Cours de servitude

1.1KReport
Cours de servitude

"Bienvenue classe, à la première leçon de..." le jeune enseignant se dirige vers le tableau noir, ramasse la craie et l'écrit en grosses lettres "BONDAGE 101"

Un rugissement de rires et de rires éclate parmi les étudiants, une participation relativement faible de seulement 10 personnes environ, 9 d'entre eux étant des hommes et une femme qui n'avait pas du tout l'air d'y appartenir. Vêtu d'une longue jupe avec des nattes et des classes. Légères taches de rousseur pour aller avec sa peau pâle. Ses yeux baissés dans un livre, ne prêtant pas beaucoup d'attention au professeur ou aux autres élèves d'ailleurs. Le professeur a continué sur "Si vous êtes venu ici pour des raisons immatures, je vous suggère de partir maintenant". Mais pas une seule personne ne bougea, le son s'éteignit alors que tous les yeux suivaient à nouveau le professeur strict et sérieux.

« Bien, maintenant nous allons continuer. L'esclavage est une question de contrôle, de pouvoir. Pour le dominant, c'est la propriété complète sur le soumis et tout autant, pour le soumis, c'est le sentiment d'être impuissant et retenu. La sensation de corde ou d'acier contre leur peau alors qu'ils se battent pour la liberté. Maintenant, puis-je trouver un volontaire ici ? » tout le monde dans la classe a immédiatement commencé à regarder la fille dans la pièce, lisant toujours son livre calmement, après quelques instants sans lever les yeux, elle lève la main et ferme son livre, le posant sur le bureau. Se lever et marcher jusqu'au bureau et attendre patiemment ses commandes

"Très bien Mademoiselle, redressez vos bras derrière votre dos" Elle fit ce qu'on lui disait et le professeur tira une petite longueur de corde d'un tiroir de son bureau. L'attacher autour de ses poignets et le nouer fermement. Il l'attrape par le dos de la chemise et la tourne pour faire face au reste des élèves, ses seins plus clairs à travers sa chemise car ses bras serrent le tissu contre son corps. Le professeur sourit un peu et parle d'une voix forte pour que tout le monde entende "est-ce que les cordes vous font vous sentir plus confiné et soumis qu'avant?" et avec un léger sourire narquois et un ton clairement sarcastique dans sa voix, elle dit, tout comme lui, assez fort pour que la classe entende "Pas du tout, je suis plus à l'aise que jamais"

Quelques étudiants à l'arrière rient mais cela s'apaise rapidement. Le professeur attrape à nouveau sa chemise et la retourne, la forçant contre le bureau et elle se penche naturellement à sa taille, se penchant sur le bureau comme il l'avait prévu pour elle. Sa longue jupe couvrant encore la moitié de ses cuisses. Il pose à nouveau la question, et encore une fois, il obtient une réponse sarcastique. Elle posa sa tête contre le bureau avec un sourire sur son visage "il ne pouvait rien faire de plus" pensa-t-elle, mais bien sûr, il était prêt à aller aussi loin qu'il le fallait pour prouver son point de vue. Il a atteint l'ourlet de sa jupe et l'a soulevée, sur son dos, révélant sa culotte à toute la classe. Elle a commencé à se battre et à se tortiller mais il l'a maintenue par sa chemise contre le bureau en bois dur. Il n'eut pas besoin de demander à nouveau, il savait d'après sa réaction qu'elle réalisait à quel point elle était vraiment impuissante. Et juste au moment le plus tendu, alors que la classe était sous le choc, la fille rougissant et embarrassée, ne sachant pas comment accepter une humiliation pour laquelle elle s'était portée volontaire, la cloche sonna. Les étudiants n'ont pas bougé un muscle, chacun d'entre eux était assis immobile avec leurs regards sur la scène intense à l'avant de la classe. Le professeur attendit un moment et pendant qu'ils restaient, il commença à les faire sortir de la main : « Êtes-vous tous sourds ? Allez-y » il relâcha la fille et se dirigea vers la porte, l'ouvrant et la maintenant ouverte, une expression d'impatience claire sur son visage. Les garçons se levèrent lentement et sortirent, chacun jetant un dernier regard à la fille toujours paralysée au bord du bureau. Certains des garçons envisageaient même l'idée de courir et de l'attraper, mais après avoir vu un regard si strict sur le visage des professeurs, ils ont décidé de ne pas le faire.

Après que tous les garçons soient sortis, la fille a eu le courage de dire "d'accord, la leçon est terminée, laissez-moi partir" avec un léger tremblement dans la voix. Le professeur ferma la porte et l'ignora. Revenant vers elle alors qu'elle commençait à se lever, il l'attrapa par les cheveux, la faisant se cambrer et gémir un peu de douleur. Posant sa bouche près de son oreille, il parla d'une voix douce et aussi calmement qu'il le put, il posa la question d'avant une fois de plus "est-ce que les cordes vous font vous sentir confiné et soumis ?" Elle s'arrête un instant et il tend la main et attrape agressivement sa poitrine à travers sa chemise, elle crie "oui!" il serre fermement et dit « oui quoi ? Soyez respectueux, vous savez comment être respectueux, n'est-ce pas ? »

"Oui monsieur!" dit-elle dans un gémissement et il la libère. Elle s'effondre sur le bureau et une fois de plus il soulève sa jupe, elle balbutie "w-w-qu'est-ce que tu fais?" et de la voix la plus stricte et la plus froide jusqu'à présent, il a répondu. « Vous donner une fessée pour votre comportement. Non seulement vous m'avez manqué de respect, mais vous m'avez également embarrassé devant la classe.

"b-b-mais tu ne peux pas faire ça !" elle bégaye à nouveau. mais il l'ignore, baissant sa culotte et la laissant tomber sur ses chevilles, glissant sa main sur son cul, se familiarisant avec la forme de celui-ci. Glissant ses doigts entre ses jambes, sondant sa chatte. Un frisson parcourt sa colonne vertébrale alors qu'elle se sent tellement violée et faible, d'autant plus que d'une manière malade, elle se sent excitée par cela. Elle sent une pression sur l'intérieur de sa cuisse, c'est sa main qui la pousse à écarter les jambes, elle suit sa direction inconsciemment, laissant ses jambes suffisamment écartées pour la maintenir en équilibre. Puis un moment de paix alors que sa main se redresse dans les airs et tout se termine lorsque sa paume se plante contre sa peau en attente. Ça pique au début mais commence à devenir plus brûlant. Son corps se tend et elle sursaute quand il frappe. Suivie par ses muscles qui se détendent au-delà de son contrôle, tout son corps est endolori d'avoir combattu les cordes, elle y cède et l'accepte, une fois de plus une main se lève et descend de l'autre côté de ses fesses. Plus lourd qu'avant. Elle se tend à nouveau, mais à chaque fois, elle récupère plus vite qu'avant. Il continue de la punir pendant ce qui semble être des heures. Et à la fin, elle ne veut pas se l'avouer mais elle est tellement excitée par tout ça qu'elle laisse une petite flaque de son jus sur le bord du bureau.

Le professeur lui détache les poignets puis se dirige vers sa chaise derrière le bureau, « lève-toi » dit-il et elle obéit immédiatement. Ses joues étaient couvertes de larmes, sanglotant toujours un peu et essayant de ne pas laisser savoir au professeur qu'elle aimait ça plus que ça ne lui faisait mal. Il la regarde dans les yeux "Pensez-vous que vous avez été puni injustement?" elle prend un moment et secoue la tête, admettant qu'elle l'avait mérité tout en pensant secrètement à quel point elle était heureuse de l'avoir fait. "Maintenant, vous reviendrez pour ce cours à l'heure tous les jours, vous m'aiderez à démontrer ou vous obtiendrez un F dans ce cours, je vous possède maintenant, compris?" elle hoche la tête et tend la main pour frotter ses joues brûlantes. Le professeur se lève et revient vers elle, elle ne bouge pas "... et une dernière chose." il se penche en accrochant son doigt dans la ceinture de sa culotte, toujours à ses chevilles "Je vais garder ça, tu ne dois pas porter de sous-vêtements pour le reste de la journée, ni dormir dans des vêtements ce soir, c'est clair ?" dit-elle à voix basse "oui monsieur" alors qu'elle sort de sa culotte et qu'il la soulève du sol, la jette sur son bureau et retourne vers sa chaise. "Maintenant, allez-y, vous avez d'autres cours à suivre"

Elle fait ce qu'on lui dit, s'éloigne lentement et ouvre la porte, jetant un dernier regard à sa culotte sur le bureau, puis à lui, la dernière pensée de savoir s'il est son nouveau maître entre dans sa tête juste au moment où elle ferme la porte, prenant un moment pour ajuster sa jupe et la tirer aussi loin que possible. Le tout revenant encore et encore dans son esprit, les bleus sur ses poignets et les marques sur ses fesses un douloureux rappel de tout cela, une autre cloche sonne qui la ramène à la réalité et elle se précipite vers son prochain cours.

La fin.

Articles similaires

Les carnets de moto : la Harley de papa

Les carnets de moto : la Harley de papa Copyright © 2020 par Mojavejoe420 J'ai senti mon téléphone vibrer une seule fois dans ma poche arrière. C'était probablement mon ex-petit-ami idiot, alors j'ai attendu d'avoir fini de commander mes boissons. C'était un mardi après-midi assez lent, mais Applebee's avait une règle stricte interdisant d'envoyer des SMS pendant le service. Je me suis faufilé dans la glacière sans rendez-vous, là où les caméras ne pouvaient pas voir. J'ai souri en lisant le texte de mon père, alias Papa-oh ! sur mon téléphone. Salut Syd Tu es occupé samedi ? Lenore m'a laissé tomber...

558 Des vues

Likes 0

Destin comme un vampire

Je suis donc définitivement un écrivain amateur, mais ce fantasme me préoccupe ces derniers temps. Je pensais que la meilleure façon de s'y adonner était de le mettre sur papier, pour ainsi dire. Gardez à l'esprit que j'écrivais ceci plus pour moi-même qu'autre chose, mais je sentais que je devais le partager, au cas où quelqu'un d'autre l'apprécierait. Ce n'est que la deuxième histoire érotique que j'écris, alors s'il vous plaît, soyez indulgent avec moi. J'aimerais des critiques ou des commentaires constructifs, et si je reçois des commentaires positifs, j'envisagerai une suite, ou une série, ou tout ce qui flotte mon...

924 Des vues

Likes 0

Les Gris (Chapitre un)_(1)

Je m'appelle Jude Grey. J'ai 17 ans 5'11 peut-être 6'0 maintenant. J'ai les yeux bleu poudre, les cheveux noir-brun foncé. J'ai des traits très détaillés / ciselés comme les gens me le disent. Cette année est ma dernière année de lycée, et ça commence à peine, je suis très impliqué dans le sport et je reste actif. donc je suis en forme, pas trop gros, je suis musclé, mais mince en même temps, je suis aussi un peu bronzé. Je suis 1 des 6 enfants. mon beau-frère aîné Christian Il a les cheveux châtain foncé c'est presque aussi foncé que le...

1K Des vues

Likes 0

Baisée par le génie et l'athlète

Fini les écoles. La cloche vient de sonner et tout le monde range ses affaires et quitte la pièce. J'ai senti un frisson dans mon cou et je savais déjà qui me regardait. Kevin me regardait encore une fois ; et il parlait à Jérôme, son meilleur ami. Les deux gars n'étaient pas seulement les meilleurs amis, mais ils étaient aussi voisins. Ils vivent exactement l'un en face de l'autre ; à part cela, les deux sont également complètement opposés. Jérôme était athlétique, actif et bruyant; tandis que Kevin était plus incroyablement intelligent (il est le major de promotion de la...

773 Des vues

Likes 0

La vie de Lex Partie 1_(3)

Je m'étais presque habitué aux entrées inopinées de Lex dans ma chambre. Je lui avais demandé d'arrêter de faire irruption nue, alors maintenant, une culotte et un soutien-gorge étaient généralement impliqués ou une serviette si elle venait de se doucher. Vous sortez ensemble? lâcha-t-elle au lieu d'un salut. Elle portait un short de pyjama extra court et un débardeur. Par expérience, je savais qu'elle n'avait probablement pas de culotte en dessous. Ses seins, à peine retenus par la chemise serrée, montraient plus qu'évidemment qu'elle ne portait pas de soutien-gorge. « Salut Lex, comment vas-tu ? J'ai pensé que je pourrais peut-être...

2K Des vues

Likes 0

Escapade aux sources chaudes

Introduction: Ma femme, Lucy, vend du matériel de bureau haut de gamme pour une grande entreprise nationale. Il s'agit de sa quatrième année couronnée de succès dans la vente sur le terrain. Lucy a été nommée « VENDEUR DE L'ANNÉE » au cours des trois dernières années. Je m'appelle Jim 42 ans et le nom de ma femme est Lucy 40 ans. Nous sommes mariés depuis 15 ans. Nous sommes autant amoureux maintenant que nous l'étions le jour de notre mariage. Lucy est une femme incroyablement belle et elle le sait. Elle aime le sexe et elle aime me taquiner et me faire...

2.2K Des vues

Likes 0

Promenade dans l'après-midi

Ils se levèrent à un glorieux matin de juillet. La mer était comme un miroir, déjà il y avait des reflets de chaleur qui montaient des galets de la plage. Il enfila un short de plage alors qu'elle enfilait un bas de bikini. Ils sont sortis par la porte arrière sur la plage et jusqu'à la mer pour un plongeon rafraîchissant. Il était légèrement à la traîne et a pu voir ses fesses parfaites se tortiller dans son slip de bikini. Il n'a jamais cessé de s'émerveiller devant sa belle silhouette. Il se précipita dans l'eau pour cacher le début d'une...

2K Des vues

Likes 3

Jilly

J'ai séduit, contraint ou forcé une jeune fille mineure. Appelez ça comme vous voulez, mais c'est arrivé, j'ai honte, après la première fois, mais j'ai continué à profiter de ce que j'avais conspiré pour qu'il se produise, encore et encore. Une histoire vraie qui heureusement a bien marché, ça aurait pu aller dans l'autre sens ! Pourquoi est-ce arrivé? Je suis un mec, marié depuis 15 ans et pour être honnête, j'en ai marre de baiser ma femme, qui était passée du plaisir sexuel à le supporter. J'avais besoin d'un peu de piquant, quelque chose pour me faire savoir que je...

2.4K Des vues

Likes 1

La femme de Rick partie 5 sur 6

L'histoire de mon ami La femme de Rick 5 (5 sur 6) La scène : Les yeux bandés, j'étais à genoux dans le salon sol, genoux écartés, aine serrée contre le dos de Linda, mon femme, qui était également agenouillée et assise sur ses talons. Linda, en tour, était agenouillé entre les jambes tendues de William, qui assis sur notre causeuse. Maintenant, imaginez ceci : Moi, M. Hétérosexuel, j'étais penché en avant avec mes bras autour de ma femme. Ma main gauche était placée sur celle de Linda main gauche qui pressait et massait les testicules de William. Mon droit main...

1.7K Des vues

Likes 0

RASER MES JAMBES PLATES

RASER LES JAMBES ET LA CHATTE DE MES COLOCACTEURS C'est purement fictif mais basé sur un incident qui s'est réellement produit mais le personnage est réel et une ancienne petite amie en Thaïlande. J'espère que vous apprécierez l'histoire. .................................................. .................................................. .......... En rentrant à la maison un jour, j'ai trouvé mon colocataire Tan en train de fouiller dans mon armoire de salle de bain. C'est l'histoire qui a suivi. Tan a 34 ans et j'avais quatre ans de plus et c'est pourquoi nous nous entendions si bien, nous nous occupions l'un de l'autre, elle paradait souvent en sous-vêtements, sauf quand son...

1.9K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.