Date de nuit à retenir

76Report
Date de nuit à retenir

Alors que je te serrais fort, l'eau chaude tombait en cascade sur nos corps, nous gardant au chaud pendant notre étreinte passionnée. C'était notre rendez-vous hebdomadaire, et nous avons décidé de le terminer aussi intimement que possible. Nous avons décidé de prendre une douche sombre et chaude ensemble pendant que des chansons d'amour jouaient de notre haut-parleur. C'était absolument parfait. Te sentir dans mes bras dans l'obscurité absolue, a ajouté ce sentiment de proximité que je n'avais pas ressenti depuis un moment. Je n'ai pas pu m'empêcher de t'embrasser. Doucement au début, mais avec le temps, j'ai eu de plus en plus de mal à contenir mon amour pour toi. Tu te sentais si bien. Ton corps semblait épouser parfaitement le mien et ta peau était comme de la soie. Tu avais tes bras sur mes épaules pendant que j'attrapais ta taille, te rapprochant le plus possible de moi. Si nous pouvions répéter ce moment encore et encore pour toujours, ce ne serait pas une vie gâchée.

Après un certain temps, j'ai finalement permis à mes mains d'explorer ton corps. J'ai commencé par tracer mes doigts de haut en bas dans ton dos, je pouvais te sentir frissonner à chaque passage. Ensuite, j'ai lentement remonté jusqu'à ta tête où j'ai passé mes doigts dans tes cheveux. J'ai pris le temps de masser l'arrière de ta tête pendant que nos lèvres étaient liées par l'amour. Tu m'as senti grandir lentement contre toi et instinctivement pressé fort tes hanches contre moi. J'ai laissé échapper un faible gémissement contre tes lèvres et mes mains sont retombées sur tes hanches. Je t'ai doucement tiré loin de moi, puis je suis passé entre nous et je me suis repositionné entre tes jambes. Lentement, je t'ai tiré d'avant en arrière te permettant de sentir toute ma longueur frotter contre ton clitoris. Tu m'as serré plus fort et tu as laissé échapper quelques gémissements doux qui m'ont rendu faible dans les genoux. Chaque fois que tu as gémi de plaisir pour moi, je n'ai pas pu m'empêcher de ressentir des picotements dans ma colonne vertébrale. C'était le paradis pur et être dans le noir ne faisait que rendre ces sentiments plus intenses. Je laisse mes mains glisser de tes hanches à ton cul parfait avant de t'attraper et de te tirer vers moi avec force. Ça t'a choqué au début et quand je t'ai relâché, je pouvais te sentir mouiller contre le bout de moi. La chaleur de la douche rendait ma peau particulièrement sensible et me sentir taquiner l'ouverture de ton vagin était presque trop à supporter. J'ai glissé ma main droite derrière ta jambe et je l'ai soulevée jusqu'à ma hanche. Vous vous êtes penché et avez tenu mon pénis contre vous pendant que je faisais rouler mes hanches d'avant en arrière. À chaque coup, tu me sentais entrer un peu en toi avant de glisser vers l'extérieur et de dépasser ton ouverture. C'était le bonheur et je n'ai pas pu m'empêcher de gémir votre nom dans votre cou alors que j'essayais de le grignoter.

Nos taquineries devenaient trop importantes et tu as décidé qu'il était temps d'en faire plus. Vous vous êtes éloigné et vous vous êtes retourné pour couper l'eau. En vous penchant, vous avez fait en sorte de vous positionner de manière à ce que mon pénis s'adapte parfaitement entre vos jambes. La taquinerie ultime. Tu as regardé par-dessus ton épaule et avec l'aide de la lumière furtivement sous la porte de la salle de bain, je pouvais vaguement distinguer ton sourire diabolique. Nous nous sommes séchés, puis tu m'as pris la main et m'as conduit dans la chambre où les lumières étaient éteintes mais les bougies éclairaient parfaitement la pièce. Nous nous sommes arrêtés avant le lit et avons continué notre étreinte. Encore une fois, s'embrassant passionnément pendant quelques secondes avant que tu ne me fasses asseoir sur le bord du lit. J'étais incroyablement dur d'anticipation alors que tu tombais à genoux. Tu m'as tenu dans tes mains et tu m'as embrassé sur toute la longueur, laissant la bave s'échapper de tes lèvres.

C'était si bon et j'ai eu du mal à garder mon calme. Vous m'avez regardé et avez lentement pris chaque centimètre, un à la fois, jusqu'à ce que vous atteigniez votre limite. Tu m'as tenu dans ta gorge pendant quelques secondes avant de me glisser lentement hors de ta bouche. J'étais presque douloureusement dur à ce stade et vos taquineries devenaient atroces. Vous sembliez imperturbable par ma plaidoirie cependant, et continuiez à prendre lentement chaque centimètre, tenez-le, puis relâchez-le. Après près de deux minutes, je n'en pouvais plus et je me suis retiré de ta bouche. Je t'ai embrassé profondément, puis j'ai ramassé tes cheveux et je les ai tenus en queue de cheval avec mon poing. J'ai utilisé mon autre main pour me ramener dans ta bouche, cette fois j'ai contrôlé ton rythme. Te laissant aller lentement au début, j'ai accéléré jusqu'à ce que je puisse t'entendre bâillonner et te sentir m'engloutir dans la bave et le liquide pré-éjaculatoire. C'était si bon et j'ai rempli la pièce de mes gémissements et de mes grognements alors que je luttais pour retenir ma première charge de la nuit.

Toutes les trente secondes environ, je me retirais de ta bouche et te permettais de reprendre ton souffle. Tu me suçais si incroyablement bâclé que je savais que je ne tiendrais pas longtemps. Je t'ai embrassé passionnément une dernière fois et je t'ai demandé où tu voulais ta friandise. Tu as répondu, sur ton visage, et je t'ai fait un sourire diabolique avant de ramener ta bouche sur moi. Je n'ai pas pu m'empêcher de pousser légèrement dans ta bouche alors que je me rapprochais de plus en plus. Tu as tendu la main et tenu mes testicules, les serrant doucement, m'envoyant par-dessus bord. Je me suis levé et je suis sorti de ta bouche juste à temps pour éclater sur tout ton visage. J'ai laissé échapper un énorme gémissement alors que je pulsais sur vous, projetant chaque jet de sperme chaud sur votre langue, votre visage et votre poitrine. Alors que je descendais de mon high, tu m'as pris dans ta bouche une fois de plus et tu as nettoyé chaque centimètre de moi, suçant jusqu'à la dernière goutte de moi.

Je t'ai aidé à nettoyer, puis nous nous sommes allongés sur le lit, toi sur moi, et nous avons recommencé à nous embrasser. J'étais encore sensible et ma peau était chaude et floue à cause de l'orgasme incroyable que tu viens de me donner. Un immense sentiment d'affection envers vous m'a submergé et j'étais prêt à donner en retour. Nous retournant pour que tu sois maintenant sur le dos, j'ai commencé à embrasser ton cou. Je t'ai donné un suçon léger avant de revenir à tes lèvres. Je t'ai chuchoté de rester immobile et je me suis levé et j'ai marché vers le placard. Après un moment ou deux, je suis revenu avec une boîte noire pleine de tous nos jouets et je l'ai posée sur le sol au bord du lit. Tout d'abord, j'ai sorti deux rouleaux de corde et je me suis dirigé de chaque côté de la tête de lit pour y fixer vos mains. Ensuite, j'ai utilisé le deuxième rouleau pour sécuriser vos jambes afin qu'elles soient pliées et écartées. Je suis retourné vers la boîte et j'ai sorti une baguette de massage. Je t'ai adressé un sourire malicieux avant de le poser sur le lit. Ensuite, j'ai sorti une cravache en cuir et un bandeau sur les yeux. Je me suis dirigé vers la tête du lit et j'ai fixé le bandeau contre vos yeux. Vous avez laissé échapper un gémissement délectable alors que votre esprit commençait à s'emballer avec anticipation.

Je me suis penché et j'ai encore embrassé ton cou, puis je t'ai donné un autre suçon, celui-ci beaucoup plus sombre. J'ai embrassé ta poitrine en prenant mon temps et en couvrant tes seins de morsures d'amour. Mon objectif était de vous faire repenser à ce soir chaque fois que vous avez vu votre corps. Vous avez roulé vos hanches et plaidé pour le plaisir, mais j'étais déterminé à me venger de toutes les taquineries que vous m'avez soumises. J'ai utilisé la cravache, doucement au début, contre la plante des pieds. Tu laisses échapper un hoquet à chaque coup qui atterrit sur ta peau. Bientôt, j'ai examiné votre corps pour ma prochaine cible. Je décide du bas de tes cuisses, encore une fois je commence doucement, mais prends de l'intensité à chaque coup. Je vous accorde environ cinq secondes entre chaque coup afin que vous ayez un moment pour récupérer et anticiper le suivant. Bientôt, tu gémis et tu mendie à nouveau, alors je retourne à la boîte et je sors un bâillon-boule. Je le fixe dans ta bouche et retourne à la cravache. Une fois que tes jambes sont bien rougies, je m'arrête et *********** ma prochaine cible, ton cul. Cette fois, je ne vous laisse pas le temps de vous adapter et de commencer avec des coups assez durs. Vous gémissez au début, mais la douleur se transforme rapidement en plaisir lorsque votre peau commence à se réchauffer.

Après environ dix minutes d'utilisation de notre cravache, je décide que vous en avez assez et commence à vous préparer pour le plaisir. Une fois de plus, je retourne à la boîte noire et en sors une petite bouteille de lubrifiant. Je me mets à genoux au bord du lit et commence à l'appliquer doucement sur ta peau. D'abord sur tes cuisses, puis sur tes fesses, et enfin sur ta chatte dégoulinante. Je masse doucement tes lèvres scintillantes, puis insère simplement le bout de mon doigt en toi. Tu es si incroyablement chaude et humide que je me sens à nouveau durcir. Je pose la bouteille de lubrifiant et me positionne de manière à pouvoir enfin te goûter.

Je commence par embrasser de haut en bas tes cuisses puis souffle doucement sur ton clitoris, l'air froid envoyant des frissons dans tout ton corps. Je répéte ce cycle jusqu'à ce que tu pleurniches à nouveau à travers ton bâillon. Après assez de taquineries, je prends enfin mon premier goût. Je lèche lentement de ton ouverture à ton clitoris. Tu laisses immédiatement échapper une série de gémissements alors que je commence à te lécher lentement. Tout ce à quoi je peux penser, c'est à quel point tu as un goût incroyable. C'est presque enivrant. À ce stade, j'en ai fini avec les taquineries et je me consacre à vous plaire. Je trace mon nom dans ton clitoris encore et encore, puis roule ma langue contre toi, avant de glisser ma langue en toi. À ce stade, vous roulez vos hanches contre mon visage et j'en apprécie chaque seconde. Malgré mes taquineries, rien n'est plus satisfaisant que de dévorer ta chatte et de te laisser broyer contre mes lèvres. Après quelques minutes, je ralentis juste assez pour insérer deux doigts en toi, face vers le haut. Je presse contre ton point G pendant que je suce ton clitoris. Tu commences à pulser et je sais que tu te rapproches. Je continue à te doigter pendant que j'allume ta baguette de massage et la place sur ton clitoris. À ce stade, vous fermez. J'augmente la vibration de quelques clics et je te doigte juste un peu plus vite. Bientôt, ça devient trop et tu jouis sur mes doigts. Je vous permets de surmonter votre orgasme tonitruant avant de retirer votre masseur et de le remplacer par ma langue. Je t'embrasse et te lèche lentement et doucement jusqu'à ce que ça devienne trop sensible, puis je te donne un moment pour te calmer.

Je me lève, me dirige vers la tête du lit et retire ton bâillon. Nous recommençons immédiatement à nous embrasser furieusement. J'ai du mal à détacher tes mains alors que je fais de t'embrasser ma priorité. Enfin, nous écartons nos lèvres l'une de l'autre et je détache tes jambes. En descendant du sommet de votre orgasme, vous admettez que vous êtes prêt pour moi. L'excitation allume un feu en moi et je te fais allonger sur le ventre. J'utilise quelques oreillers pour soutenir vos hanches dans les airs et me positionner derrière vous. Lentement et doucement, je glisse chaque centimètre de moi en toi et nous laissons tous les deux échapper un gémissement de charge. Après une soirée entière de préliminaires, c'est un bonheur absolu d'être enfin en vous. Je me pousse complètement en toi et le maintiens pendant quelques secondes avant de me retirer. C'est un sentiment indescriptible de sentir ta chaleur contre moi sans entrave. Je vous donne quelques coups plus lents et profonds avant de me repositionner, afin que je puisse accélérer. Vos gémissements et gémissements remplissent la pièce et j'accueille chacun d'eux avec un autre coup. Tu es si chaud et serré qu'il m'est difficile de penser ou de me concentrer. Je ne peux pas m'empêcher de laisser mon côté animal le plus primitif prendre le dessus et te baiser aussi fort et aussi vite que possible. Je vous donne tout ce que je peux pendant environ une minute avant de passer à nouveau aux mouvements lents et profonds. Cette fois, en tirant presque complètement hors de vous, puis en vous donnant chaque pouce à la fois. Vous gémissez après chaque coup énergique. Après une dizaine de fois, tes jambes commencent à trembler et je te sens palpiter autour de moi. Je passe à nouveau à une baise plus animale, vous amenant au bord d'un autre point culminant. Je me pousse aussi profondément que possible et tu libères enfin un autre orgasme bouleversant, me gardant enfoui au plus profond de toi jusqu'à ce que tu récupères enfin.

Je recommence à glisser lentement vers l'intérieur et l'extérieur de vous, mais cette fois, je me penche et j'enroule mes bras sous vous et je commence à serrer vos seins. En utilisant l'effet de levier de ce nouveau poste, je suis capable d'accélérer et de maintenir la profondeur que je vous ai donnée. Après quelques minutes, je n'en peux plus de ta chaleur et me sens me rapprocher de seconde en seconde. Tu sens mon corps trembler et s'agiter sur toi et tu murmures la permission de jouir au plus profond de toi. C'est tout ce dont j'ai besoin pour me pousser à bout et pour la deuxième fois ce soir, j'explose pour toi. Tu me donnes un léger gémissement chaque fois que tu me sens pulser en toi, délivrant corde après corde de mon sperme. Je ne peux pas m'empêcher de me tenir au plus profond de toi alors que mon orgasme provoque un tremblement de terre de plaisir en moi. Après quelques instants, je reviens enfin sur terre et me retire de toi. Nous sommes tous les deux tellement épuisés que tout ce que nous pouvons faire, c'est nous allonger ensemble. J'embrasse l'arrière de votre tête et de votre cou et vous remercie pour cette nuit incroyable alors que vous vous pelotonnez devant moi. Il ne faut pas longtemps avant que nous soyons tous les deux endormis. Sans doute en rêvant des sensations incroyables que nous nous appliquons à nous donner.

Articles similaires

La sorcellerie

Ayant des pouvoirs surnaturels, Ann a complètement dominé son mari Albert. Avec sa femme comme patron, Albert devait faire tous les travaux de la maison. Anne, sur le d'autre part, n'a rien fait de tel. En rentrant du travail tous les jours, elle disait toujours à Albert de préparer le dîner. De plus, après avoir dîné, et Albert fit faire la vaisselle, Ann lui ordonna de se lever en lui disant de embrasser et adorer ses orteils. Aussi, chaque fois que cela lui plaisait, elle se tenait debout vers le haut et baissez sa jupe et sa culotte, tournez-vous et dites...

614 Des vues

Likes 0

Confessions d'un Cum Slut Pt. 1-2

Je suis une salope de sperme depuis que j'ai dix-huit ans. Il m'est difficile d'atteindre l'orgasme sans une bite dans la bouche. Je suis accro au sperme. J'en mange, parfois plus de deux fois par jour. Je rêve à ce sujet. J'ai pris des douches de sperme. Existe-t-il un programme en douze étapes pour les salopes au sperme ? Je parie qu'il y en a. Le problème avec ça, c'est que j'aime vraiment être une salope de sperme. Quand il y a du sperme sur mon visage, il y a aussi généralement un sourire. Et vice versa. Je n'ai pas toujours été...

776 Des vues

Likes 0

The Futa Fairy - Futa Doctor's Hot Wish Chapter 1: Futa Desire du Dr Rita

La fée Futa - Le souhait chaud du docteur Futa Chapitre un : Le désir futa du Dr Rita Par mypenname3000 Droit d'auteur 2017 Un mois s'était écoulé depuis ce matin fatidique où j'avais appris quelque chose d'impossible. Quelque chose d'étonnant. Quelque chose qui me mouillait la chatte presque tous les matins quand je m'endormais toute la journée. Oui, le jour. J'ai travaillé l'équipe de nuit de l'hôpital St. Claire. Il y a un mois, j'avais été arrêté par le futa-flic, l'officier Cindy. Le simple fait de penser à ce futa dominatrice rendait ma chatte si humide. Je frissonnai dans ma...

644 Des vues

Likes 0

La Vierge violée par Ward Fulton Chapitre 1

Pas le mien... Chapitre 1 Le centre commercial était bondé d'étudiants, tous désireux de profiter de la soleil et la douce brise printanière qui soufflait doucement de la rivière. Chaque banc était occupé, et même les larges bordures de béton qui bordés les parterres de fleurs étaient encombrés d'adolescents bavardant, leurs le moral remonté par le départ définitif de l'hiver et la vue de des milliers de jonquilles qui annonçaient la saison qui approchait. L'horloge de Old Main indiquait onze heures trente, et Suzanne leva les yeux impatiemment alors qu'elle se frayait un chemin à travers la foule. Yvonne avait dit...

839 Des vues

Likes 0

Apprendre le style de vie Pt 4 - Activations de tatouage

Ils ont changé la literie et Michael s'est douché puis s'est habillé. Ensuite, Michael fit tremper les draps sales dans la machine, puis ils se mirent en route. À ce moment-là, Silk mourait de faim. Michael a pris les clés et Silk l'a naturellement laissé conduire. Il l'a emmenée à son appartement pour obtenir une autre chemise à porter car il manquait quelques boutons à son autre. Elle a changé de tenue et l'a retrouvé à la voiture. Il les a emmenés dans un camion-restaurant et a regardé son visage. Il fut heureux de constater qu'elle semblait parfaitement à l'aise. Certaines...

793 Des vues

Likes 0

Sous son bureau

Il m'a engagé il y a trois semaines. Un travail pour lequel je suis reconnaissant mais totalement non qualifié. Mais alors je suis jeune et asiatique, et il est plus âgé et blanc, et dans le cadre de mes fonctions (et oui, aussi au cours de mon espionnage), j'ai découvert la métrique-tonne de porno sur son disque- lecteur mettant en vedette de jeunes femmes asiatiques. Je suis loin d'être rebuté par ça. Je veux dire, ne vous méprenez pas, je n'ai aucune envie de me frayer un chemin jusqu'au sommet, et je suis aussi douloureusement conscient de l'ensemble du cliché de...

830 Des vues

Likes 2

Bravade, partie 2

Kevin s'est réveillé le lendemain matin groggy, la gueule de bois et dur comme un roc. Debby était allongée nue à côté de lui, souriant et caressant son petit gars. Charles n'était pas au lit. Kevin a chuchoté, « arrête ça ! » et a essayé de retirer ses mains, mais elle a juste serré et a continué à jouer avec lui. Kevin savait que Charles n'était pas content qu'ils se soient tous retrouvés dans un trio la nuit dernière, mais Debby ne semblait pas s'en soucier. Kevin entendit Charles s'affairer dans la cuisine. Kevin a regardé Debby dans les yeux et a crié...

1.1K Des vues

Likes 0

Quel magnétoscope ?_(1)

J'ai un œil sur Eric depuis qu'il a commencé à s'occuper du bar du restaurant où je travaillais. Nous avions eu quelques conversations informelles, mais rien qui semblait mener nulle part. C'était frustrant comme l'enfer. Je le voulais vraiment, et j'étais déterminé à l'avoir. Jeudi était une nuit tôt pour nous deux. J'ai travaillé l'équipe du déjeuner pour que je sorte de là vers 6 heures et Eric est descendu à 10 heures. Je lui ai demandé s'il savait quelque chose sur les magnétoscopes car j'avais tellement de mal à faire fonctionner le mien correctement. Je lui ai dit que la...

778 Des vues

Likes 0

La suite 5

Jim faisait les cent pas depuis une heure maintenant, après avoir détruit leur flotte d'invasion, ils étaient partis après le seul navire restant de la flotte Krang. Mary et Amber l'avaient regardé presque tout le temps Jim si tu ne le fais pas assieds-toi, je vais te casser la gueule, je ne peux pas supporter beaucoup plus ton rythme », a presque grondé Mary. Jim s'est rapidement assis dans le fauteuil de commandement en essayant de ne pas regarder Mary, désolé Mary, je déteste cette attente, j'ai rien sur le robinet pour faire rien sur quoi travailler, vous savez que je...

602 Des vues

Likes 0

Les garçons riches aiment 24

Quand je suis entré dans la maison de havreys, nous nous sommes assis et avons marché sur des choses que harvey faisait croire que nous n'allions pas durer beaucoup plus longtemps, puis il m'a demandé combien de temps pensez-vous que nous allons durer j'étais tellement choqué et bouleversé par la question qu'il vient de me demander, je suis sorti de chez lui et je suis rentré chez moi. sur le chemin du retour, harvey a dû appeler mon portable au moins 5 fois, mais j'ai gardé les yeux sur la route et j'ai laissé mon téléphone aller sur la messagerie vocale...

598 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.