En bas à la ferme_(3)

417Report
En bas à la ferme_(3)

Il y a très peu de sexe dans cette histoire. L'histoire parle de sexe mais elle n'entre pas dans les détails que beaucoup d'entre vous veulent.

Plus de 17 000 mots ; 34 pages.

Je ne suis pas un agriculteur et je n'ai jamais passé une seule journée à travailler dans une ferme. S'il vous plaît, ne prenez pas les détails de cette histoire et dites-moi, "ce n'est pas comme ça que ça se passe dans une ferme".

En bas dans la ferme

Edward Johnson se tenait sur le porche de la maison de ferme à deux étages de sa famille et surveillait la campagne environnante. Les premiers rayons de soleil venaient d'illuminer les champs de blé doré apparemment sans fin qui s'étendaient devant la maison. Sur le côté vers la maison de Becky se trouvait un champ de près d'un demi-mile de long de tiges de maïs de sept pieds de haut. Le seul bruit qui rompait le silence matinal était celui d'un tracteur quelque part au loin.

La plupart des gens de la ville venaient juste de se réveiller pour commencer leur journée, mais pas Ed, c'était un garçon de la campagne. Il était éveillé depuis quatre heures et demie ce matin pour aider sa famille à traire la cinquantaine de têtes de vaches laitières.

Ed était un garçon de la campagne ayant grandi dans une ferme laitière dans la partie supérieure du centre-ouest des États-Unis. Ses parents pensaient qu'il était un bon garçon toujours là pour donner un coup de main aux corvées interminables d'une ferme laitière.

Sa famille possédait environ six cents acres de terre dont environ cent acres étaient utilisées pour faire paître les vaches et le reste était planté de cultures principalement de maïs et de blé.

Leur maison à deux étages se trouvait sur un long chemin de terre à côté de l'autoroute principale qu'ils partageaient avec deux autres familles d'agriculteurs. Ses voisins les plus proches étaient les Anderson qui vivaient près de sa maison à environ un demi-mile et les Green qui vivaient après les Anderson, à environ un mile de la maison d'Ed.

M. et Mme Green étaient un jeune couple dans la fin de la vingtaine avec trois jeunes enfants, l'aîné ayant huit ans. Les Andersons avaient un fils, Matt qui avait dix-sept ans et une fille Becky qui était le seul autre enfant sur la route qui avait près de son âge. Ed avait treize ans et Becky douze. Ed était le plus jeune des enfants Johnson et avait deux sœurs jumelles aînées, Sara et Sally, qui avaient quinze ans.

Ed était à cet âge difficile juste avant de commencer la puberté. C'était un grand gamin maigre de près de cinq pieds neuf qui avait étonnamment grandi de cinq pouces au cours des six derniers mois. Ses os avaient grandi mais le reste de lui n'était pas encore tout à fait là. Il se regarda dans le miroir de la salle de bain et vit un corps presque gênant. Ses articulations du genou et du coude avaient l'air de la taille d'un adulte, mais à partir de là, ses bras et ses jambes se sont effilés jusqu'à environ la moitié de cette taille pour devenir des muscles des bras et des jambes pitoyablement petits.

Becky pouvait à peine se contenir en regardant la maigre carcasse d'Ed. Elle a ri en disant à sa mère: "Ed est si maigre qu'il ressemble à un épouvantail."

« Becky ! » sa mère l'a réprimandée, "tu ne devrais pas parler d'Ed de cette façon."

"Je suis désolé, maman; il a juste l'air si drôle, surtout quand il porte des shorts.

"Allez-y et riez maintenant Becky mais dans un an ou deux, quand ses muscles rattraperont ses os, il ressemblera probablement beaucoup à son père."

Les yeux de Becky s'écarquillèrent. Elle avait toujours pensé que M. Johnson était très beau. « Vraiment maman ?
Elle a hoché la tête en disant à Becky: «Tel père, tel fils. Vous venez d'attendre et de voir; les filles afflueront autour de lui implorant son attention.

Elle regarda Becky et resta silencieuse jusqu'à ce qu'elle soit sûre d'avoir toute son attention et dit d'une voix basse et sévère : "Ed t'aime Becky."

Becky détourna le regard du regard de sa mère tout en prenant une teinte cramoisie profonde et dit timidement: "Aww maman, il ne le fait pas!"

"Oh oui, il le fait Chérie, j'ai vu la façon dont il te regarde."

Becky était également à cet âge difficile juste au début de la puberté. Elle était une petite cinq pieds deux avec des bras et des jambes profondément bronzés après avoir passé des heures interminables à l'extérieur. Sa mère lui avait acheté deux soutiens-gorge d'entraînement il y a quelques mois lorsque ses seins ont commencé à se développer, signalant les débuts de la féminité. Becky pensait que les soutiens-gorge étaient trop confinés et inconfortables, alors la plupart du temps, elle ne les portait pas, choisissant des chemises amples pour couvrir ses seins en herbe.

Becky a verrouillé la porte de sa chambre et a enlevé ses vêtements en se regardant dans le miroir en pied au dos de sa porte. Ses seins n'avaient que légèrement grossi en quelques mois depuis que ses mamelons avaient gonflé. Ses aréoles n'étaient que légèrement plus roses que la peau environnante de sa poitrine.

Elle regardait souvent les seins en bonnet C de sa mère et se demandait combien de temps il lui faudrait pour avoir des seins aussi gros que sa mère. Elle resserra les muscles de son ventre et sourit, heureuse de voir le contour féminin de ses muscles abdominaux. Elle a passé ses mains sur son corps sans poils en commençant par son ventre et en se déplaçant lentement de haut en bas sur ses seins, sentant un frisson d'excitation lorsque ses doigts sont entrés en contact avec ses mamelons sensibles.
.
Être si isolé des autres enfants et de la ville ; Ed et Becky sont devenus les meilleurs amis et compagnons de jeu très tôt dans leur vie. Leurs deux maisons avaient de longues allées hors du chemin de terre et il était plus facile et plus court de couper à travers le champ de maïs pour se déplacer entre les maisons au lieu de marcher dans l'allée et le long de la route. Un long ruisseau coulait entre les maisons sur la limite de propriété à mi-chemin entre la maison d'Ed et la maison de Becky.

C'était un jour de début d'automne peu de temps après qu'Ed ait fini ses corvées matinales quand il a appelé Becky et lui a demandé de le rencontrer au ruisseau. Il a couru à travers le champ de maïs jusqu'à ce qu'il arrive au ruisseau à la limite de la propriété. Ed et Becky l'appelaient un ruisseau, mais la seule fois où il y avait de l'eau, c'était quelques jours après la pluie. Il s'agissait plutôt d'un fossé de drainage d'environ cinquante pieds de large et d'environ 10 pieds de profondeur. Il était couvert principalement de chênes et de peupliers de toutes tailles, Ed et son père aimaient y chasser les écureuils.

Ed a traversé le ruisseau du côté de Becky et a attendu. Elle est rapidement sortie en courant de son champ de maïs et a commencé à marcher vers lui. Becky était une très jolie fille ; Ed pensait secrètement qu'elle était la plus jolie fille de l'école bien qu'il ne le lui ait pas dit, ni à personne d'autre.

Elle avait de longs cheveux blonds qu'elle gardait toujours en queue de cheval haute. Elle avait un teint sain magnifiquement bronzé, des yeux bleus pétillants et avait toujours un beau sourire chaque fois qu'elle le voyait. Il avait remarqué dernièrement qu'elle lui souriait avec un sourire sincère qui ne pouvait être généré que par quelqu'un qui était vraiment heureux de vous voir.

Elle était mince avec des bras et des jambes toniques après avoir effectué des tâches sans fin qu'ils étaient tous les deux tenus de faire en vivant dans une ferme. Il faisait chaud et elle portait un jean court et un chemisier à carreaux bleu et blanc. Alors qu'elle se rapprochait de lui, elle lui fit ce sourire qu'il pensait lui avoir réservé et dit: "Salut Ed, quoi de neuf?"
Il a souri en retour et a dit: « Pas beaucoup Becky. Avez-vous fini vos corvées ? »
« Oui, que veux-tu faire ? »
"Je ne sais pas. Voulez-vous aller au trou de natation ? »
Il y a des années, leur père avait utilisé une rétrocaveuse pour nettoyer des arbres abattus hors du ruisseau et ils ont empilé quelques-unes des bûches coupées à travers le ruisseau comme un barrage qui a fait un petit trou de baignade ombragé d'environ vingt pieds de large et d'environ cinquante pieds de long. Il n'avait qu'environ cinq pieds de profondeur à son point le plus profond.
Le trou de baignade était à environ un quart de mile en bas du ruisseau vers l'arrière du terrain, alors ils ont commencé à marcher dans cette direction. En chemin, ils parlèrent surtout du film qu'ils avaient tous les deux vu en ville samedi après-midi dernier.
Alors qu'ils se rapprochaient, Ed vit un mouvement vers le trou de natation et s'accroupit. Becky l'avait vu aussi et s'était accroupie à côté de lui.
Elle a chuchoté: "Qui est-ce?"
Il bougea la tête d'avant en arrière en essayant de trouver un endroit pour voir à travers les broussailles épaisses tout en chuchotant: "Je ne sais pas, je ne peux pas voir d'ici."
Ils restèrent tous les deux au ras du sol et cachés derrière les broussailles et les hautes herbes alors qu'ils se faufilaient pour regarder de plus près. Ils rampèrent sur leurs mains et leurs genoux dans les hautes herbes alors qu'ils arrivaient à moins de cent pieds d'eux. Quand ils ont trouvé une petite ouverture dans les broussailles, ils ont vu que c'était Matt, le frère de Becky, âgé de dix-sept ans, et Marsha, une fille de seize ans, qui vivaient dans l'une des fermes derrière la leur, sur le chemin de terre voisin.
Matt et Marsha étaient de l'autre côté du ruisseau, assis sur un petit rebord herbeux qui se trouvait à côté des bûches qui formaient le barrage du trou de natation. Ils étaient enfermés dans une étreinte se tenant l'un l'autre et s'embrassant.
Becky et Ed se regardèrent tous les deux essayant de retenir le rire qui, s'il était laissé échapper, révélerait leur position et finirait probablement par se faire frapper tous les deux quand Matt les attrapait. Ils étaient tous les deux assis sur le rebord en train de s'embrasser quand Ed remarqua que la main de Matt se déplaçait sur le chemisier de Marsha et sur sa poitrine. Ed et Becky regardèrent tous les deux en voyant la main de Matt serrer et frotter sa poitrine.
Matt rompit le baiser et se mit rapidement à genoux alors que Marsha s'allongeait sur l'herbe en face de lui. Elle a commencé à rire alors que Matt attrapait son short et le tirait ainsi que sa culotte vers le bas et hors de ses jambes. Matt défit rapidement sa ceinture et tira son short sous ses genoux. Il faisait face aux deux espions et Ed pouvait sentir son visage rougir alors qu'ils voyaient tous les deux le pénis dur de Matt pointé vers le haut.
Ed regarda Becky mais elle était trop embarrassée pour le regarder. Ed vit qu'elle rougissait aussi. Marsha écarta les jambes et Matt s'allongea sur elle. Tenant son corps d'une main, il attrapa son pénis et le fourra entre ses jambes. Marsha couina alors qu'Ed et Becky regardaient son pénis disparaître en elle. Matt posa les deux mains sur le sol, une de chaque côté des épaules de Marsha et pompa son pénis d'avant en arrière dans et hors d'elle. Marsha leva les jambes en l'air et Matt et Marsha gémissaient et ils avaient des sourires sur leurs visages comme s'ils s'amusaient vraiment.
Ed a chuchoté très doucement à l'oreille de Becky: "Sortons d'ici avant de nous faire prendre."
Restant au ras du sol, ils s'éloignèrent lentement du bord du ruisseau. Quand ils arrivèrent tous les deux au bord du champ de maïs, ils s'accroupirent et entrèrent. Ils étaient quelques rangées quand ils se levèrent et tous deux coururent rapidement vers la maison de Becky.
Ils ont émergé du maïs derrière sa maison et ont couru dans la grange. Ils montèrent l'échelle dans le grenier à foin et tombèrent essoufflés sur les balles de foin. Ils restèrent allongés sur le foin en silence tous les deux trop gênés pour parler de ce qu'ils venaient de voir.
À de nombreuses reprises, ils avaient tous deux vu le taureau monter sur les vaches, mais aujourd'hui, c'était la première fois qu'Ed mettait deux et deux ensemble et réalisait que les gens s'accouplaient aussi.
Ils se regardèrent tous les deux timidement et Becky dit: "Pourquoi faisaient-ils ça?"
Ed a répondu: "Je ne suis pas sûr, mais nous avons tous les deux vu le taureau monter les vaches."
Il a haussé les épaules et a dit: "Je suppose que les gens le font aussi."
Becky, avec un regard sérieux sur son visage, a déclaré: "Je n'y avais jamais pensé auparavant, mais je suppose que c'est d'où viennent les bébés."
Ed a commencé à regarder Becky d'une manière différente. Il regarda le contour lisse de son jean entre ses jambes en se demandant à quoi elle ressemblait là-bas. Il savait qu'elle n'avait pas de pénis comme lui et il se souvenait que certains gars à l'école disaient que les filles avaient une chatte mais il n'avait aucune idée de ce à quoi ça ressemblait. Il jeta un coup d'œil à sa poitrine et pour la première fois il remarqua de petits demi-globes ronds. « Becky a des seins ! » pensa-t-il, mais ils n'avaient pas la taille de ceux de Marsha ou de sa mère.
Ce furent quelques minutes gênantes alors qu'ils restaient assis en silence à se jeter des regards furtifs sur les corps de l'autre.
Becky a finalement rompu le silence en demandant: "Ed, as-tu déjà embrassé quelqu'un?"
Ed a été surpris par la question mais a réussi à répondre : « Non, pas vraiment, juste ma mère, mais je ne pense pas que cela compte. Et toi? As-tu déjà embrassé quelqu'un ?
Elle a répondu : « Non moi non plus.
Elle le regarda timidement du haut des yeux et lui demanda : « Veux-tu m'embrasser ?
Il a souri et s'est assis sur le bord de la botte de foin et a dit: "Bien sûr."
Ed voulait secrètement l'embrasser depuis longtemps mais il avait été bien trop timide pour lui demander.
Becky s'assit et se rapprocha un peu plus de lui et ils se rapprochèrent lentement l'un de l'autre. Ils se froncèrent tous les deux et se rapprochèrent l'un de l'autre jusqu'à ce que leurs lèvres se rencontrent. C'était incroyable; ils pouvaient tous les deux entendre leur cœur battre dans leur poitrine. Le baiser sembla durer une éternité mais Becky s'écarta de lui après seulement quelques secondes et fit un fort bruit de claquement de ses lèvres.
Ils se regardèrent et sourirent. Becky plissa à nouveau ses lèvres et se pencha vers lui et ils s'embrassèrent à nouveau cette fois ils s'embrassèrent pendant environ dix secondes. Elle a rompu le baiser en ouvrant les yeux et a demandé: "Avez-vous aimé?"
Ed lui sourit et hocha rapidement la tête. Elle lui rendit son sourire et se rapprocha de lui jusqu'à ce que leurs hanches se touchent. Elle passa ses bras autour de lui et ils s'embrassèrent à nouveau. Il était nerveux mais j'ai mis mes bras autour d'elle et je l'ai serrée contre moi alors qu'ils continuaient à s'embrasser.
Ed pensa à ce qu'il avait vu au trou de natation. Pendant que Matt embrassait Marsha, il retira sa main de sa taille et toucha ses seins. Il n'était pas sûr, mais en y réfléchissant de plus en plus, il pensa que Becky voulait peut-être qu'il fasse la même chose.
Il déplaça lentement sa main de sa taille vers ses seins. Quand son pouce heurta le côté de celui-ci, Becky rompit le baiser et le repoussa si fort qu'il tomba de la botte de foin et atterrit durement sur ses fesses. Becky avait du feu dans les yeux quand elle a crié: "Qu'est-ce que tu fais?"
Elle s'est sentie gênée, choquée, "qu'est-ce qu'il essayait de faire ?", s'est-elle criée.
Ed la regarda sous le choc et dit d'une voix douce: "Je suis désolé Becky, je pensais que tu voulais que je..."
Becky était maintenant furieuse contre lui. Elle se leva et se détourna de lui et se dirigea vers l'échelle au bord du grenier et regarda dans la grange. Maman a dit que les garçons voudraient parfois la toucher et qu'elle ne devrait pas les laisser. Elle pensait qu'Ed et elle étaient de bons amis et elle ne s'attendait pas à ce que ce soit lui qui essaie. « Je le déteste ! » cria-t-elle à elle-même.
Ed s'est levé en se brossant les dents mais il n'a pas osé marcher vers elle de peur qu'elle ne se retourne et ne le gifle. Il a dit d'une voix douce: "Je suis désolé Becky, tu veux que j'y aille?"
Elle resta là en silence pendant quelques secondes puis se tourna vers lui. Elle regardait le sol avec ses bras croisés haut sur sa poitrine lui cachant ses seins.
Becky était sa meilleure amie et il la connaissait depuis aussi longtemps qu'il s'en souvienne. La plupart de ses plus beaux souvenirs l'incluaient. Il avait un mauvais pressentiment dans sa poitrine qu'il avait ruiné leur amitié et qu'elle ne voudrait plus jamais le revoir ou lui parler.
Elle a continué à regarder le sol et a parlé lentement et doucement. "Je suis désolé de t'avoir poussé." Il vit une larme rouler sur sa joue. "C'est juste que..." Les émotions de Becky étaient hors de contrôle et elle commença à sangloter.
Sans le regarder, elle se retourna et descendit rapidement l'échelle sans dire un mot de plus.
Il a couru vers l'échelle et lui a crié: «Je suis désolé Becky. S'il vous plaît, ne soyez pas en colère contre moi.
Elle resta silencieuse et quand il arriva au bas de l'échelle, il regarda par la porte de la grange ouverte et la regarda courir vers sa maison.
Il était très déprimé alors qu'il marchait lentement vers sa maison à travers le maïs, ne se souciant plus de savoir s'il rentrerait jamais à la maison. Il passa le reste de la matinée assis au bord du ruisseau puis continua lentement à marcher vers sa maison en pensant à Becky jusqu'à ce qu'il soit temps de traire les vaches. Cette nuit-là, quand il est allé se coucher, il n'a pas pu se sortir de la tête les événements de la journée. Il se tourna et se retourna jusqu'aux petites heures du matin pour finalement s'endormir vers deux heures du matin.
La récolte approchait, alors il passa la semaine suivante à aider son père à préparer l'équipement pour aller au champ.
Le samedi avant la récolte, ses parents l'ont emmené en ville et l'ont déposé au théâtre pour regarder un film. Ed faisait la queue au stand de concession avec des amis quand Becky est entrée dans le hall avec ses amies. "Wow!" Il pensait qu'elle était belle, vêtue d'une jupe courte et d'un chemisier en tricot collant pas trop serré qui mettait en valeur son corps athlétique. Pour la première fois depuis longtemps, elle avait les cheveux lâchés. Les longues boucles de cheveux blonds coulaient sur les côtés de son visage, couvrant en partie ses yeux, lui donnant un mystérieux look sexy.
Ed regarda les autres filles autour du hall et à son avis, elle était de loin la plus jolie fille du hall, de toute la ville d'ailleurs. Il regarda les autres garçons dans le hall et certains d'entre eux la fixaient. Sa mâchoire était serrée et son cœur avait un sentiment de tristesse vide alors qu'il ressentait un picotement de jalousie.
Il avait pensé la semaine dernière à ce qu'il dirait à Becky quand il la reverrait. Il avait pratiqué ses lignes encore et encore dans sa tête. Il prévoyait de s'excuser à nouveau auprès d'elle, mais il ne pouvait pas le faire avec ses amies à cause des questions que des excuses soulèveraient. Quand elle est passée à côté de lui, il ne savait pas quoi faire, alors tout ce qu'il a dit était: "Salut Becky."
Elle était silencieuse et ne lui a pas souri quand elle l'a regardé pendant une seconde et a continué à marcher avec ses copines dans le théâtre. ‘Merde’ se dit-il, ‘elle est toujours en colère contre moi’.
Son esprit était dans le brouillard lorsqu'il s'assit au théâtre. Il fixa l'écran de cinéma pendant une heure et demie mais il ne pouvait penser qu'à Becky. Il se dit encore une fois qu'il avait vraiment merdé. Il repensa à ce jour dans le grenier et souhaita de tout son cœur pouvoir changer ce qui s'était passé.
Il a été surpris lorsque les lumières du théâtre se sont allumées à la fin du film alors qu'il se levait rapidement et cherchait Becky. Elle était avec ses amis en train de rire et de marcher sur l'île de l'autre côté du théâtre. Le film était terminé et il n'avait aucune idée de quoi il s'agissait.
Il attendait seul devant l'entrée du théâtre que ses parents viennent le chercher. Becky attendait à une courte distance dans un groupe de filles pour son retour à la maison quand deux garçons de son école se sont déplacés vers eux et ont commencé à parler. Les filles étaient tout sourire en les regardant et riant entre elles. Il écoutait mais était trop loin d'eux pour entendre de quoi ils parlaient.
Il regarda Becky avec sa bouche ouverte quand elle regarda l'un des garçons et lui lança ce sourire qu'il pensait qu'elle lui réservait juste. Elle le regarda à travers le cercle de personnes et le sourire quitta son visage quand elle l'aperçut. Elle le fixa froidement pendant quelques secondes tandis qu'il prononçait silencieusement les mots "Je suis désolé". Elle ne lui montra aucune réaction et reporta son attention sur ses amis et recommença à sourire.
Il s'assit silencieusement sur le siège arrière du camion et regretta de ne pas avoir gaspillé de l'argent en allant au cinéma. Sa mère sentant que quelque chose n'allait pas lui a demandé sur le chemin du retour s'il aimait le film, il a menti et lui a dit qu'il l'avait aimé.
Le lundi suivant, la récolte a commencé et Ed était heureux d'être distrait de penser à Becky. Il lui fallait deux heures le matin pour traire les vaches, puis il prenait son petit-déjeuner et était aux champs avant sept heures. La seule pause est survenue en début d'après-midi lorsque sa mère lui a apporté son déjeuner/dîner.
Il a ramené le camion de son père à la grange vers six heures et a aidé sa mère à traire les vaches et à nettoyer la grange. Avec seulement deux d'entre eux, il a fallu plus de trois heures pour terminer la traite. Il était épuisé quand il tomba dans son lit vers dix heures, reconnaissant que le sommeil lui soit venu facilement pour la première fois depuis la journée dans le grenier. Il n'a pas rêvé cette nuit-là et il semblait qu'il venait de fermer les yeux lorsque sa mère a ouvert la porte de la chambre à quatre heures du matin.
Jour après jour, c'était la même chose, traire les vaches, empiler les balles de foin, traire les vaches et dormir. Chaque muscle de son corps était endolori quand ils ont finalement fini de récolter le blé. Les balles étaient empilées en trois grandes piles couvertes dans le champ et il soupira en sachant que lorsqu'ils auraient fini de récolter le maïs, ils devraient empiler toutes les balles dans la grange et le grenier à foin.
Ils étaient quelques jours après le début de la récolte du maïs lorsqu'un changement de temps leur a donné une chance de pluie dans les prévisions. Tout le monde sauf Ed et sa mère sont allés au champ avant le soleil jusqu'à minuit pour essayer de finir avant la pluie. Il n'avait qu'à s'occuper des vaches et de l'étable. Quand maman est revenue du champ après avoir donné le petit déjeuner à tout le monde, elle est venue à la grange pour l'aider à traire. Ils terminèrent vers dix heures et il rentra dans la maison pour aider sa mère à préparer le déjeuner pour tout le monde.
Juste après midi, quelqu'un frappa à la porte et Ed alla répondre. Il ouvrit la porte arrière et fut surpris de voir Becky debout là. Elle lui a souri à moitié et a dit: "J'ai besoin de parler à ta mère."
Elle est passée devant lui dans la cuisine et a dit à Mme Johnson: "Papa a perdu l'un des chauffeurs, pouvez-vous épargner quelqu'un pour l'aider?"
La pluie serait là dans quarante-huit heures et sa mère savait qu'ils avaient besoin de chaque minute pour faire entrer leur maïs. Elle était sur le point de dire non à Becky quand Ed a dit: "Je peux le faire maman."
Il espérait marquer des points avec Becky et c'était l'occasion idéale d'essayer de se rattraper. Sa mère avait un regard surpris sur son visage et a dit: "Non Ed, tu es trop jeune pour conduire les gros camions."
Il a protesté en disant: "J'ai mon FHP et papa m'a laissé conduire l'année dernière et je suis plutôt bon avec le tracteur, s'il te plaît maman, je peux le faire."
Becky et sa mère le regardaient tous les deux et il pouvait dire que sa mère n'était pas encore convaincue par l'idée. "Chérie," dit-elle, "c'est beaucoup de poids à conduire sur la route."
Il réfléchissait à un moyen de la convaincre quand une idée lui vint. "Et si tu roulais avec moi lors de la première manche pour voir comment je fais?"
Puis Becky a dit: "Et puis je roulerai avec lui pour m'assurer qu'il ne roule pas trop vite."
"S'il te plait maman j'ai treize ans et papa conduisait quand il avait treize ans, tu te souviens qu'il a raconté l'histoire ?"
Elle soupira et dit : « Je n'ai pas le temps de rouler avec toi, mais si Becky… Laisse-moi vérifier avec ton père.
Elle est allée à la radio CB et lui a dit que les Anderson avaient besoin d'un chauffeur et qu'elle pensait envoyer Ed. Il y a eu une longue pause et quand son père est finalement revenu à la radio, il a dit: "Ok, appelle Miller et fais-le escorter les deux premiers voyages."
L'adjoint Miller était un quart des forces de police du comté et un bon ami de la famille ayant grandi avec le père d'Ed. Au printemps dernier, quand Ed a passé son examen de permis d'élevage agricole, l'adjoint Miller ne l'a pas laissé filer. Cela a pris deux jours, mais Ed a conduit chaque équipement de la ferme jusqu'à ce que l'adjoint Miller soit convaincu qu'il pouvait le manipuler en toute sécurité.
Sa mère avait un regard inquiet sur son visage quand elle lui a lu l'acte d'émeute. Elle a attrapé et tenu ses épaules et a dit d'une voix sévère : « Ed, ce camion ne va pas conduire comme le pick-up, quand il est chargé, il va être très lourd et tu dois aller très lentement dans les virages et laisser beaucoup de temps pour ralentir et s'arrêter.
Elle a regardé Becky et a poursuivi: «Assurez-vous qu'il va lentement et gardez un œil sur la pression des freins. L'adjoint Miller sera sur le canal 9. C'est toi qui parle Becky. Elle l'a regardé et a dit: "Et tu gardes les deux mains sur le volant quand tu ne changes pas de vitesse."
"Oui madame, nous serons prudents."
Ed et Becky se sont dirigés vers la porte et ont commencé à courir vers le camion. Le camion vide était garé dans le champ près de la maison de Becky. Ed a démarré le camion et l'a mis en prise, a relâché l'embrayage et ils se sont dirigés vers la moissonneuse-batteuse. Il a dit à Becky: "Où me veut-il."
Elle a pris le micro CB et a dit: "Papa, c'est Becky, Ed conduit le camion où le veux-tu?"
Monsieur Anderson est revenu à la radio et a dit: "Je suis presque plein, amenez-le sous le chargeur dès que vous le pouvez."
M. Anderson leur fit signe dès qu'ils furent à côté. Ed passa en vitesse basse et regarda d'avant en arrière entre la moissonneuse-batteuse et sa trajectoire avant correspondant à la vitesse de la moissonneuse-batteuse. M. Anderson avait une vue plongeante sur la plate-forme du camion et lui a donné des instructions par radio quand avancer et quand elle était pleine. Il est finalement venu à la radio et a dit: "Ok Ed, tu es plein aux trois quarts, fais attention."
Becky a changé de canal sur la radio CB et a dit: "Adjoint Miller, voici Becky Anderson, Ed se dirige vers la route."
Quand ils sont arrivés sur l'autoroute, l'adjoint Miller attendait avec des feux rouges clignotants. Il y avait deux voitures arrêtées sur le bord de la route alors qu'il tournait lentement sur la route principale et se dirigeait vers l'élévateur à grains. Ils ont parcouru à une vitesse fulgurante de trente milles à l'heure lors du voyage de trois milles avec l'adjoint Miller en tête.
Avec les deux mains sur le volant, il regarda Becky et dit: "Becky, je suis désolé."
Elle ne l'a pas regardé mais a dit d'une voix forte: "Tais-toi et garde les yeux sur la route."
Il soupira et fit ce qu'elle lui dit de faire. Après quelques secondes, elle a dit : « Nous devons en parler, mais pas maintenant. Vous devez vous concentrer sur ce que vous faites.
Le voyage de trois milles s'est déroulé sans incident. L'adjoint Miller s'est arrêté à côté d'Ed quand il est sorti du camion pour décharger. Il est sorti de sa voiture de patrouille et a demandé: "Est-ce que tout s'est bien passé Ed?"
Il a dit: "Oui monsieur, pas de problèmes."
"Bon! Votre limite de vitesse est de trente milles à l'heure avec vos clignotants d'urgence activés. Comprenez vous?"
"Oui Monsieur."
"Ne me laisse pas te surprendre aller plus vite ou il y aura un enfer à payer."
Il n'est pas rare que de jeunes adolescents conduisent sur les autoroutes pendant la récolte sous étroite surveillance. La plupart des habitants surveillent la radio CB pour savoir ce qui se passe dans la région. Lorsque Becky a appelé l'adjoint Miller, la nouvelle s'est répandue comme une traînée de poudre, à peu près tout le comté savait qu'il y avait une recrue qui conduisait sur la route.
Ed a déchargé et a été escorté jusqu'au champ. Il n'y a pas eu de bavardage entre Ed et Becky, la seule fois où elle a parlé, c'était pour lui dire de "ralentir" ou de "faire attention" et un certain nombre d'autres ordres. Il était déçu que Becky ne veuille pas lui parler mais il comprenait qu'elle ne voulait pas le distraire alors qu'il conduisait trente tonnes sur l'autoroute. Il était juste heureux qu'elle se soucie assez de monter avec lui.
Ils ont fait quatre allers-retours cet après-midi-là, dont deux sans escorte, ne s'arrêtant que pour prendre un sac à lunch de Mme Anderson. Ed a reçu un appel radio vers 18 heures. de sa mère lui disant de rentrer à la maison pour faire la traite. À neuf heures, juste avant la fin de la traite, sa mère lui a dit de retourner chez les Anderson et de conduire le camion. Becky attendait au camion quand il est arrivé.
Ils ont fait deux autres allers-retours vers l'ascenseur cette nuit-là avant de s'arrêter pour la nuit juste avant minuit. En raison de l'obscurité, l'adjoint Miller les a escortés lors des deux voyages.
Il ne se souvenait pas être entré dans sa chambre cette nuit-là parce qu'il était tellement fatigué. Cela avait été une longue journée de vingt heures et il s'était endormi avant que sa tête ne touche l'oreiller.
La mère d'Ed l'a réveillé à quatre heures et demie le lendemain matin et malgré moins de 5 heures de sommeil, il s'est senti plein d'énergie. D'une manière ou d'une autre, aujourd'hui serait le dernier jour de la récolte. Il a pris une douche rapide et ils ont déjeuné avant que sa mère et lui ne commencent la traite. Avant sept heures, sa mère l'a chassé par la porte avec un sourire et lui a dit : « Va aider les Anderson.
Becky et Ed ont de nouveau partagé le même siège dans le camion. Elle n'était pas habillée en tenue de travail comme elle l'était hier. Aujourd'hui, elle portait ce qu'il pensait être plus approprié de porter à l'école ou au cinéma. Il se demanda si elle s'était habillée parce qu'elle savait qu'elle chevaucherait à nouveau avec lui.
Ed voulait marquer encore plus de points avec Becky, alors quand ils sont arrivés sur l'autoroute avec le premier chargement, il a dit sans la regarder : "Tu es très jolie aujourd'hui Becky."
Ed essayait tout ce qu'il pouvait penser pour se remettre de son bon côté mais elle avait toujours une expression de mépris sur son visage chaque fois qu'il la regardait.
Elle le regarda en disant : « Merci. Faites attention à ce que vous faites !"
En début d'après-midi, ils pouvaient voir la pluie à l'horizon se diriger vers eux. Ça allait être proche; ils avaient encore environ trois heures avant que tout le maïs ne soit récolté. Ed repoussait la limite de vitesse que l'adjoint Miller lui avait donnée. Chaque fois qu'il amenait le camion jusqu'à trente-deux milles à l'heure, Becky lui disait de ralentir. Cela n'avait pas d'importance à long terme car le dernier maïs était dans l'ascenseur avec quinze minutes à perdre avant l'arrivée de la forte pluie.
Ed a garé le camion où il l'avait trouvé hier mais avant qu'ils ne sortent, il a demandé à Becky : « Puis-je t'appeler demain ?
Becky était soulagée que la récolte soit terminée et elle s'était calmée depuis l'incident dans le grenier la semaine dernière. Après avoir passé quelques nuits blanches elle-même, elle s'est rendu compte qu'Ed ne faisait que copier ce qu'ils avaient vu au trou de natation. Elle avait gardé l'acte d'être en colère contre lui pour ne pas paraître trop facile. Elle savait dans son cœur qu'elle le libérerait bientôt de l'agonie que son visage montrait chaque fois qu'elle le regardait.
Elle lui sourit avec ce sourire spécial pour la première fois depuis la journée dans le grenier. "Oui, tu peux m'appeler mais demain c'est la fête des récoltes donc je te verrai alors."
"Wow c'est génial. Je te verrai demain."
"Ok au revoir et merci pour ton aide."
Elle s'est retournée et a commencé à courir vers leur étable laitière pour aider à la traite. Woo-hoo ! Se dit-il avec un sourire idiot sur le visage. Ed était de bonne humeur en courant vers la maison sous la pluie. Becky n'était plus en colère contre lui et il se sentait comme un héros conquérant revenant du champ de bataille sous les applaudissements tonitruants des personnes qu'il avait sauvées.
Le lendemain, les Anderson ont invité la famille d'Ed chez eux pour la fête annuelle des récoltes. Ed avait tiré son propre poids pendant la récolte et M. Anderson et son père l'ont traité différemment après ce jour-là. Becky a regardé et écouté son père féliciter Ed pour un travail bien fait. On lui a donné plus de responsabilités autour de la ferme et on lui a également donné plus de liberté.
Après le dîner, Becky et Ed sont sortis et se sont lentement dirigés vers la grange pour parler. Dès qu'ils se sont arrêtés, il s'est tourné vers Becky et a dit sa ligne bien répétée: "Becky, je suis vraiment désolé de t'avoir touché et je promets que je ne le ferai plus jamais."
Elle pensa un instant : "Ça va Ed, tu n'as pas à promettre."
Elle le regarda avec douceur dans les yeux et un sourire narquois sur les lèvres. "Ed, je t'aime vraiment bien et un jour je voudrai peut-être que tu me touches mais pas maintenant." Elle continua avec un regard sérieux, "J'ai pensé à ce qui s'est passé dans le loft Ed et je comprends que tu faisais juste ce que nous avons vu au trou de natation."
Elle jeta ses bras autour de sa poitrine en posant sa tête sur son épaule et le serra étroitement. Ed était un peu surpris par ce geste ; il passa doucement ses bras autour d'elle ne voulant pas l'offenser. "Je suis si fière de toi," murmura-t-elle, "papa a dit que nous avions fait du très bon travail et qu'il était fier de nous."
She moved her face up to Ed’s face gazing into his eyes, beckoning for him to kiss her. He looked into her deep blue eyes unsure as to whether she wanted a kiss. Becky sensing his uneasiness, closed her eyes and puckered her lips. Ils se sont embrassés.
Ed and Becky’s friendship changed that day. She no longer looked at Ed as a playmate but as a friend of the opposite sex and as a likely future boyfriend. They returned to their lives no longer running across the field to see each other on a daily bases. Ed saw Becky at school and he often asked her if he could sit with her at the movies. She always said yes and they would hold hands in the darkness of the movie theatre.
Just a few days before Christmas that year, Ed woke up as usual at four thirty and went to the kitchen for breakfast. His mother and father were talking and concerned because of the weather. The weather forecast called for heavy snow and near blizzard conditions starting that night.
“Ed,” his father said, “We need to get the cows and horses into the barn and get prepared for bad weather.”
Ed nodded his head and asked, “Ok, what do you want me to do.”
“Before milking we need to close the pasture gates and open the doors to the barn. The cows can stay in the corral until the weather gets too bad for them to stay outside.”
The milking went as usual that morning and the cows were all accounted for and moseying around between the corral and the barn. At lunch the weather radar showed that they were going to get hit by the center of the storm and they could expect ten to twelve inches or more of snow with high winds and near blizzard conditions. It started snowing late in the afternoon and there were several inches already on the ground when they went back to the house after the evening milking.
The following morning Ed heard the wind howling as he got dressed and went downstairs for breakfast. When he looked out the backdoor window he hardly recognized the yard. Snow was drifted around the pickup truck and the house.
After milking Ed started shoveling snow away from the front and back doors of the house. He sighed when he realized that after the snow blew back in he would have to do it again in a few hours.
During lunch they received a call on the CB radio from Deputy Miller. “Break one-six for the Johnson farm.”
“Go ahead for the Johnson Farm.” Ed’s father answered.
“This is Deputy Miller. There’s a jack knifed truck on the interstate that’s blocking traffic. Drifting snow has blocked the road and there are people stranded out here. Can you help?”
“Ten-four Miller, it will take a few minutes for us to get geared up. I’ll bring my GPS and portable CB and contact you in route.”
“Ten-four, Anderson farm did you copy?” Miller said.
“Ten-four,” Mr. Anderson answered, “We’ll contact you when we are in route.”
“Girls,” Mr. Johnson said to Ed’s two older sister’s, “pack up some jackets, hats, gloves, and blankets so the people will be warm on the ride back here. Ed get some warm clothes on, you’ll drive the snowmobile with the toboggan on back while I drive the tractor with a hay wagon.”
Ed got dressed and helped his father hook a hay wagon to the tractor. The weather conditions were horrible with blowing snow and the wind chill hovering around zero Fahrenheit. Ed looked toward the house from the tractor shed which was only one hundred and fifty feet from where he was standing and he could just barely see its outline. He retrieved the bags of clothing from the kitchen that his sisters had packed and tied them down on the toboggan.
Ed followed close behind his father as they slowly drove to the GPS coordinates given to them by Deputy Miller. It was more than a mile ride which consisted of driving across the two fields on the other side of the road and pushing down the fence with the front tires of the tractor to gain access to the interstate.
Ed saw the jack knifed eighteen wheeler blocking the road and deputy Millers SUV. They slowly drove around the truck and began seeing other vehicles stopped in various places on the road.
Ed stopped next to the first car and the man behind the wheel got out and asked, “Can you help us? I have my wife and two children in the car.”
“Yes sir,” Ed said trying to talk louder than the wind, “I’ll take you to my house that’s about a mile from here. Do you have warm clothes for the trip?”
He thought for a moment then yelled back over the wind, “My wife and I will be ok but I could use something for my two kids.”
Ed went to the bags and got two blankets and gave them to the man and said, “I’ll be back in a few minutes.”
Ed went to the next car and gave them some clothes and told them they would be going to his house when everyone was ready to travel. Ed and his father loaded twelve people on the wagon while the family in the first car rode on the snowmobile with him.
The father and his eight year old daughter sat on the toboggan wrapped tight in a blanket. Ed put the six year old boy in front of him while his mother sat on the seat behind him. He yelled over his shoulder, “Put your arms around me and hang on tight. It’s going to be a bumpy ride.”
Mr. Johnson with Ed following close behind followed the tracks they made on the way out and headed back to the farm house. Upon arriving Ed’s mother and two sisters came out the door to help. Ed took off his helmet and handed the boy to his sister as the mother and father unloaded. They entered the house through the kitchen where Mrs. Johnson had every coffee cup they owned sitting on the counter ready to give everyone either coffee or hot chocolate.
The young twenty something mother who rode back with Ed looked surprisingly at him and said, “Goodness, you’re just a teenager. I thought you were a full grown man.”
Ed was at a loss for words to say and smiled as his mother said, “He does the work of a full grown man, I’m very proud of him.”
“And so you should be.” as she hugged him saying, “Thank you for rescuing us. I was getting worried about freezing to death or starving.”
“Yes ma’am,” Ed shyly said, “You’re welcome.”
The woman introduced themselves to Ed and his family. Mr. and Mrs. Peters and their children Tammy and Mike lived it a large town that was locate about fifty miles down the interstate.
It was a chaotic scene in the kitchen with well over a dozen people standing around not knowing what to do. Mrs. Johnson spoke up, “Everyone is welcome to have some coffee or hot chocolate and have a seat at the table or in our living room.”
Mr. Johnson then spoke, “Folks I need those jackets and blankets back, there are more people out there that we need to go get.”
Ed and his father headed back to the interstate and rescued nine more people. All totaled they had twenty five people at their house including the truck driver and Deputy Miller while the Anderson’s had rescued twenty two people.
Mr. Johnson along with Mr. Anderson, Deputy Miller, and the truck driver once again went back to the interstate with the large four wheel drive tractors to pull the eighteen wheeler back on the road to allow the snow plow to get through.
Ed had thirty minutes to relax and warm up before it was time to start the milking. He, along with his two sister’s and the Peters went to do the milking while Mrs. Johnson and several volunteers began cooking dinner for thirty people.
It was slow going at first for Ed as none of his helpers had been this close to cows before let alone had ever seen the complex machinery needed to milk them. After the first set of cows was milked they began to get the hang of it and the work proceeded at a faster pace. When they finished, Ed checked the almost full milk tank and realized there wasn’t enough room for the morning milking.
They next went to the barn to make sure the cows were fed and settled in. Mr. and Mrs. Peters watched in awe as he and his sister’s bucked the eighty pound bales of hay down to the cows while snapping the twine in one fluid motion.
They all returned to the house to find a noisy scene. There were people in every room in the house with lines outside each of the bathrooms. Dinner had to be eaten in shifts as there weren’t enough chairs or plates for everyone to eat a once. Ed’s turn to eat was with the Peters family that rode with him on the snowmobile.
Mrs. Peters remarked after taking a drink of milk, “Oh wow, that’s the best tasting milk I think I’ve ever had.”
Ed smiled at her and said, “That’s fresh from this morning’s milking, it hasn’t been skimmed yet so the butter fat is probably higher than you’re used to.”
Mrs. Johnson had allowed some children to sleep in Ed’s bedroom so he quietly went to his closet and gathered the things he would need to spend the night in the barn with the cattle.
Around midnight it stopped snowing and the snow plow followed by the milk truck were able to get through around two in the morning. Ed returned to the house after the milk truck emptied the milk tank to help his mother with breakfast.
Some of the people were eager to return to the vehicles so he began ferrying families back to the interstate on the snowmobile. After breakfast Ed took the Peters family back to the first car that he had stopped by yesterday. Mr. Peters shook Ed hand telling him thank you.
Mrs. Peters hugged him tight and said, “Thank you Ed, I’ll never forget what you and your family did for us. Every time I drink a glass of milk I’ll be thinking of you.”
Ed smiled, “Yes ma’am, it was nice meeting you and your welcome.”
Ed didn’t realize the impact that he and his family had on the Peters family until a week or so later when they received a thank you letter and a Christmas card in the mail from them.
It had been a long and stressful forty eight hours in which Ed had received little to no sleep. After all of the travelers were ferried back at their cars, Ed went home and fell asleep. His mother didn’t bother waking him for dinner or the evening milking, he slept through to the next morning when it was time to do the milking again.
The unusually cold winter passed and the new spring came.

Mrs. Anderson and Becky were invited to Ed’s house for coffee by Mrs. Johnson on a nice warm spring day. Ed was in the yard with his shirt off mowing the grass with the push mower as Becky’s mother parked their truck in the driveway.
“Oh my my,” she said to Becky mock fanning herself, “would you look at that handsome young man over there!”
It was the first time since last summer that Becky or her mother had a look at Ed without heavy winter clothes on. Ed had put on some weight over the winter and no longer had that skinny carcass that he saw in the mirror last year. Mrs. Anderson remembered the conversation she had where Becky thought he looked like a scarecrow.
“You still think he looks like a scarecrow?”
“Stop it mom,” Becky said while playfully slapping her arm, “you’re embarrassing me.”
They got out of the truck and Ed waved, “Hi Becky, Mrs. Anderson. Mom’s in the house.”
They knocked at the door and were greeted by Mrs. Johnson. As they all sat at the kitchen table Mrs. Anderson thought she would have some more fun at Becky’s expense. “Becky and I were noticing that handsome young man in the yard.” She smiled at Becky and continued, “What happened to that scarecrow that you had last year?”
Both ladies laughed seeing it made Becky uncomfortable and watched her turn a shade of red.
Becky protested her treatment, “Stop it mom!”
“He’s growing like a weed and eating like a horse.” Mrs. Johnson explained, “He’s almost six feet tall and he gained thirty pounds over the winter.”
“And it looks like it was all muscle.” She laughed, “You’ll soon have to put a fence up to keep all the girls away.”
“Mom!” Becky groaned turning a deeper shade of red.
The back door opened and Ed walked in. Becky looked up and noticed the sweat on his face and chest rolling down to his deeply carved AB muscles. ‘Mom was right’ Becky thought to herself, he looks almost like his father. She felt a flood of moisture between her legs and a tingle of excitement which made her even more embarrassed.
Ed used his shirt as a rag wiping most of the sweat off. He smiled at her and said, “Hi Becky.”
She smiled back as he walked past her to the refrigerator for a big glass of ice water.
Mrs. Johnson looked at Mrs. Anderson and said jokingly, “He didn’t even notice us. I guess he only has eyes for a certain lovely young lady.”
Ed hearing this stopped drinking in mid gulp and said, “I’m sorry Mrs. Anderson it’s nice to see you too.”
”That’s ok Ed,” she said while laughing, “You have your priorities in the right place.”
Both ladies laughed as Becky gave her mother a dirty look. She didn’t want her mother to embarrass her further especially in front of Ed so she stood and walked out the door in a huff.
Ed finished his drink and walked out the door after her. He caught up to her behind the house and asked, “Hey Becky what’s wrong?”
“Mother’s!” she said sulking.
Ed chuckled, “What did they say?”
“Oh nothing much, they were just teasing me.”
"À propos de quoi?" he asked trying to pry it out of her.
“Well, if I tell you do you promise not to get mad at me?”
He looked into her eyes and said in a serious tone, “Becky, I could never get mad at you.”
“Well,” she said trying to say it as delicately as she could, “please don’t get mad but last summer I told mom that you looked like a skinny scarecrow and when we saw you this morning she teased me about it.”
He chuckled again and said, “Ya I know what you mean. I looked at myself in the mirror last year and thought the same thing.”
She smiled, “Thanks for not getting mad.”
“How about now?” he asked holding his arms out to give her a good look at his shirtless body. “Do I still look skinny?”
She grinned as she moved her eyes slowly from his toes to his head and teased, “Well maybe a little but you look very handsome.”
He stepped closer to her and put his arms around her and hugging her. “Thanks, that was nice of you.”
Becky went up on her toes and put her arms around his neck and hugged him back. She strained her neck looking up at him wanting him to kiss her. He bent his head down to meet her lips and they kissed.
He noticed as she pressed her breasts into his chest that they seemed to be much larger than they were last year. Ed had a warm fuzzy feeling and was enjoying the sensation of being pressed up tight to Becky. They stayed in the embrace after the kiss and Ed said in a soft voice, “As long as we’re being honest I should tell you that for a long time I’ve always thought that you are the prettiest girl in school.”
Becky smiled and put her head against his chest and hugged him tighter.
They released their grip on each other when they heard the back door open. Becky’s mother called out to them in a loud excited voice, “Becky, Ed where are you?”
They heard the concern in her voice and ran around the corner of the house, “What’s wrong?” Becky said.
Both ladies were running towards the truck parked in the driveway, “Mr. Green is hurt,” Mrs. Anderson yelled, “hurry, we’ve got to go!”
All four of them jumped into the Anderson's truck and they raced to the Green farm as fast as the dirt road would allow. As they drove up the driveway they could see Mrs. Green waving her arms down by the milking parlor. As the truck slowed Ed opened the door and ran to the barn to find a very chaotic scene. The milking equipment was running, all three of the Green children were crying and Mr. Green was sitting on the ground holding his leg.
“Damn,” He said through clinched teeth, “I think my leg is broke.”
Mrs. Anderson having some first aid experience surveyed the scene and asked. “Can you stand on your other leg?”
“Yes I think so.” Il a dit.
Ed squatted down behind him and lifted him to his feet, then Mr. Green put his arm around his neck and he hopped to the truck with Ed’s help. They got him into the back seat and Mrs. Johnson said to Mrs. Green, “Go with them, we’ll watch the children and take care of things here.”
Ed watched the truck until it was out of sight and then went back to the barn. Becky was holding the youngest child who had stopped crying but was still sobbing.
“Take the children to the house,” Mrs. Johnson said to Becky, “and check to see that everything in the kitchen is off.”
Ed and his mother spent the next two hours finishing the milking and cleaning the barn. As they walked to the house Ed’s mother said, “Mr. Green is going to need a lot of help.”
“Ya I’ve been thinking about it and if you can handle things at home I’ll come over here and help out.”
Mrs. Johnson smiled at her son and had a feeling of pride. At his young age he already understood that the work needed to be done. He didn’t protest or whine about it he just sucked it up and would do what was necessary to help out. The cows didn’t care if you had a broken leg they needed to be milked twice a day, period.
For the next six weeks Ed was there every morning at four thirty to do the milking. It didn’t take long for the tight knit farming community to find out about Mr. Green’s situation. Phone calls were made and a ‘duty roster’ of sorts was set up. Every day someone different showed up to help out. The milk went out, the chores were done, and the Green farm barely skipped a beat.

It was a few years later. Ed was seventeen and a strapping young country boy who stood six foot two inches. He weighed in at one hundred and eighty pounds of solid muscle with not an ounce of fat. Becky, at sixteen had also matured into a slim trim five foot six inch blonde beauty.
They weren’t officially a couple, no ring had been given but most of the other student at school knew them to be a couple. Whenever there was an event or a gathering of friends, Ed and Becky always arrived and left together.
Mrs. Hall, one of the beloved teachers who had taught school for more than forty five years was retiring at the end of the school year. A large picnic was planned for the first week in June to celebrate her retirement. She had taught just about everyone who lived within thirty miles of the school including both Ed and Becky’s parents.
The picnic went well with everyone wishing her happiness on her retirement. Many stories were told by her during the picnic much to the embarrassment of some of her past students.
Mrs. York, the teacher who also doubled as the principal, began the search for a new teacher to take the place of Mrs. Hall. There weren’t many inquiries into the position and the few who did inquire politely declined after they found out how isolated the school was. It was over forty miles to a town that had a population of over five thousand people and the discount stores that we are all familiar with.
In mid August with just a few weeks before school was to start they finally found a qualified teacher who had just graduated for college. With the absents of apartments in the area they had promised her a small house in which to live that wasn’t too far from the school building on the out skirts of town.
Ms Karen Allen was a twenty two year old single mother of a three year old boy who had grown up in a big city a few hundred miles from there. Mrs. Anderson and Mrs. Johnson were members of the school board so they were the welcoming committee that met her upon her arrival. Ed, Becky, and her brother Matt also went along to help her move into her house.
Ed, Becky and the others were there waiting when Karen, with her parents following her, pulled into the driveway of her new house. Everyone greeted each other and Mrs. Johnson gave her the keys to the house after she unlocked it.
The house was clean but it needed to be painted before she could move in. Karen along with her parents surveyed the single story two bedroom house and decided on the colors to paint the rooms. Ed, Matt, and Mr. Allen stayed and prepared the house to be painted while the women drove into town to get the paint from the hardware store. When they returned everyone grabbed a brush or a roller and the painting was quickly finished around noon.
Becky didn’t do any painting, Karen’s son Mark had found her to his liking and it became her job to keep him entertained and away from the painting. All of the other school teachers showed up after the painting was finished with a picnic lunch and to meet their new colleague.
After lunch, everyone pitched in and helped carry in the furniture. Karen and her mother stood just inside the front door and directed where all of the furniture and boxes were to go. The kitchen and bathroom were given a good scrubbing and the beds were assembled. After the physical work was finished Ed, Matt, and Mr. Allen walked out onto the front porch.
Mr. Allen asked, “Where do you two live?”
Matt pointed down the road to the east and said, “Down that way about a half mile. You turn right on the dirt road, Ed lives on the first farm and I live on the second farm.”
“That’s good to hear; my daughter will have some friends that live close by.” He then asked, “Where’s the school house from here?”
Ed pointed down the road to the west and said, “It’s down that way about two miles. Just on the other side of town. You should have passed it on your way here.”
“You mean that small red brick building?”
“Yes, that’s it.” Ed replied. “There are only about sixty students in five classrooms. I heard my mom say that Miss Karen will probably be teaching fourth, fifth, and sixth grades.”
” Wow, that will be a big change for her.” Mr. Allen said, “The high school Karen went to had almost two thousand students.”
Matt chuckled and said, “There isn’t two thousand people total within forty miles of here.”
Mr. Allen sighed and said in a concerned voice, “I hope she’ll be ok way out here.”
Ed hearing his concern said, “Don’t worry Mr. Allen, folks take care of each other out here. Either Matt or I will keep the grass cut in the summer and the driveway plowed in the winter. Next weekend we’ll being her enough firewood to last the winter. If something goes wrong with the house or her car we can take care of that too.”
Mr. Allen patted Ed on the shoulder and said, “Thanks, that’s a load off my mind. I was real worried when she took this job. I tried to talk her out of taking it.”
It the late afternoon, most everything of Karen’s was unpacked and the furniture was arranged. Everyone except Ed and Becky left for home to do chores and the milking. Just before they left Mrs. Anderson invited them to their farm for dinner. Around six the Allen’s followed Ed and Becky to the farm for dinner.
Ed and Becky brought their guests down to see the milking parlor and the herd before dinner. Little Mark had become attached to Becky and she carried him on the tour to keep him out of the mud and manure. They were all fascinated with the milking equipment. Becky held little Mark up close to the fence so he could get a close up look at the cows. They all chuckled as Mark screamed when one of the cows stuck her tongue out and tried to lick him.
That evening when Ed and his mother drove home she said to him, “They’re nice people; I think she will be a good teacher.”
“Ya I think so too. Mr. Allen was worried about Karen being way out here all by herself, but I told him that we would look out for her.”
“That was nice of you to say Ed. Oh by the way; did you see the way that little Mark took to Becky?”
“Yes I saw. She held him quite a bit.” Ed said.
Mrs. Anderson sighed, “Becky is going to be a good mother someday. She has the natural instincts of knowing what a child needs.”
She grinned at Ed and said, “She’ll make you a good wife.”
Ed was at a loss for words. He looked at her with an open mouth not knowing what to say. Ed’s mother let the conversation hang and they rode the rest of the way home in silence.
The following day Karen hugged her parents and said good bye to them as they left around noon on their trip home. Mr. Allen told Karen what Ed had told him the day before about helping her out if she needed it.
Mrs. Johnson, Mrs. Anderson, and Becky came by just as they were leaving and picked up Karen and little Mark. They all rode the forty miles to the discount store for their weekly groceries. Karen had just put two gallons of milk into her shopping cart when Becky stopped her.
“Karen, you don’t have to buy milk, we’ve got plenty.”
Karen smiled and said, “Oh, this is going to be difficult getting used to having fresh milk all the time.”
Becky added, “Don’t buy any fruits or vegetables either. Next week we’ll be doing the canning, you’re welcome to come over and help. I sure mom and Mrs. Johnson will share some with you.”
“You mean you do your own canning too?”
“Yes we put up enough to last the whole year plus we sell a lot of it during the summer.” Becky added, “Did you notice the peach and apple trees in your back yard?”
"Vraiment?" Karen said, “No I didn’t notice.”
“Ed and I will come over next week and help you pick them and we’ll get them canned.”
The following Saturday after Ed had finished the morning chores he drove their late seventies Dodge Power Wagon over to the Anderson farm and Matt, Becky, and Ed filled the eight foot bed to overflowing with firewood.
When they arrived at Karen’s house, Ed was thinking about what his mom had said to him the other night, he noticed when little Mark saw Becky he ran to her and put his arms up wanting her to pick him up. She picked him up giving him a kiss on the cheek.
They spent the next hour stacking the wood near Karen’s back porch. Karen helped out but had to stop and rest a few times putting her hands on her lower back massaging the muscles.
Karen said to

Articles similaires

Apprendre le style de vie Pt 4 - Activations de tatouage

Ils ont changé la literie et Michael s'est douché puis s'est habillé. Ensuite, Michael fit tremper les draps sales dans la machine, puis ils se mirent en route. À ce moment-là, Silk mourait de faim. Michael a pris les clés et Silk l'a naturellement laissé conduire. Il l'a emmenée à son appartement pour obtenir une autre chemise à porter car il manquait quelques boutons à son autre. Elle a changé de tenue et l'a retrouvé à la voiture. Il les a emmenés dans un camion-restaurant et a regardé son visage. Il fut heureux de constater qu'elle semblait parfaitement à l'aise. Certaines...

682 Des vues

Likes 0

Quel magnétoscope ?_(1)

J'ai un œil sur Eric depuis qu'il a commencé à s'occuper du bar du restaurant où je travaillais. Nous avions eu quelques conversations informelles, mais rien qui semblait mener nulle part. C'était frustrant comme l'enfer. Je le voulais vraiment, et j'étais déterminé à l'avoir. Jeudi était une nuit tôt pour nous deux. J'ai travaillé l'équipe du déjeuner pour que je sorte de là vers 6 heures et Eric est descendu à 10 heures. Je lui ai demandé s'il savait quelque chose sur les magnétoscopes car j'avais tellement de mal à faire fonctionner le mien correctement. Je lui ai dit que la...

662 Des vues

Likes 0

Un week-end pas si ennuyeux

Juste pour Holly ! :-p C'était comme tous les autres vendredis qui s'étaient écoulés cette année. L'école durait 48 heures et la répétition qui était devenue son week-end s'installait. La plupart des gens considéraient leur week-end comme un moment pour sortir et s'amuser, Naomi les considérait en revanche comme trop long et ennuyeux. Elle n'avait pas beaucoup d'amis dans cette nouvelle ville et ne conduisait pas, elle ne pouvait donc pas s'échapper à la plage. Les week-ends n'avaient rien en réserve pour elle. Naomi réfléchit à ce qu'elle pourrait faire pour se divertir ce week-end alors qu'elle déverrouillait sa porte et...

738 Des vues

Likes 0

Délice de cisaillement

Frank essuya la sueur de son front avec le dos de son gant et continua à tailler les roses Seymour. Il était 12 h 45, et comme sur des roulettes, il entendit Dee et son amie Tanya déambuler dans le jardin à l'arrière. Il jeta un coup d'œil derrière les fleurs et les vit marcher pieds nus jusqu'au belvédère avec un pique-nique. Dee portait sa robe légère à fleurs habituelle. Son sourire éclatant et ses cheveux de soie de maïs dorés lui ont donné une déesse comme la beauté. Sa robe moulait ses hanches et mettait en valeur ses mésanges gaies...

607 Des vues

Likes 0

La femme de Rick partie 5 sur 6

L'histoire de mon ami La femme de Rick 5 (5 sur 6) La scène : Les yeux bandés, j'étais à genoux dans le salon sol, genoux écartés, aine serrée contre le dos de Linda, mon femme, qui était également agenouillée et assise sur ses talons. Linda, en tour, était agenouillé entre les jambes tendues de William, qui assis sur notre causeuse. Maintenant, imaginez ceci : Moi, M. Hétérosexuel, j'étais penché en avant avec mes bras autour de ma femme. Ma main gauche était placée sur celle de Linda main gauche qui pressait et massait les testicules de William. Mon droit main...

552 Des vues

Likes 0

La Réunion Anniversaire - CH 2

Je suis retourné dans le couloir et suis allé chercher une autre bière. Après ce que je venais de vivre, j'en avais besoin. Ma tête nageait de confusion. Je venais d'être victime de chantage pour baiser tante Edna. Et même si c'était certainement agréable, j'ai trouvé que tout était un peu bizarre et pervers. Puis ça m'a frappé... Et Heather ? Mon esprit s'est empressé de me demander si je devais lui dire ce qui venait de se passer. Que dirais-je quand elle irait chercher sa culotte ? Comment pourrais-je expliquer ce qui s'est passé ? que je m'étais fait prendre par...

627 Des vues

Likes 0

La suite 5

Jim faisait les cent pas depuis une heure maintenant, après avoir détruit leur flotte d'invasion, ils étaient partis après le seul navire restant de la flotte Krang. Mary et Amber l'avaient regardé presque tout le temps Jim si tu ne le fais pas assieds-toi, je vais te casser la gueule, je ne peux pas supporter beaucoup plus ton rythme », a presque grondé Mary. Jim s'est rapidement assis dans le fauteuil de commandement en essayant de ne pas regarder Mary, désolé Mary, je déteste cette attente, j'ai rien sur le robinet pour faire rien sur quoi travailler, vous savez que je...

498 Des vues

Likes 0

Chroniques de Craigslist Ch. 03 : Mandrin

Chroniques de Craigslist : Chuck Cela fait quelques jours depuis ma dernière rencontre, comme vous pouvez probablement vous en rendre compte, j'ai été sacrément excitée. Alex est occupé toute la semaine mais sera libre la semaine prochaine pour quelques jours. (Ce sera mon week-end, donc je suis sacrément excité à ce sujet). Mais, revenons à l'ici et maintenant... Que puis-je dire, l'envie frappe fort aujourd'hui. Pendant mon heure de déjeuner, j'ai filtré les centaines d'annonces, à la recherche d'un autre mec cool avec qui sortir. J'ai envoyé quelques messages et j'ai attendu mes réponses. Rien, car mon quart de travail touchait à...

482 Des vues

Likes 0

Adolescents nageant nus au lycée avec des hard-ons

J'étais un étudiant de première année dans un lycée d'une grande ville dans les années 70 et je n'ai pas été surpris quand, au cours de mon premier semestre, j'ai fait de la natation et que pour des «raisons de santé publique», tous les garçons le faisaient nus. J'avais été prévenu par mes frères aînés et venant d'une famille de neuf enfants, dont des sœurs et une mère qui allaitait continuellement, je n'étais pas timide, ni étrangère au corps nu. Le premier jour, on nous a dit que si nous entendions trois brefs coups de sifflet, nous devions sortir rapidement de...

336 Des vues

Likes 0

La libération d'un enseignant

** Ceci est une œuvre de pure fiction et une nouvelle histoire pour moi. Ne fait partie d'aucune autre série. J'espère que tu aimes. Désolé d'avoir été absent pendant quelques mois et merci à tous ceux qui m'ont envoyé des MP me demandant de recommencer à écrire. Je vous assure qu'il y aura plus de All for Mr. Redman and Yukio's Adventures. Remerciements particuliers à (Pas dans un ordre particulier): Spread1, Shotgun82, Clitpleaser12, rdwyier, Feazko, kakatz, JetiJah, travailleur, stillagood1, guilz87, tête épaisse, TT, Ghostrider939, BadInAGoodWay, Ed W et doug1953, penseur créatif, charlie33851, Matillie97, EL TORO, Shadowreaper267, Bldg436, deeppenetrator, perverted1, Dr Goodsex...

1.1K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.