Le week-end (partie 2)

473Report
Le week-end (partie 2)

Deuxième partie de ma première histoire. C'est mon premier essai, alors pardonnez toute erreur ou mésaventure. Ce chapitre, les choses deviennent intéressantes ! Si l'inceste n'est pas votre truc, ne lisez pas la suite.

Chapitre 2 : Mauvaise conduite.


Je montai à l'étage, mes parents venant de partir. "Eh bien, si je suis coincé ici, je vais juste devoir me défoncer." pensai-je en souriant alors que je faisais deux pas à la fois. Alors que j'arrivais en haut des escaliers, Danielle sortait de sa chambre. Elle était habillée pour sortir. Je n'ai pas pu m'empêcher de penser "Merde". Elle portait une petite chemise serrée qui étreignait ses seins, laissant son ventre exposé. Son short était bien. Court, c'est le moins qu'on puisse dire. Ils allaient parfaitement à son cul, c'était presque comme s'ils étaient peints sur elle. Je pouvais voir les ficelles de son maillot de bain sortir des côtés de son short, et il n'a pas fallu une seconde pour deviner où elle pensait qu'elle allait. La plage.

"Aller quelque part?" demandai-je en m'arrêtant devant elle. "Ouais." dit-elle, faisant un pas vers la droite en essayant de passer devant moi. J'ai bloqué son chemin. « Je vais à la plage avec mes amis, d'accord ? Dit-elle, s'écartant à nouveau, seulement pour que je la bloque à nouveau.
"Désolé, je ne peux pas te laisser partir Dani." dis-je en fronçant les sourcils. "Personne ne vient, personne ne part. Nous sommes à peu près en confinement." Elle se moqua, s'avançant sur le côté en gémissant alors que je la bloquais à nouveau. "Allez, ils ne sauront pas si je pars." dit-elle en se penchant sur le côté, en plaçant une main sur sa hanche.
"C'est vrai, mais s'ils appellent et que tu n'es pas là pour leur parler, alors quoi ?" J'ai demandé, et elle a piétiné. « Ugh ! Peu importe, comme s'ils allaient appeler ! J'ai roulé des yeux. "Tu penses que je veux être coincé ici avec toi non plus ? Je dois annuler un rendez-vous parce que tu as dû aller te faire punir en te faufilant pour aller sucer la bite d'Andy."

Elle m'a donné un coup de poing dans le bras. "Va te faire foutre Jr !" Cria-t-elle, essayant à nouveau de me dépasser et grognant de frustration quand je ne la laissais pas passer. Elle commençait à me taper sur les nerfs, d'être un tel gamin à ce sujet. Et elle savait que je détestais ça quand elle m'appelait Jr.
"Écoute, si tu pars, je vais devoir appeler les loyers. Autant je déteste avoir à jouer au vif d'or, autant je ne mets pas mon cul en jeu pour que tu puisses passer un bon moment quand j'ai dû donner mes plans. Ouais, ça craint. Tu sais ce que je fais à ce sujet ? » dis-je en passant devant elle dans ma chambre. "Je fume de la putain d'herbe. Fais ce que tu as à faire, mais sache que si tu pars, c'est comme ça."

Je fermai ma porte, l'entendant gémir et gémir pendant une minute, suivi du claquement de sa porte. Bien, elle n'allait plus être un problème. J'avais une bonne quantité d'herbe, un accès à Internet et une maison libre de personnes dont j'avais besoin pour agir sobrement. Le week-end au moins était prometteur.

J'ai pris un certain temps pour me rouler un joint, la version cigare d'un joint, attraper mes écouteurs et mon Ipod, descendre les escaliers et sortir dans notre salle de cinéma. Pas besoin de puer à nouveau la maison. Je me suis assis sur l'une des chaises que nous avions autour de la table de la salle des moustiquaires, regardant notre jardin. Je l'ai déclenché, en tirant quelques bouffées, avant de mettre mes écouteurs et d'écouter du marley comme un stéréotype approprié le devrait. Je me suis assis, fumant, fermant les yeux et vibrant au rythme de la musique. Je commençais à peine à avoir un sillon quand j'ai senti une main taper sur mon épaule. J'ai paniqué, lâchant le joint et me retournant pour trouver Danielle debout là. Elle avait changé de pantalon, passant d'un short court révélant sa jambe à un pantalon de survêtement, signalant son intention de rester au moins. "Jésus." J'ai dit. "Tu m'as foutu la trouille." dis-je en retirant mes écouteurs, me penchant pour ramasser le joint qui brûlait encore sur le sol.
"J'ai dit ton nom quatre fois mais tu ne pouvais pas m'entendre. En plus, tes yeux étaient fermés."

"D'accord, peu importe." dis-je en prenant une bouffée, en soufflant la fumée loin d'elle. "Eh bien, quoi?" ai-je demandé sans ambages. (Haha, jeux de mots.) Elle se mordit la lèvre, me regardant avec les mêmes yeux bleus perçants que j'avais. « Eh bien, en fait… je voulais un peu savoir si je pouvais… tu sais. dit-elle en désignant le joint fumant. Cela m'a pris au dépourvu et j'ai ri. "Quoi, tu veux fumer ?"
Elle sourit, continuant à se mordre la lèvre, hochant un peu la tête. J'ai ri un peu en réfléchissant. « Qu'est-ce que ça m'apporte ? Tu n'as pas participé à ça, après tout. dis-je en haussant un sourcil. « Je ne sais pas, je vais… cuisiner pour toi, ou quelque chose comme ça. Tu n'as pas faim en fumant ce truc ?

Elle avait raison. Elle ne savait pas que j'avais de l'argent pour la pizza, et c'est 40 dollars que je pourrais peut-être garder pour moi. Une petite revanche pour un week-end gâché. J'ai souris. "Accord." J'ai tendu le joint qu'elle m'a pris avec précaution. Je la regardai, amusée, alors qu'elle le portait à ses lèvres. Ces doux, moelleux, embrassables... Attendez, à quoi je pensais ? Je secouai la tête, vidant mon esprit de ces pensées perverses alors qu'elle s'étouffait avec la fumée, toussant après avoir pris une énorme bouffée.
Je ris de son inexpérience. "Ralentissez là, Snoop dogg." la taquinai-je, prenant le joint qu'elle avait tendu alors qu'elle cracha une tempête. « Tu n'as jamais fumé, hein ? demandai-je en prenant une bouffée, attendant sa réponse. Elle se calma en secouant la tête. « Non. C'est ma première fois. dit-elle en s'asseyant sur la chaise la plus proche de la mienne. "Wow. Préparez-vous à quitter l'orbite, gamin." dis-je en souriant, prenant une autre bouffée et la lui rendant.

Nous l'avons fumé, et je pouvais voir qu'elle le ressentait vraiment. "Comment c'est?" demandai-je en lui souriant alors qu'elle regardait lentement autour d'elle. "C'est merveilleux." dit-elle en me souriant. C'était le sourire le plus grand, le plus stupide et le plus sincère que j'avais vu d'elle depuis un moment. Je ne pouvais pas m'empêcher de penser que, quand elle ne m'ennuyait pas, elle n'était pas si mal à avoir autour. Je secouai la tête et ris, ce qui provoqua sa propre crise de rire.
Après que nos gros culs se soient assis et aient ri pour rien pendant les cinq minutes suivantes, nous avons décidé de nous diriger vers l'intérieur. "Pas étonnant que tu fumes tout le temps, c'est super." Dit-elle en se laissant tomber sur le canapé alors que nous nous dirigions vers le salon. Je me suis assis à côté d'elle, alors qu'elle était allongée les yeux fermés. Dieu, pourquoi devais-je trouver ma sœur si sexy ? Le simple fait de la regarder ici commençait à avoir un effet sur moi. "C'est juste waouh." Elle continua en s'asseyant. "Ouais, c'est de la bonne merde. Ce n'est pas toujours aussi bon, tu sais."

Je soupirai, la peau de mes sœurs exposées me faisant penser à quel point c'était frustrant d'avoir à annuler mon rendez-vous avec Melissa. "Quoi de neuf?" demanda Danielle en hochant la tête. "Eh bien.." J'ai commencé. "J'ai dû annuler certains plans avec cette fille, et j'étais à peu près sûr que j'allais avoir de la chance ce soir. Et ça craint, parce que bon. Tu sais." dis-je en la regardant. Elle roula des yeux. « C'est tout ce à quoi vous pensez les gars ? Pas, oh, c'est sympa de sortir avec une fille que j'aime ? Juste, oh, hey, je pourrais me faire baiser ? "Ouais, pas mal." Nous avons tous les deux ri. "Un tel pervers." dit-elle en secouant la tête. "Oh, ouais, comme si tu étais une sainte. Madame, j'ai-un-énorme-gode-noir-dans-mon-tiroir."

Ses yeux s'ouvrirent de surprise. "Comment savez-vous cela?" Demanda-t-elle choquée. J'ai cligné des yeux, puis j'ai éclaté de rire. "Je ne savais pas merde ! Tu as vraiment un gros gode noir ?" demandai-je étonné. J'avais vérifié ma sœur avant, mais je n'avais jamais vraiment pensé à elle d'une manière trop sexuelle. Mais la pensée de ma sœur, les jambes écartées, enfonçant un gros gode noir dans son sexe humide m'a traversé l'esprit à ce moment précis, ayant une réaction rapide et apparente. Elle rougit furieusement, bégayant dans sa réponse.
"N-Non, je plaisantais !" Elle essaya, baissant la tête sachant à quel point ça sonnait nul. "D'accord, alors, ouais, j'ai un gode. Et alors !" J'ai été surpris. « Où diable as-tu trouvé un gode ? » demandai-je, curieux. "Je l'ai eu d'une amie, son petit ami a 19 ans et lui en a acheté quelques-uns et elle m'en a laissé un." J'ai été choqué de voir à quel point elle était ouverte à ce sujet. Ça devait être le « merde » dans son système, grâce à ce franc.

"Oh." dis-je, simplement. Un silence gêné. Je n'arrivais pas à me sortir de la tête l'idée que ma sœur se masturbait avec un gode. Je l'ai regardée, elle rougissait, visiblement embarrassée par la suite de la conversation. Mes yeux se sont penchés sur sa forme, sa petite taille, ses gros seins. Juste comme ça, je savais que je devais l'avoir. J'allais baiser ma soeur ce week-end.

"De toute façon." dit-elle en se levant. "J'ai sommeil. Je vais aller faire une sieste." Dit-elle, se dirigeant vers les escaliers, les montant rapidement. Je l'ai regardée tout le temps, jusqu'à ce qu'elle soit hors de vue. "Ouah." dis-je à haute voix, mes soudaines pensées sexuelles me submergeant. Est-ce que je voulais vraiment ça, ou étais-je juste refoulé ? Ouais, peut-être que je devrais juste aller me branler, alors je me calmerai. Je me suis dirigé vers les escaliers, les escaladant rapidement, ma bite déjà solide. Ma sœur était la seule chose qui me préoccupait, et je savais qu'il ne me faudrait que quelques minutes en pensant à elle pour finir. Je me dirigeais vers ma chambre et j'ai entendu la télé de Dani. C'était étrange, elle ne dormait jamais avec sa télévision allumée, car cela la maintenait éveillée. Je me suis approché, entendant ce que j'ai d'abord pensé être la télé.

"..mm. Tellement bon !-" Mes yeux se sont ouverts. Ça ressemblait à Danielle ! Je collai rapidement mon oreille contre la porte. Effectivement, j'ai entendu plus clairement. J'ai entendu ma sœur haleter, haleter. "Euhh-." "F-Fuck ! Jay ! Mmm ! F-Fuck me ..!" Ma mâchoire a chuté. Non seulement elle se masturbait, mais elle pensait à moi pendant qu'elle le faisait ! J'ai continué à écouter. "..Mm!" Je l'entendis aspirer une respiration tremblante, et ce qui ressemblait à un gémissement bruyant. Je ne pouvais que deviner qu'elle venait. J'ai failli exploser dans mon pantalon, je n'avais jamais été aussi dur de ma vie. Avant que je ne puisse m'arrêter, je me levai, attrapant la poignée de la porte. Il a été déverrouillé. Je viens de le faire, j'ai poussé la porte et je l'ai laissée heurter doucement le mur derrière. Elle avait les yeux fermés à ce moment-là, mais le bruit de la porte frappant le mur attira son attention, la choquant, alors qu'elle ouvrait les yeux pour voir son grand frère se tenant là. Elle a été attrapée, son gode fourré profondément à l'intérieur de sa chatte spasmodique.

« J-Jay ! » Elle cria, ayant oublié de verrouiller sa porte dans sa hâte de se fourrer quelque chose en elle. Elle était en feu depuis qu'ils avaient fini le blunt, pour une raison quelconque, elle voulait juste que sa chatte soit remplie. C'est pourquoi elle avait prévu d'aller faire l'amour sur la plage avec des lycéens plus âgés qu'elle connaissait, mais quand son frère a arrêté ses plans, elle était coincée. Leur conversation précédente l'avait rendue agréable et mouillée, et elle devait juste faire quelque chose à ce sujet. Jamais auparavant ils n'avaient eux-mêmes parlé de sexe, et elle avait pour la première fois des pensées sexuelles sur son frère. ..Et elle a vraiment aimé ça. Cela la rendait incroyablement chaude, et sa chatte surabondamment humide en était la preuve suffisante.

Les deux yeux se sont croisés alors qu'elle se déplaçait pour retirer le gode de sa chatte. Mais juste l'action d'elle enlevant le gode devant Jay était suffisante pour la mettre au bord du gouffre. « Oh- Oh merde ! Elle a crié. Ses hanches se sont cabrées et elle a joui, durement. Si fort, en fait, qu'elle a giclé, ayant l'orgasme le plus intense de sa jeune vie. "Jay- Oh mon Dieu- !" Elle cria, tremblant sous la force de son orgasme. Elle voulait se couvrir, cacher sa chatte. Elle n'avait même pas enlevé sa culotte, elle avait simplement été déplacée sur le côté dans sa hâte. Je me rapprochai d'elle, me tenant au-dessus d'elle. Elle a levé les yeux vers moi, sachant qu'elle avait été attrapée.

Aucun mot n'a été échangé alors que je me penchais, dégrafant le bouton de mon jean et baissant ma fermeture éclair. Elle se mordit la lèvre, s'asseyant, sa culotte se remettant en place comme elle le faisait. Elle était assise dans son soutien-gorge, sa culotte et ses longues chaussettes noires devant moi. « J-Jay ? » Demanda-t-elle en me regardant alors que je retirais mon jean. Je m'arrêtai un instant, la regardant. Si elle ne le voulait pas, je devrais arrêter. Mais quand elle lécha ses lèvres, regardant la grande tente que mon sexe faisait à travers le tissu de mon boxer, je sus qu'elle le voulait autant que moi.

Mes pensées ont été confirmées lorsqu'elle a levé la main, saisissant la taille de mes sous-vêtements, les tirant lentement vers le bas, jusqu'à ce qu'ils atteignent la base de ma bite. Elle a levé les yeux vers moi, et je l'ai regardée, et nous avons croisé les yeux. Elle a tiré mon boxer jusqu'en bas, ne rompant jamais le contact visuel jusqu'à ce que mon boxer touche le sol. Elle baissa les yeux, haletant en voyant ma bite. C'était un bon 7 pouces de long et charnu. Elle se mordit la lèvre, faisant courir nerveusement ses mains le long de mes cuisses. Ma bite était à peine à quatre pouces de son visage, palpitant et sautant dans mon excitation. Il fuyait déjà, douloureux pour son toucher.
Elle tendit la main derrière son dos, dégrafant son soutien-gorge, m'exposant ses seins. Ils étaient parfaits, de grands bonnets D, mais fermes, sans affaissement visible, la gravité soit maudite. Ils étaient coiffés de beaux petits mamelons marron clair. Ma bite palpitait, alors qu'elle prenait ses seins en coupe, pinçant ses propres mamelons, me taquinant. "Dani." je l'ai pressée.

Elle hocha la tête, le regard fixé sur mon sexe. Elle s'est rapprochée en comblant l'écart entre la pointe et son visage. Elle était à environ un centimètre avant de s'arrêter, me regardant avec ses yeux bleus perçants. « Mm.. Gentil et dur pour ta petite sœur ? Demanda-t-elle, parlant avec une voix que je ne l'avais jamais entendue utiliser auparavant. C'était séduisant et doux. Ma bite palpita à nouveau. "Dani." dis-je d'une voix rauque. Elle enroula lentement ses deux mains autour de ma bite. Merde.
Un coup.
"Gah.." J'ai haleté, le sentiment était écrasant. Je fermai les yeux, essayant de me contrôler. Deux coups.
Je le sentais, c'était trop. Elle était trop.
"Dani, putain, je vais-" dis-je en la regardant. Elle avait les yeux fermés, la langue et la langue tendues. Putain A.
Je l'ai perdu, ma bite a explosé, la première ligne épaisse éclaboussant sa joue et sa langue.

"Merde!" J'ai grogné, jouissant plus fort que jamais dans ma vie, gémissant et gémissant encore et encore alors qu'elle traitait ma bite. Ligne après ligne de sperme éclaboussé contre le visage de ma petite sœur, j'ai vu son expression changer, elle haleta, mon sperme continuant à éclabousser son visage et ses seins, alors qu'elle jouissait elle-même. Être trempée dans la charge chaude de son frère était suffisante pour l'envoyer également au bord du gouffre, sa chatte tremblant d'orgasme.

Nous étions tous les deux assis là pendant un moment, respirant fortement, avant qu'elle ne lâche ma bite. Il dansait sur son visage, toujours dur comme du fer. Puis elle m'a vraiment surpris, se penchant en avant, s'emparant à nouveau de mon sexe, le caressant deux fois avant de planter un baiser sur le bout. "Euh, putain !" J'ai haleté.
Elle me sourit, l'embrassant à nouveau doucement. Elle a commencé à planter de doux baisers sur toute ma bite, sa langue sortant pour me taquiner à chaque autre baiser. "Ahh, Dani.." J'ai gémi, alors qu'elle tenait ma bite droite, comme un cornet de crème glacée, avant de lui donner un bon, long et lent coup de langue de la base à la pointe. Elle a fait cela deux fois de plus, avant de descendre embrasser doucement mon sac, aspirant une boule dans sa bouche, enroulant doucement sa langue autour d'elle, avant de faire la même chose avec l'autre.
J'étais au paradis. Ma petite-sœur n'était pas seulement disposée à faire ça, elle le faisait, avec mon sperme chaud déjà éclaboussé sur tout son visage. Je me demande combien de fois je viendrais avant que ce ne soit fini.

Elle a planté un autre baiser sur le bout de ma bite, mais cette fois le baiser est devenu une douce gorgée alors qu'elle m'a finalement aspiré dans sa bouche chaude. "Danielle-." Je grognai, sa tête s'enfonçant sur mon sexe. Elle a travaillé toute la tige dans sa gorge en un seul coup lent et humide. Sa langue a glissé le long du bas de ma bite tout le long. "Merde." Elle m'a égorgé. J'avais l'impression que j'allais déjà revenir, et je venais littéralement de venir il n'y a même pas cinq minutes.
Elle a commencé à vraiment me sucer maintenant, commençant à secouer négligemment la tête, sa langue glissant le long de la base de ma bite, tourbillonnant autour de la tête sensible au sommet de chaque mouvement ascendant. Elle a sucé ma bite hors de sa bouche avec un doux 'pop'. Elle lécha ses lèvres, des traînées de salive, de sperme et de pré-sperme reliant sa bouche et ma bite. Elle a levé les yeux vers moi, embrassant le dessous de ma bite, avant de me sucer à nouveau dans sa bouche, en suçant et en caressant à nouveau bruyamment et négligemment. Je ne pourrais pas supporter ça plus longtemps.

"Dani- je vais bientôt venir. Tu vas me faire jouir." dis-je en l'avertissant. Elle hocha la tête, suçant à nouveau ma bite de sa bouche. "Bien. J'en veux plus. Je veux ton sperme." Elle embrassa à nouveau le bout, Dieu que j'aimais quand elle faisait ça, et elle leva les yeux vers moi. "Geai?"
« Mm-hm ? » questionnai-je en haussant un sourcil.
demanda-t-elle d'une voix suppliante. "S'il te plait, maintenant? Jouis pour ta petite soeur coquine."
Cela l'a fait. J'explosai à nouveau, la première explosion la surprenant, certaines touchant sa joue, d'autres par-dessus son épaule. "Oh!" Elle haleta, léchant le long de la base de ma bite me faisant gémir, continuant à verser du sperme. Plus de sperme a éclaboussé son visage, avant qu'elle n'aspire ma bite encore en train de jouir dans sa bouche, me suçant alors que je venais pour elle. "Putain, Danielle !"

On dirait qu'elle est revenue elle-même, sa culotte était trempée. Elle s'allongea sur son lit, tirant à nouveau sa culotte sur le côté. Si ma bite commençait à se ramollir, elle redevenait dure, à la va-vite. Elle fit glisser ses doigts de haut en bas sur ses lèvres humides, faisant le tour de son clitoris. Ses hanches sursautaient un peu, elle était manifestement sensible. "S'il te plaît, plus de jeux. J'ai besoin de ta bite, Jay."
Elle n'a pas eu besoin de me le dire deux fois. Je me suis positionné au-dessus d'elle, saisissant ses jambes, la rapprochant du bord du lit. Elle se mordit la lèvre alors que je posais ma bite sur sa chatte. "Ne me taquine pas." Elle a supplié, ses hanches roulant, essayant de se positionner correctement pour se transpercer avec ma bite. Je la garderais juste hors de portée, la rendant belle et chaude.
« Mmm ! » Elle gémit en se mordant la lèvre. "P-S'il te plait ?" Elle m'a regardé avec des yeux de chiot, et j'ai dû m'exécuter. Je veux dire, elle a demandé si gentiment.

J'ai frotté ma bite sur ses lèvres pendant un moment de plus, avant de reculer pour l'aligner avec son trou. Lentement j'ai commencé à pousser, j'ai senti sa chatte commencer à céder. Elle s'avança, essayant à nouveau de le pousser à travers elle-même, mais je reculai. Elle cria presque de frustration, sa chatte dégoulinant d'humidité. "Geai!" Elle a pleuré. J'ai décidé de pousser à nouveau. J'ai senti sa chatte commencer à céder, la tête de ma bite commençant à s'enfoncer en elle. "Oh-" Elle haleta.
Elle était serrée. Vraiment serré, c'était comme si sa chatte me combattait. J'ai dû me forcer en elle, même si elle n'était pas vierge. J'ai continué à pousser, elle était incroyablement serrée. Environ un quart de ma bite était en elle maintenant. Elle haletait, constamment. Je grognais. J'ai continué à m'enfoncer en elle, ma grosse bite la remplissant complètement. Environ à mi-chemin à ce stade. Elle bouge maintenant doucement ses hanches en essayant de me fourrer davantage en elle. Nous respirions tous les deux fortement. Aux trois quarts, et je transpire déjà. C'est la baise la plus chaude que j'aie jamais eue et mes bites ne sont même pas encore complètement à l'intérieur d'elle.

Elle cria alors que je forçais le reste de moi-même dans son petit corps. Elle enroula ses jambes autour de ma taille, essayant de me forcer plus profondément si c'était possible. Elle haletait, me grattant le dos. "C-arrive. Ohmygod- J'arrive. Je suis- je suis-" Elle haleta à bout de souffle, alors que je sentais sa chatte se resserrer encore plus autour de ma bite. Je ne pense pas que j'aurais pu bouger à ce moment-là, si j'avais choisi de le faire. Sa chatte était tout simplement trop serrée autour de moi alors qu'elle jouissait, comme un étau de velours chaud et humide.
"Ça va mieux, petite-sœur." lui chuchotai-je en me reculant.
"N-Non !" Elle haleta, m'attirant avec ses jambes. « Ne le tirez pas- D-ne le sortez pas ! Elle a plaidé. J'ai souris. "Je ne suis pas Dani. Laisse-moi juste prendre soin de toi." J'ai de nouveau reculé, et elle gémit alors que je m'éloignais à peu près à mi-chemin.. Avant de retomber dedans. Elle a crié, alors que je commençais à pomper lentement ma petite soeur pleine de bite.

"Ohhh-" cria-t-elle alors que je la baisais lentement. J'ai gardé un rythme délibéré, sortant lentement ma bite de son tunnel et la repoussant lentement dans ses profondeurs chaudes. Elle perdait la tête.
"Encore!" Elle a pleuré, éjaculant sur ma bite pour la deuxième fois. « Jay, encore ! J'arrive ! J'arrive ! J'ai senti sa petite chatte me serrer à nouveau fermement, mais je n'ai jamais arrêté de pomper.
"Jay, c'est trop ! Dieu, ta bite!" Elle a pleuré. Elle ne savait rien.
J'ai commencé à accélérer le rythme, commençant vraiment à la baiser maintenant. Le son de sa chatte humide aspirant ma bite, nos peaux se claquant l'une contre l'autre à chaque poussée. "Danielle, tu es si serré!" J'ai gémi. "Mm, tu es si grand !" Elle a crié, sentant ma bite commencer à se dilater dans sa petite chatte. Je l'ai ramassée en la faisant glisser de haut en bas sur ma bite alors que je tenais son petit corps dans mes bras, claquant dans son petit trou encore et encore. "C-À venir." répéta-t-elle, à peine audible. "Dani, moi aussi."

"Remplis-Remplis-moi. Tire-le à l'intérieur." C'est tout ce que j'avais besoin d'entendre alors que nous venions tous les deux, sa chatte explosant à nouveau, trempant à nouveau ma bite déjà trempée, alors que je déchargeais profondément à l'intérieur de sa chatte brûlante. J'ai grogné, pompant fort, et elle a crié en sentant mon sperme chaud tirer au plus profond d'elle, la remplissant complètement. Nous avons continué à haleter, à bosser et à nous agripper jusqu'à ce que nous soyons tous les deux épuisés, respirant fortement, transpirant.
Ce week-end est prometteur.

D'accord, c'est ma première tentative d'histoire. J'ai continué bien plus longtemps que je ne le pensais, mais. Ouais. Tout commentaire est un bon commentaire, à moins que vous ne soyez tous du genre "Oh mon dieu, c'était affreux, vous êtes un écrivain terrible, tuez-vous", car franchement, j'apprécierais que vous gardiez des choses comme ça pour vous, vous sont susceptibles de blesser mes sentiments. Et ce n'est tout simplement pas agréable.
Merci pour la lecture à tous ! - Pétillant

Articles similaires

La femme de Rick partie 5 sur 6

L'histoire de mon ami La femme de Rick 5 (5 sur 6) La scène : Les yeux bandés, j'étais à genoux dans le salon sol, genoux écartés, aine serrée contre le dos de Linda, mon femme, qui était également agenouillée et assise sur ses talons. Linda, en tour, était agenouillé entre les jambes tendues de William, qui assis sur notre causeuse. Maintenant, imaginez ceci : Moi, M. Hétérosexuel, j'étais penché en avant avec mes bras autour de ma femme. Ma main gauche était placée sur celle de Linda main gauche qui pressait et massait les testicules de William. Mon droit main...

555 Des vues

Likes 0

Délice de cisaillement

Frank essuya la sueur de son front avec le dos de son gant et continua à tailler les roses Seymour. Il était 12 h 45, et comme sur des roulettes, il entendit Dee et son amie Tanya déambuler dans le jardin à l'arrière. Il jeta un coup d'œil derrière les fleurs et les vit marcher pieds nus jusqu'au belvédère avec un pique-nique. Dee portait sa robe légère à fleurs habituelle. Son sourire éclatant et ses cheveux de soie de maïs dorés lui ont donné une déesse comme la beauté. Sa robe moulait ses hanches et mettait en valeur ses mésanges gaies...

612 Des vues

Likes 0

La suite 5

Jim faisait les cent pas depuis une heure maintenant, après avoir détruit leur flotte d'invasion, ils étaient partis après le seul navire restant de la flotte Krang. Mary et Amber l'avaient regardé presque tout le temps Jim si tu ne le fais pas assieds-toi, je vais te casser la gueule, je ne peux pas supporter beaucoup plus ton rythme », a presque grondé Mary. Jim s'est rapidement assis dans le fauteuil de commandement en essayant de ne pas regarder Mary, désolé Mary, je déteste cette attente, j'ai rien sur le robinet pour faire rien sur quoi travailler, vous savez que je...

503 Des vues

Likes 0

Apprendre le style de vie Pt 4 - Activations de tatouage

Ils ont changé la literie et Michael s'est douché puis s'est habillé. Ensuite, Michael fit tremper les draps sales dans la machine, puis ils se mirent en route. À ce moment-là, Silk mourait de faim. Michael a pris les clés et Silk l'a naturellement laissé conduire. Il l'a emmenée à son appartement pour obtenir une autre chemise à porter car il manquait quelques boutons à son autre. Elle a changé de tenue et l'a retrouvé à la voiture. Il les a emmenés dans un camion-restaurant et a regardé son visage. Il fut heureux de constater qu'elle semblait parfaitement à l'aise. Certaines...

689 Des vues

Likes 0

La sorcellerie

Ayant des pouvoirs surnaturels, Ann a complètement dominé son mari Albert. Avec sa femme comme patron, Albert devait faire tous les travaux de la maison. Anne, sur le d'autre part, n'a rien fait de tel. En rentrant du travail tous les jours, elle disait toujours à Albert de préparer le dîner. De plus, après avoir dîné, et Albert fit faire la vaisselle, Ann lui ordonna de se lever en lui disant de embrasser et adorer ses orteils. Aussi, chaque fois que cela lui plaisait, elle se tenait debout vers le haut et baissez sa jupe et sa culotte, tournez-vous et dites...

522 Des vues

Likes 0

Ma petite soeur Lily, Chapitre 2 : Le premier amant de Lily_(0)

Le soleil est entré dans la chambre et je me suis réveillé et me suis frotté les yeux. J'ai regardé à côté de moi et il y avait ma petite sœur. J'ai pris mon téléphone et nous avons commandé le petit-déjeuner, puis je l'ai prise dans mes bras. Elle s'est réveillée juste un peu et a frotté ma poitrine alors qu'elle était allongée là. Sa main ralentit alors qu'elle se rendormait et je jouais avec ses longs cheveux bruns aux pointes bleu gris. Bientôt, la sonnette retentit et je glissai lentement hors du lit. Quand je suis revenu, elle était assise...

624 Des vues

Likes 0

En bas à la ferme_(3)

Il y a très peu de sexe dans cette histoire. L'histoire parle de sexe mais elle n'entre pas dans les détails que beaucoup d'entre vous veulent. Plus de 17 000 mots ; 34 pages. Je ne suis pas un agriculteur et je n'ai jamais passé une seule journée à travailler dans une ferme. S'il vous plaît, ne prenez pas les détails de cette histoire et dites-moi, ce n'est pas comme ça que ça se passe dans une ferme. En bas dans la ferme Edward Johnson se tenait sur le porche de la maison de ferme à deux étages de sa famille...

424 Des vues

Likes 0

Perdu dans le désert

Fbailey histoire numéro 334 Perdu dans le désert J'étais assez stupide pour m'inscrire à un cours de survie en milieu sauvage un été. En tant que professeur des écoles, je reçois tout l'été chaque année et j'essaie d'élargir mes expériences chaque année. J'ai fait des choses stupides dans le passé, mais c'est peut-être la plus stupide. J'ai eu une semaine de formation intensive dans un environnement de classe ainsi qu'une expérience pratique à l'extérieur, mais pas assez pour le monde réel. J'ai appris à faire du feu avec du silex et de l'acier, j'ai appris à attraper du poisson, à piéger...

390 Des vues

Likes 0

Défendez-vous

Il était trois heures du matin quand le téléphone se mit à sonner. Bonjour? dit John à moitié endormi. John? C'est moi Marie ! Mary était la petite amie de John à l'époque. Quoi de neuf? Savez-vous quelle heure il est? La voix de Mary commença à trembler un peu. C'est Alex. Quelque chose est arrivé. Bien sûr, quand il s'agit d'Alex la reine du drame, il se passe toujours quelque chose. Alex, soit dit en passant, est l'ami proche de Mary, un ami transsexuel. Mary a toujours fréquenté des personnes étranges, mais si vous vivez en Californie, tout le monde...

133 Des vues

Likes 0

Moi et Gavin

C'est l'histoire de mon ami et de sa mère qui habitent à côté. J'avais 24 ans, j'avais obtenu mon diplôme d'études secondaires plus tôt, puis j'avais obtenu mon diplôme universitaire plus tôt. J'ai décroché un excellent travail dans une grande entreprise avec une prime à la signature importante que j'ai appliquée à un acompte sur une maison. J'y habitais depuis 6 mois et j'avais appris à très bien connaître mes voisins. Janice, une infirmière travaillait à l'hôpital local. Elle était divorcée depuis plusieurs années et travaillait dur pour subvenir aux besoins de son fils de 12 ans, Gavin. Gavin était un...

740 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.