du siège des toilettes, elle avait maintenant saisi ses seins qui étaient cachés sous la serviette qui était attachée autour d'eux.

"FUCK JE SUIS CHAUD, MERDE C'EST CHAUD." elle n'arrêtait pas de dire.

Vas-y, pensai-je, elle ne peut que me gifler. Laissant ma main à l'intérieur de sa cuisse, la pétrissant, j'ai tendu la main avec l'autre et j'ai séparé le nœud de la serviette tout en le laissant en place. Changeant de mains, j'ai commencé sur l'autre cuisse.

Ses mains se déplaçaient vers ses seins, elles se déplaçaient en cercles plus grands et la serviette se séparait lentement, exposant progressivement sa chair. Augmentant la pression de ma bite dure contre son genou, elle le frottait contre moi. Déplaçant sa jambe d'un côté à l'autre, ma serviette s'écarta alors qu'elle continuait le mouvement contre moi.

Saisissant ses seins durement et serrant, la serviette était tombée plus bas et je regardais le décolleté de ses seins amples. C'était une 38C; Je le sais pour un fait, car j'avais regardé sa taille de soutien-gorge un jour quand il était dans la lessive. Transpiration sur son visage et coulant sur son menton ; dégoulinant sur sa poitrine. Elle haletait plus fort, les yeux fermés, les hanches bougeant légèrement sur le siège des toilettes contre la manipulation de sa cuisse avec ma main ; mon genou monte et descend maintenant contre mon sexe. La serviette a cédé en tombant sur le sol, me laissant nue agenouillée devant elle.

Les yeux maintenant ouverts et regardant ma bite dure de 8 pouces contre son genou, elle a marmonné: "FUCK".

Puis, prenant sa serviette, je l'ouvris et la laissai s'effondrer. Elle était assise nue sur le siège des toilettes, affaissée vers l'avant, les cuisses écartées, haletante et fixant mon membre dur comme de la pierre.

"Mettez un peu de crème hydratante sur mes seins, s'il vous plaît, infirmière." elle a demandé.

Me déplaçant entre ses cuisses, la bite pointée directement vers elle, j'ai pris une poignée des deux seins et j'ai commencé à les caresser dans mes mains humides. Les serrant et les caressant comme je le ferais avec ses cuisses.

Ses mains se déplaçaient lentement de sa poitrine à son ventre et je pensais qu'elle allait jouer avec sa chatte, au lieu de cela, elle a continué à descendre plus bas sur son corps jusqu'à ce qu'elle atteigne ses cuisses et commence à faire courir ses mains autour et de haut en bas.

"Mmmm… très bon travail, infirmière, je vous laisserai me raser à nouveau si vous le souhaitez." Je ne lui ai pas répondu. J'ai juste continué à tâtonner ses seins. Prenant un mamelon entre mes doigts, je les ai tordus et tirés mais c'était un peu difficile car ils étaient si glissants.

"Appétissant. Un si bon travail sur mes jambes et mes cuisses, mais maintenant le reste de mes cheveux n'est plus à sa place, qu'en pensez-vous ? » Prenant ma main et la plaçant à plat contre sa chatte, elle me regarda dans les yeux.

Tirant doucement une poignée de cheveux entre mes doigts, elle a arqué son dos, "AGHHHH SHIT."

J'ai mis le talon de ma main contre son monticule pubien et l'ai enfoncée en appliquant une pression ferme et en tournant légèrement ma main en déplaçant mon pouce sous son aine.

En me regardant et en attendant de voir ce que je ferais ensuite, je l'ai inséré rapidement dans sa chatte saturée, la faisant s'asseoir tout droit. Elle a attrapé ma main et gémit bruyamment, "CUNT !!"

Les bras autour de mon cou maintenant et me tirant plus près en posant sa tête dans mes épaules, je savais qu'elle était partie et qu'elle s'était beaucoup allumée. Déplaçant ma main vers le haut, retirant mon pouce de sa chatte, elle a suscité sa désapprobation en gémissant. "NOOOON !!"

Me déplaçant légèrement, je cherchai son clitoris avec le bout du pouce qui était en elle quelques secondes auparavant. Raidissant et redressant son dos, ses dents mordaient doucement mon cou en gémissant de plaisir contre ma peau. Frottant la bosse durcie sous mon pouce, elle faisait le tour de ses hanches contre le mouvement et gémissait de plus en plus fort maintenant.

"OH MERDE, Barry ! OUI ! N'arrête pas putain ! AGHHHHH CUMMMMNG!”

Puis je tournai ma main et enfonçai trois doigts profondément en elle; doigté sa chatte vite et fort. Alors que je les glissais en elle, elle se tenait droite devant moi, bougeant ses hanches contre la poussée de mes doigts à l'intérieur de sa chatte. Bouger sauvagement et m'appeler à nouveau une CHATTE.

« OUI ! C'est ça! FUCKKKK OUISSS !" Elle plia les genoux et poussa fort contre moi et resta immobile après son orgasme.

Toujours avec mes doigts enfoncés dans son ventre, haletant et en sueur, elle m'a regardé et a juste dit: "Eh bien, C'ÉTAIT INTÉRESSANT, n'est-ce pas? Mais, qu'allons-nous faire de mon pubis, infirmière ? » Souriant en posant la question.

Articles similaires

Une histoire d'amour au lycée pt 3

C'était lundi, mais heureusement, les vacances de printemps battaient leur plein. Je me suis réveillé après un autre rêve, cette fois sur Hailey et Abbey en même temps. Abbey chevauchait ma bite tout en s'embrassant avec Hailey. Je n'ai pas éjaculé dans mon pantalon cette fois, mais je me suis quand même réveillé en plantant une grande tente. La première chose que j'ai faite a été de vérifier mon téléphone quand je suis revenu à moi. Anna-beth m'a envoyé un texto me demandant si je voulais venir chez elle. J'ai accepté mais je n'ai pas pu venir avant midi. J'ai quitté...

202 Des vues

Likes 0

La femme de Rick partie 5 sur 6

L'histoire de mon ami La femme de Rick 5 (5 sur 6) La scène : Les yeux bandés, j'étais à genoux dans le salon sol, genoux écartés, aine serrée contre le dos de Linda, mon femme, qui était également agenouillée et assise sur ses talons. Linda, en tour, était agenouillé entre les jambes tendues de William, qui assis sur notre causeuse. Maintenant, imaginez ceci : Moi, M. Hétérosexuel, j'étais penché en avant avec mes bras autour de ma femme. Ma main gauche était placée sur celle de Linda main gauche qui pressait et massait les testicules de William. Mon droit main...

803 Des vues

Likes 0

Ma petite soeur Lily, Chapitre 2 : Le premier amant de Lily_(0)

Le soleil est entré dans la chambre et je me suis réveillé et me suis frotté les yeux. J'ai regardé à côté de moi et il y avait ma petite sœur. J'ai pris mon téléphone et nous avons commandé le petit-déjeuner, puis je l'ai prise dans mes bras. Elle s'est réveillée juste un peu et a frotté ma poitrine alors qu'elle était allongée là. Sa main ralentit alors qu'elle se rendormait et je jouais avec ses longs cheveux bruns aux pointes bleu gris. Bientôt, la sonnette retentit et je glissai lentement hors du lit. Quand je suis revenu, elle était assise...

874 Des vues

Likes 0

Acte de foi

En passant vos années de formation à San Francisco, vous vous développez différemment, surtout en ce qui concerne le sexe. Je n'ai jamais eu de copines à proprement parler, et je n'ai même pas porté de short de jockey, mais je me suis masturbé assez fréquemment. C'est-à-dire que j'avais d'autres intérêts. Alors, quand j'avais quinze ans, je me suis demandé dans le quartier de Castro, même si je ne pouvais pas boire, j'ai pensé que j'irais faire un tour. Les gens étaient vraiment sympathiques... Un joli garçon adolescent curieux... heh... allez comprendre. Il y avait un bar particulier, avec un café...

186 Des vues

Likes 0

Femme de chambre au lait crémeux

Femme de chambre au lait crémeux Kelsey Diaz avait toujours eu des garçons après elle, même à l'école primaire. Il y avait juste quelque chose en elle qui semblait les attirer. Elle ne le comprenait pas vraiment quand elle était enfant, mais c'était devenu au moins un peu plus évident quand elle était entrée au lycée. Kelsey était un joli mélange de latino et d'amérindien, environ un quart d'amérindien pour autant qu'elle le sache. Mais ce que cela signifiait physiquement pour elle, c'était qu'elle était ce que les garçons appelaient une « bombasse totale ». Elle soupçonnait secrètement que parfois ils...

177 Des vues

Likes 0

Seins eu bang bang

Encore une fois, je vous apporte la copie écrite d'une aventure interraciale plus récente. Comme avant, j'adore recevoir du courrier de vous tous et si vous n'obtenez pas de réponse de ma part la première fois, bon sang, écrivez-moi à nouveau. Un peu de contexte pour cette histoire : Cela s'est passé une nuit l'été dernier. J'étais sur le chemin du retour des clubs (mon mari était absent pour la semaine - entraînement). À environ ¼ du chemin du retour, ma voiture a commencé à faire des siennes et m'a finalement abandonné. À l'aide de mon téléphone portable et d'un répertoire...

1.1K Des vues

Likes 0

La Réunion Anniversaire - CH 2

Je suis retourné dans le couloir et suis allé chercher une autre bière. Après ce que je venais de vivre, j'en avais besoin. Ma tête nageait de confusion. Je venais d'être victime de chantage pour baiser tante Edna. Et même si c'était certainement agréable, j'ai trouvé que tout était un peu bizarre et pervers. Puis ça m'a frappé... Et Heather ? Mon esprit s'est empressé de me demander si je devais lui dire ce qui venait de se passer. Que dirais-je quand elle irait chercher sa culotte ? Comment pourrais-je expliquer ce qui s'est passé ? que je m'étais fait prendre par...

910 Des vues

Likes 0

Le week-end (partie 2)

Deuxième partie de ma première histoire. C'est mon premier essai, alors pardonnez toute erreur ou mésaventure. Ce chapitre, les choses deviennent intéressantes ! Si l'inceste n'est pas votre truc, ne lisez pas la suite. Chapitre 2 : Mauvaise conduite. Je montai à l'étage, mes parents venant de partir. Eh bien, si je suis coincé ici, je vais juste devoir me défoncer. pensai-je en souriant alors que je faisais deux pas à la fois. Alors que j'arrivais en haut des escaliers, Danielle sortait de sa chambre. Elle était habillée pour sortir. Je n'ai pas pu m'empêcher de penser Merde. Elle portait une...

738 Des vues

Likes 0

Affaires collégiales

Affaires collégiales par Droid447 L'entraînement de cheerleading était terminé. Janet et Bianca ont attendu dans les vestiaires jusqu'à ce que tout le monde soit parti. Ils avaient flirté l'un avec l'autre au cours des dernières semaines, hésitant à faire le premier pas. Quand ils l'ont fait, rien ne les a arrêtés. Janet regarda par la porte, s'assurant qu'ils étaient seuls... Je pensais qu'ils ne partiraient jamais, a déclaré Janet. Bianca regarda son amie avec des yeux aimants, pensant, Elle est si jolie. Comme d'habitude, Janet était plus ouverte, marchant vers Bianca et l'embrassant. Bianca hésita une seconde, toujours pas habituée à...

352 Des vues

Likes 0

La fabrication d'une salope - partie 4

« Normalement », dit le Dr Field. J'aurais une infirmière présente et elle resterait pendant l'examen, mais ton beau-père me dit que ce ne sera pas nécessaire. En fait, il sera présent à la place lorsque je l'appellerai. Il dit également qu'il n'est pas nécessaire de vous donner une robe ou de quitter la pièce pendant que vous vous déshabillez. Il m'a souri, mais pas d'une manière vraiment amicale. Alors, vas-y, enlève ta robe. Papa m'avait dit de porter une robe en coton et pas de soutien-gorge ni de culotte, alors je l'ai enlevée par-dessus ma tête et je suis restée...

313 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.