Cours de servitude

58Report
Cours de servitude

"Bienvenue classe, à la première leçon de..." le jeune enseignant se dirige vers le tableau noir, ramasse la craie et l'écrit en grosses lettres "BONDAGE 101"

Un rugissement de rires et de rires éclate parmi les étudiants, une participation relativement faible de seulement 10 personnes environ, 9 d'entre eux étant des hommes et une femme qui n'avait pas du tout l'air d'y appartenir. Vêtu d'une longue jupe avec des nattes et des classes. Légères taches de rousseur pour aller avec sa peau pâle. Ses yeux baissés dans un livre, ne prêtant pas beaucoup d'attention au professeur ou aux autres élèves d'ailleurs. Le professeur a continué sur "Si vous êtes venu ici pour des raisons immatures, je vous suggère de partir maintenant". Mais pas une seule personne ne bougea, le son s'éteignit alors que tous les yeux suivaient à nouveau le professeur strict et sérieux.

« Bien, maintenant nous allons continuer. L'esclavage est une question de contrôle, de pouvoir. Pour le dominant, c'est la propriété complète sur le soumis et tout autant, pour le soumis, c'est le sentiment d'être impuissant et retenu. La sensation de corde ou d'acier contre leur peau alors qu'ils se battent pour la liberté. Maintenant, puis-je trouver un volontaire ici ? » tout le monde dans la classe a immédiatement commencé à regarder la fille dans la pièce, lisant toujours son livre calmement, après quelques instants sans lever les yeux, elle lève la main et ferme son livre, le posant sur le bureau. Se lever et marcher jusqu'au bureau et attendre patiemment ses commandes

"Très bien Mademoiselle, redressez vos bras derrière votre dos" Elle fit ce qu'on lui disait et le professeur tira une petite longueur de corde d'un tiroir de son bureau. L'attacher autour de ses poignets et le nouer fermement. Il l'attrape par le dos de la chemise et la tourne pour faire face au reste des élèves, ses seins plus clairs à travers sa chemise car ses bras serrent le tissu contre son corps. Le professeur sourit un peu et parle d'une voix forte pour que tout le monde entende "est-ce que les cordes vous font vous sentir plus confiné et soumis qu'avant?" et avec un léger sourire narquois et un ton clairement sarcastique dans sa voix, elle dit, tout comme lui, assez fort pour que la classe entende "Pas du tout, je suis plus à l'aise que jamais"

Quelques étudiants à l'arrière rient mais cela s'apaise rapidement. Le professeur attrape à nouveau sa chemise et la retourne, la forçant contre le bureau et elle se penche naturellement à sa taille, se penchant sur le bureau comme il l'avait prévu pour elle. Sa longue jupe couvrant encore la moitié de ses cuisses. Il pose à nouveau la question, et encore une fois, il obtient une réponse sarcastique. Elle posa sa tête contre le bureau avec un sourire sur son visage "il ne pouvait rien faire de plus" pensa-t-elle, mais bien sûr, il était prêt à aller aussi loin qu'il le fallait pour prouver son point de vue. Il a atteint l'ourlet de sa jupe et l'a soulevée, sur son dos, révélant sa culotte à toute la classe. Elle a commencé à se battre et à se tortiller mais il l'a maintenue par sa chemise contre le bureau en bois dur. Il n'eut pas besoin de demander à nouveau, il savait d'après sa réaction qu'elle réalisait à quel point elle était vraiment impuissante. Et juste au moment le plus tendu, alors que la classe était sous le choc, la fille rougissant et embarrassée, ne sachant pas comment accepter une humiliation pour laquelle elle s'était portée volontaire, la cloche sonna. Les étudiants n'ont pas bougé un muscle, chacun d'entre eux était assis immobile avec leurs regards sur la scène intense à l'avant de la classe. Le professeur attendit un moment et pendant qu'ils restaient, il commença à les faire sortir de la main : « Êtes-vous tous sourds ? Allez-y » il relâcha la fille et se dirigea vers la porte, l'ouvrant et la maintenant ouverte, une expression d'impatience claire sur son visage. Les garçons se levèrent lentement et sortirent, chacun jetant un dernier regard à la fille toujours paralysée au bord du bureau. Certains des garçons envisageaient même l'idée de courir et de l'attraper, mais après avoir vu un regard si strict sur le visage des professeurs, ils ont décidé de ne pas le faire.

Après que tous les garçons soient sortis, la fille a eu le courage de dire "d'accord, la leçon est terminée, laissez-moi partir" avec un léger tremblement dans la voix. Le professeur ferma la porte et l'ignora. Revenant vers elle alors qu'elle commençait à se lever, il l'attrapa par les cheveux, la faisant se cambrer et gémir un peu de douleur. Posant sa bouche près de son oreille, il parla d'une voix douce et aussi calmement qu'il le put, il posa la question d'avant une fois de plus "est-ce que les cordes vous font vous sentir confiné et soumis ?" Elle s'arrête un instant et il tend la main et attrape agressivement sa poitrine à travers sa chemise, elle crie "oui!" il serre fermement et dit « oui quoi ? Soyez respectueux, vous savez comment être respectueux, n'est-ce pas ? »

"Oui monsieur!" dit-elle dans un gémissement et il la libère. Elle s'effondre sur le bureau et une fois de plus il soulève sa jupe, elle balbutie "w-w-qu'est-ce que tu fais?" et de la voix la plus stricte et la plus froide jusqu'à présent, il a répondu. « Vous donner une fessée pour votre comportement. Non seulement vous m'avez manqué de respect, mais vous m'avez également embarrassé devant la classe.

"b-b-mais tu ne peux pas faire ça !" elle bégaye à nouveau. mais il l'ignore, baissant sa culotte et la laissant tomber sur ses chevilles, glissant sa main sur son cul, se familiarisant avec la forme de celui-ci. Glissant ses doigts entre ses jambes, sondant sa chatte. Un frisson parcourt sa colonne vertébrale alors qu'elle se sent tellement violée et faible, d'autant plus que d'une manière malade, elle se sent excitée par cela. Elle sent une pression sur l'intérieur de sa cuisse, c'est sa main qui la pousse à écarter les jambes, elle suit sa direction inconsciemment, laissant ses jambes suffisamment écartées pour la maintenir en équilibre. Puis un moment de paix alors que sa main se redresse dans les airs et tout se termine lorsque sa paume se plante contre sa peau en attente. Ça pique au début mais commence à devenir plus brûlant. Son corps se tend et elle sursaute quand il frappe. Suivie par ses muscles qui se détendent au-delà de son contrôle, tout son corps est endolori d'avoir combattu les cordes, elle y cède et l'accepte, une fois de plus une main se lève et descend de l'autre côté de ses fesses. Plus lourd qu'avant. Elle se tend à nouveau, mais à chaque fois, elle récupère plus vite qu'avant. Il continue de la punir pendant ce qui semble être des heures. Et à la fin, elle ne veut pas se l'avouer mais elle est tellement excitée par tout ça qu'elle laisse une petite flaque de son jus sur le bord du bureau.

Le professeur lui détache les poignets puis se dirige vers sa chaise derrière le bureau, « lève-toi » dit-il et elle obéit immédiatement. Ses joues étaient couvertes de larmes, sanglotant toujours un peu et essayant de ne pas laisser savoir au professeur qu'elle aimait ça plus que ça ne lui faisait mal. Il la regarde dans les yeux "Pensez-vous que vous avez été puni injustement?" elle prend un moment et secoue la tête, admettant qu'elle l'avait mérité tout en pensant secrètement à quel point elle était heureuse de l'avoir fait. "Maintenant, vous reviendrez pour ce cours à l'heure tous les jours, vous m'aiderez à démontrer ou vous obtiendrez un F dans ce cours, je vous possède maintenant, compris?" elle hoche la tête et tend la main pour frotter ses joues brûlantes. Le professeur se lève et revient vers elle, elle ne bouge pas "... et une dernière chose." il se penche en accrochant son doigt dans la ceinture de sa culotte, toujours à ses chevilles "Je vais garder ça, tu ne dois pas porter de sous-vêtements pour le reste de la journée, ni dormir dans des vêtements ce soir, c'est clair ?" dit-elle à voix basse "oui monsieur" alors qu'elle sort de sa culotte et qu'il la soulève du sol, la jette sur son bureau et retourne vers sa chaise. "Maintenant, allez-y, vous avez d'autres cours à suivre"

Elle fait ce qu'on lui dit, s'éloigne lentement et ouvre la porte, jetant un dernier regard à sa culotte sur le bureau, puis à lui, la dernière pensée de savoir s'il est son nouveau maître entre dans sa tête juste au moment où elle ferme la porte, prenant un moment pour ajuster sa jupe et la tirer aussi loin que possible. Le tout revenant encore et encore dans son esprit, les bleus sur ses poignets et les marques sur ses fesses un douloureux rappel de tout cela, une autre cloche sonne qui la ramène à la réalité et elle se précipite vers son prochain cours.

La fin.

Articles similaires

La sorcellerie

Ayant des pouvoirs surnaturels, Ann a complètement dominé son mari Albert. Avec sa femme comme patron, Albert devait faire tous les travaux de la maison. Anne, sur le d'autre part, n'a rien fait de tel. En rentrant du travail tous les jours, elle disait toujours à Albert de préparer le dîner. De plus, après avoir dîné, et Albert fit faire la vaisselle, Ann lui ordonna de se lever en lui disant de embrasser et adorer ses orteils. Aussi, chaque fois que cela lui plaisait, elle se tenait debout vers le haut et baissez sa jupe et sa culotte, tournez-vous et dites...

614 Des vues

Likes 0

Confessions d'un Cum Slut Pt. 1-2

Je suis une salope de sperme depuis que j'ai dix-huit ans. Il m'est difficile d'atteindre l'orgasme sans une bite dans la bouche. Je suis accro au sperme. J'en mange, parfois plus de deux fois par jour. Je rêve à ce sujet. J'ai pris des douches de sperme. Existe-t-il un programme en douze étapes pour les salopes au sperme ? Je parie qu'il y en a. Le problème avec ça, c'est que j'aime vraiment être une salope de sperme. Quand il y a du sperme sur mon visage, il y a aussi généralement un sourire. Et vice versa. Je n'ai pas toujours été...

776 Des vues

Likes 0

The Futa Fairy - Futa Doctor's Hot Wish Chapter 1: Futa Desire du Dr Rita

La fée Futa - Le souhait chaud du docteur Futa Chapitre un : Le désir futa du Dr Rita Par mypenname3000 Droit d'auteur 2017 Un mois s'était écoulé depuis ce matin fatidique où j'avais appris quelque chose d'impossible. Quelque chose d'étonnant. Quelque chose qui me mouillait la chatte presque tous les matins quand je m'endormais toute la journée. Oui, le jour. J'ai travaillé l'équipe de nuit de l'hôpital St. Claire. Il y a un mois, j'avais été arrêté par le futa-flic, l'officier Cindy. Le simple fait de penser à ce futa dominatrice rendait ma chatte si humide. Je frissonnai dans ma...

644 Des vues

Likes 0

La Vierge violée par Ward Fulton Chapitre 1

Pas le mien... Chapitre 1 Le centre commercial était bondé d'étudiants, tous désireux de profiter de la soleil et la douce brise printanière qui soufflait doucement de la rivière. Chaque banc était occupé, et même les larges bordures de béton qui bordés les parterres de fleurs étaient encombrés d'adolescents bavardant, leurs le moral remonté par le départ définitif de l'hiver et la vue de des milliers de jonquilles qui annonçaient la saison qui approchait. L'horloge de Old Main indiquait onze heures trente, et Suzanne leva les yeux impatiemment alors qu'elle se frayait un chemin à travers la foule. Yvonne avait dit...

839 Des vues

Likes 0

Apprendre le style de vie Pt 4 - Activations de tatouage

Ils ont changé la literie et Michael s'est douché puis s'est habillé. Ensuite, Michael fit tremper les draps sales dans la machine, puis ils se mirent en route. À ce moment-là, Silk mourait de faim. Michael a pris les clés et Silk l'a naturellement laissé conduire. Il l'a emmenée à son appartement pour obtenir une autre chemise à porter car il manquait quelques boutons à son autre. Elle a changé de tenue et l'a retrouvé à la voiture. Il les a emmenés dans un camion-restaurant et a regardé son visage. Il fut heureux de constater qu'elle semblait parfaitement à l'aise. Certaines...

793 Des vues

Likes 0

Sous son bureau

Il m'a engagé il y a trois semaines. Un travail pour lequel je suis reconnaissant mais totalement non qualifié. Mais alors je suis jeune et asiatique, et il est plus âgé et blanc, et dans le cadre de mes fonctions (et oui, aussi au cours de mon espionnage), j'ai découvert la métrique-tonne de porno sur son disque- lecteur mettant en vedette de jeunes femmes asiatiques. Je suis loin d'être rebuté par ça. Je veux dire, ne vous méprenez pas, je n'ai aucune envie de me frayer un chemin jusqu'au sommet, et je suis aussi douloureusement conscient de l'ensemble du cliché de...

830 Des vues

Likes 2

Bravade, partie 2

Kevin s'est réveillé le lendemain matin groggy, la gueule de bois et dur comme un roc. Debby était allongée nue à côté de lui, souriant et caressant son petit gars. Charles n'était pas au lit. Kevin a chuchoté, « arrête ça ! » et a essayé de retirer ses mains, mais elle a juste serré et a continué à jouer avec lui. Kevin savait que Charles n'était pas content qu'ils se soient tous retrouvés dans un trio la nuit dernière, mais Debby ne semblait pas s'en soucier. Kevin entendit Charles s'affairer dans la cuisine. Kevin a regardé Debby dans les yeux et a crié...

1.1K Des vues

Likes 0

Quel magnétoscope ?_(1)

J'ai un œil sur Eric depuis qu'il a commencé à s'occuper du bar du restaurant où je travaillais. Nous avions eu quelques conversations informelles, mais rien qui semblait mener nulle part. C'était frustrant comme l'enfer. Je le voulais vraiment, et j'étais déterminé à l'avoir. Jeudi était une nuit tôt pour nous deux. J'ai travaillé l'équipe du déjeuner pour que je sorte de là vers 6 heures et Eric est descendu à 10 heures. Je lui ai demandé s'il savait quelque chose sur les magnétoscopes car j'avais tellement de mal à faire fonctionner le mien correctement. Je lui ai dit que la...

778 Des vues

Likes 0

La suite 5

Jim faisait les cent pas depuis une heure maintenant, après avoir détruit leur flotte d'invasion, ils étaient partis après le seul navire restant de la flotte Krang. Mary et Amber l'avaient regardé presque tout le temps Jim si tu ne le fais pas assieds-toi, je vais te casser la gueule, je ne peux pas supporter beaucoup plus ton rythme », a presque grondé Mary. Jim s'est rapidement assis dans le fauteuil de commandement en essayant de ne pas regarder Mary, désolé Mary, je déteste cette attente, j'ai rien sur le robinet pour faire rien sur quoi travailler, vous savez que je...

602 Des vues

Likes 0

Les garçons riches aiment 24

Quand je suis entré dans la maison de havreys, nous nous sommes assis et avons marché sur des choses que harvey faisait croire que nous n'allions pas durer beaucoup plus longtemps, puis il m'a demandé combien de temps pensez-vous que nous allons durer j'étais tellement choqué et bouleversé par la question qu'il vient de me demander, je suis sorti de chez lui et je suis rentré chez moi. sur le chemin du retour, harvey a dû appeler mon portable au moins 5 fois, mais j'ai gardé les yeux sur la route et j'ai laissé mon téléphone aller sur la messagerie vocale...

598 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.