L'esclave du président Milford, partie 3

2.4KReport
L'esclave du président Milford, partie 3

Scarlett était une fille timide et introvertie avant que sa mère ne l'emmène à la Maison Blanche il y a trois mois, mais le traumatisme qu'elle avait subi le soir des élections avait construit une coquille autour d'elle et elle n'avait dit un seul mot à personne depuis qu'elle avait a perdu sa virginité. Sans ses cris et ses pleurs, elle n'aurait pas fait un seul son, à l'exception des supplications de panique qui sont tombées dans l'oreille d'un sourd alors que le chirurgien général lui enlevait le clitoris sur ordre du président Samuel Millhouse Milford. Sa vie au cours des mois qui ont passé s'était transformée en un enfer et son nouveau but dans la vie était d'éviter la torture et la douleur alors qu'elle cherchait un moyen et un moment pour s'échapper, soit en fuyant, soit en se suicidant.

Elle a fait ce qu'on lui a dit sans objection dans un effort pour éviter plus de douleur. Lorsque la Première Dame lui a ordonné de la manger, Scarlett a fait de son mieux par désir d'éviter les tortures qui étaient devenues une partie constante de sa vie. Elle ne s'est pas plainte lorsque le Samuel lui a ordonné de manger sa mère. Tout ce qu'elle a fait, c'est crier de douleur quand son gros fils Greg lui a enfoncé sa bite dans le cul sans hésiter à lubrifier. Les hommes et les femmes de la Maison Blanche avaient mis leurs frustrations et leurs plaisirs sadiques sur l'adolescente depuis son arrivée et elle s'y était habituée. Dans les mois qui avaient suivi le jour des élections, elle s'était programmée pour plaire aux autres aussi vite qu'il était humainement possible. Sa vie s'était réduite à un principe ferme, plaire aux autres dans un effort pour éviter la douleur qui accompagnait la désobéissance.

Et ainsi, quand sa garde l'a réveillée tôt jeudi matin et lui a dit que le président avait un invité spécial pour elle ; elle a fait les mouvements sans se plaindre. Elle a pris sa douche, elle s'est rasée les jambes, les fosses et la chatte, elle s'est maquillée à la manière dont le président aimait, et elle s'est habillée avec les vêtements qui lui avaient été préparés. Il y a des mois, elle était vierge, il y a des mois un homme ne l'avait jamais vue en sous-vêtements, encore moins complètement nue, mais maintenant elle était habituée à ce que les hommes la surveillent à chaque mouvement et battait à peine des yeux alors que ses gardes la regardaient sous la douche, et la regarda à nouveau alors qu'elle enfilait le porte-jarretelles, les bas noirs et les talons qui l'attendaient sur le lit. Elle détestait trouver des vêtements comme celui-ci pour elle ; cela signifiait qu'elle allait passer une autre journée à faire plaisir à un vieil homme et peut-être à sa femme. Elle était sous surveillance constante, sans doute parce que les pouvoirs en place savaient bien qu'elle représentait un risque de fuite et de suicide.

Sa mère, qui était habillée de la même manière, attendait devant la chambre de Scarlett et le couple marchait consciencieusement derrière les gardes alors qu'ils retournaient au bureau ovale. Le lien de Scarlett avec sa mère était autrefois indestructible ; elle avait autrefois aimé la femme comme personne d'autre dans sa vie. Maintenant, elle la détestait au-delà de la haine, en partie parce qu'elle l'avait laissée seule à la Maison Blanche alors qu'elle allait tourner un autre film, mais principalement à cause de la joie qu'elle ressentait manifestement chaque fois que Scarlett était torturée et souillée devant elle. Elle détestait la façon dont sa mère était mouillée quand on leur disait de se caresser, et détestait la façon dont sa mère giclait alors qu'elle jouissait chaque fois que Scarlett était invitée à la manger.

Scarlett et sa mère entrèrent lentement dans le bureau ovale et s'agenouillèrent patiemment près de la porte. Ils n'étaient plus que des esclaves du harem maintenant, ou pour être exact, Colleen n'était guère plus qu'une esclave du harem ; Scarlett était une esclave du harem et absolument rien de plus. Mais ce n'était pas une bizarrerie, pas le moins du monde. Il y a deux générations, James Milford et son fils avaient mené avec succès une campagne au Sénat pour retirer le droit de vote aux femmes, puis leur droit à la propriété, suivi d'une interdiction qui empêchait les filles d'aller à l'école, une redéfinition du viol, et à l'époque ils avaient fini, la femme américaine typique n'était guère plus qu'une esclave, d'abord pour leurs parents, puis pour leur mari. C'était seulement le fait que Colleen l'avait attirée dans les films que Scarlett était capable de lire et d'écrire et avait auparavant joui de libertés qui étaient loin d'être la norme.

Il y avait deux nouvelles personnes dans la pièce, deux visages que Scarlett n'avait pas encore vus. Le premier était un homme à peu près du même âge que le président. C'était un homme extrêmement gros avec une tête chauve et des lunettes épaisses. Il portait une suite bleue à fines rayures qui s'étendait pour couvrir son corps massivement obèse. Il était clairement un capitaine d'industrie, Scarlett connaissait le type, elle avait rencontré beaucoup d'hommes comme lui depuis son arrivée à la Maison Blanche. A côté de lui était agenouillée une jeune femme mince d'une vingtaine d'années aux cheveux noirs courts et aux petits seins. Elle était vêtue d'un corset en cuir moulant, d'une culotte à dos en cuir et de cuissardes en cuir noir. Le collier de fer scellé autour de son cou et les chaînes de fer autour de ses poignets disaient à Scarlett qu'elle était la propriété de l'un des deux hommes, probablement l'aîné.

Le deuxième homme, cependant, se détacha comme un pouce endolori. Il avait la trentaine, à peu près le même âge que les hommes d'âge moyen que Scarlett avait pris l'habitude de voir à la Maison Blanche. Il avait également une bonne quantité de poils sur le visage, pas exactement une barbe, mais la peau qui venait des jours passés sans se raser. Ses cheveux roux étaient emmêlés et hirsutes, et bien qu'elle soit vêtue d'un costume-cravate, ses vêtements étaient froissés et lui tombaient dessus comme s'il avait perdu beaucoup de poids et assez rapidement. Il portait des bottes plutôt que des chaussures de ville, et les bottes étaient éraflées, et on aurait dit qu'il venait juste de les nettoyer et qu'il n'avait pas encore trouvé le temps de les polir correctement. C'était un gros, mais pas encore gros, avec de lourdes poches sous les yeux et chaque centimètre de lui donnait à Scarlett l'idée qu'il avait été sur la route et qu'il avait voyagé dans des conditions bien moins luxueuses que la plupart des invités du président. Elle a été prise avec lui instantanément, frappée par son apparence inhabituelle. Voici un homme que Scarlett avait instantanément associé à un air de mystère.

Le président Milford était plongé dans sa diatribe habituelle sur la façon dont il avait fait ses débuts en politique en gérant la désormais célèbre Cowboy Tavern. Il n'associait pas son succès politique à sa célèbre famille, mais plutôt aux compétences qu'il avait acquises en gérant le premier bordel légal d'esclaves blancs du pays. Cela l'avait habitué à traiter avec des hommes politiques étrangers et lui avait beaucoup appris sur la nature humaine. Les liens qu'il a établis là-bas, traitant avec l'élite mondiale, lui ont donné la première occasion d'entrer dans le monde en tant que puissance politique dans le personnage de ses proches.

— Viens ici Scarlett, ordonna-t-il en claquant des doigts. "C'est la fille de Colleen Soss", a-t-il ajouté en tapotant le bureau, lui demandant de s'asseoir. "Je suis sûr que vous avez entendu parler d'elle, elle est la propriété de Worthington Studios et l'une de leurs plus grandes stars."

"Je sais qu'elle n'a pas de collier", a déclaré Samuel en se levant de sa chaise et en se dirigeant vers l'adolescent, "Mais c'est une star de cinéma après tout, ou elle le sera." Il écarta les jambes de Scarlett. "Tu vois ça, on m'a enlevé le clitoris", il écarta les lèvres de sa chatte, "Je pense en faire une nouvelle loi pour les femmes. Cela les empêchera de s'égarer comme un chien stérilisé ; cela les gardera soumis à leurs propriétaires.

"Eh bien, c'est une idée nouvelle", a déclaré l'homme plus âgé en se penchant en avant pour regarder de plus près la chatte de Scarlett. "C'est une jolie petite chose, tout comme sa mère."

« Je suis désolé, je suis impoli. Viens ici Colleen. Il sourit tandis que Colleen se précipitait à ses côtés. « Colleen, j'aimerais que vous rencontriez Andre Cowen et M. Rick O'Connell de la National Press. Excusez l'apparence de Rick, il a fait un voyage assez aventureux ici.

"C'est un plaisir", a déclaré Rick en se levant et en serrant la main de Colleen. Scarlett n'avait jamais rien vu de tel auparavant. Rick aperçut le regard désapprobateur sur le visage de Samuel et retira rapidement sa main. "Je suis désolé monsieur, j'ai été loin d'Amérique trop longtemps, et je suppose que j'ai pris de mauvaises habitudes."

"Ils resteront avec nous, Andrea est l'ancien président de la Réserve fédérale et mon nouveau conseiller économique et Rick, eh bien, Rick va documenter mon séjour à la Maison Blanche et écrire l'histoire de ma vie. Je veux que vous vous assuriez tous les deux que leur séjour ici soit aussi agréable que possible.

Andre a simplement ignoré Colleen, comme la plupart des hommes le faisaient lorsqu'ils rencontraient des femmes. Il reporta son regard sur Scarlett. « Tu ressembles à un jeune con. Dans combien de films avez-vous été ? Il caressa l'un des seins de l'adolescente et elle ne put s'empêcher de trembler de dégoût. Elle détestait être touchée, surtout quand des hommes aussi vieux qu'André et l'oncle Sam la touchaient.

« Trois, maître. » Scarlett ne regarda pas Andre pendant qu'elle parlait ; elle gardait le visage contre terre. Elle avait été éduquée pour appeler les hommes « maître », dès son plus jeune âge, sauf indication contraire. Elle avait toujours détesté ça, surtout quand elle était une fille et devait s'adresser à des garçons plus jeunes qu'elle comme « maître ». C'étaient les premiers mots qu'elle avait prononcés depuis qu'elle avait perdu sa virginité, mais c'était aussi la première question directe que l'on lui avait posée depuis le jour des élections.

Samuel sourit, visiblement heureux que Scarlett ait attiré si facilement l'attention de son nouveau conseiller économique. « Pourquoi ne l'emmènes-tu pas dans ta chambre pour la nuit, André, nous pourrons continuer cette discussion plus tard. »

"Je crois que j'apprécierais ça." dit Andre en saisissant une poignée de cheveux de Scarlett et en la tirant hors de la table. « Déplacez-vous, salope. »

"Je suis sûr que les premières lignes vous ont donné des boules bleues tout comme je suis que vous aimeriez baiser l'une des plus belles starlettes d'Amérique."

"Je pense que j'apprécierais ça."

Scarlett a regardé par-dessus son épaule et a aperçu sa mère alors qu'elle attrapait la cravate de Rick et l'attirait plus près. Elle donna au jeune rapporté un long baiser profond. Elle était déçue de voir le nouvel étranger accepter si facilement l'offre du président de baiser sa mère. Scarlett avait, au moins pour le moment, cru que cet homme serait différent, qu'au moins il serait doux et attentif aux sentiments d'une femme. Elle savait au fond de lui qu'il avait été élevé dans la même culture que tous les autres hommes qu'elle avait rencontrés au cours de sa courte vie, mais il y avait toujours quelque chose chez Rick qui l'avait fait penser qu'il serait différent.

Articles similaires

Les carnets de moto : la Harley de papa

Les carnets de moto : la Harley de papa Copyright © 2020 par Mojavejoe420 J'ai senti mon téléphone vibrer une seule fois dans ma poche arrière. C'était probablement mon ex-petit-ami idiot, alors j'ai attendu d'avoir fini de commander mes boissons. C'était un mardi après-midi assez lent, mais Applebee's avait une règle stricte interdisant d'envoyer des SMS pendant le service. Je me suis faufilé dans la glacière sans rendez-vous, là où les caméras ne pouvaient pas voir. J'ai souri en lisant le texte de mon père, alias Papa-oh ! sur mon téléphone. Salut Syd Tu es occupé samedi ? Lenore m'a laissé tomber...

558 Des vues

Likes 0

Destin comme un vampire

Je suis donc définitivement un écrivain amateur, mais ce fantasme me préoccupe ces derniers temps. Je pensais que la meilleure façon de s'y adonner était de le mettre sur papier, pour ainsi dire. Gardez à l'esprit que j'écrivais ceci plus pour moi-même qu'autre chose, mais je sentais que je devais le partager, au cas où quelqu'un d'autre l'apprécierait. Ce n'est que la deuxième histoire érotique que j'écris, alors s'il vous plaît, soyez indulgent avec moi. J'aimerais des critiques ou des commentaires constructifs, et si je reçois des commentaires positifs, j'envisagerai une suite, ou une série, ou tout ce qui flotte mon...

924 Des vues

Likes 0

Les Gris (Chapitre un)_(1)

Je m'appelle Jude Grey. J'ai 17 ans 5'11 peut-être 6'0 maintenant. J'ai les yeux bleu poudre, les cheveux noir-brun foncé. J'ai des traits très détaillés / ciselés comme les gens me le disent. Cette année est ma dernière année de lycée, et ça commence à peine, je suis très impliqué dans le sport et je reste actif. donc je suis en forme, pas trop gros, je suis musclé, mais mince en même temps, je suis aussi un peu bronzé. Je suis 1 des 6 enfants. mon beau-frère aîné Christian Il a les cheveux châtain foncé c'est presque aussi foncé que le...

1K Des vues

Likes 0

Baisée par le génie et l'athlète

Fini les écoles. La cloche vient de sonner et tout le monde range ses affaires et quitte la pièce. J'ai senti un frisson dans mon cou et je savais déjà qui me regardait. Kevin me regardait encore une fois ; et il parlait à Jérôme, son meilleur ami. Les deux gars n'étaient pas seulement les meilleurs amis, mais ils étaient aussi voisins. Ils vivent exactement l'un en face de l'autre ; à part cela, les deux sont également complètement opposés. Jérôme était athlétique, actif et bruyant; tandis que Kevin était plus incroyablement intelligent (il est le major de promotion de la...

773 Des vues

Likes 0

La vie de Lex Partie 1_(3)

Je m'étais presque habitué aux entrées inopinées de Lex dans ma chambre. Je lui avais demandé d'arrêter de faire irruption nue, alors maintenant, une culotte et un soutien-gorge étaient généralement impliqués ou une serviette si elle venait de se doucher. Vous sortez ensemble? lâcha-t-elle au lieu d'un salut. Elle portait un short de pyjama extra court et un débardeur. Par expérience, je savais qu'elle n'avait probablement pas de culotte en dessous. Ses seins, à peine retenus par la chemise serrée, montraient plus qu'évidemment qu'elle ne portait pas de soutien-gorge. « Salut Lex, comment vas-tu ? J'ai pensé que je pourrais peut-être...

2K Des vues

Likes 0

Escapade aux sources chaudes

Introduction: Ma femme, Lucy, vend du matériel de bureau haut de gamme pour une grande entreprise nationale. Il s'agit de sa quatrième année couronnée de succès dans la vente sur le terrain. Lucy a été nommée « VENDEUR DE L'ANNÉE » au cours des trois dernières années. Je m'appelle Jim 42 ans et le nom de ma femme est Lucy 40 ans. Nous sommes mariés depuis 15 ans. Nous sommes autant amoureux maintenant que nous l'étions le jour de notre mariage. Lucy est une femme incroyablement belle et elle le sait. Elle aime le sexe et elle aime me taquiner et me faire...

2.2K Des vues

Likes 0

Promenade dans l'après-midi

Ils se levèrent à un glorieux matin de juillet. La mer était comme un miroir, déjà il y avait des reflets de chaleur qui montaient des galets de la plage. Il enfila un short de plage alors qu'elle enfilait un bas de bikini. Ils sont sortis par la porte arrière sur la plage et jusqu'à la mer pour un plongeon rafraîchissant. Il était légèrement à la traîne et a pu voir ses fesses parfaites se tortiller dans son slip de bikini. Il n'a jamais cessé de s'émerveiller devant sa belle silhouette. Il se précipita dans l'eau pour cacher le début d'une...

2K Des vues

Likes 3

Jilly

J'ai séduit, contraint ou forcé une jeune fille mineure. Appelez ça comme vous voulez, mais c'est arrivé, j'ai honte, après la première fois, mais j'ai continué à profiter de ce que j'avais conspiré pour qu'il se produise, encore et encore. Une histoire vraie qui heureusement a bien marché, ça aurait pu aller dans l'autre sens ! Pourquoi est-ce arrivé? Je suis un mec, marié depuis 15 ans et pour être honnête, j'en ai marre de baiser ma femme, qui était passée du plaisir sexuel à le supporter. J'avais besoin d'un peu de piquant, quelque chose pour me faire savoir que je...

2.4K Des vues

Likes 1

La femme de Rick partie 5 sur 6

L'histoire de mon ami La femme de Rick 5 (5 sur 6) La scène : Les yeux bandés, j'étais à genoux dans le salon sol, genoux écartés, aine serrée contre le dos de Linda, mon femme, qui était également agenouillée et assise sur ses talons. Linda, en tour, était agenouillé entre les jambes tendues de William, qui assis sur notre causeuse. Maintenant, imaginez ceci : Moi, M. Hétérosexuel, j'étais penché en avant avec mes bras autour de ma femme. Ma main gauche était placée sur celle de Linda main gauche qui pressait et massait les testicules de William. Mon droit main...

1.7K Des vues

Likes 0

RASER MES JAMBES PLATES

RASER LES JAMBES ET LA CHATTE DE MES COLOCACTEURS C'est purement fictif mais basé sur un incident qui s'est réellement produit mais le personnage est réel et une ancienne petite amie en Thaïlande. J'espère que vous apprécierez l'histoire. .................................................. .................................................. .......... En rentrant à la maison un jour, j'ai trouvé mon colocataire Tan en train de fouiller dans mon armoire de salle de bain. C'est l'histoire qui a suivi. Tan a 34 ans et j'avais quatre ans de plus et c'est pourquoi nous nous entendions si bien, nous nous occupions l'un de l'autre, elle paradait souvent en sous-vêtements, sauf quand son...

1.9K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.