Le greffier

1.5KReport
Le greffier

C'est vendredi soir !

Techniquement, c'est lundi. Mais mon horaire de travail me laisse libre les lundis et mardis, donc ce sont les soirs où je sors et m'amuse. Cependant, mon idée du plaisir diffère de la plupart...

Je ne passe pas mes nuits chez moi ; diable, je ne les passe même pas dans ma ville natale. Je vais parcourir trente, quarante miles pour m'amuser. Je ne vais pas dans les clubs ou les bars. Je ne sors pas et je n'organise pas de soirées, ou je ne me saoule pas et je me prostitue au premier gars qui me ramasse par terre.

Je vais dans les dépanneurs. Petit, calme, hors des routes principales, peu de circulation. Pas de caméras, pas de managers. Juste un jeune homme ennuyé et solitaire debout derrière le comptoir, perdant du temps sur son téléphone, attendant que quelque chose se produise mais ne sachant jamais vraiment ce qu'est ce "quelque chose".

Je suis ce "quelque chose".

Comme je l'ai dit, je vais conduire à la recherche de ces magasins spécifiques. Parfois, il me faut des heures avant d'en trouver un qui, à mon avis, corresponde à la facture. Pas de grandes chaînes nationales comme "Flying J" ou "7-Eleven". Ils sont toujours trop occupés. Non, je cherche "Conoco" ou une vieille "Route 66" délabrée. J'ai tendance à jalonner un peu ces magasins avant d'y entrer. J'ai besoin de savoir quel type de trafic ils obtiennent. S'il n'y a pas de pompe à essence, c'est toujours bon signe ; signifie que moins de gens s'arrêtent, donc il y a moins de chance que je sois interrompu.

Un trafic plus faible signifie également moins d'argent, ce qui, par extension, signifie moins (ou mieux encore, pas) de caméras. Cela signifie moins de chance que je me fasse prendre plus tard. Cela signifie également qu'il n'y aura pas de rediffusions plus tard pour qui que ce soit d'autre ; Je veux que ce qui se passe reste entre moi et le jeune homme derrière le comptoir.

Ma nuit commence par le choix d'une garde-robe à porter. Ce soir, ça va être un chemisier blanc et une jupe crayon grise, des talons et des bas nude. Pas de soutien-gorge, pas de sous-vêtements. Les lunettes sont une bonne idée; Je ne porte pas de lunettes normalement, mais j'ai une paire de lunettes de lecture bon marché qui donne à l'ensemble un look "bibliothécaire sexy".

"Parfait," je me murmure. Je prends mon sac à main et je pars.

***

Il y a ce magasin que j'explore depuis une semaine maintenant. Il y a trois commis qui travaillent au comptoir de ce magasin, et celui que je veux est toujours là les lundis et jeudis. Il est au début de l'âge universitaire, environ dix-neuf ans environ. Je n'y suis jamais entré, mais je l'ai toujours vu par les fenêtres ; quand il n'appelle pas quelqu'un, il est toujours sur son téléphone. Quand je regarde un endroit comme celui-ci et que je vois quelqu'un sur son téléphone, je me demande toujours ce qu'il regarde. Les réponses évidentes sont Facebook ou Solitaire, mais j'imagine que ce jeune homme passe son temps sur du matériel plus adulte. Des histoires érotiques, de belles femmes à moitié nues, flirtant avec des filles de quelques années plus jeunes que lui, espérant qu'elles lui envoient des photos coquines d'elles-mêmes pour qu'il puisse les conserver dans sa banque de fessée.

Je lui donnerai quelque chose pour sa banque de fessée, c'est sûr.

À l'approche de onze heures, le moment de la nuit où le magasin est le moins occupé, je commence à me préparer. Je mets mes cheveux auburn en queue de cheval et sors les lunettes. J'ajuste également le haut du chemisier en déboutonnant les quelques boutons du haut avant de quitter la voiture. Je voûte mes épaules en arrière, les seins poussant fermement contre le tissu fin de mon chemisier. je me regarde dans le miroir; oui, les mamelons ressortent très bien. J'applique une couche rapide de rouge à lèvres marron et je suis prêt.

Je marche jusqu'à la porte et j'entre. La cloche de "bienvenue" sonne, mais l'employé lève à peine les yeux. « Soir », dit-il sans lever la tête de son téléphone.

"Hey, hon," je réponds d'une voix haletante, ce qui attire son attention. Il lève la tête, et je vois ses yeux s'écarquiller ; il ne le sait pas encore, mais il est accro. Je peux voir ses yeux se remplir de luxure, de désir. Il me veut déjà, et il est sur le point d'avoir beaucoup de moi.

J'ajuste mes lunettes et lui adresse un sourire chaleureux et séduisant. Je le fixe alors que je marche dans l'allée vers les glacières au fond du magasin ; Je fixe un peu plus longtemps que je ne le devrais, juste pour savoir que j'ai son attention. Une fois que je suis sûr que ses yeux vont rester sur moi tout le temps, je détourne le regard de lui, toujours radieux. Alors que j'atteignais le bout de l'allée, je brisai sa ligne de mire assez longtemps pour défaire quelques boutons supplémentaires sur mon chemisier, exposant davantage mes seins.

Je remonte ma jupe et me dirige vers le bout de l'allée juste devant lui. J'examine la rangée inférieure de boissons, qui se compose d'eau en bouteille et aromatisée. Je me penche tout droit, exposant mon cul et ma chatte rasée à l'employé. Je reste penché plus longtemps qu'il ne me faut pour attraper une bouteille de SmartWater parce que je veux qu'il me regarde bien. Je veux qu'il imagine ce que ce serait d'enfouir son visage dans ma chatte. J'imagine sa langue, chaude et humide, se tortillant dans mon petit trou serré, ses mains agrippant mes fesses et les écartant tandis que ses lèvres se refermaient fermement autour de moi...

Mmmm, pensées coquines qui me font mouiller... Je gémis tout seul. Je me suis levé avec la bouteille d'eau et j'ai marché dans l'allée vers le greffier. Il me regarde toujours, alors je décide de jouer un peu avec lui.

"Est-ce que tu me surveilles?" lui demandai-je d'un ton à mi-chemin entre la séduction et l'autorité. Il sortit rapidement de son étourdissement et balbutia sa réponse.

"Euh... non, madame. J'étais juste... Ouais. Euh, je veux dire, je... Non. Non, je ne regardais pas." Il a craché. Son téléphone avait disparu du comptoir, et sa main était dans sa poche ; il n'a pas fallu un spécialiste des fusées pour comprendre cette image.

J'ai levé la paume de ma main et j'ai dit: "Téléphone, maintenant!"

"Quoi?" demanda-t-il, complètement perplexe.

"Il est illégal de prendre des photos de quelqu'un à son insu," l'informai-je. « Avons-nous besoin d'impliquer la police ? Avant que le mot "police" ne quitte mes lèvres, le téléphone était sorti de sa poche et remis sur le comptoir. Bien sûr, je n'avais pas l'intention de téléphoner à la police, peu importe le nombre de photos qu'il a prises de mon cul ; si je le faisais, le plaisir serait terminé avant même d'avoir commencé.

"Entrez le code," ordonnai-je. Il a tapé le code à quatre chiffres (le code était "0420", donc je n'aurais pas dû être surpris quand une plante en pot géante est apparue en arrière-plan). J'ai ensuite arraché le téléphone du comptoir et pris des photos.

Bon sang, il y avait des centaines de photos ici ! La plupart étaient des photos pornographiques qu'il avait téléchargées sur Internet, mais plusieurs étaient des selfies de filles avec lesquelles il avait parlé ; Je pouvais le dire, car il en avait une série qui provenaient toutes de la même fille. Et en bas de sa pellicule, il y avait quatre clichés de mon cul, penché devant la glacière.

"Tu aimes regarder des photos sales, n'est-ce pas ?" Je lui ai demandé. Il hocha doucement la tête et un sourire traversa mon visage. « Que ferais-tu pour plus de photos de moi ? Il semblait troublé par la direction que prenait la conversation, alors je me suis éloigné du comptoir et j'ai tourné la caméra vers moi. J'ai pris une paire de selfies centrés sur ma poitrine et j'ai dit à haute voix : "Oh, ça ne marchera pas !"

J'ai fait sauter quelques boutons supplémentaires sur le chemisier, libérant un peu plus les filles; mamelons montraient et j'ai pris un gros plan d'eux.

J'ai pris un doigt et l'ai tracé autour d'un mamelon, le rendant raide avant d'en prendre un autre gros plan. « C'est amusant, n'est-ce pas ? Le pauvre gars était sans voix.

« Ceci a un flash, n'est-ce pas ? » J'ai ensuite collé le téléphone sous ma jupe et cassé une série d'upskirts. Quand j'ai sorti le téléphone et regardé à travers eux, j'ai haleté et ai levé les yeux vers l'employé. « Wow ! Tu vois ça ? Je lui ai montré celle des photos. « Tu vois comme je suis mouillé maintenant ?

Il est vrai que la photo en question me montrait absolument mouillée; vous pouviez le voir refléter le flash de l'appareil photo. Sa mâchoire tomba, et il devint tout à fait clair qu'il était maintenant du mastic entre mes mains.

A proximité se trouvait un coin salon avec une petite rangée de vieilles chaises. Je gardai le téléphone dans ma main et me dirigeai vers l'une des chaises. Je l'ai ramené devant le comptoir; il était temps que le spectacle commence.

Je m'assis sur la chaise et croisai les jambes, balançant un talon du bout de mon pied à quelques mètres du comptoir. Pendant que je faisais pendre mon talon, j'ai utilisé ma main libre pour tirer ma queue de cheval et laisser tomber mes cheveux avant d'aller défaire les derniers boutons du chemisier, le laissant tomber ouvert pour qu'il puisse bien voir mes seins. Avec mon autre main, j'ai pris photo après photo de mes talons, de mes jambes et de mes seins gonflés. J'ai même commencé à me frotter les cuisses, remontant lentement mes jambes alors que je me préparais à me doigter. Je n'arrête pas de casser la gueule, prétendant que j'avais oublié le greffier pendant un moment. Je me retourne bientôt vers lui et fais semblant d'être amnésique.

"Oh," m'exclamai-je. "J'ai oublié que tu étais là pendant un moment !" Il resta silencieux, mais sa pomme d'Adam tremblait nerveusement ; il s'excitait. « Tu aimes me regarder, n'est-ce pas ? J'ai fait la moue. Il hocha la tête avec impatience et sourit pour la première fois depuis que j'avais franchi la porte.

"C'est bien," répondis-je. "Parce que j'aime regarder les hommes comme vous me regardez." Soudain, il se dirigea vers l'espace du comptoir ; il voulait sortir avec moi.

« Non, non, non... » ai-je demandé, en fermant soudainement mon chemisier ; il s'arrêta net dans son élan. "Vous restez de ce côté du comptoir," ordonnai-je. "Si vous traversez ce comptoir, le spectacle est terminé et la police voit ces photos que vous avez prises de moi. C'est clair ? Dites 'oui, madame', si vous comprenez."

"O... oui... oui, madame," bredouilla-t-il à haute voix.

"Bon garçon," souris-je. J'ai laissé le chemisier s'ouvrir, exposant à nouveau mes seins ronds et mes mamelons perky. "Maintenant, tu veux me regarder jouer avec moi-même ?" Il hocha la tête avec impatience.

"Je jouerai avec moi-même à une condition," expliquai-je. "Je veux que tu sortes ta bite et que tu commences à te caresser."

Si vous n'avez jamais vu le visage d'un homme inondé de peur, c'est un spectacle à voir. La couleur s'est dissipée de son visage si rapidement que c'était comme si quelqu'un avait pris une télécommande et avait baissé ses réglages au maximum ; l'effet était presque comique.

Bien qu'il ait clairement une peur bleue, il a maladroitement décompressé son pantalon et a sorti sa bite; ce n'était pas beaucoup, vraiment. J'espérais au moins un one-hander; mais c'était plus court que ça, même ! Il était clairement en érection, et il ne pouvait que le pincer avec ses doigts ! J'ai résisté à l'envie de rire de sa petite bite et j'ai continué le spectacle.

Je remontai ma jupe sur mes hanches et écartai largement mes jambes, passant mes mains sur mes bas et le long de mes cuisses. J'ai pris un doigt et l'ai fait glisser dans ma fente détrempée.

"Jerk you," j'ai exigé. Immédiatement, il a commencé à se branler. J'ai levé l'appareil photo et j'ai pris quelques photos de lui en train de le branler. Tout petit qu'il était, j'admirais son enthousiasme ; s'il l'avait tiré beaucoup plus fort, il l'aurait peut-être complètement arraché. Et je concéderai que, s'il n'était pas bien doté en longueur, il avait de la circonférence, et parfois cela suffit. Le regarder m'excitait, en tout cas.

J'ai basculé la caméra sur "vidéo" et l'ai dirigée vers ma chatte gonflée, que j'ai continué à doigter tout en offrant des encouragements vocaux.

"Ouais, continue de te branler. Ooh, j'adore regarder les gars jouer avec eux-mêmes pendant qu'ils me regardent." C'était vrai; regarder un mec pendant qu'il me regardait jouer avec moi-même m'excitait encore plus. Plus je suis excité, plus je jouais fort avec moi-même, ce qui les faisait s'amuser davantage, ce qui m'excitait encore plus; c'était un cycle sans fin qui se nourrissait de lui-même.

Une paire de phares a clignoté à l'extérieur alors qu'une voiture commençait à entrer dans le parking. Nous avions maintenant une minuterie.

"Allez, branle-le pour moi !" J'ai commandé. "Plus rapide!" Il hocha la tête avec impatience.

"Oui, madame," dit-il en continuant à marteler son pud assez vigoureusement. C'était presque admirable, vraiment.

"Bon garçon," dis-je. "Traite cette bite pour moi !" Je lui souris en retour et commence à me doigter plus vite. L'horloge tournait ; nous n'avions que quelques secondes avant que la personne dans la voiture ne franchisse la porte. Mon cœur, qui battait déjà la chamade auparavant, s'emballa alors que j'effleurais mon haricot et commençait à haleter alors que j'étais submergé par l'orgasme.

"Ouais ! Jouis pour moi, bébé ! Fais-le ! Je vais jouir aussi ! Je jouis !" J'ai crié à haute voix. Soudain, avec un gémissement sonore, il lança une charge assez importante sur tout le comptoir. J'ai pris quelques photos de lui en train d'éjaculer sur le comptoir, puis j'ai envoyé toutes les photos que j'avais prises sur mon propre téléphone, qui était dans la voiture.
Une fois qu'ils ont tous été envoyés, j'ai rapidement supprimé les messages envoyés et les photos originales que j'avais prises de son téléphone, et j'ai vidé la corbeille pour faire bonne mesure. Pas de rediffusions.

J'ai remonté mon chemisier, baissé ma jupe et donné un coup de pied à la chaise juste au moment où quelqu'un passait devant la fenêtre. Je lançai le téléphone à l'employé alors que je me dirigeais vers la porte avec mon eau.

"Tu ferais mieux de nettoyer ça rapidement, ma chérie," lui dis-je avec un clin d'œil alors que je me précipitais vers la porte, faisant sauter mes fesses d'un côté à l'autre pour lui donner une dernière image visuelle avant de partir.

J'ai remarqué une jolie fille rousse qui montait le trottoir vers la porte, mais j'ai fait en sorte de ne pas établir de contact visuel de peur d'attirer l'attention sur mon état échevelé. Je suis arrivé à ma voiture, j'ai tourné rapidement et j'ai regardé. Le pauvre commis resta un moment au comptoir, sans rien faire jusqu'à ce qu'il entende la porte s'ouvrir et la cloche sonner. Puis il se précipita dans l'action, bourrant sa bite et essuyant le sperme du comptoir avec sa main.

Je ris tout seul et montai dans ma voiture. J'ai pris une longue gorgée de la bouteille et j'ai sorti mon téléphone. J'ai sauvegardé toutes les photos que je m'étais envoyées, puis j'ai supprimé les messages. L'employé avait quelque chose pour sa banque de fessée, et maintenant j'avais quelque chose pour la mienne...

Articles similaires

La vie de Lex Partie 1_(3)

Je m'étais presque habitué aux entrées inopinées de Lex dans ma chambre. Je lui avais demandé d'arrêter de faire irruption nue, alors maintenant, une culotte et un soutien-gorge étaient généralement impliqués ou une serviette si elle venait de se doucher. Vous sortez ensemble? lâcha-t-elle au lieu d'un salut. Elle portait un short de pyjama extra court et un débardeur. Par expérience, je savais qu'elle n'avait probablement pas de culotte en dessous. Ses seins, à peine retenus par la chemise serrée, montraient plus qu'évidemment qu'elle ne portait pas de soutien-gorge. « Salut Lex, comment vas-tu ? J'ai pensé que je pourrais peut-être...

2.2K Des vues

Likes 0

De l'épicerie à f

J'ai regardé l'incroyable séductrice par derrière en pensant à toutes les choses sales que je lui ferais si j'en avais l'occasion, ce qui était exactement ce que je voulais. Je l'ai suivie à distance et j'ai continué à faire du shopping, ou à faire semblant à ce moment-là. J'étais tellement perdu dans le corps de l'adolescente en face de moi que faire du shopping pour ce pour quoi je suis venu n'allait tout simplement pas se produire à cause de mon imagination hyperactive. Cela n'a pas aidé que ma bite soit dure comme de la pierre, surtout dans le jean serré...

2.1K Des vues

Likes 0

La femme de Frank, partie 5

La femme de Frank, partie 5 Le voyage de Jim Retour au Sex Shop histoire de: SindyxSin Jim ramène Kathy au sex-shop. NOTE DE L'AUTEUR: Ceci est une histoire sexuelle continue. Il peut avoir des relations sexuelles brutales et ne doit pas être lu par des personnes qui ne sont pas dans ce type de sexe. Ce n'est pas pour tout le monde, la douleur, l'humiliation et d'autres actes sexuels utilisés pour dégrader une personne, ce n'est pas pour tout le monde. Si cela vous excite, je suis heureux, mais s'il vous plaît, n'essayez rien de tout cela sur des partenaires...

1.9K Des vues

Likes 0

Promenade dans l'après-midi

Ils se levèrent à un glorieux matin de juillet. La mer était comme un miroir, déjà il y avait des reflets de chaleur qui montaient des galets de la plage. Il enfila un short de plage alors qu'elle enfilait un bas de bikini. Ils sont sortis par la porte arrière sur la plage et jusqu'à la mer pour un plongeon rafraîchissant. Il était légèrement à la traîne et a pu voir ses fesses parfaites se tortiller dans son slip de bikini. Il n'a jamais cessé de s'émerveiller devant sa belle silhouette. Il se précipita dans l'eau pour cacher le début d'une...

2.2K Des vues

Likes 3

Bravade, partie 2

Kevin s'est réveillé le lendemain matin groggy, la gueule de bois et dur comme un roc. Debby était allongée nue à côté de lui, souriant et caressant son petit gars. Charles n'était pas au lit. Kevin a chuchoté, « arrête ça ! » et a essayé de retirer ses mains, mais elle a juste serré et a continué à jouer avec lui. Kevin savait que Charles n'était pas content qu'ils se soient tous retrouvés dans un trio la nuit dernière, mais Debby ne semblait pas s'en soucier. Kevin entendit Charles s'affairer dans la cuisine. Kevin a regardé Debby dans les yeux et a crié...

2.4K Des vues

Likes 0

Mon frère Turner et moi

J'étais assis à la table du petit déjeuner essayant de décider quoi faire. Ce soir, c'était le réveillon du Nouvel An et mon frère m'avait demandé d'aller à une fête du Nouvel An avec lui. Je venais d'avoir 44 ans en novembre. Mon mari est décédé il y a trois ans et je vivais seule. Le nom de mon frère est Turner et il a quinze ans de moins que moi. Ma mère m'a eu quand elle n'avait que 16 ans et ils n'ont pas eu d'autre enfant avant qu'elle n'ait 31 ans. Depuis la mort de mon mari, Turner a...

2.9K Des vues

Likes 0

Jilly

J'ai séduit, contraint ou forcé une jeune fille mineure. Appelez ça comme vous voulez, mais c'est arrivé, j'ai honte, après la première fois, mais j'ai continué à profiter de ce que j'avais conspiré pour qu'il se produise, encore et encore. Une histoire vraie qui heureusement a bien marché, ça aurait pu aller dans l'autre sens ! Pourquoi est-ce arrivé? Je suis un mec, marié depuis 15 ans et pour être honnête, j'en ai marre de baiser ma femme, qui était passée du plaisir sexuel à le supporter. J'avais besoin d'un peu de piquant, quelque chose pour me faire savoir que je...

2.6K Des vues

Likes 1

Délice de cisaillement

Frank essuya la sueur de son front avec le dos de son gant et continua à tailler les roses Seymour. Il était 12 h 45, et comme sur des roulettes, il entendit Dee et son amie Tanya déambuler dans le jardin à l'arrière. Il jeta un coup d'œil derrière les fleurs et les vit marcher pieds nus jusqu'au belvédère avec un pique-nique. Dee portait sa robe légère à fleurs habituelle. Son sourire éclatant et ses cheveux de soie de maïs dorés lui ont donné une déesse comme la beauté. Sa robe moulait ses hanches et mettait en valeur ses mésanges gaies...

1.9K Des vues

Likes 0

Vallées et montagnes : Chapitre 2

[centre]2 : La chasse. mercredi 13 décembre 2006, 22h00[/center] Je ne sais pas ce qui m'arrive. Je suis trop excité pour un verre de l'amitié. Nouvel ami? C'est peut-être ça. Cela fait un moment que je n'ai pas rencontré de nouveau visage. J'enfilai mes Calvins et fouillai dans le placard pour trouver quelque chose de décent. Je me suis arrêté sur une paire de shorts Abercrombie et une chemise noire. Horrible habillé pour un mercredi soir. Je savais que c'était dans les années 50 (froid pour la Californie du Sud si tôt dans la soirée), mais je m'en fichais. C'était presque comme...

2K Des vues

Likes 0

Nicole, l'amie de ma soeur

C'est une histoire entièrement vraie et je vais essayer de la raconter aussi précisément que possible. J'espère que vous apprécierez et faites-moi savoir si vous voulez la deuxième partie. Je m'appelle Kevin et c'est l'histoire de mon été avant l'université. C'était l'été après avoir obtenu mon diplôme d'études secondaires et j'étais heureux d'avoir l'été pour me détendre avant de commencer l'université. J'avais une sœur, Caitlin, d'un an mon aînée qui avait terminé sa première année d'université. J'avais aussi un petit frère au collège. Maintenant un petit retour sur moi. Je ne suis pas particulièrement maigre ou gros, je suis juste moyen...

2.6K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.