Sale petite belle-fille (partie 2)

169Report
Sale petite belle-fille (partie 2)

Tout en préparant du café pour moi et ma femme, je sens des bras glisser autour de moi par derrière. Julie s'était glissée derrière moi et voulait un câlin; Je regarde les bras et reconnais qu'ils sont les siens. Elle n'avait pas de manches sur la robe de nuit violette à manches longues avec le logo Bratz dessus. Une sensation de nervosité m'envahit ! "Julie, va dans ta chambre et mets des putains de vêtements", a crié Brenda ! J'ai gelé en remuant dans ma tasse de café. « Fais ce que ta mère t'a dit, petite fille, et ne refais plus ça », lui ai-je demandé aussi calmement que je pouvais faire résonner ma voix bégayante ? Je regarde les bras disparaître et je l'entends s'éloigner en pleurant, puis j'entends claquer la porte de sa chambre.

Secouant la tête, je reste juste là. "Vous ok buster" (mon nom d'animal de compagnie pour moi) a dit Brenda. "Non, j'ai besoin d'un temps mort" je m'exclame ! Ajoutez ensuite "ce que diable lui a pris, elle a déjà été joueuse mais jamais comme ça". "Hormones", a expliqué Brenda. "J'étais comme ça à cet âge mais j'avais le béguin pour toi à cause de tes longs cheveux bruns ondulés et de tes yeux verts sexy", a-t-elle dit. "Mes yeux sont noisette bien que l'amour", ai-je dit.

Pour ne pas vous perdre à travers l'histoire, mais Brenda et moi avons 7 ans d'écart et vivions à trois maisons l'une de l'autre dans un camp minier tranquille du Wyoming. Où vous pouviez crier et où les gens de toute la ville pourraient comprendre exactement de quoi vous parliez.

Retour à l'histoire…

Trois klaxons d'une voiture à l'extérieur ont signalé que ma mère était arrivée. "Êtes-vous d'accord pour aller avec votre mère", a demandé Brenda ? "Pas d'offense, mais je dois juste aimer, j'ai besoin d'avoir mon temps mort pour réfléchir. Les événements d'aujourd'hui vont me faire exploser la tête », ai-je dit. "Avez-vous notre liste buster", a demandé Brenda ? "Vérifiez notre table de nuit près de notre lit et retrouvez-moi près de la voiture, je ne veux pas faire attendre maman trop longtemps", ai-je dit. Dans un état second, je suis sorti et je suis monté dans la voiture. "Attends une minute avant de partir Brenda vérifie notre liste" (je savais qu'elle était toujours dans notre chambre) dis-je à maman. "Okies", l'un des styles de conversation uniques de ma mère, c'est tout ce qu'elle a dit. Brenda a sauté le long du trajet jusqu'à la voiture, probablement pour dissimuler le fait qu'elle était furieuse. Je l'ai vu dans ses yeux quand je suis sorti de la voiture pour accepter la liste et lui faire un câlin d'adieu. "Pas un mot à ta mère sur les événements de ce matin", me murmura-t-elle à l'oreille. "Je t'aime bee be", dis-je.

À travers la ville et à mi-chemin de la suivante, pas un mot n'a été prononcé, maman a rompu le silence en premier. "Qu'est-ce que tu penses d'habitude, tu n'es jamais ce Roger silencieux", a-t-elle demandé? « Maman du travail, ai-je répondu. Et en tant que président du syndicat local, j'ai une réflexion sérieuse à décider si je vais faire précéder les suggestions de mes collègues membres. Tout cela était vrai; cependant, ce n'était pas dans mon esprit, je pensais aux actions de ma belle-fille ce matin-là. Le reste du voyage a été aussi décontracté que d'habitude et à part les commérages habituels, maman et moi n'avons jamais parlé de la vie à la maison.

Maman a reculé dans le lecteur pour que je puisse décharger mes achats de la banquette arrière. Brenda, Julie et Lisa sont toutes sorties pour aider. "Puis-je avoir une soirée pyjama avec ta grand-mère", a demandé Lisa. "Si ça va avec Roger et Brenda, je n'ai pas de problème non plus", a-t-elle déclaré. Brenda a déjà dit oui, car elle avait son sac de nuit rose emballé dans sa main. "Soyez juste prudent avec le chien du voisin, le vieux bâtard aveugle n'a plus besoin de vous utiliser comme un jouet à mâcher", ai-je dit. "Oui monsieur", répondit-elle. Maman et Lisa sont montées dans la voiture et la voiture est sortie de l'allée. La sensation de nervosité était revenue me rendant presque malade. Au lieu d'entrer dans la maison, je suis allé à mon atelier pour fumer un joint.

La marijuana était mon plaisir coupable préféré et je pouvais m'en tirer parce que mon frère Jason était le chef de la section de la mine et me disait toujours quand mon nom était jeté dans le chapeau pour des tests aléatoires deux semaines avant de le faire. De plus, nous en avions tous les deux marre de la direction et la grève du syndicat se déroulait la semaine suivante. "Roger, où es-tu", a appelé Brenda. "Dans l'atelier bee be", répondis-je. "Wow, c'est une bonne chose" dit-elle en entrant "puis-je". Je lui ai tendu le joint qu'elle a pris sa seule bouffée habituelle, puis j'ai dit: «Tu as l'air inquiet». "Est-ce que vous me blâmez, j'ai tellement de choses dans mon assiette en ce moment, s'en débarrasser serait impossible", lui ai-je demandé?

J'ai fini le joint sans dire un mot de plus et elle non plus puis nous avons marché dans la maison bras et bras. Dès que nous sommes entrés, elle a dit "Julie est clouée au sol dans sa chambre pendant deux semaines et comme c'est le début de l'été, elle doit tondre l'herbe et désherber le jardin qui seront inspectés par nous deux". Cela m'a rassuré juste pour le moment. "Sur le fait qu'elle vous touche, la réponse est non jusqu'à ce que son échouement soit terminé", a déclaré Brenda. "Punition assez juste", ai-je déclaré. "Oh oui, elle est également enchaînée à son lit avec juste assez de chaîne pour se rendre à la salle de bain par sa porte, et moi et Lisa lui servirons des repas et des boissons", a-t-elle déclaré.

Je me suis détourné d'eux et j'ai marché jusqu'à mon atelier, j'ai fermé la porte et je l'ai verrouillée derrière moi. Comment je me sentais, je ne pouvais rien dire d'autre. L'un des tiroirs sous mon banc contenait une pipe que j'avais besoin de fumer de la pire façon possible, mais je tremblais comme une feuille dans un vent violent. Plus je fouillais dans les tiroirs, plus j'étais frustré; ce n'était pas fait de verre, alors j'ai pensé que je les jetterais simplement. Ensuite, le premier tiroir que j'ai sorti pour le jeter était dans le coin arrière gauche, la beauté nickelée qu'il était.
L'arrachant comme de l'or du lit d'un ruisseau, j'ai chargé la torche fissurée et j'en ai traîné la moitié d'un seul coup. Je n'ai réussi que cinq secondes mais c'était assez long à l'expiration, je me suis retourné comme un chien faisant le mort.

Brenda frappe enfin à la porte de l'atelier. "Ouvre cette porte Roger, si tu n'ouvres pas cette porte, je prends le fusil de chasse et je l'ouvrirai moi-même", a déclaré Brenda. "Tournez le bouton pour que la porte s'ouvre", ai-je dit. "Très drôle Roger se laisse aller dans la maison", a-t-elle ajouté. "Ici, tirez dessus s'il vous plaît", ai-je dit. Je lui tends la pipe et y mets une flamme et elle prend une bouffée puis la lâche et tout va bien dans le monde pour aujourd'hui. La prochaine personne à la porte est Julie et elle veut entrer dans la maison maintenant.

"Brenda est la maison fermée", je demande? «Bien sûr buster», répond-elle. "Allons-y alors", ai-je dit Brenda et je me suis réveillé dans le même lit ce matin le lendemain de l'explosion de la mine et il est 7 heures. "Comment va mon grand méchant aujourd'hui", demande Brenda ? « Horrible je lui dis. Je dois faire une déclaration à Keith aujourd'hui. Je suis presque sûr qu'il a des questions sur l'accident d'hier et sur d'éventuelles allégations de sabotage auxquelles répondre », ai-je ajouté. "Sabotage pourquoi seriez-vous impliqué dans une telle tactique comme ça", demande Brenda ? "Rappelez-vous quand nous étions chez mes parents la semaine dernière et que Mike et papa plaisantaient sur le fait de faire sauter la mine", dis-je. "Oui", répond-elle. "Eh bien, ils ont également dit à d'autres personnes d'intérêt qui pourraient dire qu'ils l'avaient réellement vécu", j'explique. Brenda ne dit rien de plus et je me lève pour aller faire du café et dès que je sors de notre chambre, une vue choquante est vue juste devant moi.

Julie est assise devant l'ordinateur nue comme un geai, les mains enfoncées dans son entrejambe et regarde du porno. "Qu'est-ce que tu fous ici ?", je m'exclame ! "Papa ne sois pas fâché contre moi", demande Julie ? « Va te rhabiller alors ou tu subiras ta punition d'hier maintenant », lui dis-je. Elle traverse la maison sans l'avantage de se couvrir. Arrivée dans sa chambre, elle claque la porte. Je continue à marcher jusqu'à la cuisine et m'arrête à l'ordinateur puis ferme les programmes Internet. J'ai également défini des contrôles parentaux pour limiter ce qui y est vu lorsque les filles se connectent.

J'installe la cafetière et m'assieds à la table de la cuisine. Un coup à la porte, signalant que quelqu'un est dehors, m'incite à aller répondre. En l'ouvrant, je suis accueilli par le chef de la police et son adjoint Robert Macarthur. "Bonjour messieurs, je réponds comment puis-je vous aider". Keith répond à ma question avec; "M. Parker, j'ai vraiment besoin que tu viennes avec nous au poste de police maintenant pour nous faire une déclaration pour t'ignorer de toute implication dans l'événement d'hier. "C'est facile Keith vient d'entrer et nous le ferons ici, j'en ai déjà une partie rédigée maintenant", je réponds. Alors qu'ils entrent, Brenda dit bonjour mais continue à marcher jusqu'à la chambre de Julie. Je réclame la déclaration hors de l'imprimante et la relis avant de la leur remettre et de leur faire signe de sortir. "J'espère que cela te rend heureux Keith" puis ajoute "maintenant, si tu veux, j'ai des affaires personnelles dont je dois m'occuper", dis-je. "Il y a d'autres questions que je dois vous poser", dit Keith. «Ils devront attendre que je descende à neuf heures. Comme j'ai accepté hier », leur dis-je.

Déçus ils partent. Je traverse la maison jusqu'aux chambres du fond. Je frappe à la porte de Julie et j'attends une réponse. "Entrez Roger." J'entends de l'autre côté dans la voix de Brenda. Quand je ferme la porte, Brenda me demande ce que la police voulait. « Une déclaration », je réponds. Je m'appuie contre la porte et glisse jusqu'au sol. Brenda et Julie sont assises sur le lit de Julie.

"Julie ne dira pas ce qui s'est passé ce matin entre vous et elle", dit Brenda. "Je vais être franc à ce sujet", dis-je, puis j'ajoute "elle se masturbait devant l'ordinateur en regardant du porno". Julie pleure et me traite de salaud pour ça ! "Juliette !" s'exclame Brenda. « Tu n'as que seize ans, pourquoi fais-tu une chose pareille ? » « J'aime ça, ça fait du bien », dit Julie. "Il est illégal pour vous de regarder du porno jusqu'à l'âge de dix-huit ans. J'ai réglé les commandes sur l'ordinateur ce matin », dis-je. "Bien et pourquoi", est venu voler vers moi à l'unisson. "De toute évidence, je n'ai aucun contrôle sur ce ménage et vous, vous agissez tous comme si vous pouviez me contrôler comme si j'étais sur une ficelle". Après avoir dit cela, je me sens livide et je sors de la chambre comme un homme possédé. En m'arrêtant dans la cuisine, je me verse une tasse de café et la prépare pour la boire. Ensuite, je m'assieds à table et réfléchis aux événements qui ont secoué le monde autour de moi.

Teresa entre dans la maison, s'assoit devant l'ordinateur et dit "pourquoi ne puis-je pas me connecter". "Tapez votre nom", je réponds. "Vous ne pouvez désormais être autorisé à consulter que les sites sociaux et les sites de recherche sur le Web", j'ajoute. "Pourquoi", rétorque-t-elle. « Demande à ta mère », dis-je. Elle demande où elle est, j'ignore la question. "Réponds-moi putain" s'exclame-t-elle ! "Si vous me parlez, changez de ton, je ne suis pas un punk, je ne vais pas non plus être traité comme tel", dis-je. Teresa sort en trombe de la maison. « Était-ce Teresa », demande Brenda ? "Oui", dis-je. Brenda crie à Teresa de revenir à la maison depuis le porche. Lentement, elle revient comme si on la grondait comme un chien pour avoir fait le pot dans la maison. "Chaque fois que vous venez, vous traitez Roger avec un manque de respect et il mérite mieux, vous prenez des choses d'ici et partez en pensant que ni l'un ni l'autre de nous ne s'en soucie", lui dit Brenda.

Je n'écoute qu'à moitié ce qu'elle dit à l'extérieur, je m'en fiche vraiment parce que j'ai mes propres pensées à écouter. Je m'assieds à nouveau à la table de la cuisine, après avoir pris une autre tasse de café et l'ai préparée pour la boire. Julie entre dans la cuisine. "Est-ce que Teresa est là", demande-t-elle. « Elle et maman parlent dehors », dis-je. "Puis-je aller dire bonjour et faire un câlin à Teresa", demande Julie ? "Vous pouvez mais après revenir ici et ne pensez pas que vous pouvez faire ce que vous voulez pendant qu'elle est ici", dis-je à Julie. Deux minutes après que Julie soit sortie, l'ambiance éclate en guerre. Je sors et dis à Julie « rentre dans la maison ». Teresa lui dit de ne pas le faire et dit que je n'ai aucune autorité sur elle. "Putain, si elle ne vit pas sous mon toit et que je dois m'inquiéter pour son bien-être, alors tout ce que je dis est valable en ce qui concerne Julie", dis-je à Teresa.

"Tu n'es pas notre père tu sais", dit Teresa. "Vous avez raison, mais je suis son tuteur, donc j'ai une responsabilité et une autorité sur son bien-être", dis-je. "Si c'est trop complexe pour que vous compreniez, laissez-moi le dire en termes simples, Julie doit m'écouter", j'ajoute. Julie rentre dans la maison comme Brenda et moi le lui avons dit, je la suis puis m'arrête avant de franchir la porte. "Teresa, tu n'es plus la bienvenue pour entrer dans ma maison et tant que je suis ici, tu me traiteras avec autant de respect que tu veux pour toi-même, ok ou pas ce sont tes règles dans ma maison", dis-je à elle. Je continue ensuite à entrer dans la maison.

Lorsque j'ai tapé la déclaration pour Keith la veille, j'ai négligé de vérifier mes e-mails pour d'éventuels indices qui pourraient indiquer la cause de l'accident d'hier. Je me suis assis à l'ordinateur familial pour le réinitialiser afin que je puisse me connecter à mon propre contrôle d'utilisateur que personne d'autre que moi ne peut voir. La raison de la confidentialité était que je l'utilisais à des fins professionnelles et syndicales. La plupart des documents sensibles que j'avais ici n'avaient pas vraiment besoin d'être secrets ; cependant, si certaines vérités en avaient été découvertes, j'aurais pu être emprisonné pour complot en vue de commettre un meurtre, un incendie criminel et la destruction de biens privés.

Michael m'avait envoyé un e-mail expliquant ses intentions et ce papa n'avait aucune idée de ce qu'il allait faire. Son e-mail était si détaillé qu'il laissait peu de choses à deviner. Il contenait une déclaration à remettre à la police qui leur donnait exactement ce qu'ils voulaient savoir sur l'accident. La déclaration de Mike m'a également soulagée de toute implication dans ce qui s'était passé à la mine. Je me suis juste assis là, émerveillé, en lisant l'e-mail. Il se lisait ainsi : « Je Michael Parker assume l'entière responsabilité de l'explosion de la mine le 4 juin 2015. Les niveaux de méthane sont plus élevés que ce qui est autorisé et l'autorisation d'extraire du charbon a été donnée par Donald Jamison.

Le cisaillement du mineur à longue paroi de la section six n'a pas été arrêté depuis qu'il a commencé à produire des étincelles en janvier. M. Jamison a été averti que cela provoquerait une explosion s'il n'était pas corrigé. De plus, le moteur de la courroie principale a commencé à produire des étincelles de manière irrégulière ce matin, ce que j'ai également signalé à M. Jamison. Les deux avertissements ont été ignorés et on m'a dit de commencer à exploiter ou je serais renvoyé. J'ai alors dit au chef de section Leroy Parker de commencer l'exploitation minière sur ordre de Donald Jamison ». "Archibald Carter a mis en marche le mineur à long mur et nous avons commencé l'exploitation minière à 9h12. À 9 h 20, il s'est arrêté en déclarant qu'il pensait avoir vu de petites rafales de feu provenant du voisinage de la tête de cisaillement.

Je lui ai demandé d'extraire du charbon jusqu'à l'heure du déjeuner, sachant très bien que je mettais sa vie, ainsi que celle de huit autres hommes, en danger et que la mine pourrait exploser. Après lui avoir dit de faire le mien, je me suis assis devant l'ordinateur dans la salle à manger et j'ai envoyé cet e-mail à mon frère Roger.

La mine a finalement explosé à 4 h 08 ce matin-là, juste au moment où ils allaient fermer et terminer leur quart de travail. J'ai ajouté à son e-mail. J'ai envoyé le document à l'imprimeur et j'ai imprimé trois copies. Un que j'ai plié et mis dans une enveloppe étiquetée OSHA. Un autre sur lequel j'ai mis le nom de Keith et le troisième que j'ai écrit à Donald Jamison. "Beebe, j'ai des lettres à livrer", ai-je dit à Brenda. "Ok", fut sa réponse. Je suis monté dans la voiture et je suis d'abord allé à la poste. Ensuite, j'ai apporté la lettre à Don et avant de rentrer chez moi, je me suis arrêté au poste de police et j'ai remis la dernière à Keith.

Keith était assis dans son bureau face à la porte, les yeux rivés sur les rapports qu'il avait reçus de Don, moi, et une information de trois autres contremaîtres qui impliquait que le propriétaire de la mine forçait les hommes de la mine à travailler sous conditions dangereuses. La secrétaire de Dixie Taylor Keith m'a annoncé dans son bureau. "Asseyez-vous Roger" dit Keith sans se retourner. J'étais déjà assis mais je n'ai rien dit et j'ai attendu qu'il se retourne. Il l'a fait alors je lui ai remis ma nouvelle lettre. Il l'a ouverte et l'a lue. "Cela couvre le reste de mes questions, merci Roger", a déclaré Keith. "J'espérais que ce serait Keith", ai-je dit.

"Nous pouvons enfin porter plainte contre les opérations orientales d'American Energy et son PDG Calvin Johannsen", a déclaré Keith. "Cette affaire va au tribunal fédéral, n'est-ce pas", ai-je demandé? "Oui", a répondu Keith. "J'ai également envoyé cette lettre aujourd'hui à la division ouest de l'OSHA à Denver", ai-je dit. "Bien, ils seront heureux de savoir que leur inspecteur a été soudoyé pour ignorer toutes les violations qui ont conduit à l'accident", a déclaré Keith.

Mon téléphone portable a sonné et Don essayait de me joindre. "Je suis au poste de police, on m'a demandé de faire une déclaration pour éliminer le syndicat comme suspect", ai-je dit. "Cette lettre que j'ai reçue de toi, Roger, à qui d'autre l'as-tu donnée", a demandé don ? "Le chef de la police Keith Richards et le PDG de l'OSHA des opérations occidentales Sam Jones", ai-je dit. "Eh bien Parker, vous avez effectivement fermé cette mine et toute possibilité qu'elle rouvre", a déclaré Don. Un an plus tard, Bill, le frère de Calvin et partenaire de la division ouest, a rouvert la mine avec une méthode opérationnelle plus stricte qui a rendu la mine plus sûre et a mis en place un inspecteur avec lequel le syndicat a accepté.

Après avoir quitté le poste de police, je suis rentré chez moi pour faire face à mes propres problèmes. Quand je suis arrivé, Brenda m'attendait sur le porche et Julie tondait la pelouse. Je l'ai regardé rapidement et j'ai aimé le fait que Julie ait fait du bon travail. Même si Brenda a gardé un œil sur elle tout le temps, c'était la première tentative de Julie pour tondre l'herbe. Julie a éteint la tondeuse, l'a ramenée au garage et a vidé le bac. Puis rapidement allé à l'intérieur. « Est-ce que Lisa est toujours avec maman », ai-je demandé à Brenda ? "Oui buster", répondit-elle. "Pourquoi", a-t-elle demandé? « Nous avons des affaires à régler avec Julie. Elle va être punie dès maintenant », ai-je dit.

"Je ne comprends pas pourquoi vous souhaitez la mettre à la terre dès maintenant", a déclaré Brenda. "Ce n'était pas du porno que Julie regardait quand elle se masturbait ce matin, c'était ses propres photos prises par elle-même. Les photos étaient de moi en train de changer de vêtements, de prendre une douche et de nous en train de faire l'amour. Je ne peux pas m'empêcher de me sentir violé par ce Beebe », ai-je dit. "Je veux que vous la sortiez de la maison pendant quelques heures cet après-midi afin que je puisse trouver son appareil photo et effacer les photos qu'elle a mises sur l'ordinateur. Je souhaite également les effacer également », ai-je poursuivi.

Brenda n'a pas dit un mot mais semblait profondément en train de réfléchir à ce que j'avais dit. Elle est également entrée dans la maison me laissant seul dehors. Elle ne tarda pas à sortir avec son sac à main et Julie la suivant derrière elle. « Buster, puis-je avoir les clés de la voiture, s'il vous plaît ? Je vais emmener Julie en ville et faire les courses que je peux faire pendant que vous vous occupez de vos affaires syndicales », a déclaré Brenda. Je lui ai remis les clés mais je suis resté sur le porche jusqu'à ce que la voiture soit hors de vue. Je suis entré dans la maison connecté à l'utilisateur qui a été marqué Julie. J'ai sélectionné le fichier nommé images et j'ai commencé à les parcourir.

Elle était tout à fait photographe et j'ai trouvé plusieurs d'entre moi dans ce dossier où j'avais mon pantalon mais toujours en sous-vêtements. Je les ai immédiatement supprimés et j'ai continué à en chercher d'autres. J'ai utilisé un outil appelé utilisations récentes et j'ai trouvé des photos de moi nue. Je les ai également supprimés. Un lien disant que maman et papa ne savent pas est apparu alors j'ai cliqué dessus. J'ai trouvé une sélection de vidéos montrant Brenda et moi en train de faire l'amour dans notre chambre. J'ai supprimé ceux-ci. Après avoir parcouru tout ce que j'ai pu trouver sur l'ordinateur, j'ai parcouru son téléphone.

Son téléphone ne contenait pas grand-chose, mais des photos d'elle-même vêtues et rien de moi ou de Brenda. J'ai fait de mon mieux mais je n'ai pas trouvé son appareil photo. Brenda m'a appelé et m'a dit "Elle a pris des photos tout le temps qu'ils étaient partis". "J'aurais aimé qu'elle ait laissé son appareil photo ici", ai-je dit. Connaître les faits m'a rendu fou pendant une minute, mais savoir que je n'avais aucun contrôle sur les faits m'a permis de me calmer. Mon Beebe trouverait une solution à notre dilemme alors j'ai laissé tomber toute l'agitation.

Mon niveau de stress était si élevé qu'il me semblait impossible d'essayer de me détendre ; J'ai pu fermer les yeux et au moins les reposer. Lorsque Brenda et Julie sont revenues, Brenda m'a tendu l'appareil photo et m'a dit : « Je l'ai dissuadée pour soulager votre stress ». J'ai feuilleté les photos et n'en ai trouvé qu'une floue de Brenda et moi nus. Une fois qu'il a été effacé, je l'ai rendu à Julie et j'ai décidé de la faire asseoir avec moi pour une conversation. "Eh bien, je ne veux vraiment pas papa", m'a dit Julie. "Je crains que vous ayez une libido hyperactive", ai-je dit. "Ce n'est pas une mauvaise chose, mais quand vous le dirigez vers moi, je pourrais être envoyé en prison pour viol si les mauvaises personnes le découvrent.

Voudriez-vous être responsable de m'envoyer en prison Julie », lui ai-je demandé ? "Non", a-t-elle dit "Je voulais juste toucher ton truc et peut-être jouer avec comme le font les filles sur internet", a-t-elle ajouté. "Je ne peux pas vous permettre de jouer comme vous voulez ou de toucher, le simple fait de toucher m'enverrait en prison", ai-je dit. "Pourquoi y a-t-il une règle qui ne le permet pas papa", a demandé Julie ? "Cette règle est là pour que les petites filles et les petits garçons soient protégés des méchants qui pourraient vouloir leur faire du mal", ai-je dit. "Comment est-ce que le toucher va me faire mal papa", a demandé Julie. « Et bien Julie tu sais ce que veut dire le mot corruption », ai-je demandé ? Julie hocha simplement la tête et ne posa plus de questions.

Sentant que mon propos était enfin clair, je me suis levé et j'ai marché jusqu'à ma chambre pour m'allonger pour me reposer. Julie a appelé maman et Brenda est allée lui parler. Je n'avais aucune idée de ce dont ils parlaient mais Brenda était dans sa chambre depuis longtemps. Je n'ai jamais entendu de cris, mais quand Brenda est revenue avec Julie, j'ai eu peur de devoir vivre ce que je ne voulais pas. « Buster, pourriez-vous me rendre un service s'il vous plaît », m'a demandé Brenda ? J'avais un mauvais pressentiment à propos de la question, mais j'ai baissé ma garde. Puis a demandé à Brenda quelle était sa faveur? "Permettez-vous à Julie de réaliser son souhait si j'étais ici avec vous deux", a demandé Brenda ?

Mes peurs m'avaient giflé en plein visage. "J'ai peur de ne jamais m'en sortir tant que je ne l'aurai pas permis de toute façon, alors pourquoi pas", leur ai-je dit. Je n'ai jamais fait un geste pour montrer que j'étais prêt et je ne me laissais rien faire pour l'aider. Pendant que je mentais là, Brenda a dit à Julie quoi faire et comment le faire sans me blesser. Je sentais les boutons se défaire lentement sur mon jean, c'était presque une torture. Lorsque les boutons ont tous été défaits, Brenda a aidé Julie à retirer mon pantalon et, ce faisant, mes boxers ont également été retirés à mi-chemin. Julie les a gérés par elle-même. Pendant un instant, Julie l'a juste regardé. Puis il a dit : « Ça a l'air si petit ; pourquoi ça grossit maman » a demandé Julie ? "Vous devez jouer avec ça comme ça", a déclaré Brenda. Elle l'a ensuite attrapé et a commencé à le caresser. Puis elle l'a lâché. "Tu voulais le toucher vas-y Julie", a dit Brenda.

Julie s'est rapprochée un peu plus de moi puis a enroulé une de ses petites mains autour de ma bite molle et a imité les actions de sa mère. Elle n'a pas tardé à ajouter l'autre parce que j'avais grandi au point qu'elle était trop grosse pour l'une de ses mains. Avec les deux mains enroulées autour de ma bite, elle a commencé à me branler. Une minute plus tard, j'ai senti des lèvres chaudes et humides à la tête de ma bite et j'ai été soulagé quand j'ai vu que ces lèvres appartenaient à Brenda. "Puis-je essayer cette maman", a demandé Julie ? J'ai dit "non" mais mes yeux étaient fermés donc je ne pouvais pas dire quelles lèvres étaient sur moi. Je pouvais dire qu'ils n'étaient pas ceux de Brenda.

Brenda a lentement guidé Julie et lui a montré comment faire une pipe environ cinq minutes plus tard, je sentais que je ne tiendrais pas trop longtemps en retenant mon orgasme. "Ne te retiens pas comme tu le fais avec moi buster quand ça vient, laisse tomber", a déclaré Brenda. Alors je me suis laissé sucer par ma propre fille. Je gardais à l'esprit que la personne qui faisait ça était Brenda. Après quelques minutes de plus, l'urgence de lâcher prise me poussait et je lâchai prise. Je suis entré dans la bouche chaude et consentante de ma fille. Elle toussa un peu mais commença à avaler sans qu'on lui dise quoi faire. Lorsque les pulsations de l'orgasme se sont calmées, Julie a demandé ce qui s'était passé.

Brenda lui a dit "elle m'a fait avoir un orgasme". Je me tortillais sur tout le lit car Julie n'avait pas arrêté de me caresser pour parler mais il le fallait. "Arrêtez s'il vous plaît", dis-je. Julie a accédé à ma demande. J'ai dit : « Brenda, j'ai besoin que tu m'achèves Julie, tu dois partir maintenant. Vous pouvez faire ce que vous avez fait aujourd'hui, mais vous ne serez peut-être pas autorisé à faire ce que maman et moi allons faire maintenant ». Brenda a enlevé ses vêtements et m'a monté à la manière d'une cow-girl inversée. Brenda a lentement construit un bon rythme et je pouvais entendre sa respiration changer au fur et à mesure qu'elle avançait.

"Puis-je vous sucer quand vous avez fini papa s'il vous plaît", a demandé Julie ? "Bon sang Julie, je vois que tu es une petite salope gourmande de sperme", dis-je. "Je le fous en l'air, ça m'appartient et je ne vais pas le partager", a déclaré Brenda. "Tu as deux ans de plus avant que tu puisses baiser le come out de ma petite fille, et j'ai plus à dire à ce sujet que maman", ai-je dit. "Oh fuuuuuuuuuck", je gémis. Brenda dit "attends-moi, je suis proche aussi". Je commence à grogner parce que gémir ne retient rien. "Dépêchez-vous Brenda, je ne peux plus me retenir", je gémis et je grogne pendant qu'elle continue de me baiser jusqu'au désespoir. Finalement elle commence son explosion et je lâche prise dès que je réalise sa libération.

Après avoir abandonné mon orgasme, il est si fort que je tremble physiquement, ce qui rend le sien encore plus intense. Complètement ennuyée par nous Julie sort de notre chambre et va dans la sienne. "Pensez-vous que je l'ai rendue folle ou lui ai-je fixé un objectif à atteindre", je demande à Brenda. « Je ne connais pas vraiment Roger je vais lui dire que c'est important qu'elle attende ; non seulement en ce qui concerne les problèmes juridiques, mais aussi dans la façon dont son corps va se développer », a déclaré Brenda. « Allez-vous permettre à ce qu'elle a fait aujourd'hui de continuer ou non ; si ça ne tenait qu'à moi, je préférerais qu'elle ne le fasse plus », ai-je dit. "Laissez-moi voir ce que je peux négocier avec elle", a déclaré Brenda.

C'était vraiment bizarre de laisser Julie faire ce qu'elle voulait devant Brenda. Julie et moi avons convenu de ne pas laisser savoir à Brenda que j'avais déjà appris à Julie comment faire un 'BJ'. L'acte réel semblait être méchant. Julie n'a jamais laissé entendre qu'elle avait de l'expérience, elle en a fait juste assez pour tromper Benda. Tout ce que je pouvais comprendre, c'était que Julie et moi nous rapprochions et que Brenda et moi nous éloignions. Demain, c'était les funérailles collectives des mineurs impliqués dans l'accident. Je me suis habillée avec mon costume et Brenda, Julie, Lisa et Teresa portaient toutes des robes.

Parce que la mine a explosé, tous les cercueils ont été fermés pour les funérailles. Mike et papa ont été enterrés dans deux parcelles côte à côte. Maman Jason et moi avons décidé d'acheter trois parcelles dans le cimetière local de cette façon, une fois que maman serait morte, elle pourrait être enterrée à côté de papa. La cérémonie était davantage un hommage à tous les hommes décédés ce jour-là, mais les services funéraires étaient davantage destinés aux familles pour dire au revoir à leurs proches individuellement. Don et Calvin étaient aux services funéraires. Maman et Brenda ont toutes deux demandé "comment je pouvais leur permettre de rester". Je suis resté silencieux et j'ai juste souligné le fait que Keith avait été présent aux services et qu'il était en uniforme.

Parce qu'il se sentait responsable de la tragédie qui se passait, Calvin a payé les services des concessions funéraires et des indemnités aux survivants et aux mineurs au chômage. Calvin valait un milliard de dollars deux ans avant que sa valeur nette totale après la fin des poursuites ne soit bien inférieure à cela. Totalisant environ neuf cents millions mais toujours sous. Certaines familles se sont retrouvées avec une montagne de factures que l'indemnisation a pris en charge ; notre famille était l'une des trois dont deux membres sont morts dans cet accident. Maman a refusé de poursuivre Calvin dans le procès, mais je l'ai fait. Lorsque la décision a été rendue, chaque famille a reçu un million et demi de dollars chacune.

Je n'ai jamais donné l'argent personnellement à maman, mais l'argent a été transféré directement de la banque de Calvin. L'argent de Mike m'a été donné, ainsi qu'à Brenda. Parce que nous vivions dans une seule remorque large à l'époque, j'en ai utilisé une partie pour l'enlever et l'installer dans une nouvelle maison modulaire. Notre nouvelle maison avait trois grandes chambres, un salon, une salle à manger, une salle familiale, un garage pour deux voitures et surtout de nouveaux meubles.

Teresa a continué à aller et venir chez nous. "Elle ne s'est tout simplement jamais sentie à l'aise de vivre avec nous", a-t-elle déclaré. J'avais l'impression qu'elle me détestait mais c'était le fait qu'elle était dans une relation qu'elle pensait que je n'approuverais pas. Elle avait tort, mais je n'ai jamais pu la faire me parler très longtemps sans que l'un de nous crie sur le fait que lorsque sa mère et moi nous sommes rencontrés pour la première fois, nous avions fait tant de choses de travers, ce qui m'a amené à nous disputer souvent avec Brenda. C'est des années plus tard que je l'ai amenée à s'ouvrir à moi. De plus, elle avait découvert ce que j'avais fait avec Julie et elle l'avait signalé au département des services à l'enfance et à la famille. Une action qui m'a mis en prison deux ans et demi sur trois ; dont j'avais passé pendant le procès de mon action criminelle.

Je n'ai jamais su quel genre d'animal avait été créé par moi et ma femme, mais avant la fin de l'été cette année-là, j'ai vite découvert à quel point ma petite belle-fille pouvait être coquine et salope. J'ai été libéré de prison deux jours auparavant et j'avais besoin de voir les filles, surtout Julie, après avoir été déposé là où je devais faire ma nouvelle maison pendant un certain temps. Un coup à ma porte, ma première visite d'AP&P, j'ai pensé lentement et prudemment, j'ai ouvert la porte et j'ai jeté un coup d'œil. Quel bordel ! pensai-je, incapable de verbaliser une réponse. J'ai failli tomber sur le cul quand elle est entrée ; Julie franchit la porte portant un plumeau qui m'appartenait une paire de baskets sans chaussettes et rien d'autre. Me poussant sur le canapé, elle a verrouillé ses lèvres avec les miennes. Une passion brûlante brûlait sur mes lèvres depuis les siennes. Au moment où elle a lâché prise, j'étais totalement à bout de souffle, ma respiration s'est accélérée quand elle a ouvert le plumeau, son jeune corps en développement était totalement nu.

Elle a enfoncé sa chatte rasée dans ma jambe nue; Je me préparais pour une douche et j'ai jeté une serviette autour de moi pour répondre à la porte. Pimentant mon visage de bisous et de bisous, j'étais perdu dans ce qui se passait. L'odeur de son sexe qui a violé mes narines et elle a commencé à caresser mon sexe alors qu'il prenait vie. "Attendez", j'ai gémi, elle n'a pas fait. J'ai à peine remarqué le caoutchouc quand elle l'a mis, mais quand elle s'est empalée sur moi, j'ai regardé pour m'assurer qu'il était là. Elle s'est tenue à mi-chemin, a pris deux respirations apaisantes, s'est détendue et j'ai déchiré sa virginité. Pleurant de douleur, elle remua ses hanches comme si elle jouait avec un cerceau et elle commença bientôt à gémir et à prendre de la vitesse.

Enfouie jusqu'à la garde, me frottant comme si j'allais mourir dans la minute suivante, son premier véritable orgasme a explosé d'elle, riant et gémissant, elle s'est enfoncée en moi et a continué comme un lapin en chaleur. Ma tête nageait, j'étais presque inconscient quand mon premier orgasme non venu m'a traversé, elle a visé ma bite avec sa chatte et a pilonné avec une fièvre que je n'avais jamais vue. Convulsant comme un épileptique, je me suis évanoui, je suis revenu après que mon prochain orgasme brûlant ait surchargé mes sens, puis j'étais de nouveau sorti. The next time I came to a new burning sensation deep in my loins made me writhe in agony and I exploded. Come shot out of my burning cock like a fire hose. The stars in my head clouded my sight when I could see again Julie was scraping my come off her body and gobbling it down like it was her last meal. After a rumble of gas I limped to the bathroom to empty my bowels.

Another searing orgasm ripped my reality into shreds, like an out of control fucking machine I humped the toilet. Julie stood in the doorway giggling at me while I was lost in a stupor of ecstasy. I stepped into the shower as if my body was on cruise control, after the shower I finally came into full consciousness and looked out of the bathroom into the living room to find Julie laying on the couch slowly bathing her pussy with my remaining come like she were petting a cat. She looked at my mesmerized face and giggled, cooed, and panted then broke into an orgasm.

“You certainly turned into a horny little come slut haven’t you”, I said. Not saying a word she only nodded. Reaching to the floor she held up a pair of handcuffs and said “got keys”. I answered “yes; however, it’s your turn to be submissive”, I said. “Do you want my arms in front or back”, she was asking me lustily? “Both the chain between your legs”, I said. Her jaw dropped to her chest and started to protest. But, I cut her off before she could finish saying anything. I said “you are my slut right now and refusing to do what I say will result in punishment”. Nodding her agreement she unwillingly complied, “stand up and follow me” I said. Again unwilling she peeked around the corner into my bedroom. “Well”, I shouted and through the door she came. “I warned you about not doing what you’re told”, I said. She frowned and almost started to cry but being a slave now she asked “May I cry” before doing it. “No” I retorted then added “get on the bed”.

Reaching into the top dresser drawer I removed a length of rope a glass dildo two vibrators and a paddle. A look of worry appeared on her face and I assured her she would not endure too much pain. “First off you have to be punished for not complying when asked to follow me” I said. When I picked up the rope and she watched my every move. Three wraps around each ankle then through a triangle and cinched up to the headboard, under the bed were 2 short 1X4” boards. These are meant to keep your knees from bending she had no idea that would make her pain more intense and I did not tell her. One at a time I tied the boards to the backs of each leg with each board secured and the ropes tied to the bedrails so movement was impossible I continued prepping her for punishment.

I placed a night mask over her eyes and secured it behind her head; I picked up the paddle then rubbed up and down her legs slowly. “What is that”, she asked? “Did I say you could speak”, I yelled. “No” she replied. I came to the realization that letting her have her tongue was a bad idea. I placed a vibrator in her fuck hole, then walked across the hall and collected a ball gag. She was moaning and writhing when I yanked out the vibe and started her instruction, “during your punishment you are not allowed to speak you may only moan. You will not be allowed to move either. Do you understand” I asked? She nodded, if at any time you can feel more pain than pleasure yell out your name and I will stop. “Is it understood you have more control than it seems”, I ask? She nods yes.

I introduce the ball gag to her mouth and secured it in place. I resumed with the paddle after I am sure she is ready. Tap tap thwack I rained the paddle down on her exposed bare ass. Then repeated the process three more times, I put the vibe back in her and let her relax when her moans got closer together I removed the vibe and resumed the paddle and repeated this process for 30 min. I removed the gag and asked her “are you ok”. Between gasping for air she said “yes”. The glass dick was inserted and a vibe inside of it. Thwack a new blow from the paddle, her whole body trembled and a long slow moan escaped her lips. I completed her punishment with full compliance, removed the dildo and slowly stroked her torso from around her tits down to her ass and back. “Good slave” I told her.

I commenced into a slow fuck-teasing of her pussy. “Please”, the word was barely audible but I knew what she wanted. “That’s it slave beg, beg for the release you so desperately want. Speak now slave tell me your desires”. “Let me come I will be such a good slave to you if you only let me come”, Julie said. “You will be a good slave you have no choice”, I said. I pulled out once more and stroked my cock over her face. This orgasm sprayed her face and chest; I then lay down with my lips one inch from her drooling crack blowing air on it and watching it twitch and open. “Please let me come”, she whimpered. “Isn’t that begging I hear if it is you need to do better than that”, I exclaimed! “Make me come you pathetic excuse for a man”, she shouted! “I knew you had it in you, continue your begging”, I said. “Arrg” she replied, “lick me fuck me do something other than tease I can’t take any more teasing I need it now”.

“Good slave, pick your release but if I don’t agree punishment will make you release”, I said. I was going to do more than just torture and fuck her I wanted to make her pay for talking when her sister told her to do it. During the course of her torture I never let her come; by my design I intended to also give her a good ass fucking and had some tools to complete the task. She grasped my face caressing it gently. “Suck me and clean me then fuck my virgin asshole”, Julie said. Surprised by the answer I slowly complied working my expert tongue the way she commanded. Pushing a small ramp under her ass pulled her legs apart and opened the crack of her ass a little wider then I prepped for the task with some desensitizing lube and my fingers. One finger pushed into the tight puckered hole then two then I pushed them all the way in and then slowly pulled them out and pushed back in again, pushing and pulling in rapid movements, it was almost ready gaping when I removed them.

I removed the mask and she looked at me with a questioning look. You may speak but only to satisfy your curiosity, “please make me come”, she said. “I will be getting to that in due time, meanwhile just enjoy what is happening and comply with everything I say”, I said. I laid down opposite of her then placed my throbbing cock at the entrance of her fuck hole, slipped it in and rocked slowly back and forth. I gradually put more and more of it in until I went all the way in to my ass and was grinding against hers. After a few strokes she seemed to be building to an orgasm so I pulled out. The moan of frustration escaped from her mouth and a hurt look came to her face but I paid no attention to it and did not punish her for that.

Just then the phone rang…rushing to the living room to collect the phone and answer it I was more frustrated than Julie.
“Hello”? My single worded answering of the phone was replied by “Hi buster is Julie there”, Brenda asked? “Yes she is but she can’t come to the phone right now I have her tied to the bed and I am torturing her”, I said. “Are you hurting her”, Brenda asked? “Absolutely not”, I answered. “Ok when you are finished with her will you send her home”, Brenda asked? “Yes I will Beebe”, I said. Brenda said “thank you and goodbye” then hung up without allowing me to answer. Struck with suspicion I pondered what that was all about; however, I was not allowed to stand there very long before Julie started moaning loudly. Upon returning to the room where she was, I found her with one of her thumbs in her pussy and the other in her ass trying to get herself off.

“Stop that immediately slave”, I told her. She complied without saying a word. “Now where were we”, I asked? “You were going to fuck my ass”, Julie answered. “Ah yes well if I am going to complete that task you must suck some life back into my cock”, I told her. I moved to the side of the bed closest to her face and she complied with my instruction. While she was doing so I gently thumbed her ass so I could ease my hard cock into it. Julie whimpered slightly when my thumb gained access, and then broke into moaning around my cock causing me to harden rather quickly.
I wallowed out her asshole with my thumb then quickly removed it and replaced it with the head of my cock. I gently pushed it past her anal ring and inside about two inches. More moaning continued until I was completely inside of her ass. There were some involuntary movements which I ignored. I permitted a few seconds to pass to allow her ass to relax, which it did. Afterwards I slowly started to fuck her, taking my time to enjoy the feeling. Julie had no problem climaxing from the pounding she was receiving although I wasn’t going at it full speed. Oooooooooooooooh fuuuuuuuuuuuuuuuck she moaned. Afterward she started screaming in orgasm. In response I only fucked her faster.

Oooo ah oooo ah was the sounds she was making once I finally achieved full speed. “Yes” she exclaimed “I am going to come now”. “Hold on to it for a bit until I tell you to let go”, I said. “I will try”, she said through clenched teeth. I could tell it was getting harder and harder for her to hold back by the changes in her moans, shrieks, and breathing; when I said now she looked like she couldn’t do it then it came. After releasing her orgasm her body shocks were as intense as mine were on the toilet.

Once her orgasm subsided and her breathing returned to normal. Then I started releasing her from her bonds. “May I have permission to speak freely now daddy”, Julie asked? “You may”, I said. “That was the most intense orgasm I have ever experienced in my life”, she said. “Yeah well daddy has a few more tricks up his sleeve to go a bit further”, I said. Her only response was “wow”. Once she was completely free she curled up and drifted off to sleep. I needed to make a call to her mother to tell her Julie needed a nap and why.

Brenda knew what Julie had in mind before she left the house and felt that it wasn’t too advised. She did agree to not saying anything about what I and Julie had done. Once I gently woke Julie I had a talk with her about what the consequences of telling would be and she did not want me going away again. Julie said “she wouldn’t tell anyone, even her friends”. Once she knew what was needed I suggested that she go home. Julie didn’t want to but she left feeling it was best.

I knew counseling would have to be taken care of and I agreed to do it as part of my sentence. The afternoon of the next day I was met by my probation officer. He asked “did you enroll in counseling”. I said “I did” and where. He also asked if he could check out my house for alcohol which I was not allowed to have. He left satisfied with his inspection. I called Brenda to come down and spend some time with me. She said her sister was there at the time and she did think it was a good idea to meet today. Julie was listening to her and snuck out of the house and made her way to mine without being seen. Julie showed up in my back yard and waved at me through the kitchen window. I almost had a heart attack. I opened the window and told her “get inside the house”.

Julie ran around the house and into the back door before opening it and sheepishly walking in. “What are you doing here”, I asked her? She grabbed my cock and said “I need this”. I was almost ashamed to let her fondle me on the back porch of my house but the door was closed and it only looked like we were talking. She asked “is it ok to do it here”. I said “no”, and walked her to the bedroom. “Does mom know you are here”, I asked? “Um no”, she said. I just shook my head, not wanting to let the devious thought be heard in my voice. Like her mother Julie has excellent hearing and can detect subtle changes in a person’s voice. I found the possibility of lying to her nil.

Julie stood in the doorway of my bedroom apprehensive to enter, which was understandable because of what happened here the last time she was here. “Are you going to join me or not”, I ask her? “I don’t feel comfortable with being in your room”, she said. “I’m not going to torture you this time, c’mon sit on the bed next to me”, I said. Slowly she crept into my bedroom eyes darting everywhere. She made her way to the bed finally and sat next to me. I leaned into her and began kissing her neck. Squirming and giggling she reached for the fly on my pants and unzipped them, by now it was throbbing. Without hesitation she dove on it engulfing me on her first attempt. “Oh yeah, just like that”, I moaned.

To be continued...

Articles similaires

La sorcellerie

Ayant des pouvoirs surnaturels, Ann a complètement dominé son mari Albert. Avec sa femme comme patron, Albert devait faire tous les travaux de la maison. Anne, sur le d'autre part, n'a rien fait de tel. En rentrant du travail tous les jours, elle disait toujours à Albert de préparer le dîner. De plus, après avoir dîné, et Albert fit faire la vaisselle, Ann lui ordonna de se lever en lui disant de embrasser et adorer ses orteils. Aussi, chaque fois que cela lui plaisait, elle se tenait debout vers le haut et baissez sa jupe et sa culotte, tournez-vous et dites...

614 Des vues

Likes 0

Confessions d'un Cum Slut Pt. 1-2

Je suis une salope de sperme depuis que j'ai dix-huit ans. Il m'est difficile d'atteindre l'orgasme sans une bite dans la bouche. Je suis accro au sperme. J'en mange, parfois plus de deux fois par jour. Je rêve à ce sujet. J'ai pris des douches de sperme. Existe-t-il un programme en douze étapes pour les salopes au sperme ? Je parie qu'il y en a. Le problème avec ça, c'est que j'aime vraiment être une salope de sperme. Quand il y a du sperme sur mon visage, il y a aussi généralement un sourire. Et vice versa. Je n'ai pas toujours été...

776 Des vues

Likes 0

The Futa Fairy - Futa Doctor's Hot Wish Chapter 1: Futa Desire du Dr Rita

La fée Futa - Le souhait chaud du docteur Futa Chapitre un : Le désir futa du Dr Rita Par mypenname3000 Droit d'auteur 2017 Un mois s'était écoulé depuis ce matin fatidique où j'avais appris quelque chose d'impossible. Quelque chose d'étonnant. Quelque chose qui me mouillait la chatte presque tous les matins quand je m'endormais toute la journée. Oui, le jour. J'ai travaillé l'équipe de nuit de l'hôpital St. Claire. Il y a un mois, j'avais été arrêté par le futa-flic, l'officier Cindy. Le simple fait de penser à ce futa dominatrice rendait ma chatte si humide. Je frissonnai dans ma...

644 Des vues

Likes 0

La Vierge violée par Ward Fulton Chapitre 1

Pas le mien... Chapitre 1 Le centre commercial était bondé d'étudiants, tous désireux de profiter de la soleil et la douce brise printanière qui soufflait doucement de la rivière. Chaque banc était occupé, et même les larges bordures de béton qui bordés les parterres de fleurs étaient encombrés d'adolescents bavardant, leurs le moral remonté par le départ définitif de l'hiver et la vue de des milliers de jonquilles qui annonçaient la saison qui approchait. L'horloge de Old Main indiquait onze heures trente, et Suzanne leva les yeux impatiemment alors qu'elle se frayait un chemin à travers la foule. Yvonne avait dit...

839 Des vues

Likes 0

Apprendre le style de vie Pt 4 - Activations de tatouage

Ils ont changé la literie et Michael s'est douché puis s'est habillé. Ensuite, Michael fit tremper les draps sales dans la machine, puis ils se mirent en route. À ce moment-là, Silk mourait de faim. Michael a pris les clés et Silk l'a naturellement laissé conduire. Il l'a emmenée à son appartement pour obtenir une autre chemise à porter car il manquait quelques boutons à son autre. Elle a changé de tenue et l'a retrouvé à la voiture. Il les a emmenés dans un camion-restaurant et a regardé son visage. Il fut heureux de constater qu'elle semblait parfaitement à l'aise. Certaines...

793 Des vues

Likes 0

Sous son bureau

Il m'a engagé il y a trois semaines. Un travail pour lequel je suis reconnaissant mais totalement non qualifié. Mais alors je suis jeune et asiatique, et il est plus âgé et blanc, et dans le cadre de mes fonctions (et oui, aussi au cours de mon espionnage), j'ai découvert la métrique-tonne de porno sur son disque- lecteur mettant en vedette de jeunes femmes asiatiques. Je suis loin d'être rebuté par ça. Je veux dire, ne vous méprenez pas, je n'ai aucune envie de me frayer un chemin jusqu'au sommet, et je suis aussi douloureusement conscient de l'ensemble du cliché de...

830 Des vues

Likes 2

Bravade, partie 2

Kevin s'est réveillé le lendemain matin groggy, la gueule de bois et dur comme un roc. Debby était allongée nue à côté de lui, souriant et caressant son petit gars. Charles n'était pas au lit. Kevin a chuchoté, « arrête ça ! » et a essayé de retirer ses mains, mais elle a juste serré et a continué à jouer avec lui. Kevin savait que Charles n'était pas content qu'ils se soient tous retrouvés dans un trio la nuit dernière, mais Debby ne semblait pas s'en soucier. Kevin entendit Charles s'affairer dans la cuisine. Kevin a regardé Debby dans les yeux et a crié...

1.1K Des vues

Likes 0

Quel magnétoscope ?_(1)

J'ai un œil sur Eric depuis qu'il a commencé à s'occuper du bar du restaurant où je travaillais. Nous avions eu quelques conversations informelles, mais rien qui semblait mener nulle part. C'était frustrant comme l'enfer. Je le voulais vraiment, et j'étais déterminé à l'avoir. Jeudi était une nuit tôt pour nous deux. J'ai travaillé l'équipe du déjeuner pour que je sorte de là vers 6 heures et Eric est descendu à 10 heures. Je lui ai demandé s'il savait quelque chose sur les magnétoscopes car j'avais tellement de mal à faire fonctionner le mien correctement. Je lui ai dit que la...

778 Des vues

Likes 0

La suite 5

Jim faisait les cent pas depuis une heure maintenant, après avoir détruit leur flotte d'invasion, ils étaient partis après le seul navire restant de la flotte Krang. Mary et Amber l'avaient regardé presque tout le temps Jim si tu ne le fais pas assieds-toi, je vais te casser la gueule, je ne peux pas supporter beaucoup plus ton rythme », a presque grondé Mary. Jim s'est rapidement assis dans le fauteuil de commandement en essayant de ne pas regarder Mary, désolé Mary, je déteste cette attente, j'ai rien sur le robinet pour faire rien sur quoi travailler, vous savez que je...

602 Des vues

Likes 0

Les garçons riches aiment 24

Quand je suis entré dans la maison de havreys, nous nous sommes assis et avons marché sur des choses que harvey faisait croire que nous n'allions pas durer beaucoup plus longtemps, puis il m'a demandé combien de temps pensez-vous que nous allons durer j'étais tellement choqué et bouleversé par la question qu'il vient de me demander, je suis sorti de chez lui et je suis rentré chez moi. sur le chemin du retour, harvey a dû appeler mon portable au moins 5 fois, mais j'ai gardé les yeux sur la route et j'ai laissé mon téléphone aller sur la messagerie vocale...

598 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.