Confessions d'un Cum Slut Pt. 1-2

635Report
Confessions d'un Cum Slut Pt. 1-2

Je suis une salope de sperme depuis que j'ai dix-huit ans. Il m'est difficile d'atteindre l'orgasme sans une bite dans la bouche. Je suis accro au sperme. J'en mange, parfois plus de deux fois par jour. Je rêve à ce sujet. J'ai pris des douches de sperme. Existe-t-il un programme en douze étapes pour les salopes au sperme ? Je parie qu'il y en a. Le problème avec ça, c'est que j'aime vraiment être une salope de sperme. Quand il y a du sperme sur mon visage, il y a aussi généralement un sourire. Et vice versa.

Je n'ai pas toujours été une salope de sperme. J'ai commencé comme une vierge innocente, comme tout le monde. Mais cela a à peu près changé quand j'ai eu mon premier orgasme. Je suis restée vierge pendant un moment après ça, mais je n'étais plus vraiment innocente. En fait, j'étais sur la bonne voie pour devenir une suceuse de bite qui aime le sperme. Je ne le savais tout simplement pas.

Mais je m'avance. Voici pourquoi je pense que le premier orgasme était si important : c'est comme la principale différence entre les gars et les filles. Les mecs sont à peu près tous les mêmes, en ce qui concerne leur descente - bien sûr, il y a des différences, mais ils peuvent presque tous regarder du porno, cracher dans la main et avoir un parfait orgasme.

Alors que les femmes sont toutes différentes. Certains d'entre nous peuvent s'en sortir avec leurs doigts; d'autres ne peuvent tout simplement pas. Certaines ont besoin de quelque chose à l'intérieur - un doigt pour l'une, mais une bite pour une autre, et seulement un vibromasseur pour une troisième - et certaines femmes ne peuvent pas descendre s'il y a quoi que ce soit à l'intérieur d'elles. Certains d'entre nous ne peuvent pas jouir pendant que nous baisons, d'autres ne jouissent que lorsque nous sommes baisés. Et ainsi de suite.

Pourquoi sommes-nous tous si différents ? J'ai une théorie : cela a à voir avec notre premier orgasme, et cela dépend beaucoup de la façon dont nous découvrons notre sexe. Je pense que la plupart des gars le découvrent à peu près de la même manière. Cri. Il est là, juste devant vous. Un jour, c'est soudainement plus gros que la normale et ça fait drôle. La prochaine chose que vous savez, vous le nettoyez et il s'éteint ! Quand un mec commence à se doucher tous les jours sans qu'on le lui demande, c'est à peu près sûr qu'il a découvert The Orgasm.

Mais le sexe d'une femme est caché, même à elle. Habituellement, elle commence à avoir des "sentiments" sans savoir d'où ils viennent, vous savez ? Alors elle tente ceci ou cela, généralement des faux départs et des impasses au début, parfois longtemps. Jusqu'au jour où, espérons-le, elle découvre ce qu'elle fait pour elle. Et c'est ainsi que j'ai découvert ma salope de sperme intérieure.

De toute façon,


Chapitre un - Ce drôle de sentiment


L'histoire de mon premier orgasme,
par Cindy Love
(non, ce n'est pas mon vrai nom de famille. Duh.)

Tout a commencé au camp d'été, le lendemain de mes 18 ans. Je sais, je sais : je suis une floraison tardive. Alors portez-moi un procès. Cela aurait tout aussi bien pu arriver quand j'avais quinze ans, mais ce ne fut pas le cas. Les impasses, vous connaissez ? Je suis petit et plutôt petit, et j'aurais facilement pu passer pour quinze ans, c'est pourquoi je pense que tant de gens ont profité de moi. Mais j'avais 18 ans.

Chaque été, mes parents m'envoyaient au camp pendant six semaines, depuis que j'avais 13 ans. C'était ma dernière année et je savais que ça allait me manquer. Je savais aussi que c'était ma dernière chance de faire quelque chose - je ne savais pas quoi, exactement - avec Linda Sue, une conseillère de camp depuis trois ans pour qui j'avais le béguin. Quand je la regardais, j'avais… Des sentiments, tu sais ?

Linda Sue était jolie et confiante et avait de longs cheveux blonds et de très, très beaux seins. Pas beaucoup plus grand que la moyenne, mais parfait. Je pensais qu'elle était si belle, et je l'ai suivie partout comme un petit chien. Elle l'a pris comme son dû, et après les activités de la journée, elle me laissait parfois traîner et faire des choses pour elle : peindre ses ongles, se brosser les cheveux… Dieu comme j'aimais brosser ses longs cheveux blonds le soir quand elle se préparait pour lit. Rien que d'y penser, j'ai des papillons. Cette année, je suppose que parce qu'elle savait que j'avais 18 ans, elle m'a laissé traîner jusqu'à ce qu'elle soit prête à aller au lit.

C'était la première fois que je la voyais en nuisette. Je l'avais déjà vue en maillot de bain, mais c'était différent. c'était l'été, et il faisait chaud, et sa chemise de nuit était fine et blanche, et avec la lumière derrière elle, c'était comme si elle ne portait rien. Je pouvais voir la forme de son monticule, même la forme des lèvres de sa chatte, un peu.

Elle m'a surpris en train de la regarder. Je rougis, mais je ne pouvais tout simplement pas détourner le regard. Pour la première fois, j'ai senti un picotement dans ma chatte. Ce n'était pas juste un vague sentiment, c'était localisé. J'avais regardé Linda Sue avec une adoration totale de toute façon, mais maintenant je regardais ses parties féminines et je sentais quelque chose remuer dans les miens.

Peut-être qu'elle était flattée, peut-être qu'elle était juste excitée (elle avait un petit ami, mais il était absent). Je ne saurai probablement jamais pourquoi, mais elle a pris ma main et l'a posée sur sa poitrine. Mon cœur s'est presque arrêté.

C'était si doux. Plus doux que je ne l'avais jamais imaginé. Je pouvais juste voir ses auréoles marron clair à travers sa chemise de nuit, et je pouvais voir son mamelon devenir dur sur le sein que je ne touchais pas. Plus important encore, je pouvais sentir l'autre mamelon se soulever sous la main qui la touchait. Je touchais le sein de Linda Sue ! Je pensais que j'étais au paradis. Ce picotement dans ma chatte devenait définitivement plus fort, et ça faisait vraiment du bien.

"Est-ce que tu t'es déjà… touché ?" elle a demandé.

« Toucher… me toucher où ? balbutiai-je.

"Il y a quelque chose que je fais pour me détendre la nuit", a-t-elle dit, "après avoir éteint les lumières." Elle hésita. "Parfois, eh bien, une fois, j'ai laissé mon petit ami m'aider. Mais il était trop brutal. Si je vous demande de faire quelque chose et que je vous dis exactement quoi faire, le ferez-vous pour moi ? Juste comme je veux ? Sans demander quelque chose en retour ?

J'ai balbutié un oui, puis j'ai dégluti et j'ai dit que je ferais n'importe quoi. Rien.

« Et tu ne le diras pas ? Et tu ne demanderas rien en retour ?

"Je promets. Traverse mon cœur.

"D'accord. Je vais te faire confiance. Mais c'est notre secret, d'accord ?

D'accord? Elle m'a eu à "notre".

Elle ouvrit le tiroir de sa commode et en sortit un petit gode. Ce n'était pas en forme de pénis ou quoi que ce soit, plus comme un rouge à lèvres surdimensionné, mais c'était lisse et rose et ça m'a donné un petit frisson de le toucher.

Elle me prit la main et me conduisit à son lit simple. Elle a retiré les couvertures, s'est allongée sur le drap et a tapoté le côté du lit près de sa hanche pour que je m'assoie.

« Maintenant, je vais me toucher, d'accord ? Avec ma main droite. Tu prends ta main et tu me touches de l'autre côté, juste comme je le fais. Je te dirai si tu te trompes. »

"Je ne le ferai pas. Je vais le faire exactement comme vous le souhaitez. Je… je veux te toucher.

« Il ne s'agit pas d'obtenir quelque chose que vous voulez, vous vous souvenez ? C'est à peu près ce que je veux. Si je te laisse faire, ça doit suffire.

"Je comprends. Je voulais seulement dire que je veux faire ce que tu veux. Tu es si belle, Linda Sue », ai-je jailli.

Elle s'est lissée. "Merci."

Elle ferma les yeux et remonta l'ourlet de sa chemise de nuit sur son sein droit. Rien que de regarder ses seins nus me faisait trembler. Je l'ai reflétée, soulevant sa chemise de nuit sur son sein gauche également.

Elle se caressa du bout des doigts d'une main, de sa hanche jusqu'à sa poitrine. Je lui ai caressé l'autre côté, de la même manière.

Ses doigts encerclèrent son auréole droite. Le mien l'a encerclée à gauche. "Oui," siffla-t-elle en reprenant son souffle. "C'est vrai."

Elle tenait le petit gode dans sa main gauche. Elle a commencé à le déplacer sur son ventre et à frotter sa motte avec. "Mmm," souffla-t-elle. Elle a commencé à taquiner doucement son mamelon droit alors que le gode sondait près de ses plis. J'ai regardé attentivement, ne voulant pas lui déplaire, puis j'ai commencé à effleurer doucement son autre mamelon avec ma paume en même temps, de sorte que les deux mamelons étaient stimulés ensemble. "Oh, c'est bien, Cindy, tu le fais très bien."

J'étais ravie des louanges. Elle a commencé à caresser son sein, le prenant dans sa main et effleurant du bout des doigts le mamelon en érection alors qu'elle commençait à sonder l'entrée de son jardin secret avec le gode. Je suivis, prenant son autre sein en coupe dans ma main, brossant son autre mamelon jusqu'à ce qu'il soit dur.

Elle se tortilla un peu. « Hum, ça me prend les deux mains. Continuez à faire ma poitrine.

J'ai regardé, fasciné, alors que sa main se déplaçait vers l'avant de son monticule, elle a glissé un doigt dedans et a commencé à frotter quelque chose que je ne pouvais pas voir. L'autre main tenait le gode, mais il disparaissait en elle, plus bas. Je caressais sa poitrine, passant mon doigt sur son mamelon dur au rythme du doigt bougeant dans ses plis. Sa respiration s'accéléra.

"Oh, c'est bien, Cindy. … si bon… mm… fais mes deux seins… oh, oui… »

Sa main plongeait lentement le gode dans et hors d'elle. Je pouvais deviner où ça allait. J'ai commencé à m'exciter d'une nouvelle manière. Son doigt, de son autre main, se déplaçait beaucoup plus vite maintenant, frottant avec un rythme féroce. Je ne pouvais pas dire avec quelle main je devais être synchronisée, alors j'ai pris une décision et j'ai soigneusement chronométré mes caresses pour que je brosse rapidement un mamelon, au rythme du doigt se déplaçant dans ses plis, et ai glissé ma paume sur son autre mamelon plus lentement, au rythme de la main faisant glisser le gode progressivement vers l'intérieur et vers l'extérieur.

"Oh! Cindy ! C'est… bien… bien !. Juste comme ça, juste comme ça, oh, oh. Sa respiration devint saccadée et son doigt se frotta frénétiquement d'avant en arrière. Elle ferma les yeux avec force, se concentrant. J'ai continué à caresser ses seins. Ils étaient si doux, si lisses… Elle grogna, puis grogna encore, arquant le dos. "Euh. Oh. Ouiiiiiiiiii. Euh, euh, euh… Mm… Mmm… Mmmm. » Elle soupira et se détendit, laissant tomber ses mains sur ses côtés. J'ai gelé.

« Non Cindy, continue. c'est zonte. Mais pas mes mamelons maintenant. J'ai doucement massé ses seins, appréciant leur sensation sous mes mains, leur douceur, la façon dont ils bougeaient.

« C'était bien, Cindy. Arrêter maintenant. Tu peux caresser le bouton sur ta propre chatte, comme tu m'as vu le faire, mais juste une fois maintenant, pour voir si tu sais où il se trouve. Elle roula sur le côté. « Et tu pourras revenir demain soir. Oh, remets ça dans mon tiroir. Elle a tendu le gode, l'extrémité pointée vers moi. J'ai pris la pointe dans ma main. Il faisait chaud. Et glissant. Et juste un peu humide.

Je l'ai regardé dans ma main. Je me sentais vraiment bizarre. Linda Sue m'a observé attentivement. « Est-ce intéressant ? » demanda-t-elle sournoisement.

"Euh." Oh Christ. Étais-je si évident ?

Elle a eu une étincelle méchante dans les yeux. « Voici quelque chose pour vous, alors. Tu étais bien ce soir. Vous pouvez… Vous pouvez le sucer. Elle m'a observé attentivement pour voir comment j'allais réagir. Je me sentais drôle, surtout drôle là-bas. Je mis le bout du gode dans ma bouche et le suçai. C'était salé et… musqué. C'était mon premier aperçu de la chatte d'une autre fille.

Linda Sue s'est assise dans son lit. "Tu aimes ça, n'est-ce pas ? Hum. D'accord. Plus profond. Poussez-le plus profondément dans votre bouche. Maintenant, caresse-toi, comme je te l'ai montré.

Ma main a glissé docilement dans mon short de camp ample et dans ma culotte. J'ai poussé dans le pli au sommet de mon monticule et j'ai descendu jusqu'à ce que je sente une sorte de bouton. J'ai ressenti un frisson soudain en touchant mon clitoris pour la première fois.

"Vous l'aimez", a observé Linda Sue. "Maintenant, suce-le et caresse-toi." J'ai fait ce qu'on m'a dit et j'ai eu une sensation vertigineuse de plaisir.

"Ça suffit", a lancé Linda Sue. « Rangez-le maintenant. Et fini les caresses ! Je saurai." Elle tira le drap sur son épaule et ferma les yeux. « Revenez demain soir, après l'extinction des feux. Ne laissez personne voir. Mets ça dans le tiroir en sortant.

La nuit suivante, j'étais essoufflée d'anticipation, prête à faire tout ce que Linda Sue me demandait. Elle m'a fait refaire ses seins pendant qu'elle se masturbait à nouveau, mais c'était presque superficiel, comme si elle était plus intéressée par ce qui venait après. Elle m'a fait sucer à nouveau son humidité du gode et m'a fait le pousser dans ma bouche et me caresser en même temps. Elle est restée en contrôle total, fascinée par son pouvoir sur moi. J'avais envie de continuer à me caresser, mais Linda Sue ne m'a donné la permission que pour un coup à la fois, lorsque j'ai poussé le gode dans ma bouche. Elle m'a fait continuer jusqu'à ce que je respire difficilement et que je tremble. Puis m'a arrêté et m'a renvoyé pour la nuit.

Les deux nuits suivantes ont été les mêmes, mais Linda Sue m'a laissé embrasser l'un de ses seins et lécher le mamelon pendant qu'elle jouissait. Elle m'a caressé les cheveux. Elle m'a laissé me rapprocher un peu plus de mon propre orgasme chaque nuit. Mais je ne savais pas encore ce qu'était un orgasme. Je savais juste que chaque soir, je me sentais mieux et plus excitant. J'étais sous l'emprise. Je ferais tout ce que demanderait Linda Sue.

La nuit suivante a été une sorte de tournant. Linda Sue s'est allongée sur le lit et a remonté sa chemise de nuit sur sa taille. J'ai attendu qu'elle expose ses seins, mais elle ne l'a pas fait. Au lieu de cela, elle ferma les yeux et dit: "Voulez-vous m'embrasser?"

J'approchai mon visage du sien, mais elle se détourna. "Euh. Pas sur la bouche », gronda-t-elle. "Je ne suis pas lesbienne." Elle désigna ses poils pubiens blonds et soyeux. "Là-bas."

"Euh. D'accord. Je veux dire oui. Je veux dire, s'il vous plaît.

Elle sourit de contentement. « Allez-y alors. Embrasse le."

Je me suis agenouillé sur le sol, le bois dur contre mes genoux et le dessus de mes pieds. Elle a balancé ses hanches au bord du lit, et je l'ai embrassée sur son monticule pubien.

« Plus bas », ordonna-t-elle. "Entre les lèvres de ma chatte." Elle bougea ses hanches. "Non, pas là. Plus haute. Non!" Elle souffla d'exaspération. "Trouvez mon bouton."

J'ai cherché avec mes lèvres, explorant cet endroit étrange et nouveau. "C'est ça!" dit-elle. « Non, reviens. Oh oui. Embrasse le. Embrasse le." Elle se tortilla. "Euh, français embrasse-le, avec ta langue."

J'ai maladroitement commencé à lécher son clitoris, écoutant attentivement sa respiration pour savoir quand je le faisais bien. J'ai commencé à comprendre, apparemment.

« Euh, euh, euh… oui, ouiiii… mm. Mm. Mm. Oh. Dieu. Cindy ! Ne vous arrêtez pas ! Ne vous arrêtez pas ! Oh, putain, n'ose pas t'arrêter. Ne… oh… AhhhAAAa. Oh! Arrêter. Arrêter!" Elle haletait. « C'était bien, Cindy. Bonne fille. Obtenez la… chose. De mon tiroir. Mettez-le en moi. Aïe ! Va lentement! Maintenant, poussez-le vers l'intérieur et vers l'extérieur. Lentement. D'accord, maintenant sortez-le complètement. Elle s'assit, les yeux brillants. « Maintenant, suce-le. Suce-le et joue avec toi-même. Continuez à sucer et à jouer jusqu'à ce que je le dise.

J'ai commencé à sucer le gode, l'enfonçant et le retirant sous la direction de Linda Sue à bout de souffle. La sensation de mes lèvres étirées et de ma bouche remplie était inextricablement liée au plaisir et à l'excitation provenant de mon bouton d'amour. Quelque chose a commencé à se produire, quelque chose que je n'avais jamais ressenti auparavant. J'ai commencé à haleter.

« Arrêtez maintenant », ordonna Linda Sue. J'ai continué. Je ne voulais pas m'arrêter. "Arrête, j'ai dit !" J'ai gelé.

"Mauvaise fille! Vous êtes à l'heure. Ne reviens pas demain soir. Et ne jouez pas avec vous-même. Et rangez ça. Ew, lave-le d'abord. Vas y."

Je suis parti les larmes aux yeux, humilié. La nuit suivante, je me tenais devant la cabine de Linda Sue et j'ai regardé la lumière de sa fenêtre s'éteindre, mon cœur plein de douleur.

Le lendemain au déjeuner, j'ai vérifié mon sac postal. Il y avait une note. Ce n'était pas signé. Il disait juste "Ce soir". Mon cœur s'est envolé. Soudain, ma chatte était humide. Ce soir!

Après la tombée de la nuit, je me suis glissé hors de mon dortoir et je me suis dirigé vers la cabine de Linda Sue. J'ai arrêté, ne sachant pas quoi faire. La camionnette du petit ami de Linda Sue était garée sur la route de gravier à côté de la cabine de Linda Sue. Je me suis glissé jusqu'à la fenêtre et j'ai regardé à l'intérieur. Linda était assise sur le lit en nuisette, embrassant son petit ami. Il touchait son sein.

"Pas si dur", gronda Linda Sue. Il commença à mettre sa main sous l'ourlet de sa chemise de nuit. Elle l'a giflé. "Pas dessous !", a-t-elle décrété. "Seulement en haut." Elle semblait sentir que je la regardais d'une manière ou d'une autre. Elle a levé les yeux vers moi, ses yeux verrouillés sur les miens. « Arrêtez de regarder ! » elle a commandé. "Entre ici."

J'entrai docilement dans sa cabine et me tins devant son lit, la tête penchée. "C'est la fille dont je t'ai parlé", a dit Linda Sue à son petit ami. Il me regarda d'un air dubitatif. "Elle va vraiment le faire?"

Linda Sue renifla. « Que ferez-vous si je vous le dis, Cindy ? »

J'ai remué les pieds. "Rien." J'ai répondu.

"Dis-le."

« Je ferai n'importe quoi pour toi, Linda Sue. Rien. Dis-moi juste ce que tu veux, suppliai-je. "Dis moi quoi faire."

"Regarde ça", a-t-elle dit à son petit ami. "Allez à la commode et sortez-la", a-t-elle ordonné. J'ai sorti le gode et je l'ai tenu. "Suce-le," dit-elle simplement. Les yeux de son petit ami s'agrandirent. Je l'ai mis dans ma bouche. "Continuez à le sucer jusqu'à ce que je vous dise d'arrêter." Linda Sue et son petit ami ont regardé pendant que j'aspirais le gode dans et hors de ma bouche.

C'était étrange de le faire devant son petit ami et de ne pas jouer avec mon bouton, mais j'ai quand même eu un picotement distinctement sexuel pendant que j'exécutais ma tâche. "Bonne fille," dit-elle avec approbation. Je rayonnais, poussant le gode dans et hors de ma bouche avec plaisir maintenant.

« Tu peux arrêter, Cindy. Rangez-le maintenant. Nous n'en aurons pas besoin ce soir. Viens ici."

J'ai marché jusqu'au lit.

"S'agenouiller." Je me suis mis à genoux.

« Jouez avec vous-même. Lentement. Si vous commencez à vous sentir vraiment excité, arrêtez.

J'ai mis ma main dans mon pantalon et j'ai commencé à frotter mon clitoris, mais c'était mal de le faire devant son petit ami et de ne rien avoir dans la bouche. "Quel est ton problème?" demanda Linda Sue. Je ne savais pas quoi dire. J'étais tellement gêné.

"D'accord, tu peux arrêter." Elle réfléchit un instant. « Voudriez-vous fermer les yeux et sucer le… le gode ? elle a demandé. J'ai hoché la tête, reconnaissant.

« Allez le chercher alors. Maintenant, fermez les yeux et réessayez. N'oubliez pas de vous arrêter quand vous le devriez.

Les yeux fermés, je pouvais oublier qui regardait. Avec le gode dans ma bouche, tout semblait normal, en quelque sorte. Alors que je frottais mon bouton d'amour, le gode glissant dans et hors de ma bouche, je devenais de plus en plus excité. Quand j'ai senti que je perdais le contrôle, j'ai arrêté.

"Bonne fille", a déclaré Linda Sue avec approbation. "De nouveau." Encore une fois, j'ai sucé le gode et j'ai joué avec moi-même jusqu'à ce que je sois proche, puis je me suis arrêté, espérant désespérément qu'elle me dise de continuer. Elle ne l'a pas fait. Elle hocha simplement la tête de satisfaction.

« Voici ce que nous allons faire. Jimmy, tu peux m'embrasser pendant que je me touche. Baisse ton pantalon. » Son copain baissa docilement son jean et son boxer. Son érection ondulait dans l'air. J'ai regardé mon premier pénis. Je me suis senti attiré par ça. Je voulais le toucher. Je voulais… le sucer, réalisai-je avec chagrin. Je n'arrivais pas à y croire. Mais je ne pouvais pas le nier.

« Pendant qu'il m'embrasse et que je me touche, Jimmy va mettre… ça. Dans votre bouche. Suce-le et joue avec toi-même. Si vous êtes trop excité, arrêtez-vous et comptez jusqu'à dix. Puis recommencez. Mais n'arrêtez pas de sucer. Quand je vous le dis, et seulement quand je vous le dis, vous pouvez être aussi excité que vous le souhaitez. Vous pouvez continuer et ne pas vous arrêter. Quelque chose de merveilleux va se produire. Mais seulement quand je dis. Comprenez vous?" J'ai hoché la tête. "Réponds-moi."

« Oui, Linda Sue, je comprends. Et je ferai ce que vous avez dit. J'étais gêné, mais excité. Elle allait me laisser… ne pas m'arrêter. Quelque chose allait arriver. Quelque chose de bien.

Linda Sue et son petit ami ont commencé à s'embrasser pendant que je regardais. C'était plutôt cool. Elle glissa une main sous sa chemise de nuit et commença à se frotter. Sa respiration s'accéléra. L'érection de Jimmy se balançait devant mon visage. J'en ai eu l'eau à la bouche (je n'y croyais pas, mais c'était comme ça).

"Vous pouvez commencer maintenant", a admis Linda Sue. J'ouvris la bouche et mis ma main dans mon pantalon. J'ai commencé à frotter mon bouton. Tout était normal, mais j'ai raté le gode. Puis Jimmy a mis sa bite raide dans ma bouche.

C'était choquant. Ce n'était pas du tout comme le gode. C'était chaud, d'une part, et doux et dur à la fois, mais pas du tout dur comme le gode. Ça avait un drôle de goût. Pas comme Linda Sue, mais… intéressant. Le mouvement de sa hampe dans et hors de ma bouche était cependant familier et réconfortant. La tête était grosse, mais je commençais à m'y habituer. J'ai décidé que j'aimais la façon dont il remplissait ma bouche. J'ai bougé mon doigt en rythme avec la bite dans ma bouche, et c'était encore plus excitant qu'avant. Cela a duré jusqu'à ce que je sois vraiment, vraiment excité. Jimmy semblait excité aussi.

"Dis-moi quand tu es proche", a-t-elle chuchoté à son petit ami. Je n'y prêtais aucune attention. ‘1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10’. J'ai recommencé à jouer avec mon bouton d'amour. Il n'a fallu que quelques secondes avant que je sente que j'allais exploser. ‘1- 2- 3- 4- 5- 6- 7- 8- 9- 10’. Un coup. Deux. Trois. ‘1-2-3-4-5-6-7-8-9-10’.

Jimmy grogna. "Je suis proche", a-t-il dit, une tension dans la voix. Quelque chose de drôle de goût suintait de la fente de son pénis, mais cela n'avait pas d'importance. Linda Sue a dit les mots magiques.

« Allez, Cindy ! Ne vous arrêtez pas, ne vous arrêtez pour rien. Continuez jusqu'à ce que vous n'en puissiez plus."

J'étais en feu. J'explosais. Quelque chose d'incroyable se formait en moi. La bite a commencé à pousser fort dans ma bouche, allant plus vite, mais cela n'avait pas d'importance. J'étais sur le point de tomber sur une sorte de bord, dans je ne sais quoi. Quelque chose de merveilleux.

Jimmy est venu dans ma bouche, l'inondant de sperme amer et salé, mais cela n'avait pas d'importance. Une seule chose comptait : je ne m'arrêtais pas ! Le liquide chaud a débordé de ma bouche, dégoulinant sur mon menton, mais cela n'avait pas d'importance. je jouis! Oui!! je jouis! Oh mon Dieu! La bite de Jimmy est sortie de ma bouche et j'ai senti du sperme chaud jaillir sur mon visage, mais cela n'avait pas d'importance. Je vivais la chose la plus incroyable de ma vie. Tout était bon. Tout était MERVEILLEUX ! Le sperme dans ma bouche était bon. J'ai dégluti par réflexe. Le sperme sur mon visage était bon. La bite qui repoussait dans ma bouche était bonne. J'ai sucé par réflexe. J'ai continué à sucer et à frotter jusqu'à ce que je ne puisse plus le faire.

Je me suis effondré, épuisé. J'ai vaguement entendu Linda Sue gémir avec son propre point culminant, mais cela ne semblait pas important d'une manière ou d'une autre. Jimmy m'essuyait le visage avec un bandana, en s'excusant, mais cela ne me dérangeait pas. J'avais trouvé le Saint Graal, et rien ne serait plus jamais comme avant.

Jimmy est venu à la cabine de Linda Sue tous les soirs jusqu'à la fin du camp, et moi aussi. Ils se sont embrassés, Linda Sue s'est frottée, et j'ai frotté mon bouton d'amour et j'ai sucé la bite de Jimmy jusqu'à ce qu'il vienne dans ma bouche, puis j'ai été autorisé à jouir. Au bout d'un moment, Jimmy semblait plus intéressé à jouir dans ma bouche qu'à embrasser Linda Sue. Elle a commencé à le laisser toucher ses seins nus, et cela a aidé un peu, mais les choses ont commencé à se calmer entre Linda Sue et moi. Je m'en foutais. Elle avait besoin de moi si elle voulait garder Jimmy sur une ficelle sans avoir à mettre quoi que ce soit de "grossier" dans sa propre bouche. Et j'ai découvert que ça m'aidait vraiment d'avoir une bite dans la bouche, frémissante, sur le point d'exploser, pour que je puisse me doigter par-dessus bord.

C'était donc mon premier orgasme, et mon deuxième, et je suppose mon septième ou huitième. C'est ainsi que j'ai appris à me faire jouir, et plus ou moins comment je l'ai fait depuis. Au fil du temps, j'ai appris que la langue de quelqu'un d'autre peut m'amener, ou ses doigts très, très habiles, mais dans l'ensemble, je suis une fille autonome en matière de stimulation clitoridienne. Oh, et je peux - et j'ai - jouir avec un doigt ou plus à l'intérieur de moi, ou avec une bite à l'intérieur de moi, et même une fois avec une bite dans le cul (mais c'est une autre longue histoire).

Mais à ce jour, il peut être difficile pour moi d'atteindre l'orgasme sans une bite dans la bouche, de préférence tremblante et qui fuit. Avec une bite dans la bouche, c'est une autre histoire. Je peux jouir si facilement, alors. En fait, l'une de mes choses préférées maintenant est d'aligner quelques mecs avec de grosses bites et de les faire baiser ma bouche un par un pendant que je me doigte. Cela garantit à peu près que j'aurai un orgasme ou trois, avant que ce soit fini. Et il est étonnamment facile à configurer. (Comme je l'ai dit, les mecs ne sont pas si compliqués quand il s'agit de descendre, du moins d'après mon expérience.) Donc, je passe beaucoup de temps avec du sperme dans la bouche et du sperme sur le visage, ces jours-ci. Et j'aime vraiment ça. Que puis-je dire ? Je suis juste une fille qui suce des bites, qui aime le sperme et qui aime le sperme. Et fier de ça.

Voilà donc mon histoire. Peut-être que je serais devenu une salope suceuse de sperme de toute façon. Peut-être que c'est inné, pas conditionné. Mais en ce qui me concerne, je dois remercier Linda Sue pour le fait que j'ai généralement une bite enfoncée dans ma gorge et que je jouis sur mon visage quand je jouis.

Alors, merci, Linda Sue, où que vous soyez. Tu m'as mis sur une route bizarre, mais c'est ma route. Et jusqu'à présent, je l'aime.


Chapitre 2 — Jours de gloire


Je suis rentré du camp d'été avec ma queue en feu. J'avais découvert The Orgasm et c'était la chose la plus importante que je pouvais imaginer à ce moment-là. Une fille doit avoir ses priorités, après tout.

Mon chemin de découverte avait certes été un peu tordu par Linda Sue, mon premier amour, qui m'avait appris à me toucher sous sa stricte surveillance, tout en suçant un gode, et qui ne m'avait finalement laissé jouir que lorsque la bite de son mec était en éruption dans ma bouche vierge. Les dernières nuits au camp d'été, j'ai eu des orgasmes explosifs tous les soirs, avec la bite du petit ami de Linda Sue éjaculant dans ma bouche à chaque fois.

J'étais un peu mêlé à tout ça. D'accord, plus qu'un peu.

J'avais léché Linda Sue et je l'aimais, à la manière d'un chiot, alors étais-je lesbienne ? Je n'avais définitivement aucun attachement émotionnel avec des mecs… mais j'avais un faible pour les bites. Je les ai vraiment, vraiment aimés. Surtout quand ils sont venus dans ma bouche pendant mes orgasmes explosifs. J'ai même peut-être eu un goût pour le sperme de mec. Donc, fondamentalement, je n'avais aucune idée de ce qui se passait, même dans ma propre tête.

La nuit, je me levais tard en frottant mon bouton d'amour sans réel succès. Je devenais chaud et dérangé, mais finalement frustré et un peu endolori. J'ai continué à frotter la boule magique 8, et elle n'arrêtait pas de dire "Répondez vaguement, demandez à nouveau." Rien à sucer, pas d'orgasme. Tellement injuste.

Je n'allais absolument pas essayer de me trouver un petit ami à sucer; Je n'avais jamais eu de petit ami auparavant, et les seuls mecs que je connaissais étaient des abrutis - vous savez, des ados typiques ; dans les jeux vidéo et la pornographie grossière sur Internet avec des femmes aux seins géants qui se font baiser le cul. Non merci, mais non, merci quand même. Quoi qu'il en soit, je ne voulais pas de petit ami, j'étais trop confus. Tout ce que je voulais, c'était une bite à sucer pendant que je me masturbais.

J'ai donc opté pour le plan B : me procurer un gode. Certes, je n'avais jamais eu d'orgasme réel avec juste un gode dans la bouche, grâce à Linda Sue, mais je m'en étais terriblement rapproché à quelques reprises, également grâce à Linda Sue. Cela valait la peine d'essayer. Alors. En route pour mon magasin de gode de quartier pour les filles, n'est-ce pas ?

Comme si.

Il y avait cette librairie pour adultes délabrée que j'avais traversée, dans un quartier assez miteux de la ville, qui annonçait des jouets sexuels dans sa vitrine (et des films à 0,25 $, quels qu'ils soient). C'était une longue marche de chez moi, mais faisable. Alors je l'ai fait. C'était vraiment un endroit à l'ancienne, le genre qu'il y en avait beaucoup, je suppose, avant qu'ils n'inventent Internet, le feu et tout ça. Je me suis dit que j'allais m'y glisser, acheter un petit gode, le mettre dans mon sac à dos, rentrer à la maison, monter dans ma chambre, le mettre dans ma bouche et faire une petite fête sucer-frotter-cum. Easy peasy, comme disent les vieux.

Pas. J'étais tellement pas préparé. C'était comme une avalanche de porno là-dedans, empilée jusqu'au plafond et totalement dans votre visage. J'ai vu des photos de femmes souriantes avec du sperme sur le visage et dégoulinant de leur bouche, ce qui était réconfortant, d'une manière étrange, mais il y avait tellement d'autres trucs VRAIMENT bizarres. J'étais un peu paniqué.

J'ai cherché un petit gode rose. Il y avait beaucoup trop de godes vraiment étranges qui ont tous attiré mon attention. Il y en avait des monstres violets avec des pointes qui sortaient, des super monstres noirs qui ne rentraient pas dans mon sac à dos, des longs et flexibles comme des serpents à deux têtes d'une ancienne mythologie basée sur la bite…

Le gars derrière le comptoir m'a remarqué. "Sac à dos", dit-il.

"Oh, d'accord. Désolé mec." J'ai remis mon sac à dos. Il m'a louché.

"Tu as dix-huit ans, ma fille?"

J'ai sorti ma carte d'étudiant de Kefauver High (Go, Wildcats.. ouais, peu importe…), montrant mon 18e anniversaire il y a six semaines. Il passa une demi-minute à faire l'arithmétique, puis hocha la tête. "D'accord."

Il m'a regardé bizarrement. Juste à ce moment-là, j'ai remarqué que j'étais comme la seule fille de l'endroit. Un tas de gars plus âgés essayaient de me regarder sans me regarder. D'autres regardaient tout simplement. J'étais un peu mal à l'aise. Mais je suis venu ici pour obtenir quelque chose, bon sang.

Je me suis raclé la gorge. "Puis-je regarder vos godes?"

Le gars fit un geste. Il devait y en avoir cinquante, empilés haut et bas, pour la plupart énormes et bizarres, avec d'étranges attachements extraterrestres. « Un genre particulier ? demanda-t-il, pas méchamment.

J'ai pris une profonde inspiration et j'ai juste renversé. Après tout, le gars était un professionnel, non ? Comme un barman, en quelque sorte. "Ouais, eh bien, je veux quelque chose à sucer pendant que je me masturbe", lâchai-je. « Je ne suis même pas sûr que cela fonctionnera. J'ai l'habitude d'avoir une bite dans la bouche pour m'aider à jouir, alors... qu'est-ce qui serait le plus comme ça ? Je n'ai pas beaucoup d'argent », ai-je terminé.

Tout avait été calme d'une manière furtive là-dedans tout le temps, mais soudain c'était comme si tout le monde retenait son souffle. Vous pouviez entendre une épingle tomber, à l'exception des gémissements et des gémissements enregistrés provenant de la zone vidéo à l'arrière.

"Quoi?" J'ai dit.

Il avait l'air pensif, ce qui ne semblait pas être une expression à laquelle son visage était vraiment habitué. "Tu descends quand un mec éjacule dans ta bouche ?" demanda-t-il finalement, comme s'il essayait de remettre les pendules à l'heure.

"Ouais, en gros."

« D'accord… Je pense que nous avons quelque chose qui va nous aider. Ouais. Absolument. Euh, ça va me prendre une minute », il fit un geste vers la pile de fouillis qui débordait de la vitrine. « Vous dire quoi. Prenez des jetons », il a balayé comme dix dollars de jetons vidéo dans mes mains d'où ils ont été empilés par le registre. « Allez vous asseoir. Regarder un film. Sur la maison. Prenez le stand numéro douze. Il est dit fermé, mais ne vous en faites pas. Je vais… je viendrai frapper quand j'aurai quelque chose pour toi. Peut être un moment. Relaxer. Soulager d'un poids."

"Euh. Ouais ok. Sûr. Hum. Merci. Merci beaucoup."

« Bien sûr, poulette. Mon plaisir."

J'ai marché dans un couloir sombre à l'arrière, à la recherche du stand numéro douze. Il y avait beaucoup de halètements et de cris provenant des haut-parleurs à l'intérieur de petites cabines avec des portes. Certains étaient fermés, mais d'autres étaient ouverts. Je pouvais voir qu'ils étaient tous installés de la même manière : un tabouret court, chromé et non en cuir, un écran de télévision avec une fente à monnaie, une corbeille à papier et une petite étagère avec une boîte de kleenex.

Le kleenex semblait être une touche chic pour un tel dépotoir ringard, mais bon. Qu'est-ce que je savais ?

L'endroit sentait le sexe. Ça sentait le sperme. Mec cum. J'ai eu un picotement dans mon entrejambe. Ça sentait vraiment, vraiment bon. D'une manière vraiment mauvaise et sale. Je devenais excité.

J'ai trouvé le stand numéro douze, un en bas à partir de la fin. Effectivement, il était écrit "Fermé" sur la porte à la craie. Il a également dit "trou de gloire" dans le marqueur orange day-glo. Oui peut importe. Je suis entré et j'ai fermé la porte. Il y avait une serrure. Vraie intimité. J'ai réalisé alors que c'était un endroit où les gars venaient se branler en regardant du porno. Euh. J'aurais dû comprendre. D'où l'odeur. Mince. Toutes ces bites, tirant tout ce sperme à proximité, derrière des portes verrouillées.

Si proche, et pourtant quoi ?

Tant pis. J'avais du temps à tuer en attendant mon gode. Peut-être que je pourrais trouver une vidéo d'une fille qui me ressemblait, suçant une bite, et imaginer que c'ÉTAIT moi, et, vous savez, faire tourner le vieux bouton d'amour avec une bite imaginaire dans ma bouche. Ça valait le coup d'essayer. Peut-être mieux que de sucer un gode stupide, à bien y penser. J'ai verrouillé la porte.

Il a fallu quelques jetons pour comprendre le menu vidéo. Ces choses n'ont vraiment pas duré longtemps! Mais finalement, j'ai trouvé quelque chose de prometteur appelé une compilation de tarte à la crème orale, qui s'est avérée être un film de rien d'autre que des filles suçant une bite et se faisant éjaculer dans la bouche. vidé tous les jetons, décompressé et décidé d'essayer quelque chose de nouveau.

Cela fonctionnait, un peu, mais pas assez. Je commençais à m'exciter, d'accord, mais je ne pouvais pas aller là où je voulais aller. J'ai vraiment manqué d'avoir quelque chose dans ma bouche. Le regarder et essayer d'imaginer que c'était réel semblait être beaucoup de travail. Je suppose que c'est plus facile pour les gars. Ils sont plus visuels, ils le voient, ils y croient. Me, I need to taste it.

I heard something scratching on the wall between my booth and the one next door. It was pretty dark, but I could make out a hole the size of a doorknob in the wall, partly blocked by a sliding panel. I felt kind of guilty sliding the panel open. I probably shouldn’t be peeping on some guy jacking off, but I was curious. Maybe if I saw a real cock getting close, smelled it…

Dreams really do come true. As soon as I slid the panel aside, before I could even get my eye to the oversized peep-hole, a large, semi-erect penis pushed through the hole, practically in my face. I stared, my mouth watering, my pussy tingling. It waggled, like it wanted to play. A cock! Unsupervised! With no dorky guy attached! (Well, none visible anyway.) And it looked friendly. Inviting even.

Nothing ventured, nothing gained. I ventured.

I pulled the stool over to the… the Glory Hole! Well, duh… skooched down until it was at mouth level, and pulled my jeans and panties down far enough to reach my love button without too much contortion. The sight and smell of an aroused cock right in front of my face was intoxicating.

Show time. I took the proffered dong in one hand and put the other hand in my pants. The cock stirred and started to stiffen as I handled it. It felt really good, warm and firm. I slipped a digit into my slit and fingered the magic eight ball, asking the same old question—but this time I felt the response changing from ‘Answer Hazy, Ask Again’ to ‘Yes’. C'était si bon.

The cock was getting hot and hard as I stroked it. A nice buzz started in my clit. Oh oui. I eased my mouth over the head and wrapped my lips around the shaft. Mmm. A very nice buzz. I started to suck on it.

Bingo. My clit was humming with that Old Familiar Feeling. I was back on the path that I knew led home. I began to slide my mouth up and down, moving that lovely dick in and out of my face. The hole and wall arrangement was nice. I had total control. I pulled back until just the head was in my mouth, filling it nicely, and began to contentedly lick and suck while I stirred my love button, knowing where this would lead.

The dick in my mouth unexpectedly began to leak a familiar greasy fluid. Attendez! Not yet!

Too late. It began to jerk and pulse, shooting jets of hot cum into my mouth. I sucked and swallowed, using my lips and tongue to keep that cock cumming as long as possible, while I feverishly rubbed my sweet spot for release. But it was over too soon. That delicious prick I had had such high hopes for softened, slipped from my mouth, and disappeared back into the wall. What a gyp!

I was kicking myself for taking my time, enjoying the ride, while this once-in-a-lifetime gift of no-strings-attached, ready-to-suck cock just came and went, without me finishing, when I heard a distinct scratching sound on the opposite wall. I turned to look, suddenly hopeful.

Alléluia! Another glory hole! I slid the panel aside with two shaking hands, one hand shaking and skanky with my own pussy drool.

The cock that came out of the wall this time was fully erect, longer and darker than I’d seen before, kind of a pale olive color, with a noticeable curve to the left. It was very clean, and very handsome. My mouth literally watered as I approached the gently bobbing head, opened wide, and let my lips engulf it. It was hot, and hard, in the way that only cocks are—soft and tender on the surface, but firm, practically rigid, inside—and almost sweet. It was way longer than my mouth was deep, so I only took it partway in. Then I let the tip slide out from my mouth and sucked the side of the shaft, sliding down from the head as far toward the base as far as I could reach, then back up. It was responsive. It liked what I was doing to it, I could tell.

I sucked it slow, savoring the texture, not letting it get ahead of me. I was developing a spectacular buzz emanating from my love button, spreading in a warm wave through my loins. My finger was starting to distinguish different features of my clit: a sensitive shaft that I had to be gentle with, a hood I could rub vigorously, and a shy tip that would get real sensitive if I tickled it tenderly, then would deliver jolts of pure joy right through me.

I was determined to climax with this cock before it was spent. I tried to focus on myself, to get there first, but my mouth wanted to taste this new cock’s excitement too much. It was like an electric circuit. The more jazzed the cock felt in my mouth, the more jazzed-up my girl parts got.

I got on my knees on the black wooden floor and used both hands to get myself off, one rubbing my clit, the other teasing my pussy lips at the rim of my opening. As the feeling built, I thrust my mouth onto that beautiful, delicious cock again and again, fucking it with my face, as deep as I could. I could feel it swelling, the skin getting tighter. I tasted the precum just as I crested the wave of pleasure coming out of my twat, and when the dam burst at last and spasms of sweet release flooded me from the center of my little universe, the cock in my mouth erupted, spurting cum like a hose, into my mouth, down my throat, spilling out onto my face, running down my chin. It was like coming home.

As I rode the wave of excruciating erotic joy, I felt for the first time that I was drawing almost as much pleasure from the cock as from my girl stuff. The cum wasn’t actually sweet, but it was heady. It was good. I was hungry for it and I sucked it up greedily.

That was the moment I truly became a cum slut, sucking and serving that anonymous cock, worshipping it with my tongue and lips, savoring the semen that I licked off the shaft and sucked from the head. I knew that from that day on, for the rest of my life, even as a toothless granny, I would want to suck cock and taste cum shooting out of it—not just to help me reach my own orgasm, but for it's own sweet sake.

I used the kleenex to mop up the spilled semen, zipped up, and staggered out onto the street in an erotic daze, barely remembering to grab my daypack at the counter. I never went dildo shopping again, but I did visit my friendly neighborhood glory hole every chance I got for the rest of the summer.

By the last few weeks of my Magic Summer, I had a routine at the bookstore. I’d stroll in, nod at the guy behind the counter, and head down to booth twelve, daypack and all. Some of the regulars would follow me into the back, semi-discreetly—I mean, not actually shoving or tripping over each other. Guy discreet, you know?

I’d lock the door, drop trou, take a bottle of oil from my daypack and spread it on my happy parts, so I wouldn’t rub myself raw over the next hour or two, and by then there would be scratching on both walls and I’d be open up. The booth was small enough to let me use both holes at once. Both glory holes, that is. My personal love hole and my bung hole were still virginal, thank you. Only my mouth was open to the public pubis. But that hole was open wide.

I’d open both glory holes and watch in satisfaction as the first two pricks of the day came through the walls. I was familiar with most of them by now, but there was almost always at least one new cock sometime during my suck-a-thon.

Sometimes the dicks emerged already fully erect, particularly the ones I knew well, as if they were anxiously awaiting reacquaintance with my oral pleasure palace. Others were at half mast, until I started giving them my attention. I would take one in each hand and pump them up as needed, until they were both good and stiff. I liked the heft and feel of them. I enjoyed the look of their veiny shafts and round heads, so different, yet so alike, all of them hard and wanting release.

Then I’d settle into a squat, with one hand dipping into my personal playground, and I’d alternate a while—sucking one cock while pumping the other with my free hand, going back and forth, tasting and fondling, until I started to get that good feeling from Happy Valley.

Then I’d choose one cock to focus on and give it my undivided head, bobbing, sucking, swirling, licking, enjoying the way the pressure built as it approached orgasm. I liked to take my time with my own orgasm now. There were plenty of cocks. I’d casually keep the other cock in play with my free hand while I sucked my chosen dick, working it into a frenzy. Soon I’d feel it swell in my mouth, oozing precum.

As often as not, when the first cock boiled over and started squirting warm bursts of cum into my mouth, I’d have a little ‘gasm myself. Just a warm up. The cum all tasted different. A few guys’ tasted nasty, and I’d spit them into a kleenex, but most were okay or actually good, and I gobbled them up, sucking hard on the dicks while they came so I could get it all.

I always felt a little sad to see them pull back into the wall, soft and flaccid, but I also got a little feeling of satisfaction, of accomplishment.

Man, it was nice to have another cock in my hand, already set to go, especially if I was building toward a big climax. I could fill my mouth and start sucking another dick with no delay, fresh sperm still on my tastebuds, keeping my female mojo going uninterrupted until I clenched and came. Nine times out of ten, when I came, the cock in my mouth would erupt too, no matter how long or short a suck I had given it. Girl power!

I’d usually squat there, masturbating and swallowing cum—most familiar, some strange—for about an hour, sometimes two, until I had about four girl-gasms under my belt, at least two of them big ones. Then I’d zip up and take off, a spring in my step, fresh pussy drool in my panties, cum in my tummy, and a big smile on my face.

I particularly remember my next-to-last visit. There were a couple of regulars hanging around outside when I walked up, just waiting to see if I’d drop by, I think. (I was coming there pretty often by then.) We never spoke, never made eye contact. But they sure checked out my ass and my bouncy little titties!

They mainly wanted to see if I was a real girl, I think. Why it mattered, I’m not really sure. You put your dick through a hole in the wall and it gets sucked. Who cares who’s doing the sucking? I guess maybe it’s the principle of the thing. Ou quelque chose. Anyway…

I walked down to booth twelve, my heart already skipping a beat, locked the door, stretched, and pulled my pants and panties down, feeling a little moist and tingly Down Under. I took my time—olive oil, or coconut oil? Coconut stayed slippery longer, but olive oil had a warm sensual texture. Hmm. I spread my clit and pussy lips with olive oil, then spread out a little bandana on the floor to soak up the drippage, and slid the first glory hole open for business.

It was magic that day. First thing, the sweetest pink dick popped out of the wall, already pulsing with excitement. I took the round shaft in my hand and squeezed it. It swelled in pleasure. I popped the reddening head into my mouth and sucked, running my tongue over the slit. I tasted that slippery foreshadowing precum right away, the perfect accompaniment to olive oil.

I dipped my pussy finger into my mouth, mixing the olive oil and precum, tasting them together, running my finger around the cock head in my mouth, then returned my finger to my swollen clit, where I felt their mingled fluid textures sliding over me together. The dick in my mouth swelled impossibly, then gently splashed cum right onto my tongue, just like that.

I shuddered with a small girl-gasm of my own at the sudden surprising taste. I didn’t let the cock slip from my mouth and out of my hand right away. I gripped it tight, sucking gently and licking all around the head, affectionately. It rippled and shot a little more come inside my mouth, as if to say thanks.

I opened the other glory hole, already a little breathless, only to meet my old friend, the long olive cock with the left hand curve—the first glory hole cock I had cum on. We had a happy reunion. I had been practicing for weeks now, and I was able to take the whole length of that long, handsome dong into my mouth, suppressing my gag reflex, and open my throat. I felt my throat muscles contract around the rim of his helmet as I swallowed.

I rocked back and forth, that long cock down my throat, my fingers flashing over my oiled clit, for several minutes, taking it out only to breathe. We came together massively. I almost fell over, and the man attached to the cock must have done the same—his weenie popped back through the hole with an audible plop, and I heard low, deep laughter from the other side of the wall.

I sucked seven cocks that day, and had four breathtaking orgasms.

On this particular visit, I went on sucking cock and eating cum for a while—even after zipping up Miss Happy Pants—just for the pleasure of it: feeling them tremble, grow suddenly bigger in my mouth, then explode, pulsing with excitement, heat, and cum.

Eventually I closed up shop, waited for the scratching on the walls to stop, and split. I was in a good mood, loose and happy, content, feeling like I’d eaten a little too much yogurt, but ready for a cup of dark roast coffee and something for dessert. I had a pastry at a little cafe in the chi-chi district that was gradually eating away the seedy part of town. I felt like I owned this part of the city: Queen Cindy the First of the Olde Raunch District. I so ruled.

My final visit to the bookstore a few days later was sad and different. There were a bunch of cop cars out front and lots of flashing lights. I didn’t go in. I walked past and made myself scarce for a while, and when I came back, the sign just said CLOSED.

It never reopened. After a while I stopped going by. I poked into the few other, surviving smut stores, the last two nearby and a couple by the edge of town, but none of them had anything like my Glory Hole. It was the last of its kind, I guess.

Like summer break, my glory days were over. It was time to leave my ‘rent’s house and start a new chapter in my life, anyway. I had confidence now that I would find other cocks to suck, somewhere. They were out there, just waiting for Cindy’s Special Mouth. I couldn’t wait to taste them.

And I was still a virgin! Time to fix that, soon, I thought.

Articles similaires

La femme de Rick partie 5 sur 6

L'histoire de mon ami La femme de Rick 5 (5 sur 6) La scène : Les yeux bandés, j'étais à genoux dans le salon sol, genoux écartés, aine serrée contre le dos de Linda, mon femme, qui était également agenouillée et assise sur ses talons. Linda, en tour, était agenouillé entre les jambes tendues de William, qui assis sur notre causeuse. Maintenant, imaginez ceci : Moi, M. Hétérosexuel, j'étais penché en avant avec mes bras autour de ma femme. Ma main gauche était placée sur celle de Linda main gauche qui pressait et massait les testicules de William. Mon droit main...

555 Des vues

Likes 0

Délice de cisaillement

Frank essuya la sueur de son front avec le dos de son gant et continua à tailler les roses Seymour. Il était 12 h 45, et comme sur des roulettes, il entendit Dee et son amie Tanya déambuler dans le jardin à l'arrière. Il jeta un coup d'œil derrière les fleurs et les vit marcher pieds nus jusqu'au belvédère avec un pique-nique. Dee portait sa robe légère à fleurs habituelle. Son sourire éclatant et ses cheveux de soie de maïs dorés lui ont donné une déesse comme la beauté. Sa robe moulait ses hanches et mettait en valeur ses mésanges gaies...

613 Des vues

Likes 0

La suite 5

Jim faisait les cent pas depuis une heure maintenant, après avoir détruit leur flotte d'invasion, ils étaient partis après le seul navire restant de la flotte Krang. Mary et Amber l'avaient regardé presque tout le temps Jim si tu ne le fais pas assieds-toi, je vais te casser la gueule, je ne peux pas supporter beaucoup plus ton rythme », a presque grondé Mary. Jim s'est rapidement assis dans le fauteuil de commandement en essayant de ne pas regarder Mary, désolé Mary, je déteste cette attente, j'ai rien sur le robinet pour faire rien sur quoi travailler, vous savez que je...

504 Des vues

Likes 0

Ma petite soeur Lily, Chapitre 2 : Le premier amant de Lily_(0)

Le soleil est entré dans la chambre et je me suis réveillé et me suis frotté les yeux. J'ai regardé à côté de moi et il y avait ma petite sœur. J'ai pris mon téléphone et nous avons commandé le petit-déjeuner, puis je l'ai prise dans mes bras. Elle s'est réveillée juste un peu et a frotté ma poitrine alors qu'elle était allongée là. Sa main ralentit alors qu'elle se rendormait et je jouais avec ses longs cheveux bruns aux pointes bleu gris. Bientôt, la sonnette retentit et je glissai lentement hors du lit. Quand je suis revenu, elle était assise...

624 Des vues

Likes 0

Défendez-vous

Il était trois heures du matin quand le téléphone se mit à sonner. Bonjour? dit John à moitié endormi. John? C'est moi Marie ! Mary était la petite amie de John à l'époque. Quoi de neuf? Savez-vous quelle heure il est? La voix de Mary commença à trembler un peu. C'est Alex. Quelque chose est arrivé. Bien sûr, quand il s'agit d'Alex la reine du drame, il se passe toujours quelque chose. Alex, soit dit en passant, est l'ami proche de Mary, un ami transsexuel. Mary a toujours fréquenté des personnes étranges, mais si vous vivez en Californie, tout le monde...

133 Des vues

Likes 0

Apprendre le style de vie Pt 4 - Activations de tatouage

Ils ont changé la literie et Michael s'est douché puis s'est habillé. Ensuite, Michael fit tremper les draps sales dans la machine, puis ils se mirent en route. À ce moment-là, Silk mourait de faim. Michael a pris les clés et Silk l'a naturellement laissé conduire. Il l'a emmenée à son appartement pour obtenir une autre chemise à porter car il manquait quelques boutons à son autre. Elle a changé de tenue et l'a retrouvé à la voiture. Il les a emmenés dans un camion-restaurant et a regardé son visage. Il fut heureux de constater qu'elle semblait parfaitement à l'aise. Certaines...

690 Des vues

Likes 0

Professeur Gumbert

La salle de conférence était pleine d'étudiants oisifs gribouillant dans leurs cahiers pendant que le professeur Gumbert parlait des aspects techniques des bases psychologiques et de la façon dont les pères de la psychologie ont ouvert la voie à la meilleure communauté de cette génération. Gumbert portait des lunettes à monture épaisse qui semblaient s'attacher à son nez bulbeux, ses grandes mains jointes sous son derrière alors qu'il arpentait la pièce. Ses yeux gris tombèrent sur les étudiants avec un faible intérêt alors qu'il spéculait sur ceux qui abandonneraient d'ici la fin du prochain semestre. Beaucoup de filles avaient une quantité...

941 Des vues

Likes 0

Mission érotique d'Abby

J'étais à mon collège depuis plusieurs années et j'avais la réputation de défier intellectuellement mes élèves, en particulier dans le domaine de la littérature dramatique. De nombreux élèves sont allés dans une école secondaire de la ville qui était exceptionnelle. . . même remarquable à l'échelle nationale. Un de ces étudiants. . . Abby était de loin ma préférée. Elle avait en fait passé ses années élémentaires au Canada et l'éducation qu'elle avait reçue était exceptionnelle. Bien que la situation que je m'apprête à décrire. . . a eu lieu alors qu'elle avait 14 ans, j'ai eu le plaisir de l'avoir...

499 Des vues

Likes 0

En bas à la ferme_(3)

Il y a très peu de sexe dans cette histoire. L'histoire parle de sexe mais elle n'entre pas dans les détails que beaucoup d'entre vous veulent. Plus de 17 000 mots ; 34 pages. Je ne suis pas un agriculteur et je n'ai jamais passé une seule journée à travailler dans une ferme. S'il vous plaît, ne prenez pas les détails de cette histoire et dites-moi, ce n'est pas comme ça que ça se passe dans une ferme. En bas dans la ferme Edward Johnson se tenait sur le porche de la maison de ferme à deux étages de sa famille...

425 Des vues

Likes 0

Les Aventures de Jessica 4 !

Les aventures de Jessica 4 Notes de l'auteur : Salut les gens, c'est ma 4e histoire de la série, et j'ai hâte d'avoir des commentaires. J'adore écrire ces histoires, mais je suis très occupé maintenant, donc il peut s'écouler un certain temps entre les histoires. J'aime tous mes fans et je déteste mes non fans, lol, eh bien, je ne te déteste pas vraiment, je me demande juste pourquoi tu n'aimes pas mes histoires. Il y aura de l'inceste dans cette histoire, et si vous détestez l'inceste, ne la lisez pas. C'est la 4e aventure de Jessica dans la série, et à...

844 Des vues

Likes 2

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.