Randonnée dans les montagnes

1.1KReport
Randonnée dans les montagnes

Randonnée dans les montagnes



Maman m'avait promis qu'elle et moi fêterions mon dix-huitième anniversaire dans notre chalet à flanc de montagne. J’attendais cette occasion avec impatience. J'ai toujours aimé visiter notre ancienne petite cabane, située au pied des contreforts. Je savais aussi que ce serait peut-être nos dernières vacances ensemble cette saison.
Les hivers étaient sur le point de se terminer, mais il faisait encore très froid. Nous attendions tous avec impatience les étés à venir. En quelques semaines, le temps commencerait lentement à devenir chaud et agréable, et il ne faudrait pas longtemps avant que notre petite ville à flanc de colline soit affluée par les touristes.
Maman serait très occupée pour le reste de la saison. Maman était guide touristique ainsi que coach d'escalade. Pendant les périodes de soudure, elle travaillait à temps partiel dans un gymnase local, enseignant aux grosses femmes riches l'art de mincir. Cependant, l'été, elle faisait une pause dans son gymnase et faisait ce qu'elle préférait, faire de la randonnée et enseigner aux gens l'escalade et l'alpinisme.
Notre petite ville est une destination touristique majeure, pour les amoureux de la nature et les amateurs de divertissement, qui n'hésiteraient pas à dépenser quelques dollars de plus pour profiter et apprendre l'alpinisme, et maman était certainement douée pour cela. Il y a une autre raison pour laquelle elle aimait beaucoup son travail d'été ; cela lui donnait l'occasion de gagner une somme assez importante pendant la saison, parfois suffisante pour subvenir à ses besoins et à ceux de moi, pendant les mois restants de l'année.
C'est principalement pour cette raison qu'elle a acheté un terrain au pied des collines et y a construit une petite cabane, afin que ses excursionnistes puissent faire une halte pendant leurs voyages. Au fond des bois, la petite cabane était située près d'un petit ruisseau, ce qui en faisait un endroit parfait pour un week-end idéal. J'ai toujours aimé être là. Il y avait également quelques autres cabanes, appartenant à d'autres guides touristiques, dispersées sur un vaste territoire.
Maman aurait bientôt trente-sept ans ; cependant, elle était toujours magnifique. Travailler comme instructeur d’entraînement physique lui avait permis de garder son corps en parfaite forme, et même dans mon cercle d’amis, elle faisait l’envie. J'avais vu de nombreuses têtes se tourner, lors de notre promenade dans les marchés, pour mieux voir la grande silhouette de ma mère, ses yeux marron foncé, ses longues jambes galbées, ses gros seins rebondissants et ses fesses tendues. Elle avait les cheveux très courts, ce qui lui donnait un aspect très jeune, cachant son âge réel. Je me suis toujours senti fier d'elle.
Maman avait appris l'alpinisme auprès de son père et maintenant, j'avais appris avec elle quelques-unes des meilleures astuces. Elle avait également accepté de m'apprendre un peu d'alpinisme sérieux, une fois que j'aurais atteint l'âge adulte et que je serais prêt à préparer ma propre licence d'entraîneur. Son entraîneur partenaire, un jeune garçon appelé Stevens, voulait arrêter après cette saison et maman voulait que je prenne sa place. Il est très difficile de gérer seul des alpinistes débutants sur un terrain accidenté et j'étais moi aussi plus que disposé à rejoindre son équipe.
Mon père était un étranger. Il est venu dans notre petite ville pour passer ses vacances d'été il y a vingt ans et est tombé amoureux de ma mère ; je me suis marié et je me suis installé. Au début, tout allait bien, mais plus tard, il est devenu agité. C'était un gars des grandes villes et notre petite ville était trop arriérée à son goût. Plusieurs fois, il a demandé à maman de quitter la ville et de s'installer dans une grande ville.
Maman n'était pas d'accord, car cela l'aurait éloignée de son premier amour, de la belle campagne, de la magnifique chaîne de montagnes et de son atmosphère fraîche. Le désaccord persista et finalement, ils décidèrent de se séparer. Mon père est retourné dans sa ville après le divorce. Il s'y est de nouveau marié.
Je ne suis pas allé avec papa, car je voulais être avec ma mère. Mon père n’était pas non plus très intéressé à m’emmener avec lui. Cela s'est produit il y a environ cinq ans. La mère ne s'est pas remariée ; peut-être qu’elle ne le voulait pas ; même si je ne dirais pas qu’elle menait une vie de célibat. À maintes reprises, elle avait eu ses aventures, mais aucune d’entre elles ne se matérialisait par un mariage.
Jeudi soir, nous étions occupés à préparer notre voyage. J'étais tellement enthousiasmé par le voyage que maman devait parfois me faire la leçon sur la maîtrise de mes émotions. Même si mon anniversaire était un mardi, nous avons convenu de reporter les célébrations au samedi, date à laquelle je prendrais mes dernières leçons d'alpinisme en escaladant un sommet avec elle.
De notre maison, le chalet était à environ une demi-heure en voiture, puis à environ deux heures de randonnée dans la montagne. Nous avons commencé notre voyage vers quatre heures vendredi après-midi, après le retour de maman du gymnase.
Maman a garé la voiture dans une auberge au pied de la colline. Le propriétaire, M. Bob, était un vieil ami de mon grand-père. Après avoir récupéré nos bagages essentiels pour notre week-end et pour le suivi, nous sommes finalement partis en cabine.
Lorsque nous sommes arrivés au chalet, il était presque sept heures. Le voyage s’est principalement déroulé le long du ruisseau sans grande montée raide. La nuit était déjà tombée et toute la zone était couverte d’obscurité. Bien que la lune soit là dans le ciel, elle n’était pas toujours visible à cause de la densité des arbres. Pendant le chemin, nous avons traversé certaines cabanes appartenant à d'autres guides, mais toutes étaient sans aucun signe d'occupation.
Notre cabane était la plus éloignée et la cabane la plus proche, que nous traversâmes, se trouvait environ un demi-mile avant elle. Maman a ouvert la porte et allumé les lumières. Dans le but d'attirer toujours plus de touristes, le gouvernement local a étendu les branchements électriques à toutes les cabanes de la base. Donc au chalet nous n’avons eu aucun problème d’éclairage. Cependant, l'installation n'a pas été étendue au-delà de ce point et tous les touristes souhaitant séjourner dans les montagnes pendant la nuit devaient voyager avec un éclairage approprié.
Maman m'a demandé d'aller chercher de l'eau fraîche au ruisseau. J'ai pris une gourde et je suis sorti chercher de l'eau. J'ai été ravi de l'atmosphère sereine à l'extérieur. Être seul dans une telle nature sauvage était une expérience inspirante en soi. Le ruisseau coulait comme d'habitude avec son doux son rythmé. J'ai rempli ma gourde et je suis retourné à la cabane.
Nous avons pris notre dîner que nous avions apporté avec nous. Conformément à notre programme, nous avions prévu de dormir tôt pour pouvoir commencer dès l'aube. Nous avons ouvert nos sacs de couchage et étions sur le point de nous retirer lorsque quelqu'un a frappé à la porte. Maman et moi nous sommes regardés d'un air interrogateur. Qui pourrait être là à la porte à cette heure-là, pourrait être quelqu'un des cabanes voisines. Maman m'a fait signe d'ouvrir la porte. J'ai laissé mon sac de couchage et j'ai ouvert la porte.
L’instant d’après, quelqu’un m’a poussé avec force et j’ai été jeté au sol. Maman a pleuré de peur et de surprise. J'ai regardé les intrus, deux hommes, un vieil homme aux cheveux grisâtres et un deuxième, un plus jeune qui avait environ un an ou deux de plus que moi, nous souriant avec leurs sourires diaboliques. Tous deux étaient vêtus d’une étrange combinaison orange, que je n’avais jamais vue auparavant. Le pire, c'est que le plus âgé tenait un revolver à la main ; son museau pointait vers nous, et le second jouait négligemment avec un petit couteau.
"Oh…!" L'intrus le plus âgé parla avec un sourire méchant. "En vacances?"
Personne n'a dit un mot. Maman et moi étions tous les deux figés de peur. Nous vivons dans une ville très paisible et, ces dernières années, nous n'avions entendu parler que de vols à l'étalage occasionnels commis par des adolescents. Même dans nos rêves, nous n'aurions pas pu imaginer que quelqu'un ferait irruption dans notre cabine en pointant son arme sur nous.
«Fils», indiqua l'aîné à son plus jeune complice. "Vérifiez qu'ils n'ont pas de bras."
« Ouais ! Bouillie." Le plus jeune a répondu et est allé fouiller nos bagages. Après s'être satisfait, il montra notre équipement d'alpinisme. "Ils sont propres, mais ça a l'air étrange."
"C'est notre équipement d'alpinisme." Maman a répondu précipitamment. "Nous sommes venus ici pour faire de l'alpinisme."
L’homme aux cheveux gris ne répondit pas, au lieu de cela, il se dirigea avec précaution vers l’équipement, le souleva, le porta jusqu’à la porte et le jeta dehors.
"Vous pourrez le récupérer quand nous serons partis." Il se tourna de nouveau vers le garçon. "Vérifiez leur corps."
Sans aucune réponse, le garçon était sur moi, ses mains caressant tout mon corps essayant de découvrir une arme cachée. Une fois satisfait de moi, il est allé voir maman, essayant de fouiller son corps ; ses mains couraient sur son corps, des orteils vers sa hanche. Il a frotté ses mains le long des cuisses de maman, sentant délibérément la douceur. Se sentant mal à l'aise, maman a essayé de bouger.

"Tu bouges, chérie", le ton du vieil homme, à qui le garçon s'appelait Pap, était grossier, très grossier. Il a pointé l'arme vers moi. « Et je vais faire exploser la tête de ce garçon. Qui est-il? Ton fils?"
Maman est devenue rigide dans sa position ; elle était trop abasourdie pour parler. Elle se contenta de hocher la tête en signe d'affirmation.
"Ah...!" Comme s'il avait compris, le vieil homme craqua. « N’essayez pas d’agir intelligemment et vous vivrez. N’importe quel truc… et votre fils est parti et le prochain sera vous.
Pendant ce temps, le plus jeune garçon sentait le corps de maman, ses mains parcouraient les courbes de maman, effleurant chacune de ses crêtes et de ses creux. Il sentit son plaisir se cacher derrière ses kakis, frottant sa main sur sa chatte. Puis il reprit sa main et lui attrapa les fesses, les serrant fort. Il caressa l'épaule de maman, courant et mutilant ses gros seins. Il a attrapé ses seins avec ses deux mains et les a pincés si fort que maman a pleuré de douleur.
"Tu peux quitter la dame, mon fils", rit bruyamment le vieil homme.
«Rien, papa» À contrecœur, le jeune homme a quitté maman. Il avait l'air visiblement excité ; sa respiration rapide et irrégulière, ses yeux brillants d'un soupçon de désir envers maman. Ce n'était pas sa faute ; ma mère a une silhouette si délicate qu'elle pourrait rendre fou n'importe qui.
"Je pense qu'il serait sage de les débarrasser de leurs vêtements." Il fit un clin d'œil au vieil homme. « De cette façon, nous pouvons nous assurer qu’ils ne manquent pas de la cabine. »
« Ne tourne pas autour du pot, mon fils. Dis juste que tu veux voir cette chatte nue. Le vieil homme sourit astucieusement et se tourna vers nous. « Vous l’entendez. Maintenant, fais ce qu'il dit… enlève tes vêtements.
Maman et moi savions que nous n'étions pas de taille à leur faire face. Mère m'avait déjà mis en garde à travers ses yeux contre toute tentative de bêtise. Après une première hésitation, maman a lentement commencé à retirer ses vêtements. Elle déboucla sa ceinture et après l'avoir déboutonnée, baissa son kaki, laissant entrevoir partiellement sa culotte rose, cachée derrière sa longue chemise kaki. Puis elle ôta sa chemise et la laissa tomber par terre.
Une fois libéré des kakis, le grand et magnifique corps semi-nu de maman s'est ouvert à leurs regards affamés. Ses gonflements au niveau de la poitrine et entre les cuisses étaient tout simplement ahurissants. Plusieurs fois, je l'avais vue dans cette tenue, et je dois admettre qu'à chaque fois j'avais ressenti une légère excitation entre mes cuisses. Maman est restée dans cette position, n'a pas essayé d'enlever ses vêtements restants.
"Ça aussi, chérie," Le garçon léchait ses lèvres sèches, se régalant du spectacle de sa vie. Il a déplacé son couteau vers ma gorge, l'agitant sous mon menton.
Maman n'avait pas besoin d'un autre avertissement ; elle prit ses mains dans son dos et dégrafa son soutien-gorge, le laissant glisser lentement vers le sol. Ses gros seins ont repris vie avec leur liberté inattendue. Il y avait un doux balancement côte à côte avec un doux érotisme. Elle a ensuite mis son doigt dans l'élastique de sa culotte et l'a lentement fait rouler vers ses genoux, puis lentement hors de ses jambes. Elle se tenait là, dans toute sa gloire nue, exposée à trois paires d'yeux affamés, dont l'un appartenait à son propre fils.
Je voulais détourner mon visage d'elle, mais je n'ai pas pu résister à la tentation de voir ma mère nue. J'étais sous le charme. J'ai tourné la tête de force dans une autre direction, cependant, j'ai continué à voler l'apparence du magnifique corps nu de ma belle mère. C'était la première fois que je voyais ma mère complètement nue, et ce que je voyais était sans comparaison.
J'ai regardé ses gros seins rebondissants, leurs aréoles sombres dressées dans leur splendeur majestueuse, le monticule appétissant de sa chatte et la chaume brun foncé de poils joliment coupés commençant sous son nombril et disparaissant entre ses cuisses crémeuses formant un vé parfait. Je pouvais sentir que le doux mouvement entre mes cuisses se transformait lentement en une solide dureté osseuse. J'avais honte de moi, mais je ne parvenais pas à détourner mon esprit de la magnifique beauté de ma mère nue.
Soudain, j'ai réalisé que je n'étais pas seul là-bas et que le garçon me montrait maintenant du doigt pour me déshabiller. Je n’ai opposé aucune résistance et, un à un, j’ai retiré ma chemise, mon short, mon gilet et mes sous-vêtements. Je me sentais prudent, afin que maman remarque ma dureté partielle. Le garçon a récupéré tous nos vêtements et les a jetés hors de notre cabine. Maintenant, maman et moi étions complètement nues devant deux intrus.
Il y avait un silence complet dans la cabine. La beauté nue de leur mère était si captivante qu’ils oublièrent tous les deux pourquoi ils étaient dans notre cabine. Ils se régalèrent avec incrédulité du charme nu exposé devant eux ; leurs yeux grands ouverts de perplexité et d’excitation.
Cependant, j'avais gardé la tête baissée, mes yeux essayaient constamment de lui voler un bon regard, parfois ma mère était capable d'attraper mon regard sournois. J'avais juste oublié qu'une arme était pointée vers ma tête. Maman aussi a remarqué les trois paires d'yeux masculins qui la regardaient avec convoitise alors qu'elle paraissait un peu rougissante. Mais elle restait là sans essayer de la couvrir ou de cacher toute son exposition.
"Oh mon…!" Siffla l'homme plus âgé, les yeux rivés sur la chatte enchanteresse de ma mère. "Tu… vraiment un chef-d'œuvre bébé."
Le jeune crétin n’attendit pas plus longtemps. Il ouvrit simplement le devant de sa combinaison, montrant un monstre regardant furtivement par l'ouverture. Il se frottait furieusement la queue, le visage plein d'émotion et d'excitation. Maman regardait sa bête enragée avec indifférence, mais elle ne reculait pas de sa position, comme si elle savait que sa nudité était sa seule arme puissante contre ces crétins qui pourraient l'aider à nous sauver la vie.
Soudain, le garçon a fait irruption vers maman, la plaquant au mur. Il posa sa main sur sa chatte en frottant grossièrement ses doigts le long de la fente de sa chatte. Je pouvais voir ses lèvres de chatte galbées s'ouvrir sous son assaut. Le visage de Lad était raide d'une profonde exaltation et il massait sa bite sur le côté de ses cuisses ; son autre main frottant brutalement la chatte délicate de ma mère.
Il a ensuite enfoncé deux de ses doigts dans sa chatte, les enfouissant jusqu'aux jointures. Un cri aigu s'échappa de la bouche de maman. Le garçon ne semblait pas prêter attention à son sort et il commença à bouger férocement ses doigts dans et hors de sa chatte. Il enfouit son visage sur le sein de la mère et prit son mamelon dans sa bouche. Il mâchait désespérément les seins de sa mère, sa bouche émettant des sons d'aspiration à chaque coup de langue flottante, ses doigts ravissant la chatte délicate de sa mère avec des poussées continues d'avant en arrière.
La luxure apparaissait maintenant également sur le visage du vieux voyou, son visage maintenant déformé par une excitation extrême. Jusqu’à présent, il avait été un spectateur muet. Avec précaution, tout en me surveillant, il ouvrit lentement le devant de sa combinaison et la laissa glisser de son corps. Il se tenait maintenant debout dans un petit slip, qui essayait en vain de cacher sa dureté bombée.
Il passa ses doigts dans la ceinture de son slip et le descendit le long de ses cuisses. Une fois libéré de ses limites habituelles, sa queue s'est immédiatement levée en pleine érection, prête à piller la douce chatte de ma mère, qui était actuellement en train d'être envahie par son cadet.
Le junior était toujours occupé à fouiller la chatte séduisante de ma mère, ses deux doigts se déplaçant désespérément d'avant en arrière dans son castor et sa tige effleurant le côté de ses cuisses. Tout d'un coup, il retira ses doigts de sa chatte. En pressant maman contre le mur, il écarta ses jambes et guida la tête de sa bite raide à l'ouverture des lèvres tendres de sa chatte. Il a pris ses mains derrière maman et, saisissant ses fesses, il a empalé son corps sur sa virilité palpitante. Il mesurait environ un pouce ou deux de moins que maman.
Je pouvais voir sa bite entrer lentement dans la belle chatte de ma mère. Au bout d'un moment, toute la longueur de sa bite fut immergée dans sa chatte. En la gardant appuyée contre le mur, le jeune voyou a commencé à bouger son bassin, faisant entrer et sortir sa bite de sa chatte. Sa croupe tournait dans un mouvement de balancement féroce, sortant sa bite de sa chatte puis la forçant à rentrer dans sa chatte de toutes ses forces. Un étrange gargouillis émanait continuellement de sa bouche, accompagnant ses poussées sévères.
Soudain, émettant un bruit d'étouffement aigu, il attrapa son corps avec véhémence dans ses bras et enfonça sa virilité au fond de sa chatte. Je ne pouvais que deviner qu'il giclait dans la chatte délicate de ma mère.
C'était mon premier aperçu d'une scène de baise, et à ma grande horreur, j'ai réalisé que ma bite chancelait aussi violemment. Je voulais le prendre en main et soulager ses besoins pressants, mais compte tenu de la situation, je devais contrôler mes pulsions. Après avoir éjaculé sa semence dans la chatte de ma mère, le garçon a retiré sa bite, qui est sortie avec un léger bruit de plop, un son que je n'avais jamais entendu auparavant. Sa queue perdait rapidement de sa dureté, des perles de son sperme mousseux s'écoulaient lentement de son trou de pisse.
J'ai regardé maman et nos yeux se sont croisés. Elle a immédiatement détourné la tête de moi, regardant le vieil homme qui lui aussi caressait légèrement sa queue, se préparant à remplacer son jeune complice. J'ai regardé la chatte de ma mère ; ses lèvres roses étaient ouvertes, son buisson et ses lèvres recouverts de sperme blanchâtre et de gouttelettes de sperme déposées par les plus jeunes intrus s'infiltrant lentement le long de ses cuisses.
Aussitôt, le jeune voyou s’est éloigné du corps de ma mère ; le vieux crétin prit sa place. Il a remis l'arme à son jeune homologue, a pris maman par les bras et l'a conduite vers nos sacs de couchage que nous avions ouverts juste avant que ces intrus ne fassent irruption dans notre cottage.
Maman n’a opposé aucune résistance et a fait ce qui lui était demandé. Elle avait déjà été violée une fois et elle savait qu'elle ne pourrait pas en éviter une autre. Le vieux voyou l'a poussée à s'allonger sur l'un des sacs de couchage. Maman s'est allongée ; sa position était maintenant telle que sa chatte me faisait face. Pour la première fois, j’ai eu une vue absolue sur la chatte ouverte de ma mère. Ses lèvres roses étaient ouvertes, montrant ses profondeurs intérieures rosâtres, ses poils de chatte brun foncé enduits de sperme.
Maman a de nouveau croisé mon regard sournois et j'ai eu honte. Devant moi, deux intrus violaient ma mère et j'étais assis là à profiter de sa baise comme si je regardais un film porno. En vain, j’ai essayé de paraître dégoûté, mais je n’y suis pas parvenu. J'étais sûr que maman avait aussi remarqué ma dureté.
Le vieux voyou se positionne entre les cuisses de ma mère, masquant ma vue sur sa délicieuse chatte. Désormais, je ne voyais plus que le cul poilu de l'envahisseur, qui avançait lentement. Sa main droite était entre ses cuisses, saisissant peut-être sa queue et la guidant vers la chatte ouverte de maman. Ses mains restent là longtemps, et j'ai appris plus tard qu'il faisait courir le bout de sa tige le long de la chatte de sa mère.
Au bout d'un moment, je l'ai vu lever ses fesses en l'air, sa main tenant sa queue et la positionnant à l'entrée de la chatte de ma mère. Lentement, son érection s'est déplacée pouce par pouce à l'intérieur du réceptacle de ma mère, puis elle a été complètement enfouie en elle, ses boules poilues reposant contre ses joues blanches.
Une fois sa bite complètement enfoncée dans la chatte de ma mère, le vieil envahisseur attendit quelques secondes, comme s'il profitait de son temps. Puis lentement, il a commencé à baiser ma mère. Son pompage était rythmé, tout à fait contrairement à son cadet qui poussait au hasard il y a quelques minutes.
Personne ne parlait et il n’y avait aucun bruit dans la cabane, à part ses cris d’animaux sauvages et les gémissements occasionnels de maman. À chaque coup, je pouvais voir sa bite sortir complètement de la chatte de ma mère et replonger dans ses profondeurs voraces, ses couilles frappant lourdement sur ses fesses. Les lèvres de la chatte barbue de maman s'accrochaient à sa queue pendant son mouvement de va-et-vient.
J'avais une vue de ma vie. J'avais arrêté d'imiter et je regardais avec avidité la chatte de ma mère se faire pilonner par un inconnu. J'avais peur que si cela continuait longtemps, ma bite n'aurait pas besoin de l'aide de mes mains et commencerait à tirer la charge.
Le plus jeune complice se tenait maladroitement près de moi, sa queue redevenant en pleine érection. D'une main, il tenait le pistolet, qu'il essayait de pointer sur moi en vain alors que ses yeux étaient rivés sur la baise en direct qui se déroulait devant lui, et sa main gauche massait sa queue semi-tumescente.
C’était une occasion en or pour moi d’agir, cependant, je n’avais pas l’intention de lui sauter dessus et d’essayer de lui arracher l’arme des mains. Mes yeux étaient plus intéressés par le grand spectacle où la bite du vieil intrus martelait la chatte de ma mère. J'ai essayé de deviner ce que ressentirait ma mère ; son visage était toujours passif, ne montrant aucune émotion.
Soudain, le vieil intrus accéléra le rythme. Il a attrapé l'épaule de sa mère et a commencé à enfoncer férocement sa bite dans sa chatte. Il poussait maintenant à un rythme effarant, sa gorge émettant des sons gutturaux incohérents. Son pompage atteignait un crescendo. Tout d'un coup, avec un cri aigu, il a projeté ses hanches en avant et a enfoui sa bite au fond de la chatte de ma mère. Ses fesses étaient complètement aspirées comme s'il voulait enfouir toute sa région pelvienne dans la chatte de sa mère. Il hurlait avec rigueur. Je savais qu'il jouissait dans la chatte de ma mère, mais il ne m'était pas possible de le voir, car sa bite était complètement cachée à ma vue et complètement immergée dans la chatte de ma mère. Il est resté là un moment puis s’est effondré sur le corps de ma mère.
Le sexe du junior était à nouveau complètement dressé. Il caressait légèrement ses couilles et attendait que son partenaire aîné s'éloigne du corps de ma mère. Après un moment, le crétin aux cheveux gris se força à se relever. Il avait l'air fatigué par l'effort, sa queue complètement molle.
Le cadet rendit son arme et se plaça entre les cuisses de sa mère. Il guida son outil de baise rechargé à l'entrée de la chatte déployée de sa mère et lentement sa queue s'enfonça dans ces profondeurs divines. Je regardais sa baise avec jalousie. Il était certainement un gars chanceux aujourd'hui, puisqu'il a pu baiser ma douce mère deux fois.
Le vieil intrus était assis près de moi, son arme pointée vers moi. Il haletait énormément et essayait de reprendre son souffle. Il avait l'air fatigué ; l'épisode avec maman semblait l'avoir épuisé. Sa queue languissait entre ses cuisses et la couche de jus d'amour sur sa queue flasque commençait déjà à sécher. Après avoir repris son souffle, il me regarda enfin.
"Salut fils…! Vous avez aimé le spectacle ? Il a montré le sol où son jeune copain martelait la chatte de ma mère. "Ta mère est la meilleure chatte que j'ai baisée ces dernières années."
Puis il a vu ma bite gonflée et sa bouche s'étaler en un large sourire. "Bien sûr, j'en profite."
Je me sentais gêné, mais la scène sur le sol était si excitante que je n'aurais jamais pu contrôler mon érection. Je voulais éviter son regard alors j'ai tourné les yeux. Mais rien ne m'a aidé car mes yeux étaient à nouveau rivés sur la séance de baise en direct exposée. Le vieux voyou s'est moqué de mon dilemme.
Pendant ce temps, le junior pompait furieusement la chatte de ma mère. Il divaguait de manière incohérente, marmonnant des bruits étranges sortant de sa bouche. Il approchait de son apogée de manière très agressive.
Je l'ai regardé avec surprise, car de manière inattendue, il a retiré sa bite de la chatte fumante de sa mère. Saisissant sa dureté dans sa main, il se dirigea vers le visage de sa mère, ses doigts pompant passionnément sa hampe. Il a dirigé sa bite vers le visage de maman et a tiré sa charge.
Des gouttes de sperme blanc ont atterri directement sur le joli visage de ma mère, mouillant ses lèvres et ses joues. À chaque secousse de sa bite, de plus en plus de gouttes jaillissaient de son trou de pisse, finissant par éclabousser son visage et recouvrant chaque zone de son visage d'un liquide blanc et gluant. Peu à peu, les secousses se sont calmées et il a serré sa queue pour libérer la dernière goutte de son sperme sur les lèvres de ma mère. Il lui massa les lèvres avec le bout de sa queue, répandant le sperme sur ses lèvres.
"Suce-le", ordonna-t-il en essayant d'insérer sa bite dans les lèvres de maman. Maman n'ouvrit pas les lèvres, alors il se tourna vers son vieux compagnon et renifla. "Bouillie!"
Pap a immédiatement répondu en enfonçant le canon de son pistolet dans ma tempe. Maman m'a regardé avec crainte et a immédiatement pris sa bite spongieuse dans sa bouche et a commencé à la sucer. Elle l'a léché sur toute sa longueur, nettoyant le pelage de leur jus d'amour.
Le cadet lui a alors ordonné de lécher le sperme déposé sur son visage. Elle l'a obligé en léchant le sperme de son visage, en utilisant d'abord sa langue et quand il était hors de portée de sa langue, elle l'a pris dans ses doigts et l'a léché à partir de là. Une fois qu'elle eut fini de nettoyer et de lécher le sperme de son visage, elle était complètement en désordre. Satisfait, le garçon s'éloigna d'elle.
Il regarda le plus vieux comme s'il lui demandait quoi faire ensuite. Pap m'a regardé avec ses yeux méchants et a dit. "A ton tour, fils… baise-la."
Comme si une bombe était tombée dans la cabine, maman a soudainement poussé un cri rauque et a essayé de s'asseoir et de couvrir ses parties génitales. Mais elle a été arrêtée à mi-chemin lorsque le garçon l'a giflée au visage, la ramenant au sol. Elle n’a pas essayé de bouger mais s’est mise à pleurer.
"Écoute, connard," grogna le garçon. "Si papa dit qu'il doit te baiser, tu dois l'écouter, sinon je vais te couper les seins. Ensuite, je couperai la bite de ton fils et il ne sera plus un homme. Vous voulez qu’il soit un homme, vous voulez qu’il se marie, qu’il ait des enfants, puis qu’il baise votre fils.
Je ne m’attendais pas à ce que les choses évoluent dans cette direction. J'avais peur. Il y a quelques instants, j'appréciais la vue de ma mère se faire baiser par ces intrus. Mais quand papa m'a demandé de faire la fête, je me suis senti paralysé. Je ne pouvais pas comprendre mes propres réactions. Je ne savais pas si j’étais ravi de son offre ou non. J'étais confus et abasourdi.
Je ne pouvais pas continuer avec mon dilemme car le crétin appelé Pap m'a forcé à me lever et m'a bousculé en avant. Je tombai en avant entre les cuisses ouvertes de ma mère, sa charmante chatte à seulement quelques centimètres de mes lèvres.
J'ai regardé devant moi; la chatte la plus délicieuse de l’univers était ouverte devant mes yeux. Les lèvres de la chatte de maman étaient légèrement ouvertes, montrant ses plis roses intérieurs et la profondeur divine entre ces jolies lèvres. Son buisson brun foncé recouvrant ces lèvres était entièrement peint d'une épaisse couche de sperme blanc déposé là par nos deux ravisseurs. Un gros morceau de liquide de sperme s'écoulait de sa chatte, traînant lentement vers l'étroite vallée entre sa chatte et son cul.
Un arôme parfumé particulier entra dans mes narines, une odeur musquée de chatte féminine qui, bien que piquante par nature, était si enivrante que j'avais envie d'embrasser ces lèvres ouvertes. Chaque reniflement de sa chatte recouverte de sperme me rendait fou, me faisant réaliser que moi aussi je voulais vraiment sentir cette chatte, je voulais vraiment baiser cette chatte. Je sentais que j'appréciais mon impasse. Je n'étais plus perplexe car je savais désormais clairement ce que je voulais. Je voulais baiser ma mère.
Comme s'il lisait mes pensées de dos, Pap se pencha et me fit face. « Belle chatte ! N'est-ce pas ? Il m'a fait un clin d'œil. "Tu veux la baiser?"
Il a mis sa main sur ma tête et a forcé ma tête vers les lèvres invitantes de ma mère. "Pourquoi ne nettoies-tu pas simplement la chatte de ta mère avant de mettre ta bite en elle ? Il a continué à pencher la tête jusqu'à ce que mon visage soit enfoui dans la chatte chaude de ma mère.
Mes lèvres ont touché la première chatte de ma vie. J'ai senti le sperme collé à sa chaume sur mes lèvres, mon nez et mon menton. À chaque inspiration, l'odeur âcre de la chatte de ma mère pénétrait dans ma cavité nasale et me conduisait au bord du délire. Je n’aurais jamais cru que l’odeur de la chatte d’une femme pouvait être aussi fascinante. J'ai toujours considéré la chatte et le cul comme des zones sales d'où les femmes excrètent. Mais la vérité était complètement différente et avec mes lèvres enfouies dans la chatte chaude de ma mère, je n'ai ressenti aucune répulsion.
"Lèche sa chatte!" Un appel par derrière m'a sorti de ma transe.
J'ai sorti ma langue et léché sa chatte trempée de sperme, passant ma langue le long de sa fente ouverte. Un gros morceau d'un mélange de sperme masculin et de jus de chatte est entré dans ma bouche. Je l'ai dégusté avec gourmandise. C'était un peu salé mais c'était plutôt savoureux.
J'ai apprécié mon premier goût de liquide de baise et j'ai encore enfoui ma langue pour choisir un autre morceau de jus de sperme. Lentement, j'ai léché tout le jus qui collait à sa chatte. J'ai même lapé le jus qui avait coulé de sa chatte et s'était déposé dans sa fente de cul. Ensuite, j'ai inséré ma langue dans les lèvres de la chatte de ma mère. C'était aussi rempli de sperme et j'ai continué à manger du sperme dans sa chatte. Mon visage était complètement enfoui dans la chatte de ma mère et je ne savais pas comment ma mère réagissait à mes genoux ni ce que faisaient ces voyous derrière moi.
Je ne me souvenais pas combien de temps j'avais continué à lécher la chatte de ma mère. J'ai frotté ma langue le long de sa fente ; J'ai noyé ma langue au fond de sa chatte. Lentement, j'ai pu ressentir une légère pulsation dans les muscles de sa chatte. Petit à petit, le léger tremblement de sa chatte s'est aggravé et tout d'un coup, j'ai senti un jet de liquide entrer dans ma bouche. Ma mère dépensait dans ma bouche affamée.
Sans un gémissement, j'ai continué à lui lécher la chatte, buvant chaque goutte de nectar frais libéré par sa chatte. Une fois que ses palpitations se sont calmées, j'ai arrêté mes clapotis et j'ai retiré ma langue de sa chatte. Ma langue me faisait mal à cause des efforts rigoureux qu'elle devait subir en mangeant la chatte de ma mère.
J'ai levé la tête de la chatte de ma mère et j'ai regardé maman. Ses yeux étaient fermés et son visage était impassible. Elle avait arrêté de pleurer. J'ai regardé nos spectateurs qui suivaient avec attention notre escapade. Junior me sourit astucieusement. Ils semblaient avoir pleinement apprécié la démonstration en direct de cunnilingus incestueux.
"Bien joué, mon fils." Remarqua le vieux crétin. "Tu as certainement eu un A en mangeant la chatte de ta mère. Il est maintenant temps de faire de toi un véritable connard.
Il se tourna vers maman qui avait maintenant ouvert les yeux et écoutait nos conversations.
"Chérie, aide ton fils, mets sa bite dans ta chatte." Constatant que maman n'avait pas répondu à son ordre, il a quitté sa place, a pris la paume de maman dans sa main et l'a maintenue au-dessus de mon organe rigide. Je pouvais sentir les doigts de ma mère s'agripper à ma dureté.
"Mets-le à l'intérieur… bébé." Le voyou a crié et a brandi son arme devant le visage de sa mère.
J'ai senti la poigne de ma mère se raidir autour de ma bite. Lentement, elle a tiré ma bite vers l'avant et a planté sa tête gonflée à l'entrée de sa chatte. La tête émoussée de ma bite poussait maintenant l'ouverture séduisante de ma mère, prête pour sa première invasion. Je me suis doucement avancé. La chatte bien baisée de maman a ouvert sa porte sans offrir aucune résistance, permettant à mon organe de pénétrer dans ses profondeurs célestes.
À cause des baises précédentes qu'elle avait reçues il y a quelques instants, sa chatte était exceptionnellement lubrifiée et d'un seul coup, toute ma bite était enfouie en elle. Mes couilles se sont lentement posées contre ses fesses.
Je restai longtemps dans cette position, savourant chaque instant de plaisir bienheureux. Finalement, à l'âge de dix-huit ans, j'ai perdu ma virginité. My virgin cock was now drowned into first of its pussy, and the realization that it belonged to my own mother had added an additional flavor to it. I could feel soft muscles of her vagina clasping my cock tightly. My cock seemed to have lost into a hot abyss, but was not willing to search its way out.
“Fuck her!” The command came, again pulling me back to real world. Pap and junior, both were shouting excitedly. “FUCK HER…!”
I bent my body over my mother, gripped her shoulder and started moving my boner in and out of her dripping pussy, pumping my hips rhythmically. With every pull my cock was moving almost out of her cunt and with every thrust it was again immersed into mother’s divine pit.
With every stroke I could feel mother’s cunt releasing and contracting around my throbbing shaft and then I suddenly felt an unmistakable movement of mother’s hips. She had moved her abdomen with my rhythm but immediately controlled her movement.
It gave me a gut feeling that mom too was enjoying our fuck, but in an attempt to prevent showing her true feelings she was trying to appear passive and exerting to control her emotions. The realization gave my cock a new impetus. I increased my movements and my cock was moving fiercely into my mother’s pleasure canal.
Our two spectators were suddenly alive and both of them moved closer to us. The lad moved near mom’s head. He was again hard. Gripping his cock by his hand he directed it over mother’s lips and started massaging it with his cock head. Slowly he forced his cock into mother’s mouth. I felt a hand over my cock; the elder thug was feeling my cock moving in and out of mother’s pussy. Then, his fingers glided to mother’s clitoris, he slowly griped her clit between his fingers and started rubbing it fervently.
“OOOHHHHHHH…” A long moan escaped from mother’s mouth.
Her resistance had reached to its limiting point and it appeared that finally she had surrendered to the overwhelming waves of lust flowing through her body. Her mouth was still filled with younger goon’s cock, which she had started sucking now. She had stopped all her imitation and it was clear from the way she started humping me back.
With every stroke of mine, she was lifting her ass high in the air to meet my impinging cock and to prevent it from moving out of her delicious folds. I had never expected her to respond to my fucking, and when she did it, I certainly loved it.
The atmosphere in the room was extremely salacious. I was reaching my peak and so was junior who was now grunting lecherously. The old thug was furiously jerking his cock, his other hand rigorously massaging mother’s clit. Mom too was now howling relentlessly, though her wails of passion appeared more like an incoherent grunts.
She had gripped the lad’s cock by its base and the remaining length of his cock was completely engulfed by her hungry mouth, which she was sucking like a delicious lollypop. Four bodies were approaching to their summit together, three cocks and a cunt; everyone wanted to prolong his journey to eternity.
I was the first to succumb. With a deep cry, I lunged forward and drove my cock deep into mother’s pussy, my furiously throbbing cock emitting droplets of cum into her delicious pussy. It was my first ejaculation inside a pussy and I was on cloud seven.
The younger goon was second; with a sharp cry he grabbed mother’s head and forced his shooting members into her mouth. Mom didn’t flinch a bit and kept on sucking his jism.
Almost instantaneously, I felt mom’s cunt shuddering violently along the length of my drowned cock. Her cunt was pulsating involuntarily, alternately gripping and releasing my spitting organ. I was busy relishing the thrill of my mother’s vibrating pussy around my manhood, when from the side the old man shot his load. He ejaculated with such a force that his cum first flew high into air, then landed over mother’s belly. A part of his jism also landed over my right hand and the side of my body.
Slowly, the jerking in the every organ subsided and cabin was suddenly silent. Four mortals inside a little mountainside hut were trying to recover from their bout of intense fucking.
I felt completely drained, slowly letting my body descent over mom’s cum coated belly. My cock was still buried into her pussy and I had no intension of pulling it out. My head was resting over mother’s tits.
Junior pulled his cock out of mother’s mouth. Mom had sucked every drop of cum out of his cock without wasting a single drop. Her lips were glistening with his cum juice. Finally, the two goons stood from their places. Reluctantly, I had to pull my limp cock out, which came with a loud plop sound, the sound that now appeared quite familiar to me.
I moved away from mother’s body and sat by the wall. Mom didn’t try to move, she continued to lie in the same spread-eagle position, my cum oozing from her agape cunt. Either she was completely spent with her continuous fucking or now she was not bothered about what was going to happen to us.
I too was unaware about the next intensions of the intruders. The fear that had been subsided for an interlude, again gripped me back. I looked at the older thug. He didn’t seem to be interested in us. He was busy putting his coverall back. Finishing, he turned to junior who had already worn his smock and together they again searched through our remaining rucksacks. I saw them collecting our edibles. They emptied our rucksacks and collected the edibles from one bag to the other. The lad settled the knapsack filled with foodstuff over his back and to my utter surprise they moved towards the door of our cabin.
The old man was at the door, suddenly he turned, his face covered with a smile. He looked at mom, and me who from her supine position was watching them leaving silently. She also seemed dumbfounded.
“Thanks lady!” The old goon appeared jubilant. “Thanks for the nice fuck, it was certainly the best. We are taking some of your foods, but don’t worry, we have left enough for you and you’ll not starve.”
Then he turned and winked at me.
“Thank you son, for the nice show. Your mom is the best cunt in the world, don’t ever let her go.” Then he opened the door and was gone, his younger partner following him silently.
There was pin drop silence inside the room. Neither mom nor I said a word. We were slowly coming back to our senses. Whatever, happened in the cabin for last one hour or so had left us speechless.
I was feeling ashamed and perhaps mom was also in the same situation as she was avoiding eye contact with me. Only minutes ago our relationship had changed from that of a mother and son to a man and woman, a change that was irreversible. I had fuck my mother and worst of all I had enjoyed it immensely. I didn’t know how mother was feeling; at least she appeared calm, perhaps thinking the same.
All of a sudden, mom stood from her place. She didn’t bother to cover her nakedness. She went out of our cabin. I followed her. She was collecting her cloths and the hiking gear thrown out by the intruders. Silently, we brought our stuffs back to the cabin. Once everything inside, mom clutched her clothes and took a soap from the bag.
“I am going to wash. Are you coming?” The first words mother uttered since the incident.
I nodded my head silently and followed her to the water stream. While I washed myself, mom took the bath, thoroughly cleaning her body. In the silvery moonlight, I was clearly able to see my mom rubbing her tits and cunt with soap. I again felt a gentle stirring between my thighs and tried to control it unsuccessfully. Mom was not unaware of my prying eyes but she didn’t seem to bother about it, and continued with her ablution. Finishing her bath she wiped her body and put her clothes back onto her. I also had changed my clothes and we returned to cabin.
As soon as we entered our cabin, mom informed that she was going to sleep. So, we adjusted our sleeping bags and finally settled into it. Mom closed her eyes. I too closed my eyes and tried to sleep. I didn’t remember when the sleep overtook me.
Chapitre 2
When I woke up, mom was already busy with packing her bags. She looked at me but she didn’t speak anything and continued to roll her sleeping bag. Her cheeks looked little swollen; I recalled that the younger goon had hit her last night. I felt pity for her. I loved my mother and seeing her in that condition hurt me.
Je me suis levé. I knew that our weekend was ruined and there wouldn’t be any hiking or training. Although, I wasn’t much willing to go back, but it was not the proper time to request her to continue with our planned weekend.
“We’re going back?” Mom finally confirmed my suspicion. “I’m not in a position to continue. May be we return sometimes next week.”
“Ya!” I nodded in agreement, halfheartedly.
We collected our knapsack and started our return journey. Mom was silent throughout the journey and I also didn’t feel like pressing her. I rather kept myself busy with the sensuous memories of last night. Bob at the base inn was surprised to see us returning so early, but mom told him that we met with an accident and she had sprained her ankles, so it was not possible to go further.
We reached our home in the afternoon. Once inside the house mom immediately retired to her room, leaving me alone in the living room to ponder upon the events of yesterday.
Within one night everything had changed. Though, I had always loved my mom, mostly like a son and I must admit, sometimes with sexual inclination, however, I could never imagine that one day I would actually copulate with my beautiful mother. I didn’t know that how would our relationship grow now. Tout cela était tellement confus.
Deep in my, heart I wanted to admit that I had enjoyed immensely what happened last night at the cabin. My mom was a hell of a fuck. I closed my eyes and tried to recall the events. Everything moved like the real of a film, I saw the cocks of intruders slicing my mother’s charming pussy, I felt my tongue lapping her cunt and feeling the taste of the fresh cum deposited by her rapists; I saw my own cock moving in and out off her delicious pussy like a piston of reciprocating engine. Oh…! God…! I was hard again.
I opened my eyes. I was feeling little guilty. But, the feeling of lust for my mother was much more overpowering than the guilt. I realized that I would love to fuck my mom again and again. I wanted that beautiful cunt all for myself.
Mom came out of her room after about one hour. She had showered and looked refreshed, however, her face was still passive.
Mom remained in her shell next day also. She got herself engaged with the daily household activities, but deliberately avoided talking with me. I couldn’t say why she didn’t go to police. Probably, she was afraid if she went to the police, she might have to tell them everything; everything including our little fuck episode.
However, when she returned from the gymnasium on Monday, she appeared back to her own self. She didn’t look grim and she talked with me in normal way. Suddenly, the tension in our house was released and our relationship was back to that of a mother and a son.
Things continued in that way for next few days. I was slowly acknowledging the fact that there would never be another time with mom, when an small incident revived everything.
It happened on next Thursday, I returned from school in the afternoon around two. Mom usually returns at four. I unlock the front door and entered in our house. I was heading to my room, which was adjacent to my mother’s bedroom.
While I was passing in front of my mother’s door, I saw some movement inside. The doors were partially closed and the curtains were drawn. I stopped and slightly moved the curtain to see inside. Mom was coming out of her bathroom after taking a shower. She had a white bathrobe on and she was scrubbing her hair with a towel. It appeared that she had returned early from the gymnasium.
Her robe wasn’t properly tied and so the most of her front was open. With every move of her hands, one of her magnificent tit was jumping in a mostly enticing manner. My heartbeats suddenly reached to a crescendo. I froze in the position and watched her in wild amazement. I could feel my cock suddenly growing in proportions within its confines.
Mom continued rubbing her head with the towel, and her open boob continued swinging freely, driving me crazy with lust for my mother. The restraint I had been trying to enforce for last few days suddenly evaporated, and I desperately longed to fondle those nice piece of tits.
Mom was finished with her scrubbing; she kept the towel on the side table. She stood in front of her full size mirror, her fingers gently running through her moist disheveled hair. She stared at her reflection for a moment and all of a sudden she undid the cord of her robe and let it slide off her body. The bathrobe glided along her magnificent curves and slowly settled on the floor, revealing her naked back to my lustful view.
I hold my breath and stared at her tight buns. Her butts looked great and I yearned to hold those great pieces into my hands and squeeze them brutally, run my finger along the length of her delicious looking crack and feel her sphincter. I had never licked an ass, but I knew that I would love to tongue my mother’s sphincter. I felt my mouth watering with the thought.
Mom watched her image in the mirror and then she moved a little to a side. Suddenly, the front of her reflection was visible to me. With my mouth agape, I peeked at her magnificent boobs and her neatly trimmed busy area, making a perfect vee between her thighs. From my position, I could clearly see the outline of her puffy cunt lips. I grabbed my cock and pressed it hard through my jeans.
However, the moment of bliss was short-lived, because when I looked back into her face, the image was looking directly into my eyes. As soon as she felt my prying eye looking at her, mom suddenly turned and bent to grab her bathrobe from the floor. Panicky, I sneaked out of my place, directly heading to my room.
I locked the door behind me and stood by the doors. My heart was beating like a drum and I was numb with excitement and perhaps with little fear. My cock was rock hard, aching to break its confines. Suddenly, I was back in our mountain cabin; I saw my mom lying naked below me, my rigid cock plundering furiously into her delicious fuck hole. I unzipped my fly and started running my hand along the shaft. Within seconds my cock was shooting its load on the floor.
Once I was back to my nerves, I took a napkin and wiped the cum off the floor. I went to toilet and washed my cock and changed. After that I remained in my room though I knew that mom would be waiting for lunch. I wasn’t ashamed of my peeking at my mother, in fact I had enjoyed every moment of it, but I didn’t know what I was going to tell her if she asked.
Finally, I overheard her calling me. Je suis allé à la cuisine. Lunch was ready and she was waiting for me. Her face looked little flushed and she was looking at me attentively. However, she didn’t say a word; I pulled a chair and started eating my meal.
We ate our meal in total silence. Every time I looked in her direction, I found her staring at me, and every time I turned my gaze in another direction. We had been playing a sort of hide and seek game. I felt much relieved when the lunch was over and mom left the table with the dishes. I deposited my plates and remaining dishes in the sink. While washing my hands, I told her that I was going to a friend for some urgent work and immediately went out without waiting for her answer.
I didn’t visit any friend. I was feeling too restless to enjoy the company of any of my friends. So, I strolled along the path silently lost into my thoughts. I had realized that I was obsessed with my mom and it was not possible to forget the fun, which I had derived while fucking her at the cabin. I wanted to fuck her again and again, wanted to feel her hot pussy engulfing my cock in its fleshy enclave.
I wanted my mom to be my woman and I promised to myself that I would do anything to make her mine. I decided that now onwards, I would not pretend that nothing had changed after the cabin incident. In fact our relationship had changed for always and she must acknowledge it.
I returned home around eight. I had taken my decision and I was ready to face her. If she asks about the afternoon incident, I would simply tell her the truth. However, mom didn’t ask anything. She appeared normal and that left me nonplussed. When we ate our dinner that night, she talked casually with me, without giving any hint that she might be upset about what happened in the afternoon.
That night I planned and re-planned many schemes to seduce my beloved mom. However, when I went to sleep, I didn’t have any idea how I was going to carry out my plans.
Next day mom was invited to a dinner party at a friend’s house. She asked me to accompany her, but I was not interested; so she went alone. I remained at home working on my plans. I was exasperated that none of my plan seemed feasible. Finally, I gave up and waited for mom to return.
Mom returned around ten. I met her in the living room and told her that I was not feeling well and was going to bed early. Mom looked concerned. She checked my forehead to make sure that I was not running any temperature. I assured her that I was fine and only need some rest. I retired to my room and put off the lights.
I tried to sleep, but the sleep evaded me. I lay in my bed and thought about mom. After unsuccessfully trying for about half an hour I gave up, got up from the bed. Without putting on the lights, I unlocked the door and came out of my room. I saw the mother room’s door was opened. Cautiously, I went up to the mother’s room and tried to peep inside.
Mom was not inside the room. I suddenly recalled that before retiring to bed, every night mom would check in the front yard that the front gate and the garage are properly locked. I checked living room door; it was open. Mom was out in the front yard. A thought suddenly stuck to me and I immediately entered into her room. I opened her closet. It was sufficiently large to accommodate a grown up boy like me. I slid inside and closed the door.
The closet was filled with mom’s personal belongings, her used clothes and many other personal things; still I had sufficient space to be in a comfortable position there. A night lamp was on in the room but the interior of the closet was dark. However, soon my eyes became accustomed to the darkness. The upper part of the closet had a narrow wire-meshed window. Due to the light that was seeping through it, I was able to see the silhouettes of the things lying inside the closet. Nonetheless, I was not interested in them.
I didn’t have anything specific in my mind. Just a hunch that mom might change her clothes before retiring to bed and I might get another opportunity to witness my mother’s dashing naked beauty.
I made myself comfortable inside the closet and waited for mom to return. After about ten minutes, I heard the movement in her room. I looked through the window as mom entered the room and closed the doors. She had changed her clothes and she was wearing shorts and t-shirt. After closing her door, she came to her bed. I watched in anticipation she bent forward and slowly lowered her shorts along her thighs.
My heart was suddenly beating fast. My eyes were glued to the window; I was eagerly waiting for a glimpse of her perfect round ass. However, to my utter disappointment she was wearing panties below it and all I could see her black panties clad rump. She lowered the t-shirt and lifting her quilt she slipped inside it and covered her properly. She turned on the side lamp, took a novel from the side drawers and got herself busy.
My mother is a voracious reader, and she loves to read regularly. I waited for her to finish her reading and to go to sleep, so that I could sneak out of her closet and get off her room. My mission to her room had failed and I knew that there wouldn’t be any firework for me.
Mom was busy with her novel and I was cursing myself for my imbecilic plan. While I wait for her to finish, I started feeling drowsiness. I tried to control my yawns. I was yearning to move out of my little prison but, no way I could come out of the closet while she was awake, so I noiselessly sat on the floor and tried to relax.
I was about to doze off when suddenly I heard a gentle click and the side lamp was turned off. I immediately jumped to my feet. The room was again dimly lit under the night lamp, which she had turned on. I watched as my mother smoothly slipped inside the covers, tucking herself properly. My senses were again active and I eagerly waited for her to sleep.
I watched silently, counting every moment, praying for her to sleep. But, my prayer went unheard, as mom was continuously tossing in the bed from one side to the other. Mom was trying to sleep but it appeared she was not successful at it.
I didn’t remember how long it continued. Mom tossed restlessly in her bed and after some time she finally gave up. She sat on the bed and turned on the side lamp, again illuminating the room with a gentle yellow light. I was frustrated; mom would again start her novel. It seemed I would not get any respite tonight.
However, it didn’t happened. Rather, she turned on the television.
“Shit!” I cursed her silently.
I was getting restless inside the closet. However, I didn’t have any option so I just tried to check which show mom was watching. Using her remote, she was skipping through various channels. I watched in amazement as at last she finally settled for an adult channel, which was screening a late night movie. The actor and the actress were in the most compromising situation on the screen, without any shred of clothes on their body.
All of a sudden, my sleepiness evaporated. My cock regained its lost hardness, and I glued my eyes to the window. The exhibit on the screen was quite enthralling; the head of the male character was between the female and he was ferociously lapping his partner’s hairy pussy. The female had kept her thighs over the male’s shoulder. She had gripped his hair and was pulling his head deep into her pussy.
I never knew that my mom was into watching such kind of movies. However, I felt it was a welcome break. The erotic scene on the screen had certainly affected the mom, as she had thrown her covers and her hands were busy mauling her spongy boobs through her t-shirt. I thanked God. If that was start up, I was certainly heading for a display of midnight firework from my mother. I pulled my cock out of my shorts and stroked it lightly.
Mom’s eyes were fixed to the great spectacle in progress on the screen. The hero and heroine have changed their position to a sixty-nine. The woman was on the top and she was sucking her partner cock like a tasty lollypop. The man’s tongue was flickering over her heated clits. Room was echoing with their soft moans.
Mom squeezed her boobs and a soft moan escaped her mouth. Mom was getting horny. Her right hand had moved between her thighs. She pulled her t-shirt up and inserted her fingers inside her panties feeling the lips of her pussy. I watched incredulously as her fingers ran along her cuntlips inside her panties. My very personal peep show had just started.
After a while, mom got down from bed; she pulled her t-shirt off her shoulder and let it fall on the floor. Then she took her hands to her back and unclasped her bra and let it slide off her arms. It slowly settled on the floor near her legs. Mom was standing topless. Her back was towards me so I was not able to see her pompous boobs. I grabbed my cock in anticipation and massaged it hard.
Next, she inserted her fingers inside the elastic band of her black panties and slowly rolled it down along her thighs. She bent forward as her hand moved lower; in the process she exposed her magnificent tight ass to my direct view. I held my breath; she bent further and one by one moved her legs out of the rolled panties. In the process I could get a brief glimpse of her hairy slit form behind.
She again climbed on the bed. She lay there without trying to cover her body, her legs spread wide. Her eyes were again glued to the fucking match that was going on the screen. The man had inserted his cock inside her partner’s willing pussy and now he was pumping her furiously.
Her left hand slowly moved to her breast and grabbed her boobs. She massaged her nipples softly, gently grabbing and releasing them. She closed her eyes, and let a moan of delight escape out of her mouth. She let her head tilt back, still pinching and caressing her nipples. Her body was gently writhing in excitement.
Her hand continued playing with her gorgeous boobs, alternately squeezing and releasing them, and in between taking her teats between her fingers and rubbing them hard. Her right hand slowly trailed across her tummy and entered into her dark brownish fluffy region. She rubbed the nicely trimmed curly pubic hair that covered her plump pussy lips.
Her hand reached lower, and her fingers opened her fat pussy lips. Slowly, she ran her finger along the length of her slit. She then, parted her pussy lips and her middle finger probed her clit. Her body was trembling with the pleasure that her own fingers were administering to her soaked body. She was now moaning loudly.
I watched as she buried her middle and index finger into her twat, and ran them along her slit. She curled her fingers and pressed them into her wet slit, slowly sliding them inside her divine opening. She moved her fingers in and out of her sopping cunt and let her thumb play with her clit. Her other hand was still busy playing with her boobs, squeezing them, releasing them, circling and pulling her hard nipples with her finger tips.
Mother’s eyes were again closed, and her wailings were getting louder and louder. My hand was rubbing my cock feverishly, and I was ready to shoot any time.
Suddenly, her body arched on the bed. She emitted a horse cry and forced her finger deep inside her pussy. Her body was shivering perhaps due to the orgasm, which had just hit her.
This was too much for me. I could not restraint myself anymore. My legs were trembling with excitement. I pumped for the final time and with a choked cry, I let

Articles similaires

Tendre amour II

Introduction : Pour bien comprendre et apprécier cette histoire, veuillez lire la partie I de Tender Love. Désolé, il a fallu si longtemps pour la partie 2, mon père est décédé et j'ai été distrait. La jeune femme latino était allongée sur ma forme nue avec ma bite dure comme du roc toujours coincée entre les lèvres de sa chatte, comme si j'étais un gode humain pour son plaisir. Je pouvais sentir son jus d'amour chaud commencer à refroidir alors qu'il coulait des côtés de mes cuisses. Elle s'est reposée du puissant orgasme qu'elle venait de vivre en frottant son clitoris...

1.8K Des vues

Likes 0

Danny devient une poule mouillée partie 1

À quoi penses-tu? demanda le Dr Brooks. Daniel s'est rendu compte qu'il s'était à nouveau espacé. Eh bien, pas vraiment d'espacement - regarder le joli visage du Dr Brooks. Daniel n'avait jamais vu un médecin aussi beau que le Dr Brooks. Elle était jeune, peut-être trente ans, mais elle paraissait plus jeune. Elle était pâle et grande, aussi grande que Dan et encore plus grande en talons. Elle avait des joues hautes et rondes, des yeux d'émeraude et les cheveux les plus raides et les plus noirs que vous puissiez imaginer, une frange plate coupée sur son front et le reste...

1.4K Des vues

Likes 0

Vagues, deuxième partie

Revenant aussi une fois de plus, cette fois, j'étais dans l'hôpital même où j'étais hier matin lorsque cette enquête a commencé. La différence maintenant qu'une infirmière dans un uniforme qui était définitivement trop serré sur elle tenait mon poignet gauche, vérifiant mon pouls. Remarquant que je suis réveillé Eh bien détective Gorwin, nous nous demandions quand vous reviendrez! laissant tomber mon poignet et enregistrant mon pouls sur le graphique qu'elle a pris. Le docteur Cole sera bientôt là pour vous vérifier elle-même! Génial, j'ai pensé qu'un médecin de poussin c'est tout ce dont j'ai besoin en ce moment, étant donné que...

1.1K Des vues

Likes 0

Le Petit Chaperon Rouge : Sorti du Bois ?

Qu'est-ce que c'est ? ! Um salut. « Qu'est-ce que… QU'EST-CE QUE TU FAIS ? Peter est en colère, plus qu'énervé, mais c'est un humain. Il a une bite, et cette bite est plus préoccupée par le fait que ma langue est à quelques millimètres de la chatte dégoulinante de la fille chaude. Le loup se penche sur moi et attrape le cul de Molly. Sa voix est basse, comme un grognement, Tu devrais venir chercher la chatte dont tu rêves. La bouche de Peter semble s'être asséchée, ou peut-être qu'il ne peut plus parler à cause du sang qui disparaît de son cerveau vers...

1.1K Des vues

Likes 0

Conte de l'autre monde Acte V

Loin dans un lointain pays sombre. Dans un château haut perché sur une colline. Là se tenait cet homme. Et là se tenait la sœur. Et sous ses pieds se tenait une armée de soldats de la légion et de mutations créées par la science. Nous plierons cette terre à genoux et nous tuerons ceux qui nous opposent. Nous jetons ce monde dans les ténèbres. Nous amènerons l'autre monde à nous et le ferons nôtre ! Monsieur, et s'il part- Ce n'est pas un problème. Il ne peut pas devenir plus fort que moi. Mais monsieur. « Assez mon enfant. Il...

1.2K Des vues

Likes 0

Le prêtre et moi

[b]J'avais 17 ans à l'époque (cela n'est arrivé qu'il y a environ un an) et je venais de commencer une nouvelle école. Je mesure 5'5 avec des seins de 32b qui ont une bonne forme, de longs cheveux blonds et une silhouette moyenne parce que je suis danseur. Quoi qu'il en soit, j'étais passé d'une école publique à une école catholique parce que c'était ce que mes parents voulaient, et pendant les premiers mois, j'ai eu pas mal de choses à voir avec le prêtre de notre école... je vais l'appeler mike (ce qui n'est pas son nom mais je veux garder...

875 Des vues

Likes 1

Les Aventures de Sarah - Chapitre 2

Tyshawn a réussi à franchir la porte et a marché dans la rue. Il a entendu la chienne lui crier dessus depuis la porte. Il l'ignora et tenta de calmer sa colère. Il vit Jesse et Frank l'attendre au coin de la rue. Ils se dirigèrent vers leur ancienne école où ils allaient prendre la navette jusqu'au point de débarquement pour prendre le bus pour Claremont. Qu'est-ce qui se passe Ty ? Tu as l'air énervé. dit Jessé. La chienne était dans une forme rare ce matin. dit Tyshawn. Ouais, elle est toute une pêche. dit Jessé. Hé mec, regarde ce que...

681 Des vues

Likes 0

Drunk Mom and Me - 2 mis à jour

Maman ivre et moi - 2 Ce fut une longue journée pour moi. A peine prêté attention au travail scolaire. En pensant à ce que j'avais fait la nuit précédente. Le long trajet vers la maison sur le siège arrière de la voiture avec ma propre mère ivre sur mes genoux. Devenir si plein de désir que j'ai baisé ma propre mère sans même qu'elle le sache. Je suis allé plusieurs fois aux toilettes et je me suis à moitié étourdi, mais je me suis arrêté en prévision de ce soir-là. J'ai aidé maman à préparer le dîner et je me...

999 Des vues

Likes 0

Cadeau d'anniversaire_(4)

C'était mon 18e anniversaire. C'était jeudi, et ma grande fête n'a pas eu lieu avant samedi. Mes parents rendaient visite à ma tante dans l'Utah, alors cette nuit-là, il n'y avait que moi et quelques friandises masturbatoires que je me suis achetées. Mis à part les bases de Love Lube et de certains magazines pornographiques, mon traitement spécial était un vibromasseur mince de 8 pouces pour le jeu anal. Dans le passé, j'ai utilisé des choses comme les carottes et le genre. Je me préparais pour une nuit d'amour-propre : Playgirl ouverte aux histoires érotiques, du lubrifiant sur la table de nuit...

785 Des vues

Likes 0

Je l'aime

Je l'aime Un jeune couple, tard dans la nuit, sur un canapé, découvre l'amour et le sexe Vos doigts sont si délicats sur la nuque qu'ils me font frissonner le long de la colonne vertébrale. Étroitement enlacé dans un baiser qui a duré plusieurs minutes bizarres, j'ai du mal à respirer. Le morceau de chair étendu dans mon pantalon est tordu, coincé dans l’élastique serré de mon sous-vêtement, provoquant un léger inconfort, mais cela vaut bien la douleur sachant très bien que vous en êtes la cause. Une nouvelle variation de ton baiser a lieu alors que ta langue tente de...

518 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.